Sainte Claire de Montefalco, Religieuse et Abbesse de l'Ordre de Saint-Augustin. Fête le 17 Août.

Mardi 17 Août 2021 : Fête de Sainte Claire de Montefalco, Religieuse et Abbesse de l'Ordre de Saint-Augustin (1268-1308).

1566 milano s maria incoronata s chiara da montefalco foto giovanni dall orto 24 sept 2007Fresque sur une colonne de l'église Sainte-Marie couronnée à Milan (photo: Giovanni Dall'Orto). G.dallorto

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1680/Sainte-Claire-de-Montefalco.html

Sainte Claire de Montefalco

Abbesse (? 1308)

Abbesse de l'Ordre des Ermites de Saint Augustin.
Élevée très Chrétiennement, elle fut très tôt désireuse de se donner à Dieu totalement. Très tôt, elle rejoignit sa sœur dans son Couvent et elle ne le quitta plus, marquant ses journées par la prière et de nombreuses austérités.
Comme leur Communauté était pauvre, elle allait mendier dans les rues, restant parfois des heures sous la pluie, à attendre un geste de Charité de la part des passants.

Choisie pour être leur supérieure, elle exerça cette charge avec beaucoup d'humilité et une grande attention à la vocation spécifique de chacune des Sœurs.
Elle connut bien des tentations, mais aussi des moments de rencontres Mystiques avec Le Seigneur.

À Montefalco en Ombrie, l’an 1308, Sainte Claire de la Croix, vierge, Moniale de l’Ordre des Ermites de Saint-Augustin, qui fut Abbesse du Monastère de la Sainte-Croix, brûlant d’Amour pour la Passion du Christ.
Martyrologe romain.

Claire montefalco12 1

https://levangileauquotidien.org/FR/display-saint/a6d5f8b7-03b2-46b6-83f2-eebe26987b3f

Sainte Claire de Montefalco
Abbesse de l'Ordre de Saint Augustin

Chiara de Montefalco, seconde fille de Damiano et Iacopa, naît en 1268 à Montefalco dans la Province de Pérouse, centre Italie.
Très jeune, elle manifesta un grand goût pour la prière et la vie pieuse. Elle s'infligeait des mortifications corporelles peu en rapport avec son âge.

Sa sœur aînée, Jeanne, était entrée dans une maison de recluses volontaires, Claire voulut la rejoindre, elle avait alors 7 ans.
Les recluses furent de plus en plus nombreuses, à tel point qu'il fallut agrandir les bâtiments.

C'est alors que Claire partit mendier dans les rues afin d'assurer la subsistance de ses Sœurs.
Une fois la maison agrandie, les recluses souhaitèrent qu'elle devienne un véritable Couvent.

L'Évêque, Gerardo Artesino, sur la sollicitation de Jeanne, par décret du 10 Juin 1290, accepta et leur donna la règle de Saint Augustin. Jeanne en devint l'Abbesse et le Monastère prit de nom de Monastère de la Croix.

Le 22 Novembre 1291, Jeanne mourut.
Claire fut élue Abbesse à sa place et le Monastère devint florissant. Claire y mourut à son tour le 17 Août 1308.

Claire de Montefalco bénéficia d'extases Mystiques profondes, et de nombreuses visions. Sa renommée, ainsi que son don d'exégèse dépassaient les portes du Monastère, de son vivant, elle était déjà considérée comme Sainte.

Moins d'un an après la mort de Claire, l'Évêque de Spolète ordonna l'ouverture du procès informatif sur la vie et les vertus de la Religieuse, devant les nombreux témoignages de miracles obtenus par son intercession.

Le Père Béranger de Saint-Affrique se déplaça à Avignon en 1316 pour y rencontrer le Pape Jean XXII.
Le procès, bien que terminé le 6 Septembre 1318 n'aboutit pas.

Le 14 août 1624, le Pape Urbain VIII (Maffeo Barberini, 1623-1644) accorda l'autorisation du culte en l'honneur de Claire, dont le nom fut inscrit, ultérieurement, par Clément X (Emilio Altieri, 1670-1676), le 19 Avril 1673, au martyrologe romain.

Un nouveau procès canonique fut entamé en 1738, et ratifié par la Congrégation des Rites le 17 Septembre 1743, puis un autre, terminé en 1851, toutefois, il fallut attendre le 8 Décembre 1881 pour que le Pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) déclare Sainte Claire de Montefalco, et fixe sa Fête au 17 Août.

Citations

  • « Si tu cherches la croix du Christ, prends mon cœur. Là tu trouveras le Sauveur souffrant ».
  • Sur son lit de mort :
    « Soyez humbles, patientes, et unies en Charité. Soyez telles que Dieu soit honoré en vous et que l’œuvre qu’Il a commencée en vous, ne soit pas perdue ».

 Claire montefalco a 1

http://voiemystique.free.fr/claire_de_montefalco.htm.

Une grande Mystique ignorée.

Claire, deuxième fille de Damien et de Jacqueline, naquit à Montefalco, dans la province de Perugia, en Italie, en 1268.

Dès sa prime enfance, elle fut attirée par l’Amour Divin et à peine l’âgée de quatre ans elle démontra une très grande disposition pour l’exercice de la prière et passait déjà de longs moments en oraison, choisissant pour cela les endroits les plus retirés et solitaires de la maison familiale.

Elle fut très vite obnubilé par la Passion du Seigneur et la vue d’un crucifix devint pour elle un motif de continuelle mortification, allant jusqu’à infliger à son jeune corps des macérations douloureuses, à l’aide de silices, ce qui paraissait inouï pour un enfant de son âge.

Sa sœur aînée, Jeanne, était entrée dans une maison où l’on vivait la vie conventuelle. Claire, qui s’était consacrée entièrement à Dieu, voulut, elle aussi, y entrer, ce qui arriva en 1275 : elle n’était âgée que de sept ans.

O impénétrables desseins de Dieu !...

La sainteté de l’enfant et les insignes vertus de Jeanne attirèrent dans cette paisible maison un grand nombre de postulantes, à telle enseigne qu’il fallut bientôt agrandir.

Les travaux commencèrent en 1282 et se prolongèrent pendant huit longues années émaillées de difficultés de toutes sortes ; il fallut même que la jeune Claire aille faire l’aumône auprès des personnes aisées de la ville, ce qu’elle fit avec une grande dévotion, pleine d’humilité. Comme leur communauté était pauvre, elle allait mendier dans les rues, restant parfois des heures sous la pluie, à attendre un geste de charité de la part des passants.

Les travaux terminés, en 1290, l’ensemble des recluses désira que cette maison devienne un vrai Couvent, afin que la communauté puisse y entrer et suivre une règle.

Jeanne en parla à son Évêque, Dom Gérard Artesino, lequel, par un décret du 10 Juin 1290 reconnu la Communauté et lui donna la règle de Saint Augustin, autorisant en même temps l’acceptation de novices.

Le Monastère, sur suggestion de Jeanne en qui devint l’Abbesse, prit le nom de Monastère de la Croix.

Le 22 Novembre 1291, Jeanne décéda. Claire, alors âgée d’à peine 23 ans, et malgré son refus initial, fut appelée à la remplacer.

Dès lors l’essor fut encore plus fulgurant, car la jeune Abbesse agissant avec une fermeté toute pleine de sollicitude, donnait à toutes, par ses actes et ses paroles, un exemple extraordinaire, ce qui eut pour résultat de pousser vers la perfection, donc vers Dieu toutes celles dont elle avait la charge.

Claire fut favorisée d’un grand nombre de dons surnaturels, comme les visions et les extases. La renommée de ces dons se répandit bientôt même à l’extérieur du Couvent.

Elle avait un outre le don de la science infuse et souvent il lui arriva d’expliquer à des théologiens, philosophes ou des littérateurs confirmés, certains passages ou certains mystères qu’ils essayent en vain d’approfondir.

Claire de Montefalco bénéficia d'extases Mystiques profondes, et de nombreuses visions. Sa renommée, ainsi que son don d'exégèse dépassaient les portes du Monastère, de son vivant, elle était déjà considérée comme Sainte.

Ce fut grâce à ces dons extraordinaires qu’une secte quiétiste — appelée « Esprit de liberté » — et qui sévissait alors en Umbrie, fut découverte et anéantie.

La renommée que suscitaient, de son vivant, ses excellentes et extraordinaires vertus ne se démenti pas après sa mort survenue le 17 Août 1308 et dès lors tous la vénéraient comme une Sainte.

Claire montefalco3 1

La tradition raconte que Claire avait dit à ses Sœurs Religieuses qu’elle avait, gravée dans son cœur, La Croix du Christ.

Pour le constater, après le décès, les Religieuses lui prélevèrent le cœur et, purent constater qu’en effet, on pouvait y apercevoir, non seulement La Croix de Jésus, mais aussi tous les instruments de la Passion : le fouet, la colonne, la couronne d’épines, trois clous, la lance et la canne avec l’éponge.

En outre, dans la vésicule de la Sainte elles y trouvèrent trois petits globes de même taille et poids, disposés en forme de triangle.

Pesés un par un, tous avait le même poids ; pesés ensemble, le poids était le même que pour un seul, ce qui fit penser à la Sainte Trinité : trois personnes distinctes, mais un seul et même Dieu.

Dix mois seulement après le décès de Claire, l’Évêque de Spolète, Dom Pierre Paul Trinci, ordonna, le 18 Juin 1309, l’ouverture du procès informatif sur la vie et les vertus de celle-ci, car de toutes parts arrivaient, chaque jours, des témoignages de miracles obtenus par l’intercession de la Sœur Augustine du Monastère de Montefalco.

Plusieurs démarches furent diligentées auprès du Saint-Siège pour obtenir la Canonisation de Claire.

L’enquête canonique avait été confiée au Père Bérenger de Saint-Affrique qui, pour essayer de mener à terme la cause dont il avait la responsabilité, n’hésita pas à se déplacer à Avignon, en 1316, pour y rencontrer le Pape Jean XXII, lequel envoya à Montefalco, afin de bien sen informer, le Cardinal Napoléon Orsini.

Le procès fut terminé le 6 septembre 1318 et tout portait à croire à l’éminence de la Canonisation, mais des causes externes, indépendantes de la volonté commune des deux parties, empêchèrent l’heureux aboutissement.

Ce ne fut que bien plus tard, le 14 août 1624, que le Pape Urbain VIII accorda à la Communauté de Montefalco et au diocèse de Spolète (le 28 Septembre) l’autorisation du culte, avec Messe et une prière propre en l’honneur de Claire, dont le nom fut inscrit, sur ordre de Clément X, le 19 Avril 1673, au Martyrologue Romain.

Plus tard encore, en 1736, le Pape Clément XIII ordonna la reprise de la cause et l’année suivante, la Congrégation des Rites approuva le culte « ab immemorabili ».

Un nouveau procès canonique sur les vertus et miracles attribués à Claire de Montefalco fut diligenté en 1738 et ratifié par la Congrégation des Rites le 17 Septembre 1743.

Mais il faut croire que l’heure de Dieu n’était pas encore arrivée pour la glorification totale de son épouse, car ce ne fut qu’un siècle plus tard, suite à un nouveau procès commencé le 22 Octobre 1850 et terminé l’année suivante, le 21 Novembre 1851 — que la Congrégation des Rites approuva le 25 Septembre 1852 —, qu’une loueur d’espoir éclaira quelques siècles de nuages…

Enfin, l’heure du triomphe arriva : le 8 Décembre 1881 elle fut solennellement proclamée Sainte par le Pape Léon XIII et sa Fête fixée au 17 Août.

Chiara da montefalcoDans le transept droit de l’église Saint Augustin, on peut admirer la Sculpture de Sainte Claire de Montefalco exécutée par Silini (1755). La Sainte est représentée avec un lys, emblème de pureté absolue, et avec un cœur en feu, transpercé par un crucifix.
Le cœur en feu est typique de l’iconographie augustinienne, puisqu’il se réfère à un épisode de la vie intérieure de Saint Augustin :
“la parole de Dieu enflamma son cœur d’Amour Divin”.

http://viedessaints.free.fr/vds/claireDeMontefalco.html

Sainte Claire de Montefalco
de l’Ordre de Saint Augustin - (1268 - 1308)

Piété et innocence de Claire dès l’enfance.
Claire naquit à Montefalco, ville de l’Ombrie. Ses parents pieux et honorables se nommaient Damien et Jacqueline.
A l’âge de quatre ans elle savait par cœur le Pater, l’Ave et plusieurs autres prières qu’elle récitait à genoux, les mains jointes et les yeux au Ciel, avec une piété si sensible, que tous ceux qui la voyaient prier en étaient émus.
Elle garda toute sa vie cette ardeur dans la Prière.

Le diable irrité employa toutes ses ruses pour l’en détourner, cherchant tantôt à l’effrayer par d’horribles apparitions, tantôt à lui persuader par de subtiles raisons, que cette application à la Prière était pleine de dangers.
Une fois, il lui apparut sous la figure d’une femme vénérable, au visage voilé, qui lui dit : « Prends garde, Claire, prends garde, si tu continues à écouter ta sœur et à tant prier, tu seras emportée, par une mort prématurée, comme ta sœur Théodorice. »
Sa sœur aînée, nommée Jeanne, était Religieuse et la formait aux exercices de piété. Elle ne se laissa pas prendre aux pièges du démon, et n’en fut que plus dévote.

Elle dormait fort peu la nuit ; quand elle était accablée de sommeil, elle se couchait sur une planche nue ; rarement elle usa de lit et de couverture.
Elle s’habitua au jeûne dès l’enfance, et évitait tout ce qui flatte les sens, au point qu’elle vivait de pain d’orge et d’eau ; rarement elle y ajoutait des fruits ou des herbes crues ; toute sa vie elle garda cette abstinence et les médecins s’étonnaient qu’elle put vivre de si peu.

Arrivée à l’adolescence, comprenant les dangers de la vie dans ce monde, elle demanda à sa sœur de l’admettre dans la Communauté, ce qu’elle n’obtint qu’après de longues instances. Car Jeanne craignait que dans son âge encore peu avancé, elle ne put supporter une vie si austère.
Mais elle subit vaillamment l’épreuve du noviciat, et, au bout d’un an, elle fut admise, du consentement de toutes les Sœurs, à la profession Religieuse.

Ses trois vœux prononcés, elle mit plus d’ardeur encore à la Prière et à la pratique des vertus Monastiques, au point que ses forces physiques défaillaient.
Mais Dieu manifesta par plusieurs signes combien ses pures et ardentes Prières lui étaient agréables.
Un jour que les Sœurs l’observaient priant dans sa cellule, elles la virent ornées d’un collier des plus belles fleurs du monde, et le front ceint d’une couronne : c’étaient les anges qui la paraient ainsi.
Une autre fois, la cellule où elle priait, apparut illuminée d’une lumière Céleste. Elle entendait parfois les concerts des anges, et ses forces, épuisées par le jeûne et les veilles, lui étaient rendues par cette douce mélodie.

Elle portait continuellement un cilice, et se disciplinait jusqu’au sang pendant la nuit.
L’humilité lui était si chère, qu’elle se contentait du vêtement le plus grossier, et elle garda toute sa vie l’obéissance empressée qu’elle manifestait dans son enfance.

Mais parmi tant de vertus, la plus belle fut la chasteté qu’elle conservait avec un soin jaloux en elle et dans les vierges qui lui furent soumises.
Une fois, à l’âge de neuf ans, elle laissa en dormant son petit pied nu sortir du lit. Sa sœur Jeanne, qui le remarqua, la reprit et lui dit que cela n’était pas convenable à une vierge.

La petite Claire en eût tant de chagrin, que depuis lors elle enveloppait étroitement ses jambes avant de s’endormir.
Plus tard, elle ne permettait même pas aux Religieuses de lui toucher la main. Elle recommandait à ses filles de ne jamais découvrir leur corps, même dans l’obscurité ; et elle observait cela si étroitement pour elle-même, que jamais elle ne voulut montrer au médecin, aucune partie de son corps sans un voile.

Elle disait aussi que les vierges ne doivent avoir de familiarité ni avec les hommes, ni avec les femmes mariées, car cette intégrité parfaite donne l’immortalité au corps, qui, embaumé par la fleur de la virginité, est préservé aussi de toute corruption.

Ses vertus en Religion.
Elle aimait aussi beaucoup le silence et détestait le bavardage, aussi ne lui arriva-t-il qu’une seule fois de tomber dans une faute sur ce point ; encore ce fut pour condescendre au désir de sa mère Jacqueline.
Néanmoins, elle eût un tel regret de ce laisser aller, qu’elle pleura comme si elle eût commis un péché grave et s’imposa pour pénitence de réciter cent fois le Pater et l’Ave Maria les pieds nus dans la neige.
Elle avait un tel amour de la vérité, une telle candeur dans ses paroles et dans ses actes, une telle horreur de la duplicité du cœur ou des lèvres, que jamais on ne pût observer dans ses démarches, rien qui exprimât le contraire de la vérité.

A la mort de sa sœur Jeanne, elle fut élue Abbesse et remplit cette charge avec tant de prudence, que jamais le diable ne pût réussir à la tromper, quelque ruse qu’il mit en œuvre.
Comme il avait observé qu’elle était très assidue à contempler la Passion, il lui apparût un jour, sous la forme d’un Crucifix, avec un corps gracieux et replet, afin d’exciter en elle par cette vue, l’aiguillon de la chair.
Mais la vierge reconnut le trait caché de l’ennemi et s’en moqua ; le démon furieux disparut.

Elle avait tant de Compassion pour les pauvres que, lorsqu’elle en voyait de mal vêtus, elle se dépouillait de ses propres habits pour les en revêtir.
Toutes les fois qu’on faisait le pain au Couvent, elle voulait qu’on fit douze pains de plus que nécessaire, pour les distribuer à douze pauvres, en l’honneur des douze apôtres.

Elle veillait sur les Sœurs malades avec la sollicitude d’une mère ; leur faisait donner tout ce qui pouvait adoucir leur mal, et les assistait de ses conseils, de ses soins, de ses prières avec une prudence et une charité merveilleuses.

Sa prudence était surtout admirable dans l’administration des filles dans la Communauté. Elle ne s’arrêtait ni à la figure, ni aux bonnes façons, ni à la naissance, mais à ce seul point, savoir si elles désiraient vraiment et sincèrement servir Dieu, et recommandait de ne jamais admettre une personne pour un motif d’intérêt ou de parenté.

Sa réputation de prudence fut si grande, qu’on l’employa parfois aux affaires les plus délicates, telles que la réconciliation entre villes voisines irritées.
Dieu lui donna une telle intelligence des choses Divines qu’elle osa combattre l’hérésie des Frérots dans des discussions où elle convainquit publiquement un de ces adeptes de mensonge et de fourberie.
Elle connaissait les pensées cachées et eut parfois le don de prophétie. Mais ce qui fut surtout admirable en elle, ce fut sa familiarité et ses relations intimes avec Le Seigneur, au point qu’un jour où elle ne put approcher la Sainte table avec la Communauté, Notre Seigneur Jésus-Christ Lui-même vint lui apporter la Communion.

Mais aussi, qu’elle exigence de la part de celui qui communiquait ainsi avec elle !
Elle eut un jour un léger mouvement d’impatience à l’égard d’une Sœur qui lui assurait que, malgré ses efforts, elle ne trouvait aucune douceur dans la prière.
Il n’en fallut pas plus pour qu’elle fut aussitôt privée elle-même de toute consolation ; et la nuit de l’âme où elle fut plongée ne dura pas une semaine, ni un mois, mais onze ans entiers !
On peut juger par là combien le Seigneur demande de perfection aux âmes qui veulent jouir de ses entretiens familiers.

Sa dévotion envers la Passion.
Elle était singulièrement enflammée de dévotion, de reconnaissance et de Compassion quand elle méditait sur la Passion du Sauveur, et désirait beaucoup voir au moins une fois, des yeux du corps, Le Seigneur tel qu’il était au moment où il mourut pour nous sur la croix.

Un jour qu’elle était dans cette pensée, une voix du Ciel lui dit : « Claire, ma fille, que peut-il vous arriver de plus heureux que de participer à mes douleurs ? »
Dès lors elle resta tellement absorbée dans la Contemplation de la Passion, que même quand elle buvait de l’eau et mangeait du pain, il lui semblait qu’elle prenait du fiel et du vinaigre, tant le glaive de la Compassion était profondément entré dans son cœur.

Et parce qu’elle repassait toujours en son cœur la vie du Seigneur, elle fut admise par son époux dans le cellier, c’est-à-dire qu’elle voyait tout cela comme présent à ses yeux.
Elle entendait le concert des anges, voyait l’enfant Jésus dans la crèche, la pauvre étable de Bethléem, les trois Mages agenouillés pour Adorer l’Enfant-Dieu.

D’autres fois Le Seigneur lui montrait le terrible Jugement dernier, les supplices réservés aux impies, l’honneur et la gloire qui attendent les fidèles. Elle entendit un jour ces paroles de la bouche du Seigneur :
« Viens, Claire, viens ; ta venue me sera agréable. - Seigneur, répondit-elle, je désire me dissoudre et m’unir à vous. - Il faut attendre encore un peu, ma fille, ton jour n’est pas venu, » reprit le Seigneur.

Une autre fois, Le Seigneur lui apparut sous la figure d’un pèlerin, portant une croix sur ses épaules, il lui dit :
« Ma fille, en cherchant ce que je pourrais offrir de plus agréable à ton cœur, il m’a semblé que ma croix serait la chose qui lui convient le mieux. Reçois-la, embrasse-la, et donne-moi ton cœur afin que tu puisses mourir sur la croix. »

Ces paroles émurent si profondément le cœur de cette tendre vierge, enflammée de l’Amour de Jésus-Christ, qu’il reçut à ce moment l’impression des insignes de la Passion.

Son heureux trépas ; merveilles de son cœur.
Elle connut dès lors l’heure de sa mort. Quand elle la sentit s’approcher, elle vit son ange gardien et le pria de daigner demander à la Bienheureuse Vierge Marie de l’admettre en sa compagnie, parmi les âmes Bienheureuses.
Elle vit aussi, au moment de sa mort, le démon, qu’elle mit en fuite par ces paroles : « Que me veux-tu, cruelle bête ? Retire-toi de moi, maudit, et va au lieu de tes tourments. »

Une Sœur qui entendit ces paroles, craignant que le démon n’eût puissance sur elle, lui plaça un crucifix devant les yeux :
« Ma Sœur, lui dit Claire, si vous chercher le crucifix, vous le trouverez gravé dans mon cœur. »

Au dernier moment elle demanda les Sacrements de l’Église, et les reçut avec une dévotion et un Amour extrêmes.
Elle donna aux Sœurs de salutaires avis et les Bénit, s’écria à haute voix :
« Seigneur, combien est grande la récompense que vous avez préparé à ceux qui vous servent !
« Mes Sœurs, conduisez-moi à mon époux, car je vois le Ciel s’ouvrir, les Apôtres et les Vierges m’attendent : délivrée des liens du corps je vais m’envoler vers Mon Dieu. »

Et ce disant elle expira, et alla embrasser son époux, toute pure et toute belle, consumée du feu de l’Amour Divin ; car jamais, pendant sa vie d’ici-bas, elle n’avait souillé du péché mortel sa robe d’innocence revêtue au Saint Baptême.

Elle mourut en l’an de N.-S. 1308, le lendemain de l’Assomption, à l’âge de quarante ans. Son corps fut enseveli dans son Monastère, où il repose encore aujourd’hui ; conservé tout entier, et souple comme s’il venait d’être déposé hier, il est blanc comme l’albâtre.
Sa complète conservation a été constatée de nouveau sous le pontificat de Pie IX, d’heureuse mémoire.

La sainte âme de Claire en quittant son corps y laissa les marques évidentes de sa gloire. Et comme les Sœurs connaissaient sa tendre dévotion pour la Passion, qu’elles lui avaient entendu dire plusieurs fois avant sa mort qu’elle portait Jésus crucifié dans son cœur, elles furent saisies du désir de s’en assurer exactement avant de confier son corps à la terre.

Elles décidèrent donc de faire l’autopsie et d’examiner les mystères de son corps. Elles constatèrent d’abord que son cœur était fort enflé et avait la grosseur de la tête d’un petit enfant.
De plus la poche du fiel était complètement durcie. De l’avis des médecins, il est impossible à un homme de vivre en cet état.
Santa chiara di montefalco

On ouvre son cœur et on y trouve les instruments de la Passion.
Une Sœur divisa le cœur en deux parties, et sa main fut si heureusement conduite par Dieu dans cette opération, que pas un des instruments de la Passion qui s’y trouvaient ne fut atteint.
Les Sœurs, profondément surprises et joyeuses, en rendirent à Dieu des actions de grâces.

Dans la partie de droite apparut l’image du Seigneur attaché à la Croix, environ de la grosseur du pouce, et un peu plus long.
Il avait les bras étendus, la tête inclinée à droite avançant un peu sur les épaules. Le flanc droit était livide, avec la plaie ouverte et sanglante.

Autour des reins était un linge taché de sang. Il y avait encore dans cette partie du cœur : trois nerfs auxquels étaient attachés trois clous noirs durs et pointus, l’un des trois, notablement plus grand que les autres ; au-dessous des clous, un autre nerf couleur de fer, terminé en pointe dur : cette pointe était aiguë, pénétrait comme du fer, et représentait la lance avec laquelle Longin perça le flanc du Sauveur.
Enfin, dans la même partie du cœur était encore une boule de nerfs plus petits, représentant l’éponge avec laquelle le fiel et le vinaigre furent présentés au Seigneur.

Dans la partie gauche, se trouvaient les fouets ; c’étaient cinq nerfs entrelacés avec beaucoup de nœuds, et réunis par un manche. Auprès du fouet se trouvait un nerf plus fort représentant la colonne de la flagellation, entouré de nerfs sanglants, figurants les cordes avec lesquelles le Seigneur y fut lié.
Au-dessous de la colonne la couronne d’épines, formée de nerfs entrelacés avec des épines dures et pointues.
Tous ces insignes, quoique formées de chair, étaient durs comme les instruments réels de la Passion du Sauveur.

Quand les Religieuses eurent vu toutes ces merveilles, et les eurent considérées une à une avec respect et admiration, elles en informèrent en l’absence de l’Évêque de Spolète, son vicaire Berenger, qui en fit un examen minutieux ; et put s’assurer de la réalité de ce qui vient d’être dit.

Il s’étonna surtout de ce que ces instruments, séparés du cœur avaient pris consistance et que la mollesse naturelle des tissus avait fait place à la dureté du bois ou de la pierre.
Plusieurs de ces insignes furent mis entre les mains du Pape Jean XXII, lorsqu’il fit l’examen de la vie de Claire pour la Béatifier.

Les Sœurs recueillirent le sang qui coula du cœur lorsqu’il fut ouvert, et le mirent dans une ampoule de verre ; il répandit à ce moment une odeur suave.
Il est demeuré coagulé jusqu'à ce jour, et lorsqu’une tempête grave menace l’Église, on le voit s’agiter et se mettre en ébullition, signe manifeste de la colère de Dieu.

Trois boules de même poids et de même forme sont trouvées dans son fiel.
Le fiel, durci comme on l’a dit, fut ouvert également et examiné par des médecins. On y trouva trois petites boules couleur de cendre et tachées de rouge, qui étaient toutes trois de même grosseur et de même poids, dures comme du silex, et placées en formes de triangle.

Elles représentaient manifestement le mystère de la Très Sainte Trinité, car elles étaient absolument semblables en tout ; et, ce qui dépasse toute admiration, une seule était du même poids que les deux autres et même que les trois réunies.
Si l’on en plaçait une des trois dans l’un des plateaux de la balance et les deux autres dans l’autre plateau, la balance restait en équilibre.
Et si on en plaçait une des trois dans un des plateaux et dans l’autre une petite pierre ou n’importe quel objet d’un poids égal, et qu’on ajoutât les deux autres boules dans le plateau où il y en avait déjà une, la balance restait immobile comme dans la première opération.

C’était là un signe manifeste de la Très Sainte Trinité, une quant à l’essence, diverse quant aux personnes.
L’une de ses trois boules s’est brisée d’elle-même, au moment où la France, entamée par l’hérésie de Calvin, a causé de si grands maux dans l’Église.

Toutes ces merveilles montrent combien la Bienheureuse Claire fut aimée de Dieu, car il édifia en sa chair, un temple où éclatent les mystères de l’Auguste Trinité et de la Passion du Sauveur.
Que par ses mérites et son intercession, Dieu nous accorde la grâce de contempler nous aussi, les souffrances du Sauveur ici-bas, afin que nous puissions jouir au Ciel de la vue de la Très Sainte Trinité dans sa Gloire.
Amen.

Date de dernière mise à jour : 17/08/2021

Ajouter un commentaire