Eucharistie du Lundi 20 Août 2018 : Lundi de la 20ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Eucharistie du Lundi 20 Août 2018 : Lundi de la 20ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

L’Église fait mémoire (obligatoire) de la Fête de Saint Bernard de Clairvaux, Abbé et Docteur de l'Église (1090-1153).

Fête de Saint Samuel, Juge et Prophète d’Israël (11ème s. av JC.).
Fête de Sainte Maria de Mattias, Fondatrice de la Congrégation des Sœurs Adoratrices du Sang du Christ (1805-1866).
Fête de Saint Bernard Tolomei, Abbé à Sienne, Fondateur de la Congrégation de Sainte-Marie du Mont Oliveto de l'Ordre de Saint Benoît (✝ 1348).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre d'Ézéchiel 24,15-24… Livre du Deutéronome 32,6bc.18.19-20ab.21… Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 19,16-22.
Commentaire de Saint Bonaventure (1221-1274) Franciscain, Docteur de l'Église.
SERMON DE SAINT BERNARD SUR LE CANTIQUE DES CANTIQUES.
Autre commentaire de l’Abbé Óscar MAIXÉ i Altés (Roma, Italie).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Saint bernard de clairvaux 11

Lundi 20 Août 2018 : Fête de Saint Bernard de Clairvaux, Abbé et Docteur de l'Église (1090-1153).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Bernard de Clairvaux.

San samuele f

Lundi 20 Août 2018 : Fête de Saint Samuel, Juge et Prophète d’Israël (11ème s. av JC.).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Samuel, Juge et Prophète d’Israël.

90063a 1

Lundi 20 Août 2018 : Fête de Sainte Maria de Mattias, Fondatrice de la Congrégation des Sœurs Adoratrices du Sang du Christ (1805-1866).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Sainte Maria de Mattias.

Tolomeibernardo 2

Lundi 20 Août 2018 : Fête de Saint Bernard Tolomei, Abbé à Sienne, Fondateur de la Congrégation de Sainte-Marie du Mont Oliveto de l'Ordre de Saint Benoît (✝ 1348).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Bernard Tolomei.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre d'Ézéchiel 24,15-24.
La parole du Seigneur me fut adressée :
« Fils d’homme, je vais te prendre subitement la joie de tes yeux. Tu ne feras pas de lamentation, tu ne pleureras pas, tu ne laisseras pas couler tes larmes.
Soupire en silence, ne prends pas le deuil ; enroule ton turban sur ta tête, chausse tes sandales, ne voile pas tes lèvres, ne prends pas le repas funéraire. »
Le matin, je parlais encore au peuple, et le soir ma femme mourut. Le lendemain matin, je fis ce qui m’avait été ordonné.
Les gens me dirent : « Vas-tu nous expliquer ce que tu fais là ? Qu’est-ce que cela veut dire pour nous ? »
Je leur répondis : « La parole du Seigneur m’a été adressée :
Dis à la maison d’Israël : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Je vais profaner mon sanctuaire, votre orgueil et votre force, la joie de vos yeux, la passion de votre cœur. Vos fils et vos filles, que vous avez laissés à Jérusalem, tomberont par l’épée.
Vous ferez alors comme je viens de faire : vous ne voilerez pas vos lèvres, vous ne prendrez pas le repas funéraire,
vous mettrez vos turbans, et vous chausserez vos sandales. Vous ne ferez pas de lamentation, vous ne pleurerez pas. Mais vous pourrirez dans vos péchés, et vous gémirez tous ensemble.
Ézékiel sera pour vous un signe : tout ce qu’il a fait, vous le ferez. Et quand cela arrivera, vous saurez que Je suis le Seigneur Dieu.

 

Livre du Deutéronome 32,6bc.18.19-20ab.21.
Est-ce là, ce que tu rends au Seigneur, peuple stupide et sans sagesse ? N’est-ce pas lui, ton père, qui t’a créé, lui qui t’a fait et affermi ?
Tu dédaignes le Rocher qui t’a mis au monde ; le Dieu qui t’a engendré, tu l’oublies.
Le Seigneur l’a vu : il réprouve ses fils et ses filles qui l’ont exaspéré.
Il dit : « Je vais leur cacher ma face et je verrai quel sera leur avenir ; oui, c’est une engeance pervertie, ce sont des enfants sans foi.
Eux m’ont rendu jaloux par un dieu qui n’est pas dieu, exaspéré par leurs vaines idoles ; moi, je vais les rendre jaloux par un peuple qui n’est pas un peuple, les exaspérer par une nation stupide.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 19,16-22.
En ce temps-là, voici que quelqu’un s’approcha de Jésus et lui dit : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? »
Jésus lui dit : « Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Celui qui est bon, c’est Dieu, et lui seul ! Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. »
Il lui dit : « Lesquels ? » Jésus reprit : « ‘Tu ne commettras pas de meurtre. Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne commettras pas de vol. Tu ne porteras pas de faux témoignage.
Honore ton père et ta mère.’ Et aussi : ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même.’ »
Le jeune homme lui dit : « Tout cela, je l’ai observé : que me manque-t-il encore ? »
Jésus lui répondit : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi. »
À ces mots, le jeune homme s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.

 

Commentaire du jour.
Saint Bonaventure (1221-1274) Franciscain, Docteur de l'Église.
De la vie parfaite, ch 3 (Œuvres spirituelles, Sté S François d'Assise, 1931, rev.)

La pauvreté du Christ.

La pauvreté est une vertu qui fait corps avec la perfection, au point que nul absolument ne peut sans elle être parfait ; témoin la Parole du Seigneur dans l’Évangile : « si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu as et donne-le aux pauvres. »

Notre-Seigneur Jésus-Christ fut si pauvre dans sa naissance qu'il n'eut ni habitation, ni vêtement, ni nourriture, mais une étable pour demeure, un misérable petit morceau d'étoffe pour se couvrir et un lait virginal pour aliment.
Il s'est encore donné à nous en exemple de pauvreté par sa manière de vivre en ce monde. Il fut pauvre au point que, parfois, il ne put trouver de logis et qu'il dut dormir avec ses Apôtres hors la ville et même hors des maisons à la campagne.

Non seulement Le Seigneur des Anges fut pauvre dans sa naissance et pauvre dans son genre de vie, mais il fut encore extrêmement pauvre dans sa mort, afin de nous embraser d'Amour pour la pauvreté.
Ô vous tous, qui avez voué la pauvreté, considérez et voyez combien l'opulent Roi des Cieux fut pauvre à cause de nous dans l'instant de sa mort.
Il fut, en effet, dépouillé de tout ce qu'il pouvait avoir : de ses vêtements, par ses bourreaux, qui « se partagèrent et tirèrent au sort sa robe » (Cf. Mt 27,35) ; de son corps et de son âme, quand son âme fut arrachée violemment de son corps ; de la Gloire Divine, quand par les souffrances d'une très douloureuse mort, au lieu de le glorifier comme Dieu, on le traita comme un malfaiteur, selon la plainte de Job : « ils m'ont dépouillé de ma Gloire » (Jb 19,9).

Ô Dieu, riche pour tous les hommes, ô bon Seigneur Jésus ! Qui peut dignement exprimer de bouche, concevoir en son cœur, décrire de sa main la Gloire Céleste que vous avez promis de donner à vos pauvres ?
Par leur pauvreté volontaire, ils méritent de Contempler la Gloire de leur Créateur, d'entrer dans les puissances du Seigneur, dans les Tabernacles éternels et dans les Demeures de Lumière.

Ils méritent de devenir les habitants de la Cité dont Dieu est l'architecte et le Fondateur. Vous-même, Seigneur, vous leur avez fait cette promesse de votre bouche bénie : « Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux » (Cf. Mt 5,2).
Ce Royaume des cieux n'est pas autre chose que Vous-même, Seigneur Jésus-Christ, Roi des Rois, Seigneur des Seigneurs.
Vous vous donnerez vous-même à eux pour être leur salaire, leur récompense et leur Joie. Ils jouiront de Vous, seront heureux de Vous, se rassasieront de Vous ! Amen !

 

SERMON DE SAINT BERNARD

SUR LE CANTIQUE DES CANTIQUES

L'Amour se suffit à lui-même, il plaît par lui-même et pour lui-même. Il est à lui-même son mérite, il est à lui-même sa récompense.
L'Amour ne cherche hors de lui-même ni sa raison d'être ni son fruit : son fruit, c'est l'Amour même.
J'aime parce que j'aime. J'aime pour aimer.

Quelle grande chose que l'Amour, si du moins il remonte à son principe, s'il retourne à son origine, s'il reflue vers sa source pour y puiser un continuel jaillissement !
De tous les mouvements de l'âme, de ses sentiments et de ses affections, l'Amour est le seul qui permette à la créature de répondre à son Créateur, sinon d'égal à égal, du moins dans une réciprocité de ressemblance.
Car, lorsque Dieu aime, il ne veut rien d'autre que d'être aimé.
Il n'aime que pour qu'on l'aime, sachant que ceux qui l'aimeront trouveront dans cet Amour même la plénitude de la Joie.

L'Amour de l'Époux, ou plutôt l'Amour qu'est l'Époux, n'attend qu'un Amour réciproque et la fidélité.
Qu'il soit donc permis à celle qu'il chérit de l'aimer en retour.
Comment l'épouse pourrait-elle ne pas aimer, elle qui est l'épouse de l'Amour ? Comment l'Amour ne serait-il pas aimé ?

Elle a donc raison de renoncer à tous ses autres mouvements intérieurs, pour s'adonner seulement et tout entière à l'Amour, puisqu'elle a la possibilité de répondre à l'Amour même par un Amour de réciprocité.
Car elle pourra bien se répandre tout entière dans son Amour, que grâce au regard du flot éternel d'Amour qui jaillit de la source même ?
Les eaux ne sourdent pas avec la même profusion de celle qui aime et de l'Amour, de l'âme et du Verbe, de l'épouse et de l'Époux, du Créateur et de la créature: la différence n'est pas moins grande qu'entre l'être assoiffé et la source.

Alors quoi ? Faudra-t-il pour autant que périsse et disparaisse complètement chez l'épouse le souhait de voir s'accomplir ses noces ?
Le désir qu'expriment ses soupirs, la force de son Amour, son attente pleine de confiance ; seront-ils réduits à rien, parce qu'elle ne peut égaler à la course un géant, et qu'elle ne peut rivaliser de douceur avec le miel, de tendresse avec l'agneau, de blancheur avec le lis, de rayonnement avec le soleil, d'Amour avec celui qui est l'Amour en personne ?

Non, car même si la créature aime moins, en raison de ses limites, pourvu qu'elle aime de tout son être, il ne manque rien à son Amour, puisqu'il constitue un tout.
C'est pourquoi aimer de la sorte équivaut à un mariage, car une affection si forte ne saurait recevoir une réponse de moindre affection, dans cet accord réciproque des deux époux qui fait la solidité et la perfection du mariage.
À moins qu'on ne mette en doute que l'Amour du Verbe précède et dépasse celui de l'épouse...

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_181
Abbé Óscar MAIXÉ i Altés (Roma, Italie).

«Que dois-je faire de bon pour avoir la Vie éternelle?»

Aujourd'hui, la liturgie nous donne à considérer le fameux passage du jeune riche, ce jeune qui n'a pas su quoi répondre face au regard plein d'Amour avec lequel l'a fixé Le Christ (cf Mc 10,21).
Jean Paul II nous rappelle que dans ce jeune nous pouvons reconnaître tout homme qui s'approche du Christ pour lui demander quel est le sens de sa propre Vie: «Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la Vie éternelle?» (Mt 19,16).
Le Pape explique que l'interlocuteur de Jésus a l'intuition qu'il existe une connexion entre le bien moral et l'accomplissement total de sa destinée.

Aujourd'hui aussi, combien de personnes se posent cette même question! Si nous regardons autour de nous, nous pouvons peut-être croire que le nombre de personnes qui voient au-delà est peu nombreux, ou nous pensons que l'homme du 21e siècle n'a pas besoin de se poser ces questions puisque les réponses qu'on lui donnera ne lui serviront à rien.

Jésus répond «Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon? Il n'y a qu'un seul être qui soit Bon! Si tu veux entrer dans la Vie, observe les Commandements» (Mt 19,17).
Ce n'est pas uniquement juste de se poser des questions sur l'au-delà, sur le sens de la Vie, mais il est même indispensable de le faire!
Le jeune homme demande à Jésus ce qu'il doit faire pour atteindre la Vie éternelle et Le Christ lui répond qu'il faut être bon.

De nos jours, pour certains, pour beaucoup, enfin peu importe, il semble impossible d'être bon.
Ou alors ils considèrent que ça n'a pas de sens: quelle sottise! Aujourd'hui comme il y a 20 siècles, Le Christ continue à nous rappeler que pour entrer dans la Vie éternelle il faut obéir aux Commandements de la loi de Dieu: il ne s'agit pas d'un aboutissement ou d'une finalité en soi mais c'est le chemin que doit prendre l'homme afin de ressembler à Dieu et ainsi pouvoir accepter des mains de son Dieu-Père la Vie éternelle.

En effet, «Jésus nous montre que les Commandements ne doivent pas être compris comme une limite minimum qu'il ne faut pas dépasser, mais comme un sentier ouvert sur un chemin moral et spirituel de perfection dont le moteur intérieur est l'Amour» (Jean-Paul II).

 

HYMNE : REVIENS, VERBE DE DIEU

Reviens, Verbe de Dieu,
qui nous visites comme en passant.
Inconsolable en ton absence,
notre cœur te réclame.
Par ton départ, tu l'éprouves
et tu avives son désir
de connaître à nouveau la rencontre.

R/Reviens à nous, Seigneur, 
toi, notre bien-aimé.

Ta venue nous échappe toujours,
chaque fois ton départ nous surprend,
mais le goût reste en nous de ton passage.

D'où venais-tu, où allais-tu, nous l'ignorons, 
mais la mémoire demeure en nous
d'un grand bonheur furtif et redoutable.

Très au-delà des sens et du savoir, 
en grand secret tu nous visites : 
pour un instant nous touchons l'infini.

Nous n'avons pu te voir ni te saisir ; 
par où es-tu passé ? Nous ne savons, 
mais notre cœur reste blessé d'amour.

 

HYMNE : UN JOUR NOUVEAU COMMENCE

Un jour nouveau commence, 
Un jour reçu de toi, 
Père, 
Nous l’avons remis d’avance 
En tes mains tel qu’il sera.

Émerveillés ensemble, 
Émerveillés de toi, 
Père, 
Nous n’avons pour seule offrande 
Que l’accueil de ton amour.

Marqués du goût de vivre, 
Du goût de vivre en toi, 
Père, 
Nous n’avons pas d’autres vivres 
Que la faim du pain rompu.

Comment chanter ta grâce, 
Comment chanter pour toi, 
Père, 
Si nos cœurs ne veulent battre 
De l’espoir du Corps entier ?

Le jour nouveau se lève 
Le jour connu de toi, 
Père ; 
Que ton Fils dans l’homme achève 
La victoire de la croix !

 

HYMNE : FRAPPE À MA PORTE

Frappe à ma porte, 
Toi qui viens me déranger. 
Frappe à ma porte, 
Tu viens me ressusciter.

R/ Je ne sais ni le jour ni l’heure, 
Mais je sais que c’est toi, Seigneur.

Frappe à ma porte 
Tout le vent de ton Esprit. 
Frappe à ma porte 
Le cri de tous mes frères.

Frappe à ma porte
Le cri de tes affamés.
Frappe à ma porte
La chaîne du prisonnier.

Frappe à ma porte,
Toi, la misère du monde.
Frappe à ma porte
Le Dieu de toute ma joie.

 

Oraison du matin (Office des Laudes)... Propre à Saint Bernard.
Seigneur, tu as voulu que Saint Bernard, rempli d'Amour pour ton Église, soit dans ta maison la lampe qui brûle et qui éclaire ; accorde-nous, par son intercession, la même ferveur de L'Esprit, afin de vivre comme des fils de la Lumière.

 

Parole de Dieu : (Jdt 8, 25-26a.27b)… (Office des Laudes).
Rendons grâce au Seigneur Notre Dieu qui nous éprouve comme nos pères. Rappelez-vous tout ce qu’il a fait avec Abraham et combien il a éprouvé Isaac et tout ce qui arriva à Jacob. C’est pour les avertir que Le Seigneur flagelle ceux qui s’approchent de Lui.

 

Parole de Dieu : (1 Th 3, 12-13)… (Office des Vêpres).
Que Le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un Amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous.
Et qu’ainsi il vous établisse fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu Notre Père, pour le jour où Notre Seigneur Jésus viendra avec tous les Saints.

Ajouter un commentaire