Eucharistie du Vendredi 09 Février 2018 : Vendredi de la 5ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Eucharistie du Vendredi 09 Février 2018 : Vendredi de la 5ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Fête de la Bienheureuse Anna Katharina Emmerick « Mystique du Land de Münster » (1774-1824).

Fête de Saint Maron, Moine au Liban, Père de l'Église Maronite, Patron du Liban (✝ 410).

L'Église fête : Au Liban : fête de saint Maron (Maroun), patron du Liban

Fête de Sainte Apolline, vierge et martyre à Alexandrie († 249).

Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Premier livre des Rois 11,29-32.12,19… Psaume 81(80),10-11ab.12-13.14-15… Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,31-37.
Commentaire de Saint Augustin (354-430), Évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et Docteur de l'Église.
Autre commentaire de Frère Jean-Christian Lévêque, o.c.d. (Carmel).
Autre commentaire de l’Abbé Joan MARQUÉS i Suriñach (Vilamarí, Girona, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Anne catherine emmerich 22

Vendredi 09 Février 2018 : Fête de la Bienheureuse Anna Katharina Emmerick « Mystique du Land de Münster » (1774-1824).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureuse Anna Katharina Emmerick.

Saint maron

Vendredi 09 Février 2018 : Fête de Saint Maron, Moine au Liban, Père de l'Église Maronite, Patron du Liban (✝ 410).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Maron, Moine au Liban, Père de l'Église Maronite.

Apollonia3 1

Vendredi 09 Février 2018 : Fête de Sainte Apolline, vierge et martyre à Alexandrie († 249).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Sainte Apolline.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Premier livre des Rois 11,29-32.12,19.
Un jour que Jéroboam était sorti de Jérusalem, il fut arrêté en chemin par le prophète Ahias de Silo ; celui-ci portait un manteau neuf, et tous deux étaient seuls dans la campagne. 
Ahias prit le manteau neuf qu’il portait et le déchira en douze morceaux. 
Puis il dit à Jéroboam : « Prends pour toi dix morceaux, car ainsi parle le Seigneur, Dieu d’Israël : Voici que je vais déchirer le royaume en l’arrachant à Salomon, et je te donnerai dix tribus. 
Il lui restera une tribu, à cause de mon serviteur David, et de Jérusalem, la ville que je me suis choisie parmi toutes les tribus d’Israël. 
Les dix tribus d’Israël rejetèrent la maison de David, et cette situation dure encore aujourd’hui où ceci est écrit.

 

Psaume 81(80),10-11ab.12-13.14-15.
« Tu n'auras pas chez toi d'autres dieux, 
tu ne serviras aucun dieu étranger. 
C'est moi, le Seigneur ton Dieu, 
qui t'ai fait monter de la terre d'Égypte ! »

« Mais mon peuple n'a pas écouté ma voix, Israël n'a pas voulu de moi. 
Je l'ai livré à son cœur endurci : 
qu'il aille et suive ses vues ! 
« Ah ! Si mon peuple m'écoutait, 

Israël, s'il allait sur mes chemins ! 
Aussitôt j'humilierais ses ennemis, 
contre ses oppresseurs je tournerais ma main.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,31-37.
En ce temps-là, Jésus quitta le territoire de Tyr ; passant par Sidon, il prit la direction de la mer de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole. 
Des gens lui amènent un sourd qui avait aussi de la difficulté à parler et supplient Jésus de poser la main sur lui. 
Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, avec sa salive, lui toucha la langue. 
Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : « Effata ! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! » 
Ses oreilles s’ouvrirent ; sa langue se délia, et il parlait correctement. 
Alors Jésus leur ordonna de n’en rien dire à personne ; mais plus il leur donnait cet ordre, plus ceux-ci le proclamaient. 
Extrêmement frappés, ils disaient : « Il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets. »

 

Commentaire du jour.
Saint Augustin (354-430), Évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et Docteur de l'Église.
Les Discours sur les psaumes, 4e sur le psaume 103, §17

« Ils proclamaient : ‘Tout ce qu’il fait est admirable : il ouvre la bouche des muets’ »

« Je chanterai Le Seigneur tant que je vis » (Ps 103,33). Que chantera le psalmiste ? Tout ce que Dieu est, il le chantera.
Chantons la Gloire du Seigneur durant toute notre Vie. Notre vie actuelle n'est qu'une Espérance ; notre vie à venir sera l'éternité.
La Vie de cette vie mortelle est l'Espérance de la Vie immortelle : « Je chanterai Le Seigneur pendant toute ma Vie ; je jouerai pour Dieu tant que je suis. »
Et parce que je vivrai en Lui sans fin, tant que je vivrai, je chanterai à Mon Dieu. 

Lorsque nous aurons commencé à chanter au Seigneur dans la Cité du Ciel, ne nous imaginons pas que nous devons y faire autre chose ; toute notre Vie sera alors de chanter à la Gloire de Dieu.
Si, ici-bas, l'objet de nos louanges nous cause de l'ennui, nos chants de louange peuvent nous en causer aussi.
Mais, si nous l'aimons éternellement, éternellement aussi nous le louerons : « Je chanterai pour Mon Dieu tant que je vivrai ! »

 

Autre commentaire du jour.
http://www.carmel.asso.fr/23eme-Dimanche-T-O-Marc-7-31-37.html
Frère Jean-Christian Lévêque, o.c.d. (Carmel).

« Effata »

Un style de reporter : des phrases courtes, des détails vivants, des paroles percutantes : tout cela est bien dans la manière de l’Évangéliste Saint Marc, qui travaille à partir des souvenirs de Pierre.
Vingt siècles après, nous risquerions d’achopper sur les détails, justement : Jésus qui met deux doigts dans les oreilles du sourd et qui lui touche la langue avec un doigt humecté de salive.
Mais ces gestes un peu étranges étaient assez courants dans la médecine populaire au temps de Jésus, non seulement en Israël, mais dans tout le monde gréco-romain.

D’ailleurs l’essentiel n’est pas là, mais dans ce qui suit : Jésus regarde longuement le Ciel, pour bien signifier à ce pauvre homme d’où va venir la guérison : c’est la Puissance de Dieu qui va se manifester.
Jésus soupire ; non pas qu’il soit déjà fatigué d’opérer des miracles en réponse à la Foi des petites gens, mais pour reprendre à son compte le gémissement de l’humanité souffrante, la longue plainte des malades chroniques et des handicapés, accomplissant ainsi la prophétie d’Isaïe sur le Serviteur de Dieu :« C’était nos maladies qu’il portait ».

Puis vient la Parole, une seule parole, qui accomplit la guérison, une parole si mystérieuse que Marc l’a conservée telle quelle dans l’araméen populaire que parlait Jésus : « Effata ! » Ouvre-toi : c’est un ordre et un programme de Vie. Car cette unique Parole de Jésus agit à un double niveau :

  • elle guérit le corps, ouvre les oreilles et délie la langue ;
  • mais surtout elle interpelle l’homme ; c’est lui qui doit lire sur les lèvres de Jésus cette consigne qui va bouleverser sa vie (et la nôtre) : « ouvre-toi ! »

Ouvre-toi, toi qui t’enfermes dans ta solitude et qui portes toute souffrance comme une rancœur.
Ouvre-toi, toi qui es clos sur ton passé et qui traînes à longueur de vie le fardeau de tes souvenirs.
Ouvre-toi, toi qui attends toujours d’être aimé pour te mettre en route vers l’autre.
Ouvre-toi à cet homme, à cette femme, à cet ami(e), qui est encore plus seul(e) que toi, plus muet(te), et qui ne veut plus rien entendre parce que tu l’as trop souvent déçu(e).
Ouvre-toi à la nouveauté que Jésus te propose.
Ouvre-toi surtout à la Parole de Ton Dieu, qui vient te donner la force et la liberté, et qui agrandit chaque jour, si tu le veux, l’espace de ton Espérance.

« Effata », dit Jésus à l’homme handicapé. « Aussitôt ses oreilles s’ouvrirent, sa langue se délia, et il parlait correctement ».
 Jésus guérit donc à la fois la surdité de l’homme et sa langue embarrassée. Les deux maux sont liés, en effet : souvent les muets sont muets parce qu’ils sont sourds ; ils ne peuvent rien dire parce qu’ils n’ont jamais rien entendu, parce qu’ils ont grandi et vieilli dans un monde sans paroles ni sons.

Ainsi en va-t-il de nous-mêmes devant Dieu dans la prière ; souvent c’est notre surdité qui nous rend muets et timides.
Faute d’entendre la Parole de Dieu, nous ne trouvons plus de mots pour lui parler ou pour parler de Lui.
Que l’Évangile aujourd’hui soit notre guérison. Qu’un seul ordre de Jésus nous rende perméables à sa Parole et ardents pour la louange et le témoignage.
Jean-Christian Lévêque, o.c.d.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_50
Abbé Joan MARQUÉS i Suriñach (Vilamarí, Girona, Espagne).

«Tout ce qu'il fait est admirable»

Aujourd'hui, l'Évangile nous présente un miracle de Jésus: il redonna l'ouïe et délia la langue d'un sourd-muet. Les gens étaient en admiration et se disaient: «Tout ce qu'il fait est admirable» (Mc 7,37).

Voici la biographie de Jésus faite par ses contemporains. Une biographie succincte et complète. Qui est Jésus? C'est celui qui a tout fait admirablement.
Dans le double sens du mot: qui et comment, dans la substance et dans la manière.
C'est celui qui n'a fait que des bonnes choses et celui qui a bien fait ce qu'il a fait, d'une manière parfaite, finie.
Jésus est une personne qui fait tout de manière admirable, parce qu'il n'a fait que des bonnes actions et parce qu'il finit ce qu'il fait. Il ne délivre rien à moitié fait, et il ne laisse rien de côté pour le finir après.

Essaie, toi aussi de laisser tout entièrement prêt: la prière, le contact avec les autres y compris les parents, le travail, l'apostolat, la diligence à se former spirituellement et professionnellement; etc.
Sois exigent envers toi-même, et, d'une manière plus douce, de ceux qui dépendent de toi. Ne tolère pas les choses faites à moitié. Cela ne plait pas à Dieu et ça dérange les autres.
N'opte pas pour cette attitude uniquement pour faire bonne impression, ou parce que cette attitude est la plus rentable, y compris humainement, mais parce que Dieu n'aime pas les mauvaises actions ni les “bonnes” œuvres mal faites.
Les Saintes Écritures affirment: «son œuvre est parfaite» (Dt 32,4). Et Le Seigneur, par l'intermédiaire de Moïse, déclare au peuple d'Israël: «Vous n'en offrirez aucune (offrande) qui ait un défaut, car elle ne serait pas agréée» (Lev 22,20).
Demande donc l'aide maternelle de la Sainte Vierge Marie. Comme Jésus, Elle a tout fait admirablement.

Saint Josemaría nous donne le secret pour réussir: «fais ce que tu dois et applique-toi dans ce que tu fais».
Est-ce ta façon d'agir?

 

HYMNE : DIEU CACHÉ

Dieu caché, 
Tu n'as plus d'autre Parole 
Que ce fruit nouveau-né
Dans la nuit qui t'engendre à la terre ;
Tu dis seulement 
Le nom d'un enfant : 
Le lieu où tu enfouis ta semence.

R/Explique-toi par ce lieu-dit : 
Que l'Esprit parle à notre esprit 
Dans le silence !

Dieu livré, 
Tu n'as plus d'autre Parole 
Que ce corps partagé
Dans le pain qui te porte à nos lèvres ;
Tu dis seulement : 
La coupe du sang 
Versé pour la nouvelle confiance. R/

Dieu blessé, 
Tu n'as plus d'autre Parole 
Que cet homme humilié
Sur le bois qui t'expose au calvaire !
Tu dis seulement : 
L'appel déchirant 
D'un Dieu qui apprendrait la souffrance. R/

Dieu vaincu, 
Tu n'as plus d'autre Parole 
Que ces corps décharnés
Où la soif a tari la prière ;
Tu dis seulement : 
Je suis l'innocent,
A qui tous les bourreaux font violence. R/

Dieu sans voix, 
Tu n'as plus d'autre Parole 
Que ce signe levé,
Edifié sur ta pierre angulaire !
Tu dis seulement : 
Mon peuple est vivant, 
Debout, il signifie ma présence. R/

Dieu secret, 
Tu n'as plus d'autre Parole 
Que ce livre scellé
D'où l'Agneau fait jaillir ta lumière.
Tu dis seulement 
Ces mots fulgurants : 
Je viens! J'étonnerai vos patiences ! 

R/Explique-toi par ce lieu-dit : 
Que l'Esprit parle à notre esprit 
Dans le silence !

 

HYMNE : PUISQU’IL EST AVEC NOUS

Puisqu’il est avec nous 
Tant que dure cet âge, 
N’attendons pas la fin des jours 
Pour le trouver... 
Ouvrons les yeux, 
Cherchons sa trace et son visage, 
Découvrons-le qui est caché 
Au cœur du monde comme un feu ! 

Puisqu’il est avec nous
Pour ce temps de violence,
Ne rêvons pas qu’il est partout
Sauf où l’on meurt...
Pressons le pas,
Tournons vers lui notre patience,
Allons à l’homme des douleurs
Qui nous fait signe sur la croix ! 

Puisqu’il est avec nous 
Dans nos jours de faiblesse, 
N’espérons pas tenir debout 
Sans l’appeler... 
Tendons la main, 
Crions vers lui notre détresse ; 
Reconnaissons sur le chemin 
Celui qui brûle nos péchés ! 

Puisqu’il est avec nous
Comme à l’aube de Pâques,
Ne manquons pas le rendez-vous
Du sang versé…
Prenons le pain,
Buvons la coupe du passage :
Accueillons-le qui s’est donné
En nous aimant jusqu’à la fin !

 

HYMNE : LE SOIR PEUT REVENIR

R/Le soir peut revenir
Et la nuit,
Si Jésus nous redit
De quel Esprit nous sommes.

Vienne Jésus pour dissiper
Le brouillard et les doutes :
Sa parole donnée
Est soleil sans déclin. 

Vienne Jésus pour surmonter
La fatigue des jours :
Il est l’eau de la source
Et le pain de la vie.

Vienne Jésus pour dominer
La frayeur du naufrage :
N’est-il pas le seul Maître
Du navire et des flots ? 

Vienne Jésus pour consoler
De la mort implacable,
En frère premier-né
Relevé du tombeau ! 

R/Le soir peut revenir
Et la nuit,
Si Jésus nous redit
L’Amour qui nous fait vivre

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Seigneur, tu demandes à ton Église d'être le lieu où l'Évangile est annoncé en contradiction avec l'esprit du monde.
Donne à tes enfants assez de Foi pour ne pas déserter mais témoigner de Toi devant les hommes en prenant appui sur ta Parole.
Par Jésus-Christ, Ton Fils, Notre Seigneur et Notre Dieu, qui règne avec Toi et Le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

 

Parole de Dieu : (Ep 4, 29-32)… (Office des Laudes).
Aucune parole mauvaise ne doit sortir de votre bouche ; mais, s’il y en a besoin, dites une parole bonne et constructive, bienveillante pour ceux qui vous écoutent.
En vue du jour de votre délivrance, vous avez reçu en vous la marque du Saint-Esprit de Dieu : ne le contristez pas.
Faites disparaître de votre vie tout ce qui est amertume, emportement, colère, éclats de voix ou insultes, ainsi que toute espèce de méchanceté.
Soyez entre vous pleins de générosité et de Tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans Le Christ.

 

Parole de Dieu : (Rm 15, 1-3)… (Office des Vêpres).
C’est un devoir pour nous, les forts, de porter l’infirmité des faibles et de ne pas rechercher ce qui nous plaît.
Que chacun de nous cherche à plaire à son prochain, en vue du bien, pour édifier.
Le Christ, en effet, n’a pas recherché ce qui lui plaisait mais, comme il est écrit : « Les insultes de tes insulteurs sont tombées sur Moi. »

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 09/02/2018