Notre-Dame du Rosaire. Fête le 07 Octobre.

Samedi 07 Octobre 2017 : Fête de Notre-Dame du Rosaire.
Mémoire obligatoire le 07 Octobre dans le calendrier de l'Église universelle.
L’Église Célèbre sa Fête dans le calendrier propre à Malte ; Mémoire obligatoire le 08 Octobre en Finlande.

Rosaire 1

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1975/Notre-Dame-du-Rosaire.html.

Notre-Dame du Rosaire

Cette Fête, propre à l'Église d'Occident, fut instituée par saint Pie V pour commémorer la victoire de Lépante qui repousse l'invasion turque (7 octobre 1571). Elle est alors "Notre-Dame de la Victoire".
Vingt-et-un ans plus tard, le Pape Grégoire XIII lui donne son nom actuel.
Le Pape Clément XI l'étend à l'Église Catholique toute entière en raison de la victoire remportée sur les turcs le 5 août 1716.

Voir aussi:
- de nombreuses paroisses portant ce nom à trouver sur le moteur de recherche de l'Eglise catholique en France.
- L'histoire du rosaire - site du pèlerinage du rosaire.
Mémoire de Notre-Dame du Rosaire. Par la Prière du Rosaire le peuple Chrétien invoque le secours de la sainte Mère de Dieu, en méditant, sous sa conduite, les mystères du Christ, elle qui fut associée, de manière unique, à l’incarnation, à la Passion et à la Résurrection du Fils de Dieu.
Martyrologe romain

"Le Rosaire de la Vierge Marie, qui s'est développé progressivement au cours du deuxième millénaire sous l'inspiration de L'Esprit de Dieu, est une Prière aimée de nombreux saints et encouragée par le Magistère.
Dans sa simplicité et dans sa profondeur, il reste, même dans le troisième millénaire commençant, une Prière d'une grande signification, destinée à porter des fruits de sainteté." Jean-Paul II, lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae (site du Vatican)
Qu'est-ce que la prière du rosaire (site de l'Eglise catholique en France)

Avent 27 octobre : Mémoire obligatoire*** de Notre-Dame du Rosaire

« Par le Rosaire, on peut tout obtenir. Selon une gracieuse comparaison, c'est une longue chaîne qui relie le Ciel et la Terre : une des extrémités est entre nos mains et l'autre dans celles de la Sainte Vierge » (Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus).
Tant que le Rosaire sera récité, Dieu ne pourra abandonner le monde, car cette Prière est puissante sur son Cœur.
Elle est comme le levain qui peut régénérer la Terre. La douce Reine du Ciel ne peut oublier ses enfants qui, sans cesse, chantent ses louanges.
Il n'y a pas de Prière qui soit plus agréable à Dieu que le Rosaire. Aussi l'Église nous invite-t-elle à aller le réciter chaque soir, en ce mois d'octobre, devant Jésus réellement présent et exposé sur l'autel.
Le mois d'Octobre est là. Avec lui l'Eglise appelle ses enfants pour qu'ils récitent en commun les belles prières du Rosaire.
Le soir, au moment où la nature fatiguée va s'endormir, les cœurs semblent reprendre une nouvelle énergie pour célébrer les louanges de la Reine du Ciel Kyriale X (Alme Pater)

La Fête de Notre-Dame du Rosaire fut instituée par Sa Sainteté le Pape Saint Pie V en la Fête de "Notre-Dame de la Victoire" (1572) au Premier Dimanche d'Octobre, en action de grâces pour la Victoire de Lépante où, à l'entrée du golfe de Corinthe, la flotte chrétienne fournie par le Saint-Siège, l'Espagne, Venise, la Savoie , Mantoue, Ferrare, Gênes et Lucques, sous le commandement de Don Juan d'Autriche, avait écrasé la flotte turque d'Ali Pacha (7 octobre 1571).

C'est à cette occasion qu'on ajouta aux litanies de la Sainte Vierge l'invocation "Secours des Chrétiens, priez pour nous !".
Grégoire XIII qui attribuait la victoire de Lépante aux processions faites à Rome par les confréries du Saint-Rosaire, changea la Fête de "Notre-Dame de la Victoire" en celle du "Saint Rosaire" et la fixa au Premier Dimanche d'Octobre (1573) ; elle ne fut alors obligatoire que pour les églises romaines qui possédaient une chapelle ou une confrérie du Saint-Rosaire.

Clément X concéda cette Fête à l'Espagne (1671) avant que Clément XI l'étendît à l'Église universelle et l'élevât au rit double-majeur (1716), célébrée le jour de l'octave de la Solennité de l'Assomption, à la suite de la victoire de Peterwaradin que le prince Eugène de Savoie avait remportée sur les Turcs (5 août 1716).

Léon XIII en fit une Fête de seconde classe et adopta l'office et le propre de la messe en usage chez les Dominicains (1887).
Il ajouta aux Litanies de Lorette l'invocation "Reine du Très Saint Rosaire".
Saint Pie X fixa la Fête au 7 Octobre (1913).

*** Fête dans le calendrier propre à Malte ; Mémoire obligatoire le 8 octobre en Finlande
Mémoire obligatoire le 7 Octobre dans le calendrier de l'Église universelle.

11017829 1Saint Dominique recevant le chapelet. A droite, Ste Catherine de Sienne.

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171007&id=181&fd=1

 Notre-Dame du Rosaire

Le Rosaire avait été institué par Saint Dominique au commencement du XIIIe siècle. Par le zèle des Papes, et aussi par les fruits abondants qu'il produisait dans l'Église, il devenait de plus en plus populaire.
Au XVe siècle, le Bienheureux Alain de La Roche, Dominicain, fut suscité par Marie pour raviver cette dévotion si excellente.
La Fête de Notre-Dame du Rosaire se célébrait déjà, en 1547, à Tortosa (Espagne), le troisième dimanche d'avril, quand fut instituée par Pie V la Fête de Notre-Dame de la Victoire (1572) au premier dimanche d'Octobre, en action de grâces pour la victoire de Lépante.

St gri11 1Plus tard, dans les premières années du XVIIIe siècle, parut un homme extraordinaire appelé à bon droit le Dominique des temps modernes, et qui fut le grand propagateur, l'apôtre de la dévotion au saint Rosaire ; c'est Saint Louis-Marie Grignion de Montfort.
Depuis Saint Dominique, il n'y a pas eu d'homme plus zélé que ce grand missionnaire pour l'établissement de la confrérie du Rosaire : il l'érigeait dans tous les lieux où elle ne l'était pas ; c'est le moyen qu'il jugeait le plus puissant pour établir le règne de Dieu dans les âmes.

Il composa lui-même une méthode de réciter le Rosaire, facile à retenir, instructive et pieuse.
L'Apôtre de l'Ouest récitait tous les jours son Rosaire en entier, suivant sa méthode, et le faisait de même réciter publiquement tous les jours dans ses missions, et il a fait un point de règle à ses disciples de suivre son exemple.

Par son Rosaire quotidien, Montfort convertissait les plus grands pécheurs et les faisait persévérer dans la grâce et la ferveur de leur conversion ; il pouvait dire : « Personne ne m'a résisté une fois que j'ai pu lui mettre la main au collet avec mon Rosaire ! »
Il avait mille industries pour propager et faire aimer le Rosaire : là, c'étaient des bannières représentant les mystères du Rosaire ; ailleurs, d'immenses Rosaires qu'on récitait en marchant, dans les églises ou autour des églises, à la manière du chemin de la Croix.
Il exaltait le Rosaire dans ses cantiques ; un tonnerre de voix répondait à la sienne, et tous les échos répétaient, de colline en colline, les gloires de cette dévotion bénie.

>>>Le rosaire, prière merveilleuse
>>> santorosario.net/francais/index.htm

Ob 8bbb2b chapelet

>>> Le chapelet, prière merveilleuse
 

Ndrosaire 2

http://missel.free.fr/Sanctoral/10/07.php#historique.

La Fête de Notre-Dame du Rosaire se célébrait déjà, en 1547, à Tortosa (Espagne), le troisième dimanche d'avril, quand fut instituée par Pie V la Fête de Notre-Dame de la Victoire (1572) au premier dimanche d'octobre, en action de grâces pour la victoire de Lépante où, à l'entrée du golfe de Corinthe, la flotte Chrétienne fournie par le Saint-Siège, l'Espagne, Venise, la Savoie, Mantoue, Ferrare, Gênes et Lucques, sous le commandement de don Juan d'Autriche, avait écrasé la flotte turque d'Ali Pacha (7 octobre 1571).

C'est à cette occasion qu'on ajouta aux litanies de la Sainte Vierge l'invocation Secours des Chrétiens, priez pour nous !

Grégoire XIII qui attribuait la victoire de Lépante aux processions faites à Rome par les confréries du Saint-Rosaire, changea la Fête de Notre-Dame de la Victoire en celle du Saint Rosaire et la fixa au premier dimanche d'octobre (1573) ; elle ne fut alors obligatoire que pour les églises Romaines qui possédaient une chapelle ou une confrérie du Saint-Rosaire.

Clément X concéda cette Fête à l'Espagne (1671) avant que Clément XI l'étendît à l'Eglise universelle et l'élevât au rite double-majeur (1716), célébrée le jour de l'octave de l'Assomption, à la suite de la victoire de Peterwaradin que le prince Eugène de Savoie avait remportée sur les Turcs (5 août 1716).

Léon XIII en fit une Fête de seconde classe et adopta l'office et le propre de la Messe en usage chez les Dominicains (1887).

Pie X la fixa au 7 Octobre (1913).

Retabl11 2Saint Dominique recevant le Très Saint Rosaire. Retable de l'église Saint-Ronan. Locronan, Bretagne.

http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2007/10/07/7-octobre-ier-dimanche-d-octobre-fete-du-tres-saint-rosaire1.html

- Fête du Très Saint Rosaire. 1571, 1716.

" Saint Dominique convertit cent mille albigeois en leur faisant connaître et aimer les mystères adorables du saint Rosaire.

Imitons l'exemple de ce grand ouvrier des gloires temporelles de la Reine des Anges et nous travaillerons avec fruits à la conversions de ces Albigeois du [XXIe siècle] qui blasphèment tout ce qu'ils ignorent et se dépravent dans les choses qu'ils n'étudient qu'au profit de leurs abjectes passions."
M. l'abbé Combalot. Instructions.

En action de grâces de la décisive victoire remportée à Lépante par la flotte Chrétienne sur la flotte turque, le premier dimanche d'octobre 1571, le Saint Pape Pie V institua une Fête annuelle sous le titre de Sainte Marie de la Victoire ; mais peu après, le Pape Grégoire XII changea le nom de cette Fête en celui de Notre-Dame-du-Rosaire.

Le Rosaire avait été institué par saint Dominique au commencement du XIIIe siècle. Par le zèle des Papes, et aussi par les fruits abondants qu'il produisait dans l'Église, il devenait de plus en plus populaire.

Au XVe siècle, le Bienheureux Alain de La Roche, Dominicain, fut suscité par Marie pour raviver cette dévotion si excellente.

Plus tard, dans les premières années du XVIIIe siècle, parut un homme extraordinaire appelé à bon droit le Dominique des temps modernes, et qui fut le grand propagateur, l'apôtre de la dévotion au saint Rosaire ; c'est Saint Louis-Marie Grignion de Montfort.

Depuis saint Dominique, il n'y a pas eu d'homme plus zélé que ce grand missionnaire pour l'établissement de la confrérie du Rosaire : il l'érigeait dans tous les lieux où elle ne l'était pas; c'est le moyen qu'il jugeait le plus puissant pour établir le règne de Dieu dans les âmes.

Il composa lui-même une méthode de réciter le Rosaire, qui est restée la meilleure entre toutes, la plus facile à retenir, la plus instructive et la plus pieuse.

L'Apôtre de l'Ouest récitait tous les jours son Rosaire en entier, suivant sa méthode, et le faisait de même réciter publiquement tous les jours dans ses missions, et il a fait un point de règle à ses disciples de suivre son exemple.

Par son Rosaire quotidien, Montfort convertissait les plus grands pécheurs et les faisait persévérer dans la grâce et la ferveur de leur conversion ; il pouvait dire :
" Personne ne m'a résisté une fois que j'ai pu lui mettre la main au collet avec mon Rosaire !"
Il avait mille industries pour propager et faire aimer le Rosaire: là, c'étaient quinze bannières représentant les quinze mystères du Rosaire; ailleurs, d'immenses Rosaires qu'on récitait en marchant, dans les églises ou autour des églises, à la manière du chemin de la Croix.

Il exaltait le Rosaire dans ses cantiques ; un tonnerre de voix répondait à la sienne, et tous les échos répétaient, de colline en colline, les gloires de cette dévotion bénie.

Son oeuvre a continué après lui ; c'est le Rosaire à la main que la Vendée, en 1793, a défendu ses foyers et ses autels ; c'est aussi le Rosaire ou le chapelet à la main que les populations chrétiennes paraissent dans toutes les cérémonies religieuses.

Fete de la sainte vierge marie reineC’est sous le vocable de « Je suis la Reine du Rosaire » que Marie apparaît aux trois bergers de Fatima.

Ceins ton épée sur ta cuisse, vaillant dans le faste et l'éclat va, chevauche, pour la cause de la vérité, de la piété, de la justice.

Tends la corde sur l'arc, il rend terrible ta droite ! Tes flèches sont aiguës, voici les peuples sous toi, ils perdent coeur, les ennemis du roi.

Ton trône est de Dieu pour toujours et à jamais ! Sceptre de droiture, le sceptre de ton règne ! Tu aimes la justice, tu hais l'impiété.

C'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a donné l'onction d'une huile d'allégresse comme à nul de tes rivaux; ton vêtement n'est plus que myrrhe et aloès.

Des palais d'ivoire, les harpes te ravissent. Parmis tes bien-aimées sont des filles de roi: à ta droite une dame, sous les ors d'Ophir.

Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille, oublie ton peuple et la maison de ton père, alors le roi désirera ta beauté : il est ton Seigneur, prosterne-toi devant lui ! La fille de Tyr, par des présents, déridera ton visage, et les peuples les plus riches, par maint joyau serti d'or.

Vêtue de brocarts, la fille de roi est amenée au dedans vers le roi, des vierges à sa suite. On amène les compagnes qui lui sont destinées; parmi joie et liesse, elles entrent au palais. A la place de tes pères te viendront des fils; tu en feras des princes par toute la terre.

Que je fasse durer ton nom d'âge en âge, que les peuples te louent dans les siècles des siècles.

Psaume 45 (44).

6 haut nd du rosaire tableau 14(Pour voir le vitrail en grand format: 6-haut-nd-du-rosaire-tableau-14.jpg 6-haut-nd-du-rosaire-tableau-14.jpg)

La Fête du Rosaire est célébrée le premier Dimanche d'Octobre. Elle fut, dans le principe, une simple fête de confrérie. Mais, en 1571, le septième jour d'Octobre, qui était le premier Dimanche de ce mois, une grâce extraordinaire accordée au peuple chrétien tout entier, vint donner à cette fête un grand éclat. En effet, ce fut le jour où don Juan d'Autriche remporta sur les Turcs la célèbre victoire de Lépante, et sauva ainsi la chrétienté du plus imminent danger.

Le même jour et à l'heure même du combat, les confréries du Rosaire faisaient à Rome des processions solennelles pour demander la victoire sur les infidèles. Le saint Pape Pie V, divinement averti de la victoire des chrétiens, la regarda comme une grâce accordée par Marie, à cause des prières ferventes qui lui étaient adressées.

Pour reconnaître ce bienfait, il prescrivit une fête spéciale en l'honneur de la sainte Vierge. On inséra donc, par son ordre, cette mention dans le martyrologe, à la date du 7 octobre : " Mémoire de Sainte Marie de la Victoire, que le souverain pontife Pie V ordonna de renouveler chaque année, à cause de l'insigne victoire navale remportée ce jour-là par les chrétiens sur les Turcs, grâce au secours de la Mère de Dieu. "

Dans l'origine cette fête porta donc le nom de Notre-Dame de la Victoire.

Grégoire XIII renouvela en 1573 l'ordonnance de son Saint prédécesseur, et ajouta que désormais la fête aurait lieu le premier Dimanche d'Octobre, dans toutes les églises où se trouvait un autel ou une chapelle sous l'invocation de Notre-Dame du Saint-Rosaire, et qu'elle porterait ce même nom. La Fête était élevée en même temps au rite double majeur.

Un siècle plus tard, en 1671, Clément X étendit cette Fête à toute l'Espagne, sans condition, sur l'instante prière de la reine Marie-Anne. Cette faveur s'étendit peu à peu à d'autres contrées et enfin le Pape Clément XI, en 1716, ordonna qu'elle fût célébrée par toute la chrétienté, en mémoire de la victoire obtenue en 1715 par Charles VI sur les Turcs, en Hongrie. Comme pour la victoire de Lépante, les confréries du Rosaire faisaient au moment du combat, des processions solennelles, pour obtenir le secours divin par l'intercession de Marie. Clément XI, en étendant la fête du Saint-Rosaire à toute l'Église, voulait, dit-il, enflammer le coeur des fidèles, et les encourager à rendre hommage à la Vierge glorieuse qui ne laisse jamais l'Église sans secours, au milieu des dangers.

Jusqu'au temps de Benoît XIII, les leçons du second nocturne étaient un sermon de S. Augustin, sans rapport direct avec la Fête du Saint-Rosaire, Benoît XIII, d'après l'avis de la Congrégation des rites, le fit remplacer par une notice assez étendue sur la dévotion du Rosaire, son origine, son histoire et celle de l'institution de la Fête. Il était réservé au grand et saint pontife Léon XIII de revêtir la dévotion au saint Rosaire et la Fête d'un nouvel éclat.

Le 11 septembre 1887 parut un décret de la Congrégation des rites qui, après avoir rappelé que nous pouvons tout espérer de la protection de Marie, si nous sommes fidèles à lui adresser pieusement les saintes invocations du Rosaire, se continue ainsi :
"Notre très Saint-Père. tout heureux de cet empressement unanime, renouvelle ses instances auprès de tous les Pasteurs de l'Église et de tous les fidèles du monde, et les exhorte à redoubler de ferveur et de confiance filiale en persévérant dans ces saints exercices, et à supplier la très auguste Reine de la paix, d'user de son crédit auprès de Dieu, pour détourner l'horrible tempête des temps présents, par la ruine de l'empire de Satan et la défaite des ennemis de la religion, et pour rendre la calme si désiré à la barque mystique de Pierre, ballottée par les flots. C'est pourquoi tout ce qui a été décrété, accordé et ordonné les années précédentes, et dernièrement par le décret de la Sacrée Congrégation des rites, prescrivant de consacrer le mois d'octobre à la céleste Reine du Rosaire, de nouveau il le décrète, l'accorde et l'ordonne.

La Fête de la solennité du Saint-Rosaire est déjà en honneur chez les peuples chrétiens, et l'objet d'un culte tout particulier, qui se rapporte à tous les mystères de la vie, de la passion, de la gloire de N.-S. Jésus-Christ, notre rédempteur, et de son Immaculée Mère. Afin donc de favoriser cette dévotion qui va toujours croissant, afin aussi d'ajouter aux honneurs publics rendus à Marie, Sa Sainteté Léon XIII, par un privilège dont jouissent déjà plusieurs églises particulières, ordonne de célébrer désormais dans toute l'Église, sous le rite de seconde classe, ladite solennité et l'office de Notre-Dame du Rosaire fixé au premier dimanche d'octobre, en sorte que cette fête ne puisse être transférée à un autre jour, si ce n'est en cas d'occurence d'un office de rite supérieur ; sauf les rubriques et nonobstant toute disposition contraire."

Ce n'était pas assez pour le zèle et la dévotion de Léon XIII envers Notre-Dame du Saint-Rosaire. L'année suivante, la Sacrée Congrégation des rites rendit un nouveau décret inspiré par la gravité des circonstances. Ce décret rappelle ce que le Souverain Pontife régnant a déjà fait en l'honneur de Notre-Dame du Saint-Rosaire, exorte tous les chrétiens à se conformer pieusement aux ordonnances du Saint-Père, et donne un nouvel office et une nouvelle Messe revus et approuvés par Léon XIII lui-même pour cette solennité.

18974771La Madone du Rosaire est vénérée à la Basilique moderne de Pompéi. C’est là que le Pape Saint Jean-Paul II a proclamé : « Année 2003, année du Rosaire ».

http://www.sitedemarie.com/indexros.html.

Pour tous ceux qui ne connaissent pas le Rosaire et découvrir cette belle Prière et cette belle Méditation, ouvrir le lien ci-dessus…il est très bien présenté, avec schémas explicatifs.

Le Rosaire (3 + 1 chapelets)

L'Église a une très grande dévotion envers le Rosaire (le chapelet) et je voudrais vous expliquer en quoi il consiste. 
La puissance de Grâce du chapelet n'est plus à démontrer pour qui connaît l'histoire de l'Église, mais pourtant en ces temps troublés, beaucoup redécouvrent aujourd'hui ses effets merveilleux...

Le Site de marie vous propose, pour vous aider à prier le saint Rosaire et aussi pour prier en communion, de lire/écouter les Mystères - ensemble -

L'ORIGINE DU ROSAIRE

Dès les débuts du Christianisme (1) , les disciples du Christ sui­vaient l'ex­emple et les instructions du Maître. Ils le faisaient dans les termes enseig­nés par Jésus Lui-même : le Pater Noster (2) .

Après l'Ascension, ils s'unirent par la prière à Notre Seigneur rendu au Ciel. Ils passèrent les dix jours de l'Ascension à la Pentecôte en prière dans le Céna­cle, en compagnie de Marie, qui les guidait certainement dans ces exer­cices.

Après la mort de Marie, les Apôtres et les premiers disciples, la sachant au Ciel en corps et en âme, lui adressèrent aussi leurs prières. Ils aimaient cer­tainement lui répéter la belle salutation de l'Archange qui avait ouvert le Nou­veau Testament, dont saint Luc avait consigné le texte dans son Évangile. Le Symbole des Apôtres était aussi cher aux chrétiens, et ils le récitaient souvent, seuls ou en assemblée de prière.
Les prières des premiers Chrétiens étaient empruntées beaucoup au Psautier, recueil des 150 psaumes attribués à David, même si certains d'entre eux sont d'autres sources.

Psautier de Marie

C'est ainsi, sans doute, que de bonne heure, des dévots de la Très Sainte Vierge eurent l'idée de ce que l'on appela assez longtemps le Psautier de Marie, composé de 150 Ave Maria (3) , dans lequel ils intercalaient le Pater de Jésus, et des acclamations à la Très Sainte Trinité (4) .

Mais la forme actuelle du Rosaire remonte à saint Domini­que, agissant sur les instructions de Marie elle-même.

Les 150 Ave furent partagés en trois parties en l'honneur de la très Sain­te Trinité. Puis, chaque partie en cinq dizaines d'Ave, chaque dizaine précé­dée d'un Pater et suivie du Gloria à la très Sainte Trinité.

Saint Dominique

Saint Dominique, né en Espagne, était un grand prédicateur des débuts du 13ème siècle. A cette époque, des hérétiques, reprenant la vieille hérésie manichéenne (5) , semaient l'erreur et la subversion sociale dans le Sud de la France. L'hérésie avait gagné l'appui de plusieurs curés, même de quelques Évêques, et aussi de puissants Seigneurs du Languedoc, surtout du Comté de Toulouse et aussi de ceux d'Albi, de Béziers, de Carcassonne, etc. 

En 1206, au Concile régional de Montpellier, Dominique, qui se trouvait là, fit remarquer aux conciliaires que les rencontres des légats et autres dig­nitaires ecclésiastiques avec des représentants de l'hérésie tournaient vite à l'avantage des hérétiques, parce que les légats et missionnaires se présen­taient à ces discussions publiques en grand équipage, avec chevaux et suite imposante. Il proposa de revenir à la méthode simple et pauvre de Notre-Seig­neur.

Sur-le-champ, lui-même renvoya ses chevaux et son es­corte, et com­mença ses missions à pied, au niveau des gens, mendiant repas et cou­chers. Ses dis­ciples firent de même. Les résultats furent diffé­rents, des conversions eurent lieu.

Mais, en somme, ce fut encore très médiocre, devant l'im­men­sité de la tâche et les forces de la perversion. Il man­quait quelque chose, et Dominique allait l'ap­prendre...

La pluie du Rosaire...

En 1214, presque découragé à la vue du maigre résultat de tant d'ef­forts, le prédicateur se retira dans un bois près de Toulou­se, se mit en pri­ère et péniten­ce, jeûna, cela en expiation des offenses faites à Dieu par les pécheurs, les héréti­ques et les impénitents !

Le troisième jour, la Très Sainte Vierge Marie lui apparût, ac­compagnée de trois princesses de sa cour céleste. ­ Elle lui dit :

“Mon fils Dominique, ne vous étonnez pas de ne pas réussir en vos prédi­ca­tions !
Car, vous labourez un sol qui n'a pas été arrosé par la pluie…
Sachez que, quand Dieu voulut renouve­ler le monde, Il envoya d'abord la pluie de la Saluta­tion Angélique, et c'est ainsi que le monde fut ra­cheté… Exhortez donc les hommes, dans vos ser­mons, à réciter mon Psau­tier (6) , et vous en recueillerez de grands fruits pour les âmes.”

C'est ce fit dès lors Dominique, et les résultats furent vite con­sidérabl­es ! Il y eut bien la vingtaine d'années de guerre de la croisade des Al­bigeois, qui fit beaucoup de massacres des deux côtés des belligé­rants, attisa beaucoup de braises, mêla beaucoup d'injus­tices à une cause juste ! MAIS, ce fut le Rosaire et non les armes qui converti­rent les âmes...

Saint Dominique mourut en 1221, mais il laissa son Ordre des Domini­cains bien établi, pour continuer son oeuvre.

Le Rosaire s'était beaucoup répandu. Mais comme il arrive souvent, la né­gligence revient quand les grandes épreuves sont passées ! Il fallut la grande peste de 1349, qui ravagea tous les royaumes d'Europe, pour ramener les foules à se retourner vers Dieu et à reprendre le Psautier de Jésus et Marie.

Le Bienheureux Alain de la Roche

Au siècle suivant, en 1460, la Sainte Vierge Marie apparut au Bien­heu­reux Alain de la Roche (7) , de l'Ordre de saint Domi­ni­que, insistant de nou­veau sur la récitation de son Psautier. 

Ce qu'il fit, et c'est alors que la voix publi­que donna à cette prière le nom de ROSAIRE, qui signifie couronne de roses. Une couronne, composée au complet, de 153 roses blanches (Ave) et 16 roses rouges (Pater) , toutes venant du Paradis.

Dans des révélations ultérieures, Marie Elle-même a confirmé (8) ce nom !

Saint Pie V

Il est bon de vous rappeler aussi ici, que le saint Pape Pie V, mort il y a quatre siècles (1572) , organisa une grande croisade mondiale du Rosai­re, pour arrêter l'avance turque mahométane, qui maîtrisait déjà les pays des Balkans et la mer depuis Constantinople aux ap­proches de l'Arctique. C'est au Rosaire que fut due la décisive victoire de LEPANTE (9) en 1571 !

Description

Celui-ci comprend trois parties, appelées aussi "chapelet" : les Mystères Joyeux, les Mystères Douloureux, les Mystères Glorieux, qui concernent des événements Joyeux, Douloureux et Glorieux de la vie du Christ et de Marie sa Mère, notre Mère et la Mère de l'Église.

Qu'est-ce que le chapelet ?

  • Un chapelet correspond à la méditation d'une série de cinq Mystères, soit Joyeux, Douloureux ou Glorieux équivalant à un tiers du Rosaire puisque celui-ci comprend trois chapelets : celui des Mystères Joyeux, des Mystères Douloureux et des Mystères Glorieux.
  • C'est aussi le moyen " mnémotechnique " facilitant la récitation du très saint Rosaire.
  • Lorsqu'il est béni, il sera l'objet matériel et spirituel (puisque béni) qui rendra visible notre dévotion au Rosaire (Notez que la Très Sainte Vierge Marie, lors de ses apparitions,  porte toujours un chapelet sur Elle... Lourdes, Fatima, etc.)

Rappelez-vous, dans toutes ses interventions, Marie invite de manière forte, à prier son saint Rosaire, au moins un chapelet CHAQUE JOUR (Fatima) .

Les papes eux-mêmes en ont fortement conseillé " l'exercice ", songez par exemple à notre très cher Pape Jean-Paul II qui, lorsqu'il vous reçoit vous offre comme cadeau un chapelet... N'est-ce pas là plus sûr moyen de vous en montrer l'importance ?

La Prière du Chapelet (Rosaire) comporte en fait deux parties, qui s'exécutent simultanément : d'une part, la récitation des prières (décrites ci-dessous) et d'autre part, la méditation des Mystères du Rosaire, c'est-à-dire, en même temps que l'on récite pieusement les prières, on médite sur les événements de la vie de Jésus et/ou de Marie que sont les Mystères.

Rosaire

Composition des Mystères du Rosaire

Mystères Joyeux

 1) L'Annonciation

Fruit : L'Humilité
Réf. : Lc 1, 26-38

 2) La Visitation

Fruit : Le zèle, l'ardeur pour le salut du prochain (l'amour du prochain)
Réf. : Lc 1, 39-56

3) La Naissance de Jésus (Nativité)

Fruit : L'amour de la Pauvreté, n'être riche que de Dieu
Réf. : Lc 2, 1-21

 4) La Présentation au Temple (la Purification de Marie)

Fruit : La Pureté (du coeur, du corps et de l'esprit)
Réf. : Lc 2, 22-40

 5) Le Recouvrement de Jésus au Temple

Fruit : L'obéissance, (la recherche de Dieu en toutes choses)
Réf. : Lc 2, 41-51

Le Pape Jean-Paul II dans lettre apostolique "ROSARIUM VIRGINIS MARIAE" nous donne 5 nouveaux mystères :

" Si l'on veut indiquer à la communauté chrétienne cinq moments significatifs - mystères “lumineux” - de cette période de la vie du Christ, il me semble que l'on peut les mettre ainsi en évidence: 1. au moment de son Baptême au Jourdain, 2. dans son auto-révélation aux noces de Cana, 3. dans l'annonce du Royaume de Dieu avec l'invitation à la conversion, 4. dans sa Transfiguration et enfin 5. dans l'institution de l'Eucharistie, expression sacramentelle du mystère pascal. Chacun de ces mystères est une révélation du Royaume désormais présent dans la personne de Jésus."

Mystères Lumineux

1) Le baptême au Jourdain

        Fruit : "Jésus s’est fait péché pour nous" (2 Co 5)
        Réf : Mt 3, 13-17 et concordances

2) Les noces de Cana

        Fruit : L’intercession de Marie dans le don de la grâce
        Réf. : Jn 2, 1-12

3) L’annonce du Royaume

        Fruit : Le Royaume de Dieu n'est pas un Royaume humain
        Réf. : Mt 5, 9; Mc 1, 15; Jn 20, 21-23 et concordances

4) La transfiguration

        Fruit : L’attente de la Vie nouvelle avec Dieu
        Réf. : Mt 17, 1-9 et concordances

5) L’institution de l’Eucharistie

        Fruit : La présence cachée de Jésus (la vie d'interiorité avec Marie)
        Réf. : Mt 26, 26-29 et concordances

Mystères Douloureux

  1) L'Agonie de Jésus

Fruit : Le regret, la contrition de nos péchés
Réf. : Mt 26, 36-56 et concordances

 2) La Flagellation

Fruit : La mortification de notre corps (le pardon de nos sensualités)
Réf. : Mt 27, 26 et concordances

 3) Le Couronnement d'épines

Fruit : La mortification de notre esprit (le pardon de nos mauvais désirs)
Réf. : Mt 27, 27-31 et concordances

 4) Le Portement de la Croix

Fruit : Le courage dans les épreuves; accepter nos peines
Réf. : Mt 27, 32 et concordances

 5) Le Crucifiement et la Mort de Jésus sur la Croix

Fruit : Mourir à nous-mêmes (un plus grand amour de Dieu et des âmes)
Réf. : Mt 27, 33-56 et concordances

Mystères Glorieux

  1) La Résurrection de Jésus

Fruit : La Foi (croire en l'Amour de Dieu)
Réf. : Mt 28, 5-8 et concordances

 2) L'Ascension

Fruit : L'Espérance chrétienne, le désir du Ciel
Réf. : Lc 24, 50-53 et concordances

 3) La Pentecôte

Fruit : La descente du Saint-Esprit en nos âmes
Réf. : Ac 2, 1-13

 4) L'Assomption de la Très Sainte Vierge Marie

Fruit : Un pur amour de Jésus et Marie, la grâce d'une bonne mort
Réf. : Ap 12, 14-16

 5) Le Couronnement de la Très Sainte Vierge Marie dans le Ciel

Fruit : La Persévérance (une grande dévotion à Marie)
Réf. : Ap 12, 1-3

Prières intervenant dans le Rosaire :

Symbole des Apôtres : Je crois en seul Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du Ciel et de la terre; et en Jésus-Christ, son Fils unique, Notre-Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité des morts le troisième jour; est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant; d'où il viendra juger les vivants et les morts. je crois au Saint-Esprit, à la sainte Église Catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Ainsi soit-il.

 Notre Père : Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour. Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

 Je vous salue Marie : Je vous salue Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.

 Gloire au Père : Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au commencement, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen

Comment prier le Rosaire (le chapelet)

Sur le dessin ci-dessous, vous pouvez visualiser un chapelet (le Rosaire = trois chapelets)… (pour voir le schéma, ouvrir le lien du site).

Pour prier le Rosaire, vous méditez sur les Mystères du Rosaire (Annonciation, Visitation etc.) et en même temps, vous récitez les prières.

Explication pratique pour prier le Rosaire

Vous commencez par dire le Symbole des Apôtres, ensuite un Notre Père, trois Je Vous Salue Marie et enfin un Gloire au Père: ceci est l'introduction du Chapelet et du Rosaire, autrement dit, si vous dites trois chapelets dans la journée (un Rosaire) , vous ne dites qu'une seule fois l'introduction! C'est lorsque vous recommencez éventuellement un autre Rosaire qu'il faut reprendre l'introduction: bien sûr, ce n'est pas académique, et vous le faites comme vous le sentez, la Sainte Vierge n'en sera pas troublée ;-). Mais autant faire les choses comme il le faut, voilà pourquoi je vous indique la procédure à suivre.

Ensuite, vous dites les dizaines, qui correspondent en fait à : un Notre Père, dix Je Vous Salue Marie et un Gloire au Père.

Voilà, vous êtes capable de prier le chapelet (le Rosaire) , qui est "un merveilleux résumé de l'Évangile", comme le disait le Bienheureux Pape Paul VI.

Fete de notre dame du rosaireLe devant de la Basilique de Lourdes montre Notre Dame qui donne le Rosaire à Saint Dominique.
Photo de http://pandapelerin.blogspot.com/

Pour un approfondissement détaillé
> > > Histoire du Rosaire depuis son origine jusqu’à nos jours

Dominique le Chartreux, père du Rosaire

Au XVe siècle, en Prusse, le Prieur de la Chartreuse de Trèves conseille à un novice de réciter chaque jour cinquante Ave Maria en méditant la vie de Jésus.
Le jeune chartreux Dominique rédige alors 50 courtes méditations, ou clausules, non seulement en latin mais aussi en allemand.
Son prieur est séduit par cette proposition nouvelle et l’envoie à divers Monastères de son Ordre. Puis Dominique rédige une série de trois fois 50 clausules, en parallèle avec les 150 psaumes.
Peu à peu, pour faciliter la mémorisation, on passe à l’usage de regrouper les Ave en quinze dizaines, toutes introduites par un Pater.
On réduit ainsi le nombre de clausules qui passe de 150 à 15. Le Rosaire est né. Par la suite, on réserve l’usage du mot « Rosaire » aux quinze dizaines, chapelet n’en désignant que cinq.

C’est au Frère Alain de la Roche, né en Bretagne en 1428, entré dans l’Ordre des Prêcheurs (Dominicains) que l’on doit sa diffusion.
Il prêche en Flandre puis à Lille où, en contact avec des Monastères Chartreux, il découvre les clausules de Dominique de Prusse qui l’enthousiasment.
Alain de la Roche devient le grand apôtre du Rosaire. Il prône la création des Confréries du Rosaire dont le succès est immense, jusqu’en Italie et dans le reste de l’Europe occidentale.

Curieusement, Alain de la Roche attribue l’origine du Rosaire à Saint Dominique, le Fondateur de son Ordre, mort en 1221! Bien que sans aucun fondement historique, cette légende sera répétée jusqu’à une époque très récente.
À la fin du XVe siècle, apparaît la formule «Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs». L’adjectif «pauvres» accolé à «pécheurs» est ajouté plus tard.

 56e341eaPour une méditation détaillée
> > > Les 20 Mystères du Rosaire

Le Rosaire, c'est 20 Mystères sur la vie de Jésus-Christ et la Vierge Marie avec leurs fruits à méditer pour les imiter et devenir Saint.
Les Chrétiens se doivent de prier souvent, et méditer ce que Jésus et Marie ont fait pour aider les autres à aimer Dieu et son prochain.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 07/10/2017