Eucharistie du Mercredi 1er Août 2018 : Mercredi de la 17ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Eucharistie du Mercredi 1er Août 2018 : Mercredi de la 17ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

L’Église fait mémoire (obligatoire) de la Fête de Saint Alphonse-Marie de Liguori, Évêque, Docteur de l'Église, Fondateur de la Congrégation des Rédemptoristes (1696-1787).

Fête de Saint Pierre Favre, Jésuite, Co-Fondateur et 1er Prêtre de la Compagnie de Jésus (✝ 1546).
Fête des Saints Maccabées et de Saint Éléazar dans l’Ancien Testament : Sept frères et leur mère ainsi que le vieux scribe Saint Éléazar, martyrs à Antioche (-166 av JC.).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre de Jérémie 15,10.16-21… Psaume 59(58),2-3.4-5ab.10-11.17.18… Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 13,44-46.
Commentaire de Saint Bonaventure (1221-1274), Franciscain, Docteur de l'Église.
TRAITÉ DE L'AMOUR DE JÉSUS-CHRIST PAR SAINT ALPHONSE-MARIE.
Autre commentaire de l’Abbé Enric CASES i Martín (Barcelona, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Saint alphonse marie de liguori 11

Mercredi 01 Août 2018 : Fête de Saint Alphonse-Marie de Liguori, Évêque, Docteur de l'Église, Fondateur de la Congrégation des Rédemptoristes (1696-1787).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Alphonse-Marie de Liguori.

Saint pierre favre theme image

Mercredi 01 Août 2018 : Fête de Saint Pierre Favre, Jésuite, Co-Fondateur et 1er Prêtre de la Compagnie de Jésus (✝ 1546).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Pierre Favre.

Les 7 freres maccabees leur mere solomie et leur maitre eleazar 166 av jc 1

Mercredi 01 Août 2018 : Fête des Saints Maccabées et de Saint Éléazar dans l’Ancien Testament : Sept frères et leur mère ainsi que le vieux scribe Saint Éléazar, martyrs à Antioche (-166 av JC.).
Pour voir leur vie et en découvrir davantage sur eux, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saints Maccabées et de Saint Éléazar.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre de Jérémie 15,10.16-21.
C’est pour mon malheur, ô ma mère, que tu m’as enfanté, homme de querelle et de dispute pour tout le pays. Je ne suis le créancier ni le débiteur de personne, et pourtant tout le monde me maudit !
Seigneur, quand je rencontrais tes paroles, je les dévorais ; elles faisaient ma joie, les délices de mon cœur, parce que ton nom était invoqué sur moi, Seigneur, Dieu de l’univers.
Jamais je ne me suis assis dans le cercle des moqueurs pour m’y divertir ; sous le poids de ta main, je me suis assis à l’écart, parce que tu m’as rempli d’indignation.
Pourquoi ma souffrance est-elle sans fin, ma blessure, incurable, refusant la guérison ? Serais-tu pour moi un mirage, comme une eau incertaine ?
Voilà pourquoi, ainsi parle le Seigneur : « Si tu reviens, si je te fais revenir, tu reprendras ton service devant moi. Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est méprisable, tu seras comme ma propre bouche. C’est eux qui reviendront vers toi, et non pas toi qui reviendras vers eux.
Je fais de toi pour ce peuple un rempart de bronze infranchissable ; ils te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te sauver et te délivrer – oracle du Seigneur.
Je te délivrerai de la main des méchants, je t’affranchirai de la poigne des puissants. »

 

Psaume 59(58),2-3.4-5ab.10-11.17.18.
Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu ; 
de mes agresseurs, protège-moi.
Délivre-moi des hommes criminels ; 
des meurtriers, sauve-moi.

Voici qu'on me prépare une embuscade : 
des puissants se jettent sur moi.
Je n'ai commis ni faute, ni péché, ni le mal, Seigneur,
pourtant ils accourent et s'installent.

Auprès de toi, ma forteresse, je veille ; 
oui, mon rempart, c'est Dieu !
Le Dieu de mon amour vient à moi : 
avec lui je défie mes adversaires.

Et moi, je chanterai ta force, 
au matin j'acclamerai ton amour. 
Tu as été pour moi un rempart, 
un refuge au temps de ma détresse.

Je te fêterai, toi, ma forteresse : 
oui, mon rempart, c'est Dieu, 
le Dieu de mon amour.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 13,44-46.
En ce temps-là, Jésus disait aux foules : 
« Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ.
Ou encore : Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines.
Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète la perle. »

 

Commentaire du jour.
Saint Bonaventure (1221-1274), Franciscain, Docteur de l'Église.
Vie de Saint François, Legenda major, ch. 7 (trad. cf. Vorreux, Eds franciscaines 1951, p. 622).

La perle de grande valeur

Parmi les dons spirituels reçus de la générosité de Dieu, François a obtenu en particulier celui de toujours enrichir son trésor de simplicité grâce à son Amour de la très grande Pauvreté.

Voyant que celle qui avait été la compagne habituelle du Fils de Dieu était devenue désormais l'objet d'une aversion universelle, il a eu à cœur de la prendre pour épouse et lui a voué un Amour éternel.
Non content de « quitter pour elle son père et sa mère » (Gn 2,24), il a distribué aux pauvres tout ce qu'il pouvait avoir (Mt 19,21).
Personne n'a gardé son argent aussi jalousement que François a gardé sa pauvreté ; jamais personne n'a surveillé son trésor avec plus de soin qu'il n'en a mis à garder cette perle dont parle l'Évangile.

Rien ne le blessait autant que de rencontrer chez ses Frères quelque chose qui ne soit pas parfaitement conforme à la Pauvreté des Religieux.
Du début de sa Vie Religieuse jusqu'à sa mort, lui-même n'a eu pour toutes richesses que sa tunique, une corde comme ceinture, des caleçons ; il ne lui fallait rien de plus.
Il lui arrivait souvent de penser en pleurant à la pauvreté du Christ Jésus et de sa Mère : « Voici, disait-il, pourquoi la pauvreté est la reine des vertus ; c'est à cause de l'éclat dont elle a brillé chez le Roi des rois (1Tm 6,15) et la Reine sa mère ».

Quand les frères lui demandaient un jour quelle est la vertu qui nous rend le plus ami du Christ, il a répondu, leur ouvrant pour ainsi dire le secret de son cœur : « Sachez, frères, que la Pauvreté spirituelle est le chemin privilégié du Salut, car elle est la sève de l'Humilité et la racine de la perfection ; ses fruits sont innombrables bien que cachés.
Elle est ce « trésor enfoui dans un champ » pour l'achat duquel, dit l'Évangile, il faut tout vendre et dont la valeur doit nous pousser à mépriser tout autre chose ».

 

TRAITÉ DE L'AMOUR DE JÉSUS-CHRIST

PAR SAINT ALPHONSE-MARIE

Toute la sainteté de l'âme et sa perfection réside dans l'Amour envers Jésus-Christ, Notre Dieu, notre Souverain bien et notre Rédempteur. C'est la Charité qui rassemble et protège toutes les vertus qui rendent parfait.

Est-ce que Dieu ne mérite pas tout notre Amour ? Il nous a aimés dès l'éternité. « Considère, nous dit-il, que j'ai été le premier à t'aimer.
Tu n'avais pas encore vu le jour, le monde lui-même n'existait pas, et moi je t'aimais déjà. Je t'aime du fait même que je suis ».

Comme Dieu savait que l'homme se laisse attirer par des bienfaits, il a voulu l'obliger à l'aimer par ses dons :
« Ces filets, auxquels les hommes se laissent prendre, je veux les y attirer pour qu'ils m'aiment, car ce sont des liens d'Amour. »
Il lui a donné une âme dotée, à son image, de mémoire, d'intelligence et de volonté ; il lui a donné un corps pourvu d'organes sensibles ; c'est encore pour lui qu'il a créé le Ciel et la Terre avec tout ce qu'ils contiennent.
C'est par Amour de l'homme qu'il a créé tout cela, afin que toutes ces créatures soient au service de l'homme, et que l'homme lui donne son Amour à cause de tant de bienfaits.

Mais il n'a pas voulu nous donner seulement ces belles créatures ; pour obtenir notre Amour, il est allé jusqu'à se livrer Lui-même tout entier à nous.
Le Père éternel est allé jusqu'à nous donner Son Fils unique. Nous voyant morts par suite du péché et privés de sa grâce, qu'a-t-il fait ?
Emporté par son immense Amour, ou plutôt, suivant la parole de l'Apôtre, par son trop grand Amour pour nous, il a envoyé Son Fils bien-aimé, afin qu'il satisfasse pour nous et nous rappelle à la Vie que le péché nous avait enlevée.

En livrant Son Fils, qu'il a sacrifié afin de nous pardonner, il nous a prodigué tous les biens ensemble : la Grâce, la Charité, le Paradis ; car tous ces biens sont sans nul doute inférieurs à Son Fils : Celui qui n'a pas refusé même Son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment pourrait-il avec Lui ne pas nous donner tout ?

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_156
Abbé Enric CASES i Martín (Barcelona, Espagne).

«Dans sa Joie, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète ce champ».

Aujourd'hui, Mathieu, soumet à notre réflexion deux paraboles sur le Royaume des Cieux.
L'annonce du Royaume a beaucoup d'importance pour la prédication de Jésus ainsi que pour l'Espérance du peuple choisi.
Mais il est certain que la nature de ce Royaume n'était pas quelque chose connu de tous. Les Sanhédrins qui avaient condamné Jésus à mort ne l'avaient pas compris, Pilate et Hérode non plus, et, au début, même les disciples ne l'avaient pas compris.

Nous ne trouvons qu'un seul instant de compréhension, celui du bon larron cloué sur la Croix à côté de Jésus, quand il lui dit: «Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne» (Lc 23,42).
Tous les deux avaient été accusés en tant que criminels et étaient sur le point de mourir, mais pour une raison que nous ne connaissons pas, le bon larron reconnaît Jésus comme le Roi d'un Royaume qui viendra après cette terrible mort sur la Croix. Ce ne pouvait être qu'un Royaume Spirituel.

Jésus, dans sa première prédication, parle du Royaume des Cieux comme d'un trésor caché sous terre, et dont la découverte est cause d'une telle joie, que cela nous incite à acheter le terrain où il se trouve afin de profiter de lui pour toujours.
«Dans sa Joie, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète ce champ» (Mt 13,44).

Mais au même temps, pour trouver ce Royaume, nous devons le chercher assidûment même au point de vendre tout ce que nous possédons: «Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète la perle» (Mt 13,46).
«Car à propos de quoi est-il dit: ‘cherchez’, ou ‘qui cherche trouve’? Oserai-je dire qu'il s'agit des perles et de la perle, celle que se procure celui qui a tout donné et accepté de tout perdre…» (Origène).

Le Royaume est la Paix, Amour, Justice et Liberté. L'atteindre est à la fois un don de Dieu et une responsabilité humaine.
Devant la grandeur du don divin, nous constatons l'imperfection et l'instabilité de tous nos efforts, qui sont souvent détruits par le péché, la guerre et la malice qui nous semblent insurmontables.
Cependant, nous devons être confiants, car ce qui semble impossible pour l'homme est possible pour Dieu.

 

HYMNE : O TOI, L'AU-DELÀ DE TOUT

Ô toi, l'au-delà de tout,
   n'est-ce pas là tout ce qu'on peut chanter de toi ?
Quelle hymne te dira, quel langage ?
   Aucun mot ne t'exprime.
À quoi l'esprit s'attachera-t-il ?
   Tu dépasses toute intelligence.
Seul, tu es indicible,
   car tout ce qui se dit est sorti de toi.
Seul, tu es inconnaissable,
   car tout ce qui se pense est sorti de toi.
Tous les êtres,
   ceux qui parlent et ceux qui sont muets,
   te proclament.
Tous les êtres,
   ceux qui pensent et ceux qui n'ont point la pensée,
   te rendent hommage.
Le désir universel,
   l'universel gémissement tend vers toi.
Tout ce qui est te prie,
   et vers toi tout être qui pense ton univers
   fait monter une hymne de silence.
Tout ce qui demeure, demeure par toi ;
   par toi subsiste l'universel mouvement.
De tous les êtres tu es la fin ;
   tu es tout être, et tu n'en es aucun.
Tu n'es pas un seul être,
   tu n'es pas leur ensemble.
Tu as tous les noms, et comment te nommerai-je,
   toi le seul qu'on ne peut nommer?
Quel esprit céleste pourra pénétrer les nuées
   qui couvrent le ciel même?
Prends pitié,
Ô toi, l'au-delà de tout,
   n'est-ce pas tout ce qu'on peut chanter de toi?

 

HYMNE : Ô FILS UNIQUE, JÉSUS-CHRIST

Ô Fils unique, Jésus-Christ, 
Nous contemplons en ton visage 
La gloire dont tu resplendis 
Auprès de Dieu avant les siècles. 

Les tiens ne t’ont pas reconnu, 
Et les ténèbres te repoussent ; 
Mais donne à ceux qui t’ont reçu 
De partager ta plénitude. 

Toi qui habites parmi nous, 
Ô Verbe plein de toute grâce, 
Enseigne-nous la vérité, 
Transforme-nous en ton image. 

À toi, la gloire, ô Père saint, 
À toi, la gloire, ô Fils unique, 
Avec l’Esprit consolateur, 
Dès maintenant et pour les siècles.

 

HYMNE : À LA MESURE SANS MESURE

À la mesure sans mesure
De ton immensité,
Tu nous manques, Seigneur.
Dans le tréfonds de notre cœur
Ta place reste marquée
Comme un grand vide, une blessure. 

À l’infini de ta présence
Le monde est allusion,
Car tes mains l’ont formé.
Mais il gémit, en exilé,
Et crie sa désolation
De n’éprouver que ton silence. 

Dans le tourment de ton absence,
C’est toi déjà, Seigneur,
Qui nous as rencontrés.
Tu n’es jamais un étranger,
Mais l’hôte plus intérieur
Qui se révèle en transparence. 

Cachés au creux de ton mystère,
Nous te reconnaissons
Sans jamais te saisir.
Le pauvre seul peut t’accueillir,
D’un cœur brûlé d’attention,
Les yeux tournés vers ta lumière.

 

Oraison du matin (Office des Laudes)... Propre à Saint Alphonse de Liguori.
Seigneur qui ne cesses d'éveiller dans ton Église de nouveaux modèles de vertu, fais-nous suivre les exemples de Saint Alphonse de Liguori, remplis-nous d'ardeur pour le Salut de nos frères, et nous obtiendrons comme lui le Bonheur du Ciel.

 

Parole de Dieu : (Tb 4,15a.16a.18a.19a.c)… (Office des Laudes).
Ce que tu n’aimes pas, ne le fais à personne. Donne de ton pain à celui qui a faim et des vêtements à ceux qui sont nus. Prends conseil de toute personne avisée.
En toute occasion, Bénis Le Seigneur Ton Dieu et demande-Lui de rendre droits tes chemins. Garde en mémoire ces instructions et qu’elles ne s’effacent pas de ton cœur.

 

Parole de Dieu : (Jc 1, 22.25)… (Office des Vêpres).
Mettez la Parole en application, ne vous contentez pas de l’écouter : ce serait vous faire illusion.
Au contraire, l’homme qui se penche sur la loi parfaite, celle de la Liberté, et qui s’y tient, celui qui ne l’écoute pas pour l’oublier mais l’applique dans ses actes, heureux sera-t-il d’agir ainsi.

Ajouter un commentaire