Eucharistie du Dimanche 12 Novembre 2017 : Trente-deuxième Dimanche du Temps Ordinaire (Année A).

Eucharistie du Dimanche 12 Novembre 2017 : Trente-deuxième Dimanche du Temps Ordinaire (Année A).

L’Église fait mémoire (obligatoire) de la Fête de Saint Josaphat (Jean) Kuntsevych, Archevêque de Polotsk et martyr (1580-1623).

(Mais la Célébration du 32ème Dimanche du Temps Ordinaire a la préséance sur la Célébration de la mémoire de Saint Josaphat (Jean) Kuntsevych).

Fête de Saint Diégo Didace, Frère Mineur à Ségovie (1400-1463).
Fête de Saint Émilien de Tarragone, Ermite à Tarazona, en Aragon († v. 574).
Fête de Saint Cunibert, Archevêque de Cologne (✝ v. 660).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, 2ème lecture, Évangile) :
Livre de la Sagesse 6,12-16… Psaume 63(62),2.3-4.5-6.7-8… Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 4,13-18… Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,1-13.
Commentaire de Saint Augustin (354-430), Évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et Docteur de l'Église.
LETTRE ENCYCLIQUE DU PAPE PIE XI POUR LE III° CENTENAIRE DE LA MORT DE SAINT JOSAPHAT.
Autre commentaire de l’Abbé Anastasio URQUIZA Fernández MCIU (Monterrey, Mexique).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Sao josafa 11 2

Dimanche 12 Novembre 2017 : Fête de Saint Josaphat (Jean) Kuntsevych, Archevêque de Polotsk et martyr (1580-1623).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Josaphat (Jean) Kuntsevych.

San diego 1 11

Dimanche 12 Novembre 2017 : Fête de Saint Diégo Didace, Frère Mineur à Ségovie (1400-1463).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Diégo Didace.

Emilientarragone 2

Dimanche 12 Novembre 2017 : Fête de Saint Émilien de Tarragone, Ermite à Tarazona, en Aragon († v. 574).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Émilien de Tarragone.

Cunibert 11

Dimanche 12 Novembre 2017 : Fête de Saint Cunibert, Archevêque de Cologne (✝ v. 660).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Cunibert.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre de la Sagesse 6,12-16.
La Sagesse est resplendissante, elle ne se flétrit pas. Elle se laisse aisément contempler par ceux qui l’aiment, elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent. 
Elle devance leurs désirs en se faisant connaître la première. 
Celui qui la cherche dès l’aurore ne se fatiguera pas : il la trouvera assise à sa porte. 
Penser à elle est la perfection du discernement, et celui qui veille à cause d’elle sera bientôt délivré du souci. 
Elle va et vient à la recherche de ceux qui sont dignes d’elle ; au détour des sentiers, elle leur apparaît avec un visage souriant ; dans chacune de leurs pensées, elle vient à leur rencontre.

 

Psaume 63(62),2.3-4.5-6.7-8.
Dieu, tu es mon Dieu, 
je te cherche dès l'aube : 
mon âme a soif de toi ; 
après toi languit ma chair, 

terre aride, altérée, sans eau. 
Je t'ai contemplé au sanctuaire, 
j'ai vu ta force et ta gloire. 
Ton amour vaut mieux que la vie : 

tu seras la louange de mes lèvres ! 
Toute ma vie je vais te bénir, 
lever les mains en invoquant ton nom. 
Comme par un festin je serai rassasié ; 

la joie sur les lèvres, je dirai ta louange. 
Dans la nuit, je me souviens de toi et je reste des heures à te parler. 
Oui, tu es venu à mon secours : 
je crie de joie à l'ombre de tes ailes.

 

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 4,13-18.
Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance. 
Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons aussi, ceux qui se sont endormis, Dieu, par Jésus, les emmènera avec lui. 
Car, sur la parole du Seigneur, nous vous déclarons ceci : nous les vivants, nous qui sommes encore là pour la venue du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. 
Au signal donné par la voix de l’archange, et par la trompette divine, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts dans le Christ ressusciteront d’abord. 
Ensuite, nous les vivants, nous qui sommes encore là, nous serons emportés sur les nuées du ciel, en même temps qu’eux, à la rencontre du Seigneur. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur. 
Réconfortez-vous donc les uns les autres avec ce que je viens de dire.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,1-13.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : 
« Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. 
Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : 
les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, 
tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. 
Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. 
Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.” 
Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. 
Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.” 
Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.” 
Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. 
Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !” 
Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.” 
Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

 

Commentaire du jour.
Saint Augustin (354-430), Évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et Docteur de l'Église.
Sermon 93

« Au milieu de la nuit »

Les dix vierges ont toutes voulu aller au-devant de l'époux. Que signifie aller au-devant de l'époux ? C'est y aller de cœur, c'est vivre dans l'attente de son arrivée.

Mais il tardait de venir, et « toutes elles s'endormirent »... Que signifient ces paroles : « Elles sommeillèrent toutes » ?
Il y a un sommeil auquel personne ne peut échapper. Souvenez-vous de ces paroles de l'apôtre Paul : « Nous ne voulons pas, mes frères, que vous ignoriez ce qui regarde ceux qui dorment » (1Th 4,12), c'est-à-dire ceux qui sont morts...
Elles se sont donc toutes endormies. Croyez-vous que la vierge prudente puisse échapper à la mort ? Non, qu'elles soient prudentes ou folles, toutes doivent passer par le sommeil de la mort...

« Et voici qu'au milieu de la nuit un cri se fit entendre. » Qu'est-ce à dire ? C'est au moment où personne n'y pense, où personne ne s'y attend... Il viendra au moment où vous y penserez le moins.
Pourquoi viendra-t-il de la sorte ? « Parce que, dit-il, ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que Le Père a fixés de sa seule autorité. » (Ac 1,7)
« Le jour du Seigneur, dit l'apôtre Paul, viendra comme un voleur en pleine nuit. » (1Th 5,2) Veillez donc pendant la nuit pour ne pas être surpris par le voleur. Car que vous le vouliez ou non, le sommeil de la mort viendra nécessairement.

Et pourtant, cela n'arrivera que lorsqu'un cri se sera fait entendre au milieu de la nuit. Quel est ce cri, sinon celui dont l'apôtre Paul dit : « En un instant, en un clin d'œil, au son de la dernière trompette. Car la trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous serons transformés » (1Co 15,52).
Après ce cri qui retentira au milieu de la nuit : « Voilà que l'époux vient », qu'arrivera-t-il donc ? « Toutes elles se sont levées. »

 

LETTRE ENCYCLIQUE DU PAPE PIE XI POUR LE III° CENTENAIRE DE LA MORT DE SAINT JOSAPHAT

L'Église, par un admirable dessein de Dieu, a été constituée pour être à la plénitude des temps, comme une immense famille embrassant l'universalité du genre humain et nous savons aussi que, parmi d'autres notes caractéristiques, elle est reconnaissable à son unité œcuménique.

En effet, Le Christ Seigneur a dit : Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples.
Par ces paroles, il a confié aux seuls Apôtres la charge que Lui-même avait reçue de Son Père ; et en outre, il a voulu que le collège des Apôtres fût parfaitement un, rendu solidaire par un double lien très étroit : intérieurement, par une même Foi et par cet amour qui a été répandu dans nos cœurs par L'Esprit-Saint ; extérieurement, par l'autorité exercée sur tous par un seul, puisqu'il avait conféré la primauté sur les autres Apôtres à Pierre comme au principe constant et au fondement visible de l'unité.

Pour assurer le maintien perpétuel de cette unité et de cette harmonie, la Providence de Dieu les a consacrées comme par le sceau de la sainteté et du martyre.
Cette grande gloire fut accordée à Josaphat, Archevêque de Polotz, du rite slave oriental en qui nous reconnaissons à juste titre le plus illustre et le plus noble soutien de l'Orient slave.

Certes, on trouvera difficilement quelqu'un qui ait fait plus d'honneur à cette dénomination et qui ait contribué davantage au Salut de ces peuples que celui qui en fut le pasteur et l'apôtre, du fait surtout qu'il a versé son sang pour l'unité de la sainte Église.

Il se sentit poussé par un mouvement venu du Ciel à restaurer l'unité Chrétienne dans le monde entier; et il comprit qu'il pourrait y contribuer dans la plus large mesure s'il maintenait dans l'unité de l'Église universelle le rite slave oriental et l'Ordre des Moines Basiliens.

Préoccupé avant tout de l'union de ses compatriotes avec la chaire de Saint Pierre, il rassemblait de toutes parts les arguments capables de promouvoir ou de consolider cette union ; en particulier, il étudiait assidûment les livres liturgiques dont usaient les Orientaux, y compris les dissidents, selon les prescriptions des Pères.

Après s'être préparé avec un si grand soin, il entreprit la restauration de l'unité ; et il y travailla avec tant de force et de douceur tout ensemble, et avec tant de succès, que ses adversaires eux-mêmes le surnommèrent « le voleur des âmes ».

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_286
Abbé Anastasio URQUIZA Fernández MCIU (Monterrey, Mexique).

«Voici l'époux! Sortez à sa rencontre!»

Aujourd'hui, on nous invite à réfléchir sur la fin de notre existence, il s'agit d'un avertissement du Bon Dieu pour notre ultime fin, ne jouons donc pas avec notre vie.
«Le Royaume des Cieux sera comparable à des jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe et s'en allèrent à la rencontre de l'époux» (Mt 25,1).

La fin de chaque personne dépendra du chemin qu'elle aura emprunté; car la mort est la conséquence de la vie -prudente ou insensée- qu'on aura menée en ce monde.
Les filles insensées sont celles qui ont entendu le message de Jésus mais ne l'ont pas mis en pratique.
Les filles prudentes sont celles qui l'ont appliqué dans leur vie, et c'est pour cela qu'elles rentrent au banquet de noces du Royaume.

La parabole est un rappel qu'il faut prendre très au sérieux. «Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure» (Mt 25,13).
Ne laissons pas s'éteindre la lumière de la Foi, car tout moment pourrait être le dernier. Le Royaume est ici.
Allumez vos lampes avec l'huile de la Foi, de la Fraternité et de la Charité. Nos cœurs, pleins de lumière, nous permettrons de vivre la vraie Joie ici et aujourd'hui.
Ceux qui font partis de notre entourage seront également illuminés et connaîtront la Joie de la présence de l'Époux.
Jésus nous demande de ne jamais manquer d'huile pour nos lampes.

C'est pour cela que lorsque le Concile Vatican II, en choisissant dans la Bible les images de l'Église, fait la comparaison d'un époux et de son épouse et nous dit: «Cette épouse, Le Christ ‘l'a aimée... et il s'est livré Lui-même pour elle, afin de la sanctifier’ (Eph 5,25-26); il se l'est associée par un pacte indissoluble et sans cesse ‘il la nourrit et la soigne’ (Eph 5,29), et il a voulu, après l'avoir purifiée, qu'elle lui soit unie et soumise dans l'Amour et la Fidélité».

 

HYMNE : VOICI LA NUIT

Voici la nuit, 
L'immense nuit des origines.
Et rien n'existe hormis l'Amour, 
Hormis l'Amour qui se dessine :
En séparant le sable et l'eau, 
Dieu préparait comme un berceau
La Terre où il viendrait au jour.

Voici la nuit, 
L'heureuse nuit de Palestine,
Et rien n'existe hormis l'Enfant, 
Hormis l'Enfant de vie divine :
En prenant chair de notre chair, 
Dieu transformait tous nos déserts 
En Terre d'immortels printemps. 

Voici la nuit, 
L'étrange nuit sur la colline,
Et rien n'existe hormis le Corps, 
Hormis le Corps criblé d'épines :
En devenant un crucifié, 
Dieu fécondait comme un verger
La Terre où le plantait la mort. 

Voici la nuit, 
La sainte nuit qui s'illumine,
Et rien n'existe hormis Jésus, 
Hormis Jésus où tout culmine :
En s'arrachant à nos tombeaux, 
Dieu conduisait au jour nouveau
La Terre où il était vaincu.

Voici la nuit, 
La longue nuit où l'on chemine,
Et rien n'existe hormis ce lieu, 
Hormis ce lieu d'espoirs en ruines :
En s'arrêtant dans nos maisons, 
Dieu préparait comme un Buisson
La Terre où tomberait le Feu !

 

HYMNE : Ô PÈRE DES SIÈCLES DU MONDE

Ô Père des siècles du monde,
Voici le dernier-né des jours
Qui monte
À travers nous, à la rencontre
Du Premier-né de ton amour.

C’est lui qui pour toi fit éclore,
C’est lui qui devant toi chantait
L’aurore,
Quand il n’était pas d’homme encore
Pour avoir part à sa beauté.

Par lui tout demeure en genèse,
Nos jours dans leur vieillissement
Se dressent
À leur éveil vers sa jeunesse,
Car il se lève à l’Orient.

C’est lui qui sans cesse ranime,
C’est lui qui sur les temps maintient
Cette hymne
Émerveillée dès l’origine
Devant l’ouvrage de tes mains.

Voici la nouvelle lumière
Montant au plus secret des corps ;
Ô Père,
Envoie le souffle sur la terre
Du Premier-né d’entre les morts.

 

HYMNE : PEUPLES, CRIEZ DE JOIE

Peuples, criez de joie
Et bondissez d’allégresse :
Le Père envoie son Fils
Manifester sa tendresse ;
Ouvrons les yeux :
Il est l’image de Dieu
Pour que chacun le connaisse.

Loué soit notre Dieu, 
Source et Parole fécondes : 
Ses mains ont tout créé 
Pour que nos cœurs lui répondent ; 
Par Jésus Christ, 
Il donne l’être et la vie : 
En nous sa vie surabonde.

Loué soit notre Dieu 
Qui ensemence la terre 
D’un peuple où son Esprit 
Est plus puissant que la guerre ; 
En Jésus Christ, 
La vigne porte du fruit 
Quand tous les hommes sont frères.

Loué soit notre Dieu 
Dont la splendeur se révèle 
Quand nous buvons le vin 
Pour une terre nouvelle ; 
Par Jésus Christ, 
Le monde passe aujourd’hui 
Vers une gloire éternelle.

Peuples, battez des mains
Et proclamez votre fête :
Le Père accueille en lui
Ceux que son Verbe rachète ;
Dans l’Esprit Saint
Par qui vous n’êtes plus qu’un,
Que votre joie soit parfaite !

 

Oraison du matin (Office des Laudes)... Propre à Saint Josaphat.
Réveille en ton Église, Seigneur, l'esprit d'Amour dont fut rempli l'Évêque Saint Josaphat qui donna sa vie pour son peuple : permets qu'avec l'appui de sa prière, et fortifiés par le même esprit, nous n'hésitons pas à livrer notre vie pour nos frères.

 

Parole de Dieu : (2 Tm 2, 8.11-13)… (Office des Laudes).
Souviens-toi de Jésus-Christ, le descendant de David : il est ressuscité d’entre les morts. Voici une parole sûre : si nous sommes morts avec Lui, avec Lui nous vivrons.
Si nous supportons l’épreuve, avec Lui nous régnerons.
Si nous le rejetons, Lui aussi nous rejettera. Si nous sommes infidèles, Lui, il restera fidèle, car il ne peut se rejeter Lui-même.

 

Parole de Dieu : (He 12, 22-24)… (Office des Vêpres).
Vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la cité du Dieu vivant, la Jérusalem Céleste, vers des milliers d’Anges en fête, et vers l’assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans les Cieux.
Vous êtes venus vers Dieu, le Juge de tous les hommes, et vers les âmes des justes arrivés à la perfection.
Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une Alliance nouvelle, et vers son Sang répandu sur les hommes, son Sang qui parle plus fort que celui d’Abel.

Ajouter un commentaire