Eucharistie du Jeudi 21 Juin 2018 : Jeudi de la 11ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Eucharistie du Jeudi 21 Juin 2018 : Jeudi de la 11ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

L’Église fait mémoire (obligatoire) de la Fête de Saint Louis de Gonzague, Jésuite (1568-1591).

Fête de Saint Aubain de Mayence, Martyr (✝ v. 400).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre de l'Ecclésiastique 48,1-14... Psaume 97(96),1-2.3-4.5-6.7.10ab... Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,7-15.
Commentaire de Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859), Prêtre, Curé d'Ars.
Autre commentaire de Saint Cyprien (v. 200-258), Évêque de Carthage et Martyr.
Autre commentaire de Jean Gobeil, s.j., La Villa Loyola, dirigée par les Jésuites de Sudbury.
Autre commentaire du Père Joseph-Marie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
Autre commentaire de l’Abbé Joan MARQUÉS i Suriñach (Vilamarí, Girona, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Sacred heart 1770 2

Jeudi 21 Juin 2018 : Fête de Saint Louis de Gonzague, Jésuite (1568-1591).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Louis de Gonzague, Jésuite.

Musee du moyen age a01

Jeudi 21 Juin 2018 : Fête de Saint Aubain de Mayence, Martyr (✝ v. 400).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Aubain de Mayence.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre de l'Ecclésiastique 48,1-14.
Le prophète Élie surgit comme un feu, sa parole brûlait comme une torche.
Il fit venir la famine sur Israël, et, dans son ardeur, les réduisit à un petit nombre.
Par la parole du Seigneur, il retint les eaux du ciel, et à trois reprises il en fit descendre le feu.
Comme tu étais redoutable, Élie, dans tes prodiges ! Qui pourrait se glorifier d’être ton égal ?
Toi qui as réveillé un mort et, par la parole du Très-Haut, l’as fait revenir du séjour des morts ;
toi qui as précipité des rois vers leur perte, et jeté à bas de leur lit de glorieux personnages ;
toi qui as entendu au Sinaï des reproches, au mont Horeb des décrets de châtiment ;
toi qui as donné l’onction à des rois pour exercer la vengeance, et à des prophètes pour prendre ta succession ;
Toi qui fus enlevé dans un tourbillon de feu par un char aux coursiers de feu ;
toi qui fus préparé pour la fin des temps, ainsi qu’il est écrit, afin d’apaiser la colère avant qu’elle n’éclate, afin de ramener le cœur des pères vers les fils et de rétablir les tribus de Jacob…
heureux ceux qui te verront, heureux ceux qui, dans l’amour, se seront endormis ; nous aussi, nous posséderons la vraie vie.
Quand Élie fut enveloppé dans le tourbillon, Élisée fut rempli de son esprit, et pendant toute sa vie aucun prince ne l’a intimidé, personne n’a pu le faire fléchir.
Rien ne lui résista, et, jusque dans la tombe, son corps manifesta son pouvoir de prophète.
Pendant sa vie, il a fait des prodiges ; après sa mort, des œuvres merveilleuses.

 

Psaume 97(96),1-2.3-4.5-6.7.10ab.
Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
Joie pour les îles sans nombre !
Ténèbre et nuée l'entourent,
justice et droit sont l'appui de son trône.

Devant lui s'avance un feu
qui consume alentour ses ennemis.
Quand ses éclairs illuminèrent le monde,
la terre le vit et s'affola.

Les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur,
devant le Maître de toute la terre.
Les cieux ont proclamé sa justice,
et tous les peuples ont vu sa gloire.

Honte aux serviteurs d'idoles qui se vantent de vanités !
À genoux devant lui, tous les dieux !
Haïssez le mal, vous qui aimez le Seigneur,
car il garde la vie de ses fidèles.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,7-15.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé.
Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal.
Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »

 

Commentaire du jour.
https://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=commentary&localdate=20180621
Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859), Prêtre, Curé d'Ars.
Esprit du Curé d'Ars dans ses Catéchismes, ses Sermons, ses Conversations (Abbé Monnin, Eds. Téqui 2007, p. 84 ; rev.)

Le Notre Père

« Notre Père qui êtes aux Cieux » : que c'est beau, mes enfants, d'avoir un Père dans le Ciel ! – « Que votre règne arrive ».
Si je fais régner le Bon Dieu dans mon cœur, Il me fera régner avec Lui dans sa Gloire. –
« Que votre Volonté soit faite ».
Il n'y a rien de si doux que de faire la Volonté de Dieu, et rien de si parfait. Pour bien faire les choses, il faut les faire comme Dieu veut, en toute conformité avec ses Desseins.
 – « Donnez-nous aujourd’hui notre pain ».
Nous avons en nous deux parties, l'âme et le corps. Nous demandons à Dieu de nourrir notre pauvre corps, et Il nous répond en faisant produire à la terre tout ce qui est nécessaire à notre subsistance.
Mais nous Lui demandons [aussi] de nourrir notre âme, qui est la plus belle partie de nous-mêmes ; et la Terre est trop petite pour fournir à notre âme de quoi la rassasier : elle a faim de Dieu, il n'y a que Dieu qui puisse la remplir.
Aussi le Bon Dieu n'a pas cru trop faire en demeurant sur la Terre et en prenant un Corps, afin que ce Corps devînt l'aliment de nos âmes.
Lorsque le Prêtre présente l'hostie et vous la montre, votre âme peut dire :
Voilà ma Nourriture ! Ô mes enfants, nous avons trop de bonheur ! Nous ne le comprendrons qu'au Ciel !

 

Commentaire du jour.
Saint Cyprien (v. 200-258), Évêque de Carthage et Martyr.
La Prière du Seigneur, 14-15 (trad. Hamman, La Prière en Afrique, DDB 1982, p.50)

« Que ta Volonté soit faite sur la Terre comme dans les Cieux »

Non pas que Dieu fasse ce qu'Il veut, mais que nous nous puissions faire ce qu'Il veut. Qui peut empêcher Dieu de faire ce qu'Il veut ?
Mais nous autres, nous sommes contrecarrés par le démon qui nous empêche d'obéir en toute chose, intérieurement et extérieurement, à la Volonté de Dieu.
Aussi demandons-nous que sa Volonté s'accomplisse en nous ; pour qu'elle s'accomplisse, nous avons besoin de son secours.
Personne n'est fort par ses propres ressources, mais sa force est dans la Bonté et dans la Miséricorde de Dieu...

La Volonté de Dieu est celle que Le Christ a faite et enseignée : l'Humilité dans la conduite, la solidité dans la Foi, la modestie dans les paroles, la justice dans les actes, la miséricorde dans les œuvres, la discipline dans les mœurs.
La Volonté de Dieu, c'est de ne faire de tort à personne, de supporter celui qu'on nous fait, de garder la Paix avec nos frères, d'aimer Dieu de tout notre cœur, l'aimer parce qu'il est Père et le craindre parce qu'il est Dieu.
Ne rien préférer au Christ, puisqu'il nous a préférés à tout, adhérer inviolablement à sa Charité, nous tenir sous la Croix avec courage et confiance.
Quand il s'agit de combattre pour son Nom ou son honneur, montrer de la constance en nos paroles ; faire preuve de confiance dans les difficultés afin de soutenir la lutte, de patience dans la mort afin d'obtenir la couronne.
Voilà ce que signifie vouloir être cohéritier du Christ, accomplir le précepte de Dieu, faire la Volonté de Dieu.

 

Autre commentaire du jour.
Jean Gobeil, s.j., La Villa Loyola, dirigée par les Jésuites de Sudbury.

Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui est aux Cieux, que ton Nom soit sanctifié...

Les disciples ont été frappés par la façon de prier de Jésus. Il s’adresse au Père en utilisant un terme de familiarité comme Abba.
On a une trace de l’étonnement des disciples dans le fait que Marc, qui écrit pour des lecteurs qui ne connaissent pas l’araméen, cite la prière de Jésus à Gethsémani en gardant le mot Abba (Marc 14,36).
En donnant l’exemple du Notre Père comme prière pour ses disciples, Jésus a dû employer le même mot qui surprendra Paul puisque, par deux fois, il déclare que les disciples qui prient en utilisant le mot Abba montrent ainsi la présence de L’Esprit-Saint en eux (Galates 4,6; Romains 8,15).
C’est donc à une intimité et une proximité avec Dieu que sont conviés les disciples par le don de cette prière.

Matthieu est toujours conscient de la dimension ecclésiale. Au lieu de commencer simplement par Père (comme dans Luc), il fait dire Notre Père: en tant que disciples du Christ, on constitue une famille et on ne prie jamais seul.
Comme dira Saint Augustin: S’il n’y a qu’un seul Chrétien, cela veut dire qu’il n’y a plus de Chrétien.

Mais en même temps qu’on s’adresse à Lui de cette façon familière, il ne faut pas oublier que c’est à Notre Dieu que nous parlons.
C’est pour cela que Matthieu ajoute qui est aux Cieux, ce qui est la façon Juive d’éviter, par respect, de prononcer le Nom de Dieu. C’est donc ainsi que commence cette prière: Notre Père et Notre Dieu. C’est le résumé de la relation que Le Christ offre à ses disciples: une Vie dans l’intimité de Dieu.
C’est pour que se réalise cette Vie en Lui-même que celui qui prie demande: que ta Volonté soit faite, que ton Règne arrive.
Alors passera à travers ce disciple la sainteté de Dieu et le Nom de Dieu sera glorifié: que ton Nom soit sanctifié.

Après avoir souhaité et accepté la Volonté de Dieu pour que se réalise ce grand dessein de Dieu, il est normal de demander à Dieu son aide pour chaque jour: Donne-nous notre Pain de ce jour.
Conscients de notre indignité et de nos faiblesses, nous demandons à Dieu son Pardon en nous rappelant sa parole que si nous voulons être pardonnés il faut être prêts à le faire pour les autres.
Très tôt, la liturgie a ajouté une conclusion au texte de Matthieu. C’est une belle doxologie, c’est-à-dire un hymne de louange à la Gloire de Dieu:
Car à Toi appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire pour les siècles des siècles. Amen.
Jean Gobeil, s.j.
 

Autre commentaire du jour.
Père Joseph-Marie, Moine de la Famille de Saint Joseph.

Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui est aux Cieux, que ton Nom soit sanctifié...

L’Évangile de ce jour est vraiment révolutionnaire : jamais aucun Maître n’avait osé inviter à une telle intimité avec Dieu.
Et comment aurait-il pu le faire : « Nul ne connaît Le Père si ce n’est Le Fils (Mt 11, 27) ». Seul Jésus, l’Envoyé du Père sur qui repose la plénitude de L’Esprit, est habilité à nous parler de Celui qui l’a désigné comme « Son Fils bien-aimé » et nous a intimé l’ordre : « écoutez-le (Mt 17, 6) ».
Nous sommes donc au cœur de la Révélation Divine ; et que nous apprend-elle ?
Que Dieu n’est pas un lointain monarque devant lequel l’homme devrait se répandre en interminables prières pour être exaucé.
Il est tout au contraire un Père de famille, présent et agissant au milieu de ses enfants, s’intéressant à tout ce qu’ils font et connaissant leurs moindres besoins.

Inutile de chercher à l’amadouer ou à gagner sa bienveillance : elle nous est depuis toujours et définitivement acquise.
Aussi notre prière ne consiste-t-elle pas à tenter subtilement de faire entrer Dieu dans nos vues, mais bien plutôt à nous ouvrir à Lui afin d’entrer dans les siennes, car il sait mieux que nous ce qui nous convient.
C’est pourquoi la prière que Jésus enseigne à ses disciples commence par ces simples paroles : « Notre Père », qui résument notre besoin le plus urgent.
Nous avons en effet vitalement besoin de la Paternité Divine, et toute l’Oraison se déploie comme l’explicitation d’une seule requête : que Dieu soit Notre Père, qu’il nous aide à accueillir sa Paternité ; c’est-à-dire : que « la Parole qui sort de sa bouche accomplisse sa mission » et fasse de nous des fils dans son Fils premier-né.

D’où la demande : « Que ton Nom soit sanctifié » c’est-à-dire respecté comme unique, incomparable, car il n’y a qu’un seul Dieu et Père à qui reviennent tout honneur et toute Gloire.
« Que ton Règne vienne » : règne de Justice et de Paix, dans un univers réconcilié où tous les hommes sont frères.
« Que ta volonté soit faite » : qu’elle réalise ton dessein d’amour malgré nos aveuglements, nos résistances, nos refus.
Que nourris de cette Parole comme d’un pain quotidien, nous puissions accueillir toujours plus profondément ta Miséricorde et la partager avec la même surabondante générosité, car il n’aura pas de part avec Jésus dans le Royaume, celui qui aura refusé de partager ici-bas le pain du Pardon.

« Mais délivre-nous du Malin », qui aujourd’hui comme hier tente de défigurer en nous ta Paternité afin de nous enfermer dans la peur et de nous faire fuir loin de ta face.
Sois plus fort que notre malice et « ne nous laisse pas succomber à la tentation » de l’apostasie.
Ne permets pas que nous nous détournions de toi en abandonnant Jésus, que tu as envoyé pour nous révéler ton visage, et ouvrir devant nous le chemin de la Vie filiale.
Oui, répands sur nous Ton Esprit, que nous criions « Abba, Père ! » (Ga 4,6), et que « nous exaltions tous ensemble ton Nom », Toi qui en Jésus te fais « proche du cœur brisé et sauve l’esprit abattu » (Ps 33[32]).
Père Joseph-Marie.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_103
Abbé Joan MARQUÉS i Suriñach (Vilamarí, Girona, Espagne).

«Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, Votre Père Céleste vous pardonnera aussi»

Aujourd'hui, Jésus nous propose un idéal grand et difficile: le Pardon des offenses. Et Il fixe une mesure très raisonnable: la nôtre.
«Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, Votre Père Céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus Votre Père ne pardonnera pas vos fautes» (Mt 6,14-15).
Ailleurs, Il indique la règle d'or de la sociabilité humaine: «Faites aux autres ce que vous voudriez qu’on fasse pour vous» (Mt 7,12).

Nous voulons que Dieu nous pardonne et les autres aussi; mais à nous, le Pardon nous coûte. Il est difficile de demander Pardon; mais pardonner coûte encore davantage.
Si nous étions vraiment humbles, ce ne serait pas si difficile; mais l'orgueil rend les choses pénibles.
Nous pouvons établir l'équation suivante: plus grande est l'Humilité, plus grande la facilité; plus l'Orgueil est grand, plus grande la difficulté.
Voilà une piste pour connaître ton degré d'Humilité.

À la fin de la guerre d'Espagne (1939), des Prêtres libérés de captivité Célébrèrent une Messe d'action de grâce dans l'église d'Els Omells.
Après les paroles du Notre Père «Pardonne-nous nos offenses», le célébrant s'arrêta, il ne pouvait continuer.
Il ne se sentait pas le courage de pardonner à ceux qui, ici même, dans ce camps de travaux forcés, l'avait fait tant souffrir.
Quelques instants passèrent dans un silence qu’on aurait pu couper au couteau.

Puis il reprit le fil de la prière: «comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés». Ensuite, ils se demandèrent entre eux quelle avait été la meilleure homélie. Tous tombèrent d'accord: celle du silence du célébrant quand il priait le Notre Père. Ça coûte, mais c’est possible avec l'aide de Dieu.

En plus, le Pardon que Dieu nous octroie est total, il va jusqu'à l'oubli. Nous oublions bien vite les faveurs qu'on nous a faites, mais les offenses... Si les couples savaient les oublier, bien des drames familiaux seraient évités ou résolus.

Que la Mère de la Miséricorde nous aide à comprendre les autres et à leur pardonner avec générosité.

 

HYMNE : EN TOUTE VIE LE SILENCE DIT DIEU

En toute vie le silence dit Dieu, 
Tout ce qui est tressaille d'être à lui !
Soyez la voix du silence en travail, 
Couvez la vie, c'est elle qui loue Dieu !

Pas un seul mot, et pourtant c'est son Nom 
Que tout sécrète et presse de chanter :
N'avez-vous pas un monde immense en vous ? 
Soyez son cri, et vous aurez tout dit.

Il suffit d'être, et vous vous entendrez 
Rendre la grâce d'être et de bénir ;
Vous serez pris dans l'hymne d'univers, 
Vous avez tout en vous pour adorer. 

Car vous avez l'hiver et le printemps, 
Vous êtes l'arbre en sommeil et en fleurs ;
Jouez pour Dieu des branches et du vent,
Jouez pour Dieu des racines cachées. 

Arbres humains, jouez de vos oiseaux, 
Jouez pour Lui des étoiles du ciel
Qui sans parole expriment la clarté ; 
Jouez aussi des anges qui voient Dieu.

 

HYMNE : TU ES VENU, SEIGNEUR

Tu es venu, Seigneur,
Dans notre nuit,
Tourner vers l’aube nos chemins ;
Le tien pourtant reste caché,
L’Esprit seul nous découvre
Ton passage.

Pour nous mener au jour,
Tu as pris corps
Dans l’ombre humaine où tu descends.
Beaucoup voudraient voir et saisir :
Sauront-ils reconnaître
Ta lumière ?

Nous leur disons : « Voyez
Le grain qui meurt !
Aucun regard ne l’aperçoit ;
Mais notre cœur peut deviner ;
Dans le pain du partage
Sa présence. »

Puis nous portons vers toi,
Comme un appel,
L’espoir des hommes d’aujourd’hui.
Mûris le temps, hâte le Jour,
Et que lève sur terre
Ton Royaume !

 

HYMNE : JOIE ET LUMIÈRE DE LA GLOIRE ÉTERNELLE DU PÈRE,

R/Joie et lumière 
De la gloire éternelle du Père, 
Le Très-Haut, le Très-Saint ! 
Ô Jésus Christ !

Oui, tu es digne d’être chanté
Dans tous les temps par des voix sanctifiées,
Fils de Dieu qui donnes vie :
Tout l’univers te rend gloire. 

Parvenus à la fin du jour,
Contemplant cette clarté dans le soir,
Nous chantons le Père et le Fils
Et le Saint-Esprit de Dieu.

 

Oraison du matin (Office des Laudes)Propre à Saint Louis de Gonzague.
Seigneur, dispensateur des dons spirituels, tu as réuni dans le jeune Louis de Gonzague la pratique de la Pénitence et une admirable Pureté de vie ; si nous n'avons pas la même innocence, accorde-nous, à sa Prière et par ses mérites, d'imiter son renoncement.

 

Parole de Dieu : (1 P 4, 10-11)... (Office des Laudes).
Ce que chacun de vous a reçu comme Don de la Grâce, mettez-le au service des autres, comme de bons gérants de la Grâce de Dieu sous toutes ses formes : si quelqu’un a le Don de parler, qu’il dise la Parole de Dieu ; s’il a le Don du service, qu’il s’en acquitte avec la force que Dieu communique.
Ainsi, en toute chose, Dieu recevra sa Gloire par Jésus Christ.

 

Parole de Dieu : (1 P 3, 8-9)... (Office des Vêpres).
Que tout le monde vive parfaitement uni, plein de sympathie, d’Amour fraternel, de Tendresse, de simplicité.
Ne rendez pas le mal pour le mal, ni l’insulte pour l’insulte ; au contraire, appelez sur les autres la Bénédiction puisque, par vocation, vous devez recevoir en héritage les Bénédictions de Dieu.

Ajouter un commentaire