Eucharistie du Samedi 16 Décembre 2017 : Samedi de la 2ème semaine de l’Avent.

Eucharistie du Samedi 16 Décembre 2017 : Samedi de la 2ème semaine de l’Avent.

Fête de Sainte Adélaïde (ou Alice), veuve et Impératrice du Saint Empire (931-999).
Fête de Saint Adon de Vienne, Évêque († 875).
Fête du Bienheureux Honoré de Biala Podlaska Kozminski, Prêtre o.f.m. cap. († 1916).
Fête de la Bienheureuse Marie des Anges (Marianna Fontanella), Vierge Moniale du Carmel (1661-1717).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre de l'Ecclésiastique 48,1-4.9-11… Psaume 80(79),2ac.3bc.15-16a.18-19… Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 17,10-13.
Commentaire de Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208), Évêque, Théologien et Martyr.
Autre commentaire de Saint Ambroise (v. 340-397), Évêque de Milan et Docteur de l'Église.
Autre commentaire de Jean Gobeil, s.j., La Villa Loyola, dirigée par les Jésuites de Sudbury.
Autre commentaire de Frère Élie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
Autre commentaire de l’Abbé Xavier SOBREVÍA i Vidal (Castelldefels, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Meissner dom stifter 11

Samedi 16 Décembre 2017 : Fête de Sainte Adélaïde (ou Alice), veuve et Impératrice du Saint Empire (931-999).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Sainte Adélaïde (ou Alice), veuve et Impératrice du Saint Empire.

Sant adone di vienne 2

Samedi 16 Décembre 2017 : Fête de Saint Adon de Vienne, Évêque († 875).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Adon de Vienne, Évêque.

Beato onorato venceslao kazminski c 2

Samedi 16 Décembre 2017 : Fête du Bienheureux Honoré de Biala Podlaska Kozminski, Prêtre o.f.m. Cap. († 1916).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureux Honoré de Biala Podlaska Kozminski.

Beata maria degli angeli marianna fontanella i 2

Samedi 16 Décembre 2017 : Fête de la Bienheureuse Marie des Anges (Marianna Fontanella), Vierge Moniale du Carmel (1661-1717).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureuse Marie des Anges (Marianna Fontanella).

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre de l'Ecclésiastique 48,1-4.9-11.
En ces jours-là, le prophète Élie surgit comme un feu, sa parole brûlait comme une torche.
Il fit venir la famine sur les hommes d'Israël, et, dans son ardeur, en fit périr un grand nombre.
Par la parole du Seigneur, il ferma le ciel, et à trois reprises il en fit descendre le feu.
Comme tu étais redoutable, Élie, dans tes prodiges ! Qui pourrait se glorifier d'être ton égal ?
Toi qui fus emporté dans un tourbillon de feu par un char aux coursiers de feu ;
toi qui fus préparé pour la fin des temps, ainsi qu'il est écrit, afin d'apaiser la colère avant qu'elle n'éclate, afin de ramener le cœur des pères vers les fils et de rétablir les tribus de Jacob,
heureux ceux qui te verront, heureux ceux qui se sont endormis dans l'amour du Seigneur, car nous aussi nous posséderons la vraie vie.

 

Psaume 80(79),2ac.3bc.15-16a.18-19.
Berger d'Israël, écoute,
resplendis au-dessus des Kéroubim.
Réveille ta vaillance
et viens nous sauver.

Dieu de l'univers reviens !
Du haut des cieux, regarde et vois :
visite cette vigne, protège-la,
celle qu'a plantée ta main puissante.

Que ta main soutienne ton protégé,
le fils de l'homme qui te doit sa force.
Jamais plus nous n'irons loin de toi :
fais-nous vivre et invoquer ton nom !

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 17,10-13.
Descendant de la montagne, les disciples interrogèrent Jésus : « Pourquoi donc les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d'abord ? »
Jésus leur répondit : « Élie va venir pour remettre tout en place.
Mais, je vous le déclare : Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu. Le Fils de l'homme, lui aussi, va souffrir par eux. »
Alors les disciples comprirent qu'il leur parlait de Jean le Baptiste.

 

Commentaire du jour.
Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208), Évêque, Théologien et Martyr.
Contre les hérésies, III, 10-11 (trad. cf. SC 34)

« Je vous le déclare : Élie est déjà venu »

À propos de Jean le Baptiste, nous lisons chez Luc : « Il sera grand devant Le Seigneur, et il ramènera beaucoup des fils d'Israël au Seigneur leur Dieu. Il marchera devant Lui avec l'esprit et la puissance d'Élie, afin de préparer pour Le Seigneur un peuple bien disposé » (Lc 1,15s).

Pour qui donc a-t-il préparé un peuple et devant quel Seigneur a-t-il été grand ? Sans aucun doute devant celui qui a dit que Jean avait quelque chose de « plus qu'un prophète » et que « personne d'entre les enfants des femmes n'était plus grand que Jean le Baptiste » (Mt 11,9.11).
Car Jean préparait un peuple en annonçant d'avance à ses compagnons de servitude la venue du Seigneur et en leur prêchant la pénitence, afin que, lorsque Le Seigneur serait présent, ils soient en état de recevoir son pardon, qu'ils reviennent à celui dont ils s'étaient éloignés par leurs péchés et leurs transgressions.
C'est pourquoi, en les ramenant à leur Seigneur, Jean préparait au Seigneur un peuple bien disposé, dans l'esprit et la puissance d'Élie.

Jean l'Évangéliste nous dit : « Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière. Il n'était pas la Lumière, mais il venait pour lui rendre témoignage » (1,6-8).
Ce précurseur, Jean le Baptiste, qui rendait témoignage à la lumière, a été envoyé sans aucun doute par le Dieu qui...avait promis par les prophètes d'envoyer son messager devant la face de Son Fils pour lui préparer le chemin (Ml 3,1 ;Mc 1,2), c'est-à-dire pour rendre témoignage à la Lumière dans l'esprit et la puissance d'Élie...
Précisément parce que Jean est un témoin, Le Seigneur dit qu'il était plus qu'un prophète. Tous les autres prophètes ont annoncé la venue de la lumière du Père et ont désiré être jugés dignes de voir celui qu'ils prêchaient.
Jean a prophétisé comme eux mais il l'a vu présent, il l'a montré et a persuadé beaucoup de croire en Lui, si bien qu'il a tenu à la fois la place d'un prophète et celle d'un apôtre.
Voilà pourquoi Le Christ dit de lui qu'il était « plus qu'un prophète ».

 

Commentaire du jour.
Saint Ambroise (v. 340-397), Évêque de Milan et Docteur de l'Église.
Élie et le jeûne  ; PL14, 697 (trad. coll. Spi. Or. 53, p. 227 rev.)

« Il marchera devant Dieu avec l'esprit et la puissance d'Élie » (Lc 1,17)

Qu'est-ce que le jeûne, sinon l'essence et l'image du Ciel ? Le jeûne est le réconfort de l'âme, la nourriture de l'esprit.
Le jeûne est la vie des anges ; le jeûne est la mort du péché, la destruction des fautes, le remède du Salut, la racine de la Grâce, le fondement de la Chasteté.
Par cette échelle, on parvient plus rapidement auprès de Dieu. Élie est monté par cette échelle, avant de monter par le char ; et en partant vers le Ciel, il a laissé à son disciple cet héritage de la sobriété et de l'abstinence (cf 2R 2,11-15).

C'est dans cette force et cet esprit d'Élie que Jean est venu (Lc 1,17). En effet, au désert lui aussi s'adonnait au jeûne, et sa nourriture était des sauterelles et du miel sauvage (Mt 3,4). Pour cette raison, celui qui l'avait emporté par sa maîtrise de soi sur la capacité de la vie humaine a été considéré non comme un homme, mais comme un ange.
Nous lisons à son sujet : « Il est même plus qu'un prophète. C'est celui dont il est écrit : Voici que j'envoie mon ange devant ta face pour préparer le chemin devant toi » (Mt 11,9-10 grec ; Ex 23,20).
Qui aurait pu par une force humaine monter sur des chevaux de feu, sur un char de feu, mener une course à travers les airs [comme Élie], sinon celui qui avait transformé la nature du corps humain par la force du jeûne qui lui accorde une nature impérissable ?

 

Autre commentaire du jour.
http://villaloyola.com/fr/node/39
Jean Gobeil, s.j., La Villa Loyola, dirigée par les Jésuites de Sudbury.

Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu. Le Fils de l'homme, lui aussi, va souffrir par eux. »

La première lecture tirée du livre du Siracide rappelle les hauts faits du prophète Élie. Son rôle a été important dans les débuts de l’histoire d’Israël dans la Terre Promise.
C’était le moment où Israël passait du nomadisme dans le désert à la vie sédentaire. Il avait dû emprunter aux populations locales les techniques de la culture du sol et la tentation était grande d’adopter en même temps les divinités qui étaient les assurances pour la pluie, comme Baal, ou pour la fertilité des troupeaux, comme Astarté.

Le rôle d’Élie fut de rappeler que Yahvé, le Dieu de l’histoire qui les avait délivrés d’Égypte et accompagnés au désert, était aussi le Maître de la pluie et de la fertilité. Après ses luttes, Élie avait été emporté au Ciel sous les yeux de son disciple Élisée. Pour cette raison on croyait qu’il reviendrait un jour.

Au temps de Jésus, on trouve, dans les écrits apocryphes qui parlent de la venue du Messie, la croyance qu’Élie précédera cette venue. En parlant des scribes, c’est à ces écrits que font allusion les disciples.

Mais pour Jésus, c’est Jean-Baptiste qui a rempli le rôle de préparer la venue du Messie. Plutôt (Mt.11,2), des disciples de J.-B. étaient venus questionner Jésus.
A la suite de cela, Jésus avait rendu témoignage au Précurseur. En allant à Jean-Baptiste, les gens ne sont pas allés voir un roseau agité par le vent.
Ils ne sont pas allés voir un personnage mondain comme ceux qui sont dans les palais. Jésus dit à ses auditeurs qu’ils ont raison de le considérer comme un prophète.

Il est même plus qu’un prophète. Il est le messager envoyé pour préparer la route devant celui qui apporte le Royaume de Dieu.. (Mal.3,1) Jésus avait ensuite ajouté quelque chose qui associait Jean-Baptiste à la vie du Christ:

Jean mène une vie austère au désert et l’on dit: “Il est un possédé!” Le Fils de l’homme mange et boit et l’on dit: “Voilà un glouton et un ivrogne!”
Comme Le Christ, Jean Baptiste a été attaqué et rejeté par les autorités religieuses et, en fin de compte, il a été exécuté à cause de sa prédication.
Son témoignage a été jusque-là.

Or, dans notre texte d’aujourd’hui, Jésus fait encore allusion à ce parallèle entre la vie de Jean Baptiste et la sienne:
Au lieu de reconnaître Jean-Baptiste, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. Le Fils de l’Homme, lui aussi, va souffrir par eux.
Il semble donc que, pour Jésus, la grandeur de Jean-Baptiste n’est pas seulement d’avoir annoncé en paroles la venue du Messie mais d’avoir, comme Lui, porté sa croix pour être fidèle à son témoignage.
Jean Gobeil, s.j.

 

Autre commentaire du jour.
http://www.homelies.fr/homelie,,4045.html
Frère Élie, Moine de la Famille de Saint Joseph.

Mais, je vous le déclare : Élie est déjà venu…

Le passage de l’Évangile de ce jour se situe juste après l’épisode de la Transfiguration de Jésus sur la montagne du Tabor.
Jésus redescend avec ses disciples dans la plaine et ces derniers, venant de voir Élie à ses côtés, s’interrogent légitimement sur le retour de ce prophète tel qu’il était annoncé par les scribes.
Élie enlevé au Ciel sur un char de feu devait revenir « pour ramener le cœur des pères vers les fils » nous dit le Siracide reprenant la prophétie de Malachie qui ajoutait « et les cœurs des fils vers leurs pères » (Mal 3, 23).

A la suite de Saint Pierre, ayant reconnu en Jésus le Messie (Mt 16, 16) et qui plus est, venant de le contempler dans sa Gloire, les disciples s’étonnent qu’Élie n’ait pas joué le rôle de précurseur que lui assignait le prophète Malachie.
La réponse donnée par Jésus à leur questionnement va les amener à comprendre qu’Élie peut être assimilé à Jean-Baptiste.

Puisque Lui, le Messie, est là, c’est qu’Élie est déjà venu. Et précisément, il est venu en la personne de Jean-Baptiste.
Celui-ci, par sa prédication de feu et son jeûne au désert, s’est employé à ramener le cœur des fils vers leurs pères et à travers ces derniers, hommes de Foi et de fidélité, vers Le Seigneur Dieu d’Israël.
Mais, on n’a pas reconnu Élie en Jean-Baptiste. Cela aurait-il mis en échec sa mission de précurseur ? Bien au contraire, et c’est là un grand mystère, cela lui a permis de rejoindre sa vérité ultime.

En effet, dans sa mort, Jean s’est manifesté d’une façon éminente comme le précurseur du Juge eschatologique qu’Élie devait précéder.
Il préfigurait par-là jusqu’où irait l’abaissement de Celui qu’il annonçait comme le Messie et dont il préparait les chemins.
Ainsi, par toute sa vie, Jean a prophétisé Le Fils de l’homme souffrant qui allait mourir en donnant librement sa vie pour ramener au Père le cœur de ses enfants dispersés à cause du péché.
Au milieu du peuple incapable de comprendre, l’épisode de la Transfiguration a donc consacré la révélation de Jésus comme celle du Fils de l’Homme (Dn 7) souffrant et glorieux, dont la mort et la Résurrection accompliront les Écritures.

Nous pouvons alors percevoir que le partage de l’intimité du Seigneur n’est jamais aussi profond que lorsque l’on souffre avec Lui.
Certes, l’entretien d’Élie avec Jésus transfiguré, comme jadis sur la montagne avec Le Seigneur « dans le souffle d’une brise légère » (1 R 19, 12), demeure un exemple de l’intimité à laquelle Le Seigneur appelle tous les croyants.
Mais, Jésus invite de suite ses disciples à redescendre dans la plaine, à prolonger ce cœur à cœur jusque dans les lieux les plus exposés à l’épreuve, à la souffrance, à la mort peut-être. Jean-Baptiste, en a fait lui-même l’expérience prophétisant jusque dans son martyre la kénose choisie par Le Fils pour sauver les hommes.

A notre tour, nous sommes invités à nous associer à ce mystère de la Rédemption en choisissant de marcher délibérément à la suite du Christ sur ce chemin de l’abaissement, qui déjà nous saisit dans le petit enfant de la Crèche qui repose dans les bras de Marie.
Si nous voulons nous faire proches de cet enfant, nous devrons nous abaisser.
On peut avoir peur de s’humilier avec Jésus sur le chemin de la Croix, mais comment pourrait-on avoir des réticences à se mettre à genoux devant un petit enfant !

« Seigneur, tu connais notre faiblesse, merci de nous préparer par ta naissance à te demeurer unis dans ces abaissements qui au cœur de nos vies ne manqueront pas de se révéler plus douloureux, dans l’espérance de partager un jour ta Gloire auprès du Père. »
Frère Élie.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/I_18
Abbé Xavier SOBREVÍA i Vidal (Castelldefels, Espagne).

Élie est déjà venu; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu.

Aujourd'hui, Jésus discute avec ses disciples en descendant de la montagne où ils ont vécu la Transfiguration.
Pierre lui avait proposé de rester là-haut, mais Le Seigneur n'a pas accepté, et il redescend tout en répondant à leurs questions.
Eux, qui viennent de partager brièvement la Gloire de Dieu, sont déconcertés: ils ne comprennent pas que Le Messie soit venu avant le prophète Élie, qui devait tout préparer.

Mais la préparation a déjà eu lieu. «Je vous le déclare: Élie est déjà venu» (Mt 17,12): C'est Jean-Baptiste qui a préparé la route. Mais les gens de ce monde ne reconnaissent pas les hommes de Dieu, ni les prophètes de ce monde les prophètes de Dieu, ou les puissants de la Terre la Divinité de Jésus-Christ.

Il faut un regard neuf, un cœur nouveau, pour reconnaître les voies de Dieu et répondre avec générosité et allégresse à l'appel exigeant de ses envoyés.
Tout le monde n'est pas enclin à le comprendre et, moins encore, à le vivre. Mieux, nos vies et nos projets peuvent contrarier la Volonté du Seigneur et cette opposition aller jusqu'à la lutte et au rejet de Notre Père du Ciel.

Il nous faut découvrir l'intense Amour qui guide les desseins de Dieu sur nous et, si nous sommes conséquents avec la Foi et la morale que Jésus nous révèle, les mauvais traitements, la diffamation et les persécutions ne nous surprendront pas.
Être sur le bon chemin ne nous épargne pas les difficultés de l'existence et Il nous invite à aller de l'avant en dépit de la souffrance.

Demandons à la Mère de Jésus, Reine des Apôtres, d'intercéder pour qu'à nul ne manque des amis qui, comme les prophètes, lui annoncent la Bonne Nouvelle du Salut que nous apporte la Naissance de Jésus.
À toi et à moi, il nous incombe de faire en sorte que ce Noël soit vécu plus chrétiennement par les personnes que nous rencontrerons sur notre route.

 

HYMNE : AUBE NOUVELLE

Aube nouvelle dans notre nuit : 
Pour sauver son peuple, Dieu va venir.
Joie pour les pauvres, fête aujourd'hui : 
Il faut préparer la route au Seigneur.

Bonne nouvelle, cris et chansons : 
Pour sauver son peuple, Dieu va venir.
Voix qui s'élève dans nos déserts : 
Il faut préparer la route au Seigneur.

Terre nouvelle, monde nouveau : 
Pour sauver son peuple, Dieu va venir.
Paix sur la terre, ciel parmi nous : 
Il faut préparer la route au Seigneur.

 

HYMNE : DIEU EST À L’ŒUVRE EN CET ÂGE

Dieu est à l’œuvre en cet âge, 
Ces temps sont les derniers. 
Dieu est à l’œuvre en cet âge, 
Son Jour va se lever ! 
Ne doutons pas du Jour qui vient, 
La nuit touche à sa fin. 
Et l’Éclat du Seigneur remplira l’univers 
Mieux que l’eau ne couvre les mers ! 

Quelle est la tâche des hommes 
Que Dieu vient rassembler, 
Afin de bâtir le Royaume 
Du prince de la Paix ? 
Que peut-on faire pour hâter 
Ce jour tant espéré 
Où l’Éclat du Seigneur remplira l’univers 
Mieux que l’eau ne couvre les mers ? 

Pour que ce jour ne nous perde, 
Ce jour comme un voleur, 
Ne dormons pas aux ténèbres, 
Veillons dans le Seigneur. 
Comme l’éclair part du Levant 
Et va jusqu’au Couchant, 
Il viendra dans sa gloire au-dessus des nuées, 
Le Seigneur qui est Dieu d’amour. 

Que notre marche s’éclaire 
Au signe de Jésus ! 
Lui seul peut sauver notre terre 
Où l’homme n’aime plus. 
Il faut défendre l’exploité, 
Ouvrir au prisonnier, 
Et l’Éclat du Seigneur remplira l’univers 
Mieux que l’eau ne couvre les mers ! 

Dieu est amour pour son peuple,
Il aime pardonner.
Dieu est amour pour son peuple,
Il veut sa liberté.
Ne doutons pas du jour qui vient,
La nuit touche à sa fin.
Déchirons notre cœur, revenons au Seigneur,
Car il est le Dieu qui revient.

 

HYMNE : DEBOUT ! LE SEIGNEUR VIENT !

Debout ! Le Seigneur vient ! 
Une voix prophétique 
A surgi du désert. 
Un désir, une attente 
Ont mûri nos esprits. 
Préparons-nous ! 

Debout ! Le Seigneur vient ! 
La parole s’infiltre, 
Elle ébranle nos cœurs. 
Et voici le Royaume, 
Il s’approche, il est là. 
Réveillons-nous ! 

Debout ! Le Seigneur vient ! 
L’espérance nouvelle 
Entre à flots dans nos vies. 
Son mystère féconde 
Un silence de foi. 
Purifions-nous ! 

Debout ! Le Seigneur vient !
Bienheureux les convives
Au festin de l’amour.
Dieu lui-même s’invite
Et nous verse la joie.
Rassemblons-nous !

Le Seigneur vient !

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Nous t’en prions, Dieu tout-puissant, que la splendeur de ta Gloire se lève en nos cœurs : et l’avènement de Ton Fils unique, dissipant les dernières ombres de la nuit, fera voir au grand jour que nous sommes fils de ta Lumière.

 

Parole de Dieu : (Is 11, 1-2)… (Office des Laudes).
Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera L’Esprit du Seigneur : esprit de Sagesse et de discernement, esprit de Conseil et de force, esprit de Connaissance et de crainte du Seigneur, qui lui inspirera la Crainte du Seigneur.

 

Parole de Dieu : (1 Th 5, 23-24)… (Office des Vêpres).
Que Le Dieu de la Paix Lui-même vous sanctifie tout entiers, et qu’il garde parfaits et sans reproche votre esprit, votre âme et votre corps, pour la venue de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il est fidèle, le Dieu qui vous appelle : tout cela, il l’accomplira.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 16/12/2017