Bienheureux Marcantonio Durando, Prêtre Lazariste et Fondateur. Fête le 10 Décembre.

Dimanche 10 Décembre 2017 : Fête du Bienheureux Marcantonio Durando, Prêtre Lazariste et Fondateur de l’Institut des Filles de la Charité et de la Compagnie de la Passion de Jésus de Nazareth (1801-1880).

Beato marcantonio durando 2

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171210&id=14364&fd=0

  Bienheureux Marcantonio Durando
Prêtre Lazariste et Fondateur :
Institut des Filles de la Charité
Compagnie de la Passion de Jésus de Nazareth

Marcantonio Durando naquit le 22 Mai 1801 à Mondovi, en Italie. A l'âge de 15 ans, il manifesta le désir de partir comme missionnaire en Chine.
Il entra dans la Congrégation de la Mission et fut ordonné Prêtre le 12 Juin 1824. Il demeura cinq ans à Casale Monferrato puis, de 1829 à sa mort, dans la maison de Turin, dont il devint le Supérieur deux ans plus tard.
Au lieu d'être envoyé en Chine, il fut destiné aux missions populaires dans lesquelles il transmit sa passion Missionnaire de l'annonce du Christ.

Il soutint et diffusa l'œuvre de la Propagation de la Foi à Lyon en 1822, inaugura le collège de Brignole-Sale pour les missions étrangères dans le but de former des Prêtres pour les missions "ad gentes".
Il prêchait la Miséricorde de Dieu, encourageait les populations à la conversion et intervenait concrètement en faveur des pauvres. Sa préoccupation pour les pauvres fut un aspect important de son apostolat.

En 1833, il fonda l'Institut des Filles de la Charité dans le Piémont pour s'occuper de divers hôpitaux militaires et civils.
Il diffusa également l'association mariale de la Médaille Miraculeuse, parmi les jeunes, qui donna naissance à de multiples vocations : en dix ans, vingt Instituts furent fondés comptant 260 Sœurs.

Le Père Durando dota la ville de Turin de multiples centres de charité, appelés Miséricorde, dont les sœurs, des Dames de la Charité, offraient un service à domicile et s'occupaient des pauvres.

Autour de la Miséricorde se formèrent de nombreuses œuvres, comme les premières écoles maternelles pour les enfants pauvres, des ateliers pour jeunes et des orphelinats. En vertu de leur œuvre d'assistance parmi les malades et les pauvres, les Filles de la Charité ont été de précieuses collaboratrices du développement du catholicisme social en Italie.

En 1837, il fut nommé Visiteur de la Province du nord de l'Italie des Missionnaires de Saint-Vincent, fonction qu'il occupa pendant 43 ans, jusqu'à sa mort.
On lui confia la direction des Sœurs de Saint-Joseph et il contribua à la rédaction des règles des Sœurs de Sainte-Anne. Il devint guide spirituel des Clarisses Capucines du nouveau Monastère de Sainte-Claire.

Mais son œuvre principale fut la fondation, en 1865, de la Compagnie de la Passion de Jésus de Nazareth, ayant pour but de servir les personnes souffrantes et d'accompagner les mourants.
Les premières postulantes étaient des jeunes filles désireuses de se consacrer à Dieu mais ne remplissant pas certaines conditions nécessaires pour entrer dans les Communautés Religieuses.
L'institut suscita de nombreuses conversions.

Le Père Durando mourut le 10 Décembre 1880.
Marc-Antoine (Marcantonio) Durando à été Béatifié, le 20 Octobre 2002, par le Pape Saint Jean Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).
 

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/fiches/f0593.htm.

Bienheureux Marc-Antoine DURANDO

Nom: DURANDO
Prénom: Marc-Antoine (Marcantonio)
Pays: Italie
Naissance: 22.05.1801  à Mondovi
Mort: 10.12.1880  à Turin
Etat: Prêtre – Fondateur
Note: Entre dans la Congrégation de la Mission. Prêtre le 12.06.1824. Missions populaires. Fonde l'Institut des Filles de la Charité dans le Piémont. Nombreuses œuvres caritatives. 1837: Visiteur de la Province du nord de l'Italie des missionnaires de Saint-Vincent. 1865: fonde la Compagnie de la Passion de Jésus de Nazareth au service des malades et des mourants.
Béatification: 20.10.2002  à Rome  par Saint Jean Paul II
Canonisation:
Fête: 10 Décembre.
Réf. dans l’Osservatore Romano: 2002 n.43 p.1-3  -  n.44 p.6
Réf. dans la Documentation Catholique:

Notice
Marco Antonio ou Marcantonio (Marc-Antoine) Durando naît en 1801 à Mondoni (Piémont) d'une famille de notables qui comprend 8 enfants.
La mère est très pieuse et elle élève chrétiennement ses enfants, tandis que le père a des idées libérales et des dispositions laïques et agnostiques.

Deux des frères de Marcantonio s'imprègnent des convictions du père et s'engagent dans les événements de 'Risorgimento' (mouvement nationaliste et libéral qui aboutira à la formation de l'unité italienne, obtenue notamment par l'annexion des États pontificaux et finalement par la prise de Rome en 1870).

Quand à Marcantonio, il manifeste, à 15 ans, le désir d'apporter l'Évangile dans les terres lointaines.
Il entre dans la Congrégation de la Mission (de Saint Vincent de Paul). Il fait ses vœux perpétuels à 18 ans et est ordonné Prêtre en 1824.
Après avoir passé cinq ans à Casale Monferrato, il va à Turin où il résidera de 1829 jusqu'à sa mort.

Il aurait bien voulu partir comme missionnaire en Chine, mais sa santé délicate l'en empêche. Au lieu de cela, il fera passer son zèle dans les Missions populaires.
Il prêche la Miséricorde de Dieu, attirant les gens à la conversion. "La foule, raconte un témoin, se pressait pour l'entendre et elle restait silencieuse et immobile pour l'écouter comme si elle n'était qu'un seul homme".

Dans ces missions, il ne se limite pas à la prédication, mais là où il trouve de graves situations de pauvreté, il intervient concrètement, avec l'accord de ses confrères, à l'imitation de Saint Vincent, son patron.
On l'appelle "le Saint Vincent italien", car dans toutes ses œuvres il manifeste une extraordinaire Charité.
Il a d'abord l'intuition d'implanter en Italie les Filles de la Charité (Sœurs de Saint Vincent de Paul). En 1833, elles commencent à assumer la responsabilité de divers hôpitaux tant militaires que civils du Piémont.

En même temps, il répand l'Association mariale de la Médaille Miraculeuse chez les jeunes (suivant les apparitions à Sainte Catherine Labouré en 1830), ce qui suscite de nombreuses vocations pour les Filles de la Charité.

Cela permet au Père Durando de doter la ville d'un réseau de Centres de charité appelés 'Miséricordes' d'où les Sœurs partent pour le service à domicile et le secours des pauvres. Autour de ces centres se développent des œuvres variées, comme les premières écoles maternelles pour les enfants pauvres, des ateliers pour les jeunes filles et des orphelinats. Les 'Miséricordes' sont une véritable anticipation des centres modernes d'écoute et d'assistance pour les pauvres.

Mais l'œuvre qui porte le plus son empreinte est la Fondation des Sœurs Nazaréennes en 1865, appelés "Compagnie de la Passion de Jésus le Nazaréen".
Les premières postulantes sont des jeunes filles qui s'adressent à lui, car malgré leur désir de se consacrer à Dieu, elles n'ont pas les qualités canoniques requises pour entrer dans une Communauté Religieuse existante.

Il leur inculque le devoir de servir ceux qui souffrent comme les membres de Jésus Crucifié, en allant les assister à domicile, jour et nuit.
L'œuvre est novatrice au point qu'un canoniste de la Cathédrale s'exclame: "Si le Père Durando venait à moi se confesser, je ne pourrais pas en conscience l'absoudre."

Pourtant, grâce à la Charité de ces Sœurs qui savent rester près des mourants avec gentillesse, discrétion et Foi, contemplant dans ces êtres souffrants la Passion du Seigneur, beaucoup de conversions se produisent.

Le Père Durando s'éteint le 10 Décembre 1880, à 79 ans. Sa dépouille mortelle repose dans le petit sanctuaire de la Passion (Visitation de Turin), un rapprochement qui nous rappelle la spiritualité du Bienheureux.
En effet, nous dit le Pape, le Père Durando "aujourd'hui encore nous indique le mystère de la Croix comme le moment culminant où nous est révélé le mystère insondable de l'Amour de Dieu."
C'est dans la Passion que l'Humanité du Christ laisse transparaître "de la façon la plus claire et la plus désarmante l'Amour de Dieu envers chaque homme."

Marcantonio durando 45 01 2

http://nouvl.evangelisation.free.fr/leblanc_marcantonio_durando.htm

Marcantonio Durando
Prêtre, Fondateur, Bienheureux
(1801-1880)

Marcantonio Durando naquit le 22 mai 1801 à Mondovi, en Italie. Sa famille était très aisée et appréciée. Dix enfants naquirent; deux moururent en bas âge.
L'atmosphère familiale était très emprunte de libéralisme, mais elle n'était pas anticléricale. Son père, en effet, était agnostique et libéral.

Par contre, sa mère, Angela Vinaj, était pieuse et riche en vertus chrétiennes; elle sut donner à ses huit enfants la Foi dont ils avaient besoin, et elle eut, sur deux de ses fils, dont Marcantonio une grande influence en leur donnant une Foi solide.

En particulier, Marcantonio, dès l'âge de 15 ans, manifesta le désir de partir comme Missionnaire en Chine.
Pour cela, il entra dans la Congrégation de la Mission de sSaint Vincent de Paul, et fit ses vœux perpétuels à l'âge de 18 ans. Il fut ordonné Prêtre le 12 juin 1824, et il demeura pendant cinq ans à Casale Monferrato.

Marcantonio voulait être Missionnaire en Chine, mais au lieu de cela, il fut destiné aux missions populaires de son pays. Là, comme en Chine, il pourrait transmettre sa passion missionnaire et annoncer le Christ.

Marcantonio se dirigea donc vers la toute nouvelle œuvre de la Propagation de la Foi qui avait été fondée à Lyon en 1822.
Il prêchait la Miséricorde de Dieu, encourageait les populations à la conversion et intervenait concrètement en faveur des pauvres.

En 1829 il fut nommé à Turin, dans la nouvelle maison de la Mission de Saint Vincent, sa Congrégation, et il y resta jusqu'à sa mort.
En 1831, le Père Marcantonio Durando fut nommé supérieur.
Les difficultés qu'il rencontra furent nombreuses, car durant la période napoléonienne, la vie religieuse avait été profondément bouleversée par la suppression des instituts religieux et la confiscation de leurs biens.

Le calme revenu, il fallait recueillir les religieux dispersés et leur offrir une résidence.  Le Père Durando s'y employa avec grand succès et sa maison de la Mission de Turin devint une référence pour le clergé turinois et piémontais.

De nombreux futurs Saints la fréquentèrent: on peut nommer: Saint Benoît Cottolengo, Saint Joseph Cafasso, Saint Jean Bosco, Saint Léonard Murialdo, le Bienheureux Joseph Allamano et tant d’autres qui ont enrichi le diocèse et le Piémont d’une myriade d’œuvres charitables et saintes.

En 1833, Marcantonio introduisit en Italie, dans le Piémont, l'Institut des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul, pour s'occuper de divers hôpitaux militaires et civils.
Entre temps, il avait inauguré le collège de Brignole-Sale pour les Missions étrangères dans le but de former des Prêtres pour les Missions étrangères. Il diffusa également l'Association Mariale de la Médaille Miraculeuse, parmi les jeunes, ce qui donna naissance à de multiples vocations. Puis vinrent les Miséricordes.

Les Miséricordes furent l’œuvre principale des Associations des Dames, qui les soutenaient financièrement; mais les Filles de la Charité les aidaient beaucoup.
Les Miséricordes étaient de vrais centres privés d’aide sociale, où les pauvres trouvaient non seulement une soupe chaude en hiver, mais également des vêtements, des soins médicaux de base, et souvent aussi un travail.

Les pauvres y trouvaient surtout beaucoup de fraternité et de charité chrétienne qui annulait les différences sociales.
Autour de ces centres se développèrent progressivement des œuvres variées, comme des crèches pour enfants pauvres, des orphelinats, des petits dispensaires.

Des visites à domicile destinées aux personnes âgées, aux pauvres et aux malades étaient également organisées.
Ainsi, les Filles de la Charité, se manifestèrent comme de précieuses collaboratrices du développement du Catholicisme social en Italie.

Nous savons déjà qu'en 1837, le Père Durando fut nommé Visiteur de la Province du nord de l'Italie des Missionnaires de Saint-Vincent, fonction qu'il occupa pendant 43 ans, jusqu'à sa mort.
On lui confia aussi la direction des Sœurs de Saint-Joseph et il contribua à la rédaction des règles des Sœurs de Sainte-Anne.
Il devint guide spirituel des Clarisses Capucines du nouveau Monastère de Sainte-Claire.

Mais son œuvre principale, l'œuvre de son cœur, fut la Fondation, en 1865, de la Compagnie de la Passion de Jésus de Nazareth, ayant pour but de servir les personnes souffrantes et d'accompagner les mourants.
Cet institut suscita de nombreuses conversions, mais il dut aussi traverser des périodes très difficiles. De quoi s'agissait-il?
La législation ecclésiastique de cette époque, empêchait l'entrée dans la vie consacrée des personnes nées hors mariage religieux.

Or, certaines de ces jeunes filles désiraient se consacrer à Dieu. Le Père Durando, en contact avec ces filles illégitimes, résolut de résoudre cette situation douloureuse en créant la Compagnie de la Passion de Jésus de Nazareth.
Malheureusement, la situation en Italie était très instable, et vers 1866 1867, les Communautés Religieuses furent supprimées, et le Père Durando, frappé par cette bourrasque, dut parcourir un angoissant chemin de Croix.
En effet, à cette suppression était liée la confiscation de toutes les propriétés, et le Père Marcantonio Durando dut racheter une à une les maisons confisquées, mais en les mettant au nom de personnes physiques particulières, avec tous les risques connexes que cela peut comporter.

Le Père Marcantonio Durando mourut le 10 Décembre 1880.
Il fut Béatifié, le 20 Octobre 2002, par le Pape Saint Jean Paul II.
Paulette Leblanc

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 10/12/2017