Eucharistie du Dimanche 25 Février 2018 : Deuxième Dimanche de Carême (Année B).

Eucharistie du Dimanche 25 Février 2018 : Deuxième Dimanche de Carême (Année B).

Fête de Saint Turibio Romo González, Prêtre mexicain et martyr (1900-1928).
Fête des Saints Louis Versiglia et Calliste Caravario, s.d.b. et martyrs (✝ 1930).
Fête de la Bienheureuse Maria Ludovica De Angelis, Sœur de la Congrégation des Filles de Notre-Dame de la Miséricorde (✝ 1962).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, 2ème lecture, Évangile) :
Livre de la Genèse 22,1-2.9a.10-13.15-18… Psaume 116(115),10.15.16ac-17.18-19… Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,31b-34… Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,2-10.
Commentaire de Saint Jérôme (347-420), Prêtre, Traducteur de la Bible, Docteur de l'Église.
Autre commentaire de l’Abbé Jaume GONZÁLEZ i Padrós (Barcelona, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Gaceta santo toribio 11

Dimanche 25 Février 2018 : Fête de Saint Turibio Romo González, Prêtre mexicain et martyr (1900-1928).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Turibio Romo González.

San luigi versiglia b

Dimanche 25 Février 2018 : Fête des Saints Louis Versiglia et Calliste Caravario, s.d.b. et martyrs (✝ 1930).
Pour voir leur vie et en découvrir davantage sur eux, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saints Louis Versiglia et Calliste Caravario.

764844marialudovicadeangelis

Dimanche 25 Février 2018 : Fête de la Bienheureuse Maria Ludovica De Angelis, Sœur de la Congrégation des Filles de Notre-Dame de la Miséricorde (✝ 1962).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureuse Maria Ludovica De Angelis.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre de la Genèse 22,1-2.9a.10-13.15-18.
En ces jours-là, Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! » 
Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. » 
Ils arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. 
Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. 
Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » 
L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. » 
Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils. 
Du ciel, l’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham. 
Il déclara : « Je le jure par moi-même, oracle du Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, 
je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance occupera les places fortes de ses ennemis. 
Puisque tu as écouté ma voix, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance. »

 

Psaume 116(115),10.15.16ac-17.18-19.
Je crois, et je parlerai, 
moi qui ai beaucoup souffert, 
Il en coûte au Seigneur 
de voir mourir les siens ! 

Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur, 
moi, dont tu brisas les chaînes ? 
Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâce, 
j'invoquerai le nom du Seigneur. 

Je tiendrai mes promesses au Seigneur, 
oui, devant tout son peuple. 
à l'entrée de la maison du Seigneur, 
au milieu de Jérusalem !

 

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,31b-34.
Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? 
Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ? 
Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est celui qui rend juste : 
alors, qui pourra condamner ? Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,2-10.
En ce temps-là, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. 
Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. 
Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus. 
Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » 
De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande. 
Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » 
Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. 
Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. 
Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

Transfiguration 2

Commentaire du jour.
Saint Jérôme (347-420), Prêtre, Traducteur de la Bible, Docteur de l'Église.
Homélies sur Marc, n°6, SC 494 (p. 165,167,161,172, trad. SC)

Le Christ, annoncé par la Loi et les prophètes, unique Sauveur du genre humain.

« Et Pierre répondit à Jésus : Rabbi il est bon que nous soyons ici. » Quand je lis les Écritures et que je comprends spirituellement quelque enseignement sublime, moi aussi je ne veux pas descendre de là, je ne veux pas descendre à des réalités plus humbles : je veux faire dans mon cœur une tente pour Le Christ, la Loi et les prophètes.
Mais Jésus qui est venu pour sauver ce qui était perdu, qui n’est pas venu pour sauver ceux qui sont saints mais ceux qui se portent mal, sait que, s’Il reste sur la montagne, s’Il ne redescend sur terre, le genre humain ne sera pas sauvé.

« Et aussitôt regardant tout autour d’eux, ils ne virent personne. » Quand je lis l’Évangile et que j’y vois des témoignages de la Loi et des prophètes, c’est Le Christ seul que je considère : je n’ai vu Moïse, je n’ai vu les prophètes, que pour comprendre qu’ils parlaient du Christ. Lorsqu’enfin j’arrive à la splendeur du Christ et que j’aperçois en quelque sorte la lumière resplendissante du soleil éclatant, je ne peux voir la lumière d’une lanterne.

Si l’on allume une lanterne en plein jour, peut-elle éclairer ? Si le soleil brille, la lumière d’une lanterne est invisible : ainsi, en présence du Christ, la Loi et les prophètes, en comparaison, sont totalement invisibles.
Je ne critique pas la Loi et les prophètes, bien plutôt je les loue parce qu’ils annoncent Le Christ ; mais je lis la Loi et les prophètes sans vouloir m’enfermer dans la Loi et les prophètes, mais afin de parvenir, à travers la Loi et les prophètes, au Christ.
À Lui, avec Le Père et L’Esprit-Saint, Gloire et Majesté pour l’infinité des siècles des siècles.
Amen.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/II_15
Abbé Jaume GONZÁLEZ i Padrós (Barcelona, Espagne).

«Il fut transfiguré devant eux»

Aujourd'hui nous contemplons la scène «dans laquelle Pierre, Jacques et Jean sont en extase devant la beauté du Rédempteur» (Jean-Paul II): «Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants» (Mc 9,2-3).
En ce qui nous concerne, nous pouvons entrevoir un message dans ce que Saint Paul assure à son disciple Timothée: Il «a détruit la mort et a fait briller la Vie et l'immortalité par l'Évangile» (2Tim 1,10).
C'est cela même en effet que nous contemplons avec stupeur, comme l'ont fait à l'époque les trois apôtres choisis, en cet épisode propre à l'Évangile du deuxième Dimanche de Carême: la Transfiguration.

Cela nous fait du bien d'accueillir, dans notre exercice de Carême, cet éclat de soleil et de lumière qui se reflète dans le visage et les vêtements de Jésus.
Ils forment une merveilleuse icône de l'humanité rachetée, puisque la laideur du péché n'y est plus, à sa place il y a la beauté que la Divinité transmet à notre chair.
Le bonheur de Pierre est celui que nous ressentons quand nous nous laissons envahir par la Grâce Divine.

L'Esprit-Saint transfigure aussi les sens des apôtres et c'est ainsi qu'ils peuvent voir la Gloire Divine de Jésus Homme.
Les yeux transfigurés pour mieux voir ce qui rayonne, les oreilles transfigurées pour mieux entendre la voix sublime et réelle: celle du Père qui se complait dans Son Fils.
L'ensemble résulte un peu trop surprenant pour nous, habitués comme nous le sommes au grisâtre de la médiocrité.
C'est seulement si nous nous laissons toucher par Le Seigneur que nos sens seront capables de voir et d'entendre ce qu'il y a de plus beau et joyeux en Dieu et en ceux qui ont été élevés à la sainteté par Celui qui est ressuscité d'entre les morts.

Jean-Paul II a écrit: «la spiritualité Chrétienne, a comme caractéristique le devoir du disciple de se configurer entièrement avec son Maître», ainsi donc —à travers une assiduité que l'on pourrait appeler "amicale"— nous parviendrons au point de "respirer les mêmes sentiments". Mettons entre les mains de la Vierge Marie l'objectif d'atteindre notre vraie "transfiguration" dans Son Fils Jésus-Christ.

 

HYMNE : QUE PASSE LA CHARRUE

Que passe la charrue
Sur nos landes rebelles,
Sur nos terres en friche !
La Parole ira s’y planter,
Promesse pour le pauvre,
Et pauvreté offerte au riche. 

Au feu tout le bois mort,
Que la flamme s’étende
Aux chardons, aux épines !
Et leurs cendres pourront servir
À féconder la terre
Où la Parole prend racine. 

Que tombe sur nos sols
De poussière et de roche
Une pluie généreuse !
On verra les feuilles pointer
Et les bourgeons éclore
De la Parole qui nous creuse. 

Advienne le soleil
Et vers lui que s’élance
La poussée de la sève !
La Parole nourrit son fruit
D’amour et de justice
Dans la louange qui l’achève.

 

HYMNE : SOIS FORT, SOIS FIDÈLE, ISRAËL

Sois fort, sois fidèle, Israël, 
Dieu te mène au désert ; 
C’est lui dont le bras souverain 
Ouvrit dans la mer 
Un chemin sous tes pas. 

Oublie les soutiens du passé, 
En lui seul ton appui ! 
C’est lui comme un feu dévorant 
Qui veut aujourd’hui 
Ce creuset pour ta foi. 

Il veut, par-delà le désert, 
Te conduire au repos ; 
Sur toi resplendit à ses yeux 
Le sang de l’Agneau 
Immolé dans la nuit.

Poursuis ton exode, Israël,
Marche encore vers ta joie !
La vie jaillira de la mort,
Dieu passe avec toi
Et t’arrache à la nuit.

 

HYMNE : POINT DE PRODIGUE

Point de prodigue 
sans pardon qui le cherche, 
Nul n’est trop loin pour Dieu 
Viennent les larmes où le Fils renaît, 
Joie du retour au Père ! 

Point de blessure que sa main ne guérisse, 
Rien n’est perdu pour Dieu ; 
Vienne la grâce où la vie reprend, 
Flamme jaillie des cendres ! 

Point de ténèbres sans espoir de lumière,
Rien n’est fini pour Dieu ;
Vienne l’aurore où l’amour surgit,
Chant d’un matin de Pâques !

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Tu nous as dit, Seigneur, d’écouter Ton Fils bien-aimé, fais-nous trouver dans ta Parole les vivres dont notre Foi a besoin : et nous aurons le regard assez pur pour discerner ta Gloire.

 

Parole de Dieu : (Ne 8, 9.10)… (Office des Laudes).
Ce jour est Consacré au Seigneur Votre Dieu. Ne prenez pas le deuil, ne pleurez pas ! Car ce jour est Consacré à Notre Dieu !
Ne vous affligez pas : la Joie du Seigneur est votre rempart !

 

Parole de Dieu : (1 Co 9, 24-25)… (Office des Vêpres).
Vous savez bien que, dans les courses du stade, tous les coureurs prennent le départ, mais un seul gagne le prix.
Alors, vous, courez de manière à l’emporter. Tous les athlètes à l’entraînement s’imposent une discipline sévère ; ils le font pour gagner une couronne de laurier qui va se faner, et nous, pour une couronne qui ne se fane pas.

Ajouter un commentaire