« C’est ainsi que mon Père du Ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère » (Mt 18, 21-35).

Évangile : « C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère » (Mt 18, 21-35)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 18,21-35.
En ce temps- là, Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? »
Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.
Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.
Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent).
Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette.
Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.”
Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette.
Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : “Rembourse ta dette !”
Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai.”
Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait.
Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.
Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : “Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié.
Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?”
Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait.
C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. »

Christcopie 1
Commentaire personnel.
N’avez-vous jamais été frappé par la différence du montant des dettes entre celle du serviteur et de son maître et entre celle du serviteur et de son compagnon ???
N’avez-vous jamais, non plus, été frappé par la place des personnages dans leur société ??? D’un côté le maître et de l’autre un serviteur et son compagnon…qui pourrait, même si cette parabole n’en parle pas explicitement, être aussi un des serviteurs du maître.
Le Maître c’est Notre Dieu…et le serviteur comme son compagnon, c’est nous…moi, mon Prochain quel qu’il soit, toute personne…vivant sur la Terre.


Cette dette colossale payée par le maître est celle payée par Jésus qui a donné Sa Vie…La Vie de Notre Dieu, en acceptant de renoncer pour un temps à Son Trône pour prendre condition d’Homme et s’offrir en Victime pure et sans tache…afin de permettre à notre âme d’avoir la possibilité, si elle le désire et si elle en a La Volonté…de pouvoir à nouveau hériter du Royaume de Dieu…perdu depuis la chute d’Adam et Eve.

Jésus est ce Roi qui paie pour nous une dette colossale, une dette infinie qui n’a aucune limite.
Mais, devant notre incapacité à rembourser cette dette, devant nos supplications...Jésus ; qui est Amour, Compassion et Miséricorde…remet notre dette Infinie !!!

Je me permets une interruption…pour rappeler la valeur de notre âme…Immortelle !!!
Extrait de ma Réflexion : Notre Dame de Fatima…homélie du Saint Curé d’Ars.


1/ Si nous avions le bonheur de connaître la valeur de notre âme, avec quel soin ne la conserverions-nous pas ? Hélas ! Nous ne le comprendrons jamais assez !

Vouloir, vous montrer la grandeur de la valeur d'une âme est impossible à un mortel…il n'y a que Dieu seul qui connaisse toutes les beautés, les perfections dont il orne une âme.

Je vous dirai seulement que tout ce que Dieu a créé : le ciel, la terre et tout ce qu'ils renferment, toutes ces merveilles sont créées en sa faveur…
Notre âme est si noble, ornée de tant de belles qualités, que le bon Dieu n'a voulu la confier qu'à un prince de sa cour céleste. Notre âme est si précieuse aux yeux de Dieu même, que, dans toute sa sagesse, il n'a point trouvé de nourriture qui fût digne d'elle que Son Corps adorable, dont il veut qu'elle fasse son pain de chaque jour…et pour sa boisson, il n'y avait que son Sang précieux qui fût digne de lui en servir…

 « O mon corps, s'écrie Saint Bernard, que vous êtes heureux de loger une âme ornée de tant de belles qualités ! Un Dieu, tout infini qu'il est, en fait l'objet de Ses complaisances ! »
Oui, notre âme est destinée à aller passer son éternité dans le sein de Dieu même.

Disons tout en un mot : notre âme est quelque chose de si grand, de si précieux, qu'il n'y a que Dieu seul qui la surpasse.
Un jour, le bon Dieu fit voir une âme à sainte Catherine. Elle la trouva si belle, qu'elle s'écria : « O mon Dieu, si la Foi ne m'apprenait pas qu'il n'y a qu'un Dieu, je croirais que c'est une divinité…non, mon Dieu, je ne m'étonne plus que vous soyez mort pour une si belle âme ! »


Oui, notre âme, pour l'avenir, sera éternelle, ainsi que Dieu Lui-même. Non, non, n'allons pas plus loin…l'on se perd dans cet abîme de grandeur.
D'après cela seul, je vous laisse à penser si nous devons nous étonner que Dieu, qui en connaît si bien le mérite, pleure si amèrement la perte d'une âme.
Je vous laisse à penser quel est le soin que nous en devons prendre pour lui conserver toutes ses beautés. 


En échange Il nous demande juste d’être éternellement reconnaissant à Son égard et d’être nous aussi plein d’Amour, de Miséricorde et de Compassion pour notre prochain…qu’elle qu’il soit…et pour ne pas nous égarer une nouvelle fois sur les chemins de La Perdition, Il nous donne un ensemble de Commandements d’Amour qu’Il nous demande de suivre dans une totale obéissance Amoureuse, afin de nous préserver de tout risques de blessures plus ou moins grave de notre âme…voir de sa « mort » éternelle.

Quel mérite y a-t-il à Aimer ceux qui nous aiment…tout le monde en fait autant.
Il nous demande d’Aimer comme Lui nous a Aimé, nous Aime et nous Aimera, même nos ennemis, même ceux qui nous font du mal (Il nous a montré le chemin en acceptant, Lui Notre Dieu, Lui l’innocent…la torture, la crucifixion et la mort…et en pardonnant à tous…car, ils ne savent pas ce qu’ils font !!!).

En effet que valent les dettes qu’ont ceux qui nous sont débiteurs ??? Quasiment rien…c’est presque toujours de l’argent, des biens matériels, des avantages, du pouvoir…toute chose qui n’a aucune valeur pour Dieu…et disparaîtra à notre mort.
Par contre notre âme, sauvée par Jésus, a une valeur Infinie…et en plus, est Immortelle.

Voilà la comparaison que nous propose L’Évangile de ce jour !!!
Nous pleurons vers Dieu pour que notre âme, qui a une valeur Infinie, aille au Ciel à notre mort, et que nous soyons pardonné de tous nos péchés…c’est normal pour nous…puisqu’Il est Miséricorde !!!

C’est oublier qu’Il est Justice aussi, et comme nous le montre L’Évangile de ce jour…ceux qui n’auront pas su être Miséricordieux pour des « peccadilles »…même si celles-ci nous paraissent énormes…si nos valeurs ne sont tournées que vers les « biens » de cette Terre que ce soit santé, argent, pouvoir, bonheur humain, etc…en oubliant que la seule chose qui a de la valeur…c’est de pouvoir hériter, à notre mort sur cette Terre…du Royaume de Dieu…où ceux qui y entreront et y résideront (une demeure personnelle conçue pour eux attend chacun de ceux-ci) vivront un Bonheur Eternel et Infini.


Matthieu 16 24-28 : « Quel avantage en effet un homme aura-t-il à gagner le monde entier (belles maisons, grands biens, gagner au loto, belles voitures, pouvoir, etc…), s’il le paie de sa vie ??? Et quelle somme pourra-t-il verser en échange de sa vie ???... ».

Est-ce si grave…si nous en sommes dépossédés ??? Surtout si grâce à cette perte…offerte en Offrande d’Amour à Dieu…nous héritons d’un Bonheur éternel et infini dans Le Royaume de Dieu…car, pour Dieu, aucune souffrance ne sera perdue !!!
Et même si vous avez tout perdu…Dieu prends soin de ceux qui L’Aiment…et vous apportera toujours le nécessaire…parfois de façon surprenante et inattendue…en se servant du Prochain (comme Il l’a fait en demandant aux apôtres…d’aller distribuer la nourriture à cette foule !!!).

Nous pleurons vers Dieu…puis nous allons trouver notre prochain pour nous jeter sur lui, car il nous a blessé, car il ne nous a pas encore remboursé une dette financière, car nous ne le supportons pas (on appelle cela…incompatibilité de caractères !!!), car nous le méprisons parce qu’il n’a pas notre couleur de peau, n’a pas notre intelligence, n’a pas notre beauté physique, parce qu’il ne vit pas dans le même milieu que nous (le pauvre vis-à-vis du riche…ou le riche vis-à-vis du pauvre), parce que c’est un voleur, un menteur, un truand (nous jugeons très rapidement, sans preuve…et surtout sans rien connaître…seul Dieu connaît les âmes), etc…

Nous refusons de remettre la dette de notre Prochain alors que cette dette n’a quasiment aucune valeur (toutes choses qui disparaissent à notre mort)…quand il y a effectivement dette …car bien souvent nous réclamons des remboursements…qui ne nous reviennent pas…car ils ne sont pas à nous (le mépris et la condamnation de ceux qui ne nous ont rien fait !!!).

Dieu peut-il ne pas condamner et très sévèrement celui à qui Il a remis par Son Sacrifice la dette de son âme…et qui de son côté…fait jeter en prison (ou torture moralement, physiquement, psychologiquement…voir par le mépris ou la calomnie) son prochain…qui lui doit…des pacotilles…qui n’ont aucune valeur…pour l’éternité !!!

Pourtant Dieu est plein de pitié pour celui qui, même s’il est encore incapable de se reconnaître pécheur…commence à se dire…qu’il n’aurait jamais dut quitter la maison du Père…et cherche à y revenir…même comme le plus rejeté de ses serviteurs.

(Parabole de L’enfant prodigue : Luc 15 11-32).
« Père, j’ai péché contre Le Ciel et contre Toi, je ne mérite plus d’être appelé ton fils, traite-moi comme l’un de tes serviteurs »…Mais Le Père l’aperçu alors qu’il était encore loin et fut pris de pitié. Il courut se jeter à son cou et l’embrasa tendrement et dit à ses serviteurs : « Vite, apportez la plus belle robe, et l’en revêtez, mettez-lui un anneau au doigt et des chaussures aux pieds. Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car Mon fils que voilà était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé… »

Soyons nous aussi plein de Miséricorde envers notre Prochain, quoiqu’il nous ait fait…en pensant à Dieu et à Son Sacrifice…pour sauver notre âme.
L’essentiel n’est-il pas après notre mort…où nous attend un Bonheur éternel…si nous avons La Volonté de suivre Le seul Chemin qui conduit au Royaume de Dieu…celui de L’Amour, de La Miséricorde et de La Compassion.
Dieu, en se Sacrifiant, nous remet une dette qui a une valeur Infini et incalculable…mais Il attend de nous que nous suivions Son exemple…en remettant les dettes de « Notre Prochain » …qui ne sont que des « peccadilles » devant celles que Dieu nous a remis !!!



Mais pour aller plus loin, j’aimerais que nous regardions ensemble les conséquences possibles de nos comportements…en se plaçant non pas du point de vue terrestre…mais après notre mort !!!

Peut-on souhaiter l’enfer pour quelqu’un qui nous fait du mal…que ce soit par ses paroles, par sa conduite qui nous blesse, par méchanceté, par déséquilibre psychologique ou moral, par vol, par son orgueil, par son égoïsme, par ses désirs corrompus, etc…
(Et combien de fois cela arrive à certains, parfois après d’horribles épreuves et souffrances… « Celui-là, je ne lui pardonnerais jamais »… « Celui-là, qu’il périsse en Enfer »… « Celui-là, qu’il soit maudit », etc…).

Nous le haïssons pour le mal qu’il nous a fait…ou qu’il a fait à d’autres (mais dont nous sommes au courant par les médias !!!).
Mais peut-on souhaiter sincèrement des souffrances infinis, horribles et éternelles dont l’atrocité dépasse des millions de fois les souffrances les plus horribles pouvant être vécues sur Terre et durent pour l’éternité…sans répits et sans fin !!!

Extrait de ma Réflexion n° 12 : Le Royaume de Dieu…sur L’Enfer.
Oh ! Vous ne pouvez imaginer ce qu’est l’enfer. Prenez tout ce qui tourment l’homme sur terre : le feu, les flammes, le gel, les eaux qui submergent, la faim, le sommeil, la soif, les blessures, les maladies, les plaies, la mort … Additionnez-les et multipliez ce total de millions de fois : Vous n’aurez qu’une pâle image de cette terrible vérité.

Un froid sidéral se mêlera à une chaleur insoutenable. Les damnés ont brûlés de tous les feux humains, mais n’auront eu qu’une vie spirituelle glacée pour leur Seigneur Dieu. C’est donc le gel qui les attend pour les congeler après que le fau les aura salés comme du poisson mis à rôtir sur une flamme. Le fait de passer de la chaleur brûlante qui fait fondre au froid glacé qui condense est un tourment de plus.


Le troisième tourment, ce sera l’obscurité. Une obscurité matérielle et spirituelle. Se trouver pour toujours dans les ténèbres après avoir vu La Lumière du Paradis, être étreint par la Ténèbre après avoir vu La Lumière qui est Dieu ! Se débattre dans l’horreur noire où seul s’illumine, au réverbère de l’esprit brûlant, le nom du péché qui leur a valu d’être plongés dans une telle horreur !  

Peut-on souhaiter cela même à son pire ennemi ???
D’autant que d’autres facteurs entrent en ligne de compte. Pour hériter du Royaume de Dieu, nous devons Aimer, Compatir et Pardonner (C’est la deuxième partie du 1er Commandement, après : Tu Aimeras Le Seigneur Ton Dieu, plus que tout)…et ce qui nous est demandé est infime par rapport à ce que Dieu a fait pour nous.


Si nous ne savons pas pardonner pour des choses sans valeur (Matthieu 16 24-28 : « Quel avantage en effet un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il le paie de sa vie ??? Et quelle somme pourra-t-il verser en échange de sa vie ???... ».), alors que la seule chose qui a vraiment de la valeur, c’est « Notre âme » à nous comme à notre Prochain…nous risquons de finir nous-mêmes en Enfer.

Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j'avais eu pitié de toi ? '
Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu'à ce qu'il ait tout remboursé.
C'est ainsi que mon Père du Ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur.

On ne peut haïr ou maudire…et espérer hériter du Royaume de Dieu où ne rentre qu’Amour et Miséricorde.
A notre souffrance sur Terre, d’avoir été blessé…viendra se rajouter une souffrance infiniment plus grande…et éternelle.


Mais si vous savez pardonner à celui qui vous a blessé (et pardonner non pas du bout des lèvres, mais du plus profond de votre cœur…à l’image de Jésus qui nous pardonne)…les souffrances que vous endurerez sur cette terre et qui ne durent que le temps de votre vie sur terre (et même si cela devait durer plus de 100 ans, ce n’est même pas un millionième de seconde par rapport à l’éternité !!!) ne sont rien à côté du Bonheur Infini et éternel qui vous attend dans Le Royaume de Dieu.

En fait celui qui vous aura fait du mal sur cette Terre…si vous savez lui Pardonner et L’Aimer …vous aura permis d’hériter d’un Bonheur Eternel !!!
Cela n’aura été qu’un léger mal (même s’il parait atroce et dure des années) qui vous aura permis de gagner un immense bien infini et éternel !!!

Quand à celui qui vous aura fait du mal…peut-être évitera-t-il l’Enfer grâce à votre Miséricorde…et expirera-t-il le mal qu’il aura fait dans Le Feu Purificateur du Purgatoire (qui peut se faire après notre mort…ou dès à présent sur cette Terre…en réparant le mal fait…par un Amour très grand)…avant d’entrer lui aussi dans Le Royaume de Dieu.

Ainsi vous aurez gagné Le Ciel pour vous…et vous aurez une Gloire supplémentaire au Ciel pour avoir permis, par votre Miséricorde, la Conversion d’un « fils prodigue » qui était perdu.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 13/07/2015