Eucharistie du Dimanche 02 Septembre 2018 : Vingt-deuxième Dimanche du Temps Ordinaire (Année B).

Eucharistie du Dimanche 02 Septembre 2018 : Vingt-deuxième Dimanche du Temps Ordinaire (Année B).

Fête de Sainte Ingrid de Skänninge, Princesse suédoise, Fondatrice et Prieure d’un Monastère Dominicain (1282).
Fête des Bienheureux Martyrs de Septembre, victimes de la Révolution française († 1792).
Fête du Bienheureux André Grasset de Saint-Sauveur, canadien martyr de la Révolution française (✝ 1792).
Fête du Bienheureux Brocard, Prieur des Ermites au mont Carmel (✝ 1231).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, 2ème lecture, Évangile) :
Livre du Deutéronome 4,1-2.6-8… Psaume 15(14),2-3a.3bc-4ab.4d-5… Lettre de saint Jacques 1,17-18.21b-22.27… Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,1-8.14-15.21-23.
Commentaire de Saint Maximilien Kolbe (1894-1941), Franciscain, Martyr.
Autre commentaire de Frère Jean-Christian Lévêque, o.c.d. (Carmel).
Autre commentaire de l’Abbé Josep Lluís SOCÍAS i Bruguera (Badalona, Barcelona, Espagne).
Hymne, Oraison et Parole de Dieu.

Sainte ingrid de skanninge 11

Illustration Sankta Ingrid av Skänninge, icône peinte par Djordje Cavkor, site internet de la paroisse de Linköping en Suède.

Dimanche 02 Septembre 2018 : Fête de Sainte Ingrid de Skänninge, Princesse suédoise, Fondatrice et Prieure d’un Monastère Dominicain (1282).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Sainte Ingrid de Skänninge.

Massacre chatelet 1792

Dimanche 02 Septembre 2018 : Fête des Bienheureux Martyrs de Septembre, victimes de la Révolution française († 1792).
Pour voir leur vie et en découvrir davantage sur eux, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureux Martyrs de Septembre.

Vitrail394552 2

Dimanche 02 Septembre 2018 : Fête du Bienheureux André Grasset de Saint-Sauveur, canadien martyr de la Révolution française (✝ 1792).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureux André Grasset de Saint-Sauveur.

Brocard

Dimanche 02 Septembre 2018 : Fête du Bienheureux Brocard, Prieur des Ermites au mont Carmel (✝ 1231).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureux Brocard.

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre du Deutéronome 4,1-2.6-8.
Moïse disait au peuple : « Maintenant, Israël, écoute les décrets et les ordonnances que je vous enseigne pour que vous les mettiez en pratique. Ainsi vous vivrez, vous entrerez, pour en prendre possession, dans le pays que vous donne le Seigneur, le Dieu de vos pères.
Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ordonne, et vous n’y enlèverez rien, mais vous garderez les commandements du Seigneur votre Dieu tels que je vous les prescris.
Vous les garderez, vous les mettrez en pratique ; ils seront votre sagesse et votre intelligence aux yeux de tous les peuples. Quand ceux-ci entendront parler de tous ces décrets, ils s’écrieront : “Il n’y a pas un peuple sage et intelligent comme cette grande nation !”
Quelle est en effet la grande nation dont les dieux soient aussi proches que le Seigneur notre Dieu est proche de nous chaque fois que nous l’invoquons ?
Et quelle est la grande nation dont les décrets et les ordonnances soient aussi justes que toute cette Loi que je vous donne aujourd’hui ?

 

Psaume 15(14),2-3a.3bc-4ab.4d-5.
Celui qui se conduit parfaitement, 
qui agit avec justice 
et dit la vérité selon son cœur.
Il met un frein à sa langue.

Il ne fait pas de tort à son frère
et n'outrage pas son prochain.
À ses yeux, le réprouvé est méprisable
mais il honore les fidèles du Seigneur.

Il ne reprend pas sa parole.
Il prête son argent sans intérêt, 
n'accepte rien qui nuise à l'innocent. 
Qui fait ainsi demeure inébranlable.

 

Lettre de saint Jacques 1,17-18.21b-22.27.
Mes frères bien-aimés, les présents les meilleurs, les dons parfaits, proviennent tous d’en haut, ils descendent d’auprès du Père des lumières, lui qui n’est pas, comme les astres, sujet au mouvement périodique ni aux éclipses.
Il a voulu nous engendrer par sa parole de vérité, pour faire de nous comme les prémices de toutes ses créatures.
Accueillez dans la douceur la Parole semée en vous ; c’est elle qui peut sauver vos âmes.
Mettez la Parole en pratique, ne vous contentez pas de l’écouter : ce serait vous faire illusion.
Devant Dieu notre Père, un comportement religieux pur et sans souillure, c’est de visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse, et de se garder sans tache au milieu du monde.

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,1-8.14-15.21-23.
En ce temps-là, les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de Jésus,
et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées.
– Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ;
et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes et de plats.
Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. »
Jésus leur répondit : « Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : ‘Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.
C’est en vain qu’ils me rendent un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains.’
Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes. »
Appelant de nouveau la foule, il lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien.
Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »
Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres,
adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure.
Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

 

Commentaire du jour.
Saint Maximilien Kolbe (1894-1941), Franciscain, Martyr.
Entretiens spirituels inédits (trad. Eds. Lethielleux).

« Son cœur est loin de Moi »

La Vie intérieure est une chose primordiale... La vie active est la conséquence de la Vie intérieure et n'a de valeur que si elle en dépend.
On voudrait tout faire le mieux possible, avec perfection.
Mais si ce n'est pas relié à la Vie intérieure, cela ne sert de rien. Toute la valeur de notre vie et de notre activité relève de la Vie intérieure, la Vie de l'Amour de Dieu et de la Vierge Marie, l'Immaculée, pas de théories ni de douceurs, mais la pratique d'un Amour qui consiste dans l'union de notre volonté à la Volonté de l'Immaculée.
Avant tout et par-dessus tout, nous devons approfondir cette Vie intérieure. S'il s'agit vraiment de la Vie spirituelle, les moyens surnaturels sont nécessaires.
La prière, la prière et seulement la prière est nécessaire pour entretenir la Vie intérieure et son épanouissement ; le recueillement intérieur est nécessaire.
Ne soyons pas inquiets pour des choses sans nécessité, mais doucement et dans la Paix, essayons de garder le recueillement de l'esprit et d'être prêts à la grâce de Dieu.
Voilà pourquoi le silence nous aide.

 

Autre commentaire du jour.
https://www.carmel.asso.fr/22eme-Dimanche-T-O-Marc-7-1-23.html
Frère Jean-Christian Lévêque, o.c.d. (Carmel).

L’intérieur et l’extérieur

Ce qui nous empêche d’être heureux, et d’être totalement donnés, c’est que nous vivons dans le mensonge. Non pas le mensonge banal et infantile de celui qui se disculpe à bon marché, mais le mensonge profond, le porte-à-faux d’un homme, d’une femme dans sa propre existence.
C’est ce mensonge-là que Le Christ-Jésus veut chasser de notre vie, en opposant avec insistance l’extérieur et l’intérieur de l’homme.

L’extérieur, c’est la zone du paraître, c’est tout ce qu’il y a en nous de conventionnel et de superficiel, ce sont tous nos masques, et spécialement notre masque préféré, cette image idéale de nous-mêmes que nous poursuivons plus ou moins consciemment, que nous projetons sur tout ce que nous faisons ou disons.

L’intérieur, c’est la zone du vrai et de l’authentique, c’est ce que nous sommes devant Dieu, lorsque nous lui donnons droit de regard sur nous-mêmes, lorsque « nous accueillons humblement la Parole semée en nous et qui est capable de nous sauver » (Jc). C’est le lieu des choix décisifs, de la fidélité quotidienne.

Mais c’est aussi en cet intérieur de nous-mêmes que bouillonnent l’agressivité et la rancœur, que se glissent le mépris et l’égoïsme, que naît le désir d’utiliser les autres à notre profit.

« Ce qui sort du cœur, dit Jésus, voilà ce qui rend l’homme impur ». Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent la méchanceté, l’envie, l’orgueil et la démesure.

Ce porte-à-faux que Jésus nous reproche, nous le connaissons bien, il fait même le fond de notre souffrance quotidienne, dès que nous essayons loyalement de quitter le niveau de la banalité, de décaper les vernis de notre cœur, pour coïncider, en nous-mêmes, avec le projet de Dieu.

Nous connaissons ce divorce intime entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’être et le paraître, entre l’homme que nous voulons être et l’homme que nous laissons vivre en nous.
Et la vie de tous les jours nous fait prendre douloureusement conscience des décalages, des lézardes, des déchirures de notre véritable personne.

C’est, par exemple, la souffrance d’un homme envahi par les soucis du métier et qui ne parvient plus à retrouver des réflexes d’époux et de père.
C’est la souffrance des fiancés, qui doivent traverser, pour se rejoindre en vérité, toute une épaisseur d’habitudes égoïstes, d’attachement au passé ou de réflexes captatifs.
C’est la souffrance d’une épouse, qui se sent aimée dans ce qu’elle offre de plus extérieur, et délaissée dans ce qui fait sa vie profonde et sa véritable richesse.
C’est la souffrance des adolescents qui se sentent contraints de durcir leur personnage pour être enfin reconnus comme êtres humains à part entière.
C’est la peine lancinante de ceux et de celles qui vivent en communauté et qui n’arrivent à mettre en commun que les franges de leur vie, sans pouvoir partager en vérité les grandes convictions, les grands desseins ni les expériences les plus évangéliques.

Même notre démarche vers Dieu est marquée de cette ambiguïté, voire : de ce mensonge ; et c’est là surtout que Le Christ aujourd’hui nous interpelle : « Ce peuple m’honore en paroles, mais son cœur est loin de Moi. Il est inutile, le Culte qu’ils me rendent ! »

Ce peuple, c’est nous, rassemblés aujourd’hui encore pour le Culte du Seigneur. Nous le chantons ensemble, nous le louons, nous le remercions ; mais notre cœur n’est-il pas déjà loin du Seigneur, loin des grandes urgences du Royaume ?

Appelant la foule, Jésus disait : « Ecoutez-moi bien tous, et comprenez : tout le mauvais vient du dedans ».
Il ne suffit pas, pour nous, gens du Christ, de saupoudrer notre existence de quelques moments de prière, comme les Pharisiens s’aspergeaient d’eau en revenant de la place publique.
Ce qui intéresse Dieu, c’est le dedans, le cœur ; le partenaire de Dieu, c’est « l’homme caché du cœur » (Pierre).

Dieu ne se contente pas des restes, il veut tout l’homme, pour sauver tout l’homme et mener l’homme à la gloire ; il veut surtout en nous ce creux le plus secret d’où partent toute compréhension, tout amour, tout choix et toute décision,
Car il n’y a pas de Vérité totale, tant que l’homme n’est pas à l’écoute du Dieu vivant et vrai ; il n’y a pas d’Amour vrai, tant que cet Amour n’est pas noué en Dieu Lui-même ; il n’y a pas pour nous de Vie authentiquement libre, tant que nous ne laissons pas à Dieu les mains libres pour agir et conduire notre destin.

Rappelons-nous ce que dit le vieux sage de l’Imitation de Jésus-Christ :« Tu n’es pas meilleur quand tu es loué, tu n’es pas pire quand tu es blâmé. Tu es ce que tu es »Deo teste« (Dieu étant témoin) ».

« Si le Fils nous libère, nous serons vraiment libres ». Lui seul peut réconcilier en nous l’être et le paraître, Lui seul est capable de nous ôter nos masques sans nous laisser découragés, Lui seul peut nous guérir de l’illusion et faire de nous des créatures nouvelles enfin capables d’aimer ; mais cette route vers la Liberté - ne nous leurrons pas - c’est le sentier étroit des Béatitudes.
Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/IV_197
Abbé Josep Lluís SOCÍAS i Bruguera (Badalona, Barcelona, Espagne).

«Vous laissez de côté le Commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes».

Aujourd'hui, la Parole du Seigneur nous aide à discerner qu'au-dessus de toutes les habitudes humaines il y a les Commandements de Dieu.
Il est vrai qu'avec le temps qui passe nous avons tendance à distordre les conseils évangéliques et, délibérément ou non, nous les modifions et/ou les étouffons par le scrupule: «Et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s'être aspergés d'eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d'autres pratiques: lavage de coupes, de cruches et de plats…» (Mc 7,4).

C'est pour cela que les gens simples, avec leur bon sens populaire, n'ont pas écouté les docteurs de la loi ni les pharisiens, qui attachaient plus d'importance à des interprétations humaines qu'à la Parole de Dieu.
Jésus fait allusion à la dénonciation prophétique d'Isaïe contre ceux qui pratiquent leur religion de façon hypocrite: «Isaïe a fait une bonne prophétie sur vous, hypocrites, dans ce passage de l'Écriture: ‘Ce peuple m'honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi'»: Mc 7,6).

De nos jours Saint Jean Paul II, au moment de demander Pardon au nom de l'Église pour tout le mal que ses fils avaient causé tout au long de l'histoire, l'a exprimé dans le sens qu'ils «s'étaient éloignés de l'Évangile».

«Rien de ce qui est extérieur à l'homme et qui pénètre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur» (Mc 7,15) nous dit Le Seigneur.
C'est seulement ce qui sort du cœur de l'homme, de notre for intérieur, qui peut nous rendre mauvais.
C'est cette méchanceté qui corrompt l'humanité entière ainsi que nous-mêmes.
Notre piété ne consiste pas juste à nous "laver les mains" (et rappelons-nous Pilate qui conduit Jésus-Christ à la mort!) mais à garder notre cœur sans souillure.

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus l'exprime d'une manière positive dans ses Manuscrits biographiques: «(…) En contemplant le Corps Mystique du Christ, j'ai compris que l'Église a un cœur brûlant d'Amour».
D'un cœur qui aime jaillissent de bonnes œuvres bien concrètes qui aident ceux qui en ont besoin «car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger...»: Mt 25,35).

 

HYMNE : VOICI LA NUIT

Voici la nuit, 
L'immense nuit des origines.
Et rien n'existe hormis l'Amour, 
Hormis l'Amour qui se dessine :
En séparant le sable et l'eau, 
Dieu préparait comme un berceau
La Terre où il viendrait au jour.

Voici la nuit, 
L'heureuse nuit de Palestine,
Et rien n'existe hormis l'Enfant, 
Hormis l'Enfant de vie divine :
En prenant chair de notre chair, 
Dieu transformait tous nos déserts 
En Terre d'immortels printemps. 

Voici la nuit, 
L'étrange nuit sur la colline,
Et rien n'existe hormis le Corps, 
Hormis le Corps criblé d'épines :
En devenant un crucifié, 
Dieu fécondait comme un verger
La Terre où le plantait la mort. 

Voici la nuit, 
La sainte nuit qui s'illumine,
Et rien n'existe hormis Jésus, 
Hormis Jésus où tout culmine :
En s'arrachant à nos tombeaux, 
Dieu conduisait au jour nouveau
La Terre où il était vaincu.

Voici la nuit, 
La longue nuit où l'on chemine,
Et rien n'existe hormis ce lieu, 
Hormis ce lieu d'espoirs en ruines :
En s'arrêtant dans nos maisons, 
Dieu préparait comme un Buisson
La Terre où tomberait le Feu !

 

HYMNE : Ô PÈRE DES SIÈCLES DU MONDE

Ô Père des siècles du monde,
Voici le dernier-né des jours
Qui monte
À travers nous, à la rencontre
Du Premier-né de ton amour.

C’est lui qui pour toi fit éclore,
C’est lui qui devant toi chantait
L’aurore,
Quand il n’était pas d’homme encore
Pour avoir part à sa beauté.

Par lui tout demeure en genèse,
Nos jours dans leur vieillissement
Se dressent
À leur éveil vers sa jeunesse,
Car il se lève à l’Orient.

C’est lui qui sans cesse ranime,
C’est lui qui sur les temps maintient
Cette hymne
Émerveillée dès l’origine
Devant l’ouvrage de tes mains.

Voici la nouvelle lumière
Montant au plus secret des corps ;
Ô Père,
Envoie le souffle sur la terre
Du Premier-né d’entre les morts.

 

HYMNE : PEUPLES, CRIEZ DE JOIE

Peuples, criez de joie
Et bondissez d’allégresse :
Le Père envoie son Fils
Manifester sa tendresse ;
Ouvrons les yeux :
Il est l’image de Dieu
Pour que chacun le connaisse.

Loué soit notre Dieu, 
Source et Parole fécondes : 
Ses mains ont tout créé 
Pour que nos cœurs lui répondent ; 
Par Jésus Christ, 
Il donne l’être et la vie : 
En nous sa vie surabonde.

Loué soit notre Dieu 
Qui ensemence la terre 
D’un peuple où son Esprit 
Est plus puissant que la guerre ; 
En Jésus Christ, 
La vigne porte du fruit 
Quand tous les hommes sont frères.

Loué soit notre Dieu 
Dont la splendeur se révèle 
Quand nous buvons le vin 
Pour une terre nouvelle ; 
Par Jésus Christ, 
Le monde passe aujourd’hui 
Vers une gloire éternelle.

Peuples, battez des mains
Et proclamez votre fête :
Le Père accueille en lui
Ceux que son Verbe rachète ;
Dans l’Esprit Saint
Par qui vous n’êtes plus qu’un,
Que votre joie soit parfaite !

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Dieu puissant de qui vient tout Don parfait, enracine en nos cœurs l'Amour de ton Nom ; resserre nos liens avec Toi, pour développer ce qui est bon en nous ; veille sur nous avec sollicitude, pour protéger ce que tu as fait grandir.

 

Parole de Dieu : (Ez 36, 25-27)… (Office des Laudes).
Je verserai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés. De toutes vos souillures, de toutes vos idoles, je vous purifierai. Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau.
J’enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon esprit : alors vous suivrez mes lois, vous observerez mes Commandements et vous y serez fidèles.

 

Parole de Dieu : (2 Th 2, 13-14)… (Office des Vêpres).
Nous devons continuellement rendre grâce à Dieu pour vous, frères aimés du Seigneur, car Dieu vous a choisis dès le commencement, pour être sauvés par L’Esprit qui sanctifie et par la Foi en la Vérité.
C’est à cela qu’il vous a appelés par notre Évangile, à posséder la Gloire de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Ajouter un commentaire