Eucharistie du Jeudi 26 Juillet 2018 : Jeudi de la 16ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Eucharistie du Jeudi 26 Juillet 2018 : Jeudi de la 16ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

L’Église Célèbre la Fête (au Canada, mémoire obligatoire ailleurs) de Sainte Anne et Saint Joachim, mère et père de la Vierge Marie. Sainte Anne est la patronne de la province de Québec et de la Bretagne…

Fête de Saint Georges Preca, Prêtre et Fondateur de la Société de la Doctrine Chrétienne (✝ 1962).
Fête du Bienheureux Titus Brandsma, Prêtre, Carme, Martyr (1881-1942).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre de Jérémie 2,1-3.7-8.12-13... Psaume 36(35),6-7ab.8-9.10-11... Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,10-17.
Commentaire de Saint Justin (v. 100-160), philosophe, Martyr.
HOMÉLIE DE SAINT JEAN DE DAMAS POUR LA NATIVITÉ DE LA VIERGE MARIE.
Autre commentaire de Jean Gobeil, s.j., La Villa Loyola, dirigée par les Jésuites de Sudbury.
Autre commentaire de Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.
Autre commentaire de l’Abbé Manel MALLOL Pratginestós (Terrassa, Barcelona, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Icocc82ne de la sainte rencontre de anne et joachim 11

Icône de la Sainte Rencontre d’Anne et Joachim.
Icône réalisée par la main de Michèle Lévesque, art et icônes. Lien du site :
http://www.perichorese-icones.org/
Lien de la photo de l’icône dans le site ci-dessus : http://www.perichorese-icones.org/ALBUM/ImagesAlbumFlickr/2006-2007_AnneJoachim_perichorese.org.jpg

Jeudi 26 Juillet 2018 : Fête de Sainte Anne et Saint Joachim, mère et père de la Vierge Marie. Sainte Anne est la patronne de la province de Québec et de la Bretagne…
Pour voir leur vie et en découvrir davantage sur eux, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Sainte Anne et Saint Joachim, mère et père de la Vierge Marie.

78179968 o

Jeudi 26 Juillet 2018 : Fête de Sainte Anne et Saint Joachim, mère et père de la Vierge Marie. Sainte Anne est la patronne de la province de Québec et de la Bretagne…
Pour voir mon commentaire personnel de cette Fête, aller dans le menu déroulant à « Réflexions personnel n°65) ou sur le lien suivant :
Fête de Sainte Anne et Saint Joachim.

39591850

Jeudi 26 Juillet 2018 : Fête de Saint Georges Preca, Prêtre et Fondateur de la Société de la Doctrine Chrétienne (✝ 1962).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Georges Preca.

127683titusbrandsma1

Jeudi 26 Juillet 2018 : Fête du Bienheureux Titus Brandsma, Prêtre, Carme, Martyr (1881-1942).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureux Titus Brandsma.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre de Jérémie 2,1-3.7-8.12-13.
La parole du Seigneur me fut adressée :
Va proclamer aux oreilles de Jérusalem : « Ainsi parle le Seigneur : Je me souviens de la tendresse de tes jeunes années, ton amour de jeune mariée, lorsque tu me suivais au désert, dans une terre inculte.
Israël était consacré au Seigneur, première gerbe de sa récolte ; celui qui en mangeait était coupable : il lui arrivait malheur, – oracle du Seigneur.
Je vous ai fait entrer dans une terre plantureuse pour vous nourrir de tous ses fruits. Mais à peine entrés, vous avez profané ma terre, changé mon héritage en abomination.
Les prêtres n’ont pas dit : “Où est-il, le Seigneur ?” Les dépositaires de la Loi ne m’ont pas connu, les pasteurs se sont révoltés contre moi ; les prophètes ont prophétisé au nom du dieu Baal, ils ont suivi des dieux qui ne servent à rien.
Cieux, soyez-en consternés, horrifiés, épouvantés ! – oracle du Seigneur.
Oui, mon peuple a commis un double méfait : ils m’ont abandonné, moi, la source d’eau vive, et ils se sont creusé des citernes, des citernes fissurées qui ne retiennent pas l’eau ! »

 

Psaume 36(35),6-7ab.8-9.10-11.
Dans les cieux, Seigneur, ton amour ;
jusqu'aux nues, ta vérité !
Ta justice, une haute montagne ;
tes jugements, le grand abîme !

Qu'il est précieux ton amour, ô mon Dieu !
À l'ombre de tes ailes, tu abrites les hommes :
ils savourent les festins de ta maison ;
aux torrents du paradis, tu les abreuves.

En toi est la source de vie ;
par ta lumière nous voyons la lumière.
Garde ton amour à ceux qui t'ont connu,
ta justice à tous les hommes droits.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,10-17.
En ce temps-là, les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? »
Il leur répondit : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donné à ceux-là.
À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; à celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a.
Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre.
Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe : “Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas.
Le cœur de ce peuple s’est alourdi : ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouché les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cœur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent, – et moi, je les guérirai.”
Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent !
Amen, je vous le dis : beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »

 

Commentaire du jour.
Saint Justin (v. 100-160), philosophe, Martyr.
Première apologie, 1.30-31 (trad. OC, Migne 1994, p. 48)

« Beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez »

À l'empereur Hadrien, Auguste César, et à Verissimus, son fils philosophe, et à Licius, philosophe, et au Sénat et à tout le peuple romain, en faveur des hommes de toute race qui sont injustement haïs et persécutés, moi l'un d'eux, Justin, de Néapolis [Naplouse] en Syrie de Palestine, j'adresse ce discours...

On nous objecte que celui que nous appelons Le Christ n'est qu'un homme, né d'un homme, que les prodiges que nous lui attribuons sont dus à l'art de la magie et qu'il a réussi à se faire passer pour Fils de Dieu.
Notre démonstration ne s'appuiera pas sur des on-dit, mais sur des prophéties faites avant l'événement, auxquelles nécessairement nous devons croire : car nous avons vu et nous voyons encore se réaliser ce qui a été prédit...

Il y eut chez les juifs des prophètes de Dieu par lesquels l'Esprit prophétique annonça d'avance les événements futurs.
Leurs prophéties furent soigneusement gardées telles qu'elles avaient été prononcées, par les rois successifs de Judée dans des livres écrits en hébreu de la main même des prophètes...

Or, nous lisons dans les livres des prophètes que Jésus, Notre Christ, doit venir, qu'il naîtra d'une vierge, qu'il parviendra à l'âge d'homme, qu'il guérira toute maladie et toute infirmité, qu'il ressuscitera les morts, que méconnu et persécuté, il sera crucifié, qu'il mourra, qu'il ressuscitera et montera au Ciel, qu'il est et sera reconnu Fils de Dieu, qu'il enverra certains annoncer ces choses dans le monde entier et que ce seront surtout les païens qui croiront en Lui.
Ces prophéties furent faites cinq mille, trois mille, deux mille, mille, huit cents ans avant sa venue car les prophètes se sont succédés les uns aux autres de génération en génération.

 

HOMÉLIE DE SAINT JEAN DE DAMAS

POUR LA NATIVITÉ DE LA VIERGE MARIE

Puisque la Vierge Mère de Dieu devait naître de Sainte Anne, la nature n'a pas osé anticiper sur la grâce : la nature demeura stérile jusqu'à ce que la grâce eût porté son fruit.
Il fallait qu'elle naisse la première, celle qui devait enfanter le premier-né antérieur à toute créature, en qui tout subsiste.

Joachim et Anne, heureux votre couple ! Toute la Création est votre débitrice. C'est par vous, en effet, qu'elle a offert au Créateur le don supérieur à tous les dons, une Mère toute sainte, seule digne de celui qui l'a créée.

Réjouis-toi, Anne, la stérile, toi qui n'enfantais pas ; éclate en cris de joie, toi qui n'as pas connu les douleurs.
Réjouis-toi, Joachim : par ta fille un enfant nous est né, un fils nous a été donné. On proclame son nom : Messager du grand dessein de Dieu
, qui est le salut de tout l'univers, Dieu fort. Oui, cet enfant est Dieu.

Joachim et Anne, heureux votre couple, et parfaitement pur ! On vous a reconnus grâce à votre fruit, selon cette parole du Seigneur : Vous les reconnaîtrez à leurs fruits.
Vous avez eu une conduite agréable à Dieu et digne de celle que vous avez engendrée.

À cause de votre vie chaste et sainte, vous avez produit le joyau de la virginité, celle qui devait être vierge avant l'enfantement, vierge en mettant au monde, vierge après la naissance ; la seule toujours Vierge d'esprit, d'âme et de corps.

Joachim et Anne, couple très chaste ! ~ En observant la chasteté, cette loi de la nature, vous avez mérité ce qui dépasse la nature : vous avez engendré pour le monde celle qui sera, sans connaître d'époux, la Mère de Dieu.
En menant une vie pieuse et sainte dans la nature humaine, vous avez engendré une fille supérieure aux anges, qui est maintenant la Souveraine des anges.

Enfant très gracieuse et très douce ! Fille d'Adam et Mère de Dieu ! Heureux ton père et ta mère ! Heureux les bras qui t'ont portée !
Heureuses les lèvres qui, seules, ont reçu tes chastes baisers pour que tu demeures toujours parfaitement vierge.
Acclamez Dieu, terre entière, sonnez, dansez, jouez. Élevez la voix, élevez-la, ne craignez pas.

 

Autre commentaire du jour.
Jean Gobeil, s.j., La Villa Loyola, dirigée par les Jésuites de Sudbury.

Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre.

La difficulté de cette explication des paraboles est la même que pour l’explication du texte d’Isaïe.
Elle provient de l’ambiguïté en hébreu entre la fin, le but poursuivi en faisant une action et d’autre part une conséquence de cette action.
Ainsi, Dieu, en envoyant Isaïe faire une proclamation, n’a pas pour but que les gens durcissent leur cœur et se bouchent les yeux.
Il a pour but qu’ils acceptent de voir, se convertissent pour que Dieu puisse les guérir, comme l’indique la fin du texte.
Mais la conséquence que Dieu prévoit est qu’ils refuseront de voir, au moins pour la majorité d’Israël.
Il y aura, bien sûr, des exceptions comme les disciples d’Isaïe qui ont recueilli ces paroles et nous les ont transmises.

De même pour les paraboles adressées à la foule. Le but de la parabole est qu’une Parole de Dieu soit reçue par ceux qui l’acceptent.
Mais une conséquence est que pour ceux qui refusent d’être concernés ils se retrouveront encore plus pauvres.
On comprend pourquoi. Concrètement, les paraboles de Jésus sont des invitations à pénétrer dans la connaissance du Royaume de Dieu; elles sont une invitation à y participer davantage. On comprend que ceux qui refusent vont se retrouver plus loin du Royaume: ils ont durci les obstacles.
Les paraboles gardent leur importance actuelle. Elles sont encore des invitations à pénétrer davantage dans les mystères du Royaume et à se laisser transformer par cette Parole de Dieu.
Jean Gobeil, s.j.

 

Autre commentaire du jour.
Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.

À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; à celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a.

« Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? ». Les disciples s’interrogent sur la pédagogie du Maître. Jésus tient en effet des propos embarrassants : « à vous il est donné de comprendre les mystères du Royaume, mais à eux [c’est-à-dire à ceux qui écoutent seulement les paraboles] ce n’est pas donné ».
Les paraboles ne sont-elles que des images adaptées au plus grand nombre, très simples pour être entendues de tous, mais trop simples, nécessitant un enseignement complémentaire, réservé aux initiés ?

Cette hypothèse ne peut pas être retenue. Combien de fois n’avons-nous pas entendu Jésus s’impatienter de l’incompréhension des disciples ?
Au point qu’il a pu nous arriver de croire l’inverse : non seulement les disciples ne vont pas plus loin que les foules, mais ils ont encore besoin de cours de soutien !

Jésus nous aide à dépasser ce genre de questionnement : « celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a ».
Ce proverbe montre que la possibilité de comprendre les paraboles ne dépend pas d’elles-mêmes mais de ceux qui les reçoivent.
Les paraboles sont certes des énigmes, mais le Royaume est lui-même une énigme. Comme il est caché, on ne peut parler de lui qu’en parlant d’autre chose. Tout dépend donc de l’attitude de celui qui écoute.

Pour qui ouvre son cœur, la guérison est possible ; il peut découvrir le Royaume et y entrer. Il y a donc pour lui une augmentation.
Il a osé entrer dans l’amitié de Jésus, il reçoit la guérison et entre dans la Joie de son maître qui s’exclame : « heureux vos yeux parce qu’ils voient et vos oreilles parce qu’elles entendent ». Quant à celui qui n’a rien, celui qui ne laisse pas la parabole faire ce pour quoi elle est faite, c’est-à-dire toucher directement son cœur, et qui la cantonne dans les chemins alambiqués de sa raison, il lui sera enlevé même ce qu’il a.
En effet, il n’a que ce qu’il croit avoir appris. Il n’est pas entré dans la symbolique de la parabole et il s’identifie à ce qu’il possède, à son savoir.
Finalement ce qu’il sait lui bouche la vue et il ne le sait pas. Il le perd donc, il perd le peu qu’il avait.

Demandons la grâce d’être renouvelés dans notre rapport à la Parole, que nous sachions la cueillir comme un fruit de l’été et nous recueillir ensuite pour la goûter.
Qu’elle nous apprenne à cueillir Dieu, avec délicatesse, et à nous laisser recueillir par Lui, recueillir en Lui, tout simplement, comme la nuit d’été enveloppe de fraîcheur et de paix.
Frère Dominique.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_148
Abbé Manel MALLOL Pratginestós (Terrassa, Barcelona, Espagne).

«Heureux vos yeux parce qu'ils voient, et vos oreilles parce qu'elles entendent!»

Aujourd'hui, nous nous souvenons de l'éloge faite par Jésus à ceux qui se rassemblaient près de lui: «Heureux vos yeux parce qu'ils voient, et vos oreilles parce qu'elles entendent!» (Mt 10,16).
Et nous nous demandons: Ces paroles de Jésus se dirigent-elles aussi à nous, ou sont-elles uniquement dirigées à ceux qui le virent et l'écoutèrent directement?
Il semble que les bienheureux sont ceux-là, puisqu'ils ont eu la chance de vivre avec Jésus, de se trouver physiquement et sensiblement à ses côtés.
Alors que nous nous trouverions davantage parmi les justes et les prophètes -sans être juste ni prophètes!- qui auraient aimé voir et écouter.

N'oublions pas, en revanche, que Le Seigneur se réfère aux justes et aux prophètes antérieurs à sa venue, à sa révélation: «Amen, je vous le dis: beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu» (Mt 10,17).
Avec Lui arrive la plénitude des temps, et nous nous trouvons dans cette plénitude, nous nous trouvons dans le temps du Christ, dans le temps de la Rédemption.
Il est vrai que nous n'avons pas vu Jésus avec nos yeux, mais par contre nous l'avons connu et nous le connaîtrons.
Et nous n'avons pas écouté sa voix de nos oreilles, par contre nous avons écouté et écouterons sa Parole. La connaissance que la Foi nous donne, bien qu'elle ne soit pas sensible, est une connaissance authentique, nous met en contact avec la Vérité et donc nous rempli de Bonheur et de Joie.

Rendons grâce pour notre Foi chrétienne, soyons-en heureux. Faisons en sorte que notre relation avec Jésus soit intime et non lointaine, de la façon dont il traitait ces disciples qui étaient près de Lui, qui l'écoutèrent et le virent.
Ne regardons pas Jésus en passant du présent au passé, sinon du présent au présent, soyons réellement dans son temps, un temps qui ne finit pas.
La prière -parler avec Dieu- et l'Eucharistie -le recevoir- nous assure cette proximité avec Lui et nous fait réellement bienheureux car nous le regardons alors avec les yeux et l'écoutons avec les oreilles de la Foi.
«Reçois alors l'image de Dieu que tu as perdu à cause de tes mauvaises actions» (Saint Augustin).

 

HYMNE : QU'IL SOIT BÉNI

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Ouvrez, ouvrez vos portes,
Ne fermez plus vos cœurs !
Il vient à nous sans faste,
Grandeur ni majesté,
Vêtu comme le pauvre
Dans son humilité !

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Entendez-le qui parle,
Sortez tous de l'erreur !
Malheur à l'homme riche
S'il ne veut écouter
Le Christ de la Promesse
Qui vient nous racheter !

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Il montre à tous les humbles
La face du Sauveur !
À lui sont en partage
La gloire et le pouvoir,
Ce qu'à la fin des âges
Les peuples pourront voir !

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Il donne aux misérables
La paix du Bon Pasteur,
Il est doux. Il est humble.
Son joug sera léger!
Et c'est lui qui nous mène
Jusqu'à la liberté !

 

HYMNE : DIEU S'APPROCHAIT COMME LE FRUIT

Dieu s'approchait comme le fruit 
D'un long désir, 
Comme le sceau d'une alliance 
Dont il était l'avenir. 
Il répondait à l'espérance 
D'un peuple en marche vers lui.

Toute une race de croyants 
Guettait son Jour ; 
La foi patiente des pauvres 
Tenait la veille d'amour. 
Devinaient-ils les feux de l'aube 
Dans le regard d'une enfant ?

L'ultime étape commençait 
Avec Marie. 
La Vierge était l'héritière 
De la promesse de vie. 
Bienheureux ceux qui façonnèrent 
Le cœur que Dieu choisissait.

Ils préparèrent le chemin 
Du Dieu Sauveur 
Qui changerait en exode 
L'ancien exil des pécheurs. 
Il s'approchait... Il vient encore, 
Nous attendons son matin.

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Seigneur, Toi qui es Le Dieu de nos Pères, tu as donné à Sainte Anne et à Saint Joachim de mettre au monde celle qui deviendrait la mère de Ton Fils ; accorde-nous, à leur commune Prière, le Salut que tu as promis à ton peuple.

 

Parole de Dieu : (Is 55, 3)… (Office des Laudes).
Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez et vous vivrez. Je ferai avec vous une Alliance éternelle, qui confirmera ma bienveillance envers David.

 

Parole de Dieu : (Rm 9, 4-5)… (Office des Vêpres).
Les fils d’Israël ont pour eux l’adoption, la gloire, les alliances, la Loi, le culte, les promesses de Dieu ; ils ont les patriarches, et c’est de leur race que Le Christ est né, Lui qui est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement. Amen.

Ajouter un commentaire