Eucharistie du Jeudi 19 Juillet 2018 : Jeudi de la 15ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Eucharistie du Jeudi 19 Juillet 2018 : Jeudi de la 15ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Fête du Vénérable Jacques Sevin, Prêtre Jésuite, Fondateur des Scouts de France et des Sœurs de la Sainte Croix de Jérusalem (✝ 1951).
Fête de Sainte Macrine la Jeune, Fille aînée d'une étonnante famille de Saints ! (+ 379).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre d'Isaïe 26,7-9.12.16-19... Psaume 102(101),13-14.15.16-18.19-21... Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,28-30.
Commentaire personnel sur l’Évangile de ce jour.
Commentaire de Dorothée de Gaza (v. 500-?), Moine en Palestine.
Autre commentaire du Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.
Autre commentaire de Frère Lluís SERRA i Llançana (Roma, Italie).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Le pere a chantilly 11

Jeudi 19 Juillet 2018 : Fête du Vénérable Jacques Sevin, Prêtre Jésuite, Fondateur des Scouts de France et des Sœurs de la Sainte Croix de Jérusalem (✝ 1951).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Vénérable Jacques Sevin.

Sainte macrine la jeune 11

Jeudi 19 Juillet 2018 : Fête de Sainte Macrine la Jeune, Fille aînée d'une étonnante famille de Saints ! (+ 379).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Sainte Macrine la Jeune.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre d'Isaïe 26,7-9.12.16-19.
Il est droit, le chemin du juste ; toi qui es droit, tu aplanis le sentier du juste.
Oui, sur le chemin de tes jugements, Seigneur, nous t’espérons. Dire ton nom, faire mémoire de toi, c’est le désir de l’âme.
Mon âme, la nuit, te désire, et mon esprit, au fond de moi, te guette dès l’aurore. Quand s’exercent tes jugements sur la terre, les habitants du monde apprennent la justice.
Seigneur, tu nous assures la paix : dans toutes nos œuvres, toi-même agis pour nous.
Seigneur, dans la détresse on a recours à toi ; quand tu envoies un châtiment, on s’efforce de le conjurer.
Nous étions devant toi, Seigneur, comme la femme enceinte sur le point d’enfanter, qui se tord et crie dans les douleurs.
Nous avons conçu, nous avons été dans les douleurs, mais nous n’avons enfanté que du vent : nous n’apportons pas le salut à la terre, nul habitant du monde ne vient à la vie.
Tes morts revivront, leurs cadavres se lèveront. Ils se réveilleront, crieront de joie, ceux qui demeurent dans la poussière, car ta rosée, Seigneur, est rosée de lumière, et le pays des ombres redonnera la vie.

 

Psaume 102(101),13-14.15.16-18.19-21.
Toi, Seigneur, tu es là pour toujours ;
d'âge en âge on fera mémoire de toi.
Toi, tu montreras ta tendresse pour Sion ;
il est temps de la prendre en pitié : l'heure est venue.
Tes serviteurs ont pitié de ses ruines,
ils aiment jusqu'à sa poussière.

Les nations craindront le nom du Seigneur,
et tous les rois de la terre, sa gloire :
quand le Seigneur rebâtira Sion,
quand il apparaîtra dans sa gloire,
il se tournera vers la prière du spolié,
il n'aura pas méprisé sa prière.

Que cela soit écrit pour l'âge à venir,
et le peuple à nouveau créé chantera son Dieu :
« Des hauteurs, son sanctuaire, le Seigneur s'est penché ;
du ciel, il regarde la terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir. »

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,28-30.
En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.
Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Boeufs tirants amf 1

Commentaire personnel.
Extrait de mon site ainsi que du Tome 2 de mon livre, chapitre sur « La Vie éternelle », page 187 et suivantes :

Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger.

 

Commentaire du jour.
Dorothée de Gaza (v. 500-?), Moine en Palestine.
Instructions, I, 8 (trad. SC 92, p. 159)

« Venez à Moi »

Que celui qui veut trouver le vrai repos pour son âme apprenne l'humilité ! Puisse-t-il voir qu'en elle se trouvent toute la joie, toute la gloire et tout le repos, comme dans l'orgueil se trouve tout l'opposé.
Et en effet comment sommes-nous venus dans toutes nos tribulations ? Pourquoi sommes-nous tombés dans toute cette misère ?
N'est-ce pas à cause de notre orgueil ? À cause de notre folie ? N'est-ce pas pour avoir suivi notre mauvais propos et pour nous être attachés à l'amertume de notre volonté ?

Mais pourquoi cela ? L'homme n'a-t-il pas été créé dans la plénitude du bien-être, de la joie, du repos et de la gloire ? N'était-il pas au Paradis ?
On lui a prescrit : Ne fais pas ceci, et il l'a fait. Voyez-vous l'orgueil, l'arrogance, l'insoumission ?
« L'homme est fou, dit Dieu en voyant cette insolence ; il ne sait pas être heureux. S'il ne traverse pas des jours mauvais, il ira se perdre tout à fait. S'il n'apprend pas ce qu'est l'affliction, il ne saura pas ce qu'est le repos. » Alors Dieu lui a donné ce qu'il méritait, en le chassant du Paradis...

Cependant la Bonté de Dieu, comme je le répète souvent, n'a pas abandonné sa créature, mais elle se tourne encore vers elle et de nouveau la rappelle : « Venez à Moi, vous tous qui êtes fatigués et accablés, et je vous soulagerai ».
C'est-à-dire : Vous voilà fatigués, vous voilà malheureux, vous avez fait l'expérience du mal de votre désobéissance.
Allons, convertissez-vous enfin ; allons, reconnaissez votre impuissance et votre honte, pour revenir à votre repos et à votre gloire.
Allons, vivez par l'humilité, vous qui étiez morts par l'orgueil. « Apprenez de Moi que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. »

 

Autre commentaire du jour.
Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.

Venez à Moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et Moi, je vous procurerai le repos.

Jésus lance une invitation claire : « devenez mes disciples ! ». Jésus nous sauve des fardeaux écrasants dont nous nous sommes nous-mêmes handicapés.
Il ne le fait pas par un miracle, mais par la révélation qu’il y a moins à faire qu’on le croit généralement.
Dieu n’attend pas que nous soyons dignes de lui pour courir au-devant de nous.

Certes, nous lui sommes redevables pour nous avoir sorti de nos choix de mort et de leurs conséquences inéluctables.
En ce sens, nous avons une dette envers lui.
Mais cette dette est aussi légère que le don de la Vie à recevoir du Père. Elle est un joug « facile à porter » insiste Jésus.

Laissons les évaluations compliquées et orgueilleuses de notre monde qui veut se bâtir sans Dieu et approchons de Celui qui seul peut nous procurer le repos que nos âmes attendent. Contentons-nous d’être simplement ce que nous sommes déjà devenus grâce Lui : des fils, dont la seule Joie et le seul honneur consiste à faire l’œuvre de Dieu, avec Lui, côte à côte, sous le même joug.

Seigneur Jésus, accueille l’offrande de nos âmes, daigne trouver ta consolation dans notre présence à tes côtés.
Rends nos cœurs doux et humbles comme le tien, car c’est notre volonté d’amour de répondre à ta Tendresse par un élan qui en soit digne.
Rends nos cœurs doux et humbles pour que nous sachions toujours prendre le parti des pauvres et des exclus.
Rends-nous petits que nous puissions connaître Le Père comme Toi seul le connais. Abreuve nous à la source jaillie de ton côté et nous connaîtrons le repos que le monde attend.
Frère Dominique.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_139
Frère Lluís SERRA i Llançana (Roma, Italie).

«Venez à Moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau»

Aujourd'hui, les paroles de Jésus résonnent à nos oreilles intimes et proches. Nous sommes conscients que les hommes et les femmes de notre époque sont soumis à une grande pression psychologique.
Le monde tourne si vite que nous n'avons même plus le temps ou la paix intérieure suffisantes pour assimiler tous ces changements.

Fréquemment, nous nous éloignons de la simplicité évangélique et restons écrasés sous le poids de normes, engagements, planifications et objectives.
Nous nous sentons impuissants et las de cette lutte incessante sans résultats convaincants. Des recherches récentes soutiennent que les dépressions ne font qu'augmenter. Alors, qu'est-ce qui nous manque pour être heureux?

Aujourd'hui, à la lumière de l'Évangile, nous pouvons revoir quelle est notre conception de Dieu. Comment vis-je et comment ressens-je Dieu dans mon intérieur? Quels sont les sentiments que sa présence éveille dans ma vie?
Jésus nous offre sa compréhension lorsque nous sommes fatigues et avons envie de nous reposer: «Venez à Moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et Moi, je vous procurerai le repos» (Mt 11,28).
Peut-être nous nous sommes battus pour devenir parfaits alors que, au fond, nous ne voulions que nous sentir aimés.
Dans ses paroles nous trouvons la réponse à notre crise de sens. Notre ego nous joue de mauvais tours et ne nous permet pas d'être aussi bons que nous le voudrions.

En certaines époques, nous ne voyons peut-être pas la lumière. Sainte Julienne de Norwich, mystique anglaise du XIV siècle, a compris le message de Jésus et a écrit: «Tout sera bien, toutes les choses qui existent seront bonnes».

La proposition de Jésus —«devenez mes disciples» (Mt 11,29)— implique de suivre son style de bienveillance (vouloir le bien pour tous) et d'être humble de cœur (vertu qui fait référence à vivre les pieds sur terre et que seulement la grâce divine peut nous faire envoler).

Être son disciple demande d'accepter le joug de Jésus, en nous rappelant que ce joug est «facile à porter» et son fardeau «léger».
Mais je ne sais pas si nous en sommes vraiment convaincus.
Dans notre contexte, vivre comme une personne Chrétienne n'est pas toujours facile, car nous choisissons des valeurs à contre-courant.
Ne pas se laisser emporter par l'argent, par le prestige ou par le pouvoir nous demande un gros effort.
Si nous voulons le faire tout seuls, il deviendra presque impossible. Mais avec Jésus tout est possible et doux.

 

HYMNE : EN TOUTE VIE LE SILENCE DIT DIEU

En toute vie le silence dit Dieu, 
Tout ce qui est tressaille d'être à lui !
Soyez la voix du silence en travail, 
Couvez la vie, c'est elle qui loue Dieu !

Pas un seul mot, et pourtant c'est son Nom 
Que tout sécrète et presse de chanter :
N'avez-vous pas un monde immense en vous ? 
Soyez son cri, et vous aurez tout dit.

Il suffit d'être, et vous vous entendrez 
Rendre la grâce d'être et de bénir ;
Vous serez pris dans l'hymne d'univers, 
Vous avez tout en vous pour adorer. 

Car vous avez l'hiver et le printemps, 
Vous êtes l'arbre en sommeil et en fleurs ;
Jouez pour Dieu des branches et du vent,
Jouez pour Dieu des racines cachées. 

Arbres humains, jouez de vos oiseaux, 
Jouez pour Lui des étoiles du ciel
Qui sans parole expriment la clarté ; 
Jouez aussi des anges qui voient Dieu.

 

HYMNE : TU ES VENU, SEIGNEUR

Tu es venu, Seigneur, 
Dans notre nuit, 
Tourner vers l’aube nos chemins ; 
Le tien pourtant reste caché, 
L’Esprit seul nous découvre 
Ton passage. 

Pour nous mener au jour, 
Tu as pris corps 
Dans l’ombre humaine où tu descends. 
Beaucoup voudraient voir et saisir : 
Sauront-ils reconnaître 
Ta lumière ? 

Nous leur disons : « Voyez 
Le grain qui meurt ! 
Aucun regard ne l’aperçoit ; 
Mais notre cœur peut deviner ; 
Dans le pain du partage 
Sa présence. » 

Puis nous portons vers toi, 
Comme un appel, 
L’espoir des hommes d’aujourd’hui. 
Mûris le temps, hâte le Jour, 
Et que lève sur terre 
Ton Royaume !

 

HYMNE : JOIE ET LUMIÈRE DE LA GLOIRE ÉTERNELLE DU PÈRE,

R/Joie et lumière
De la gloire éternelle du Père,
Le Très-Haut, le Très-Saint !
Ô Jésus Christ !

Oui, tu es digne d’être chanté
Dans tous les temps par des voix sanctifiées,
Fils de Dieu qui donnes vie :
Tout l’univers te rend gloire.

Parvenus à la fin du jour,
Contemplant cette clarté dans le soir,
Nous chantons le Père et le Fils
Et le Saint-Esprit de Dieu.

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Nous t'en prions, Dieu de Miséricorde, sur les hommes qui n'ont pas reçu ta Lumière, fais lever ton soleil, Jésus, Le Christ, Notre Seigneur.
Lui qui règne avec Toi et Le Saint-Esprit pour les siècles des siècles..

 

Parole de Dieu : (1 P 4, 10-11)... (Office des Laudes).
Ce que chacun de vous a reçu comme Don de la Grâce, mettez-le au service des autres, comme de bons gérants de la Grâce de Dieu sous toutes ses formes : si quelqu’un a le don de parler, qu’il dise la Parole de Dieu ; s’il a le don du service, qu’il s’en acquitte avec la force que Dieu communique.
Ainsi, en toute chose, Dieu recevra sa Gloire par Jésus-Christ.

 

Parole de Dieu : (1 P 3, 8-9)... (Office des Vêpres).
Que tout le monde vive parfaitement uni, plein de sympathie, d’Amour fraternel, de Tendresse, de simplicité.
Ne rendez pas le mal pour le mal, ni l’insulte pour l’insulte ; au contraire, appelez sur les autres la Bénédiction puisque, par vocation, vous devez recevoir en héritage les Bénédictions de Dieu.

Ajouter un commentaire