Eucharistie du Lundi 30 Avril 2018 : Lundi de la 5ème semaine de Pâques.

Eucharistie du Lundi 30 Avril 2018 : Lundi de la 5ème semaine de Pâques.

L’Église fait mémoire (facultative) de la Fête de Saint Pie V, Pape (226ème) de 1566 à 1572 (✝ 1572).

Fête de Sainte Marie de l'Incarnation (Marie Guyart), Ursuline au Canada (1599-1672).
Fête de Saint Joseph-Benoît Cottolengo, Prêtre et Fondateur de la « Petite maison de la Providence » (1786-1842).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre des Actes des Apôtres 14,5-18... Psaume 115(113B),1-2.3-4.15-16... Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,21-26.
Commentaire de Saint Josémaria Escriva de Balaguer (1902-1975), Prêtre, Fondateur.
Autre commentaire du Bienheureux Jan van Ruusbroec (1293-1381), Chanoine régulier.
Autre commentaire de l’Abbé Norbert ESTARRIOL i Seseras (Lleida, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

El greco 050

Lundi 30 Avril 2018 : Fête de Saint Pie V, Pape (226ème) de 1566 à 1572 (✝ 1572).
Célébration de la Messe Tridentine en latin selon le rite de Saint Pie V. Le rite de Saint Pie V est le rite Liturgique qui était en vigueur avant la réforme liturgique de 1969 qui a mis en œuvre les orientations du Concile Vatican II.

Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Pie V, Pape (226ème).

Marie incarnation tours 38

Lundi 30 Avril 2018 : Fête de Sainte Marie de l'Incarnation (Marie Guyart), Ursuline au Canada (1599-1672).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Sainte Marie de l'Incarnation.

Giuseppe benedetto cottolengo

Lundi 30 Avril 2018 : Fête de Saint Joseph-Benoît Cottolengo, Prêtre et Fondateur de la « Petite maison de la Providence » (1786-1842).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Joseph-Benoît Cottolengo.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre des Actes des Apôtres 14,5-18.
En ces jours-là, à Iconium, il y eut un mouvement chez les non-Juifs et chez les Juifs, avec leurs chefs, pour recourir à la violence et lapider Paul et Barnabé.
Lorsque ceux-ci s’en aperçurent, ils se réfugièrent en Lycaonie dans les cités de Lystres et de Derbé et dans leurs territoires environnants.
Là encore, ils annonçaient la Bonne Nouvelle.
Or, à Lystres, il y avait un homme qui était assis, incapable de se tenir sur ses pieds. Infirme de naissance, il n’avait jamais pu marcher.
Cet homme écoutait les paroles de Paul. Celui-ci le fixa du regard et vit qu’il avait la foi pour être sauvé.
Alors il lui dit d’une voix forte : « Lève-toi, tiens-toi droit sur tes pieds. » L’homme se dressa d’un bond : il marchait.
En voyant ce que Paul venait de faire, les foules s’écrièrent en lycaonien : « Les dieux se sont faits pareils aux hommes, et ils sont descendus chez nous ! »
Ils donnaient à Barnabé le nom de Zeus, et à Paul celui d’Hermès, puisque c’était lui le porte-parole.
Le prêtre du temple de Zeus, situé hors de la ville, fit amener aux portes de celle-ci des taureaux et des guirlandes. Il voulait offrir un sacrifice avec les foules.
Informés de cela, les Apôtres Barnabé et Paul déchirèrent leurs vêtements et se précipitèrent dans la foule en criant :
« Pourquoi faites-vous cela ? Nous aussi, nous sommes des hommes pareils à vous, et nous annonçons la Bonne Nouvelle : détournez-vous de ces vaines pratiques, et tournez-vous vers le Dieu vivant, lui qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qu’ils contiennent.
Dans les générations passées, il a laissé toutes les nations suivre leurs chemins.
Pourtant, il n’a pas manqué de donner le témoignage de ses bienfaits, puisqu’il vous a envoyé du ciel la pluie et des saisons fertiles pour vous combler de nourriture et de bien-être. »
En parlant ainsi, ils empêchèrent, mais non sans peine, la foule de leur offrir un sacrifice.

 

Psaume 115(113B),1-2.3-4.15-16.
Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous,
mais à ton nom, donne la gloire,
pour ton amour et ta vérité.
Pourquoi les païens diraient-ils :
« Où donc est leur Dieu ? »

Notre Dieu, il est au ciel ;
tout ce qu'il veut, il le fait.
Leurs idoles : or et argent,
ouvrages de mains humaines.

Soyez bénis par le Seigneur
qui a fait le ciel et la terre !
Le ciel, c'est le ciel du Seigneur ;
aux hommes, il a donné la terre.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,21-26.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »
Jude – non pas Judas l’Iscariote – lui demanda : « Seigneur, que se passe-t-il ? Est-ce à nous que tu vas te manifester, et non pas au monde ? »
Jésus lui répondit : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.
Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.
Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ;
mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

 

Commentaire du jour.
Saint Josémaria Escriva de Balaguer (1902-1975), Prêtre, Fondateur.
Homélie du 26/03/1967 in Es Cristo que pasa  (trad. Quand Le Christ passe, Le Laurier 1989, p. 192)

« Mon Père l'aimera, nous viendrons vers lui et nous ferons une demeure chez lui »

Le Christ demeure dans son Église : dans ses Sacrements, dans sa liturgie, dans sa prédication, dans toute son activité.
D'une manière spéciale, Le Christ demeure présent parmi nous dans le don quotidien de la Sainte Eucharistie.
C'est pourquoi la Messe est le centre et la racine de la Vie Chrétienne. Dans toute Messe il y a toujours Le Christ total, Tête et Corps (Ep 1,22-23).
« Par Lui, avec Lui et en Lui. » Car Le Christ est le Chemin, le Médiateur : en Lui nous trouvons tout ; hors de Lui notre vie est vide...

Le Christ vit dans le Chrétien. La Foi nous dit que l'homme en état de grâce est divinisé. Nous sommes des hommes et des femmes, non des anges, des êtres en chair et en os, avec un cœur et des passions, des tristesses et des joies, mais la divinisation s'accomplit dans l'homme tout entier, comme une anticipation de la Résurrection Glorieuse.
« Le Christ est ressuscité des morts, prémices de ceux qui se sont endormis. Car, la mort étant venue par un homme, c'est par un homme aussi que vient la Résurrection des morts. De même en effet que tous meurent en Adam, tous aussi revivront dans Le Christ » (1Co 15,20-22. 

La Vie du Christ est notre Vie, selon ce qu'il a promis à ses apôtres, le jour de la dernière Cène : « Si quelqu'un m'aime il gardera ma Parole, et Mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure ».
Le Chrétien doit, par conséquent, vivre selon la Vie du Christ, en faisant siens les sentiments du Christ, de manière à pouvoir s'écrier avec Saint Paul : « Je vis, mais ce n'est plus moi, c'est Le Christ qui vit en moi » (Ga 2,20.

 

Commentaire du jour.
Bienheureux Jan van Ruusbroec (1293-1381), Chanoine régulier.
Les Noces spirituelles, III (trad. Louf, Bellefontaine 1993, p. 214 rev.)

« L'Esprit-Saint vous enseignera tout »

La Vie de Contemplation est la Vie du Ciel... Grâce à l'Amour d'Union avec Dieu en effet, l'homme passe au-delà de son être de créature, pour découvrir et savourer l'opulence et les délices que Dieu est Lui-même et qu'il laisse couler sans cesse au plus caché de l'esprit humain, là où celui-ci est semblable à la noblesse de Dieu.
Lorsque l'homme recueilli et contemplatif a ainsi rejoint son image éternelle, et lorsque, dans cette limpidité, grâce au Fils, il a trouvé sa place dans le sein du Père, il est éclairé par la Vérité Divine...

Car il faut savoir que Le Père Céleste, abîme vivant, est tourné, par des œuvres, avec tout ce qui vit en Lui, vers Son Fils, comme vers son éternelle Sagesse (Pr 8,22s) ; et cette même Sagesse, avec tout ce qui vit en elle, se réfléchit, par des œuvres, dans Le Père, c'est-à-dire dans l'abîme dont elle est sortie.
De cette rencontre jaillit la troisième Personne, celle qui se tient entre Le Père et Le Fils, c'est-à-dire Le Saint-Esprit, leur commun Amour, qui est un avec les deux dans la même nature.

Cet Amour embrasse et traverse avec jouissance Le Père, Le Fils et tout ce qui vit en eux, et cela avec une telle opulence et une telle joie que toutes les créatures en sont réduites à un silence éternel.
Car la merveille insaisissable, cachée en cet Amour, dépassera éternellement la compréhension de toute créature.

Lorsque nous reconnaissons cette merveille et la savourons sans étonnement, c'est que notre esprit se trouve au-delà de lui-même et qu'il est un avec L'Esprit de Dieu, savourant et regardant sans mesure, comme Dieu savoure et regarde sa propre richesse dans l'unité de sa profondeur vivante, selon son mode incréé...

Cette délicieuse rencontre, qui a lieu en nous selon le mode de Dieu, est sans cesse renouvelée...
Car de même que Le Père regarde sans cesse toutes les choses comme nouvelles dans la naissance de Son Fils, elles sont aussi aimées d'une façon nouvelle par Le Père et par Le Fils dans le jaillissement du Saint-Esprit.
Voilà la rencontre du Père et du Fils en laquelle nous sommes amoureusement étreints, grâce au Saint-Esprit, dans un Amour éternel.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/III_40
Abbé Norbert ESTARRIOL i Seseras (Lleida, Espagne).

«Le Défenseur, L'Esprit-Saint que Le Père enverra en mon Nom, Lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit»

Aujourd'hui Jésus nous montre son immense désir de ce que nous participions de sa plénitude. Incorporés à Lui, nous sommes à la source de la Vie Divine qu'est la Très Sainte Trinité. «Dieu est avec toi. Dans ton âme en état de grâce habite la Bienheureuse Trinité. -C'est pourquoi, toi, en dépit de tes misères, tu peux et tu dois être en continuelle conversation avec Le Seigneur» (Saint Josemaría).

Jésus assure qu'il sera présent en nous par l'inhabitation Divine dans l'âme en état de grâce. Les Chrétiens ne sont donc plus orphelins.
Puisqu'Il nous aime tant, alors qu'Il n'a pas besoin de nous, il ne veut pas se passer de nous.

«Celui qui a reçu mes Commandements et y reste fidèle, c'est celui-là qui m'aime; et celui qui m'aime sera aimé de Mon Père; moi aussi je l'aimerai, et je me manifesterai à lui» (Jn 14,21).

Cette pensée nous aide à demeurer en présence de Dieu. Alors, il n'y a pas de place pour d'autres désirs ou pensées qui, pour le moins, nous font perdre du temps et nous empêchent d'accomplir la Volonté Divine.
Voici une recommandation de Saint Grégoire le Grand: «Ne nous laissons pas séduire par la flatterie de la prospérité, car il chemine sottement celui qui voit sur sa route des prés délicieux et en oublie sa destination».

La présence de Dieu dans notre cœur nous aidera à découvrir et à réaliser dans ce monde les plans que la Providence nous a assignés.
L'Esprit du Seigneur suscitera dans nos cœurs des initiatives pour les placer au sommet de toutes les activités humaines et rendre ainsi présent Le Christ au plus haut de la Terre.
Si nous avons cette intimité avec Jésus, nous parviendrons à être de bons enfants de Dieu et nous nous sentirons ses amis en tout lieu et à tout instant: dans la rue, au milieu de la tâche quotidienne, dans la vie de famille.

Toute la lumière et le feu de la Vie Divine se déverseront sur chacun des fidèles qui sont disposés à recevoir le don de l'inhabitation.
La Mère de Dieu, qui est notre Mère, intercèdera pour que nous pénétrions dans cette fréquentation de la Sainte Trinité.

 

HYMNE : LUMIÈRE DU MONDE, Ô JÉSUS

Lumière du monde, ô Jésus,
Bien que nous n’ayons jamais vu
Ta tombe ouverte,
D’où vient en nous cette clarté,
Ce jour de fête entre les fêtes,
Sinon de toi, ressuscité ?

Quand sur nos chemins on nous dit :
Où est votre Christ aujourd’hui
Et son miracle ?
Nous répondons : D’où vient l’Esprit
Qui nous ramène vers sa Pâque,
Sur son chemin, sinon de lui ?

Nous avons le cœur tout brûlant
Lorsque son amour y descend
Et nous murmure :
L’amour venu, le jour viendra
Au cœur de toute créature,
Et le Seigneur apparaîtra.

Et si l’on nous dit : Maintenant
Montrez-nous un signe éclatant
Hors de vous-mêmes !
Le signe est là qu’à son retour
Nous devons faire ce qu’il aime
Pour témoigner qu’il est amour.

 

HYMNE : QUE CHERCHEZ-VOUS AU SOIR TOMBANT

Que cherchez-vous au soir tombant
Avec des cœurs aussi brûlants ?
Où courez-vous en abaissant
Vos têtes ?
Tout simplement le jour promis
À ceux qui auront accueilli
Cette lumière que Dieu dit
Luire aux ténèbres.

N’étiez-vous donc pas prévenus ?
Ce nouveau jour qui apparut
Lors de la Pâque de Jésus,
Il monte ;
Où irions-nous si ce n’est là ?
Quand notre lumière décroît,
Nous savons bien qu’il est déjà
Le jour du monde.

Et vous aussi, venez le voir,
Mais hâtez-vous, car il est tard !
Chacun de nous aura sa part
De grâce ;
Chacun de vous, s’il prend l’esprit,
Et l’esprit vous mène à sa nuit,
Verra surgir ce jour promis :
C’est Dieu qui passe.

Voici pourquoi nous accourons
À sa nouvelle création :
Dieu fait toujours ce qui est bon
Pour l’homme.
Il le découvre peu à peu,
Doucement il ouvre nos yeux,
Car rien n’est impossible à Dieu,
Puisqu’il se donne.

 

HYMNE : O NUIT, DE QUEL ÉCLAT TU RESPLENDIS !

Ô nuit, de quel éclat tu resplendis !
La mort n'a pu garder dans son étreinte
Le Fils unique.
Jésus repousse l'ombre
Et sort vainqueur :
Christ est ressuscité !
Mais c'est en secret,
Et Dieu seul connaît
L'instant
Où triomphe la vie.

Quelqu'un, près de la croix, n'a pas douté ;
La Femme jusqu'au jour a porté seule
L'espoir du monde.
Sa foi devance l'heure
Et sait déjà :
Christ est ressuscité !
Mais c'est en secret,
Et Dieu seul connaît
La joie
Dont tressaille Marie.

Jésus, lumière et vie, demeure en nous !
Pourquoi chercher encore au tombeau vide
Un autre signe ?
L'amour jaillit et chante
Au fond du cœur :
Christ est ressuscité !
Mais c'est en secret,
Et Dieu seul connaît
Le feu
Qui s'éveille aujourd'hui.

 

Oraison du matin (Office des Laudes)... Propre à Saint Pie V, Pape.
Seigneur, qui a suscité dans ton Église le Pape Saint Pie V pour défendre la Foi et veiller à la dignité de la Liturgie, accorde-nous, à sa Prière, d’entrer dans l’intelligence de ton Mystère avec un cœur plein de Foi et d’Amour.

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Dieu, qui peux mettre au cœur de tes fidèles un unique désir, donne à ton peuple d’aimer ce que tu commandes et d’attendre ce que tu promets, pour qu’au milieu des changements de ce monde, nos cœurs s’établissent fermement là où se trouvent les vraies joies.

 

Parole de Dieu : (Rm 10, 8-10)... (Office des Laudes).
Nous lisons dans l’Écriture : « La Parole est près de toi ; elle est dans ta bouche et dans ton cœur. »
Cette Parole, c’est le message de la Foi que nous proclamons. Donc, si tu affirmes de ta bouche que Jésus est Seigneur, si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé.
Celui qui croit du fond de son cœur devient juste ; celui qui, de sa bouche, affirme sa Foi parvient au Salut.

 

Parole de Dieu : (He 8, 1b-3a)... (Office des Vêpres).
C'est bien ce Grand-Prêtre-là que nous avons, Lui qui s'est assis à la droite de Dieu et qui règne avec Lui dans les Cieux, après avoir accompli le service du véritable Sanctuaire, et de la véritable Tente dressée par Le Seigneur et non par un homme.
Le grand prêtre a toujours été chargé d’offrir des dons et des sacrifices.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 30/04/2018