Eucharistie du Vendredi 14 Septembre 2018 : L’Église Célèbre la Fête de la Croix Glorieuse.

Eucharistie du Vendredi 14 Septembre 2018 : L’Église Célèbre la Fête de la Croix Glorieuse.

Fête de Saint Albert de Jérusalem, Évêque et martyr († 1215).
Fête de la Bienheureuse Marie Céleste du Saint-Rédempteur (Crostarosa), Fondatrice des Sœurs du Rédempteur (1696 -✝ 1755).


Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) :
Livre des Nombres 21,4b-9… Psaume 78(77),1-2.34-35.36-37.38… Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 3,13-17.
Commentaire de Saint Théodore le Studite (759-826), Moine à Constantinople.
Autre commentaire de Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), Carmélite, Martyre, Co-Patronne de l'Europe.
Autre commentaire de Saint Bernard (1091-1153), Moine Cistercien et Docteur de l'Église.
Autre commentaire du Pape émérite Benoît XVI.
Autre commentaire : Une homélie Grecque du 4ème siècle
HOMÉLIE DE SAINT ANDRÉ DE CRÈTE : La Croix, Gloire et Exaltation du Christ.
Autre commentaire de Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), Prêtre à Antioche puis Évêque de Constantinople, Docteur de l'Église.
Autre commentaire de l’Abbé Antoni CAROL i Hostench (Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne).
Prière, Hymnes, Oraison et Parole de Dieu.

La croix glorieuse 11

Vendredi 14 Septembre 2018 : Fête de La Croix Glorieuse.
Pour en découvrir davantage sur cette Fête, aller dans le menu déroulant à « Les Fêtes Catholiques » ou sur le lien suivant :
La Croix Glorieuse.

Fete de la sainte croix 2

Vendredi 14 Septembre 2018 : Fête de La Croix Glorieuse.
Pour voir mon commentaire personnel sur cette grande Fête, aller dans le menu déroulant à « Réflexion personnelle n°73 » ou sur le lien suivant :
Fête de La Croix Glorieuse.

4545 milano s maria d carmine sant alberto foto giovanni dall orto 3 jan 2009

Vendredi 14 Septembre 2018 : Fête de Saint Albert de Jérusalem, Évêque et martyr († 1215).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur lui, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Saint Albert de Jérusalem.

Mccrostarosa 2

Vendredi 14 Septembre 2018 : Fête de la Bienheureuse Marie Céleste du Saint-Rédempteur (Crostarosa), Fondatrice des Sœurs du Rédempteur (1696 -✝ 1755).
Pour voir sa vie et en découvrir davantage sur elle, aller dans le menu déroulant à « Vie des Saints » ou sur le lien suivant :
Bienheureuse Marie Céleste du Saint-Rédempteur (Crostarosa).

 

LITURGIE DE LA PAROLE.

Livre des Nombres 21,4b-9.
Au cours de sa marche à travers le désert, le peuple d'Israël, à bout de courage,
récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d'Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n'y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! »
Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d'Israël.
Le peuple vint vers Moïse et lui dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu'il éloigne de nous les serpents. »
Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent, et dresse-le au sommet d'un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu'ils le regardent, et ils vivront ! »
Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet d'un mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu'il regardait vers le serpent de bronze, il conservait la vie !

 

Psaume 78(77),1-2.34-35.36-37.38.
Écoute ma loi, ô mon peuple,
tends l'oreille aux paroles de ma bouche.
J'ouvrirai la bouche pour une parabole,
je publierai ce qui fut caché dès l'origine.

Quand Dieu les frappait, ils le cherchaient,
ils revenaient et se tournaient vers lui :
ils se souvenaient que Dieu est leur rocher,
et le Dieu Très-Haut, leur rédempteur.

Mais de leur bouche ils le trompaient,
de leur langue ils lui mentaient.
Leur cœur n'était pas constant envers lui ;
ils n'étaient pas fidèles à son alliance.

Et lui, miséricordieux,
au lieu de détruire, il pardonnait ;
maintes fois, il retint sa colère
au lieu de réveiller sa violence.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 3,13-17.
Nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme.
De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé,
afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle.
Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

 

Commentaire du jour.
Saint Théodore le Studite (759-826), Moine à Constantinople.
Homélie pour l'adoration de la Croix (Cf. brév. 2e vendredi de Pâques)

La Croix, arbre de Vie

Que la vue de la Croix est belle ! Sa beauté n'est pas mêlée de mal et de bien, comme jadis l'arbre du jardin d'Eden.
Elle est tout entière admirable, « belle à voir et à partager » (Gn 3,6).
C'est un arbre qui donne la Vie et non la mort ; la lumière et non l'aveuglement. Elle fait entrer dans l'Eden ; elle n'en fait pas sortir.

Cet arbre sur lequel Le Christ est monté, comme un roi sur son char de triomphe, a perdu le diable, qui avait le pouvoir de la mort, et a délivré le genre humain de l'esclavage du tyran. C'est sur cet arbre que Le Seigneur, comme un combattant d'élite, blessé aux mains, aux pieds et à son côté divin, a guéri les cicatrices du péché, c'est-à-dire notre nature blessée par le Satan.

Après avoir été mis à mort par le bois, nous avons trouvé la Vie par le bois ; après avoir été trompé par le bois, c'est par le bois que nous avons repoussé le serpent trompeur.
Quels échanges surprenants !
La Vie au lieu de la mort, l'immortalité au lieu de la corruption, la gloire au lieu de la honte. C'est avec à-propos que l'apôtre Paul s'est écrié : « Je ne veux trouver ma gloire que dans la Croix de Notre Seigneur Jésus-Christ » (Ga 6,14)...
Au-dessus de toute Sagesse, cette Sagesse qui a fleuri sur la Croix a rendu stupide les prétentions de la Sagesse de ce monde (1Co 1,17s)...

C'est par la Croix que la mort a été tuée et Adam rendu à la Vie. C'est par la Croix que tous les apôtres ont été glorifiés, tous les martyrs couronnés, tous les saints sanctifiés.
C'est par la Croix que nous avons revêtu Le Christ et dépouillé l'homme ancien (Ep 4,22). C'est par la Croix que nous avons été ramenés comme les brebis du Christ, et que nous sommes rassemblés dans la bergerie d'en haut.

 

Commentaire du jour.
Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), Carmélite, Martyre, Co-Patronne de l'Europe.
Poésie « Signum Crucis », 16/11/1937 (trad. Malgré la nuit, Ad Solem 2002, p. 65)

« Pour que, par Lui, le monde soit sauvé »

…Devenu homme par Amour des hommes,
Il fit don de la plénitude de sa vie humaine
aux âmes qu’Il s’est choisies.
Lui qui a formé chaque cœur humain
veut un jour manifester
le sens secret de l’être de chacun
par un nom nouveau que seul comprend celui qui le reçoit (Ap 2,17).
Il s’est uni chacun des élus
d’une manière mystérieuse et unique.
Puisant de la plénitude de sa vie humaine,
Il nous fit don
de la croix.

Qu’est-ce que la croix ?
Le signe du plus grand opprobre.
Celui qui entre en contact avec elle
est rejeté d’entre les hommes.
Ceux qui un jour L’ont acclamé
se détournent de Lui avec effroi et ne Le connaissent plus.
Il est livré sans défense à ses ennemis.
Sur terre il ne lui reste rien d’autre
que les souffrances, les tourments et la mort.

Qu’est-ce que la croix ?
Le signe qui indique le ciel.
Bien au-dessus de la poussière et des brumes d’ici-bas
elle se dresse haut, jusqu’en la pure lumière.
Abandonne donc ce que les hommes peuvent prendre,
ouvre les mains, serre-toi contre la croix :
elle te porte alors
jusqu’en la lumière éternelle.

Lève les yeux vers la croix :
elle étend ses poutres
à la manière d’un homme qui ouvre les bras
pour accueillir le monde entier.
Venez tous, vous qui peinez sous le poids du fardeau (Mt 11,28)
et vous aussi qui n’avez qu’un cri, sur la croix avec Lui.
Elle est l’image du Dieu qui, crucifié, devint livide.
Elle s’élève de la terre jusqu’au ciel,
comme Celui qui est monté au ciel
et voudrait nous y emporter tous ensemble avec Lui.

Enlace seulement la croix, et tu le possèdes, Lui,
le Chemin, la Vérité, la Vie (Jn 14,6).
Si tu portes ta croix, c’est elle qui te portera,
elle te sera béatitude.

 

Commentaire du jour.
Saint Bernard (1091-1153), Moine Cistercien et Docteur de l'Église.
Méditation sur la Passion (attrib.), 6, 13-15 ; PL 184, 747 (trad. Bouchet, Lectionnaire, p. 487).

La Gloire de la Croix

Loin de moi la pensée de me glorifier ailleurs que dans la Croix de Mon Seigneur Jésus-Christ (Ga 6,14), La Croix est ta gloire, La Croix est ta souveraineté.
Voici ta souveraineté sur tes épaules (Is 9,5). Ceux qui portent ta Croix, portent ta Gloire.
C’est pourquoi la Croix, qui fait peur aux infidèles, est pour les fidèles plus belle que tous les arbres du Paradis.
Le Christ a-t-il craint la Croix ? Et Pierre ? Et André ? Au contraire, ils l'ont désirée. Le Christ s'est avancé vers elle « comme un champion joyeux de prendre sa course » (Ps 18,6) : « J'ai désiré d'un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de mourir » (Lc 22,15).
Il a mangé la Pâque en souffrant sa Passion, lorsqu'il est passé de ce monde à son Père. Sur la Croix il a mangé et il a bu, il s'est enivré et s’est endormi…

Qui pourrait désormais craindre la Croix ? Je peux, Seigneur, faire le tour du Ciel et de la terre, de la mer et des plaines, jamais je ne te trouverai sinon sur la Croix.
Là tu dors, là tu pais ton troupeau, là tu te reposes à l'heure de midi (Ct 1,7).
Sur cette Croix celui qui est uni à Son Seigneur chante avec douceur : « Toi Seigneur, bouclier qui m'entoures, ma gloire, tu me relèves la tête » (Ps 3,4).
Personne ne te cherche, personne ne te trouve, sinon sur la Croix. Croix de gloire, enracine-toi en moi, pour que je sois trouvé en toi.

 

Autre commentaire du Pape Benoît XVI.
Homélie pour la Vigile pascale, 07/04/2007 © copyright Libreria Editrice Vaticana.

« Il s'est livré Lui-même à la mort, et par sa Résurrection il a détruit la mort et renouvelé la Vie » (Prière Eucharistique IV)

Dans le Credo nous proclamons, à propos du chemin du Christ : « Il est descendu aux enfers »... La liturgie applique à la descente de Jésus dans la nuit de la mort la parole du psaume 23 : « Portes, levez vos frontons, élevez-vous, portes éternelles ! »
La porte de la mort est fermée, personne ne peut entrer par là. Il n'y a pas de clé pour cette porte de fer.
Pourtant, Le Christ en a la clé. Sa Croix ouvre toutes grandes les portes de la mort, les portes inviolables. Maintenant, elles ne sont plus infranchissables.
Sa Croix, la radicalité de son Amour, est la clé qui ouvre cette porte. L'Amour de Celui qui, étant Dieu, s'est fait homme pour pouvoir mourir, cet Amour-là a la force d'ouvrir la porte.
Cet Amour est plus fort que la mort.

Les icônes pascales de l'Église d'Orient montrent comment Le Christ entre dans le monde des morts.
Son vêtement est Lumière, parce que Dieu est Lumière. « Même les ténèbres pour toi ne sont pas ténèbres, et la nuit comme le jour est Lumière. » (Ps 138,12)
Jésus, qui entre dans le monde des morts, porte les stigmates ; ses blessures, ses souffrances sont devenues puissance, elles sont Amour qui vainc la mort.
Jésus rencontre Adam et tous les hommes qui attendent dans la nuit de la mort. À leur vue, on croit même entendre la prière de Jonas : « Du ventre des enfers, j'appelle : tu écoutes ma voix » (Jon 2,3).
Dans l'incarnation, le Fils de Dieu s'est fait un avec l'être humain, avec Adam. Mais c'est seulement au moment où il accomplit l'acte extrême de l'Amour en descendant dans la nuit de la mort qu'il porte à son accomplissement le chemin de l'incarnation.
Par sa mort, il prend par la main Adam, tous les hommes en attente, et il les conduit à la Lumière.

 

Autre commentaire : Une homélie Grecque du 4ème siècle
Sur la sainte Pâque, 51, 63 ; PG 59, 743, SC 27 (inspirée d'une homélie perdue d'Hippolyte ; trad. Orval rev.).

« Nul n'est monté au Ciel sinon Celui qui est descendu du Ciel »

L'arbre de La Croix est pour moi celui du Salut éternel. Il me nourrit et j'en fais mon régal. Par ses racines je m'enracine, et par ses branches je m'étends ; sa rosée me purifie et son souffle, comme un vent délicieux, me rend fécond.
A son ombre, j'ai dressé ma tente, et, fuyant les grandes chaleurs, j'y trouve un havre de fraîcheur.
C'est de ses fleurs que je fleuris, et de ses fruits je fais mes plus grands délices ; ces fruits qui m'étaient réservés depuis l'origine, j'en jouis sans limite...
Quand je tremble devant Dieu, cet arbre me protège ; quand je vacille, il est mon appui ; il est le prix de mes combats et le trophée de mes victoires.
Il est pour moi le chemin étroit, le sentier escarpé, l'échelle de Jacob parcourue par les anges, au sommet de laquelle le Seigneur est vraiment appuyé (Mt 7,14; Gn 28,12).

Cet arbre aux dimensions Célestes s'est élevé de la Terre jusqu'aux Cieux, plante immortelle fixée au milieu du Ciel et de la Terre.
Soutien de toutes choses, appui de l'univers, support du monde habité, il embrasse le cosmos et rassemble les éléments variés de la nature humaine.
Il est lui-même assemblé par les chevilles invisibles de L'Esprit, pour ne pas vaciller dans son ajustement au Divin.
Touchant par son faîte le sommet des Cieux, affermissant la Terre par ses pieds et entourant de tous côtés par ses bras immenses les espaces innombrables de l'atmosphère, il est tout entier en tout et partout...

Peu s'en fallait que l'univers soit anéanti, dissous de terreur devant la Passion, si le grand Jésus ne lui avait infusé L'Esprit Divin en disant : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains » (Lc 23,46)...
Tout était ébranlé, mais lorsque L'Esprit Divin est remonté, l'univers a été en quelque sorte ranimé, vivifié, et il a retrouvé une stabilité ferme. Dieu emplissait tout, partout, et la Crucifixion s'étendait à travers toutes choses.

 

HOMÉLIE DE SAINT ANDRÉ DE CRÈTE

La Croix, Gloire et Exaltation du Christ

http://www.prierenfamille.com/index.php?option=com_content&view=article&id=176
Nous célébrons la Fête de la Croix, de cette Croix qui a chassé les ténèbres et ramené la Lumière.
Nous célébrons la Fête de la Croix et, avec le Crucifié, nous sommes portés vers les hauteurs, nous laissons sous nos pieds la terre et le péché pour obtenir les biens du Ciel.
Quelle grande chose que de posséder la Croix : celui qui la possède, possède un trésor. Je viens d’employer le mot de trésor pour désigner ce qu’on appelle et qui est réellement le meilleur et le plus magnifique de tous les biens ; car c’est en lui, par lui et pour lui que tout l’essentiel de notre Salut consiste et a été restauré pour nous.

En effet, s’il n’y avait pas eu la Croix, Le Christ n’aurait pas été crucifié, la vie n’aurait pas été clouée au gibet, et les sources de l’immortalité, le Sang et l’Eau qui purifient le monde, n’auraient pas jailli de son côté, le document reconnaissant le péché n’aurait pas été déchiré, nous n’aurions pas reçu la liberté, nous n’aurions pas profité de l’arbre de Vie, le Paradis ne se serait pas ouvert.
S’il n’y avait pas eu la Croix, la mort n’aurait pas été terrassée, l’enfer n’aurait pas été dépouillé de ses armes.

La Croix est donc une chose grande et précieuse. Grande, parce qu’elle a produit de nombreux biens, et d’autant plus nombreux que les miracles et les souffrances du Christ ont triomphé davantage.
C’est une chose précieuse, parce que la Croix est à la fois la souffrance et le trophée de Dieu. Elle est sa souffrance, parce que c’est sur elle qu’il est mort volontairement ; elle est son trophée, parce que le diable y a été blessé et vaincu, et que la mort y a été vaincue avec lui ; les verrous de l’enfer y ont été brisés, et la Croix est devenue le Salut du monde entier. ~

La Croix est appelée la Gloire du Christ, et son Exaltation. On voit en elle la coupe désirée, la récapitulation de tous les supplices que Le Christ a endurés pour nous.
Que la Croix soit la Gloire du Christ, écoute-le nous le dire Lui-même : Maintenant le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en lui. Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu en retour lui donnera sa propre gloire.
Et encore : Toi, Père, glorifie-moi de la gloire que j’avais auprès de toi avant le commencement du monde.
Et encore : Père, glorifie ton nom. Alors, du Ciel vint une voix qui disait : Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. Cela désignait la gloire qu’il devait obtenir sur la Croix.

Que la Croix soit aussi l’exaltation du Christ, tu l’apprends lorsqu’il dit Lui-même : Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes.
Tu vois : la Croix est la Gloire et l’Exaltation du Christ.

 

Autre commentaire de ce jour.
http://www.evangelium-vitae.org/documents/357/guetteurs-veilleurs/vie-spirituelle/sur-la-croix-il-est-roi--st-jean-chrysostome.htm
Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), Prêtre à Antioche puis Évêque de Constantinople, Docteur de l'Église.
Homélies au peuple d’Antioche.

Sur la Croix, Jésus est Roi, homélie de St Jean Chrysostome

Seigneur, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne (Lc 23, 42). Le larron n'a pas osé faire cette Prière avant d'avoir déposé par son aveu le fardeau de ses péchés. Tu vois, chrétien, quelle est la puissance de la Confession!
Il a avoué ses péchés et le Paradis s'est ouvert.
Il a avoué ses péchés et il a eu assez d'assurance pour demander le Royaume après ses brigandages.

Songes-tu à tous les bienfaits que la Croix nous procure? Tu veux connaître le Royaume? Dis-moi: Que vois-tu donc ici qui y ressemble?
Tu as sous les yeux les clous et une croix, mais cette Croix même, disait Jésus, est bien le signe du Royaume.
Et moi, en le voyant sur la Croix, je le proclame Roi.
Ne revient-il pas à un roi de mourir pour ses sujets? Lui-même l'a dit: Le Bon Pasteur donne sa vie pour ses brebis (Jn 10, 11).
C'est également vrai pour un bon roi: lui aussi donne sa vie pour ses sujets. Je le proclamerai donc Roi à cause du don qu'il a fait de sa vie. Seigneur, souviens-toi de moi quand tu seras dans ton Royaume.

Comprends-tu maintenant comment la Croix est le signe du Royaume? Si tu le veux, voici encore une autre preuve.
Le Christ n'a pas laissé sa Croix sur la Terre, mais il l'a soulevée et emportée avec Lui dans le Ciel.
Nous le savons parce qu'il l'aura près de Lui quand il reviendra dans la Gloire. Tout cela pour t'apprendre combien est vénérable la Croix qu'il a appelée sa Gloire.

Lorsque le Fils de l'homme viendra, le soleil s'obscurcira et la lune perdra son éclat (Mt 24, 29). Il régnera alors une clarté si vive que même les étoiles les plus brillantes seront éclipsées. Les étoiles tomberont du Ciel. Alors paraîtra dans le Ciel le signe du Fils de l'homme (Mt 24, 29-30).

Tu vois quelle est la puissance du signe de la Croix ! Quand un roi entre dans une ville, les soldats prennent les étendards, les hissent sur leurs épaules et marchent devant lui pour annoncer son arrivée.
C'est ainsi que des légions d'Anges et d'Archanges précéderont Le Christ, lorsqu'Il descendra du Ciel.
Ils porteront sur leurs épaules ce signe annonciateur de la venue de notre Roi.

Source: Homélie de Saint Jean Chrysostome (+ 407) 
Homélie sur la Croix et le larron, 1,3-4, PG 49, 403-404. 

 

Autre commentaire de ce jour.
http://evangeli.net/evangile/jour/V_35
Abbé Antoni CAROL i Hostench (Sant Cugat del Vallès, Barcelona, Espagne).

Tout homme qui croit obtienne par Lui la Vie éternelle

Aujourd'hui, l'Évangile est une prophétie, c'est-à-dire un regard dans le miroir de la réalité qui nous introduit à sa Vérité au-delà de ce que nous rapportent les sens: la Croix, la Sainte Croix de Jésus-Christ, est le Trône du Sauveur. C'est pourquoi Jésus affirme: «Ainsi faut-il que Le Fils de l'Homme soit élevé» (Jn 3,14).

Nous savons bien que la Croix était le supplice le plus atroce et le plus honteux de l'époque. Exalter la Sainte Croix serait pur cynisme si le Crucifié ne s'y trouvait suspendu.
La Croix, sans Le Rédempteur, est cynique; avec Le Fils de l'Homme, elle est le nouvel arbre de la Sagesse.
Jésus-Christ «s'offrant librement à la Passion» de la Croix a ouvert le sens de notre destinée: monter avec Lui sur la Sainte Croix pour ouvrir les bras et le cœur au Don de Dieu, en un admirable échange.
Ici aussi il nous convient d'écouter la voix du Père Céleste: «Celui-ci est Mon Fils (…), qui a toute ma faveur» (Mc 1,11).
Nous trouver crucifiés avec Jésus et ressusciter avec Lui: voilà le sens de toutes choses!
L'Espérance est là, le sens est là, et l'éternité et la Vie!
Les Chrétiens ne sont pas fous quand, dans l'Annonce de la Pâque, ils chantent la louange du péché originel:
«Bienheureuse faute de l'homme, qui valut au monde en détresse le seul Sauveur», qui par sa douleur a donné sens à la douleur.

«Voici le bois de la Croix qui a porté le Salut du monde: venez, Adorons» (Liturgie du Vendredi Saint).
Si nous parvenons à dépasser le scandale et la folie du Christ crucifié, il ne nous reste plus qu'à l'Adorer et à lui rendre grâce pour son Don.
Et chercher avec décision la Sainte Croix dans notre vie, pour nous remplir de la certitude que, «par Lui, avec Lui et en Lui», le don de nous-mêmes sera, dans les mains du Père et par L'Esprit Saint, transformé en Vie éternelle:
«Versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés».

 

Prière

Dieu tout puissant qui avez souffert la mort à l'arbre patibulaire pour tous nos péchés, soyez avec moi.
Sainte-Croix de Jésus-Christ, ayez pitié de moi.
Sainte-Croix de Jésus-Christ soyez mon espoir.
Sainte-Croix de Jésus-Christ, repoussez de moi toute arme tranchante.
Sainte-Croix de Jésus-Christ, versez en moi tout bien.
Sainte-Croix de Jésus-Christ, détournez de moi tout mal.
Sainte-Croix de Jésus-Christ, faîtes que je parvienne au chemin du Salut.
Sainte- Croix de Jésus-Christ repoussez de moi toute atteinte de mort.
Sainte-Croix de Jésus Christ préservez moi des accidents corporels et temporels.
Que j'adore la Sainte Croix de Jésus-Christ a jamais.
Jésus de Nazareth crucifié, ayez pitié de moi.
Faites que l'esprit malin et nuisible fuie de moi dans tous les siècles des siècles, amen.

En l'honneur du Sang précieux de Notre Seigneur Jésus-Christ, en l'honneur de son incarnation, par où il peut nous conduire à la Vie éternelle, aussi vrai que Notre Seigneur Jésus-Christ est né le jour de Noël et qu'il a été Crucifié le Vendredi Saint.

Ceci est la « Prière d’invocation à la Sainte Croix de Jésus-Christ» trouvée en l'an 802 dans le tombeau de Jésus-Christ et envoyée par le Saint Pape Léon III (795-816) à l'Empereur Charlemagne quand il partit avec son armée pour combattre les ennemis de Saint Michel en France.

 

HYMNE : ÂPRE SURGEON

Apre surgeon
du jardin d'agonie,
arbre sans rameau
en qui tout porte fruit,
Croix de Jésus Christ,
tu plonges tes racines
dans le rocher
et le rocher devient
terre propice aux semailles.

Signe d'alliance
de l'Esprit et du sang,
pôle du monde,
axe du temps,
jalon d'un passage
et d'un dépassement.
Croix de Jésus Christ,
tu es le mémorial
de notre avenir.

Croix si haut dressée,
bras si large ouverts,
croix où s'est écrit
le commandement nouveau,
tu traces la voie
de Dieu dans l'homme.

Montrant le prix
de l'homme en Dieu,
Croix de Jésus Christ,
tu annules
la dette des anciens jours,
tu nous rends
débiteurs de l'Amour.

Sceau d'infamie
et sceau de gloire,
tu déclares le Seigneur
Serviteur.
Signature de Dieu
au bas de son histoire,
tu nous appelles
à vivre aujourd'hui
dans la mort d'un Autre
devenu nôtre,
Croix de Jésus Christ.

 

HYMNE : PAR LA CROIX QUI FIT MOURIR LE FILS DU PÈRE

Par la Croix qui fit mourir Le Fils du Père,
Sarment béni où la grappe est vendangée,
Jésus Christ, nous te bénissons.
Par la Croix qui met le feu sur notre terre,
Buisson ardent où l'amour est révélé,
Jésus Christ, nous te glorifions.
Par la Croix qui fut plantée sur le Calvaire,
Rameau vivant qui guérit de tout péché,
Dieu vainqueur, ton Église t'acclame.

Par le Sang dont fut marqué le bois des portes
Pour nous garder dans la nuit où Dieu passait,
Jésus Christ, nous te bénissons.
Par le Sang qui nous sauva dans notre Exode,
Lorsque les eaux sur l'enfer se refermaient,
Jésus Christ, nous te glorifions.
Par le Sang qui rend la vie aux sèves mortes
En détruisant le venin du fruit mauvais,
Dieu vainqueur, ton Église t'acclame.

Par la mort du Premier-Né sur la colline
Portant le bois et la flamme du bûcher,
Jésus Christ, nous te bénissons.
Par la mort du Bon Pasteur dans les épines,
Agneau pascal dont le cœur est transpercé,
Jésus Christ, nous te glorifions.
Par la mort du Bien-Aimé, hors de sa vigne,
Pour qu'il changeât l'homicide en héritier,
Dieu vainqueur, ton Église t'acclame.

 

HYMNE : PAR LA MORT DU PREMIER-NÉ SUR LA COLLINE

Par la mort du Premier-né sur la colline
Portant le bois et la flamme du bûcher,
Jésus Christ, nous te bénissons.
Par la mort du Bon Pasteur dans les épines,
Agneau pascal dont le cœur est transpercé,
Jésus Christ, nous te glorifions.
Par la mort du Bien-Aimé, hors de sa vigne,
Pour qu'il changeât l'homicide en héritier,
Dieu vainqueur, ton Église t'acclame.

Par le Bois qui a chanté le chant des noces
Du Dieu vivant épousant l'humanité,
Jésus Christ, nous te bénissons.
Par le Bois qui fait lever en pleine force
Le Fils de l'homme attirant le monde entier,
Jésus Christ, nous te glorifions.
Par le Bois où s'accomplit le sacerdoce
Du seul Grand Prêtre, immolé pour le péché,
Dieu vainqueur, ton Église t'acclame.

Arbre saint qui touche au ciel depuis la terre
Pour que le Dieu de Jacob soit exalté,
Jésus Christ, nous te bénissons.
Grand vaisseau qui nous arrache à la colère
En nous sauvant du déluge avec Noé,
Jésus Christ, nous te glorifions.
Tendre Bois qui adoucit tes eaux amères
Et fait jaillir la fontaine du Rocher,
Dieu vainqueur, ton Église t'acclame.

 

Oraison du matin (Office des Laudes).
Tu as voulu, Seigneur, que tous les hommes soient sauvés par la Croix de Ton Fils ; permets qu'ayant connu dès ici-bas ce mystère, nous goûtions au Ciel les bienfaits de la Rédemption.

 

Parole de Dieu : (He 2, 9b-10)… (Office des Laudes).
Nous voyons Jésus couronné de Gloire et d’honneur à cause de sa Passion et de sa mort. S’il a fait l’expérience de la mort, c’est, par grâce de Dieu, pour le Salut de tous.
En effet, puisque le Créateur et maître de tout voulait avoir une multitude de fils à conduire jusqu’à la Gloire, il était normal qu’il mène à sa perfection, par la souffrance, Celui qui est à l’origine du Salut de tous.

 

Parole de Dieu : (1 Co 1, 23-24)… (Office des Vêpres).
Nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les peuples païens. Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie est Puissance et Sagesse de Dieu.

Ajouter un commentaire