FOI, ESPERANCE ET CHARITE…1ère Partie.

FOI, ESPERANCE ET CHARITE.

LA PAIX DU SEIGNEUR SOIT AVEC VOUS, VOS FAMILLES ET VOS PROCHES.

Lorsque l’on est Amoureux fou d’une personne (que ce soit l’amour entre un homme et une femme ou l’amour de parents pour leur bébé qui vient de naître…) on ne vit qu’en fonction de cette personne afin de lui plaire, de lui faire plaisir et de nous donner à elle totalement avec toutes les fibres de notre être.

Chaque pensée, chaque action, chaque geste est motivé par l’être Aimé, qu’il soit présent à coté de nous, tout contre nous ou loin de nous à son travail, à ses activités, à ses jeux…

Non seulement nous sommes prêt à lui faire confiance en tout (en refusant toute pensée négatives sur lui), à lui pardonner tout, mais aussi à le suivre dans tous ses désirs…et même à les devancer lorsque nous pensons les connaître !!!

Notre Amour pour cette personne fait naître en nous non seulement des actes d’Amour envers elle, mais aussi notre espérance en elle, en rêvant d’un avenir plein de bonheur et d’épanouissement ensemble et enfin notre foi en elle, sûr qu’elle ne nous fera que du bien et répondra pleinement à notre amour et à notre espérance.

Or cet amour que nous sommes capable de donner pour un être humain qui est pécheur au même titre que nous, qui risque de nous blesser un jour ou l’autre, de nous énerver, de nous fatiguer, voir de nous décevoir…Dieu nous demande de l’avoir pour Lui, Lui qui n’a aucun péché, qui est L’Amour Infini, qui est totalement Pur, qui nous a crée ainsi que toute la création (par Amour pour nous), qui s’est Sacrifié Lui-même pour notre Salut alors que nous l’avions trahi…et que nous le trahissons tellement souvent !!!

Dieu nous donne dans Son Amour Infini, L’Espérance d’hériter de Son Royaume pour un Bonheur Infini et éternel…à condition de prendre Le Chemin qu’Il nous montre, celui que Jésus a pris sur Terre, qui est le seul Chemin qui y conduit.

Dieu nous donne dans Son Amour Infini, La Foi car Il ne nous trahira jamais, Il nous Aime et ne veut que notre Bonheur (celui de notre âme) pour nous conduire à un Bonheur Infini. Il connaît, Lui, tous les dangers qui nous guettent et sont parsemés tout au long de notre route sur Terre…bien souvent, invisibles à nos yeux, mais dont notre âme en ressent toutes les blessures et les attaques.

Il nous dit comment les éviter en suivant tous Ses Commandements d’Amour et en prenant Le Chemin de L’Amour, de La Pureté, de La Vérité, de La Lumière, de L’Obéissance, de La Miséricorde et de La Compassion.

Il reste près de nous et viens en nous par Ses Sacrements, par Sa Parole et par Son Corps et Son Sang qu’Il nous donne dans L’Eucharistie pour avoir, chaque jour, la force de lutter contre toutes les attaques qui nous agressent.

Il nous redonne Sa Grâce chaque fois que nous sommes tombé en succombant aux tentations qui nous assaillent, en regrettant amèrement nos chutes et le mal que nous avons fait autour de nous et en nous, à notre Prochain, à nous-même et à Dieu, dans Le Sacrement de Pénitence et de Miséricorde.     

Dieu nous demande de L’Aimer plus que tout, et par Amour pour Lui d’apprendre à Le connaître en vérité, à Le découvrir de plus en plus pour L’Aimer toujours plus (car plus on Le découvre, plus on découvre Son Amour pour nous dans notre propre vie…plus on L’Aime)… et par Amour pour Lui, de suivre dans une totale obéissance pleine de confiance et d’Amour l’ensemble de Ses Commandements…car Il nous les a donné pour notre propre Salut…afin d’éviter à notre âme de nombreuses blessures, voir des maladies graves qui conduisent à notre soumission, à notre esclavage à Satan et à la perte de La Grâce que nous donne Dieu par Le Sacrifice volontaire et plein d’Amour de Jésus-Christ (qui a versé entièrement et volontairement tout Son Sang pour notre Rédemption).

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 8,31-37.

Jésus disait à ces Juifs qui maintenant croyaient en lui :
« Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »
Ils lui répliquèrent : « Nous sommes les descendants d'Abraham, et nous n'avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : 'Vous deviendrez libres' ? »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : tout homme qui commet le péché est esclave du péché.
L'esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours.
Donc, si c'est le Fils qui vous rend libres, vous serez vraiment libres.
Je sais bien que vous êtes les descendants d'Abraham, et pourtant vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole n'a pas de prise sur vous.    

Mais si Dieu nous demande de L’Aimer plus que tout, afin de nous rendre libre et non plus esclave de notre péché, Lui qui est L’Amour et La Source de L’Amour, en contrepartie Il déverse sur nous Son Amour (et Il le fait bien avant nous…Il le fait depuis notre création dans Sa pensée !!!), Il donne Sa Paix à ceux qui sont Amoureux fous de Lui…et Il nous demande de ne pas garder pour nous Son Amour (comme l’ensemble de Ses Dons) qu’Il répand en abondance sur nous.

Dieu met sur notre route des Prochains qu’Il nous confie…à nous de partager L’Amour que Dieu a mis en nous…car tous sont ses enfants, même si nous sommes tous pécheurs…et tous sont Aimés de Dieu qui ne rêve que d’une chose : que chacun découvre L’Amour de Dieu pour lui, quitte son chemin de péché pour prendre le seul Chemin qui conduit au Royaume dont Dieu veut nous faire hériter.

Dieu nous Aime tellement qu’Il nous laisse notre libre-arbitre…mais Il espère tout au long de notre vie sur Terre, que nous quitterons notre chemin de péché qui fait tant de mal aussi bien à nous qu’à tous ceux qui nous sont proches (et par internet cela peut faire du mal jusqu’à l’autre bout du monde…et entraîner des foules vers le chemin de la Haine au lieu de les élever vers le chemin de L’Amour Vrai et Pur de Dieu)…pour prendre Le Chemin que Dieu nous montre, qui est un Chemin d’Amour, de Compassion, de Pénitence et de Réparations pour tout le mal que nous avons fait auparavant…qui doit être compensé par encore plus d’actes d’Amour.

Dieu nous demande de nous aimer les uns les autres, car sinon Il ne peut pas agir et amener le pécheur à la conversion, à la pénitence et à la réparation par une longue vie d’Amour là où auparavant il avait détruit des âmes (la sienne comprise) par ses péchés.

Bien-sûr il est facile de condamner celui qui fait du mal…mais sommes-nous sans péché pour ne pas risquer d’être condamner à notre tour ???

L’Amour est aveugle car si nous voyons le mal et se dégâts visibles par tous (comme la partie haute d’un iceberg), personne ne peut plonger au plus profond du cœur et des âmes pour juger en toute justice, vérité et amour…sans parti pris.

Extrait de ma Réflexion n°10 : Être Fidèle à Dieu.

Mais L’Eglise est composée d’hommes et de femmes comme nous, et pouvons-nous prétendre que nous sommes beaucoup moins pécheurs que les autres ???

Pouvons-nous aller dans le profond du cœur de notre prochain pour voir si sa faute et les circonstances de sa faute sont pires que ce que nous ferions dans les mêmes circonstances ???

Non seul Dieu scrute le profond du Cœur de chaque être, et donc LUI seul peut juger les actes de chacun.

Et Dieu est un Dieu qui pardonne inlassablement nos fautes, Le Jugement ne venant qu’après la fin de notre vie sur terre. 

Alors qui serions-nous pour dénoncer la paille qui se trouve devant l’œil de notre prochain, alors que nous avons une poutre qui cache le notre.

Pardonnons aussi à notre tour, pour ne pas tomber sous le coup d’un Jugement de Dieu, à la fin de notre vie, qui pourra nous dire :

« Tu as condamné cette personne pour cette faute, alors que toi tu as fait bien pire … Tu te condamnes donc toi-même. »

Ne demandons pas aux membres de l’Eglise de devenir de Saintes et Justes personnes, avant de suivre cette Eglise, car n’oublions jamais que c’est Dieu qui en est La Tête et Le Corps.

Commençons par devenir nous-même plus Saints et plus Juste, et alors, les membres de l’Eglise deviendront plus Saints et plus Justes.

Je voudrais préciser que je parle de L’Amour du Prochain que Dieu met sur notre route (L’AMOUR rend aveugle … on le dit pour un couple amoureux, mais Jésus le dit pour notre prochain, quel qu’il soit.).

Il est vrai que c’est à cause de L’Amour de Dieu (celui qu’Il met en nous et celui que nous Lui rendons), Lui qui est La source de L’Amour qu’Il peut faire jaillir en nous au profit de notre Prochain, si notre esprit n’est pas encombré par nos péchés et les attraits de notre chair (fatigue, occupations, orgueil, égoïsme, manque d’envie, luxure, etc…) mais disponible pour écouter ce que Dieu révèle à notre âme.

L’Amour rend aveugle car lorsque l’on est amoureux on ne calcule plus, on ne juge plus, on ne condamne plus la personne…on refuse de voir la poutre dans l’œil de notre Prochain que nous montre nos yeux obscurcis par notre chair corrompue…pour ne voir qu’un frère malade, fatigué, qui n’en peut plus et que Dieu met sur notre route comme Il a mis cet homme à moitié mort  sur la route du Bon Samaritain (voir ma Réflexion du 27 Octobre 2009).

Car, comme Dieu nous le dit, souvent nous croyons voir une poutre dans l’œil de notre Prochain, alors que souvent ce n’est qu’une toute petite paille…et c’est la grosse poutre qui est devant notre œil à nous qui nous donne cette image !!!

Extrait de ma Réflexion : Mardi 27 Octobre 2009.

Ayons toujours à l’esprit La Parabole du Bon Samaritain et comprenons ce que Dieu veut nous dire à nous personnellement.

Luc 10 29-37 (Extrait).

Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba au milieu des brigands qui, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à demi mort…

Un Prêtre le vit…et passa outre…

Un lévite le vit…et passa outre…

Mais un samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui, le vit et fut pris de pitié.

Il s’approcha, banda ses plaies, y versant de l’huile et du vin, puis le chargea sur sa propre monture, le mena à l’hôtellerie et pris soin de lui.

Le lendemain, il tira deux deniers et les donna à l’hôtelier, en disant : « Prends soin de lui, et ce que tu auras dépensé en plus, je te le rembourserais, moi, à mon retour.

Pour mieux comprendre et faire le lien avec La Parole d’aujourd’hui, pensons à ce que représente chacun des personnages et des lieux de cette Parabole.

Cet homme qui se fait agressé, dépouillé et laissé à demi mort…c’est Le Prochain, ce malade que Dieu met sur notre route.

Les coups qu’il a reçus proviennent de son esclavage aux désirs de sa chair corrompue, à sa soumission à Satan…qui le laisse en train d’agoniser !!!

Le Prêtre est ce Chrétien qui ne veut pas se souiller avec des individus « louches » qui ne vont pas à l’église et vivent dans le péché.

Le Lévite est ce Chrétien qui connaît bien les Lois et ne veut pas être vu avec quelqu’un qui ne les respecte pas et se compromettre en le fréquentant.

Le Bon Samaritain est cet étranger qui a compris que l’essentiel dans la vie est L’Amour, qui ne se regarde pas, qui ne regarde pas le travail qu’il a, voir qui l’attend d’urgence (comme les représentants qui voyagent pour leur travail), qui s’oublie lui-même complètement (comme la graine mise en terre) pour ne voir qu’une personne souffrante devant lui.

Il lui apporte ce qu’il a avec lui afin de commencer à soigner ses plaies (par l’écoute humaine et spirituelle, le regard intérieur tourné vers Dieu)…puis le prends en charge (le mettant sur sa propre monture…renonçant au repos de voyager sur une monture…pour la fatigue de marcher en laissant le blessé profiter de sa monture).

Il l’amène enfin à l’hôtellerie…où Dieu se trouve et va permettre au malade de se reposer et de recevoir tous les soins nécessaires pour panser toutes les plaies et soigner toutes les blessures.

Mais Le Bon Samaritain ne se contente pas de cela en se disant que maintenant…il sera sauvé.

Il le garde dans son cœur en promettant de revenir le voir…et il donne tout ce qu’il a pour que Dieu le guérisse.

Les deux deniers représentant ce qu’il désire offrir à Dieu pour la guérison spirituelle du frère que Dieu a mis sur sa route (ses actes de charités, ses sacrifices, ses pénitences, ses souffrances qu’il offre au Père en Offrande d’Amour pour le salut de cette âme)…sans oublier la guérison « humaine »…mais qui est donné en surcroît à celui qui a Foi en Dieu.

« Prends soin de Lui » est la Compassion du Bon Samaritain qui tourne sa prière vers Dieu en lui offrant, dans un total élan d’Amour et de Compassion, ce qu’il peut et en demandant à Dieu de soigner cette âme qu’il Aime.

« Ce que tu auras dépensé en plus, je te le rembourserais, moi, à mon retour » représente le désir d’Amour du Bon Samaritain, prêt à offrir davantage si cela est nécessaire pour le Salut de cette âme…qu’il ne veut pas laisser tomber (plus de sacrifices, plus d’actes de Charité, plus d’immolation pour Dieu)…et dont il veut obtenir que Dieu le sauve, quel que soit ce qu’il a fait et les péchés dans lesquels il est tombé…voir retombera par la suite (mais Dieu ne nous dit-Il pas de Pardonner continuellement…surtout lorsque l’on réalise que le pécheur n’est rien d’autre qu’un malade qui ne le sait pas…ou n’arrive pas à prendre le traitement qui le guérirait !!!).

Arrêtons d’essayer de passer notre temps à voir les poutres qui sont peut-être (mais nous pensons qu’elles le sont « sûrement », voir « obligatoirement ») chez notre Prochain, arrêtons de vouloir le condamner à tout prix et souvent sur des ragots entendu autour de nous ou dans les médias (qui ne peuvent que dire la vérité et toute la vérité !!!), mais à l’image du Bon Samaritain (et non pas du lévite ou du prêtre de cette parabole), ne rejetons jamais notre Prochain, qui est notre frère en Jésus et que Dieu Aime et voudrait sauver…au même titre que nous.

Simplement notre Prochain est malade (voir agonisant) à cause soit de son esclavage au mal qui vient de sa chair corrompue (et ne réalise pas le mal qu’il fait…ou plutôt que Satan fait par son intermédiaire et grâce à sa chair qui règne en maître sur son esprit), soit des blessures qu’il a reçues et infligées par ceux qui sont esclaves de leurs chairs et l’ont laissé pour mort au bord de la route.

Dieu nous demande de l’Aimer, de lui apporter L’Amour qui l’aidera à se relever et de se servir des Dons qu’Il nous a donné pour le porter jusqu’à Dieu pour recevoir tous les soins dont il a besoin et que Dieu seul peut réaliser…jusqu’au plus profond de nos âmes.

Puis Dieu nous demande encore notre attention pleine d’Amour, nos Prières, nos Sacrifices pour compléter les soins dont notre Prochain a besoin.      

 Commentaire du jour

Père Cantalamessa…né en 1934, O.F.M. Capucin, Mgr Raniero Cantalamessa est prédicateur de la maison pontificale au Vatican depuis 1980, où il donne une méditation chaque semaine en Avent et en Carême, en présence du Pape, des Cardinaux, des Evêques et des Prélats de la Curie Romaine et des supérieurs généraux des ordres religieux.

Par Amour pour les pécheurs.

Dieu n’est pas tantôt sévère, tantôt bienveillant, au gré de quelque caprice. Il n’use pas arbitrairement et sans motif tantôt de Sa Toute-Puissance, tantôt de Sa Miséricorde.

L’explication de cette ambivalence, la voici : Dieu est bon, plein de tendresse envers le pécheur. Il est Saint, Terrible et Implacable à l’égard du Péché.

Ce qu’exprime une formule attribuée à Saint Augustin : « Je hais tes œuvres, toi je t’aime ». Dieu n’a ni haine ni mépris pour ses créatures. Ce qu’Il hait, et « jusqu’à mille générations », c’est-à-dire jusqu’à ses extrêmes conséquences, c’est ce qu’Il n’a pas fait, ce qu’Il n’a pas voulu, le mal. Et le mal est le premier destructeur de la créature.

Sa Colère contre le Péché est donc une colère contre l’ennemi commun. En définitive, elle est Amour.

Aussi, quand nous entendons Dieu Lui-même déclarer : « Dans Ma Colère, Je t’ai frappé, dans Ma Bienveillance, J’ai eu Pitié de toi » (Is 60 10), comprenons-en bien la signification : « J’ai frappé ton mal par Pitié pour toi ».

En quel sans alors Le Crucifix est-il la révélation suprême du Dieu Vivant de La Bible ???

Au sens que La Croix est le « non » le plus Terrible au Péché et le « oui » le plus Aimant au Pécheur.   

A nous Chrétiens, il nous est demandé de condamner fermement le péché sous toutes ses formes (à commencer par celui qui est en nous-même)…mais pas le pécheur, car nous sommes incapable de juger en Vérité ne voyant que la partie visible de l’iceberg et étant totalement ignorant de la partie cachée (et c’est aussi souvent le cas en nous-même).

Extrait de ma Réflexion n°29 : Le Signe de Jonas.

Rappeler aux gens Les Commandements de Dieu et les appeler à se convertir n’est jamais chose facile à dire et à faire. Il est plus facile de dire….ce sont des règles dites par l’église (en remarquant que l’on ne dit pas qu’elles viennent de Dieu !!!)…mais comme toute règle, il y a les arrangements en fonction de chaque cas…bien sûr tu peux faire ceci ou cela, ne t’inquiète pas….Dieu est Amour….Il comprend !!!

Vous êtes des hommes pas des Saints….ces règles sont pour les Saints…pas pour vous…. Dieu est Amour…Il comprend !!!

Et pourtant chaque personne qui se dit Chrétien ou se prétend Chrétien est appelée à cela…car La Loi de Dieu a été établie par Dieu Lui-même et ne peut être transgressée ou accommodée à la sauce moderne, en fonction de chacun.

Il ne faut pas oublier non plus, que pour rappeler aux gens Les Commandements de Dieu et les appeler à se convertir…il faut déjà soi-même avoir pris Ce Chemin de Conversion…car on ne peut dire aux autres ce qu’ils doivent faire…si nous ne le faisons pas nous même !!!

Et chaque personne qui se dit Chrétien ou se prétend Chrétien ne peut, pour soi-même, accommoder La Loi de Dieu à la sauce moderne et la transgresser lorsque cela l’arrange…du moment que les autres ne le voient pas….mais Dieu le voit, comme Il voyait les mauvaises actions des habitants de Ninive…car Dieu voit tout ce que nous faisons, même les choses les plus cachées (commence par enlever la poutre qui est dans ton œil avant de chercher à enlever la paille qui est dans l’œil de ton Prochain…Matthieu 7 1-9…cela ne signifie pas qu’il ne faut pas dire à son frère d’enlever la paille qui est dans son œil, mais pour voir cette paille et l’aider à l’enlever, il faut d’abord se laisser convertir en profondeur soi-même par Dieu afin de ne plus avoir la poutre qui est dans le notre et qui nous empêche de voir que ce n’est qu’une paille qui est dans l’œil de notre frère). 

N’oublions jamais qu’à notre mort (qui peut advenir à tout instant et de manière totalement imprévisible, même si l’on est jeune), nous serons tous jugés par Jésus qui après avoir été Miséricorde pendant notre vie sur Terre, sera Juge de toutes nos actions tout au long de notre vie…et ceux qui auront fait le mal et vécu dans le mal (visible ou invisible aux yeux des hommes, y compris le mal légalisé par les hommes) en refusant de se convertir, d’Aimer, de réparer et de Pardonner vivront des Souffrances Infinies et atroces non pas pendant un jour, une semaine, un mois, une années ou quelques années…mais éternellement !!!

Le Chrétien doit collaborer avec la justice humaine pour que le mal fait soit puni (et sévèrement s’il le faut), mais avec justice et sans parti pris…mais il doit Aimer et prier aussi bien pour la victime que pour le bourreau afin que la victime (elle mais aussi sa famille et ses proches) puisse arriver un jour à ne plus haïr et à pardonner…et le bourreau (même s’il est enfermé et en prison) puisse un jour réaliser le mal qu’il a fait, le regretter amèrement, se convertir, faire pénitence et réparer le mal fait par encore plus d’actes d’Amour vrai, pur et sincère.  

La justice humaine peut condamner et enfermer ceux qui font le mal…et cela pendant parfois de très nombreuses années, voir jusqu’à la fin de leur vie sur Terre…

Mais La Justice de Dieu arrive au moment de notre mort à cette Terre…et si elle fera Le Bonheur pour ceux qui auront Aimé Dieu et partagé Son Amour avec leur Prochain, et si elle sera clémente pour ceux qui auront pris un chemin de conversion, de repentance et de réparation, elle sera en revanche Terrible pour ceux qui auront assouvi leurs désirs personnels et blessés ou détruits leur Prochain…sans le moindre regret, sans la moindre compassion et sans le moindre Amour les poussant à vouloir réparer le mal qu’ils ont fait et à essayer d’obtenir le Pardon de leurs victimes par de véritables actes d’Amour.

POUR LIRE LA SUITE, ALLER DANS LA DEUXIEME PARTIE.

Ajouter un commentaire