18. Tu Aimeras ton Prochain. Petits exercices pratiques...1ère Partie.

LA PAIX DU SEIGNEUR (Père, Fils et Saint-Esprit) SOIT AVEC VOUS, VOTRE FAMILLE ET VOS PROCHES.

TU AIMERAS TON PROCHAIN : Petits exercices pratiques…1ère Partie.


*********************

Pour lire en format WORD la deuxième partie de cette Réflexion, aller soit dans la sous-page (tout en bas de cette page), soit dans le menu déroulant.

*********************


Je ne vais pas donner de réponses, mais je laisse à chacun, en conscience et en vérité pour regarder sa propre vie et les exemples de ce qui fait la vie de chacun, pour voir comment il réagit face aux différentes situations ou il se trouve et en les mettant à « la lumière » de l’ensemble des différentes Réflexions que j’ai écrites.

 

Je ne vais donner que quelques exemples pour vous orienter et vous permettre de vous poser les bonnes questions, en les appliquant dans votre vie de tous les jours.

Je n’aborde pas tous les points, mais L’Esprit Saint saura éclairer chacun, du moment que vous acceptiez d’ouvrir votre âme et d’écouter ce que vous ressentez.

 

A vous ensuite d’accepter ou de refuser de répondre à ce que vous allez ressentir.

 

Notre Prochain :

Qui est, pour nous personnellement, notre prochain ??? Est-il celui qui se trouve à l’autre bout du monde et dont les médias viennent de parler ou celui dont des associations font une journée de quête pour eux ???

Il est bien de pouvoir y répondre, à cause de la souffrance que ces personnes vivent.

Mais notre cœur se sent-il vraiment concerné au point de souffrir de leurs souffrances ???

Si vous répondez par l’affirmatif, seriez-vous prêts à accueillir « ce pauvre » chez vous, au milieu de votre vie et de vos habitudes, avec son vécu, ses souffrances, ses habitudes et ses blessures, afin de pouvoir lui redonner le désir de vivre et la possibilité d’avoir une vraie vie ???

Si vous répondez par l’affirmatif, seriez-vous prêts à partir chez lui, dans son pays, dans son village, afin qu’il puisse garder ses repaires, sa famille et ses amis et vous investir totalement pour l’aider à sortir de son « enfer » ???

Certains en sont capable, mais vous personnellement ???

 

Si vous répondez par l’affirmatif, sans être capable d’accueillir ou d’aller chez « ce pauvre », êtes-vous pris intérieurement par ses souffrances, vous poussant à prier pour lui et pour sa famille, à faire des sacrifices pour lui, voir à offrir vos souffrances et vos maladies propres en offrande amoureuses à Dieu pour lui ???

 

Souvent le fait de donner de l’argent à ceux qui sont à l’autre bout du monde nous déculpabilise et nous pensons ainsi que nous sommes des gens bien qui aimons « notre prochain »….mais où est L’Amour dans ce cas ???

 

C’est vrai qu’il y a beaucoup de souffrances partout dans le monde et certains nous touchent personnellement sans doute plus que d’autres.

N’est-ce pas le cas pour toutes les très nombreuses catastrophes qui font souffrir et endeuillent tant de gens par le monde, qu’elles soient d’origine naturelles (cyclones, tremblements de terre, tsunamis, volcans ou autres), d’origines accidentelles (avions, trains, bus ou autres), d’origine humanitaire (épidémies, famines ou autres) ou d’origine humaine (guerres, attentats, tortures, viols, massacres, génocides, exterminations, blocages des secours humanitaires, tueurs en série, détraqués ou autres).

Sommes-nous prêt à les porter dans notre cœur et dans nos prières (eux, mais aussi leurs familles et leurs proches) et à demander à Dieu de venir au secours de leurs souffrances ???

 

Quant aux hommes qui par leurs actes, leurs attitudes ou leur comportement font qu’il y a toujours plus de victimes et de souffrances, sommes-nous prêt, non seulement à ne pas les maudire mais à leur pardonner et à demander pardon à Dieu pour eux, à prier pour eux, afin que Dieu puisse toucher leur cœur pour qu’ils finissent par se convertir, par regretter leurs actes et par essayer de réparer par leurs propres souffrances (face aux détresses qu’ils ont provoqués) le mal qu’ils ont fait.

 

Ou alors, sommes-nous plutôt prêts à les condamner ??? Mais dans ce cas, ne prenons-nous pas le chemin de la dureté de cœur qui n’est pas le chemin de L’Amour que nous demande de prendre Dieu ??? (Voir ma Réflexion n°10 : Être fidèle à Dieu).

 

La souffrance : 

-Vous souffrez (physiquement, moralement ou spirituellement)...Offrez-vous votre souffrance en offrande agréable à Dieu avec un total amour et un total abandon entre Ses mains, pour le salut de ceux que Le Seigneur nous confie et pour ceux que nous portons dans notre cœur (y compris pour notre propre salut) ???

Vouloir à tout prix que Dieu enlève notre souffrance miraculeusement (je ne parle pas des différentes maladies qu’il est possible de soigner et dont il est un devoir de le faire), c’est aussi refuser de partager et d’Offrir notre souffrance pour aider notre prochain...c’est l’ignorer et ne voir que soi...et Dieu qui est dans le prochain qui souffre, qui est malade, qui est pécheur ….ne le rejetons-nous pas ???

 

La souffrance, acceptée et offerte à Dieu, est une Bénédiction, car elle nous fait partager La Passion du Christ et nous ouvre le Salut pour nous même et pour notre prochain, à condition de l’accepter, d’aimer et de l’offrir en offrande d’AMOUR.

Dieu ne nous demande-t-Il pas de prendre le même chemin que Jésus a pris ??? Celui de Sa Croix !!!

Dieu, dans Son Amour infini, a accepté volontairement de verser la totalité de Son sang pour nous obtenir Le Salut.

Et Son sang qu’Il a entièrement répandu et qui s’est mélangé aux larmes de détresse de Marie, notre Très Sainte Maman, nous ouvre le chemin de notre Rédemption.

Accepterions-nous d’y apporter nos souffrances propres et de les offrir en offrande amoureuse pour notre propre Salut ainsi que pour Le Salut de notre famille, de ceux que nous aimons et de ceux dont Le Seigneur nous confie leurs souffrances ou leurs conversions ???

 

Dieu guérit parfois miraculeusement des souffrances physiques (ou maladies), mais c’est toujours dans le but de pouvoir témoigner de Son Amour et afin que nous nous donnions infiniment plus que nous ne l’aurions fait, pour faire avancer Son Royaume d’Amour...sinon la guérison ne sert à rien...qu’à nous enorgueillir...et prendre le chemin de souffrances éternelles...car à celui qui a davantage reçu, il sera demandé infiniment plus !!!

 

Mais n’est-il pas nettement plus beau de pouvoir accepter nos souffrances, nos douleurs et nos maladies (voir nos incapacités) en Offrande d’Amour pour notre propre conversion et pour porter devant Dieu les souffrances de ceux qui sont incapable de les offrir, soit parce qu’ils ne les acceptent pas soit parce qu’ils souffrent trop pour arriver à les offrir eux-mêmes...comme pour la conversion de ceux qui ne prennent pas Le Chemin d’Amour qui conduit à Dieu, soit parce qu’ils ne croient pas en Lui, soit parce qu’ils doutent de Lui et de Son Amour, soit parce qu’ils se laissent entraîner sur les chemins du plaisir, de la violence, de l’égoïsme, de l’orgueil, du pouvoir et de la haine.

 

-Vous rencontrez quelqu’un qui souffre. Le rejetez-vous dans votre cœur, en vous éloignant de lui et en le dédaignant (voir en vous disant que c’est bien fait pour lui, vu ce qu’il a fait …mais comment pouvez-vous condamner une autre personne, même si elle avait mal agit auparavant...laissons-en le soin à Dieu...et nous, aimons, pardonnons et ayons une profonde compassion pour notre prochain qui souffre)...ou alors, vous souffrez avec lui et pour lui des souffrances qu’il endure...en offrant les sacrifices que vous faites pour que Dieu le guérisse de ses blessures...Cette personne étant peut-être dans l’incapacité de le faire elle-même !!!

 

La souffrance est source de conversion, de pénitence, de réparation, d’humilité, d’offrande et de Rédemption (en nous joignant à La Passion du Christ et en y participant à notre mesure).

 

Elle l’est pour nous, pour notre famille, pour nos proches, pour ceux que Le Seigneur nous confie et aussi pour tous ceux que nous désirons porter dans notre cœur.

 

Alors, qui est notre propre « prochain » ???

N’est-ce pas d’abord tous ceux (et ils sont nombreux) que Dieu met chaque jour sur notre route, au milieu de nos chemins d’habitude.

Ce sont nos parents qui nous ont mis au monde et nous ont élevé.

C’est notre conjoint dont nous sommes tombés amoureux.

Ce sont nos enfants qui sont le signe visible de notre amour pour notre conjoint.

C’est toute notre famille (la notre personnellement et celle de notre conjoint).

Ce sont nos collègues de travail, d’école, de lycée, de collège, de sport ou toute autre activité, nos clients (ou patients…ou autre), nos patrons, nos employés.

Tous ceux que nous rencontrons dans nos journées et dans nos soirées (voir nos nuits quand nous ne dormons pas …ou que nous sommes réveillés par une personne qui sonne à notre porte ou nous téléphone).

Ce sont les paroissiens que nous rencontrons à la messe ou dans divers réunions.

Ce sont nos communautés pour les moines ou ceux qui sont consacrés à Dieu (célibataires ou couples).

Ce sont tous ceux qui circulent avec nous sur la route (en voiture, en deux-roues ou à pieds), ceux que nous croisons, comme ceux que nous suivons ou ceux qui nous suivent.

Ce sont ceux que nous croisons dans les magasins.

Ce sont ceux que nous bloquons avec notre voiture quand nous nous garons mal en les empêchant ainsi de passer ou de sortir (ou rentrer) de chez eux ou en bloquant un stationnement (ou un passage) pour handicapé.

Ce sont les malades et les blessés (de blessures physiques, morale, psychologique, spirituelles voir financières) qui se trouvent, à un moment donné sur notre route.

 

Que ce soit notre conjoint, nos enfants, nos parents, notre famille ou « un autre » qui viennent, les uns comme les autres...perturber nos petites habitudes...

Ce sont là « Le Prochain » qui nous concerne en tout premier lieu...et c’est celui-là dont nous pouvons nous demander si nous savons l’aimer et prendre soin de lui ???

Alors, comment réagissons-nous vis-à-vis d’eux ???

 

Au Travail : 

-Vous êtes employés dans un travail (quel qu’il soit).

Faites-vous votre travail le mieux que vous savez le faire (pour faire plaisir à votre patron ainsi qu’au client qui bénéficiera de votre travail…voir par amour de votre travail…et de votre prochain), quitte à apprendre toujours plus de façon à pouvoir le faire de mieux en mieux, … ou le faites-vous sans vous y intéresser, juste pour avoir un travail et un employeur qui vous paie ???

Mais dans ce cas :

N’est-ce pas manquer à l’Amour de Dieu qui vous a permis d’avoir ce travail (Dieu qui vous a confié ce travail…le patron….et le client dont Il espère que vous allez prendre soin). N’est-ce pas manquer à l’Amour de votre employeur qui vous paie (et n’est-ce pas en plus, le voler, car vous ne faites pas vraiment le travail pour lequel il vous paie (en le négligeant)  ….de même si vous faites des poses pour parler à vos amis, si vous passez des coups de fil personnels ou autre …vous voulez pourtant être payé …alors que vous n’êtes pas en train de travailler !!!).

N’est-ce pas manquer à l’Amour de vos clients pour lesquels vous aurez fait un travail bâclé, sans attention et sans amour (voir vendu une marchandise qui ne vaut rien …ce dont vous le savez pertinemment !!!). 

Quand je parle de patron et de clients, cela est valable pour tout métier (un professeur aura pour patron son directeur et pour clients ses élèves, un médecin aura pour patron son responsable et pour clients ses patients, une assistante sociale aura pour patron son chef de service et pour clients les gens qui viennent demander une aide, dans un avion, une hôtesse (ou un steward) aura pour patron le commandant de bord et pour client ses passagers etc….).

Quand je parle de vente de vos articles, cela est aussi valable pour tout métier (un professeur aura pour article le cours qu’il fait… un médecin aura pour article le médicament qu’il donne, le soin qu’il apporte ou l’opération qu’il fait….l’assistante sociale aura pour article le service qu’elle apporte aux « pauvres » qu’elle rencontre, une hôtesse (ou un steward) aura pour article le service qu’elle apporte aux passagers, etc. …).

 

Réalisez-vous un seul instant, que ce client (ou patient, élève, etc.) c’est Dieu qui est devant vous, qui compte sur vous pour répondre à son attente, pour venir à son aide ou à son secours.

Réalisez-vous un seul instant que vous devriez être comme « le bon samaritain qui est venu au secours du blessé au bord de la route ».

Dieu compte sur vous pour que vous fassiez « le maximum » de ce que vous êtes capable pour répondre à l’attente de votre client et pour venir en aide à ce client à qui Il a inspiré de venir vous voir.

Allez-vous prendre soin de ce client différemment s’il est très riche ou très pauvre, s’il est très puissant ou un exclu ???

Allez-vous le rejeter en bâclant votre travail, en ne prêtant aucune attention à lui (comme à ses besoins) ou en lui vendant un article non seulement qui ne lui convient pas (ne vous étant pas intéressé à ses besoins), voir qui ne vaut pas réellement le prix que vous lui demandez ???

 

-Vous êtes patron, est-ce que vous considérez vos employés comme un moyen de vous enrichir sur leur dos ou les considérez-vous comme des âmes que Dieu a mis là pour vous aider dans votre tâche, auquel cas ils ont droit au même Amour que Dieu a vis-à-vis de vous.

Est-ce que vous les aimez et les soutenez comme étant le prochain que Dieu a mis sur votre route ???…Et comment considérez-vous vos clients….comme des gens vous permettant de vous enrichir sur leur dos, et faites-vous tout pour répondre à leurs besoins, en fonction de leurs possibilités (quitte à leur venir en aide ou leur faire des remises, s’il n’en n’ont pas les moyens financiers ….et en les aimant …comme étant envoyés par Dieu (ce qu’ils sont) pour avoir ce dont ils ont besoin et vous permettre de subvenir à vos besoins personnels.

 

-Vous êtes patrons. Est-ce que vous payez vos dépenses personnelles avec l’argent de votre entreprise ??? Auquel cas, vous êtes vous même le voleur de votre entreprise !!!

Est-ce que vous déclarez  au Trésor Public toutes vos rentrées d’argent, ou prenez-vous une partie pour vous, que vous ne déclarez pas ??? Auquel cas, vous êtes vous-même voleur de votre entreprise, et voleur de l’état !!!

 

Sur la route :

-Vous conduisez et vous arrivez sur un rond-point. Est-ce que vous laissez passer les voitures déjà engagées ou vous leur coupez la route sans vous occuper d’eux ??? Vous êtes sur un rond-point (ou vous arrivez à un carrefour) et les voitures devant vous sont bloquées, est-ce que vous avancez pour vous coller à la voiture précédente ou laissez-vous la place pour que les voitures venant sur votre droite (ou de votre gauche) puissent passer, tant que vous ne pouvez pas avancer ???

N’est-ce pas manquer à l’Amour du prochain de lui refuser ce que vous aimeriez bien qu’il vous fasse, si vous étiez dans sa situation ???

 

-Vous roulez dans une file de voiture. Vous collez-vous à la voiture devant vous, risquant ainsi de faire paniquer le conducteur de celle-ci et lui faire perdre ses moyens (et avec le risque, aussi, de lui rentrer dedans !!!), ou gardez-vous une distance normale ???

Si vous le collez, pensez-vous être un bon exemple pour les autres, y compris celui qui vous précède, qui accélèrera peut-être au point de dépassez la vitesse autorisée et risquer une contredanse, voir qui dépassera ses possibilités de maîtrise de son véhicule et lui faisant risquer ainsi un accident, voir qui ne pourra pas freiner devant un danger immédiat sans risquer que vous lui rentriez dedans ???

N’est-ce pas manquer à l’Amour du prochain ???

 

-Vous êtes dans une file de voiture en respectant une distance moyenne avec le véhicule qui vous précède. Une autre voiture veut vous doubler. Allez-vous accélérer pour l’empêcher de se mettre juste devant vous, ou allez-vous ralentir pour qu’il puisse se rabattre si une voiture vient en face l’obligeant à le faire ???

Si vous accélérez ne manquez-vous pas à l’Amour du prochain, en, d’une part n’étant pas charitable dans votre cœur vis à vis de lui et d’autre part risquant de l’obliger ou à piler ou à doubler la voiture suivante, et dans les deux cas, avoir un accident toujours dramatique.

 

-Vous sortez d’une servitude pour prendre la grande route. Vous arrêtez-vous pour laisser passer les voitures qui arrivent…ou passer-vous immédiatement quitte à couper la route à une voiture arrivant et l’obliger à ralentir…voir piler…voir vous rentrer dedans !!!...alors que derrière elle, il n’y a plus de voitures !!!

N’est-ce pas manquer à l’Amour du prochain ??? 

 

-Vous circulez en ville et vous arrivez à un passage pour piéton. Faites-vous attention, en ralentissant, voir en vous arrêtant, pour savoir si personne ne traverse à ce moment là ou foncez-vous pour ne pas perdre de temps … le piéton pourra bien s’arrêter !!!

N’est-ce pas manquer à l’Amour du prochain ???

 

-Vous êtes piétons et vous êtes sur un passage protégé. Faites-vous attention, au fur et à mesure que vous traversez, que tous les véhicules s’arrêtent …et qu’ils ont le temps de s’arrêter ou… traversez-vous sans vous occuper des voitures ou deux roues pouvant arriver, sous le prétexte que vous êtes dans le bon droit ???

N’est-ce pas manquer à l’Amour du prochain et risquer d’une part de vous faire tuer, voir blesser gravement, et d’autre part d’infliger des souffrances horrible durant tout le reste de sa vie, à la personne qui n’aura pas pu s’arrêter à temps et qui revivra toute sa vie ce moment (même si elle n’était pas dans son tort, ne vous ayant pas vu à temps, et paniquant n’aura pas su appuyer sur la pédale de frein).

 

-Vous voulez vous garer. Et, à proximité immédiate de l’endroit où vous désirez aller, il n’y a, de libre, qu’un stationnement pour personnes handicapées.

Allez-vous le prendre (alors que vous n’êtes pas handicapé) et ainsi obliger la personne qui est handicapée à devoir aller beaucoup plus loin pour trouver une place ??? Alors que c’est vous, qui auriez du aller chercher la place plus loin, et faire un peu de marche…qui en plus vous aurez fait le plus grand bien …et permis à cet handicapé de stationner dans un endroit où il pouvait facilement se déplacer.

Pensez-vous que vous avez aimé votre prochain, ainsi que Dieu qui avait permis qu’il puisse avoir un endroit pour ne pas trop souffrir du fait de son handicape ???....Mais vous lui en avez enlevé la possibilité !!!

 

En promenade :

Vous voulez faire une sortie, et vous avez projeté d’aller vous promener dans un beau coin ainsi que de faire un pique-nique en cours de journée.

Est-ce que vous vous arranger pour ne rien dégrader de la nature qui s’offre à vous et est-ce que vous ramassez tous vos déchets (voir ceux que les autres ont pu laisser) pour les jeter dans une poubelle adaptée lorsque vous en trouverez une ???

Ou, au contraire, vous vous servez dans la nature en y « volant » tout ce qui vous plait, en cassant ce qui vous gêne et en jetant tous vos détritus, considérant qu’il y a des gens payés pour les ramasser, et que ce n’est pas à vous de le faire (mais pourtant ce sont bien les vôtres !!!) ???

Dans ce cas, pensez-vous aimer Dieu qui vous a donné une belle nature et pensez-vous aimer votre prochain, en, d’une part détruisant celle-ci et d’autre part en l’encombrant de vos cochonneries…..permettant ainsi au suivant réagissant comme vous de se dire : « C’était déjà sale avant que j’arrive …donc je peux salir encore plus !!! ».

 

A la maison, en famille :

Avant d’aborder cette partie, je voudrais rappeler les deux premiers commandements de Dieu :

Écoute, ô Israël : le Seigneur notre Dieu est l'unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toutes tes forces".C'est le premier et suprême commandement. Le second ensuite est semblable à celui-ci : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même". Il n'y a pas de commandements plus grands que ceux-ci. Ils renferment toute la Loi et les prophètes."

 

Dieu doit toujours passer en premier. Nous devons l’aimer de toutes nos forces et doit être Le seul que nous adorons.

Ensuite « le prochain » le plus proche de nous, et qui est donc notre prochain « prioritaire » (que nous devons faire passer en premier après Dieu) c’est notre conjoint (ils ne feront plus qu’un !!!), puis nos enfants, puis notre famille (n’oublions jamais nos parents).  

 

Je rappelle cette vérité car on pourrait se satisfaire d’avoir « secouru » le prochain à l’autre bout du monde, en ayant donné une obole lors d’une quête...et en négligeant notre conjoint et nos enfants...et en estimant que c’est à eux de prendre en charge la vie à la maison !!!

Où est votre Amour alors ??? Est-ce que votre conjoint et vos enfants sont vos esclaves qui doivent être attentifs à toutes vos envies...vous, ne vous intéressant et ne vous sentant concernés par aucune des leurs ???

Etes-vous sur une estrade bien plus haute… qu’eux qui doivent être à vos pieds ???

 

-Vous êtes mariés et vous avez une famille. Lorsque vous rentrez de votre travail et que vous arrivez à la maison (homme ou femme), êtes-vous attentif à prendre en charge, chez vous, ce qu’il reste à faire, comme finir (ou commencer) la préparation du repas pour tous (avec Amour et attentif aux besoins et aux désirs de tous), mettre le couvert, ranger ce qui doit être rangé, voir faire une course de dernière minutes pour acheter quelque chose qui manque et qui est nécessaire, voir prendre le relais de votre conjoint (ou de la nourrice) pour vous occuper de vos bébés et de vos enfants, etc..., ou estimez-vous que ce n’est pas à vous de le faire ???

 

Dans ce cas pensez-vous que les autres membres de la famille se sont tournés les pouces pendant que vous étiez au travail ??? Et même si cela était le cas, l’Amour est miséricorde et pardon...mais, bien souvent ce n’est pas le cas...et ils auront peut-être travaillés bien plus durement que vous !!!

Pourtant vous voulez manger …alors si c’était vous qui, par exemple, étiez resté à la maison et aviez sué toute la journée dans le ménage, les lessives, le repassage, les enfants, les différents repas de la journée, la vaisselle, etc…ne seriez-vous pas heureux de voir votre conjoint, ou même vos grands enfants venir, avec Amour, vous donner un coup de main ???

 

Ah oui !!! Vous allez peut-être invoquer le fait que vous ne savez pas faire à manger, ou la lessive, ou vous occuper des bébés ou des enfants, ou autre ( ?)…mais tout peut s’apprendre ….et si vous avez vraiment de l’Amour pour votre conjoint, pour vos enfants, pour votre famille (et même pour votre prochain extérieur à la famille), vous aurez envi d’apprendre toujours plus, afin de pouvoir surprendre et de pouvoir faire plaisir avec des repas succulents, une maison propre, des bébés et des enfants heureux, etc. !!!

 

-Vous savez allumer une lampe en rentrant dans une pièce, savez-vous l’éteindre en la quittant, ou comptez-vous sur les autres pour le faire à votre place ???

Vous savez aller au frigidaire pour prendre du beurre, du chocolat, une boisson ou autre (et quand vous vous servez pensez-vous que tout ce qui se trouve dans le frigidaire est entièrement pour vous ou faites-vous attention qu’il y en ait suffisamment pour chacun !!!),  savez-vous ranger ensuite les restes de votre « casse-croûte », ou comptez-vous sur les autres pour le faire à votre place ???

N’est-ce pas manquer à l’Amour de votre prochain, à le voler (quand vous prenez un aliment préparé pour un autre) et à mettre en valeur votre « paresse » qui est un des péchés capitaux …qui fait tellement de dégâts !!!

 

-Pensez-vous aussi à prendre des moments de détente en amoureux avec juste votre conjoint, avec pour seul motif, de vous retrouver amoureusement ensemble ???

Pensez-vous aussi à prendre des moments de détente rien qu’avec votre conjoint et vos enfants, rien que pour jouer ensemble, rire ensemble et vous détendre ensemble ???

Pensez-vous pour cela, à prévoir des sorties (pas forcement des dépenses…cela peut être en pleine nature !!!)…cela vous oblige à sortir…à quitter vos chemins d’habitude….à prendre du temps, voir un peu plus de fatigue…mais sont tellement nécessaire pour le couple et pour la famille !!!

 

-Quand vous promettez à votre conjoint de faire ce qu’il vous a demandé (par exemple, ne pas boire, ne pas aller au bar, ne pas se servir dans un plat ou autre, ou quoi que ce soit) le faites-vous vraiment en étant fidèle à votre engagement et à votre parole (et cela même si un « ami »…celui qui « vous veut du bien » et « vous fait tant de mal !!! »… vous incite à renier votre engagement), ou, alors que votre conjoint est absent (ou le dos tourné) vous faites en douce le contraire, espérant qu’il ne le verra pas et ne le saura pas !!!

Dans ce cas, non seulement vous manquez à l’Amour, mais vous lui mentez et n’êtes pas fidèle à votre parole.

Pensez-vous que Dieu ne voit pas votre mensonge et votre manière d’agir, pensez-vous que les Saints qui sont au Ciel, de votre famille (à tous les deux) ne le voient pas ???

Et que pensent-ils de votre comportement ???

 

-Vous vous dites (et vous le pensez) honnête et refusant le vol. Alors je vais vous raconter une histoire qui m’est survenue.

Un jour, en faisant mes courses au supermarché du coin, je remplis mon caddie avec les courses pour la semaine (pour ma famille). Je suis passé à la caisse sans sortir du caddie la dizaine de pains que j’avais pour la semaine, juste en signalant le nombre à la caissière.

Arrivé à ma voiture, j’ai constaté que derrière les pains se trouvaient deux petits achats que j’avais fait avant de prendre le pain (des piles et autre chose) et qui étaient resté cachés, sans que j’y pense au moment de passer à la caisse.

Quel serait alors votre comportement ??? Allez-vous retourner à la caisse pour signaler cet oubli et payer ce que vous devez ??? Ou allez-vous partir avec, sans payer ???

Pour ma part, je suis retourné voir la caissière, m’excuser et payer.

Dans le cas contraire vous venez de commettre un vol, même si vous vous prétendez honnête… et vous avez abusé de la confiance de la caissière qui vous avez fait confiance en ne vous faisant pas sortir tous les pains.

 

-Vous avez avoué votre flamme à votre conjoint parce que vous l’aimez sincèrement.

Pourtant, vous les hommes, comment réagissez-vous lorsque vous voyez (ou rencontrez) une très jolie jeune femme avec un profond décolleté ne cachant quasiment rien, voir avec une jupe très mini laissant apparaître une partie de son slip ???

La regardez-vous avec appétit...en pensant pleins de choses intérieurement ???

Ou détournez-vous le regard et votre pensée pour garder votre cœur et vos pensées tournées vers Dieu et vers votre femme ????

 

Pourtant, vous les femmes, comment réagissez-vous lorsque vous voyez (ou rencontrez) un très beau jeune homme avec des vêtements très sexy et très gentil (craquant !!!) ???

Le regardez-vous avec appétit….en pensant pleins de choses intérieurement ???

Ou détournez-vous le regard et votre pensée pour garder votre cœur et vos pensées tournées vers Dieu et vers votre mari ???

 

Vous les femmes, comme vous les hommes quand vous vous habillez pour sortir dehors (ou quand vous allez vous faire bronzer sur la plage) comment le faites-vous ???

Avec des vêtements très sexy, très mini et très suggestifs (et encore plus sur la plage en vous mettant torse nu avec un mini string pour maillot !!!) ou avec des vêtements décents pour ne pas attirer le regard, l’envie, les mauvaises pensées et la convoitise ???

N’est-ce pas tromper votre conjoint (même s’il ne le voit pas) lorsque vous agissez de manière à attirer le regard des autres ou lorsque votre regard ou vos pensées désirent une autre personne ???

N’est-ce pas trahir son Amour ???

Lorsque vous amenez vos jeunes enfants (ou bébés) sur la plage (ou ailleurs) les laissez-vous tout nus ou leur mettez-vous des vêtements décents ???

N’est-ce pas corrompre vos jeunes enfants (ou bébés) de les exhiber nus en public ou de vous exhiber vous-même devant eux en public dans des tenues dénudées et provocantes ???

 

EN UNION DE CŒUR, D’AMOUR FRATERNEL ET DE PRIERES.

                                 

                               PIERRE

 

POUR LIRE LA SUITE, ALLER DANS LA DEUXIEME PARTIE.

              (Cliquer dans le lien ci-dessous) 

Ajouter un commentaire