Eucharistie du Mardi 03 Juillet 2018 : L’Église Célèbre la Fête de Saint Thomas, un des 12 Apôtres du Christ (1er s.) (Année B).

Eucharistie du Mardi 03 Juillet 2018 : L’Église Célèbre la Fête de Saint Thomas, un des 12 Apôtres du Christ (1er s.) (Année B).

Fête de la Vénérable Maria Isabel Picão Caldeira, veuve et Religieuse portugaise - Fondatrice des Conceptionistes (✝ 1962).
Fête de la Vénérable Antonietta Meo, dite Nennolina (1930-1937).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,19-22… Psaume 117(116),1.2… Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,24-29.
Commentaire de Saint Cyrille d'Alexandrie (380-444), Évêque et Docteur de l'Église.
Autre commentaire de Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), Évêque de Ravenne, Docteur de l'Église.
Autre commentaire de Basile de Séleucie (?-v. 468), Évêque.
Autre commentaire de Saint Augustin (354-430), Évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et Docteur de l'Église.
HOMÉLIE DE SAINT GRÉGOIRE LE GRAND SUR L'ÉVANGILE DE JEAN.
Autre commentaire de Frère Élie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
Autre commentaire de l’Abbé Joan SERRA i Fontanet (Barcelona, Espagne).
Commentaire personnel (extrait de mon site internet).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Museo di orsanmichele verrocchio incredulita di s tommaso 03

Mardi 03 Juillet 2018 : Fête de Saint Thomas, un des 12 apôtres du Christ (1er s.).
Depuis 1969, il est célébré le 03 Juillet par les Églises Catholique Romaine et Syriennes, spécialement en Inde où sa Fête revêt une solennité toute particulière.
Les Églises grecques le célèbrent le 06 Octobre. Certaines Églises occidentales, comme l'Église anglicane, le fêtent toujours le 21 Décembre.

Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Thomas, un des 12 apôtres du Christ.

Saint thomas 6

Mardi 03 Juillet 2018 : Fête de Saint Thomas, un des 12 apôtres du Christ (1er s.).
En complément, pour voir mon commentaire personnel (en 2 parties) sur cette grande Fête, aller dans le menu déroulant à « Réflexion personnelle n°62 » ou sur le lien suivant :
Fête de Saint Thomas.

Madre isabel caldeira 2

Mardi 03 Juillet 2018 : Fête de la Vénérable Maria Isabel Picão Caldeira, veuve et Religieuse portugaise - Fondatrice des Conceptionistes (✝ 1962).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Vénérable Maria Isabel Picão Caldeira.

Nennolina 1

Mardi 03 Juillet 2018 : Fête de la Vénérable Antonietta Meo, dite Nennolina (1930-1937).
Décédée à l’âge de 6 ans, Antonietta Meo est la plus jeune Vénérable non martyre de l’histoire de l’Église
« Pour ne pas souffrir, conseille Antonietta Meo, 6 ans, à sa maman, c’est bien simple : au lieu de penser à tes souffrances, pense à celles de Jésus, qui a tant souffert pour nous. Et tu verras que tu ne sentiras plus rien.»
La petite fille sait à peine écrire, mais elle sait de quoi elle parle.

Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Vénérable Antonietta Meo, dite Nennolina.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,19-22.
Frères, maintenant, dans le Christ Jésus, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes citoyens du peuple saint, membres de la famille de Dieu,
car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire c'est le Christ Jésus lui-même.
En lui, toute la construction s'élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur.
En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par l'Esprit Saint la demeure de Dieu.

 

Psaume 117(116),1.2. 
Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays !

Son amour envers nous s'est montré le plus fort ;
éternelle est la fidélité du Seigneur !

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,24-29. 
L'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), n'était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d'eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »
Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d'être incrédule, sois croyant. »
Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

 

Commentaire du jour.
Saint Cyrille d'Alexandrie (380-444), Évêque et Docteur de l'Église.
Commentaire sur l'Évangile de Jean, 12, 22 ; PG 74, 729 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 206 rev.)

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu »

Cette parole du Seigneur est pleinement conforme à la Miséricorde de Dieu, et elle peut être d'un grand profit pour nous.
Car ici encore il s'est soucié grandement de nos âmes, parce qu'il est bon, parce qu'il « veut que tous les hommes soient sauvés et qu'ils parviennent à connaître la vérité » (1Tm 2,4).

Mais cela peut nous surprendre. Car il devait supporter Thomas patiemment, ainsi que les autres disciples qui le prenaient pour un esprit et un fantôme.
Il devait encore, pour convaincre le monde entier, montrer les marques des clous et la blessure de son côté. Enfin, de manière surprenante et sans y être contraint par le besoin, il devait prendre de la nourriture, afin de ne laisser aucun motif de doute à ceux qui avaient besoin de ces signes (Lc 24,41)…

Celui qui n'a pas vu, mais qui accueille et tient pour vrai ce qu'on lui enseigne, rend honneur, par une Foi remarquable, aux mystères de la Foi qu'on lui a proclamés.
Par conséquent, on appelle bienheureux tous ceux qui ont cru grâce à la parole des apôtres, eux qui ont été « témoins oculaires » des grandes actions du Christ « et serviteurs de la Parole », comme le dit Saint Luc (Lc 1,2).
Car il est nécessaire de les écouter, si nous sommes saisis d'un amour passionné pour la Vie éternelle, et si nous attachons du prix à trouver dans le Ciel notre demeure.

 

Commentaire du jour.
Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), Évêque de Ravenne, Docteur de l'Église.
Sermon 84 ; PL 52, 438 (trad. Bouchet, Lectionnaire, p. 453 rev.)

Le témoignage de Thomas

Pourquoi Thomas recherche-t-il ainsi des preuves pour sa Foi ?... Votre amour, frères, aurait aimé qu'après la Résurrection du Seigneur le manque de Foi ne laisse personne dans le doute.
Mais Thomas portait l'incertitude non seulement de son cœur, mais celle de tous les hommes.
Et puisqu'il devait prêcher la Résurrection aux nations, il cherchait, en bon ouvrier, sur quoi il fonderait un mystère qui demande tant de Foi.
Et Le Seigneur a montré à tous les apôtres ce que Thomas avait demandé si tard : « Jésus vint et leur montra ses mains et son côté » (Jn 20,19-20).
De fait, puisqu’il était entré toutes portes closes et était considéré comme un esprit par ses disciples, il ne pouvait prouver à ceux qui doutaient qu’il était bien lui-même que par les souffrances de son corps, les marques de ses blessures.

Il vient et il dit à Thomas : « Mets ta main dans mon côté et ne sois plus incrédule, mais croyant.
Que ces blessures que tu ouvres à nouveau laissent couler la Foi dans le monde entier, elles qui ont déjà versé l'eau du Baptême et le Sang du rachat » (Jn 19,34).
Thomas a répondu : « Mon Seigneur et Mon Dieu ! » Que les incroyants viennent et qu'ils entendent et, comme le dit Le Seigneur, qu'ils ne soient plus incrédules, mais qu’ils croient.
Car Thomas manifeste et proclame que voici non seulement un corps d’homme, mais aussi que par la Passion de son corps de chair, Le Christ est Dieu et Seigneur. Celui qui sort vivant de la mort et qui ressuscite de sa blessure est vraiment Dieu.

 

Autre commentaire du jour.
Basile de Séleucie (?-v. 468), Évêque.
Sermon pour la Résurrection, 1-4 (trad. Brésard, 2000 ans B, p. 128 rev.).

« Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la Création » (Mc 16,15).

« Mets ton doigt dans la marque des clous », dit Jésus à Thomas. « Tu me cherchais quand je n'étais pas là, profites-en maintenant.
Je connais ton désir malgré ton silence. Avant que tu ne me le dises, je sais ce que tu penses. Je t'ai entendu parler, et quoique invisible, j'étais auprès de toi, auprès de tes doutes, et sans me faire voir, je t'ai fait attendre, pour mieux regarder ton impatience.
Mets ton doigt dans la marque des clous. Mets ta main dans mon côté, et ne sois plus incrédule, mais crois. »
Alors Thomas le touche : toute sa défiance tombe et rempli d'une Foi sincère et de tout l'Amour que l'on doit à son Dieu, il s'écrie : « Mon Seigneur et Mon Dieu ! »
Et Le Seigneur lui dit : « Parce que tu m'as vu, tu as cru ; heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru !
Thomas, porte la nouvelle de ma Résurrection à ceux qui ne m'ont pas vu. Entraîne toute la terre à croire non à ses yeux, mais à ta parole.
Parcours les peuples et les cités païennes. Apprends-leur à porter la croix sur les épaules au lieu des armes...
Dis-leur qu'ils sont appelés par la grâce, et toi, contemple leur Foi : heureux, en vérité, ceux qui n'ont pas vu et ont cru ! »
Telle est l'armée que lève Le Seigneur ; tels sont les enfants de la piscine baptismale, les œuvres de la grâce, la moisson de L'Esprit.
Ils ont suivi Le Christ sans l'avoir vu, ils l'ont cherché et ils ont cru. Ils ont reconnu avec les yeux de la Foi, non du corps.
Ils n'ont pas mis leurs doigts dans les marques des clous, mais ils se sont attachés à sa Croix et ont embrassé ses souffrances.
Ils n'ont pas vu le côté du Seigneur, mais par la grâce ils se sont unis à ses membres et ils ont fait leur cette parole du Seigneur :
« Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru ! ».

 

Autre commentaire du jour.
Saint Augustin (354-430), Évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et Docteur de l'Église.
Sermon 88.

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu ».

La faiblesse des disciples était tellement chancelante que, non contents de voir Le Seigneur ressuscité, ils voulaient encore le toucher pour croire en Lui. Il ne leur suffisait pas de voir de leurs yeux, ils voulaient approcher leurs mains de ses membres et toucher les cicatrices de ses récentes blessures.
C'est après avoir touché et reconnu les cicatrices que le disciple incrédule s'est écrié : « Mon Seigneur et Mon Dieu ! »
Ces cicatrices révélaient celui qui, chez les autres, guérissait toutes les blessures.
Est-ce que Le Seigneur n'aurait pas pu ressusciter sans cicatrices ? Mais il voyait dans le cœur de ses disciples des blessures que devaient guérir ces cicatrices qu'il avait gardées dans Son Corps.
Et que répond Le Seigneur à cette confession de Foi de son disciple qui dit : « Mon Seigneur et Mon Dieu » ?
« --Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
De qui parle-t-il, mes frères, sinon de nous ? Et pas seulement de nous, mais aussi de ceux qui viendront après nous.
Car, peu de temps après, lorsqu'il a échappé aux regards mortels pour affermir la Foi dans les cœurs, tous ceux qui sont devenus croyants ont cru sans avoir vu, et leur Foi avait un grand mérite : pour l'obtenir, ils ont approché de Lui non pas une main qui voulait le toucher, mais seulement un cœur aimant.

 

HOMÉLIE DE SAINT GRÉGOIRE LE GRAND

SUR L'ÉVANGILE DE JEAN

Thomas, l’un des douze (dont le nom signifie Jumeau) n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
Ce disciple était le seul absent. À son retour, quand on lui raconta ce qui s’était passé, il ne voulut pas le croire.
Le Seigneur vint une seconde fois, et il présenta au disciple incrédule son côté à toucher, lui montra ses mains et, en lui montrant les cicatrices de ses blessures, guérit en lui la blessure de l’incrédulité.
Que remarquez-vous en tout cela, frères très chers ? Croyez-vous que tout cela se soit produit par hasard ?
Que ce disciple choisi ait été d’abord absent ; qu’en arrivant ensuite il entende ce récit ; qu’en l’entendant, il doute ; qu’en doutant, il touche, et qu’en touchant il croie ?

Non, cela ne s’est pas produit par hasard, mais selon un plan divin. En effet, la clémence divine agit alors d’une manière admirable pour que ce disciple qui doutait, tandis qu’il touchait les blessures que son maître portait dans la chair, guérisse en nous les blessures de l’incrédulité.
En effet l’incrédulité de Thomas a été plus avantageuse pour notre Foi que la Foi des disciples qui ont cru.
Car, tandis que disciple, en touchant, est ramené à la Foi, notre esprit, en dominant toute hésitation, est confirmé dans la Foi ; ce disciple, en doutant et en touchant, est devenu témoin de la réalité de la Résurrection.

Il toucha donc, et il s’écria : Mon Seigneur et Mon Dieu.
Jésus lui dit : Parce que tu m’as vu, tu crois
.
Or, l’Apôtre Paul a dit : La Foi est la manière de posséder déjà ce qu’on espère, et de connaître des réalités qu’on ne voit pas.
Il est donc bien clair que la Foi fait connaître ce qui ne peut pas se voir. Ce qu’on voit, en effet, ne produit pas la Foi mais la constatation.
Alors que Thomas a vu, lorsqu’il a touché pourquoi lui est-il dit : Parce que tu m’as vu, tu as cru ?
Mais ce qu’il a cru n’était pas ce qu’il a vu.
Car la Divinité ne peut être vue par l’homme mortel. C’est donc l’homme qu’il a vu, et c’est Dieu qu’il a reconnu en disant : Mon Seigneur et Mon Dieu.
Il a donc cru tout en voyant, puisqu’en regardant un vrai homme, il a proclamé que celui-ci était Dieu, et cela, il n’avait pas pu le voir.

Ce qui suit nous donne de la joie : Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! Par cette phrase, c’est nous qui sommes spécialement désignés, nous qui nous attachons par l’esprit à celui que nous n’avons pas vu dans la chair.
Car celui-là croit véritablement, qui met en pratique, par ses actions, ce qu’il croit. Au contraire, Paul dit de ceux dont la Foi est purement nominale :
Ils font profession de connaître Dieu, mais par leurs actes ils le renient. Et Jacques : La Foi sans les œuvres est morte.

 

Autre commentaire du jour.
Frère Élie, Moine de la Famille de Saint Joseph.

« Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »

Nous fêtons aujourd’hui l’apôtre Saint Thomas. Un des passages les plus éloquents à son sujet dans les Évangiles est bien celui que la liturgie nous donne à méditer en ce jour.
La figure de Thomas est communément présentée comme celle de quelqu’un qui doute. Il est important de relever ici que la réaction de Thomas vient à la suite du témoignage suivant des autres apôtres : « Nous avons vu Le Seigneur. »
Or, nous connaissons bien la valeur du verbe « voir » chez Saint Jean. Il ne désigne pas une vision sensible, mais la perception nouvelle qui s'ouvre au regard du croyant grâce à l’action de L'Esprit.
Ce que suggérait d’ailleurs le récit johannique par le geste du Seigneur qui soufflait sur les apôtres au moment où il leur apparaissait en disant : « Recevez L'Esprit Saint ».

C’est donc le témoignage d’une adhésion de Foi au Ressuscité que les apôtres donnent à Thomas. Et c’est son désir de la partager que ce dernier exprime par ces mots : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je n'y croirai pas ».
On entend dans ces paroles de Thomas comme un cri, celui de communier à son Seigneur, de participer au mystère de Celui qui a été crucifié et qui est mort pour lui.
Du milieu de sa culpabilité d’avoir contribué par son péché à clouer Jésus sur la Croix, Thomas appelle son Seigneur à l’aide.

Jésus va consentir à répondre à la demande de son serviteur : « Avance ton doigt dans mon côté, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté. »
Jésus invite Thomas à passer du croire qu’il est ressuscité au croire en sa personne de Ressuscité.
Il l’appelle à sortir de ce cette culpabilité mortifère qui lui interdit de croire que sa Miséricorde a triomphé de son péché.
C’est l’incrédulité qui porte sur ce fait là que Jésus enjoint à Thomas de dépasser : « Cesse d’être incrédule, sois croyant ».
Croire en Jésus Ressuscité, c’est bien cela : croire que sa Miséricorde a triomphé de tout péché et de toute mort et adhérer, communier, à son être divin qui n’est que Miséricorde. Ce n’est plus la condamnation ou l’accusation mais la Miséricorde, qui est le mode sous lequel l’Amour divin se dit à l’homme, que Thomas lit désormais dans les plaies de Jésus.
Le cri de l’action de grâce peut alors jaillir du fond de son cœur : « Mon Seigneur et Mon Dieu », véritable confession de Foi en la toute puissance de la Miséricorde Divine.

Ne nous arrive-t-il pas à nous aussi, devant notre péché, de nous enfermer dans la culpabilité d’avoir contribué à crucifier le Seigneur ?
Les plaies ouvertes de Jésus sont alors pour nous plus synonymes de condamnation que de Miséricorde.
La figure de Thomas et l’attitude de Jésus à son égard peuvent ici nous être d’un grand secours. Nous aussi avons besoin de « voir » que les plaies de Jésus, que l’eau et le sang jaillis de son côté, nous parlent de vie et non pas de mort.

« Seigneur, comme ton apôtre Thomas, nous voulons contempler ton Côté ouvert pour nous et t’écouter nous dire : ‘Regarde ce Côté, les entrailles de ma Miséricorde sont ouvertes.
Si tu t’avances pour boire à cette source divine, je te réconcilierai avec Moi et tu communieras à mon Amour.
N’aie pas peur de t’approcher de Moi et ce, même si tes péchés sont comme l'écarlate. Ton péché serait-il assez puissant pour mettre en échec ma Miséricorde ? ’. »
Frère Élie.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/V_21
Abbé Joan SERRA i Fontanet (Barcelona, Espagne).

Mon Seigneur et Mon Dieu!

Aujourd'hui, nous célébrons le jour de la Saint Thomas. Jean, l'évangéliste, après avoir décrit l'apparition de Jésus, le jour même de la Résurrection, rajoute que Thomas, l'apôtre, n'était pas présent, et lorsque les autres Apôtres, qui avaient vu Le Seigneur lui en parlèrent, celui-ci répondit:
«Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas» (Jn 20,25).

Jésus dans sa bonté va à la rencontre de Thomas. Huit jours après, Jésus vient encore parmi eux et dit à Thomas: «Avance ton doigt ici, et vois mes mains; avance ta main, et mets-la dans mon côté: cesse d'être incrédule, sois croyant» (Jn 20,27).

—Oh Jésus que tu es bon! Si jamais tu vois que je m'éloigne de toi, viens à ma rencontre comme tu l'as fait avec Thomas.

La réaction de Thomas fut la suivante: «Mon Seigneur et Mon Dieu» (Jn 20,28). Qu'elles sont belles les paroles de Thomas!
Il l'appelle “Seigneur” et “Dieu”. Il y a dans ces paroles un acte de Foi dans la Divinité de Jésus.
En le voyant ressuscité, il ne voit plus seulement l'homme Jésus, qui était avec les Apôtres et qui mangeait avec eux, mais il voit aussi son Dieu et son Seigneur.

Jésus le gronde en lui disant de ne plus être incrédule mais croyant et Il ajoute: «Heureux ceux qui croient sans avoir vu» (Jn 20,28)
Nous, nous n'avons pas vu Jésus crucifié, ni Jésus ressuscité, et Il ne nous est pas apparu, néanmoins, nous sommes heureux car nous croyons en ce Jésus-Christ qui est mort et qui est ressuscité pour nous.

Alors, prions ainsi: «Mon Seigneur et Mon Dieu enlève de mon chemin tout ce qui m'éloigne de Toi; Mon Seigneur et Mon Dieu donne moi tout ce qui me rapproche de Toi; Mon Seigneur et Mon Dieu, fais que je m'oublie moi-même afin de me donner entièrement à Toi»
(Saint Nicolas de Flüe).

 

Commentaire personnel (extrait de mon site internet).
« Si je ne vois pas…je ne croirais pas !!! »…C’est malheureusement l’excuse que prenne la très grande majorité des gens, non pas, à l’image de Saint Thomas, pour chercher à croire… mais pour justifier de leur incrédulité…et ne surtout pas en changer.

C’est le cas de nombreux incroyants qui n’ont vraiment pas envie de penser et de croire en un Dieu…ce qui risquerait de déranger leurs habitudes et leurs manières de vivre !!!

Mais c’est aussi le cas de nombreuses personnes qui se disent croyantes, qui vont même parfois à la Messe, même régulièrement…mais dont la Foi…s’arrête là…et ne change rien à leur vie et à leur manière d’agir…eux non plus n’ont pas envie d’être dérangés dans leurs habitudes et leurs manières de vivre.

Ce sont eux que l’on retrouve à la sortie d’une Messe en train de se disputer…ou de se précipiter pour faire la fête avec les amis (même si cela est au détriment de la famille, à l’écoute les uns des autres dans un profond Amour mutuel, de cet Amour reçu en abondance à La Source, au Cœur de Jésus !!!)…fête avec les amis, bien plus importante que le moment « casse-pieds » de la Messe venant de se terminer.

« Si je ne vois pas…je ne croirais pas !!! »…C’est avec cette excuse qu’ils justifient leur volonté de ne pas changer.
Et même si un miracle se produisait devant leurs yeux…ils refuseraient de le voir en trouvant toutes sortes d’excuses pour se justifier…et ne pas croire…car ils refusent de devoir risquer de changer de vie…ils ne veulent absolument pas être dérangés dans leurs habitudes…et la vie qu’ils se sont choisis…même si, pour certains (les plus corrompus) celle-ci conduit à leur perte !!!
Jésus parle d’eux dans sa parabole du mauvais riche et du pauvre Lazare (Luc 16 19-30) : 
« Du moment qu’ils n’écoutent pas Moïse et les Prophètes, même si quelqu’un ressuscite d’entre les morts, ils ne seront pas convaincus ».

« Si je ne vois pas…je ne croirais pas !!! »…En effet combien parmi ceux qui font cette affirmation, en fait (et même s’ils vont à l’Église) ne connaissent rien ou quasiment rien de Dieu.
Ils s’en font une image qui leur convient, qui les arrange en leur permettant de justifier leur attitude et leur manière de vivre.
Pour certains, ils verront un Dieu « gâteau » qui leur permet de vivre et de s’accommoder avec leurs péchés cachés (adultère, mensonges, etc…) ou leurs péchés connus (dureté de cœur, intransigeance, égoïsme, racisme, colportage sur les autres, etc…)…tout en se disant Chrétiens…Dieu est Amour…Il pardonne tout !!!

Pour certains, ils verront un Dieu « mauvais, voir sadique » en regardant justement les premiers et leurs manières de vivre, en regardant toutes les catastrophes, les guerres (y compris les guerres de religions), les fléaux…et la folie de certains hommes…qui n’a aucune limite dans la perversité, dans l’horreur et dans l’inconscience.

Mais combien prennent le temps d’essayer de Le découvrir vraiment afin de commencer à Le connaître, voire de Le connaître de plus en plus…afin de savoir s’Il existe peut-être et dans ce cas, qui Il est vraiment.

Ce que beaucoup sont prêt à faire pour essayer de découvrir des choses totalement futiles et inutiles en poussant leurs recherches très loin, en recherchant tout ce qui est écrit dessus, en fabriquant des matériaux permettant de pousser leurs expériences très loin…repousse même l’idée d’ouvrir et de lire des écrits parlant de Dieu ou de La Foi des Saints, voir des miracles qu’ils ont vécus au travers de leur vie en entraînant nombre de conversions (très loin d’une vie de violence, de haine, de confort…).
Combien d’entre eux connaissent tous les écrits de La Bible (même s’ils l’ont chez eux !!!) et leurs sens ??? Si peu !!!
Cela permet ainsi à des sectes de sélectionner tels ou tels passages en les sortants de leur contexte et d’entraîner nombre de gens « pommés » dans leurs rangs !!!
Par contre, ils connaissent à fonds (en ayant lus de nombreux ouvrages dessus) des sujets qui ne feront que satisfaire leur intellect ou simplement leurs sens…mais ne leur apportera rien !!!

Vous mettez à la disposition des gens une revue sur des peoples, sur du sexe, sur de la violence, des bagarres, des meurtres, des tortures, des guerres, sur de sublimes voitures ou bateaux, sur des maisons de rêves, sur la voyance et l’invocation des morts, sur les planètes d’autres galaxies et l’invasion virtuelle de notre planète, sur des robots, sur la destruction de la Terre (Fin du monde : 2012, etc… !!!), etc… et des revues sur des vies exemplaires de Saints, sur des Révélations divines (lors d’apparitions reconnus par L’Église (telles que Lourdes, Fatima, La Salette, etc…) ou de Révélations telles que celles faites à Maria Valtorta), etc…
Ce sont presque toujours les premiers qui sont ouverts…et les derniers qui sont rejetés !!! 

« Si je ne vois pas…je ne croirais pas !!! »…ne veut alors plus rien dire. Il serait beaucoup plus juste de dire :
« Quoiqu’il en soit…je refuse de croire !!! Je me sens bien tel que je suis (même si je n’ai pas l’âme en Paix et ma conscience qui me dérange) et je n’ai pas envie de changer…je préfère tout ce qui satisfait mes sens et me procure d’agréables sensations (même passagères et d’un très court instant)…alors non, je refuse de croire en un Dieu qui m’apporterait peut-être une grande Paix intérieure que je n’ai pas…mais m’obligerait à changer ma manière de vivre !!! »

« Si je ne vois pas…je ne croirais pas !!! »…Heureusement, il y a aussi ceux qui ont le cœur pur et sincère qui ne peuvent Aimer Dieu car ils ne croient pas en Lui…et n’ont jamais eu l’occasion d’évènements dans leur vie leur donnant la possibilité de croire…en un Dieu que ceux qui croient disent « qu’Il est Vivant, aujourd’hui, dans leur Vie, qu’Il est L’Amour infini, qu’Il vit en eux et font continuellement l’expérience de Son Amour dans leur vie quotidienne ».

Ils sont à l’image de Saint Thomas qui avait le cœur pur, qui était Amoureux de Jésus, qui l’avait suivi sur les routes de Palestine pendant trois ans…mais qui était profondément humain…et ne voulait pas se réjouir trop vite et participer à une hystérie collective…bien loin de toute réalité.

Jésus pouvait-il Ressusciter Lui-même ??? Il ne pensait pas que cela soit possible…même s’il avait assisté peu de temps auparavant à La Résurrection de Lazare…ce qui lui semblait déjà impossible au départ.
Mais à ce moment-là, Jésus était vivant…mais maintenant Il était mort…donc Il ne pouvait plus agir…pour Ressusciter !!!
Il aurait fallu qu’Il agisse avant…pour mettre en déroute ses agresseurs !!! Maintenant il était trop tard !!!...
Exactement comme Marthe le disait vis-à-vis de son frère Lazare…Il aurait pu venir alors qu’il était encore vivant…pour l’empêcher de mourir !!!

« Si je ne vois pas…je ne croirais pas !!! »…Heureusement, il y a aussi ceux qui ont le cœur pur et sincère et qui sont à l’image de Saint Thomas.
Ils ne peuvent Aimer Dieu, car ils ne le connaissent pas. Ceux-là ont besoin, comme Saint Thomas de voir et de toucher du doigt, de leur main à eux (pas de celles des autres) la présence concrète de Jésus dans leur vie.

Ils ne cherchent et ne veulent pas tenter Dieu, comme Satan au désert avec Jésus (Jette-toi dans le vide…Dieu enverra des Anges pour te porter et t’empêcher de tomber), mais ils veulent vivre et expérimenter une expérience concrète de La Présence et de L’Amour de Dieu…pour y croire.
Ils veulent toucher avec leurs propres doigts Dieu vivant dans leur propre vie et leur témoignant Son Amour.

A ceux-là, qui sont purs, honnêtes et sincère Dieu se dévoile. Il prend leurs mains et leur fait toucher Ses Plaies pour qu’ils sentent de quel Amour il les Aime…eux personnellement.

A eux après, comme l’a fait Saint Thomas…de s’incliner en disant « Mon Seigneur et Mon Dieu »…et d’agir en conséquence en ordonnant leur vie pour qu’elle devienne conforme à ce que Dieu en attend.

 

HYMNE : LES VOICI RASSEMBLÉS

Les voici rassemblés
Dans la maison du Père,
Les compagnons d'épreuve
Qui t'ont vu crucifié.
Tu ouvrais le passage,
Ils marchaient sur tes traces,
Ô Seigneur des Vivants.

Ils portaient dans leur cœur
Pour éclairer le monde
La mystérieuse image
De ta gloire humiliée.
Messagers d'espérance,
Ils semaient ta parole
Et c'est toi leur moisson.

Ils ont place au festin
Dans le Royaume en fête,
Pour avoir bu la coupe
De l'amour partagé.
Tu leur montres le Père
Et ta joie les habite,
Ô Jésus, Fils de Dieu !

 

HYMNE : LE VIVANT SORT DU SILENCE

Le Vivant sort du silence,
Il répond, montrant ses plaies :
Le défi est relevé.
Viens plus près !
Son corps blessé
Par les clous et par la lance
Te rendra la paix :
Reconnais ton Seigneur.

La Parole contredite.
La Parole mise en croix,
Est ici, ressuscitée.
Touche et vois !
Pourquoi douter
De la joie qui te visite
Et s'écrie en toi :
Mon Seigneur et mon Dieu !

Le Vainqueur, parmi tes frères,
Portes closes, te rejoint,
Il t'appelle à sa moisson.
Pars au loin !
Beaucoup croiront,
Dans la nuit, à la lumière
De celui qui vient,
Leur Seigneur et leur Dieu !

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
En ce jour où nous célébrons l'Apôtre Saint Thomas, accorde-nous, Dieu tout-puissant, de reprendre courage ; fais que nous ayons la Vie en comprenant à notre tour que Jésus Christ est Seigneur.
Lui qui vit et règne avec Toi et Le Saint-Esprit pour les siècles des siècles.

 

Parole de Dieu : (Ep 2, 19-22)… (Office des Laudes).
Vous n’êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes citoyens du peuple Saint, membres de la famille de Dieu, car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire, c’est Le Christ Jésus Lui-même.
En Lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un Temple saint dans Le Seigneur.
En Lui, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par L’Esprit Saint la Demeure de Dieu.

 

Parole de Dieu : (Ep 4, 11-13)… (Office des Vêpres).
Les dons que Le Christ a faits aux hommes, ce sont d'abord les Apôtres, puis les prophètes et les Missionnaires de l'Évangile, et aussi les pasteurs et ceux qui enseignent.
De cette manière, le peuple Saint est organisé pour que les tâches du Ministère soient accomplies, et que se construise le Corps du Christ.
Au terme, nous parviendrons tous ensemble à l'unité dans la Foi et la vraie connaissance du Fils de Dieu, à l'état de l'Homme parfait, à la plénitude de la stature du Christ.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 03/07/2018