Transfiguration de Notre Seigneur Jésus-Christ. Fête le 06 Août.

Lundi 06 Août 2018 : Fête de la Transfiguration de Notre Seigneur Jésus-Christ.

La tranfiguration 11

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1633/Transfiguration-du-Seigneur.html

Transfiguration du Seigneur

(1er s.)

Au moment de commencer sa montée vers sa Passion, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean et les emmène sur une montagne, le mont Thabor selon la tradition.
Là, il est transfiguré devant eux et reçoit du Père ce témoignage: "Celui-ci est Mon Fils bien-aimé."
Au jardin des Oliviers, au soir de son arrestation, ce sont les mêmes, Pierre, Jacques et Jean, que Jésus prendra avec lui.
Ce n'est pas une coïncidence.
Ceux qui allaient le voir défiguré ("il n'avait plus figure humaine" avait annoncé le prophète Isaïe) ce sont eux qui devaient, auparavant, l'avoir vu transfiguré: le Jésus Fils de Dieu est le même que le Jésus crucifié.

La Fête de la Transfiguration est très ancienne dans l'Orient Chrétien. Elle fut très tôt fixée au 6 Août, en plein été.
Au Xe siècle, elle devint même, par décision de l'empereur, Fête chômée dans tout l'empire byzantin.
En Occident, après avoir été longtemps fête locale, elle fut constituée Fête universelle après la victoire qui stoppa l'avance turque en 1456.
La date liturgique de sa Célébration fut choisie d'après la pratique des Églises Orientales.

Avec le Baptême du Christ, c'est une Fête de Théophanie, c'est-à-dire de manifestation du Christ comme Fils de Dieu.
Elle est célébrée en ce jour par l'Église d'Occident et tous les Orientaux byzantins, syriens et coptes.
L'Église arménienne la reporte au Dimanche suivant.

Fête de la Transfiguration du Seigneur, qui célèbre le jour où, sur le mont Thabor, Le Christ Jésus, devant ses Apôtres Pierre, Jacques et Jean, manifesta sa gloire de Fils bien-aimé du Père, en présence de Moïse et d’Élie apportant le témoignage de la Loi et des Prophètes.
Martyrologe romain.

Transfiguration of jesus mosaic

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20160806&id=35&fd=1

La Transfiguration de Notre Seigneur Jésus-Christ
(Fête)

Quarante jours avant l’Éxaltation de la Croix, la Transfiguration du Seigneur rappelle comment Le Christ voulut « préparer le cœur de ses disciples à surmonter le scandale de la Croix », mais elle est aussi une annonce de la « merveilleuse adoption » qui fait de tous les croyants des fils de Dieu en Son Fils Jésus, et de la clarté dont resplendira un jour le corps entier de l’Église.
(Missel romain, messe de la Transfiguration, prière d’ouverture)

La Transfiguration est un épisode de la vie de Jésus-Christ relaté par les Évangiles. Il s'agit d'un changement d'apparence corporelle de Jésus pendant quelques instants de sa vie terrestre, pour révéler sa nature Divine aux trois disciples, qui devaient être témoins de Sa douloureuse agonie au jardin des Oliviers : Pierre, Jacques et Jean.

Les trois témoins gardèrent le secret, mais plus tard ce fait extraordinaire servit admirablement à tous les Apôtres pour prouver la Divinité du Sauveur ; il leur servit aussi pour supporter avec courage les épreuves de leur apostolat.
Le mot « transfiguration » procède en français de la traduction latine du mot grec metamorphosis (métamorphose).
Cet état physique, considéré comme miraculeux, est rapporté dans trois des quatre Évangiles :
Matthieu 17, 1-9 ; Marc 9, 2-9 ; Luc 9, 28-36 (Bible de la liturgie AELF).

Transfiguration 1

Pape Saint Jean-Paul II
Angélus (extraits)
Dimanche 6 Août 2000
Castel Gandolfo

Très chers frères et sœurs!
1. C'est aujourd'hui, 6 Août, la Fête de la Transfiguration de Notre Seigneur Jésus-Christ, Fête liturgique que les Chrétiens d'Orient et d'Occident célèbrent le même jour. [...]

Selon le récit évangélique d'aujourd'hui, Jésus « fut transfiguré » devant Pierre, Jacques et Jean: « son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière » (Mt 17, 2).
A travers le voile de l'humanité se révéla Le Fils de Dieu, « Lumière de la Lumière ». Et cela fut confirmé par une voix mystérieuse provenant de l'au-delà: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur, écoutez-le » (Mt 17, 5).
Nous nous trouvons face à une véritable épiphanie : la manifestation au monde du Fils de Dieu. [...]

3. La Fête de la Transfiguration rappelle à la mémoire mon bien-aimé prédécesseur, le Serviteur de Dieu Paul VI, décédé précisément le 6 Août 1978 qui tombait alors comme aujourd'hui, un Dimanche.

Il fut un prédicateur inspiré de la Transfiguration, dans laquelle il contemplait tout le mystère du Christ, vrai homme et vrai Dieu.
A l'homme contemporain, souvent tourmenté par mille appels trompeurs, Paul VI indique, avec un Amour passionné et une doctrine savante, Le Christ, « Maître, Pasteur, Lumière de l'âme ».
« Il est nécessaire - affirmait-il dans une homélie - et nous ne pouvons nous passer de Lui; il est notre richesse, notre joie et notre bonheur, notre promesse et notre espérance; notre chemin, notre vérité et notre vie » (Insegnamenti, III [1965], 1192).

Que la Vierge Marie, que Paul VI vénérait avec une affection filiale, aide tous les Chrétiens à être des témoins fidèles du Seigneur.
Qu'il soutienne en outre l'effort que les Chrétiens des diverses confessions accomplissent pour avancer avec courage sur le chemin de la pleine unité.

Au terme de l'Angélus, le Saint-Père s'est adressé aux pèlerins francophones :
En cette Fête de la Transfiguration, je souhaite aux personnes de langue française d'accueillir avec générosité la lumière de l'Évangile pour qu'elle éclaire toute leur existence et leur donne d'être au milieu de leurs frères des témoins ardents du Christ, « Lumière des peuples ». [...]

La Transfiguration est donc une Fête de la Gloire, une percée jusqu’au terme de l’histoire du Salut, qui est l’entrée plénière dans la Vie Divine Trinitaire.
Si Moïse et Élie sont « vus dans la Gloire » (Lc 9, 31), c’est en raison de l’expérience partielle qu’ils eurent de cette Gloire au Sinaï (cf. Ex 33, 18-23 ; 1 R 19, 9-14) ; la mention des tentes par Pierre - même s’il ne savait pas ce qu’il disait (Lc 9, 33) - est une allusion à la Tente de la Rencontre où Yahvé et Moïse conversaient face à face (Ex 33, 7-11).

La nuée évoque aussi la présence de Dieu à son Peuple dans l’Éxode (13, 21-22 ; 19, 9 ; 33, 9-10).
La voix du Père, qui dit la parole même en laquelle il engendre le Fils, manifeste que l’entrée dans la Gloire - celle du Fils (cf. Jn 17, 22-24) - n’est possible pour nous que si nous écoutons Jésus pour le suivre.
La Transfiguration est un appel à la Gloire et un rappel du chemin de souffrances qui y mène.

L’Église, en célébrant la Fête de la Transfiguration, demande au Père qu’il nous accorde « d’écouter la voix de Son Fils bien-aimé, afin de pouvoir un jour partager avec Lui son héritage ».

Mielno witraz przemienienie chrystusa 2Transfiguration du Seigneur Jésus. Vitrail de l’église de Mielno en Pologne. Photo de Tamba52

http://www.carmeldelaval.fr/La-Transfiguration-de-Jesus.html

LA TRANSFIGURATION DE NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST
(Fête)

Un avant-goût du Royaume : La Transfiguration

        À partir du jour où Pierre a confessé que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, le Maître " commença de montrer à ses disciples qu'il lui fallait s'en aller à Jérusalem, y souffrir (...) être mis à mort et, le troisième jour, ressusciter " (Mt 16, 21) : Pierre refuse cette annonce (cf. Mt 16, 22-23), les autres ne la comprennent pas davantage (cf. Mt 17, 23 ; Lc 9, 45). C'est dans ce contexte que se situe l'épisode mystérieux de la Transfiguration de Jésus (cf. Mt 17, 1-8 par. ; 2 P 1, 16-18), sur une haute montagne, devant trois témoins choisis par lui : Pierre, Jacques et Jean. Le visage et les vêtements de Jésus deviennent fulgurants de lumière, Moïse et Élie apparaissent, lui " parlant de son départ qu'il allait accomplir à Jérusalem " (Lc 9, 31). Une nuée les couvre et une voix du ciel dit : " Celui-ci est mon Fils, mon Élu ; écoutez-le " (Lc 9, 35).

        Pour un instant, Jésus montre sa gloire divine, confirmant ainsi la confession de Pierre. Il montre aussi que, pour " entrer dans sa gloire " (Lc 24, 26), il doit passer par la Croix à Jérusalem. Moïse et Élie avaient vu la gloire de Dieu sur la Montagne ; la Loi et les prophètes avaient annoncé les souffrances du Messie (cf. Lc 24, 27). La passion de Jésus est bien la volonté du Père : le Fils agit en Serviteur de Dieu (cf. Is 42, 1). La nuée indique la présence de l'Esprit Saint : " Toute la Trinité apparut : le Père dans la voix, le Fils dans l'homme, l'Esprit dans la nuée lumineuse " (S. Thomas d'A., s. th. 3, 45, 4, ad 2) :

Tu t'es transfiguré sur la montagne, et, autant qu'ils en étaient capables, tes disciples ont contemplé ta Gloire, Christ Dieu afin que lorsqu'ils Te verraient crucifié, ils comprennent que ta passion était volontaire et qu'ils annoncent au monde que Tu es vraiment le rayonnement du Père.
                                                          (Liturgie byzantine, Kontakion de la fête de la Transfiguration)

        Au seuil de la vie publique : le Baptême ; au seuil de la Pâque : la Transfiguration. Par le Baptême de Jésus " fut manifesté le mystère de notre première régénération " : notre Baptême ; la Transfiguration " est le sacrement de la seconde régénération " : notre propre résurrection (S. Thomas d'A., s. th. 3, 45, 4, ad 2). Dès maintenant nous participons à la Résurrection du Seigneur par l'Esprit Saint qui agit dans les sacrements du Corps du Christ. La Transfiguration nous donne un avant-goût de la glorieuse venue du Christ " qui transfigurera notre corps de misère pour le conformer à son corps de gloire " (Ph 3, 21). Mais elle nous rappelle aussi qu'" il nous faut passer par bien des tribulations pour entrer dans le Royaume de Dieu " (Ac 14, 22) :

Cela Pierre ne l'avait pas encore compris quand il désirait vivre avec le Christ sur la montagne (cf. Lc 9, 33). Il t'a réservé cela, Pierre, pour après la mort. Mais maintenant il dit lui-même : Descend pour peiner sur la terre, pour servir sur la terre, pour être méprisé, crucifié sur la terre. La Vie descend pour se faire tuer ; le Pain descend pour avoir faim ; la Voie descend, pour se fatiguer en chemin ; la Source descend, pour avoir soif ; et tu refuses de peiner ? (S. Augustin, serm. 78, 6 : PL 38, 492-493)          

Du Catéchisme de l'Église Catholique, § 554-556


Site officiel du Vatican - Copyright © Libreria Editrice Vaticana

 Transfiguration 11

http://missel.free.fr/Sanctoral/08/06.php

Deux leçons de la Transfiguration

Au jour de la Transfiguration, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean pour les conduire sur une montagne élevée et solitaire.
Il est délicat le travail qu'impose la Transfiguration du Seigneur, aussi le bon Maître prend soin de nous indiquer de quelle façon nous l'accomplirons.
Sa leçon tient en deux mots : 1° Sur une montagne élevée, 2° Solitaire.

1° Sur une montagne élevée. A propos de ces paroles, Saint Thomas d’Aquin écrit : « Jésus nous enseigne en cela qu'il est nécessaire à tous ceux qui désirent Contempler Dieu de ne pas s'attacher aux basses voluptés mais de s'élever sans cesse par l'Amour vers les biens Célestes. »
Pour se transfigurer il est requis de s'élever.
Tant qu'on reste incliné vers la terre, courbé lourdement sous le poids des passions, esclave des jouissances qu'elles réclament, on doit renoncer à tout embellissement de l'âme.
Pour arriver à ressembler à Dieu, il faut le contempler donc, il faut monter.

Or, on s'essouffle à gravir une montagne, on peine pour gagner un sommet. Au fait, toute transformation en mieux est conditionnée par un douloureux effort : le laboureur brise la terre afin qu'elle fructifie ; le savant travaille pour savoir plus et mieux.

L'âme consentira à ce qui lui coûte, afin d’éliminer les éléments de laideur qu'elle renferme, les ternissures qui la couvrent.
Elle se dégagera des créatures qui, presque toujours, sont un écran entre elle et la lumière ; le détachement est une recommandation essentielle de l'Évangile, détachement de tout, de tous, surtout de soi-même, car on ne tient aux choses et aux gens qu'à cause de soi-même ; dès lors qu'on ne se trouve plus en eux, par un avantage ou un autre, on ne s'y complaît plus, on les met de côté.

Haute et rude est la cime à atteindre, âpre la côte à monter. Il n'y a pourtant pas à hésiter ; c'est question de vie ou de mort.
Pour nous surtout, qui voulons non seulement nous transfigurer, mais entraîner les autres à le faire, la vie doit être une ascension incessante, quelque laborieuse qu'elle soit.

O Jésus, attirez-moi à vous, que votre Amour ne me laisse point à moi-même. Sans y mettre la témérité irréfléchie de Pierre, je vous dis du fond de mon âme : « Je vous suivrai partout où vous irez. (Évangile selon Saint Matthieu,VIII 19.) »

2° Solitaire. La montagne où Jésus conduit les trois apôtres privilégiés était à l'écart, enveloppée de silence, en une atmosphère favorable à la Contemplation, à la prière ardente.

Voila une seconde condition nécessaire à la transfiguration.
D'abord, une attentive fixation du modèle s'impose, l’idéal doit saisir les pensées, enflammer les sentiments donc, que l'on contemple longuement.
Puis, reproduire les traits divins déborde les possibilités humaines, il faut le secours d'en-haut : donc que l'on prie, et avec ferveur.

En un mot, c'est l'oraison vraie, l'oraison régulière quotidienne, l'esprit d'oraison, qui permettent l'ascension pénible, qui réalisent la transformation progressive.
Jamais une âme frivole ou évaporée, une âme qui vit dans l'étourdissement de l'extérieur, une âme vide de prière, ne pourra arriver à s'améliorer, à s'embellir comme elle le doit.

Aussi bien, l'oraison doit être un exercice auquel on tienne comme à la vie : « Priant en esprit en tout temps (Épître de Saint Paul aux Philippiens, VI 18.)», dit Saint Paul ; et Saint Cyprien :
« Il est bon de prier sans cesse pour ne pas s'éloigner du Royaume Céleste » ; c'est par l'oraison assidue, ajoute-t-il, qu'on se maintient constant dans son effort.

O Mon Dieu, accordez-moi « l'esprit de grâce et de prière », par quoi je me tiendrai constamment près de vous, « Je mets Le Seigneur constamment sous mes yeux.(Psaume XV 8.) »
Ainsi pourrai-je espérer, enveloppé de votre lumière, me transfigurer sous son influence et attirer la bienveillance de votre regard.

Icon transfiguration

http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsaout/aout06.html

Le 6 Août, nous Célébrons la mémoire de la Sainte TRANSFIGURATION de Notre Seigneur Dieu et Sauveur JÉSUS-CHRIST

Six jours après avoir déclaré à Ses disciples: « Il en est ici qui ne goûteront pas la mort avant d'avoir vu le Royaume de Dieu venu en puissance » (Mat. 16:28, Marc 9:l), Jésus prit avec lui Ses Disciples préférés: Pierre, Jacques et Jean; et les emmenant à l'écart, il monta sur une montagne élevée: le mont Thabor en Galilée, pour y prier.
Il convenait en effet que ceux qui allaient assister à Son agonie à Gethsémani et qui seraient les témoins privilégiés de Sa Passion, fussent préparés à cette épreuve par le spectacle de Sa Gloire.

Pierre, car il venait de confesser sa Foi en Sa divinité; Jacques, car il fut le premier à mourir pour Le Christ; et Jean qui témoigna de son expérience de la Gloire Divine en faisant retentir comme "fils de tonnerre", la théologie du Verbe venu dans la chair.

Il les fit monter sur la montagne, en signe de l'ascension spirituelle qui, de vertu en vertu, conduit à la charité, vertu suprême qui ouvre l'accès à la Contemplation de Dieu.
Cette ascension était en fait le résumé de toute la vie du Seigneur qui, revêtu de notre faiblesse, nous a frayé le Chemin vers Le Père, en nous enseignant que l'hésychia est la mère de la prière et que c'est la prière qui nous manifeste la Gloire de Dieu.

« Et comme Il priait, soudain, l'aspect de Son visage devint autre, Il Se transfigura et brilla comme le soleil, tandis que Ses vêtements devinrent resplendissants, d'un blanc fulgurant, tel qu'aucun foulon sur la terre ne peut blanchir » (Marc 9:3).
Le Verbe de Dieu incarné manifesta ainsi la splendeur naturelle de la Gloire Divine, qu'Il possédait en Lui-même et qu'Il avait gardée après Son Incarnation, mais qui restait cachée sous le voile de la chair.
Dès le moment de Sa conception dans le sein de la Vierge, en effet, la Divinité s'est unie sans confusion avec la nature de la chair, et la Gloire Divine est devenue, hypostatiquement, gloire du corps assumé.

Ce que Le Christ manifestait ainsi à Ses disciples au sommet de la montagne n'était donc pas un spectacle nouveau, mais la manifestation éclatante de la Divinisation en Lui de la nature humaine — y compris le corps — et de son union avec la splendeur Divine.

Alors que le visage de Moïse avait resplendi d'une gloire qui venait de l'extérieur après la révélation du mont Sinaï (cf. Ex. 34:29), le visage du Christ apparut au Thabor comme une source de lumière, source de la Vie Divine rendue accessible à l'homme, et qui se répandait aussi sur ses "vêtements", c'est-à-dire sur le monde extérieur et sur les produits de l'activité et de la civilisation humaines.

« Il est transfiguré, assure Saint Jean Damascène, non pas en assumant ce qu'Il n'était pas, mais en montrant à Ses disciples ce qu'Il était, leur ouvrant les yeux et, d'aveugles qu'ils étaient, les faisant voyants ».
Le Christ ouvrit les yeux de Ses disciples, et c'est d'un regard transfiguré par la puissance de L'Esprit-Saint que ces derniers virent la lumière Divine indissociablement unie à Son corps.

Ils furent donc eux-mêmes transfigurés, et c'est dans la prière qu'ils purent voir et connaître le changement advenu à notre nature du fait de son union avec le Verbe (St Grégoire Palamas).

"Tel est le soleil pour les choses sensibles, tel est Dieu pour les spirituelles" (St Grégoire le Théologien), c'est pourquoi les Évangélistes rapportent que le visage du Dieu-Homme, qui est la "lumière véritable qui éclaire tout homme venant en ce monde" (Jn 1:9), brillait comme le soleil.
Mais cette lumière était en fait incomparablement supérieure à toute lumière sensible et, incapables de supporter Son éclat inaccessible, les disciples tombèrent à terre.

Lumière immatérielle, incréée et intemporelle, elle était le Royaume de Dieu venu dans la puissance du Saint-Esprit, conformément à ce que Le Seigneur avait promis à Ses disciples.

Entrevue alors pour un instant, cette lumière deviendra l'héritage permanent des élus dans le Royaume, quand Le Christ viendra à nouveau, resplendissant dans tout l'éclat de Sa Gloire. Il reviendra dans la lumière, dans cette lumière qui a brillé au Thabor et qui a jailli du tombeau le jour de Sa Résurrection, et qui, se répandant sur l'âme et le corps des élus, les fera resplendir eux aussi "comme le soleil" (cf. Mat. 13:43).

« Dieu est lumière, et Sa vue est lumière ». De la même manière que les Disciples au sommet du Thabor, de nombreux Saints ont été témoins de cette révélation de Dieu dans la lumière.
Toutefois la lumière n'est pas pour eux seulement objet de Contemplation, mais elle est aussi la grâce déifiante qui leur permet de "voir" Dieu, de sorte que se vérifient les paroles du Psalmiste:
« Dans ta lumière, nous verrons la lumière » (Ps. 35:10).

Au sein de cette vision glorieuse, apparurent aux côtés du Seigneur Moïse et Élie, les deux sommets de l'Ancien Testament, représentant respectivement la Loi et les Prophètes, qui lui portaient témoignage en tant que maître des vivants et des morts.
Et ils s'entretenaient avec Lui, dans la lumière, de l'"Éxode qu'Il allait accomplir à Jérusalem", c'est-à-dire de Sa Passion, car c'est par la Passion et par la Croix que cette Gloire devait être donnée aux hommes.

Étant sortis d'eux-mêmes, ravis dans la Contemplation de la lumière Divine, les Apôtres étaient comme accablés de sommeil et, « ne sachant pas ce qu'il disait, Pierre dit à Jésus: "Maître, il est bon que nous soyons ici, et si tu veux nous ferons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie" ».
Détournant Son disciple de ce désir trop humain, qui consistait à se contenter de la jouissance terrestre de la lumière, Le Seigneur leur montra alors une "tente" meilleure et un Tabernacle de beaucoup supérieur pour abriter Sa Gloire.

Une nuée lumineuse vint les couvrir de Son ombre, et la voix du Père Se fit entendre au sein de cette nuée, portant témoignage au Sauveur:
« Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, en Qui Je Me suis complu; écoutez-Le. »

Cette nuée représentait la Grâce de L'Esprit d'adoption; et, comme lors de Son Baptême au Jourdain, la voix du Père rendait ainsi témoignage au Fils et manifestait que les trois Personnes de la Sainte Trinité, toujours unies, collaborent au Salut de l'homme.

La lumière de Dieu, qui avait d'abord permis aux Disciples de "voir" Le Christ, les fit accéder à un état supérieur à la vision et à la connaissance humaine quand elle brilla plus intensément.
Sortant de tout ce qui se voit ainsi que d'eux-mêmes, ils entrèrent alors dans la ténèbres supra-lumineuse, dans laquelle Dieu fait Sa retraite (cf. Ps. 17:12), et "fermant la porte de leurs sens", ils y reçurent la révélation du Mystère Trinitaire, qui transcende toute affirmation et toute négation.

Encore insuffisamment préparés à la révélation de tels mystères, car ils n'étaient pas encore passés par l'épreuve de la Croix, les disciples en furent fort effrayés.
Mais quand ils relevèrent la tête, ils virent Jésus, seul, ayant retrouvé Son aspect habituel, qui s'approcha d'eux et les rassura.
Puis, descendant de la montagne, Il leur recommanda de garder le silence sur ce qu'ils avaient vu, jusqu'à ce que Le Fils de l'Homme se relève d'entre les morts.

La Fête d'aujourd'hui est donc par excellence celle de la Divinisation de notre nature humaine et de la participation de notre corps corruptible aux biens éternels, qui sont au-dessus de la nature.
Avant même d'accomplir notre Salut par sa Passion, le Sauveur montra alors que le but de Sa venue dans le monde était précisément de conduire tout homme à la Contemplation de Sa Gloire Divine.
C'est pour cette raison que la Fête de la Transfiguration a connu une faveur particulière parmi les Moines, qui ont Consacré toute leur vie à la quête de cette lumière.

Transfiguration03

Afin d’approfondir ce passage de L’Évangile où Jésus est transfiguré devant les 3 apôtres Pierre, Jacques et Jean, conversant avec Moïse et Elie, j’aimerais mettre ce passage tel que le décrit Maria Valtorta au-travers des Révélations qu’elle a reçues, avec tout son préambule avant la montée au Mont Thabor.
Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta (tome 5, chapitre 37 de L’Évangile tel qu’il m’a été révélé…).
La Transfiguration et l'épileptique guéri

 Transf10

Commentaires personnels.
En complément, vous pouvez aller voir ma Réflexion personnelle n° 67 (sois dans le menu déroulant, soit sur le lien suivant : Fête de la Transfiguration.

En voici un extrait (pris dans la 2ème partie de cette Réflexion personnelle) :
Dieu ne fait jamais rien d’inutile. Toutes les actions qu’il entreprend ont un but bien précis pour nous conduire, au milieu des épreuves qui surgissent tout au long de notre vie, sur le chemin de Son Amour…un chemin qui conduit à La Croix, car c’est au pied de La Croix que se révèle L’Amour infini de Dieu pour nous et que se révèle aux yeux de Dieu, notre Amour pour Lui.
L’Amour est un chemin de souffrance (en effet comment ne pourrait-on pas souffrir en voyant tous les drames que vivent certains de ceux qui nous sont chers.
Si nous n’avons ni Compassion, ni Miséricorde pour nos frères qui souffrent, c’est que nous n’avons pas d’Amour pour eux !!!).

Mais ce chemin de L’Amour nous conduit après le passage aux pieds de La Croix, au Bonheur éternel dans Le Royaume de Dieu.
Matthieu 11 28-30.
Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi, je vous soulagerais. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes.
Oui mon joug est aisé et mon fardeau léger.

Matthieu 10 39.
Jésus dit : Qui ne prend pas sa croix et ne suit pas derrière Moi, n’est pas digne de Moi. Qui aura trouvé sa vie la perdra et qui aura perdu sa vie à cause de Moi, la trouvera.

Pour rappel : Le joug est la pièce de bois en forme de croix qui relie deux bœufs ensemble pour tirer la charrue et creuser les sillons dans les champs.
Ainsi lorsque l’on se charge du joug de Jésus (donc de Sa Croix) pour soulager sa souffrance extrême du supplicié et torturé qui va à la mort chargé de tous nos péchés (comme l’a fait Simon de Syrène)…c’est, en fait, Jésus qui nous soutient pour porter cette Croix…voilà pourquoi, Il peut dire…mon joug est aisé et mon fardeau léger.

Jésus sachant que l’épreuve de La Croix est une épreuve terrible nous fortifie d’abord, dans notre Foi, en se montrant à nous avec Sa chair Glorifiée.
Jésus est à la fois 100% Dieu et 100% Homme, et Il montre à ceux qui seront témoin de Sa Passion et de Sa Mort…qu’ils n’ont pas à craindre et à douter dans leur Foi.

Il nous montre aussi (comme je l’ai déjà fait remarquer dans ma Réflexion sur La Fête de L’Ascension) quel sera le Chemin que nous prendrons à sa suite, après notre propre mort.
En effet, si la chair (qui est sa partie humaine et non pas sa partie divine) de Jésus nous est montré glorieuse, il en sera de même pour nous, après Le Jugement dernier, lorsque chacun retrouvera son corps.

Par L’Ascension, Jésus nous montre le chemin que prendra notre âme et notre esprit pour rejoindre (si nous avons choisi Dieu pour notre Roi éternel) la demeure que Jésus nous a préparé dans Le Royaume de Son Père
Jean 14 1-4.
« Que votre cœur cesse de se troubler ! Croyez en Dieu, croyez aussi en Moi. Dans la maison de Mon Père, il y a de nombreuses demeures, sinon Je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et quand Je serai allé et que Je vous aurai préparé une place, à nouveau Je viendrais et Je vous prendrai près de Moi, afin que, Là où Je suis, vous aussi, vous soyez. Et du lieu où Je vais, vous savez Le Chemin ».

Par La Transfiguration, Jésus nous montre comment notre corps deviendra (à l’image de celui de Moïse et d’Élie) après Le Jugement dernier, si nous avons choisi Dieu pour notre Roi éternel).
Aujourd'hui, en cette Fête de La Transfiguration, se manifeste ce que des yeux de chair ne peuvent pas voir : un corps terrestre rayonnant de splendeur divine, un corps mortel débordant de la Gloire de la Divinité...
Les choses humaines deviennent celles de Dieu, et les divines celles de l'homme.

Les trois témoins (Pierre, Jean et Jacques) gardèrent le secret, mais plus tard ce fait extraordinaire servit admirablement à tous les Apôtres pour prouver la Divinité du Sauveur ; il leur servit aussi pour supporter avec courage les épreuves de leur apostolat.

Ce mystère confirme plusieurs articles de notre Foi. La Trinité nous apparaît dans les trois personnes Divines qui interviennent : Le Père, qui rend témoignage à Son Fils ; Le Fils, qui montre sa Gloire ; Le Saint-Esprit, qui couvre tout ce tableau sous la forme d'une nuée resplendissante.
L'Incarnation brille avec éclat dans la Transfiguration, puisque Jésus nous apparaît en même temps comme Homme et comme Dieu, vrai Fils de Dieu :
« Celui-ci est Mon Fils bien-aimé. »

Enfin nous y voyons une image de la Résurrection du Sauveur et de la résurrection de tous les justes à la Vie Glorieuse ; et c'est ce qui fait dire à l'Église cette belle prière :
« Ô Dieu, qui, dans la glorieuse Transfiguration de Jésus Votre Fils unique, avez confirmé les mystères de notre Foi et avez marqué l'adoption parfaite de vos enfants par la voix Céleste qui est partie de la nuée, rendez-nous cohéritiers de ce Roi de Gloire, et donnez-nous part aux splendeurs de son Règne. »

Pb040003 copie

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 05/08/2018