Eucharistie du Lundi 02 Avril 2018 : L’Église Célèbre la Solennité du Lundi dans l’Octave de Pâques.

Eucharistie du Lundi 02 Avril 2018 : L’Église Célèbre la Solennité du Lundi dans l’Octave de Pâques.

L’Église fait mémoire (facultative) de la Fête de Saint François de Paule, Ermite et Fondateur de l'Ordre des Minimes (1416-1507).

Fête de Saint Jean-Paul II, Pape (263ème) de 1978 à 2005 (1920-2005).
Fête de Saint François Coll, Prêtre et Fondateur de la Congrégation des Sœurs Dominicaines de l’Annonciation (1812-1875).
Fête du Bienheureux Guillaume Apor (ou Vilmos), Évêque et martyr (✝ 1945).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre des Actes des Apôtres 2,14.22b-33... Psaume 16(15),1-2a.5.7-8.9-10.11... Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28,8-15.
Commentaire de Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), Évêque de Ravenne, Docteur de l'Église.
HOMÉLIE DE MÉLITON DE SARDES SUR LA PÂQUE : Mystère toujours nouveau.
Autre commentaire de l’Abbé Joan COSTA i Bou (Barcelona, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Franciscodepaula 22

Lundi 02 Avril 2018 : Fête de Saint François de Paule, Ermite et Fondateur de l'Ordre des Minimes (1416-1507).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint François de Paule.

Pape Jean-Paul II

Lundi 02 Avril 2018 : Fête de Saint Jean-Paul II, Pape (263ème) de 1978 à 2005 (1920-2005).
Au Vatican, le 02 Avril 2005 à 21 h 37, tandis qu'on entrait déjà dans le Jour du Seigneur, Octave de Pâques et Dimanche de la Divine Miséricorde, naissance au Ciel du Pape Saint Jean-Paul II dont la mémoire liturgique est célébrée le 22 Octobre.
(Comme en l’année 2016, le Vendredi-Saint était tombé le jour de la Fête de l’Annonciation, évènement qui ne se reproduira plus avant 2157).

Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » en date du 22 Octobre, ou sur le lien suivant :
Saint Jean-Paul II, Pape.

Beato francesco coll y guitart

Lundi 02 Avril 2018 : Fête de Saint François Coll, Prêtre et Fondateur de la Congrégation des Sœurs Dominicaines de l’Annonciation (1812-1875).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint François Coll.

1280px apor vilmos

Lundi 02 Avril 2018 : Fête du Bienheureux Guillaume Apor (ou Vilmos), Évêque et martyr (✝ 1945).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureux Guillaume Apor (ou Vilmos).

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre des Actes des Apôtres 2,14.22b-33.
Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles.
Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes.
Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies.
Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir.
En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : ‘Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche : il est à ma droite, je suis inébranlable.
C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance :
tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption.
Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence.’
Frères, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous.
Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui.
Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : ‘Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption.’
Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.
Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez.

 

Psaume 16(15),1-2a.5.7-8.9-10.11.
Garde-moi, mon Dieu : j'ai fait de toi mon refuge.
J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. »

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon cœur m'avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m'abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Tu m'apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices !

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28,8-15.
En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.
Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »
Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme
en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”
Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »
Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.

 

Commentaire du jour.
Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), Évêque de Ravenne, Docteur de l'Église.
Sermon 80 ; CCL 24A, 490s (trad. Matthieu commenté, DDB 1985, p.152s rev.)

« Soyez sans crainte »

« Je sais que vous cherchez Jésus le crucifié. Il n'est pas ici. » Ainsi parlait l'ange aux femmes, lui qui a ouvert le tombeau pour cette raison.
Ce n'était pas pour en faire sortir Le Christ, qui déjà n'y était plus, mais pour faire savoir que Le Christ n'y était plus.
« Il est ressuscité comme il l'avait dit... Venez voir l'endroit où Le Seigneur avait été déposé » (Mt 28,5-6).
Venez, femmes, venez. Voyez l'endroit où vous aviez déposé Adam, où le genre humain avait été enseveli. Comprenez qu'aussi grand a été son pardon que grande a été l'injustice faite au Seigneur...
Quand les femmes entrent dans le sépulcre, elles prennent leur part de l'ensevelissement, elles font cause commune avec la Passion.
Sortant du sépulcre, elles se relèvent dans la Foi avant de ressusciter dans la chair. « Elles quittèrent le tombeau, tremblantes et toutes joyeuses »...
L'Écriture dit : « Servez Le Seigneur avec crainte et jubilez pour Lui avec tremblement » (Ps 2,11).

« Et Jésus vint à leur rencontre et il leur dit : 'Je vous salue !' » Le Christ vient à la rencontre de ceux qui courent avec Foi, pour qu'ils reconnaissent de leurs yeux ce qu'ils avaient cru par la Foi.
Il veut conforter par sa présence celles que l'ouïe jusqu'alors avait laissées tremblantes... Il vient à leur rencontre comme un maître, il les salue comme un parent, il leur redonne la vie par l'Amour, il les préserve par la crainte.
Il les salue pour qu'elles le servent amoureusement, pour que la crainte ne les mette pas en fuite. « Je vous salue ! » « Elles s'approchèrent et lui saisirent les pieds »... « Je vous salue ! », c'est-à-dire : Touchez-moi. Il a voulu être pris, lui qui a supporté qu'on jette les mains sur Lui...

Il leur dit : « Soyez sans crainte ». Ce que l'ange avait dit, Le Seigneur le dit aussi. L'ange les avait affermies, Le Christ va les rendre plus fortes encore.
« Soyez sans crainte. Allez annoncer à mes frères qu'ils doivent s'en aller en Galilée. C'est là qu'ils me verront. »
Se relevant des morts, Le Christ a ressaisi l'homme, il ne l'a pas abandonné. Il les appelle donc ses frères, ceux que par le corps il a rendu ses frères germains ; il les appelle frères, ceux qu'il a adoptés comme fils de Son Père.
Il les appelle frères, ceux que, héritier plein de bonté, il a rendu ses cohéritiers.

 

HOMÉLIE DE MÉLITON DE SARDES SUR LA PÂQUE

Mystère toujours nouveau.

Comprenez-le, mes bien-aimés : le mystère de la Pâque est ancien et nouveau, provisoire et éternel, corruptible et incorruptible, mortel et immortel.

Il est ancien en raison de la Loi, mais nouveau en raison du Verbe ; provisoire en ce qu'il est figuratif, mais éternel parce qu'il donne la grâce ; corruptible puisqu'on immole une brebis, mais incorruptible parce qu'il contient la Vie du Seigneur ; mortel, puisque Le Seigneur est enseveli dans la terre, mais immortel par sa Résurrection d'entre les morts.

Oui, la Loi est ancienne, mais le Verbe est nouveau ; la figure est provisoire, mais la grâce est éternelle ; la brebis est corruptible, mais Le Seigneur est incorruptible, Lui qui a été immolé comme l'Agneau, et qui ressuscita comme Dieu.

Car il a été conduit comme une brebis vers l'abattoir, alors qu'il n'était pas une brebis ; il est comparé à l'agneau muet, alors qu'il n'était pas un agneau.
En effet, la figure a passé, et la vérité a été réalisée : Dieu a remplacé l'agneau, un homme a remplacé la brebis, dans cet homme, Le Christ, qui contient toute chose.

Ainsi donc, l'immolation de la brebis et le rite de la Pâque et la lettre de la Loi ont abouti au Christ Jésus en vue de qui tout arriva dans la loi ancienne et davantage encore dans l'ordre nouveau.

Car la Loi est devenue le Verbe, et, d'ancienne, elle est devenue nouvelle (l'une et l'autre sorties de Sion et de Jérusalem), le commandement s'est transformé en grâce, la figure en vérité, l'agneau est devenu fils, la brebis est devenue homme et l'homme est devenu Dieu.

Le Seigneur, étant Dieu, revêtit l'homme, souffrit pour celui qui souffrait, fut enchaîné pour celui qui était captif, fut jugé pour le coupable, fut enseveli pour celui qui était enseveli.
Il ressuscita des morts et déclara à haute voix : Qui disputera contre Moi ? Qu'il se présente en face de Moi !
C'est Moi qui ai délivré le condamné ; c'est Moi qui ai rendu la vie au mort ; c'est Moi qui ai ressuscité l'enseveli.
Qui ose me contredire ? C'est Moi, dit-il, qui suis Le Christ, qui ai détruit la mort, qui ai triomphé de l'adversaire, qui ai lié l'ennemi puissant, et qui ai emporté l'homme vers les hauteurs des Cieux ; c'est Moi, dit-il, qui suis Le Christ.

Venez donc, toutes les familles des hommes, pétries de péchés, et recevez le Pardon des péchés.
Car c'est Moi qui suis votre Pardon, Moi la Pâque du Salut, Moi l'Agneau immolé pour vous, Moi votre rançon, Moi votre Vie, Moi votre Résurrection, Moi votre Lumière, Moi votre Salut, Moi votre Roi.
C'est Moi qui vous emmène vers les hauteurs des Cieux ; c'est Moi qui vous ressusciterai ; c'est Moi qui vous ferai voir Le Père qui existe de toute éternité ; c'est Moi qui vous ressusciterai par ma main puissante.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/III_05
Abbé Joan COSTA i Bou (Barcelona, Espagne).

«Vite, elles quittèrent le tombeau, tremblantes et toutes joyeuses, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples»

Aujourd'hui la joie de la Résurrection fait des femmes qui sont allées au tombeau, de courageuses messagères du Christ.
Elles sont «toutes joyeuses» dans leur cœurs à cause de l'annonce de l'Ange que leur Maître est ressuscité.
Puis elles quittèrent le tombeau “et coururent” porter la nouvelle aux disciples. Elles ne peuvent rester inactives et leurs cœurs éclateraient si elles ne pouvaient pas en parler à tous les disciples.
Dans nos âmes résonnent les mots de Paul: «En effet, l'Amour du Christ nous saisit» (2Co 5:14).

Et voici que Jésus vint à leur rencontre: il le fait avec Marie-Madeleine et avec l'autre Marie —c'est ainsi que Christ les remercie et qu'il récompense l'audace d'aller le chercher de bonne heure—, et il le fait aussi avec tout homme et toute femme.
Mieux encore, Le Christ par son Incarnation s'est uni à chacun de nous.

Les réactions de ces femmes en présence du Seigneur expriment au plus haut degré les attitudes les plus profondes de l'être humain devant Celui qui est Notre Créateur et Rédempteur: la soumission totale —«et, lui saisissant les pieds, elles se prosternèrent devant Lui» (Mt 28:9)— et l'Adoration.
Quelle leçon pour nous ! Elles nous indiquent notre attitude envers Le Christ Eucharistie!

«Soyez sans crainte» (Mt 28:10), dit Jésus aux saintes femmes. Crainte du Seigneur? Jamais. Puisqu'il est l'Amour de nos Amours!
Crainte de le perdre, sans doute, parce que nous connaissons nos faiblesses.
Aussi saisissons-nous très fort ses pieds. Comme les Apôtres, surpris par une furieuse tempête, comme les disciples d’Emmaüs, nous Lui demandons: Seigneur, nous t'en prions, ne nous abandonne pas!

Et le Maître envoie les femmes aux disciples afin qu'ils puissent le voir. C'est là notre tâche quotidienne et notre mission divine depuis notre Baptême: annoncer Le Christ partout «que tout homme puisse retrouver Le Christ, afin que Le Christ puisse parcourir la route de l'existence, en compagnie de chacun, avec la puissance de la Vérité sur l'homme et sur le monde contenue dans le mystère de l'Incarnation et de la Rédemption, avec la puissance de l'Amour qui en rayonne» (Jean Paul II).

 

HYMNE : J’AI VU L’EAU VIVE

J’ai vu l’eau vive 
jaillissant du cœur du Christ, alléluia ! 
Tous ceux que lave cette eau 
seront sauvés et chanteront : alléluia ! 

J’ai vu la source 
devenir un fleuve immense, alléluia ! 
Les fils de Dieu rassemblés 
chantaient leur joie d’être sauvés, alléluia ! 

J’ai vu le Temple 
désormais s’ouvrir à tous, alléluia ! 
Le Christ revient victorieux, 
montrant la plaie de son côté, alléluia ! 

J’ai vu le Verbe 
nous donner la paix de Dieu, alléluia ! 
Tous ceux qui croient en son nom 
seront sauvés et chanteront : alléluia !

 

HYMNE : LUMIÈRE DU MONDE, Ô JÉSUS

Lumière du monde, ô Jésus,
Bien que nous n’ayons jamais vu
Ta tombe ouverte,
D’où vient en nous cette clarté,
Ce jour de fête entre les fêtes,
Sinon de toi, ressuscité ?

Quand sur nos chemins on nous dit :
Où est votre Christ aujourd’hui
Et son miracle ?
Nous répondons : D’où vient l’Esprit
Qui nous ramène vers sa Pâque,
Sur son chemin, sinon de lui ?

Nous avons le cœur tout brûlant
Lorsque son amour y descend
Et nous murmure :
L’amour venu, le jour viendra
Au cœur de toute créature,
Et le Seigneur apparaîtra.

Et si l’on nous dit : Maintenant
Montrez-nous un signe éclatant
Hors de vous-mêmes !
Le signe est là qu’à son retour
Nous devons faire ce qu’il aime
Pour témoigner qu’il est amour.

 

HYMNE : QUE CHERCHEZ-VOUS AU SOIR TOMBANT

Que cherchez-vous au soir tombant
Avec des cœurs aussi brûlants ?
Où courez-vous en abaissant
Vos têtes ?
Tout simplement le jour promis
À ceux qui auront accueilli
Cette lumière que Dieu dit
Luire aux ténèbres.

N’étiez-vous donc pas prévenus ?
Ce nouveau jour qui apparut
Lors de la Pâque de Jésus,
Il monte ;
Où irions-nous si ce n’est là ?
Quand notre lumière décroît,
Nous savons bien qu’il est déjà
Le jour du monde.

Et vous aussi, venez le voir,
Mais hâtez-vous, car il est tard !
Chacun de nous aura sa part
De grâce ;
Chacun de vous, s’il prend l’esprit,
Et l’esprit vous mène à sa nuit,
Verra surgir ce jour promis :
C’est Dieu qui passe.

Voici pourquoi nous accourons
À sa nouvelle création :
Dieu fait toujours ce qui est bon
Pour l’homme.
Il le découvre peu à peu,
Doucement il ouvre nos yeux,
Car rien n’est impossible à Dieu,
Puisqu’il se donne.

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Dieu qui agrandit toujours ton Église en lui donnant par le Baptême de nouveaux enfants, accorde à tes fils d’être fidèles toute leur vie au Sacrement qu’ils ont reçu dans la Foi.

 

Parole de Dieu : (Rm 10, 8-10)... (Office des Laudes).
Nous lisons dans l’Écriture : « La Parole est près de toi ; elle est dans ta bouche et dans ton cœur. »
Cette Parole, c’est le message de la Foi que nous proclamons. Donc, si tu affirmes de ta bouche que Jésus est Seigneur, si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé.
Celui qui croit du fond de son cœur devient juste ; celui qui, de sa bouche, affirme sa Foi parvient au Salut.

 

Parole de Dieu : (He 8, 1b-3a)... (Office des Vêpres).
C'est bien ce Grand Prêtre là que nous avons, Lui qui s'est assis à la droite de Dieu et qui règne avec Lui dans les Cieux, après avoir accompli le service du véritable Sanctuaire, et de la véritable Tente dressée par Le Seigneur et non par un homme.
Le Grand Prêtre a toujours été chargé d’offrir des dons et des sacrifices.

Ajouter un commentaire