Bienheureux Odoardo Focherini, journaliste et Martyr (1907-1944). Fête le 27 Décembre.

Lundi 27 Décembre 2021 : Fête du Bienheureux Odoardo Focherini, journaliste et Martyr (1907-1944).

Servo di dio odoardo focherini 2

https://levangileauquotidien.org/FR/display-saint/e95c18de-47c6-4ee9-9f9d-252637f18057

Bienheureux Odoardo Focherini
Journaliste Martyr du nazisme
« Juste parmi les nations »

Odoardo Focherini naît le 6 Juin 1907 à Carpi, en Émilie-Romagne. Durant sa jeunesse, il fréquente l'école élémentaire et technique.
En 1924, il participe à un magazine pour les jeunes et en 1928, il entre dans l'Action Catholique de son diocèse.
En 1930, Odoardo épouse Maria Marchesi (1909-1989), avec qui il eut sept enfants.

En 1934, il a été embauché à l'Assurance Catholique de Vérone, puis il est devenu l'inspecteur de la compagnie d'assurance et a exercé ces fonctions à Modène, Bologne, Vérone et Pordenone.
En 1942, il a commencé ses travaux en faveur des Juifs.

Puis, à partir de 1943, Odoardo a commencé à collaborer avec Dante Hall, curé de San Martino Spino (province de Modène). Avec lui, il a réussi à créer une organisation souterraine pour y protéger une centaine de juifs.
Le 11 Mars 1944, il est arrêté à l'Hôpital de Carpi, alors qu'il y préparait l'évasion d'un juif. Il a été transféré à la prison de San Giovanni in Monte à Bologne. Pendant sa détention, il adressa 166 lettres à sa famille et ses amis.

Après plusieurs transferts dans différents camps de concentration, il a été placé dans celui de Hersbruck, où Odoardo y est mort, le 27 Décembre 1944.
Peu avant de mourir, il déclara qu’il offrait sa vie pour son diocèse et pour l’action catholique.

En 1955, on lui a décerné la médaille d'or du Mérite de la République italienne.
En 1969, il a été inscrit dans le livre des « Juste parmi les nations » à Yad Vashem.
En 1996, la phase diocésaine du procès en Béatification a été lancée, puis la cause est passée à la phase romaine en 1998.
Le 10 Mai 2012 le Pape Benoît XVI l'a déclaré Martyr et Vénérable.

Odoardo Focherini a été Béatifié le 15 Juin 2013 à Carpi (dans la province de Modène) sa ville natale.
La cérémonie de Béatification a été présidée par le Cardinal Angelo Amato S.D.B., préfet de la Congrégation pour la cause des Saints, qui représentait le Pape François.
« Le Bienheureux Odoardo n’a pas hésité à faire passer en premier le bien de ses frères en offrant sa propre vie », a souligné le Cardinal.
Durant la seconde guerre mondiale, Odoardo Focherini, grâce à une organisation clandestine et à l’appui de la Curie épiscopale, il avait réussi à sauver 105 juifs de la déportation nazie.

Odoardofocherini 2

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12794/Bienheureux-Odoardo-Focherini.html

Bienheureux Odoardo Focherini

Martyr (? 1944)

Béatifié le 15 Juin 2013 à Carpi (Italie)
Né en 1907 à Carpi où il grandit, il épousa Maria Marchesi en 1930 et ils eurent 7 enfants. Employé d'une société d'assurance Catholique puis président de l'Action Catholique diocésaine, il organisa de nombreux rassemblements et congrès Eucharistiques.

En 1939, il devient directeur du journal Catholique L’Avvenire d’Italia à Bologne et en 1942 commencent ses actions en faveur des juifs.
C'est en 1943 après le 8 septembre qu'avec l'approbation de son épouse il procure aux juifs persécutés de faux papiers et les emmènent à la frontière suisse.

Arrêté le 11 Mars 1944, il est emmené à la prison de Bologne où il reste jusqu'au 5 Juillet avant d'être emmené en camp de concentration où il meurt le 27 Décembre 1944 à Hersbruck.

Il a laissé un grand nombre de lettres écrites à sa famille et à ses amis.
De nombreuses reconnaissances lui ont été décernées dont la médaille d'or des communautés israélites à Milan en 1955, le titre de Juste parmi les nations à Jérusalem en 1969 et la médaille d'or du mérite civil à Rome en 2007.
- Béatification d'Odoardo Focherini: un témoin héroïque de la seconde Guerre mondiale (news.va)
Son nom était déjà inscrit dans le livre des Justes parmi les Nations à Yad Vashem, au mémorial israélien de la Shoah...

L’intellectuel italien Odoardo Focherini, membre et dirigeant de l’Action Catholique italienne, père de sept enfants, journaliste et administrateur du quotidien Avvenire d’Italia, a été Béatifié samedi 15 juin 2013.
Pour avoir pris la défense des juifs persécutés pendant l’holocauste, il fut arrêté et interné dans un camp de concentration où il mourut en héros en 1944.

Grace à une organisation clandestine il avait réussi à sauver une centaine de juifs avec l’appui de la Curie épiscopale.
Pendant sa détention, il adressa 166 lettres à sa famille et ses amis. Peu avant de mourir, il déclara qu’il offrait sa vie pour son diocèse et pour l’action Catholique.
- Biographie en italien, anglais et allemand sur le site Odoardo Focherini, témoin de la charité
- "La vita di Odoardo è stata un canto d'amore" homélie d'action de grâce de Mgr Cavina à Carpi le 17 juin 2013 (en italien)
- Odoardo Focherini, annunciatore appassionato del Vangelo (en italien, diocèse de Reggio Emilia)
- le pape François à l'Angelus du 16 juin 2013

Au terme de cette Eucharistie consacrée à l’Évangile de la Vie, je suis heureux de rappeler qu’hier, à Carpi, Odoardo Focherini, époux et père de sept enfants, journaliste, a été Béatifié.
Capturé et incarcéré en haine de sa Foi Catholique, il est mort dans le camp de concentration de Hersbruck en 1944, à 37 ans.
Il a sauvé de nombreux juifs de la persécution nazie.
Avec l’Église qui est à Carpi, rendons grâce à Dieu pour ce témoin de l’Évangile de la Vie!

Topic 4(Pour voir la photo en grand format : topic.jpg topic.jpg).

http://www.aleteia.org/fr/religion/actualites/odoardo-focherini-juste-parmi-les-nations-et-martyr-de-la-foi-1987001

Odoardo Focherini , juste parmi les nations et Martyr de la Foi

L’itinéraire de ce Chrétien du XXe siècle, Béatifié le 15 Juin 2013, décrypté à travers quelques paroles du Pape François.

Odoardo Focherini sera béatifié à Carpi (Italie) ce samedi 15 Juin 2013. Cet ancien journaliste et administrateur du journal italien « Avvenire », engagé dans l’Action catholique, père de famille,  mort en 1944 dans un camp de concentration en Allemagne pour avoir porté secours à des Juifs, a été reconnu en 2012 « Martyr de la Foi ».

Il apparaît comme un Chrétien d’aujourd’hui, extraordinairement moderne, tel que le Pape François en dresse,  jour après jour, le portrait-robot: un Chrétien libre de toute ambition et carriérisme, qui s’engage dans les combats de son temps et témoigne du Christ par sa vie et par sa mort.

Libre du carriérisme
« Etre libre de toute ambition ou d’objectifs personnels est important. Le carriérisme est une lèpre, une lèpre. Je vous en prie, pas de carriérisme ».( Pape François)

Toute la vie d’Odoardo Focherini est marquée par un style de service gratuit et désintéressé : quand il était jeune dirigeant et président de l’Action catholique, responsable de l’organisation des Congrès eucharistiques diocésains, conseiller délégué du journal italien Avvenire.

Toujours à l’enseigne de la gratuité et du renoncement à son intérêt personnel, il n’hésitait pas à s’exposer personnellement, jusqu’à mettre en jeu sa brève existence pour en sauver d’autres, à seulement 37 ans, alors qu’il était déjà père de sept enfants.
Un extraordinaire témoignage, donc, d’amour conjugal et d’ouverture à la vie. Focherini a grandi et vécu en homme libre, éduqué à la liberté, obéissant à la volonté de Dieu: «…J’offre ma vie en holocauste pour mon diocèse, pour l’Action Catholique, pour l’Avvenire d’Italie  et pour le retour de la paix dans le monde » : ce sont les derniers mots de son testament, recueillis par ses compagnons de détention, avant de mourir.

Aux “périphéries de l’existence”
« L’Église est appelée à sortir d’elle-même et à aller dans les périphéries, les périphéries géographiques mais également les périphéries de l’existence: là où réside le mystère du péché, la douleur, l’injustice, l’ignorance ..... ».

Y a-t-il dans toute l’histoire de l’humanité une périphérie matérielle et existentielle plus sombre et douloureuse qu’un camp de concentration ?

Focherini a sillonné sans peur ces « périphéries » de son temps, dans lesquelles prédominaient le mensonge, les abus, la persécution, la discrimination raciale, l’anéantissement de la dignité humaine.

Si après la libération, l’Avvenire d’Italie a pu se présenter la tête haute sans devoir se refaire une image, c’est parce quelqu’un a su résister aux menaces et aux provocations du pouvoir.
Si tout à coup des dizaines et des dizaines de juifs à la recherche de protection et de liberté ont frappé à la porte de Focherini, c’est parce qu’ils ont trouvé un homme qui a su « sortir de lui-même », sans aucun regret:
« Si tu avais vu, comme j’ai vu, dans cette prison, ce qu’ils font souffrir aux Juifs, tu regretterais de ne pas en avoir sauvé davantage» écrit-il de sa prison, dans une lettre à sa famille.

Et encore: « Dans sa façon d’être, de te soutenir, de t’encourager, de se comporter, il y avait tout son ‘être’ Chrétien » témoigne un jeune déporté, ancien compagnon de détention d’Odoardo.

Annoncer avec sa vie
« Le témoignage… la communication de la Foi ne peut se faire que par le témoignage (...) Ne parlez pas tellement, mais parlez par toute votre vie: la cohérence de vie…qui est de vivre le Christianisme comme une rencontre avec Jésus qui m’amène vers les autres ». (Pape François)

Ce qui frappe chez Odoardo Focherini, c’est la ferveur apostolique, le désir de proposer à tout le monde la meilleure occasion d’une rencontre  avec Jésus et son Eglise: le scoutisme pour approcher les jeunes, la conférence Saint-Vincent de Paul pour le service aux pauvres, et aussi le théâtre, le sport, la montagne, le journalisme...

Il n’a pas fondé d’œuvres, n’a pas écrit de traités. Il a été défini comme un chrétien « tout azimut »  pour le témoignage de fidélité à l’Evangile qu’il a su porter dans chaque domaine de sa vie ordinaire, mais avec des résultats extraordinaires: la famille, le travail, l’engagement public dans l’Eglise et la société.

L’Eucharistie quotidienne était la source de son inépuisable énergie ; certains témoins se souviennent du désir irrésistible qu’il avait de cette rencontre vitale.
De là lui venait son regard joyeux et souriant sur la réalité, qui en faisait une icône de la « douce et réconfortante joie d’évangéliser ».

Juste parmi les nations, Médaille d’or du mérite civil de la République italienne, reconnu à présent comme martyr de la Foi: tel est le Bienheureux Odoardo Focherini.

Une grâce pour l’Église qui, plutôt que de maîtres,  a besoin de véritables témoins de Foi, un don pour l’Italie  qui, compte tenu de « la gravité de l’heure »,  requiert des exemples d’hommes et de femmes capables de choix courageux.

(Article de l'Agence de Presse de la conférence épiscopale italienne (SIR) et traduit pour Aleteia  par Elisabeth de Lavigne)

Date de dernière mise à jour : 27/12/2021

Ajouter un commentaire