JESUS-CHRIST, Chemin pour notre Salut, Porte ouverte pour notre Rédemption…2ème Partie.

Le Royaume de Dieu se conquiert avec l’aide et L’Amour de Dieu et Sa Grâce qu’Il met en nous…mais Dieu nous laisse chacun libre de désirer conquérir Son Royaume en prenant Le Chemin (le sien) et les armes qu’Il nous donne (Les différents Sacrements (Baptême, Pénitence, Eucharistie, Confirmation, Mariage, les Ordres, etc…), La Grâce, L’Eglise, Marie notre mère) dans L’Obéissance (à tous Ses Commandements d’Amour, sans exception), dans L’Amour, La Foi et L’espérance, L’Humilité, La Vérité et La Pureté, en rejetant toute tentation afin que notre esprit domine notre chair corrompue au lieu d’en être esclave et puise dans notre âme les Grâces dont nous avons besoin qui sont mises par Dieu.

Celui qui vit dans le péché et fièrement dit : « nous sommes des hommes, donc nous sommes pécheurs…et Dieu qui est Amour ne pourra que nous ouvrir toutes grandes les portes du Ciel » oublie que Dieu est aussi Justice…et que celui qui Le rejette en refusant de suivre Ses Commandements et en se jetant volontairement sur les envies de sa chair corrompue, en recherchant plaisirs, gloire et fortune humaine…ne trouvera que Satan et son Royaume de Souffrance Infinies et éternelles !!!

Celui qui vit dans le péché et fièrement dit : « Je suis en bonne santé, je suis jeune, je dois profiter au maximum des plaisirs de la vie tant que je le peux », et qui est le même qui dit les mêmes paroles, au moment de sa retraite…pense sans doute qu’il est préférable de suivre les plaisirs offerts par la vie ( sans réaliser qu’ils ne viennent pas de Dieu, mais de Satan qui agit avec chacun comme il a agit avec Jésus au désert « Si tu le veux, tout ce Royaume, tous ses plaisirs, tous ses rêves sont à toi…il te suffit de t’incliner devant moi en satisfaisant les désirs de ta chair qui en rêve, au lieu de servir ton Dieu », sans en réaliser les conséquences, vu que notre âme vit dans le brouillard épais des vapeurs de nos péchés et que nous lui disons fermement « pas d’état d’âme »…alors que nous disons à notre corps « vas-y, jouis des plaisirs corrompus que tu aimes tant ») tant que notre corps le peut et avant d’être soit à l’agonie, soit au bord de la mort…pour enfin penser à Dieu !!!

C’est oublier que Satan ne lâche pas facilement les prises qui sont dans ses griffes (les âmes blessées, malades, gangrenée…même si les corps sont en parfaite santé)…et comme un poisson dont l’hameçon du pécheur est planté dans sa gueule (après avoir voulu avaler l’appât si appétissant, si tentant !!!), ne peut espérer s’en sortir (parfois il croit retrouver la liberté et s’élance au loin…pour d’un coup sec avoir l’hameçon s’enfoncer au maximum, suite à un coup d’arrêt du pécheur !!!)…seul un profond, sincère et amer regret en demandant Le Pardon de Dieu dans Le Sacrement de Pénitence pourrait nous en délivrer (ainsi que la volonté ferme de ne pas recommencer à suivre les tentations de notre chair corrompue)…encore faut-il que ce regret soit sincère et non motivé par une incapacité de notre corps, voir sa prochaine mort !!!

C’est aussi oublier que l’on peut (et cela arrive tellement souvent) mourir subitement et en étant encore jeune, voir très jeune…et ne plus pouvoir avoir ni le temps du regret, ni celui de la réparation du mal fait !!!

C’est aussi oublier que lorsqu’on a asservi toute notre vie notre esprit aux appétits de notre chair avide de nouvelles sensations toujours plus corrompues les unes que les autres, il devient quasiment impossible à notre esprit de dire « non » et de se rebeller contre notre chair…sauf un court instant…avant de sombrer encore plus bas en nous jetant avec avidité sur les besoins corrompus, malsains et pervers que notre chair nous hurle avec désespoir à l’oreille de notre esprit !!!

Seul ceux qui se sont entraînés régulièrement à dominer leur chair savent lui dire « non, tais-toi »…les autres, même s’ils veulent résister, s’enchaînent toujours plus dans les tentacules de la corruption, dans les ronces du péché…et à chaque tentative d’en sortir…se blessent encore plus dans d’autres tentacules, d’autres ronces (comme quelqu’un qui fume plusieurs paquets de cigarettes par jour depuis des années et qui décide d’arrêter…y parvient peut-être quelques jours, quelques semaines, quelques mois, jusqu’à être tenté par quelqu’un qui lui en propose une, par quelqu’un qui fume là où il se trouve, par des amis lors d’une fête qui sont tous en train de fumer…et prenant une taffe…se met à fumer deux fois plus qu’avant !!!).

Alors Dieu pourra leur dire de résister à leur chair corrompue, et peut-être auront-ils l’envie de le faire…mais plus l’esprit est devenu esclave de notre chair…plus cela devient de l’héroïsme pour leur esprit de reprendre le contrôle de leur chair.  

C’est aussi oublier que tous les plaisirs corrompus de notre chair que nous avons satisfait en disant volontairement « non » à Dieu seront pour nous source de très grandes et longues souffrances soit au Purgatoire (pour ceux qui auront un regret tardif de leurs fautes et demanderont La Miséricorde de Dieu) soit en Enfer (pour ceux qui auront rejeté Dieu), car La Justice de Dieu est la même pour tous, et tout mal fait doit être non seulement regretté, mais réparé par une dose au moins aussi grande en Amour que ce soit sur Terre pour ceux qui décident de se convertir et de prendre Le seul Chemin qui conduit au Royaume de Dieu ou au Purgatoire par Le Feu Purificateur qui détruit peu à peu les souillures que nous avons laissés dans notre âme et dans notre esprit.

Pensons, juste un instant que la faute de l’homme était tellement grande que Jésus (notre Dieu) a dut accepter de s’Immoler pour notre Salut.

Nous devrions être au comble de L’Adoration et des Remerciements pour un tel acte d’Amour en ne désirant qu’une chose : Faire la Volonté de Dieu en toute chose, et répondre de tout notre être par notre propre Amour à cet Amour Infini pour nous.

Nous devrions être au comble de L’Adoration et des Remerciements car Dieu veut, en plus, nous faire hériter de Son Royaume où il n’y a plus ni mort, ni souffrance mais seulement Amour, Bonheur et Pureté pour une vie éternelle…une vie qui n’a plus de fin !!!

Qui, sur terre, un jour de bonheur, n’a pas rêvé de trouver la recette de la vie éternelle…afin de ne jamais connaître la mort ???

Mais cela n’empêche pas notre vie sur Terre d’être pleine d’embûches, de souffrances, de maladies, de vols, de médisances, de corruptions, de mensonges, de perversités, de haine, de violence, de fureur, de racisme, d’exclusions, de viols, de tortures, etc…alors vivre éternellement dans ce monde !!!

Mais vivre éternellement dans un monde où il n’existe qu’Amour et Pureté, où sont absent la mort, la maladie, les souffrances et ne règne que Le Bonheur…cela devient le rêve absolu !!! Et Dieu veut nous le donner à condition de Le choisir, de L’Aimer plus que tout, de L’Adorer (et Lui seul) et d’Obéir à tous Ses Commandements d’Amour tout au long de notre vie sur terre !!!

Dieu nous Pardonne nos rébellions et se Sacrifie Lui-même pour sauver notre âme d’une fin horrible dans des Souffrances éternelles…Il nous demande juste de nous sacrifier à notre mesure pour Pardonner à ceux qui nous font du mal…peut-on le Lui refuser, alors que ce Sacrifice (qui peut nous paraître impossible, mais qui est infiniment plus léger que celui de Dieu pour nous) nous ouvre les portes du Ciel pour un Bonheur Infini et éternel sans commune mesure avec nos sacrifices limités dans le temps (même s’ils nous paraissent long !!!).

Rappelons-nous cette Parabole que Jésus nous donne dans L’Evangile…Un Roi (qui représente Jésus) qui remet les dettes de son serviteur pour un montant de 60 millions de pièces d’argent (les dettes de notre âme pour laquelle Jésus, Notre Dieu, s’est Sacrifié pour lui rouvrir les portes du Ciel qui lui était fermée)…et ce serviteur (nous même !!!) qui sommes prêts, juste après avoir supplié Dieu de nous Pardonner, à faire mettre en prison le Prochain qui nous a blessé, et qui nous demande de lui pardonner, pour une dette d’un montant de 100 pièces d’argent !!!

Dieu peut-il nous Pardonner, nous sauver et nous ouvrir les portes de Son Royaume…si nous ne sommes pas prêt à faire la même chose avec notre Prochain (qui est notre frère et aussi, comme nous, enfant de Dieu, son Créateur…et que Dieu Aime comme nous !!!) ???

Sa réponse est claire… « Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu'à ce qu'il ait tout remboursé. C'est ainsi que Mon Père du Ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son coeur. »

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 18,21-35.
Pierre s'approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu'à sept fois ? »
Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois.
En effet, le Royaume des cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.
Il commençait, quand on lui amena quelqu'un qui lui devait dix mille talents (c'est-à-dire soixante millions de pièces d'argent).
Comme cet homme n'avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette.
Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : 'Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout. '
Saisi de pitié, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette.
Mais, en sortant, le serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d'argent. Il se jeta sur lui pour l'étrangler, en disant : 'Rembourse ta dette ! '
Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : 'Prends patience envers moi, et je te rembourserai. '
Mais l'autre refusa et le fit jeter en prison jusqu'à ce qu'il ait remboursé.
Ses compagnons, en voyant cela, furent profondément attristés et allèrent tout raconter à leur maître.
Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : 'Serviteur mauvais ! je t'avais remis toute cette dette parce que tu m'avais supplié.
Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j'avais eu pitié de toi ? '
Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu'à ce qu'il ait tout remboursé.
C'est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son coeur. »

En choisissant volontairement de vivre dans le péché, (ce qui est le cas chaque fois que nous disons « oui » aux tentations qui surviennent, alors que nous savons que Dieu désapprouve et nous demande de dire « non »), nous sommes comme Juda qui vient embrasser Dieu (qui est Amour), pour l’instant d’après, prendre un fouet solide en frappant de toutes nos forces sur le corps de Jésus, prendre une couronne d’épine en l’enfonçant bien fort sur la tête de Jésus, enfoncer avec férocité des énormes clous dans les mains et les pieds de Jésus…tout en disant : « Dieu est Amour, Il ne pourra que nous accueillir au Ciel » !!!

Oui, Dieu veut notre Salut…mais pour cela, il faut (comme Saint Pierre) le regret amer de nos fautes, la réparation de tout le mal que nous avons fait par autant (et plus encore) d’actes concrets d’Adoration, d’Amour, d’Obéissance et d’Humilité pour Dieu, d’actes concrets d’Amour, de Miséricorde, de Pardon, de Compassion pour notre Prochain…sinon La Justice de Dieu, au moment de notre mort à cette Terre, fera notre désespoir de voir les pleurs de Jésus ne pouvant nous accueillir dans Son Royaume et le grincement de joie sadique de Satan qui, d’un coup de griffe, nous enverra pour l’éternité dans Son Royaume, L’Enfer (et pour les moins pécheurs, mais dont L’Amour fut si tiède, la souffrance de ne pouvoir Contempler Dieu avant d’avoir réparé par nos souffrances au Feu Purificateur du Purgatoire, le mal fait à Dieu et à notre Prochain…ce qui pourra parfois paraître un temps infiniment long, paraissant parfois bien plus long que notre séjour sur Terre).

Rappelez-vous ce que je disais sur cette durée au Purgatoire, entre autre dans ma Réflexion n°34 : La Vie Eternelle.

Un malade, rapportait Saint Antonin, était en proie aux plus excessives souffrances et demandait à Dieu, avec des larmes, la délivrance de ses maux.                                            

Un Ange lui apparut et lui dit : « Le Seigneur m’envoie vers vous, pour vous donner le choix d’une année de souffrances sur la terre ou un seul jour dans le purgatoire ».               

Le malade n’hésita pas. Un seul jour dans la Purgatoire, dit-il, je verrai du moins un terme à mes douleurs. Il expira aussitôt, et son âme fut précipitée dans l’abîme de l’expiation. Alors l’Ange compatissant vint s’offrir pour le consoler. A cette vue, le malheureux poussa une clameur déchirante, semblable à un rugissement, et s’écria : « Ange séducteur, vous m’avez trompé. Vous m’avez assuré que je ne serais qu’un jour dans le Purgatoire, et voilà déjà vingt ans que je suis livré aux plus affreux supplices ».                                          

Détrompez-vous. A peine quelques minutes se sont écoulées depuis votre trépas et votre cadavre n’est pas encore froid sur votre lit de mort, lui répondit l’Ange.                       

« Alors obtenez que je retourne sur la terre pour y souffrir, pendant un an, tout ce qu’il plaira à Dieu ».                                                                                                                                   

Sa demande lui ayant été accordée, le malade incitait tous ceux qui venaient le voir à accepter de bon cœur toutes les peines de ce monde, plutôt que de s’exposer aux tourments de l’autre. « La patience dans les peines, disait-il souvent, est la clef d’or du Paradis. Profitons-en donc pour offrir nos souffrances ». Il mourut au terme de l’année comme convenu.

Dans un autre extrait de la même Réflexion :

"C'est si difficile de souffrir !" dit le paysan auquel se sont joints les membres de sa famille : une dizaine entre adultes et enfants.

"Je sais que l'homme trouve que c'est difficile. Et sachant comment l'homme l'aurait jugée telle, le Père ne l'avait pas donnée à ses fils. Elle est venue à la suite de la faute.

Mais combien de temps dure la souffrance sur la terre ? Dans la vie d'un homme, peu de temps. Toujours peu, même si elle dure tout la vie.

Maintenant je vous dis : n'est-il pas préférable de souffrir un peu de temps que toujours ? N'est-il pas préférable de souffrir ici qu'au Purgatoire ?

Pensez, au Purgatoire, le temps est multiplié par mille.

Dans un autre extrait de la même Réflexion :

Maria Simma nous dit :

La première fois, une âme m’a demandée si je voulais bien souffrir pour elle pendant trois heures dans mon corps, après quoi, je pourrais reprendre mon travail. Je me suis dit que si tout était fini au bout de trois heures, je pouvais bien accepter. Pendant ces trois heures effectives, j’eu l’impression que cela durait plutôt trois jours tellement c’était douloureux. L’âme me dit qu’en acceptant cette souffrance avec Amour pendant trois heures, je lui avais épargné vingt ans de Purgatoire.

Oui, Dieu veut notre Salut…mais pour cela, il ne s’agit pas de reporter à « demain », à éternellement « demain » le moment où l’on décide de se convertir en acceptant le Pardon de Dieu pour notre vie de péché que nous regrettons amèrement et que nous ne voulons plus reprendre.

Si nous remettons notre conversion à demain…pour aujourd’hui satisfaire pleinement les désirs et envies de notre chair corrompue (je veux profiter encore un peu de la vie…ce qui signifie concrètement : je veux encore un peu me laisser guider par Satan pour suivre les chemins qu’il me propose)…croyons-nous que le lendemain notre esprit sera capable de dire « non » à notre chair…sans parler des conséquences de nos actes de satisfaction de notre chair et du mal qu’ils auront fait aujourd’hui…dont nous ne mesurons pas la portée…mais que Satan pourra nous rappeler au cas où nous voudrions nous débarrasser de lui…pour notre plus grand désespoir !!!

Dernièrement, aux actualités, une femme s’est trouvé un « amant » dans le pays où elle avait été…avant de rentrer chez elle, en laissant son amant dans son pays !!!

A son retour, elle affiche son bonheur avec son fiancé (le vrai) sur son site internet. L’amant éconduit voit ces photos sur le net…prend l’avion et va tuer sa maîtresse !!!

Encore dans les actualités, une femme s’est rendue compte que son mari avait eu une liaison amoureuse, elle l’asperge d’essence pendant son sommeil et met le feu au lit !!!

Vous voyez que les conséquences de nos plaisirs (et de notre alliance avec Satan pour satisfaire les envies de notre chair)…peuvent être totalement incontrôlables pour notre plus grand désespoir…et l’impossibilité de revenir en arrière !!!

Comme je le disais plus haut, le poisson qui vient d’avaler un hameçon en croyant se nourrir du leurre bien appétissant et visible dessus, bien qu’il sente la douleur de la piqûre, le trouble qu’elle provoque, pense être libre en s’éloignant tranquillement…jusqu’au moment où le pécheur donne un grand coup sec et que l’hameçon s’enfonce bien profondément…le désir de prendre du plaisir avec sa chair (la luxure qui est appétit de la chair, l’appât brillant, appétissant et tellement désirable sur l’hameçon) cachant l’hameçon mis par Satan (qui sont ses propres griffes qui blessent notre âme, la contaminent, la détruisent et en font fuir Dieu ainsi que Son aide et Sa Grâce) et même si notre conscience nous trouble ou nous pique un peu…nous nous sentons libre jusqu’à ce que Satan tire un grand coup sec, et se servant de la douleur faite à l’âme de l’un pour torturer ou tuer le corps de l’autre (dans le cas de ces exemples, mais cela peut aussi être directement pour torturer ou tuer son âme…ne serait-ce que par le chantage ou tout moyen propice à son œuvre destructrice… dont j’ai déjà parlé, etc…)…avec toutes les conséquences…douleur atroce, refus de pardon, haine, désespoir, etc…tous des fruits qui sont sur Le Chemin qui mène au Royaume de Satan, en Enfer…loin du Chemin d’Amour, de Pureté et de Miséricorde de Jésus (qui est Le Chemin qu’Il nous demande de prendre) !!!       

Rappelez-vous ce que je disais sur L’Enfer, entre autre dans ma Réflexion n°41 : La Brebis Perdue.

Après s’être adorés eux-mêmes en accordant toute satisfaction à la chair, au sang ainsi qu’aux sept appétits de leur chair et de leur sang, foulant ainsi aux pieds La Loi de Dieu et celle de la moralité, ils se haïssent maintenant parce qu’ils se rendent compte qu’ils se sont eux-mêmes causés leurs tourments.

Le mot « Haine » recouvre ce royaume immense. Il rugit au milieu de ces flammes. Il hurle sous les ricanements des démons. Il sanglote et crie au milieu des lamentations des damnés. Il résonne comme une cloche sonne éternellement le tocsin. Il est en lui-même un tourment car, chaque fois qu’on l’entend, il ranime le souvenir de l’Amour perdu à jamais, le remord d’avoir voulu le perdre et la rage de ne plus pouvoir le revoir.

Au milieu de ces flammes, l’âme morte, se tord et crie comme si elle était de nouveau animée par un mouvement de vie, elle se réveille pour comprendre son erreur, puis meurt et renaît à chaque instant dans d’atroces douleurs, car le remords la tue sous un blasphème et ce meurtre la ramène à vivre un nouveau tourment. Le crime d’avoir trahi Dieu dans le temps reste devant l’âme pour l’éternité. L’erreur d’avoir refusé Dieu dans le temps lui est éternellement présente, pour son tourment.

Dans le feu, les flammes singent les spectres de ce qu’ils ont adoré pendant leur vie, les passions se peignent en ardent coups de pinceau sous leurs aspects les plus appétissants et elles crient, crient leur mémento : Tu as voulu le feu des passions. Reçois maintenant le feu allumé par Dieu, dont tu as tourné en dérision Le Saint Feu.

Le feu répond au feu. Au Paradis, il est Feu d’Amour parfait. Au Purgatoire, il est Feu Purificateur. En Enfer, il Feu d’Amour offensé. Puisque les Elus ont aimé à la perfection, l’Amour se donne à eux en toute Sa Perfection. Puisque les âmes du purgatoire ont aimé tièdement, l’Amour devient une flamme pour les amener à La Perfection. Puisque les maudits ont brûlés de tous les feux, sauf du Feu de Dieu, le Feu de La Colère de Dieu les brûlent pour l’éternité.

Or au sein de ce feu se trouve un froid glacé.

Oh ! Vous ne pouvez imaginer ce qu’est l’enfer.

Prenez tout ce qui tourment l’homme sur terre : le feu, les flammes, le gel, les eaux qui submergent, la faim, le sommeil, la soif, les blessures, les maladies, les plaies, la mort … Additionnez-les et multipliez ce total de millions de fois : Vous n’aurez qu’une pâle image de cette terrible vérité.

Un froid sidéral se mêlera à une chaleur insoutenable. Les damnés ont brûlés de tous les feux humains, mais n’auront eu qu’une vie spirituelle glacée pour leur Seigneur Dieu. C’est donc le gel qui les attend pour les congeler après que le feu les aura salés comme du poisson mis à rôtir sur une flamme. Le fait de passer de la chaleur brûlante qui fait fondre au froid glacé qui condense est un tourment de plus.

Le troisième tourment, ce sera l’obscurité. Une obscurité matérielle et spirituelle. Se trouver pour toujours dans les ténèbres après avoir vu La Lumière du Paradis, être étreint par la Ténèbre après avoir vu La Lumière qui est Dieu ! Se débattre dans l’horreur noire où seul s’illumine, au réverbère de l’esprit brûlant, le nom du péché qui leur a valu d’être plongés dans une telle horreur ! Ne trouver aucun appui dans ce remue-ménage d’âmes qui se haïssent et se nuisent mutuellement, si ce n’est dans le désespoir qui les rend fous et toujours plus maudits. S’en nourrir, s’appuyer sur lui, se tuer avec lui. La mort nourrira la mort, est-il dit. Le désespoir est mort et nourrira ces morts pour l’éternité.

POUR LIRE LA SUITE, ALLER DANS LA TROISIEME PARTIE.

Ajouter un commentaire