Eucharistie du Lundi 02 Juillet 2018 : Lundi de la 13ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Eucharistie du Lundi 02 Juillet 2018 : Lundi de la 13ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Fête de Saint Colomban, Abbé de Luxeuil en Bourgogne et de Bobbio en Emilie (v. 543-615).
Fête de Sainte Monégonde, Ermite recluse (✝ 570).
Fête du Bienheureux Pierre de Luxembourg, Cardinal, Évêque de Metz (1369-1387).
Fête de la Bienheureuse Eugénie Joubert, Religieuse de la Sainte-Famille du Sacré-Cœur (1876-1904).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre d'Amos 2,6-10.13-16... Psaume 50(49),16bc-17.18-19.20-21ab.21cd-22.23... Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 8,18-22.
Commentaire du Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), Ermite et Missionnaire au Sahara.
Autre commentaire de Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.
Autre commentaire de l’Abbé Jordi PASCUAL i Bancells (Salt, Girona, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Saint colomban 11

Lundi 02 Juillet 2018 : Fête de Saint Colomban, Abbé de Luxeuil en Bourgogne et de Bobbio en Emilie (v. 543-615).
À Luxeuil en Bourgogne, Fête de Saint Colomban dont la naissance au Ciel eu lieu le 21 Novembre 615 et dont la mémoire est célébrée le 23 Novembre.
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » en date du 23 Novembre ou sur le lien suivant :
Saint Colomban, Abbé de Luxeuil.

Sainte monegonde2

Lundi 02 Juillet 2018 : Fête de Sainte Monégonde, Ermite recluse (✝ 570).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Sainte Monégonde, Ermite recluse.

Portrait du bienheureux pierre de luxembourg musee du petit palais d avignon gf

Lundi 02 Juillet 2018 : Fête du Bienheureux Pierre de Luxembourg, Cardinal, Évêque de Metz (1369-1387).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureux Pierre de Luxembourg, Cardinal.

Eugeniejoubert

Lundi 02 Juillet 2018 : Fête de la Bienheureuse Eugénie Joubert, Religieuse de la Sainte-Famille du Sacré-Cœur (1876-1904).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureuse Eugénie Joubert.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre d'Amos 2,6-10.13-16.
Ainsi parle le Seigneur : À cause de trois crimes d’Israël, et même de quatre, je l’ai décidé sans retour ! Ils vendent le juste pour de l’argent, le malheureux pour une paire de sandales.
Ils écrasent la tête des faibles dans la poussière, aux humbles ils ferment la route. Le fils et le père vont vers la même fille et profanent ainsi mon saint nom.
Auprès des autels, ils se couchent sur les vêtements qu’ils ont pris en gage. Dans la maison de leur Dieu, ils boivent le vin de ceux qu’ils ont frappés d’amende.
Moi, pourtant, j’avais détruit devant eux l’Amorite, dont la stature égalait celle des cèdres et la vigueur, celle des chênes ! Je l’avais anéanti de haut en bas, depuis les fruits jusqu’aux racines.
Moi, je vous avais fait monter du pays d’Égypte et je vous avais, pendant quarante ans, conduits à travers le désert, pour vous donner en héritage le pays de l’Amorite.
Eh bien, moi, maintenant, je vous écraserai sur place, comme un char plein de gerbes écrase tout sur son passage.
L’homme le plus rapide ne pourra pas fuir, le plus fort ne pourra pas montrer sa vigueur, même le héros ne sauvera pas sa vie.
L’archer ne tiendra pas, le coureur n’échappera pas, le cavalier ne sauvera pas sa vie.
Le plus brave s’enfuira tout nu, ce jour-là, – oracle du Seigneur.

 

Psaume 50(49),16bc-17.18-19.20-21ab.21cd-22.23.
« Qu'as-tu à réciter mes lois,
à garder mon alliance à la bouche,
toi qui n'aimes pas les reproches
et rejettes loin de toi mes paroles ?

« Si tu vois un voleur, tu fraternises,
tu es chez toi parmi les adultères ;
tu livres ta bouche au mal,
ta langue trame des mensonges.

« Tu t'assieds, tu diffames ton frère,
tu flétris le fils de ta mère.
Voilà ce que tu fais ;
garderai-je le silence ?

« Penses-tu que je suis comme toi ?
Je mets cela sous tes yeux, et je t'accuse.
Comprenez donc, vous qui oubliez Dieu :
sinon je frappe, et pas de recours !

« Qui offre le sacrifice d'action de grâce,
celui-là me rend gloire :
sur le chemin qu'il aura pris,
je lui ferai voir le salut de Dieu. »

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 8,18-22.
En ce temps-là, Jésus, voyant une foule autour de lui, donna l’ordre de partir vers l’autre rive.
Un scribe s’approcha et lui dit : « Maître, je te suivrai partout où tu iras. »
Mais Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
Un autre de ses disciples lui dit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. »
Jésus lui dit : « Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts. »

 

Commentaire du jour.
Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), Ermite et Missionnaire au Sahara.
Retraite à Nazareth (Ecrits spirituels, Gigord 1923, p. 104)

« Le Fils de l'Homme n'a pas d'endroit où reposer sa tête »

Ô Mon Seigneur Jésus, voici donc cette divine pauvreté ! Comme il faut que ce soit vous qui m'en instruisiez ! Vous l'avez tant aimée ! ...
Dans votre vie mortelle, vous avez fait d'elle votre compagne fidèle. Vous l'avez laissée en héritage à vos Saints, à tous ceux qui veulent vous suivre, à tous ceux qui veulent être vos disciples.
Vous l'avez enseignée par les exemples de toute votre vie ; vous l'avez glorifiée, béatifiée, proclamée nécessaire par vos paroles.
Vous avez choisi pour parents de pauvres ouvriers ; vous êtes né dans une grotte servant d'étable ; vous avez été pauvre dans les travaux de votre enfance.
Vos premiers adorateurs sont des bergers.
À votre Présentation au Temple, on a offert le don des pauvres. Vous avez vécu trente ans pauvre ouvrier, dans ce Nazareth que j'ai le bonheur de fouler, où j'ai la joie...de ramasser du fumier.

Puis pendant votre vie publique, vous avez vécu d'aumônes au milieu de pauvres pêcheurs que vous aviez pris comme compagnons. « Sans une pierre pour poser votre tête ».
Sur le Calvaire, vous avez été dépouillé de vos vêtements, votre seule possession, et les soldats les ont joués entre eux.
Vous êtes mort nu, et vous avez été enseveli par aumône, par des étrangers. « Bienheureux les pauvres ! » (Mt 5,3)

Mon Seigneur Jésus, comme il sera vite pauvre celui qui, vous aimant de tout son cœur, ne pourra souffrir d'être plus riche que son Bien-aimé !

 

Autre commentaire du jour.
Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.

« Maître, je te suivrai partout où tu iras. »

« Maître, je te suivrai partout où tu iras ». La proposition est généreuse… et censée ! Qui a reconnu en Jésus les paroles de la Vie éternelle, fait tout pour rester proche de Lui. Jésus accueille d’ailleurs cette demande, il ne la repousse pas.
Mais il lui donne quelques fondements pragmatiques : « les renards ont des terriers, les oiseaux du Ciel ont des nids ; mais Le Fils de l’Homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête ». Le Fils de l’homme est le Serviteur souffrant, solidaire de ses frères humains, appartenant à cette Terre.
Mais il ne s’y enfouit pas, à la manière des renards. Le Fils de l’homme est Dieu, le Verbe fait chair. Mais il ne se réfugie pas au Ciel, à la manière des oiseaux.
Ainsi celui qui veut être son disciple doit vivre dans la perpétuelle — et inconfortable — tension entre le Ciel et la Terre.
Par cette parole un peu énigmatique, Le Seigneur nous invite à renoncer à une Vie spirituelle sédentarisée.
Le Seigneur marche sur nos routes, mais il est toujours en avant, nous invitant toujours plus loin.

Un autre de ses disciples lui dit : “Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père”. Cet autre disciple a entendu l’avertissement de Jésus.
Il est prêt à partir ; mais il veut « d’abord » enterrer son père. Cette requête est contradictoire avec l’appel à la Vie.
On ne se décide pas à suivre Jésus sur l’autre rive tout en restant sous l’emprise de la mort et de ses lois.
Le Commandement du Seigneur est Vie éternelle, une Vie sur laquelle la mort n’a plus de prise. « Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts », lui répond-il.
S’il nous faut attendre d’avoir mené à leur terme tous les deuils que nous portons, nous ne serons jamais disponibles pour entrer dans la Vie.

La Vie spirituelle est une eau vive qui jamais ne s’arrête. Renonçons à nos digues et à nos barrages et marchons à la suite du Seigneur !
Changeons de régime, laissons-nous conduire par L’Esprit de Vie, là est notre Bonheur !
« Maître, je te suivrai partout où tu iras ».
Frère Dominique.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_118
Abbé Jordi PASCUAL i Bancells (Salt, Girona, Espagne).

«Suis-moi»

Aujourd'hui, l'Évangile nous présente à travers ses deux personnages principaux une des qualités du bon disciple de Jésus: son indifférence à l'égard des biens matériels.
Mais auparavant, le texte de Saint Matthieu nous mentionne un détail que je ne voudrais pas négliger de souligner: «Jésus, voyant la foule autour de lui...» (Mt 8,18).

Une grande foule s'est assemblée auprès de Jésus pour écouter ses paroles, pour que ses maux, corporels et spirituels, soient taris; ils cherchent le Salut et une souffle de Vie Joyeuse et Éternelle dans l'agitation de ce monde.

Il advient aujourd'hui quelque chose de semblable: tous —sens en prendre, peut-être, conscience— avons besoin de Dieu, de rassasier notre cœur des véritables biens, comme la connaissance et l'Amour de Jésus-Christ et une vie d'amitié avec Lui.
Sinon, nous pouvons tomber dans le piège de vouloir remplir notre cœur d'autres “dieux” qui ne peuvent pas donner du sens à notre vie: le téléphone portable, l'Internet, les vacances aux Bahamas, le travail ininterrompu pour gagner chaque fois un peu plus d'argent, une voiture meilleure que celle du voisin, ou la salle de gym pour arborer le plus beau physique du pays.... C'est exactement ce qui arrive aujourd'hui à beaucoup du monde.

Par contraste, le cri plein de force et de confiance du Pape Jean Paul II retentit, lorsqu'il parle aux jeunes du monde: «On peut être moderne et profondément fidèle à Jésus-Christ».
Pour cela, comme dit Le Seigneur, il est nécessaire de savoir renoncer à tout ce qui nous lie à une vie trop matérialiste qui ferme les portes à L'Esprit.

«Le Fils de l'Homme n'a pas d'endroit où reposer sa tête. (…) Suis-moi» (Mt 8,22), nous dit l'Évangile d'aujourd'hui.
Et Saint Grégoire le Grand nous rappelle: «Les choses temporelles pour en user, les éternelles pour en jouir; temporelles comme à des voyageurs, les éternelles comme à des hommes en repos».
C'est un bon critère pour examiner si nous suivons les traces de Jésus.

 

HYMNE : DIEU, CE MONDE ÉTAIT ENCORE ABSENT

Dieu, ce monde était encore absent 
Que déjà, depuis toujours,
Toi, Parole en nos commencements, 
Tu portais le poids des choses.
Toi qui penses, toi qui crées, 
L'univers en toi repose. 

Dieu, quand l'homme eut habité le temps, 
Y jetant ses propres cris,
Toi, Parole en nos événements, 
Tu déroules notre histoire.
Toi qui juges, toi qui sauves, 
Jésus Christ nous dit ta gloire.

Dieu, nos fleuves vont charriant leurs eaux, 
Ignorant des lendemains,
Toi qui tiens déjà le dernier mot, 
Tu connais le Jour et l'Heure.
Toi qui aimes, qui accueilles, 
Tu prépares la Demeure.

 

HYMNE : SPLENDEUR JAILLIE DU SEIN DE DIEU

Splendeur jaillie du sein de Dieu,
Lumière née de la lumière,
Avant que naisse l’univers
Tu resplendis dans les ténèbres.

Nous t’adorons, Fils bien-aimé,
Objet de toute complaisance ;
Le Père qui t’a envoyé
Sur toi fait reposer sa grâce.

Tu viens au fond de notre nuit
Pour tous les hommes de ce monde ;
Tu es la source de la vie
Et la lumière véritable.

À toi, la gloire, ô Père saint,
À toi, la gloire, ô Fils unique,
Avec l’Esprit consolateur,
Dès maintenant et pour les siècles.

 

HYMNE : Ô DIEU QUI FIS JAILLIR DE L'OMBRE

Ô Dieu qui fis jaillir de l'ombre
Le monde en son premier matin,
Tu fais briller dans notre nuit
La connaissance de ta gloire.

Tu es l’image de ton Père
Et la splendeur de sa beauté.
Sur ton visage, ô Jésus Christ,
Brille à jamais la joie du monde.

Tu es toi-même la lumière
Qui luit au fond d’un lieu obscur.
Tu es la lampe de nos pas
Sur une route de ténèbres.

Quand tout décline, tu demeures,
Quand tout s’efface, tu es là !
Le soir descend, tu resplendis
Au cœur de toute créature.

Et quand l’aurore qui s’annonce
Se lèvera sur l’univers,
Tu régneras dans la cité
Où disparaissent les ténèbres.

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Que ta Grâce inspire notre action, Seigneur, et la soutienne jusqu'au bout, pour que toutes nos activités prennent leur source en Toi et reçoivent de Toi leur achèvement.
Par Jésus-Christ, Ton Fils, Notre Seigneur et Notre Dieu, qui règne avec Toi et Le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

 

Parole de Dieu : (2 Th 3, 10b-13)… (Office des Laudes).
Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus ! Or, nous apprenons que certains parmi vous vivent dans l’oisiveté, affairés sans rien faire.
À ceux-là, nous adressons dans Le Seigneur Jésus-Christ cet ordre et cet appel : qu’ils travaillent dans le calme pour manger le pain qu’ils auront gagné.
Quant à vous, frères, ne vous lassez pas de faire le bien.

 

Parole de Dieu : (Col 1, 9b-11)... (Office des Vêpres).
Nous demandons à Dieu de vous combler de la vraie connaissance de sa Volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle.
Ainsi votre conduite sera digne du Seigneur, et capable de toujours lui plaire ; par tout ce que vous ferez de bien, vous porterez du fruit et vous progresserez dans la vraie connaissance de Dieu.
Vous serez puissamment fortifiés par la puissance de sa gloire, qui vous donnera la Persévérance et la Patience.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 02/07/2018