Eucharistie du Samedi 02 Juin 2018 : Samedi de la 8ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Eucharistie du Samedi 02 Juin 2018 : Samedi de la 8ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

L’Église fait mémoire (facultative) de la Fête de Saints Marcellin et Pierre, Martyrs à Rome (✝ 304).

L’Église fait mémoire (facultative en France) de la Fête de Sainte Blandine (vierge), de Saint Pothin (Évêque de Lyon), et de leurs 46 compagnons, Martyrs à Lyon (✝ 177).

Fête du Père Jacques de Jésus (Lucien Bunel), Prêtre du Carmel (1900-1945).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Lettre de saint Jude 1,17.20b-25... Psaume 63(62),2.3-4.5-6... Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 11,27-33.
Commentaire de Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), Évêque de Ravenne, Docteur de l'Église.
Autre commentaire de Saint Athanase (295-373), Évêque d'Alexandrie, Docteur de l'Église.
Autre commentaire de l’Abbé Antoni BALLESTER i Díaz (Camarasa, Lleida, Espagne).
 Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Sanctus marcellinus martyr germany seligenstadt 2007

Samedi 02 Juin 2018 : Fête de Saints Marcellin et Pierre, Martyrs à Rome (✝ 304).
Pour voir leur vie et en découvrir davantage sur eux, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saints Marcellin et Pierre, Martyrs à Rome.

Sainte blandine

Samedi 02 Juin 2018 : Fête de Sainte Blandine (vierge), de Saint Pothin (Évêque de Lyon), et de leurs 46 compagnons, Martyrs à Lyon (✝ 177).
Blandine (esclave romaine devenue Chrétienne) est la patronne de la ville de Lyon. Elle est aussi, avec Sainte Marthe de Béthanie, patronne des servantes.

Pour voir leur vie et en découvrir davantage sur eux, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saints Pothin et Blandine, et leurs 46 compagnons, martyrs à Lyon.

Jacques 0391

Samedi 02 Juin 2018 : Fête du Père Jacques de Jésus (Lucien Bunel), Prêtre du Carmel (1900-1945).
En France, sa cause en Béatification est introduite à Rome le 29 Avril 1997.

Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Père Jacques de Jésus, Prêtre du Carmel.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Lettre de saint Jude 1,17.20b-25.
Bien-aimés, souvenez-vous des paroles dites à l’avance par les Apôtres de notre Seigneur Jésus Christ.
Construisez votre vie sur votre foi très sainte, priez dans l’Esprit Saint,
gardez-vous dans l’amour de Dieu, attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ en vue de la vie éternelle.
Ceux qui sont hésitants, prenez-les en pitié ;
d’autres, sauvez-les en les arrachant au feu ; d’autres enfin, prenez-les aussi en pitié, mais avec crainte, en détestant jusqu’au vêtement souillé par leur chair.
À Celui qui peut vous préserver de la chute et vous faire tenir debout, irréprochables et pleins d’allégresse, en présence de sa gloire,
au Dieu unique, notre Sauveur, par notre Seigneur Jésus Christ, gloire, majesté, souveraineté, pouvoir, avant tous les siècles, maintenant et pour tous les siècles. Amen.

 

Psaume 63(62),2.3-4.5-6.
Dieu, tu es mon Dieu,
je te cherche dès l'aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.

Je t'ai contemplé au sanctuaire,
j'ai vu ta force et ta gloire.
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !

Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 11,27-33.
En ce temps-là, Jésus et ses disciples revinrent à Jérusalem. Et comme Jésus allait et venait dans le Temple, les grands prêtres, les scribes et les anciens vinrent le trouver.
Ils lui demandaient : « Par quelle autorité fais-tu cela ? Ou alors qui t’a donné cette autorité pour le faire ? »
Jésus leur dit : « Je vais vous poser une seule question. Répondez-moi, et je vous dirai par quelle autorité je fais cela.
Le baptême de Jean venait-il du ciel ou des hommes ? Répondez-moi. »
Ils se faisaient entre eux ce raisonnement : « Si nous disons : “Du ciel”, il va dire : “Pourquoi donc n’avez-vous pas cru à sa parole ?”
Mais allons-nous dire : “Des hommes” ? » Ils avaient peur de la foule, car tout le monde estimait que Jean était réellement un prophète.
Ils répondent donc à Jésus : « Nous ne savons pas ! » Alors Jésus leur dit : « Moi, je ne vous dis pas non plus par quelle autorité je fais cela. »

 

Commentaire du jour.
Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), Évêque de Ravenne, Docteur de l'Église.
Sermon 167 ; CCL 248, 1025 ; PL 52, 636 (trad. Matthieu commenté, DDB 1985, p. 35 rev.)

« Jean Baptiste est venu à vous..., et vous n'avez pas cru à sa parole » (Mt 21,32)

« Jean Baptiste proclamait : ' Convertissez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche ' » (Mt 3,1)...
Bienheureux Jean qui a voulu que la conversion précède le jugement, que les pécheurs ne soient pas jugés, mais récompensés, qui a voulu que les impies entrent dans le Royaume et non sous le châtiment...
Quand Jean a-t-il proclamé cette imminence du Royaume des Cieux ? Le monde était encore en son enfance...; mais pour nous qui proclamons aujourd'hui cette imminence, le monde est extrêmement vieux et fatigué. Il a perdu ses forces ; il perd ses facultés ; les souffrances l'accablent...; il crie sa défaillance ; il porte tous les symptômes de sa fin...

Nous sommes à la remorque d'un monde qui s'enfuit ; nous oublions les temps à venir. Nous sommes avides d'actualité, mais nous ne tenons pas compte du jugement qui vient déjà. Nous n'accourons pas à la rencontre du Seigneur qui vient...

Convertissons-nous, frères, convertissons-nous vite... Le Seigneur, du fait qu'il tarde, qu'il attend encore, prouve son désir de nous voir revenir à Lui, son désir que nous ne périssions pas.
Dans sa grande bonté il nous adresse toujours ces paroles : « Je ne désire pas la mort du pécheur, mais qu'il se détourne de sa voie et qu'il vive » (Ez 33,11).
Convertissons-nous, frères ; n'ayons pas peur de ce que le temps se fait court. Son temps à Lui, l'Auteur du temps, ne peut pas être rétréci.
La preuve en est ce brigand de l'Évangile qui, sur la Croix et à l'heure de sa mort, a escamoté le Pardon, s'est saisi de la Vie et, voleur du Paradis avec effraction, a réussi à pénétrer dans le Royaume (Lc 23,43).

 

Commentaire du jour.
Saint Athanase (295-373), Évêque d'Alexandrie, Docteur de l'Église.
Discours contre les Ariens, 2, 78-79 (trad. bréviaire 6e mar. rev.)

« Qui t'a donné cette autorité ? »

La Sagesse personnelle de Dieu, Son Fils unique, a créé et réalisé toute chose. En effet, un psaume dit : « Tu as tout fait avec Sagesse » (103,24)...
De même que notre parole humaine est l'image de cette Parole qui est Le Fils de Dieu (cf Jn 1,1), ainsi notre sagesse est, elle aussi, l'image de ce Verbe qui est la Sagesse en personne.
Parce que nous possédons en elle la capacité de connaître et de penser, nous devenons capables d'accueillir la Sagesse créatrice, et par elle nous pouvons connaître Son Père. « Car celui qui a Le Fils a aussi Le Père » (1Jn 2,23), et encore : « Celui qui m'accueille accueille celui qui m'a envoyé » (Mt 10,40)...

« Puisque le monde, avec le moyen de la sagesse, n'a pas su reconnaître Dieu à travers les œuvres de la Sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par cette folie qu'est la proclamation de l'Évangile » (1Co 1,21).
Désormais Dieu ne veut plus, comme dans les temps anciens, être connu par des images et des ombres de la Sagesse : il a voulu que la véritable Sagesse en personne prenne chair, devienne homme, subisse la mort de la Croix, afin qu'à l'avenir tous les croyants puissent être sauvés par la Foi en cette Sagesse incarnée.

C'est donc elle qui est la Sagesse de Dieu. Auparavant, elle se faisait connaître par son image introduite dans les choses créées...et de cette façon faisait connaître Le Père.
Par la suite, elle, qui est Le Verbe, est devenue chair, comme dit Saint Jean (1,14). Après avoir « détruit la mort » (1Co 15,26) et sauvé l'humanité, elle s'est manifestée plus clairement elle-même et, par elle-même, elle a manifesté Son Père.
Ce qui lui a fait dire : « Donne-leur de te connaître, Toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Jn 17,3).
Toute la Terre a donc été remplie de sa connaissance. Car il y a une seule connaissance, du Père par Le Fils, et du Fils à partir du Père.
Le Père met sa Joie en Lui, et Le Fils se réjouit de la même Joie dans Le Père, ainsi qu'il le dit : « J'y trouvais ma Joie, je me réjouissais jour après jour en sa présence » (Pr 8,30).

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_78
Abbé Antoni BALLESTER i Díaz (Camarasa, Lleida, Espagne).

«Par quelle autorité fais-tu cela?»

Aujourd'hui, l'Évangile nous demande de songer à l'intention avec laquelle nous allons trouver Jésus. Il y a ceux qui y vont sans Foi, sans reconnaître son autorité: «les chefs des prêtres, les scribes et les anciens vinrent le trouver.
Ils lui demandaient: ‘Par quelle autorité fais-tu cela? Ou bien qui t'a donné autorité pour le faire?’» (Mc 11,27-28).

Si nous ne parlons pas à Dieu dans nos prières, nous n'aurons pas la Foi. Mais, comme le dit Saint Grégoire le Grand, «lorsque nous insistons avec véhémence dans la prière, Dieu s'arrête dans notre cœur et nous recouvrons la vue perdue».
Si notre disposition est bonne, même si nous nous trompons, en voyant que l'autre a raison, nous accueillerons ses paroles.
Si notre intention est bonne, même si nous traînons le poids du péché, quand nous prierons, Dieu nous fera comprendre notre misère pour que nous puissions nous réconcilier avec Lui, en Lui demandant pardon de tout notre cœur moyennant le Sacrement de la Pénitence.

Foi et prière vont de pair. Saint Augustin nous dit que «si la Foi s'éteint, la prière cesse elle-même d'exister. Croyons donc pour assurer le succès de nos prières, et prions pour que notre Foi ne vienne pas à faiblir. La Foi produit la prière, et la prière à son tour obtient l'affermissement de la Foi».
Si notre intention est bonne, et que nous nous adressons à Jésus, nous découvrirons qui Il est et nous comprendrons quand Il nous demande: «Le Baptême de Jean venait-il du Ciel ou des hommes?» (Mc 11,30).
Par la Foi, nous savons qu'il venait du Ciel, et que son autorité Lui vient aussi de Son Père, qui est Dieu, et de Lui-même, car Il est la deuxième Personne de la Sainte Trinité.

Parce que nous savons que Jésus est l'unique Sauveur du monde, nous nous adressons à Marie qui est aussi notre Mère, pour accueillir la Parole et la Vie de Jésus, avec bonne intention et bonne volonté, et pour avoir la Paix et la Joie des enfants de Dieu.

 

HYMNE : COMMENT ES-TU FOYER DE FEU

Comment es-tu foyer de feu
et fraîcheur de la fontaine,
une brûlure, une douceur
qui rend saines nos souillures ?

Comment fais-tu de l'homme un dieu,
de la nuit une lumière,
et des abîmes de la mort
tires-tu la vie nouvelle?

Comment la nuit vient-elle au jour ?
Peux-tu vaincre les ténèbres,
porter ta flamme jusqu'au cœur
et changer le fond de l'être ?

Comment n'es-tu qu'un avec nous,
nous rends-tu fils de Dieu même ?
Comment nous brûles-tu d'amour
et nous blesses-tu sans glaive ?

Comment peux-tu nous supporter,
rester lent à la colère,
et de l'ailleurs où tu te tiens
voir ici nos moindres gestes ?

Comment de si haut et de si loin
ton regard suit-il nos actes ?
Ton serviteur attend la paix,
le courage dans les larmes !

 

HYMNE : NUÉE DE FEU

Nuée de feu
Sur ceux qui marchent dans la nuit,
Tu es venu
pour montrer le chemin vers Dieu,
Et ton calvaire ouvrit le ciel.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Présence de ton Père ;
Que nous chantions pour ton retour : 

R/ Béni soit au nom du Seigneur,
Celui qui vient sauver son peuple. 

Royal époux
Promis aux noces de la croix,
Tu es venu
réjouir les enfants de Dieu,
Et tu changeas notre eau en vin.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Tendresse pour la terre ;
Que nous chantions pour ton retour : R/

Ô Fils de Dieu
Sur qui repose l’Esprit-Saint,
Tu es venu
comme un feu qui consume tout,
Et l’univers s’embrase en toi.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Demeure de la Gloire ;
Que nous chantions pour ton retour : R/

 

HYMNE : LA NUIT QU’IL FUT LIVRÉ, LE SEIGNEUR PRIT DU PAIN

La nuit qu’il fut livré, le Seigneur prit du pain ; 
En signe de sa mort, le rompit de sa main : 
« Ma vie, nul ne la prend, 
mais c’est moi qui la donne 
« Afin de racheter tous mes frères humains. » 

Après qu’il eut soupé pour la dernière fois, 
S’offrit comme victime au pressoir de la Croix :
« Mon sang, versé pour vous, 
est le sang de l’Alliance ; 
« Amis, faites ceci en mémoire de moi. »

Et nous, peuple de Dieu, 
nous en sommes témoins : 
Ta mort, nous l’annonçons par ce pain et ce vin. 
Jésus ressuscité, ton Église t’acclame, 
Vainqueur, passé du monde à la gloire sans fin ! 

Tu viens revivre en nous ton mystère pascal : 
Éteins en notre chair le foyer de tout mal. 
Nous sommes tes sarments, sainte Vigne du Père : 
Fais-nous porter du fruit pour le jour triomphal. 

Seigneur, nous attendons ton retour glorieux :
Un jour tu nous prendras avec toi dans les cieux.
Ton Corps est la semence de vie éternelle :
Un jour tu nous prendras à la table de Dieu

 

Oraison du matin (Office des Laudes)... Propre à Saints Marcellin et Pierre, Martyrs.
Du glorieux témoignage que t’ont rendu, Seigneur, tes saints Martyrs Marcellin et Pierre, tu fais notre rempart et notre protection ; que leur exemple nous entraîne et que leur prière nous réconforte.

 

Oraison du matin (Office des Laudes)... Propre Saints Pothin, Blandine et leurs compagnons, Martyrs.
Tu as donné, Seigneur, à ceux qui furent les prémices de la Foi en notre pays, Saint Pothin, Sainte Blandine et leurs compagnons, d’affirmer jusqu’à la mort leur Joie d’être Chrétiens ; rends-nous dignes de toujours mieux te connaître, afin qu’à leur exemple, le bien que nous ferons témoigne de la puissance de ton Amour.

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Dieu éternel et tout-puissant, tu es la Lumière de toutes les lumières, et le jour qui ne finit pas ; dès le matin de ce jour nouveau nous te prions : que la clarté de ta présence, en chassant la nuit du péché, illumine nos cœurs.

 

Parole de Dieu : (2 P 3, 13-14)... (Office des Laudes).
Ce que nous attendons, selon la promesse du Seigneur, c’est un Ciel nouveau et une Terre nouvelle où résidera la Justice.
Dans l’attente de ce jour, frères bien-aimés, faites donc tout pour que Le Christ vous trouve nets et irréprochables, dans la Paix.

 

Parole de Dieu : (1 Co 10, 16-17)... (Office des Vêpres).
La coupe d’action de grâce que nous bénissons, n’est-elle pas Communion au Sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas Communion au Corps du Christ ?
Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul Corps, car nous avons tous part à un seul pain.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 02/06/2018