VIVRE EN DIEU…5ème Partie.

LA PAIX DU SEIGNEUR SOIT AVEC VOUS, VOTRE FAMILLE ET VOS PROCHES.

VIVRE EN DIEU…5ème Partie.

 

CINQUIEME ET DERNIERE PARTIE.

Mais comme Dieu est plein d’Amour pour nous, Il demande alors à La Très Sainte Vierge Marie de prendre le relais afin que nous ayons toujours la possibilité de nous repentir et de revenir…car Dieu ne peut rien refuser à Sa Mère, si Elle le Lui demande. A nous de savoir saisir cette opportunité.

 

Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta (Cahiers de 1943 : Le 04 Juillet).

Jésus dit :

L’Eucharistie est Mon Sang et Mon Corps. Mais avez-vous déjà songé que ce Sang et ce Corps ont été formés avec le sang et le lait de Marie ???


Celle-ci, La Très Pure qui accueillit Le Ciel dans son sein, habillant de ses chairs de blancheur Immaculée Le Verbe du Père après les Noces Divines avec L’Esprit-Saint, ne s’est pas limitée à engendrer Le Sauveur. Elle l’a nourri de son lait.


Il s’ensuit que vous, humains qui vous nourrissez de Moi, sucez le lait de Marie qui est devenu sang en Moi.


Le lait Virginal. Comment donc pouvez-vous rester si souvent esclaves de la chair si, avec Mon Sang, descend en vous ce lait Immaculé ???

C’est comme si une fontaine de Pureté Céleste déversait en vous ses flots. N’en êtes-vous pas Purifiés ???

Comment pouvez-vous être comme cela alors que coule en vous le lait de La Vierge et le Sang du Rédempteur ???

Quand vous vous approchez de Ma table, c’est comme si vous approchiez votre bouche du sein très chaste de La Mère.


Pensez-y, enfants qui nous Aimez peu. Je suis content que vous suciez ce sein dont J’ai tiré Ma nourriture. Mais Je voudrais que, comme en des bébés nourris au sein, la vie augmente en vous.

Je voudrais que vous grandissiez et vous vous fortifiez. Le lait de la nourrice transmet, outre la vie matérielle, des tendances morales.

Comment pouvez-vous, vous qui êtes nourris à ce sein très Pur, ne pas acquérir une ressemblance Spirituelle à Marie ???

Elle vous serre sur Sa poitrine, malades, émaciés, sales que vous êtes. Et Elle vous lave, vous nourrit, vous amène à Son Premier Né car Elle veut que vous L’Aimiez.

 

Si ce n’étaient les soins de Marie et de Ses Prières, la race humaine ne serait plus. Je l’aurais effacée parce que votre façon de vivre a vraiment touché le fond du mal et La Justice est blessée, et La Patience est à son comble, et La Punition est prête.


Mais Marie est là qui vous protège de Son manteau et si Je peux, d’un seul regard, Prosterner Le Paradis et faire trembler les astres, Je ne peux rien contre Ma Mère !!!  

 

Je suis Son Dieu, mais Je reste toujours Son Enfant. Sur ce cœur, Je me suis reposé dans le premier sommeil du nouveau-né et dans le dernier sommeil de la mort, et de ce cœur, Je connais tous les secrets.

Je sais donc que vous punir causerait une Douleur transperçante à La Mère du genre humain, à Sa vrai Mère, qui continue d’espérer qu’Elle pourra vous conduire à Son Fils.


Je suis Son Dieu, mais Elle est Ma Mère. Et Moi, parfait en tout, Je suis votre Maître en ceci aussi : L’Amour pour la Mère.

A ceux qui en ce monde croient encore, Je dis : « Le Salut du monde est en Marie ».


Si vous compreniez que Dieu se retire dans les profondeurs, face à la marée montante des crimes que vous commettez, vous les Déicides, les Fratricides, vous les violeurs de La Loi, les fornicateurs, les adultères, les voleurs, sentines de vices, vous en trembleriez.

Mais vous êtes devenus des sots.

Avant, c’était Moi le pont entre le monde et Le Ciel. Mais en vérité, devant votre obstination dans le mal, Le Christ se retire comme autrefois de Jérusalem car « l’heure n’est pas encore venue » et en attendant l’heure, Le christ vous laisse à votre mal pour que vous l’accomplissiez.


Maintenant, le seul pont qui reste, c’est Marie. Mais si vous la méprisez Elle aussi, vous serez écrasés.

Je ne permets pas que soit vilipendée Celle en qui descendit L’Esprit-Saint pour M’engendrer, Moi Fils de Dieu et Sauveur du monde.


Lorsque Dieu manifeste Sa Colère contre nous…cela signifie qu’Il nous Aime et espère que nous reviendrons vers Lui avec le regret amer de L’avoir offensé…

Pour terminer cette partie où Dieu, dans Sa Colère finit par nous abandonner…mais en nous laissant La Très Sainte Vierge Marie dont les apparitions et messages de conversions sont très nombreux à travers le monde (Fatima, Lourdes, Guadalupe, etc…)…mais sommes-nous prêts à les entendre, à les écouter…et à les vivre !!!

 

Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta se trouvant dans le livre : « Leçons sur L’Epître de Saint Paul aux Romains.

Leçon n°3 du 06 Janvier 1948.

Romains 1 18.

En effet, la colère de Dieu se révèle du haut du Ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes, qui tiennent La Vérité captive dans l’injustice…

Jésus dit :

La plus grande Impiété et la plus grande Injustice est celle d’offenser Dieu, celle de se moquer de la Religion, de l’attaquer, de l’éteindre dans les esprits, de Lui désobéir consciemment, avec préméditation, dans tous Ses Commandements…alors La Colère de Dieu se manifeste du Ciel.

Pas besoin de foudres pour qu’elle soit manifeste. Pas besoin de cataclysmes, pas de déluges.

Il suffit que Dieu vous abandonne, et déjà vous vous donnez la mort, l’angoisse, le désespoir, de vous-même.

La Colère de Dieu, la vraie, La colère immuable de Dieu, plus que par les châtiments, elle se manifeste par le fait de vous abandonner à vous-mêmes.


Ce que vous appelez Colère de Dieu, c’est-à-dire les guerres, les atroces moyens de destruction, les cataclysmes et les pestilences, ne sont pas vraiment Colère sans retour, ou Colère absolue.

Ce sont des reproches, des rappels de la part d’un Père Offensé, mais encore empressé à accorder le Pardon et le secours à Ses enfants coupables.

 

Mais lorsque « impiété et injustice » auront gagné 99% de l’humanité, lorsque l’impiété et l’injustice mentale ou matérielle auront envahi chaque classe sociale, au point de faire pénétrer l’abomination dans La maison de Dieu (L’abomination et la Désolation dont vous parle le prophète (Daniel 9 27) et dont Le Verbe vous donne confirmation (Matthieu 24 15), cette Désolation dont vous n’avez pas encore saisi le sens exact, et dont il est dit qu’elle sera signe de la Fin, et elle le sera) alors Dieu ne vous reprendra plus par des châtiments Paternels (qui n’en sauvent plus beaucoup, il faut le dire, parce que le plus grand nombre d’entre vous est déjà au service de Satan), mais Il vous laissera abandonnés à vous-mêmes. Il se retirera. Il cessera d’agir. Il cessera d’agir jusqu’au moment où, dans un éclair de Son vouloir, Il dira à Ses Anges d’ouvrir les sept sceaux, de sonner les quatre trompettes, de liberer l’aigle des trois malheurs.

Puis, horreur, souffle sera donné à la cinquième trompette, et le Judas des derniers emps ouvrira le puits de L’Abîme pour en faire sortir ce que l’homme aura désiré plus que Dieu.


La Terre entière sera secouée comme une mer en bourrasque. Les humains seront en plein naufrage, tous, à l’exception des serviteurs de Dieu réunis dans la barque de Pierre, et fidèles au saint Navigateur.

C’est alors que, tel un astre pacifique, sur les horeurs et les terreurs des ondes en furie, on verra se lever L’Etoile de la Mer pour annoncer L’Etoile du Matin sur la Terre.


Pour cette seconde et ultime venue L’Agneau de Dieu, Le Rédempteur, Le Saint des Saints n’aura plus comme Précurseur le Pénitent du désert (Jean-Baptiste), salé par les mortifications et cinglant les pécheurs pour les guérir de leur pesanteur et les rendre apte à accueillir Le Seigneur.

Son Précurseur sera Notre Ange à Nous. Celle qui, bien que dans la chair, fut Séraphin, Clle en qui Nous avons établi Notre Demeure.

Nous n’aurions pu en avoir une plus douce et plus digne. Elle est L’Arche très Aimée, L’Arche d’or Pur qui encore Nous contient, comme Nous La contenons.


Elle traversera Les Cieux, Rayonnante d’Amour, pour préparer la route parfumée et royale au Roi des Rois, et pour préparer, engendrer et mettre au monde comme pour une dernière Maternité, autant de germes vivants que possible, tous ceux qui voudront être enfantés au Dieu.


Bénissez Dieu qui a concédé à L’Etoile très Pure de Lui ouvrir Le Chemin, pour qu’Elle vous attire à Lui par la Douceur de Son Amour.

Mère secourable, Compatissante, extrême, toujours prête à Compenser, dans l’esprit des bons, le vide laissé par Dieu, qui se retire toujours plus loin dégoûté par les péchés des hommes.  

 

Je voudrais terminer cette Réflexion qui nous montre que l’on ne peut pas vivre en Dieu… sans mettre notre vie entre les mains de La très Sainte Vierge Marie (rappelez-vous cette Consécration à Marie : Je te livre et Consacre en toute soumission et Amour, mon esprit, mon âme et mon corps, ainsi que tous mes biens intérieurs et extérieurs sans exception, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futurs, te laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient, selon ton bon plaisir, pour La plus grande Gloire de Dieu, Père, Fils et Saint Esprit, dès maintenant, dans le temps et pour l’éternité.)… en laissant Jésus nous parler une dernière fois (dans cette Réflexion) de Sa Très Sainte Mère, au sein de La Création, et qui fait le ravissement du Paradis et de Dieu Lui-même !!!  

 

Extrait des Révélations de Jésus à Maria Valtorta se trouvant dans le livre : « Leçons sur L’Epître de Saint Paul aux Romains.

Leçon n°14 du 02 Février 1948.

Jésus dit :

Il est dit : « L’Esprit du Seigneur emplit le monde entier ». Le monde entier, depuis toujours et pour toujours.

Dieu suit le monde dans ses différentes évolutions, qui sont toutes décrétées par son vouloir Divin. Oui, elles sont voulues de Dieu.

Il ne s’agit pas d’auto-évolutions, mais d’évolutions décrétées par Le Créateur, Le Seigneur Tout-Puissant, L’Eternel.

Il est dit aussi : « L’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux ». C’est une des premières phrases de la merveilleuse histoire de La Création.

Dieu était déjà. Il a toujours été. C’est par Son Etre qu’Il a pu créer le tout à partir de rien, l’ordre à partir du désordre, l’achevé à partir du non achevé, le formé à partir du non formé, par La Loi de Sa Science et de Sa Sagesse Ultra-Puissantes.

Du chaos sortit l’univers. A partir de l’anarchie des éléments et des vapeurs chargées de molécules entremêlées, « Dieu créa le Ciel et la Terre », et de suite Son Esprit « se mouvait au-dessus des eaux ».

Au fur et à mesure que les œuvres de La Création s’accomplissaient, « L’Esprit du Seigneur » planait au-dessus d’elles avec ses lois et ses providences.

Œuvres successives et toujours plus Puissantes. C’est d’abord le chaos qui se sépare. On pourrait dire qu’il se range par familles : le solide avec le solide, de façon à former le globe de la Terre en tant que planète, l’humide avec l’humide pour former par ordre de succession les mers, les lacs, les rivières et les ruisseaux.

Ensuite apparaît la lumière, première chose à avoir été créée à partir, non pas d’éléments déjà existant dans le chaos, mais avec son pouvoir à elle, à partir de rien.

Comme il n’y avait pas de lumières, « les ténèbres couvraient la face de l’abîme », c’est-à-dire qu’elles couvraient le chaos dans lequel se heurtaient de façon confuse des masses de vapeur chargées d’humidité, de gaz et de molécules.

Et Dieu créa la lumière, Sa Lumière.

A l’univers qui, par son vouloir émergeait du néant, Dieu a accordé Sa qualité, Son attribut, l’un de Ses attributs : La Lumière.

 

Dieu est Lumière. Il est Le Père de La Lumière et de toutes les lumières. Et la Terre, première créature de Dieu, reçoit de Son Créateur, le don de la lumière.

Semblablement l’homme, perfection de La Création, et dernière des œuvres réalisées par Dieu au cours des six journées à la fin desquelles « Dieu se reposa » (n’oublions jamais comme nous le rappelle Saint Pierre dans sa deuxième Epître (2 Pierre 3 8-9) : Mais voici un point, très chers, que vous ne devez pas ignorer : c’est que devant Le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour. Le Seigneur ne retarde pas L’Accomplissement de ce qu’Il a promis, comme certains l’accuse de retard, mais Il use de Patience envers vous, voulant que personne périsse, mais que tous arrivent au repentir), reçoit de Dieu l’attribut qui le rend semblable à Son Créateur : l’esprit libre, immortel, le souffle Divin.

Ce souffle est transmis à la matière pour qu’elle soit animée et acquière le droit au Ciel, à La Demeure du Père.

Dans Son extrême Bonté, Dieu Le Père de toute bonté avait déjà préparé pour l’esprit de l’homme la plénitude de la Vie et de ses dons. C’est par Son Christ qu’Il l’a fait. Et Le Christ viendra lorsque l’heure de Sa venue aura sonné, et que les hommes auront la plénitude de la Vie, de la Grâce et de l’Union, par les mérites du Christ, et grâce aux Sacrements qui par Lui seront institués.

Le corps de l’homme est animé du souffle Divin. Ceci est vrai pour chaque homme. L’Esprit de Dieu s’étend sur chaque homme, et pénètre en chaque homme avec les droits d’un Roi et L’Amour du Père Créateur.

Même avant La Rédemption, L’Esprit du Seigneur (L’Amour) fut guide des Patriarches, et Maître des Prophètes et des Justes.

Sa voix retentit dans les esprits depuis le commencement des temps. Elle retentit et elle retentira. Ceci parce que La Providence de Dieu Créateur ne veut refuser à personne la direction dont il a besoin.

Et plus l’homme est mû par la bonne volonté d’honorer et de servir L’Etre Suprême auquel les religions prêtent différentes physionomies, et que les peuples nomment de différentes façons, est ressenti par les croyants de tous ces peuples comme très vivant et comme digne de toute Adoration.

Dieu aurait pu habiter dans l’homme de façon parfaite si l’homme n’avait pas péché. Par La Passion du Christ et par votre appartenance à Son Eglise, L’Ordre est à nouveau rétabli.

Et la Grâce du Règne de Dieu en vous, vous est à nouveau accordée.


De même que votre âme est en vous, bien qu’elle vous contienne (étant chose supérieure à la chair à cause de son origine et de son immortalité), ainsi vous contenez Dieu dans le temple de votre corps dans lequel se trouve (tel un Saint des Saints) votre âme en état de grâce.

Mais Dieu vous enveloppe puisqu’Il est L’Infini qui dans Son Immensité enveloppe tous ses bien-aimés.


Et maintenant Jésus nous parle de Marie (La Très Sainte Vierge)…si l’homme est La Perfection de La Création de Dieu…Marie est La Perfection de La Création de l’homme par Dieu.

Marie, c’est celle que La Divine Pensée (Vouloir et Pouvoirs parfaits) a conçu Immaculée et Pleine de Grâces.

Fille, Epouse, Mère de Dieu depuis toute éternité. Marie, c’est celle qui a su correspondre pleinement au Vouloir Divin avec sa volonté libre, aussi libre que celle de Jésus.

Marie, c’est celle qui a voulu se servir de sa libre volonté pour marcher constamment à la présence de Dieu, et être parfaite.

Marie elle aussi « ne pécha pas parce qu’elle ne voulut pas pécher ». Seconde Eve, elle n’a pas imité la première. Elle a écrasé le Serpent. Toute perdue qu’elle était en Dieu qui Trônait dans son esprit et l’embrassait avec Amour, elle a été sourde, aveugle, absente à tout ce qui n’était pas Dieu et Amour pour Lui.


Marie, Arche bien plus Sainte que celle en bois d’acacia, a abrité en elle La Trinité et Le Verbe Incarné, et ensuite La Trinité et Le Christ Eucharistique.

Maintenant, elle nous contient toujours, car Nous sommes en elle, et elle en Nous.


Dieu, où repose t-Il ??? Dans l’esprit des justes. C’est qui, l’esprit ??? C’est la meilleure partie de votre âme.

Quand est-ce que votre esprit cesse d’être le Trône de Dieu ??? Lorsque la concupiscence y prend le dessus.

Quand est-ce que l’âme quitte votre corps ??? A l’heure de la mort, lorsqu’elle se sépare de son corps pour être jugée, pour attendre la résurrection de la chair, et pour recevoir avec elle Le Jugement final, qui est éternel.


Mais Marie ne mourut pas. Elle passa de la terre au Ciel dans un ravissement. Et dans ce passage son esprit très pur a été plus que jamais Le Siège du Très-Haut.

Et cette même condition aurait dû être l’héritage de tous les hommes si l’humanité entière n’eût pas péché dans la personne d’Adam.

 

Marie ne fut pas jugée. Elle était L’Innocente. Elle ne fut pas soumise à la mort et au jugement, comme c’est le cas pour vous tous.

La chair de Marie, Immaculée autant que son âme, et rendue incorruptible pour avoir porté Le Fils de Dieu et de L’Homme, ne retourna pas à la poussière.

Marie fut élevée au Ciel, corps et âme, par les Anges. Pas même à l’heure du trépas, son âme ne fut totalement séparée.

Intellectuellement et complètement elle monta, non pas au troisième Ciel, mais jusqu’au Ciel Suprême, L’Empyrée.

Et là, elle Adora L’Esprit Un et Trine. Et L’Esprit ne quitta pas son doux Tabernacle Virginal où Il avait Son repos.


Marie est au Ciel, en corps et âme, aussi vivante qu’elle l’a été sur Terre, Bienheureuse comme elle seule peut l’être au Ciel.

Dieu qui l’habitait sur Terre, continue de l’habiter au Ciel. Rien n’est changé.


Placée au centre du Feu Divin, qui sur elle fait converger Son Amour ardent, elle nous répète pour l’éternité : « Voici la Servante, oh Dieu ». Elle nous ouvre son cœur et nous reçoit dans un mystère d’Amour ineffable.


Les saints Amoureux de Marie ont compris cela. Ils ont proclamé que ceux qui veulent trouver Dieu, le Salut, la Vie, doivent aller à Marie.

En elle se trouvent La Charité, La Vie, La Lumière, La Sagesse. C’est là que l’homme peut renaître et devenir un véritable fils de Dieu, d’homme qu’il était.


Marie, Mère de Dieu, est aussi la féconde et Sainte Matrice qui jusqu’à la fin des siècles accueille, et continuera d’accueillir, ceux qui veulent « naître en Dieu ».

De tous ces êtres faibles et mal formés, qui difficilement sont capable de vivre par eux-mêmes, de tous ces germes inachevés, elle fait et continuera à faire des « vivants » pour Le Royaume de Dieu.

Elle donne et continuera à donner ces fils à Son Dieu.


Marie est La Corédemptrice qui coopère sans relâche au triomphe final de Dieu. Elle est cette Charité inépuisable qui travaille à La Gloire de Dieu inlassablement et en habit de Servante malgré Sa Gloire de Reine.


Elle est La Mère, La Mère parfaite de tous ceux qui lui demandent La Vie.             

 

Epître de Saint Paul aux Ephésiens 3 20-21.

Gloire à Celui qui a le pouvoir de réaliser en nous par Sa Puissance infiniment plus que nous ne pouvons demander ou même imaginer, Gloire à Lui dans L’Eglise et dans Le Christ-Jésus pour toutes les générations dans les siècles des siècles. Amen !

Gloire au Père de Jésus !!! Gloire à Notre Dieu !!!

 

EN UNION DE CŒUR, D’AMOUR FRATERNEL ET DE PRIERES.

 

                         PIERRE


  

Ajouter un commentaire