Dédicace de la Basilique du Latran. Fête le 09 Novembre.

Jeudi 09 Novembre 2017 : Fête de la Dédicace de la Basilique du Latran.
Cette Fête mérite de notre part un respect tout spécial : après la Fête de l'Église du Ciel et de l'Église du Purgatoire, c'est, en quelque sorte, la Fête de l'Église de la Terre.

Godong it397158c 2Messe pontificale dans la Basilique Saint-Jean-de-Latran

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/174/Dedicace-de-la-Basilique-du-Latran.html

Dédicace de la Basilique du Latran

Basilique saint Jean de Latran, à Rome

Église Cathédrale de l'Évêque de Rome, elle est à ce titre, "mère et tête de toutes les églises" du monde Chrétien.
Elle fut édifiée par l'empereur Constantin, vers 324, peu après la fin des grandes persécutions, à côté du palais des "Laterani" une grande famille romaine. Cinq Conciles y tinrent leurs assises.
A découvrir: la Basilique saint Jean de Latran, en 3D sur le site du Vatican.

Fête de la dédicace de la Basilique du Latran, construite en l’honneur du Christ Sauveur par l’empereur Constantin, comme siège de l’Évêque de Rome.
La Célébration de son anniversaire est, dans toute l’Église latine, un signe de dilection(*) et d’unité avec le siège de Pierre.
(*) La dilection est un terme de dévotion qui signifie: tendresse, amour, charité.
Martyrologe romain.

Facade san giovanni in laterano 2006 09 07 11Statues au sommet de la façade. Le Christ entouré par Saint Jean-Baptiste, Saint Jean l'Évangéliste et des Docteurs de l'Église.
Façade principale de la basilique Saint-Jean-de-Latran (Rome) par Alessandro Galilei, 1735.
Téléversé par Jastrow

FÊTE DE LA DEDICACE DE LA BASILIQUE DU LATRAN

La Basilique du Latran est la Cathédrale du Pape, en tant qu’il est Évêque de Rome.
Elle a été érigée par l’empereur Constantin vers 324, en ces quelques années d’euphorie que connut l’Église au sortir de la grande persécution.
C’est alors que l’ont vit surgir dans toutes les villes des églises vers lesquelles convergeaient les foules joyeuses pour en faire la Dédicace.

La Basilique du Latran a vu se dérouler, depuis près de XVII siècles bien des évènements. Il convient d’évoquer, avant tout, ces nuits pascales des IV et Vème siècles, où les Romains vinrent par milliers s’agréger au Corps du Christ, en recevant le Baptême et la Confirmation dans le Baptistère et en Célébrant dans la Basilique, l’Eucharistie pascale.

Aujourd’hui, le Pape Concélèbre au Latran la Messe du soir du Jeudi Saint, au cours de laquelle il renouvelle les gestes du Christ lavant les pieds de ses disciples.
Le successeur de Pierre (Le Pape François, actuellement) est à la fois Évêque de Rome et chef de l’Église Catholique. Les deux Ministères sont inséparables.

C’est pourquoi, toutes les Églises de rite Romain répandues à travers le monde ont à cœur de Célébrer le Mystère de l’unique Église du Christ en la Fête de la Dédicace de la Cathédrale de Rome.

Jpg roma san giovanni de latra

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171109&id=167&fd=1

Dédicace de la Basilique du Latran

L'usage d'avoir des lieux spécialement destinés à la Prière et au Culte remonte à l'origine du monde.
Toutefois, le premier Temple consacré au vrai Dieu ne fut bâti que vers l'an 1000 av. JC, à Jérusalem, par le roi Salomon.
Sa construction dura sept ans et demi. La cérémonie de la Dédicace dura huit jours, et les Juifs en renouvelèrent chaque année la mémoire.
Aux premiers siècles du Christianisme, l'Église persécutée ne put bâtir de temples et dut Célébrer les Divins Mystères dans des maisons particulières ou dans les catacombes, sur les tombeaux des martyrs.

Le Christ et sa Croix rendirent Constantin victorieux de son rival Maxence. Ne marchandant pas sa reconnaissance, le grand empereur mit fin aux persécutions sanglantes, donna la liberté à l'Église et promulgua une loi par laquelle il permettait aux Chrétiens de bâtir des églises dans tout son empire.

Donnant lui-même l'exemple, Constantin fit construire un Baptistère en 334, à l'endroit où le Pape St Sylvestre l'avait Baptisé.
Il fit aussi édifier les somptueuses Basiliques de Ste Croix de Jérusalem, réplique de celle du St Sépulcre, et la Basilique St Pierre qu'il érigea sur le tombeau du prince des apôtres.

Le pieux empereur fit également bâtir sur l'emplacement du palais des Laterani, pour servir d'église Patriarcale et Pontificale, la Basilique du Saint-Sauveur, appelé aussi St-Jean de Latran.
Le Pape St Sylvestre fit, en 324, la Dédicace de l'église du Saint-Sauveur, aujourd'hui Saint-Jean-de-Latran, à Rome.

En France, l'usage s'est généralisé de Célébrer, l'anniversaire de la Dédicace de toutes les églises.
Cette Fête mérite de notre part un respect tout spécial : après la Fête de l'Église du Ciel et de l'Église du Purgatoire, c'est, en quelque sorte, la Fête de l'Église de la Terre.
L'office de ce jour nous montre dans nos temples, d'après la Sainte Écriture, la maison de la Prière, la maison de Dieu, un lieu saint, une image de la Céleste Jérusalem, la porte du Ciel.

La Célébration de la Dédicace d’une église est peut-être la plus complète et la plus significative des cérémonies liturgiques.
En vouant un édifice aux rencontres sacrées de l’Alliance, elle chante, dans l’exultation, tout le mystère des noces qui, nous unissant au Christ, dans L’Esprit, nous permettent de dire « Père ! » avec Le Fils.
Une telle Célébration demande que la quasi-totalité de la communauté ecclésiale intéressée soit rassemblée autour de l’Évêque, de ses Prêtres et de ses diacres.

On vient en procession jusqu’à l’édifice que l’on doit Consacrer ; les portes en sont ouvertes solennellement.
L’Évêque Bénit l’eau destinée à l’aspersion du peuple présent, des murs intérieurs et de l’autel de l’église : c’est comme un Baptême.

Après le Gloria et la Collecte, l’Évêque prend un lectionnaire, le montre au peuple en disant : « Que toujours résonne en cette demeure la Parole de Dieu ; qu’elle vous révèle le Mystère du Christ et opère votre Salut dans l’Église ».

Noter cette manière de souligner que le Salut est l’Œuvre de Dieu et de sa Parole. Après le Credo, les litanies des Saints tiennent lieu de Prière universelle : l’Église de la Terre se joint à l’Église du Ciel.
Des reliques de martyrs et d’autres saints sont alors scellées dans l’autel, en signe de l’unité du Corps mystique dans Le Christ.

Suit la grande Prière de Dédicace, admirable condensé de tout le Mystère de l’Église et de la liturgie.
Comme pour une Confirmation, vient le rite de l’onction des cinq croix de l’autel ainsi que de toute la table d’autel, puis des douze (ou quatre tout au moins) croix de Consécration de l’Église ; cette onction se fait avec le saint Chrême.

On fait alors flamber de l’encens sur l’autel, en signe de la Prière qui devra continuer à monter vers Dieu dans cette église, la remplissant de la bonne odeur du Christ (2 Co, 2, 14-16) ; l’on encense l’assemblée, temple vivant dont l’autre est le signe.
Des nappes sont mises sur l’autel, manifestant qu’il est la table du Sacrifice Eucharistique ; on allume des cierges, auprès de l’autel ou sur l’autel, et devant chacune des croix de Consécration, puis toutes les lampes possibles, en symbole du Christ qui est la Lumière du monde (Jn 8, 12 ; 9, 5).

Le Sacrifice Eucharistique est finalement le rite essentiel de la Dédicace. Après la Communion, l’Évêque inaugure solennellement la réserve Eucharistique : rendu présent par le Sacrifice de la Messe, Le Christ va désormais demeurer parmi les siens.

Il fallait détailler quelque peu ces rites de la Dédicace, car ils constituent un groupement unique de tous les symboles et actes principaux de la Liturgie.
Ce que les Sacrements de l’initiation réalisent pour une personne, la Dédicace l’opère pour ce signe visible du rassemblement des fils de Dieu dans la maison du Père, qu’est une église Consacrée.

Le jour choisi pour l’anniversaire de la Dédicace d’une église a rang de Solennité pour cette église.
L’anniversaire de la Dédicace de l’église Cathédrale est Célébré comme Fête dans tout le diocèse (voir Propre).

L’Église tout entière s’unit, le 9 Novembre, à la Joie des fidèles de Rome qui, autour du Pape, leur Évêque, rendent grâces pour la Dédicace de la Basilique du Latran, « Mère et Maîtresse de toutes les églises » en tant que Cathédrale de l’Évêque de Rome ; cette Célébration a, hors de Rome, le rang de Fête.
Sources principales : viechretienne.catholique.org ; liturgiecatholique.fr (« Rév. x gpm»).

Baldaquin jean latranhttp://missel.free.fr/Sanctoral/11/09.php.
Sermon (Lanspergius le Chartreux)
La Dédicace que nous commémorons aujourd'hui concerne, en réalité, trois maisons.

La première, à savoir le sanctuaire matériel, est établie soit dans une maison réservée jadis à des usages profanes et convertie en église soit dans une construction neuve destinée au Culte Divin et à la dispensation des biens nécessaires à notre Salut (...).
Il faut certes prier en tout lieu et il n'y a vraiment aucun lieu où l'on ne puisse prier. C'est une chose pourtant très convenable que d'avoir Consacré à Dieu un lieu particulier où nous tous, chrétiens qui formons cette communauté puissions nous réunir, louer et prier Dieu ensemble, et obtenir ainsi plus facilement ce que nous demandons, grâce à cette Prière commune, selon la parole : « Si deux ou trois d’entre vous sur la Terre se mettent d'accord pour demander quelque chose, ils l'obtiendront de Mon Père.1 »

(...) La deuxième maison de Dieu, c'est le peuple, la sainte communauté qui trouve son unité dans cette église, c'est-à-dire vous qui êtes guidés, instruits et nourris par un seul pasteur ou Évêque.
C'est la demeure spirituelle de Dieu dont notre église, cette maison de Dieu matérielle, est le signe.
Le Christ s'est construit ce temple spirituel pour Lui-même, il l’a unifié et l’a Consacré en adoptant toute les âmes qu’il fallait sauver et en les sanctifiant.
Cette demeure est formée des élus de Dieu passés, présents et futurs, rassemblés par l'unité de la Foi et de la Charité, en cette Église une, fille de l’Église universelle, et qui ne fait d'ailleurs qu'un avec l’Église universelle.
Considérée à part des autres Églises particulières, elle n'est qu'une partie de l’Église, comme le sont toutes les autres Églises.
Ces Églises forment cependant toutes ensemble l'unique Église universelle, mère de toutes les Églises.
Si donc on la compare avec l'Église tout entière, cette Église-ci, notre communauté, est une partie ou une fille de toute l'Église et, en tant que sa fille, elle lui est soumise, puisqu'elle est sanctifiée et conduite par le même Esprit.

En Célébrant la Dédicace de notre église, nous ne faisons rien d'autre que de nous souvenir, au milieu des actions de grâce, des hymnes et des louanges, de la Bonté que Dieu a manifestée en appelant ce petit peuple à le connaître.
Nous nous rappelons qu'il nous a aussi accordé la grâce non seulement de croire en Lui, mais encore de l’Aimer, Lui, Dieu, de devenir son peuple, de garder ses Commandements, de travailler et de souffrir par Amour pour Lui.

(...) La troisième maison de Dieu est toute âme sainte vouée à Dieu, Consacrée à Lui par le Baptême, devenue le Temple de L'Esprit Saint et la Demeure de Dieu. (...)
Lorsque tu Célèbres la Dédicace de cette troisième maison, tu te souviens simplement de la faveur que tu as reçue de Dieu quand il t’a choisi pour venir habiter en toi par sa Grâce.
Lanspergius le Chartreux.2

Arton1450 a4f3c 2

Sermon (St Augustin)
La Solennité qui nous réunit est la Dédicace d'une maison de Prière. La maison de nos Prières, nous y sommes ; la maison de Dieu, c'est nous-mêmes.
Si la maison de Dieu, c'est nous-mêmes, nous sommes construits en ce monde, pour être Consacrés à la fin du monde. L'édifice, ou plutôt sa construction, se fait dans la peine ; la Dédicace se fait dans la Joie.
Ce qui se passait, quand s'élevait cet édifice, c'est ce qui se passe maintenant quand se réunissent ceux qui croient au Christ.
Lorsque l'on croit, c'est comme lorsque l'on coupe du bois dans la forêt et que l'on taille des pierres dans la montagne ; lorsque les croyants sont catéchisés, baptisés, formés, c'est comme s'ils étaient sciés, ajustés, rabotés par le travail des charpentiers et des bâtisseurs.
Cependant, on ne fait la maison de Dieu que lorsque la Charité vient tout assembler. Si ce bois et cette pierre n'étaient pas réunis selon un certain plan, s'ils ne s'entrelaçaient pas de façon pacifique, s'ils ne s'aimaient pas, en quelque sorte, par cet assemblage, personne ne pourrait entrer ici.
Enfin, quand tu vois dans un édifice les pierres et le bois bien assemblés, tu entres sans crainte, tu ne redoutes pas qu'il s'écroule.
Le Christ Seigneur, parce qu'il voulait entrer et habiter en nous, disait, comme pour former son édifice : « Je vous donne un Commandement nouveau, c'est que vous vous Aimiez les uns les autres.3
C'est un Commandement, dit-il, que je vous donne. » Vous étiez vieux, vous n'étiez pas une maison pour Moi, vous étiez gisants, écroulés. Donc, pour sortir de votre ancien état, de votre ruine, Aimez-vous les uns les autres.
Que votre Charité considère encore ceci : cette maison est édifiée, comme il a été prédit et promis, dans le monde entier.
En effet, quand on construisait la maison de Dieu après la captivité, on disait dans un psaume : « Chantez au Seigneur un chant nouveau ; chantez au Seigneur terre entière.4 »
On disait alors : « un chant nouveau » ; le Seigneur a dit : « un Commandement nouveau. » Qu'est-ce qui caractérise un chant nouveau, sinon un Amour nouveau ? Chanter est le fait de celui qui Aime. Ce qui permet de chanter c'est la ferveur d'un saint Amour.
Ce que nous voyons réalisé ici physiquement avec les murs doit se réaliser spirituellement avec les âmes ; ce que nous regardons ici accompli avec des pierres et du bois, doit s'accomplir dans vos corps, avec la Grâce de Dieu.
Rendons grâce avant tout au Seigneur Notre Dieu : les dons les meilleurs, les présents merveilleux viennent de Lui.
Célébrons sa Bonté de tout l'élan de notre cœur. Pour que soit construite cette maison de Prière, il a éclairé les âmes de ses fidèles, il a éveillé leur ardeur, il leur a procuré de l'aide ; à ceux qui n'étaient pas encore décidés, il a inspiré la décision ; il a secondé les efforts de bonne volonté pour les faire aboutir.
Et ainsi Dieu, « qui produit, chez les siens, la volonté et l'achèvement parce qu'il veut notre bien », c'est lui qui a commencé tout cela, et c'est lui qui l'a achevé.

Saint Augustin.
(Sermon pour une Dédicace).

Basilique du latran 45 3

http://nouvl.evangelisation.free.fr/basilique_du_latran.htm.

Basilique du Latran

Cette Basilique est la Cathédrale du Pape.

En ce 9 novembre, nous Célébrons une Fête à la fois très importante et très méconnue : la Dédicace de la Basilique Saint Jean de Latran.
Nous allons essayer d’expliquer de quoi il s’agit et pourquoi cette Fête “remplace” la Liturgie dominicale normale.

Le “Latran” doit son nom à la famille des Laterani, qui avait sa propriété dans la zone sud-est de Rome ; devenue propriété de l’empereur Constantin au IVe siècle, elle fut donnée aux Papes (qui y résidèrent en effet pendant dix siècles, jusqu’à la “papauté en Avignon”).
Une première Basilique y fut alors construite, plusieurs fois reconstruite, qui s’appela “Archibasilique du Saint Sauveur”, puis dédiée aussi à Saint Jean-Baptiste, le Précurseur et Cousin de Jésus-Christ.

Cette Basilique fut donc la Cathédrale du Pape, Évêque de Rome. Dès son élection le Pape “prend possession” de cette Basilique, où il Célèbre ensuite chaque année traditionnellement la Messe du Jeudi Saint, au cours de laquelle il lave les pieds à douze personnes, soit Prêtres, soit laïcs, comme le fit Jésus au cours de la Dernière Cène.

Signalons aussi que, au-dessus de l’autel est conservée la Table de la Dernière Cène, cette Table-même où Jésus institua l’Eucharistie.
Siège de l’Évêque de Rome, la Basilique de Saint Jean de Latran est donc en même temps la “Mère et Maîtresse de toutes les Églises”.

Faire la “Dédicace” d’une église nouvelle est une Cérémonie grandiose : l’Évêque y vient Consacrer cette construction pour en faire la maison de Dieu, le Lieu où seront ensuite célébrés les Sacrements, où les Chrétiens recevront le Baptême, où se réunira la famille de Jésus-Christ ou “Ecclesia” (“Assemblée”) des appelés ; ils convergent là pour prier ensemble, pour y louer Dieu, pour y recevoir la Grâce des Sacrements et un Enseignement sacré, en un mot c’est le Lieu où chacun se sent “chez soi”, pour y rencontrer Dieu.

Jpg giotto christ purging the temple 1304 1306 fresco capella degli scrovegni padua italy

Après être rentré triomphalement sur un ânon dans Jérusalem, peu avant sa Passion, Jésus intervient dans le Temple de Jérusalem pour en faire retirer tout ce qui s’y vendait : les fidèles devaient bien se procurer ce qui était nécessaire aux sacrifices à offrir dans le Temple, mais peu à peu ce commerce s’était introduit à l’intérieur de la Maison Sainte, avec tout ce que cela pouvait comporter de conversations, marchandages, cris et disputes, et d’insanités malodorantes.
Imaginons la Foire-Expo de bestiaux à Versailles s’installer dans une de nos Cathédrales !

Mais aux Juifs, Jésus précise que le vrai Temple de Dieu, c’est d’abord Lui-même, qui est venu pour se faire Agneau et être offert en Sacrifice parfait.
A la suite de ce Temple divino-humain, nous sommes tous appelés à être d’authentiques Temples, ce que Saint Pierre appelle dans son épître des “pierres vivantes” (1P 2:4-5), formant l’unique Temple sacré, l’Eglise éternelle.
Quoiqu’on ait osé parfois opposer s. Paul à s. Pierre, l’Épître aux Corinthiens d’aujourd’hui ne dit pas autre chose : “N’oubliez pas que vous êtes le Temple de Dieu et que L’Esprit de Dieu habite en vous”.

Une telle “construction” sainte ne doit donc pas être profanée par n’importe quel “marché à bestiaux”, par n’importe quelle conversation, n’importe quelle conduite.

Là où Dieu habite, là s’installe la Paix. “Paix aux hommes de bonne volonté” (Lc 2:14), chantèrent les Anges à la naissance de Jésus.
Toute personne qui cherche Dieu en vérité et Le reçoit pleinement, trouve en lui la Paix et la répand autour de lui.

Toutes les guerres viennent d’abord du fait que les hommes sont eux-mêmes en conflit avec Dieu à l’intérieur d’eux-mêmes.
Chantons donc le psaume 45 de ce jour en cherchant vraiment à garder en nous la Paix de Dieu.

Il sera beaucoup trop long de commenter le texte d’Ezéchiel que nous avons ici en première lecture.
Globalement, la vision de ce Prophète veut nous dire qu’en ce Temple Divin, se trouve la source de la Vie, l’Eau purifiante et régénératrice, l’abondant Poisson et la flore qui donne du fruit chaque mois de l’année, comme symbole du Christ Eucharistique.

La Fête de la Dédicace, c’est donc tout cela : Dieu parmi nous, Emmanuel, Celui qui s’est révélé à nous comme “la Voie, la Vérité et la Vie”.
Que cette Fête soit une action de grâce pour cette Annonciation quotidienne, pour cette présence Divine parmi nous.
Mais qu’elle soit surtout l’occasion d’une réponse de notre part, d’une Sanctification quotidienne, ce que veut dire la Prière du jour : “Que le peuple ne cesse pas de progresser pour l’édification de la Jérusalem Céleste” ou bien celle après la Communion : “Accorde-nous d’être le Temple de ta Grâce”.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 09/11/2017