4. La Résurrection de Lazare…1ère Partie.

LA PAIX DU SEIGNEUR SOIT VOUS, VOTRE FAMILLE ET VOS PROCHES

La Résurrection de Lazare.

Resurrection de lazare 11 

Aujourd’hui, je voudrais m’attarder un instant sur l’épisode de la résurrection de Lazare, tel que Saint Jean nous la décrit dans son évangile. (Jean 11 1-45)

Pour commencer, je voudrais transmettre ce que nous en dit le Pape :

 

La résurrection de Lazare ou le pouvoir absolu de Jésus sur la mort

Allocution de Benoît XVI avant l’angélus

ROME, Dimanche 9 mars 2008 (ZENIT.org) - Benoît XVI a évoqué le « pouvoir absolu » de Jésus sur la mort, en commentant, avant l'angélus, l'évangile de la résurrection de Lazare, que propose la liturgie de ce Ve dimanche de carême.

Le pape rappelait qu'il s'agit du « dernier grand ‘signe' accompli par Jésus, après lequel les grands prêtres réunirent le sanhédrin et décidèrent de le tuer ; et ils décidèrent de tuer aussi Lazare, qui était la preuve vivante de la divinité du Christ, Seigneur de la vie et de la mort ».

C'est aussi une révélation de l'identité du Christ. Le pape précise : « En réalité, cette page évangélique montre Jésus en tant que vrai homme et vrai Dieu. La mort du corps est un sommeil dont Dieu peut réveiller à n'importe quel moment ».

Le pape souligne non seulement la divinité du Christ, mais aussi son humanité révélée par la péricope de saint Jean : « Cette seigneurie sur la mort n'a pas empêché Jésus d'éprouver une compassion sincère du fait de la douleur du détachement. En voyant Marthe et Marie pleurer, et ceux qui étaient venus les consoler, Jésus aussi ‘fut bouleversé d'une émotion profonde' et finalement, ‘pleura' ».

L'épisode révèle donc le Cœur du Christ. Benoît XVI fait en effet observer : « Le Cœur du Christ est Divin et humain : en Lui, Dieu et Homme, se sont parfaitement rencontrés, sans séparation ni confusion. Il est l'image, et même l'incarnation du Dieu qui est Amour, Miséricorde, Tendresse paternelle et maternelle, du Dieu qui est Vie ».

Pour ce qui est de la question sur son identité, posée par le Christ à Marthe : « Crois-tu cela ? », Benoît XVI souligne que Jésus adresse cette question à chaque baptisé : « Une question qui, certainement nous dépasse, dépasse notre capacité de comprendre, et nous demande de nous fier à lui, comme lui a eu confiance dans le Père. La réponse de Marthe est exemplaire : ‘Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois ; tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde'. Oui, Seigneur, Nous aussi, nous croyons, en dépit de nos doutes et de nos obscurités ; nous croyons en Toi, parce que Tu as les paroles de la vie éternelle ; nous voulons croire qu'en Toi, qui nous donnes une espérance fiable de vie au-delà de la vie, d'une vie authentique et pleine, dans ton Royaume de lumière et de paix ».

« Confions cette prière à la Très Sainte Vierge Marie. Puisse son intercession fortifier notre foi, et notre espérance en Jésus, spécialement dans les moments de plus grande épreuve et de plus grande difficulté », a conclu le pape.

 

Ensuite, je voudrais souligner une « apparente » contradiction entre ce qu’en écrit Saint Jean dans son évangile et ce que Jésus en dit dans Maria Valtorta.

En fait, cette « apparente » contradiction, se retrouve directement dans l’écrit de Saint Jean.

 

Saint Jean de Zébédée nous dit que de nombreux juifs étaient venus manifester leur sympathie à Marthe et Marie dans leur deuil (Jean 11 19). 

…. Les nombreux juifs qui étaient venus entourer Marie, et avaient donc vu ce que faisait Jésus, crurent en Lui (Jean 11 45).

Quant on sait que les dirigeants des juifs avaient jeté un anathème sur Jésus et sur tous ceux qui le soutiendrait ou ne le dénoncerait pas...obligeant Jésus à se cacher avec ses apôtres.

 

Lazare de Béthanie  dont l’amitié avec Jésus était très connue, n’était pas inquiété uniquement à cause de ses relations avec Rome et le soutien qu’il avait des grand dirigeant de Rome.

On ne pouvait rien lui faire à cause de cela.

 

Cela explique le passage de l’évangile de Saint Jean : (Jean 11 8)

Ses disciples lui dirent : « Rabbi, tout récemment les juifs cherchaient à te lapider, et tu retournes là-bas ? »  

Ou Thomas, l'apôtre qui dit (Jean 11 16) :

Alors Thomas, appelé Didyme, dit aux condisciples : « Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui ! » 

 

En fait, autour de Marthe et Marie, il y avait de nombreux juifs, mais c’était pour les ¾ des dirigeants des juifs (les autres avaient interdiction d’approcher de la maison de Lazare) qui venaient pour s’assurer que Lazare était bien mort, et que Jésus ne se cachait pas dans la maison de Lazare.

Seul, quelques juifs influant tel que Gamaliel, Joseph d’Arimathie ou Nicodème (et quelques autres) ont pu venir apporter leurs soutiens à Marthe et Marie.

 

Et, en cela, on retrouve tout le récit donné par Jésus à Maria Valtorta.

Ainsi, après la résurrection de Lazare, la plupart des juifs présents ne crurent pas en Lui (à part ceux qui le soutenaient déjà), mais décidèrent, suite à la parole prophétique de Caïphe le Grand-Prêtre, de sa condamnation à mort...qui eu lieu peu de temps après (On le retrouve dans l’homélie de Benoît XVI).

Jean 11 49-53)

…Caïphe, étant grand prêtre cette année là, leur dit : « Vous ne songez même pas qu’il est de votre intérêt qu’un seul homme meurt pour le peuple et que la nation ne périsse pas toute entière »…Dès ce jour là donc, ils résolurent de le tuer.

 

Par contre, effectivement le bruit de la résurrection de Lazare fit le tour de la Palestine, et de nombreuses personnes crûrent en Jésus...ce qui a accéléré sa mise à mort.

 

Alors, pourquoi, cette apparente contradiction dans l’évangile de Saint Jean ???

Parce que Jean, au contact de Jésus, a appris à AIMER, comme Jésus nous le demande, et le demandait aux apôtres. Et cela au contact pendant 3 ans de Jésus et de Judas.

Chaque fois que les apôtres voulaient critiquer Judas l’Iscariote et condamner son attitude et ses perversions, Jésus se mettait en colère, et en souffrait terriblement...non pas contre Judas, mais contre eux.

Car comment laisser une chance, même infime, à une personne de se convertir, si nous la condamnons au lieu de chercher à mettre en avant ses qualités propres et à ne pas voir ses défauts.

 

L’AMOUR pardonne tout, L’AMOUR excuse tout...L’AMOUR rend aveugle...on le dit pour un couple amoureux, mais Jésus le dit pour notre prochain, quel qu’il soit.

 

Et Jean qui avait le cœur de Jésus a apprit à ne jamais dire de mal de qui que ce soit (et même à ne jamais penser de mal, et c’est là où Jésus veut nous conduire...laissant à Dieu le soin de juger le cœur de chacun).

 

Et pourquoi, Jésus demande t’il de ne pas séparer le bon grain de l’ivraie, de ne pas condamner son prochain alors que Dieu nous pardonne à nous (parabole de celui qui devait 10 000 talents à son maître), de ne pas regarder la paille qui est dans l’œil de son prochain alors que nous avons une poutre qui nous empêche de voir, dans le notre...n’est-ce pas pour laisser une chance à notre prochain de se convertir.

 

AIMER, toujours AIMER …… ne jamais CONDAMNER, …. Ne jamais JUGER.

 

Voilà pourquoi Jean transmet à la postérité dans son évangile que les juifs étaient venus soutenir Marthe et Marie et pleurer Lazare…Pour qu’il n’en sorte qu’un sentiment… L’AMOUR.

 

Pour voir les Révélations de Jésus à Maria Valtorta sur la Résurrection de Lazare, je mets en lien d’abord les trois chapitres concernant d’abord Jésus qui est avec ses apôtres et tarde à venir au secours de Lazare, puis celui de la venue de Jésus à Béthanie avec la résurrection de Lazare, puis la Réflexion de Jésus sur ce miracle.

- 8.7 - 8.8 - 8.9 -  

Puis pour ceux qui désirent approfondir le contexte de cet immense miracle (le fameux signe de Jonas que Jésus donnera à cette génération...et qui se renouvellera peu de temps après avec la mort et la Résurrection de Jésus)...car Dieu seul peut reconstruire un corps décomposé et putréfié depuis plusieurs jours !!!...

Pour ceux donc qui désirent approfondir le contexte de cet immense miracle, je mets en lien tous les passages de l’agonie à la mort de Lazare à son enterrement.

8.1 - 8.2 - 8.3 - 8.4 - 8.5 - 8.6

Enfin, pour ceux qui veulent voir la réaction des Juifs (Jean 11 47 : Les grands prêtres et les Pharisiens réunirent alors un conseil) ainsi que Jésus chez Lazare après sa résurrection, je mets en lien les deux passages suivants.

- 8.10 - 8.11 - 

 

             EN UNION DE CŒUR, D’AMOUR FRATERNEL ET DE PRIERES.

 

                                                          PIERRE

 

POUR LIRE LA SUITE, ALLER DANS LA DEUXIEME PARTIE.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 02/04/2017