Eucharistie du Mardi 08 Mai 2018 : Mardi de la 6ème semaine de Pâques.

Eucharistie du Mardi 08 Mai 2018 : Mardi de la 6ème semaine de Pâques.

Fête de la Bienheureuse Marie-Catherine de St Augustin (Catherine Simon de Longpré), Religieuse Hospitalière de la Miséricorde (✝ 1668).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre des Actes des Apôtres 16,22-34… Psaume 138(137),1-2a.2bc-3.7c-8… Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16,5-11.
Commentaire de Saint Bernard (1091-1153), Moine Cistercien et Docteur de l'Église.
Autre commentaire de Saint Cyrille de Jérusalem (313-350), Évêque de Jérusalem et Docteur de l'Église.
Autre commentaire du Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), théologien, Cardinal, Fondateur de l'Oratoire en Angleterre.
COMMENTAIRE DE SAINT CYRILLE D'ALEXANDRIE SUR L'ÉVANGILE DE JEAN : Le mystère de l'unité.
Autre commentaire de l’Abbé Joseph A. PELLEGRINO (Tarpon Springs, Florida, États-Unis).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Marie catherine de st augustin 11

Mardi 08 Mai 2018 : Fête de la Bienheureuse Marie-Catherine de St Augustin (Catherine Simon de Longpré), Religieuse Hospitalière de la Miséricorde (✝ 1668).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureuse Marie-Catherine de St Augustin (Catherine de Longpré).

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre des Actes des Apôtres 16,22-34.
Dans la ville de Philippes, la foule se souleva contre Paul et Silas; les magistrats ordonnèrent de les dépouiller de leurs vêtements pour leur donner la bastonnade.
Après les avoir roués de coups, on les jeta en prison, en donnant au gardien la consigne de les surveiller de près.
Pour appliquer cette consigne, il les mit tout au fond de la prison, avec les pieds coincés dans des blocs de bois.
Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les autres détenus les écoutaient.
Tout à coup, il y eut un violent tremblement de terre, qui secoua les fondations de la prison : à l'instant même, toutes les portes s'ouvrirent, et les entraves de tous les détenus sautèrent.
Le gardien, tiré de son sommeil, vit que les portes de la prison étaient ouvertes ; croyant que les détenus s'étaient évadés, il dégaina son épée et il allait se donner la mort.
Mais Paul se mit à crier : « Ne va pas te faire de mal, nous sommes tous là. »
Le gardien réclama de la lumière ; tout tremblant, il accourut et se jeta aux pieds de Paul et de Silas.
Puis il les emmena dehors et leur demanda : « Que dois-je faire pour être sauvé, mes seigneurs ? »
Ils lui répondirent : « Crois au Seigneur Jésus ; alors tu seras sauvé, toi et toute ta maison. »
Ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu'à tous ceux qui vivaient dans sa maison.
A l'heure même, en pleine nuit, le gardien les emmena pour laver leurs plaies. A l'instant même, il reçut le baptême avec tous les siens.
Puis il invita Paul et Silas à monter chez lui, fit préparer la table et, avec toute sa maison, il laissa déborder sa joie de croire en Dieu.

 

Psaume 138(137),1-2a.2bc-3.7c-8.
De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Ta droite me rend vainqueur.
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour :
n'arrête pas l'œuvre de tes mains.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16,5-11.
A l'heure où Jésus passait de ce monde à son père, il disait à ses disciples : " Je m'en vais maintenant auprès de celui qui m'a envoyé, et aucun de vous ne me demande : 'Où vas-tu?'
Mais, parce que je vous ai parlé ainsi, votre cœur est plein de tristesse.
Pourtant, je vous dis la vérité : c'est votre intérêt que je m'en aille, car, si je ne m'en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l'enverrai.
Quand il viendra, il dénoncera l'erreur du monde sur le péché, sur le bon droit, et sur la condamnation.
Il montrera où est le péché, car l'on ne croit pas en moi.
Il montrera où est le bon droit, car je m'en vais auprès du Père, et vous ne me verrez plus.
Il montrera où est la condamnation, car le prince de ce monde est déjà condamné.

 

Commentaire du jour.
Saint Bernard (1091-1153), Moine Cistercien et Docteur de l'Église.
3ème sermon pour la Pentecôte

« C'est votre intérêt que je m'en aille »

L'Esprit-Saint a couvert la Vierge Marie de son ombre (Lc 1,35) et, le jour de la Pentecôte, il a fortifié les apôtres ; pour elle, c'était en vue d'adoucir l'effet de la venue de la Divinité en son corps virginal et, chez eux, en vue de les « revêtir de la force d'en haut » (Lc 24,49), c'est-à dire de la Charité la plus ardente...
Comment, dans leur faiblesse, auraient-ils pu remplir leur mission de triompher de la mort sans cet « Amour aussi fort que la mort » et de ne pas laisser « les portes de l'enfer prévaloir contre eux » sans cet « Amour aussi inflexible que l'enfer » ? (Mt 16,18; Ct 8,6)

Or, en voyant ce zèle, certains les croyaient ivres (Ac 2,13). Effectivement, ils étaient ivres, mais d'un vin nouveau..., celui que la « vraie vigne » avait laissé couler du haut du Ciel, celui « qui réjouit le cœur de l'homme » (Jn 15,1; Ps 103,15)...
C'était un vin nouveau pour les habitants de la Terre, mais au Ciel il se trouvait en abondance..., il coulait à flot dans les rues et sur les places de la Cité Sainte, où il répandait la Joie du cœur...

Ainsi, il y avait au Ciel un vin particulier que la Terre ignorait. Mais la Terre avait aussi quelque chose qui lui était propre et qui faisait sa gloire — la Chair du Christ -– et les Cieux avaient une grande soif de la présence de cette Chair.
Qui pourrait empêcher cet échange si sûr et si riche en grâce entre le Ciel et la Terre, entre les anges et les apôtres, de sorte que la Terre possède L'Esprit-Saint et le Ciel la Chair du Christ ?...

« Si je ne m'en vais pas, dit Jésus, le Défenseur ne viendra pas à vous. » C'est-à-dire, si vous ne laissez pas partir ce que vous aimez, vous n'obtiendrez pas ce que vous désirez.
« C'est votre intérêt que je m'en aille » et que je vous transporte de la Terre au Ciel, de la chair à l'esprit ; car Le Père est esprit, Le Fils est esprit, et L'Esprit-Saint est aussi esprit...
Et Le Père « qui est esprit, recherche des adorateurs qui l'adorent en esprit et en vérité » (Jn 4,23-24).

 

Commentaire du jour.
Saint Cyrille de Jérusalem (313-350), Évêque de Jérusalem et Docteur de l'Église.
Catéchèse baptismale n° 16 (trad. bréviaire 7e lundi de Pâques)

« C'est L'Esprit qui vivifie » (2Co 3,6)

« L'eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la Vie éternelle » (Jn 4,14).
C'est une eau toute nouvelle, vivante et jaillissante, jaillissant pour ceux qui en sont dignes. Pour quelle raison le don de L'Esprit est-il appelé une « eau » ?
C'est parce que l'eau est à la base de tout ; parce que l'eau produit la végétation et la vie ; parce que l'eau descend du Ciel sous forme de pluie ; parce que, tombant sous une seule forme, elle agit pourtant de façon multiforme...
Elle est différente dans le palmier, différente dans la vigne, elle se fait toute à tous. Elle n'a qu'une seule manière d'être, et elle n'est pas différente d'elle-même.
La pluie ne se transforme pas quand elle descend ici ou là mais, en s'adaptant à la constitution des êtres qui la reçoivent, elle produit en chacun ce qui lui convient.

L'Esprit-Saint agit ainsi. Il a beau être un, simple et indivisible, « il distribue ses dons à chacun, selon sa Volonté » (1Co 12,11).
De même que le bois sec, associé à l'eau, produit des bourgeons, de même l'âme qui vivait dans le péché, mais que la pénitence rend capable de recevoir Le Saint-Esprit, porte des fruits de Justice.
Bien que L'Esprit soit simple, c'est Lui, sur l'ordre de Dieu et au Nom du Christ, qui anime de nombreuses vertus.

Il emploie la langue de celui-ci au service de la Sagesse ; il éclaire par la prophétie l'âme de celui-là ; il donne à un autre le pouvoir de chasser les démons ; à un autre encore celui d'interpréter les divines Écritures.
Il fortifie la chasteté de l'un, il enseigne à un autre l'art de l'aumône, il enseigne à celui-ci le jeûne et l'ascèse, à un autre il enseigne à mépriser les intérêts du corps, il prépare un autre encore au martyre.
Différent chez les différents hommes, il n'est pas différent de Lui-même, ainsi qu'il est écrit : « Chacun reçoit le don de manifester L'Esprit en vue du bien de tous » (1Co 12,7).

 

Commentaire du jour.
Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), théologien, Cardinal, Fondateur de l'Oratoire en Angleterre.
Sermon « The Spiritual Presence of Christ in the Church », PPS, t. 6, n°10.

« Si je pars, je vous enverrai le Paraclet, le Défenseur »

Le Christ est vraiment avec nous maintenant, quelle qu'en soit la manière. Il le dit Lui-même : « Je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde » (Mt 28,20)...
Vous pourriez être conduits à donner cette explication : « Le Christ est revenu, mais en esprit ; c'est son Esprit qui est venu à sa place, et quand il est dit que Le Christ est avec nous, cela signifie seulement que son Esprit est avec nous. »
Personne, certes, ne peut nier...que Le Saint-Esprit est venu ; mais pourquoi est-il venu ? Pour suppléer à l'absence du Christ ou pour accomplir sa présence ? Assurément, pour le rendre présent.
N'imaginons pas un moment que Dieu Le Saint-Esprit puisse venir de telle sorte que Dieu Le Fils demeure au loin.
Non, il n'est pas venu afin que Le Christ ne vienne pas, mais bien plutôt afin que Le Christ puisse venir dans sa venue.
Par Le Saint-Esprit nous entrons en communion avec Le Père et Le Fils...
Saint Paul écrit : « En Christ nous sommes intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu dans L'Esprit »...,
et « Qu'il vous donne la puissance par Son Esprit, pour rendre fort l'homme intérieur, afin que Le Christ habite dans vos cœurs par la Foi » (Ep 2,22; 3,16s).
Le Saint-Esprit suscite et la Foi accueille l'habitation du Christ dans le cœur.
Ainsi donc, L'Esprit ne prend pas la place du Christ dans l'âme, il assure cette place au Christ...

Le Saint-Esprit, donc, daigne venir à nous afin que par sa venue Le Christ puisse venir à nous, non matériellement ou visiblement, mais en entrant en nous.
Et c'est ainsi qu'il est à la fois présent et absent : absent en ce qu'il a quitté la Terre, présent en ce qu'il n'a pas quitté l'âme fidèle.
Comme il le dit Lui-même : « Le monde ne me verra plus, mais vous me verrez » (Jn 14,19).

 

COMMENTAIRE DE SAINT CYRILLE D'ALEXANDRIE

SUR L'ÉVANGILE DE JEAN

Le Mystère de l'Unité.

Nous bénéficions d'une union même corporelle avec Le Christ, nous qui participons à sa Chair sacrée.
Saint Paul en témoigne lorsqu'il dit à propos du mystère de la piété :
Ce mystère, Dieu ne l'avait pas fait connaître aux hommes des générations passées comme il l'a révélé maintenant par L'Esprit à ses Saints apôtres et à ses prophètes.
Ce mystère, c'est que les païens sont associés au même héritage, au même Corps, au partage de la même promesse dans Le Christ
.

Si nous formons tous entre nous un même Corps dans Le Christ, et non pas seulement entre nous, mais avec Lui, puisque évidemment il est en nous par sa propre Chair, comment donc notre unité entre nous et dans Le Christ n'est-elle pas déjà visible ?
Car Le Christ est le lien d’unité, étant en Lui-même Dieu et Homme.

Quant à l'unité dans L'Esprit, nous suivrons le même chemin et nous dirons encore qu'ayant tous reçu un seul et même Esprit, je veux dire L'Esprit-Saint, nous sommes en quelque sorte mêlés intimement les uns avec les autres et avec Dieu.
En effet, bien que nous soyons une multitude d'individus, et que Le Christ fasse demeurer en chacun de nous L'Esprit de Son Père qui est le sien, il n'y a cependant qu'un seul Esprit indivisible, qui rassemble en Lui-même des esprits distincts les uns des autres du fait de leur existence individuelle, et qui les fait apparaître pour ainsi dire comme ayant tous une seule existence en Lui.

De même que la vertu de la Chair sacrée fait un seul Corps de tous ceux en qui elle est venue, de la même manière, à mon avis, L'Esprit de Dieu un et indivisible qui nous habite nous conduit tous à l'unité spirituelle.
C'est pourquoi Saint Paul nous exhortait ainsi : Supportez-vous les uns les autres avec Amour; rassemblés dans la Paix, ayez à cœur de garder l'unité dans un même Esprit, comme votre vocation vous a tous appelés à une seule Espérance. Il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule Foi, un seul Baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, parmi tous, et en tous.
Si l'unique Esprit habite en nous, Le Dieu unique, Père de tous, sera en nous, et il conduira par Son Fils à l'union mutuelle et à l'union avec Lui tout ce qui participe de L'Esprit.

Que nous soyons unis au Saint-Esprit par une participation, cela aussi est visible, et voici comment.
Si nous abandonnons une vie purement naturelle pour obéir une bonne fois aux lois de L'Esprit, ne sera-t-il pas évident pour tous qu'après avoir pour ainsi dire renoncé à notre vie propre, et réalisé l'union avec L'Esprit, nous avons obtenu une condition Céleste, si bien que nous avons comme changé de nature ?
Nous ne sommes plus seulement des hommes, mais en outre nous sommes des fils de Dieu, des hommes Célestes, puisque nous sommes devenus participants de la nature Divine.

Tous, nous sommes donc un seul être dans Le Père, Le Fils et Le Saint-Esprit. Un seul être, dis-je, dans une identité d'état, un seul être dans un progrès conforme à la piété, par notre communion à la Chair sacrée du Christ, par notre communion à l'unique Esprit-Saint.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/III_50
Abbé Joseph A. PELLEGRINO (Tarpon Springs, Florida, États-Unis).

C'est votre intérêt que je m'en aille

Aujourd'hui, l'Évangile nous présente une conception profonde de la réalité de l'Ascension du Seigneur.
Dans la lecture de l'Évangile de Jean du Dimanche de Pâques, Jésus dit à Marie Madeleine de “cesser s'accrocher à Lui” car «Je ne suis pas encore monté vers Le Père» (Jn 20,17).
Dans l'Évangile d'aujourd'hui Jésus se rend compte que «parce que je vous ai parlé ainsi, votre cœur est plein de tristesse» mais que «c'est dans votre intérêt que Je m'en aille» (Jn 16,6-7). Jésus doit monter vers Le Père.
Néanmoins, Il est toujours présent parmi nous.

Comment peut-il partir et rester en même temps? Ce mystère nous a été expliqué par notre saint Père Benoît XVI: «Etant donné que Dieu renferme l'univers tout entier, l'Ascension du Seigneur signifie que Le Christ ne s'est pas éloigné de nous mais qu'au contraire, en demeurant avec Le Père, Il est désormais à côté de chacun de nous pour toujours».

Notre Espérance se trouve dans Le Seigneur. Par sa victoire sur la mort Il nous a donné une Vie que la mort ne pourra jamais détruire: Sa Vie.
Sa Résurrection veut dire que ce qui était spirituel devient réel. Rien ne peut nous séparer de l'Amour de Dieu.
Rien ne peut diminuer notre Espérance. Les négations du monde ne peuvent rien contre les affirmations de Jésus.

Le monde imparfait dans lequel nous vivons, où nous voyons souffrir les innocents, pourrait nous rendre pessimistes.
Mais Jésus nous a transformés en éternels optimistes.

La présence vivante de Jésus dans notre communauté, dans notre famille, et dans tous les aspects de notre société, que nous pouvons sans erreur appeler “Chrétiens”, nous donne une raison d'avoir l'Espérance.
La présence vivante de Jésus dans chacun de nous, nous a remplis de Joie. Peu importe la quantité de mauvaises nouvelles que les médias se réjouissent de nous présenter, les bonnes choses qu'il y a dans le monde surpassent les mauvaises parce que Jésus est monté vers Le Père.
En effet, Il est monté au Ciel, mais Il ne nous a pas abandonnés.

 

HYMNE : QUAND IL DISAIT À SES AMIS

Quand il disait à ses amis

Quand il disait à ses amis : 
" Si vous saviez le don de Dieu ! " 
Nous avons asséché 
Les sources de la vie... 
Mais ce matin, Alléluia ! 
Notre naissance a jailli du tombeau ! 
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis : 
" Venez à moi, je suis le jour ! " 
Nous avons sacrifié 
Aux forces de la nuit... 
Mais ce matin, Alléluia ! 
Notre lumière a jailli du tombeau ! 
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis : 
" Je suis vainqueur, pourquoi trembler ? " 
Nous avons nié Dieu 
En face de la peur... 
Mais ce matin, Alléluia ! 
Notre pardon a jailli du tombeau ! 
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis : 
" Heureux celui qui veut la paix ! " 
Nous avons déserté 
Le lieu de nos combats... 
Mais ce matin, Alléluia ! 
Notre espérance a jailli du tombeau ! 
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis : 
" Séchez vos pleurs ! Prenez ma joie ! "
Nous avons perdu cœur 
À force de trahir... 
Mais ce matin, Alléluia ! 
Notre bonheur a jailli du tombeau ! 
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis : 
" Soyez mon corps ! Soyez mon sang ! " 
Nous avons pris la mort 
Au lieu de prendre vie... 
Mais ce matin, Alléluia ! 
Notre avenir a jailli du tombeau !
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

 

HYMNE : JOUR DE RÉSURRECTION

Jour de Résurrection !
Peuples, rayonnons de joie !
C'est la Pâque, la Pâque du Seigneur !
Le Christ Dieu nous conduit
de la mort à la vie,
de la terre aux cieux,
et nous chantons sa victoire :

R/Christ est ressuscité d'entre les morts !
Par la mort, il a détruit la mort !
À ceux qui sont au tombeau,
Il accorde la vie !

Que le ciel se réjouisse,
que la terre soit en fête,
que soit dans l'allégresse
le monde visible et invisible,
car le Christ est ressuscité,
lui, la joie éternelle :

La destruction de la mort, célébrons la,
et la ruine de l'enfer.
Louons l'auteur
d'une vie neuve et immortelle,
le Dieu unique de nos pères,
le Béni, le Glorieux :

Ô Pâque grande et toute sainte, ô Christ,
Ô Sagesse, ô Verbe de Dieu, ô Force,
fais que nous te soyons unis
en parfaite vérité,
au jour sans fin de ton Royaume :

Une Pâque sacrée nous est apparue :
Pâque nouvelle et sainte, Pâque mystique,
Pâque très pure, Pâque du Christ, notre Sauveur,
Pâque immaculée, Pâque grandiose,
Pâque des croyants,
Pâque qui sanctifie les fidèles,
Pâque qui ouvre le Paradis :

Voici le jour de la Résurrection !
En cette solennité, rayonnons de joie.
Embrassons-nous les uns les autres.
À ceux même qui nous haïssent, disons : Frères !
Pardonnons tout à cause de la Résurrection
et chantons :

R/Christ est ressuscité d'entre les morts !
Par la mort, il a détruit la mort !
À ceux qui sont au tombeau,
Il accorde la vie !

 

HYMNE : IL S'EST LEVÉ D'ENTRE LES MORTS

Il s'est levé d'entre les morts,
Le Fils de Dieu, notre frère.
Il s'est levé libre et vainqueur ;
Il a saisi notre destin
Au cœur du sien
Pour le remplir de sa lumière.

Sur lui dans l'ombre sont passées
Les grandes eaux baptismales
De la douleur et de la mort ;
Et maintenant, du plus profond
De sa passion,
Monte sur nous l'aube pascale.

L'histoire unique est achevée :
Premier enfant du Royaume,
Christ est vivant auprès de Dieu ;
Mais son exode humble et caché,
Le Fils aîné
Le recommence pour chaque homme.

Ne cherchons pas hors de nos vies
À retrouver son passage :
il nous rejoint sur nos sentiers ;
Mais au-delà de notre mort
C'est lui encore
Qui nous attend sur le rivage.

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Garde à ton peuple sa Joie, Seigneur, Toi qui refais ses forces et sa jeunesse ; tu nous as rendu la dignité de fils de Dieu, affermis-nous dans l’Espérance de la Résurrection.

 

Parole de Dieu : (Ac 13, 30-33)... (Office des Laudes).
Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts. Il est apparu pendant plusieurs jours à ceux qui étaient montés avec Lui de Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple.
Et nous, nous vous annonçons cette Bonne Nouvelle : la promesse que Dieu avait faite à nos pères, il l’a entièrement accomplie pour nous, leurs enfants, en ressuscitant Jésus ; c’est ce qui est écrit au psaume deuxième : Tu es Mon Fils, aujourd’hui je t’ai engendré.

 

Parole de Dieu : (1 P 2, 4-5)… (Office des Vêpres).
Approchez-vous du Seigneur : il est la Pierre Vivante, que les hommes ont éliminée mais que Dieu a choisie parce qu’il en connaît la valeur.
Vous aussi, soyez des pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel, et vous serez le Sacerdoce saint, présentant des offrandes spirituelles que Dieu pourra accepter à cause du Christ Jésus.

Ajouter un commentaire