Bienheureux Urbain V, Pape (200ème) de 1362 à 1370. Fête le 19 Décembre.

Mardi 19 Décembre 2017 : Fête du Bienheureux Urbain V, Pape (200ème) de 1362 à 1370.

Urbain v tete by jm rosier 11Tête du gisant du Pape Urbain V (1370), Avignon église du Collège Bénédictin de Saint-Martial - origine : Musée petit palais.
Téléversé par Ampon
Gisant d'Urbain V à Avignon. (Pour voir en grand format : urbain-v-by-jm-rosier.jpg urbain-v-by-jm-rosier.jpg).

Cette photo est proposée sous les licences ci-dessous à la condition expresse d'en attribuer le crédit à « Jean-Marc Rosier de http://www.rosier.pro  ».

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171219&id=520&fd=0

 Bienheureux Urbain V
Pape (200ème) de 1362 à 1370

Urbain V, de son nom de famille Guillaume de Grimoard, naquit près de Mende. Il gravit rapidement les degrés successifs de l'échelle des lettres et des sciences.
La Vie Religieuse s'offrit alors à lui comme l'idéal qui répondait le mieux aux tendances de son esprit et aux besoins de son cœur.
Il alla frapper à la porte de l'Abbaye de Saint-Victor, près de Marseille, et, à l'ombre paisible du cloître, il s'éleva chaque jour de vertu en vertu. On remarquait particulièrement en lui une tendre dévotion pour la Sainte Vierge.

La profession Religieuse n'avait fait que développer son ardeur pour la science, les supérieurs crurent bientôt l'humble moine capable d'enseigner, et, en effet, il illustra successivement les chaires qui lui furent confiées à Montpellier, à Paris, à Avignon et à Toulouse.

Quelques années plus tard, après avoir été peu de temps Abbé de Saint-Germain d'Auxerre, il fut envoyé en Italie par le Pape Clément VI (Pierre Roger, 1342-1352) en qualité de légat. C'était, à son insu, un acheminement vers la plus haute dignité qui soit au monde.

Il fut élu Pape en 1362 et prit le nom d'Urbain V, parce que tous les Papes qui avaient porté ce nom l'avaient illustré par la sainteté de leur vie.
C'est lui qui ajouta à la tiare papale une troisième couronne, non par orgueil, mais pour symboliser la triple royauté du Pape sur les fidèles, sur les Évêques et sur les États romains.

Il se proposa, en montant sur le trône de Saint Pierre, trois grands projets : ramener la Papauté d'Avignon à Rome, réformer les mœurs, propager au loin la Foi Catholique.
Le retour de la Papauté à Rome fut un triomphe, et les poètes le saluèrent comme l'augure d'un nouvel âge d'or.

Pendant ces grandes œuvres, Urbain vivait en saint, jeûnait comme un Moine, et rapportait toute Gloire à Dieu.
A sa mort, il demanda qu'on permît au peuple de circuler autour de son lit : « Il faut, dit-il, que le peuple puisse voir comment les Papes meurent. »
Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

Papa urbanus quintus 2

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/284/Bienheureux-Urbain-V.html.

Bienheureux Urbain V

Pape (200 ème) de 1362 à 1370 (+ 1370)

D'abord Moine Bénédictin, il devint Abbé de Saint-Germain-d'Auxerre, puis de Saint-Victor de Marseille. Élu Pape en 1362, il fut l'un des sept Papes résidant en Avignon.
En 1367, il rétablit à Rome le Siège Apostolique, mais les luttes des factions romaines le forcèrent à revenir en Avignon trois ans plus tard, malgré les protestations de sainte Brigitte.

Trois mois après, au moment de sa mort, il se fit porter dans une modeste maison, ouverte à tous, pour témoigner qu'un Pape pouvait aussi mourir en bon Chrétien.
- "Fils de Guillaume de Grimoard et d'Amphélise de Montferrand, Urbain V, prénommé comme son père, naquit en 1310 au château de Grisac, en Cévennes gévaudanaises.
Après ses études à Montpellier et à Toulouse, il entra au Couvent Bénédictin du Saint-Sauveur de Chirac, qui a donné naissance à la localité du Monastier.

Fondé en 1062 par l'Évêque de Mende Aldebert 1er de Peyre, il dépendait alors de St. Victor de Marseille et avait pour prieur un oncle du jeune novice, Anglic de Grimoard. il y fut un modèle de régularité et de studiosité.
Une fois les saints ordres reçus, il fit de hautes études de science sacrée. Celles-ci terminées, il enseigna à Montpellier, Toulouse, Paris, Avignon.
Successivement Vicaire Général de Clermont et d'Uzès il devint Abbé de St. Germain d'Auxerre, puis de St. Victor de Marseille.

Il fut désigné comme Légat Pontifical à Naples par le Pape Innocent VI. Après la mort de ce dernier, il fut élu Pape le 28 Septembre 1362. Il choisit le nom d'Urbain 'parce que les Papes ayant porté ce nom avaient été des Saints', il reçut l'Ordination épiscopale à Avignon le 6 Novembre.

Celle-ci arrivait à une période sombre de l'histoire de l'Église. Le nouveau Pape s'employa avec beaucoup de zèle à améliorer cette situation par ses efforts pour propager la Foi Catholique, réformer l'Église, apaiser les conflits, rétablir l'unité avec les Grecs, promouvoir les études ... ramener la Papauté à Rome où il résida pendant trois ans, avant de revenir à Avignon où il mourut le 19 Décembre 1370.

D'abord inhumés en l'église N. D. des Doms, ses restes furent transférés, 18 mois après, dans l'Abbatiale de St. Victor de Marseille.
Ce Pape 'de sainteté et d'érudition' ne tarda pas d'être vénéré en France et en Italie. Le 10 Mars 1870 le Pape Pie IX signa le décret de Béatification.

L'Abbé Chaillan, biographe d'Urbain V, a raison de dire que le Gévaudan 'a été inondé de ses faveurs et de ses bienfaits.'
La montagnarde et croyante Lozère, fière de lui avoir donné le jour, s'en souvient toujours et a voulu lui témoigner sa gratitude par l'érection d'une belle statue en bronze devant la Cathédrale qu'il avait fait construire.
Cette statue a été solennellement Bénie le 28 Juin 1874." (les saints du diocèse de Mende)
- Guillaume de Grimoard... se trouvait à Naples quand il apprit que les Cardinaux l’avaient élu Pape le 28 Septembre 1362.

Dès son arrivée à Avignon, il fut intronisé le 31 Octobre sous le nom d'Urbain V, puis consacré Évêque et couronné le 6 Novembre dans la chapelle du Palais Vieux, sans aucun faste extérieur. (Urbain V - diocèse d'Avignon)

- "Moine par vocation, Guillaume Grimoard, né en 1310 dans les Cévennes, appartenant à la Congrégation Bénédictine de Saint-Victor de Marseille, au terme d’une brillante carrière de professeur de Droit à l’université de Montpellier, fut élu Abbé de Saint-Victor et, tôt après, élevé au souverain Pontificat...” (source: Histoire du diocèse de Marseille)

- Le Bienheureux Urbain V naquit au château de Grisac, près du Pont de Montvert (Lozère), vers 1310, de la puissante famille des Grimoard.
Entré tout jeune chez les Bénédictins à Chirac, puis à Saint Victor de Marseille, il poursuit ses études à Montpellier, où il enseigne le droit canon.

Son prestige s'affirme tellement dans les diverses missions apostoliques dont il est chargé qu'il est élu au souverain Pontificat.
Le Siège Apostolique était alors à Avignon, depuis le début du siècle. Urbain V fut un très grand Pape, qui fit preuve d'une activité prodigieuse en des temps particulièrement troublés. A un amour passionné de la Sainte Église, il ajouta les vertus d'un Saint.

Après deux ans passés en Italie pour essayer d'y remettre la Paix, il revint mourir en Avignon (19 Décembre 1370).
Son corps repose à Saint Victor de Marseille, dont il avait été l'Abbé.  (source: Les Saints du diocèse de Nîmes)
- Site de l'association 'les amis du bienheureux Urbain V'

À Avignon, en 1370, le Bienheureux Urbain V, Pape, qui était Abbé de Saint-Victor de Marseille quand il fut élevé sur la chaire de Pierre.
Sans rien changer à ses habitudes Monastiques, il tourna aussitôt son esprit en premier lieu vers le retour du Siège apostolique à Rome et le rétablissement de l’unité de l’Église.

Martyrologe romain.

Le poète Pétrarque a écrit de lui: "O grand homme, sans pareil dans notre temps et dont les pareils en tous temps sont trop rares".

Fr 48 mende31Urbain V statufié depuis 1874 devant la Cathédrale de Mende.
Téléversé par Amba
(Pour voir en grand format : fr-48-mende31.jpg fr-48-mende31.jpg).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Urbain_V

Béatification

Avant son départ pour Rome, Grégoire XI, pour atténuer la peine des Provençaux et des Comtadins, avait profité de son séjour en l’abbaye de Saint-Victor pour ordonner une enquête sur la « fama et sanctitate » de son prédécesseur.
Durant des mois, les notaires pontificaux recueillirent des milliers d’attestations décrivant par le menu les miracles et les guérisons attribués à Urbain V.
Cette enquête fut interrompue en 1379, pour être reprise en 1390 sur ordre de Clément VII, le premier Pape avignonnais du Grand Schisme.

Entre 1372 et 1376, Louis d’Anjou, décida de financer de ses propres deniers les frais de procès en Canonisation de son beau-père Charles de Blois.
Sur sa lancée, il fit instruire celui du défunt pape Urbain V et de Delphine, « la femme de saint Elzéar, comte d’Ariano ».
Un nouveau procès en Canonisation fut demandé par Valdemar IV de Danemark et promis par le Pape Grégoire XI dès 1375.
Mais la crise du Grand Schisme qui secoua l'église Catholique eut tôt fait de le stopper. Ainsi c'est seulement le 10 Mars 1870 qu'il fut déclaré Bienheureux par le Pape Pie IX.

Au XXème siècle, une association, « Les Amis du Bienheureux Urbain V », s'est constituée pour promouvoir la cause de sa Canonisation.
Urbain V est considéré comme saint dans le nouveau calendrier liturgique publié par Paul VI, à la date du 19 décembre, sans avoir été formellement Canonisé.
Cependant depuis le concile Vatican II sa fête a été déplacée au 06 Novembre, jour de son couronnement.

Avignon palais des papes depuis tour philippe le bel by jm rosier 11Avignon, Palais des Papes depuis Tour Philippe le Bel.
Téléversé par BlueBreezeWiki
(Pour voir en grand format : avignon-palais-des-papes-depuis-tour-philippe-le-bel-by-jm-rosier.jpg avignon-palais-des-papes-depuis-tour-philippe-le-bel-by-jm-rosier.jpg).
Cette photo est proposée sous les licences ci-dessous à la condition expresse d'en attribuer le crédit à « Jean-Marc Rosier de http://www.rosier.pro  ».

http://diocese-avignon.fr/spip/Bienheureux-Urbain-V.

Bienheureux Urbain V

Guillaume de Grimoard, né en 1310 au château de Grisac en Gévaudan, eut pour parrain de Baptême Elzéar de Sabran, apparenté à la famille de sa mère, qu’il aura la joie de proclamer saint le 15 avril 1369 à Rome.
Étudiant à Montpellier puis à Toulouse, il entra chez les Bénédictins de Chirac prés de Mende.
Il fit sa profession Monastique à l’Abbaye Saint-Victor de Marseille et fut ordonné Prêtre en 1334

Il enseigna brillamment le droit canon à l’université de Montpellier, puis il exerça la charge abbatiale à Saint-Germain d’Auxerre en 1352 et à Saint-Victor de Marseille en 1361.
Il fut envoyé à plusieurs reprises en Italie comme Légat par le Pape Innocent VI et il se trouvait à Naples quand il apprit que les Cardinaux l’avaient élu Pape le 28 Septembre 1362. Dès son arrivée à Avignon, il fut intronisé le 31 Octobre sous le nom d’Urbain V, puis consacré Évêque et couronné le 6 Novembre dans la chapelle du Palais Vieux, sans aucun faste extérieur.

Il assuma avec le plus grand sérieux ses hautes responsabilités, tout en demeurant un Moine fidèle à son habit et aux moindres détails de la règle Bénédictine.
Il partageait son temps entre la Prière, l’étude, le courrier et les audiences, attentif aux affaires de l’Église et aux misères du monde, très généreux envers les pauvres et les malades, se contentant d’employer ceux qui le méritaient sans favoriser sa famille.

Il protégea les lettres et les sciences, développant les universités et en fondant de nouvelles. Il restaura l’Abbaye de Saint-Victor et les églises romaines.
Il s’attacha à l’expansion de la Foi Catholique avec les Missions Franciscaines, au rétablissement de l’unité de l’Église en Orient, à la réforme ecclésiastique et au retour du Siège Apostolique à Rome.

Malgré les instances du roi de France et les récriminations des Cardinaux, pressé aussi par les menaces des Grandes Compagnies, Urbain V quitta Avignon pour Rome le 30 Avril 1367.
Il y fit son entrée solennelle le 16 Octobre, après un long voyage par mer et un séjour mouvementé à Viterbe.

Il fut accueilli avec une grande joie et y séjourna trois ans, y couronnant l’empereur d ’Occident Charles IV et y recevant l’acte de réconciliation de l’empereur byzantin Jean V Paléologue.
Mais la situation romaine était toujours aussi troublée par la faute des factions rivales et faisait craindre pour la sécurité du Pape.

Alors, encouragé par la majorité des Cardinaux, poussé par le désir de rétablir la paix entre la France et l’Angleterre, et malgré les supplications des fidèles, Urbain V s’embarqua de nouveau pour aborder à Marseille le 16 Septembre 1370.

Facade du palais des papes 1Entrée principale du Palais des Papes d'Avignon, en France. (Pour voir en grand format: facade-du-palais-des-papes.jpg facade-du-palais-des-papes.jpg).

Il fut reçu triomphalement à Avignon le 27 du même mois. Cependant, profondément marqué par son échec et atteint par une cruelle maladie, il mourut trois mois après, le 19 décembre 1370, dans la résidence de l’Évêque d’Avignon, son frère Anglic.
Il fut enterré à la Cathédrale Notre-Dame des Doms puis, selon son désir, transféré en 1372 à Saint-Victor de Marseille.
A la faveur des nombreux miracles produits sur son tombeau, son procès de Canonisation fut ouvert mais bientôt interrompu par la crise du Grand Schisme. C’est seulement le 10 Mars 1870 qu’il fut déclaré Bienheureux par le Pape Pie IX

Le poète Pétrarque a écrit de lui : "O grand homme, sans pareil dans notre temps et dont les pareils en tous temps sont trop rares".

France lozere mende statue d urbain v 2Statue du Pape Urbain V à Mende devant la Cathédrale Saint-Privat
(le socle porte l'inscription “Au Bienheureux Urbain V / Pape de 1362 à 1370 / Bienfaiteur du Gévaudan / 28 juin 1874”, cette dernière date correspondant à l'inauguration de la statue).
Téléversé par Ancalagon

http://www.pape-urbain-v.org/

Qui est Urbain V ?

Dans un siècle de profondes ruptures, au cours duquel l'Eglise a connu schisme et antipapes, Urbain V est le seul Pape d'Avignon qui ait été Béatifié ; il a reconduit la Papauté à Rome où il n'a malheureusement pu la maintenir.
Elu Pape le 28 Octobre 1362, alors qu'il n'était pas Évêque, il garde au cœur - et jusque dans son habit - sa vie de moine, tout en faisant preuve de largeur de vue, d'attention à tous, d'humanisme et de culture.

Urbain V s'attache à la réforme de l'Eglise et d'abord à celle de la cour Pontificale, où il voulait plus de simplicité et de Piété.
Pour aller plus loin, il fit tenir dans ce but des synodes provinciaux et rendit leur vigueur aux ordres monastiques.
Sa grande œuvre sera de ramener à Rome, siège de Pierre, la Papauté. Grâce à l'aide du Cardinal Albornoz, Urbain V œuvra à restituer les domaines de l'Église usurpés afin de rendre au Pontife romain son influence dans toutes les affaires concernant le peuple Chrétien.

Il est à Rome en 1367 et on lui doit, entre autre, d'avoir retrouvé les têtes de Saint Pierre et Saint Paul.
Il doit retourner à Avignon pendant l'année 1370 où il y meurt.

Ses huit années de pontificat furent riches d'initiatives de longue portée dans le cadre :
- d'une politique européenne, avec le souci de rétablir la paix dans une Europe qui se déchirait, Urbain V s'efforça d'abord de régler par la diplomatie la guerre de Cent Ans ; il est considéré comme le premier des Papes humanistes et un européen de la première heure ;

- d'une politique universelle et culturelle, Urbain V donna une vive impulsion aux études ; il créa à Montpellier un collège, et permit la fondation des universités de Cracovie et de Vienne en 1364 et 1365 ;

- d'une politique œcuménique, Urbain V, homme de paix œuvra à la réconciliation des Eglises d'Orient et d'Occident, à la réconciliation des schismatiques et à la conversion des infidèles.

Il sera Béatifié par le Pape Pie IX le 10 Mars 1870 et sera alors le seul Pape d'Avignon à être reconnu Bienheureux.
Ses reliques reposent à Marseille dans l'église Saint-Victor.

L'œuvre du Pape Urbain V

Les huit années de Pontificat du Pape Urbain V furent très remplies :

Disciple de Saint Benoît, il participa au rayonnement du savoir et de la culture de l'Europe Chrétienne tant par ses enseignements que par la création des universités de Genève, Cracovie, Vienne et Pecs (Hongrie) qu'il fonda et dota. Il reçut à Rome la plupart des empereurs, rois et reines, avec lesquels il eut des contacts étroits.

Humaniste éclairé, grand intellectuel et juriste consulté dans toute la chrétienté, il correspondit avec les plus grands esprits de son temps (Pétrarque, Boccace, Sainte Brigitte de Suède...) et encouragea de nombreux artistes. On lui doit la création des jardins du Vatican.

Il envoya des Missionnaires dans un grand nombre de contrées parmi les hérétiques et les schismatiques, ce qui permit de nombreuses conversions (Crête, Bosnie, Albanie, Moldavie, les îles Canaries et même en Asie).
Il envoya un légat à Pékin et fonda le premier évêché de Chine.

Propagateur de la Foi Catholique, son souhait était d'étendre parmi les infidèles la connaissance de Jésus-Christ. D'un bout du monde à l'autre, le Bienheureux Urbain V travailla à étendre le royaume de Jésus-Christ accomplissant fidèlement le précepte donné par le Seigneur aux Apôtres d'enseigner à toutes les nations.

Courageux réformateur en une époque troublée, il obligea les Évêques et Abbés à résider dans leur diocèse ou Abbaye, et à revenir à l'observance de leur règle. Il fut le restaurateur du mont Cassin.

Champion de l'œcuménisme, il a su obtenir l'abjuration et la réconciliation publique de l'empereur de Byzance Jean V Paléologue. Il fit également revenir à l'unité Catholique les communautés séparées de nombreuses contrées (Bulgarie, Hongrie, Bosnie, Albanie, Arménie, etc.

Homme de Dieu avant tout, il avait gardé l'humilité du Moine.

Après sa mort, de nombreuses demandes de Canonisation parviennent à son successeur, Grégoire XI, émanant de souverains et de prélats : dés l'année 1375, le roi du Danemark s'adresse au Pontife.
La demande fut renouvelée à Clément VII, qui siégeait en Avignon, par les rois de France : Charles V et Charles VI, par la reine Jeanne de Naples, le duc d'Anjou et par de nombreux archevêques ; mais le grand schisme d'Occident qui survient bientôt gèle vite toute procédure et il faudra attendre 1870 pour que Pie IX proclame Bienheureux le Pape Urbain V, le 5ème anniversaire séculaire de sa mort.

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien : La vie du pape Urbain V

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 18/12/2017