Saint Thomas Becket, Archevêque de Cantorbéry, Martyr (1117-1170). Fête le 29 Décembre.

Vendredi 29 Décembre 2017 : Fête de Saint Thomas Becket, Archevêque de Cantorbéry, Martyr (1117-1170).

Reliqu13 1Reliquaire de Saint Thomas Becket.
Email champlevé, cuivre doré. XIIe (entre 1170 et 1180).

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/329/Saint-Thomas-Beckett.html.

Saint Thomas Beckett

Archevêque de Cantorbéry, Martyr (+ 1170)

Il était né à Londres d'une famille normande. Il fit de bonnes études à Londres et à Paris et le roi Henri II Plantagenêt choisit ce brillant sujet comme chancelier.
Enchanté de son administration, il le fait nommer Archevêque de Canterbury, pensant ainsi résoudre les difficultés qu'il connaît avec les Évêques de son royaume.

Thomas change du tout au tout. De fastueux, il devient ascétique; de servile, il se trouve bientôt en conflit avec le roi, qui veut imposer sa loi par-dessus celle de l'Église romaine.
Il invite les pauvres à sa table et prend l'habit de Moine. La querelle s'envenime au point qu'il doit s'enfuir en France.

Il rejoint alors l'Abbaye Cistercienne de Pontigny en Bourgogne. Il regagne Canterbury en Novembre 1170, et c'est là que, dans sa Cathédrale, peu après Noël, quatre familiers du roi vont l'abattre devant l'autel après qu'il eût refusé de lever les excommunications qu'il avait portées contre les Évêques trop dociles à l'égard du roi.

De souche normande, Thomas Becket est né à Londres. Archidiacre de Coutances et Chancelier d'Angleterre, il est élu Évêque de Cantorbéry. Face à son ami le roi Henry II, il défend les intérêts de l'Église.
Calomnié et poursuivi dans sa Cathédrale, il est massacré, avec la complicité du roi.

Un an plus tard, Henry II vient recevoir le Pardon du Pape à la porte de la Cathédrale d'Avranches. Thomas Becket est Canonisé et le diocèse de Coutances est un des premiers à lui rendre un culte. Une église lui est dédiée dans le faubourg de Saint Lô, ainsi qu'un croisillon de la Cathédrale.
Source: Liturgie des heures du diocèse de Coutances et Avranches 1993 où il est fêté le 7 Mai.

Saint Thomas Becket naquit à Londres le 21 Décembre 1117. Il fit ses études à Oxford et Paris, puis vint étudier le Droit Canon à Auxerre.
De retour en Angleterre, il fut ordonné Prêtre. En 1162, il fut nommé Archevêque de Cantorbéry.

Le roi Henri II s’opposait alors de multiples façons à l’indépendance de l’Église dans son royaume et l’Archevêque Thomas lui résista.
Il fut contraint de s’exiler en France et se retira à l’Abbaye de Pontigny où il demeura deux ans. Puis il se rendit à Sens où il resta quatre années, prêchant dans les églises et les Couvents des environs.
Retourné en Angleterre, il fut assassiné dans sa Cathédrale le 29 Décembre 1170.

* Au siècle suivant, un autre Archevêque de Cantorbéry, saint Edme, viendra aussi se réfugier à l’Abbaye de Pontigny. Il mourra en France en 1240: son corps repose à Pontigny.
Saint Thomas Becket - diocèse de Sens-Auxerre

Au 29 Décembre au martyrologe romain, mémoire de Saint Thomas Becket, Évêque et martyr. Pour la défense de la Justice et de la liberté de l’Église, il fut contraint de quitter le siège de Cantorbéry et même le royaume d’Angleterre et de vivre en exil en France.
Revenu en Angleterre au bout de six ans, il eut encore beaucoup à supporter jusqu’à ce que, en 1170, des chevaliers du roi Henri II le frappent de l’épée dans sa Cathédrale et qu’ainsi il s’en aille vers Le Christ.

Martyrologe romain

Saint Thomas Becket, priez pour nous !
A la manière des coulisses du théâtre, soufflez-nous comment s'y prendre
Pour ne tolérer ni l'intolérable, ni l'abus de pouvoir, ni l'iniquité.

Après vous et avec vous, apprenez-nous l'intransigeance
Sans renoncer à l'amitié
Sans détruire l'amour du conjoint
Encore moins l'amour de l'enfant.
Gardez-nous de murer l'avenir,
de voiler nos propres contradictions.

Au nom de la communion des saints,
Saint Thomas Becket,
Avec le vent du large,
Soufflez-nous le pardon,
Celui que l'on reçoit et celui que l'on donne.
Saint Thomas Becket, priez pour nous
(L. Malle).

San tommaso becket a 1

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171229&id=755&fd=0

Saint Thomas Becket
Archevêque de Cantorbéry

Martyr  

Thomas de Cantorbéry naît à Londres le 21 Décembre 1117.
Par son courage indomptable à défendre les droits de l'Église, est devenu l'un des plus célèbres Évêques honorés du nom de Saints et de martyrs.
Dès sa jeunesse, il fut élevé aux plus hautes charges de la magistrature ; mais l'injustice des hommes détacha du monde ce cœur plein de droiture et de sincérité, et il entra dans l'état ecclésiastique.

Là encore, son mérite l'éleva aux honneurs, et le roi Henri II le nomma son chancelier. Il ne fit que croître en vertu, donnant le jour aux affaires et passant la meilleure partie de la nuit en oraison.
Il n'était que le distributeur de ses immenses revenus : les familles ruinées, les malades abandonnés, les prisonniers, les Monastères pauvres, en avaient la meilleure part.

Le roi l'obligea d'accepter l'Archevêché de Cantorbéry. Thomas eut beau dire au prince, pour le dissuader, qu'il s'en repentirait bientôt : celui-ci persista, et le chancelier reçut le Sacerdoce et l'onction épiscopale.
Sa sainteté s'accrut en raison de la sublimité de ses fonctions.
On ne le voyait jamais dire la Sainte Messe, sinon les yeux baignés de larmes ; en récitant le Confiteor, il poussait autant de soupirs qu'il prononçait de mots. Il servait les pauvres à table trois fois par jour ; à la première table, il y avait treize pauvres ; à la seconde, douze ; à la troisième, cent.

Thomas avait bien prévu : les exigences injustes du roi obligèrent l'Archevêque à défendre avec fermeté les droits et les privilèges de l'Église.
Henri II, mal conseillé et furieux de voir un Évêque lui résister, exerça contre Thomas une persécution à outrance.
Le pontife, abandonné par les Évêques d'Angleterre, chercha un refuge en France. Il rentra bientôt en son pays, avec la conviction arrêtée qu'il allait y chercher la mort ; mais il était prêt.

Le 29 Décembre 1170, les émissaires du roi se présentèrent dans l'église où Thomas priait. Il refusa de fuir et fut assommé si brutalement, que sa tête se brisa et que sa cervelle se répandit sur le pavé du sanctuaire.
C'est à genoux qu'il reçut le coup de la mort. Il employa ce qui lui restait de force pour dire : « Je meurs volontiers pour le Nom de Jésus et pour la défense de l'Église ».

Saint thomas becket 2

http://missel.free.fr/Sanctoral/12/29.php.

Saint Thomas Becket
Biographie

Thomas Becket ou Thomas de Londres comme on l'appelait alors, naquit le 21 Décembre 1117 dans une famille de la bourgeoisie londonienne qui connut des revers de fortune.
Le soutien d’un de ses parents lui permit de faire de brillantes études à Paris.

Il entra au service de l'Archevêque Thibaud de Cantorbéry qui lui fit faire d'intéressants voyages à Rome (1151-1153) et aux écoles de Bologne et d’Auxerre où l’on formait des juristes.
Finalement il se lia avec le futur Henri II Plantagenêt, qui, un an après son accession au trône d’Angleterre, le nomma Chancelier d’Angleterre, après que l’Archevêque l’eut nommé archidiacre de Cantorbéry.

Thomas, fastueux ministre, seconda efficacement Henri II dans son œuvre générale de restauration monarchique après les troubles du règne d'Étienne de Blois (1135-1154).
L'Église d'Angleterre avait profité de cette période de faiblesse pour sortir de la soumission où la tenait jadis la monarchie normande, pour conquérir ses « libertés » que le Roi entendait rogner.

Croyant trouver un auxiliaire docile en son chancelier, Henri II nomma Thomas Archevêque de Cantorbéry (mai 1162), réunissant entre les mêmes mains la chancellerie et une province ecclésiastique qui comprenait dix-sept des dix-neuf diocèses anglais.

Thomas qui avait reçu en deux jours l’Ordination Sacerdotale et le sacre épiscopal, abandonna sa charge séculière, changea sa vie du tout au tout et se voua sans réserve à la défense des droits de l'Église.
Lorsqu’en janvier 1164 Henri II voulut imposer à l’Église les Constitutions de Clarendon qui prétendaient revenir aux anciennes coutumes du royaume contre le droit canon, Thomas Becket fut un adversaire résolu.

Après de multiples péripéties juridiques où l’Archevêque-primat fut trahi par ses confrères d’York et de Londres, il dut s'exiler en France où il demeura six ans (1164-1170), notamment à l'Abbaye Cistercienne de Pontigny où il s’imposa l’observance Monastique.

Lorsqu'il rentra dans sa patrie après une paix boiteuse conclue à Fréteval dans le Maine (22 Juillet 1170), les difficultés recommencèrent d’autant plus qu’avant de s’embarquer il avait frappé de suspense tous ses suffragants plus ou moins coupables de rébellion contre lui  (1° Décembre 1170).

Une phrase ambiguë d'Henri II (« N'y aura-t-il donc personne pour me débarrasser de ce clerc outrecuidant ? ») amena quatre chevaliers normands à assassiner l'Archevêque dans sa Cathédrale le 29 Décembre 1170.

Dans la nuit de Noël 1170, après avoir Célébré la Messe, Thomas Becket, Archevêque de Cantorbéry et primat d'Angleterre, monta en chaire et, en termes formels, prédit qu'il serait bientôt massacré par les impies ; puis, comme l'auditoire se récriait, il invectiva vivement ceux qui mettaient la division entre le Roi et le Pasteur et les excommunia « comme les pestes du genre humain et les ennemis du bien public. »

Le lendemain de la Fête des Saints Innocents, vers onze heures du matin, quatre personnages vinrent le menacer chez lui et lui dirent que sa résistance lui coûterait la vie ; il répondit avec douceur et fermeté : « Je ne fuirai pas, j'attendrai avec joie le coup de la mort, je suis prêt à la recevoir », et montrant sa tête, il ajouta : « c'est là que vous me frapperez ! »

Après dîner, il était à l'église pour les vêpres, les quatre assassins forcèrent l'entrée du cloître et comme les Moines cherchaient à les empêcher d'entrer dans l'église, l'Archevêque dit : « Il ne faut pas garder le temple de Dieu comme on garde une forteresse ; nous ne triompherons pas de nos ennemis en combattant, mais en souffrant. Pour moi, je suis prêt à être sacrifié pour la cause de l'Église dont je défends les droits. »

Les quatre assassins entrèrent donc dans l'église en criant : « Où est Thomas Becket ? Où est ce traître au Roi et à l'Etat ? Où est l'Archevêque ? »
L’Archevêque se présenta :« Me voici ! Non pas traître à l'État, mais Prêtre de Jésus-Christ. »

Les assassins lui crièrent : « Sauve-toi, autrement tu es mort ! » Thomas répondit :« Je n'ai garde de fuir ; tout ce que je demande, c'est de donner mon âme pour celles en faveur desquelles mon Sauveur a donné tout son Sang. Cependant, je vous défends, de la part de Dieu tout-puissant, de maltraiter qui que ce soit des miens. »

Ne pouvant arriver à le traîner dehors, les quatre assassins le frappèrent dans l'église : « Je meurs volontiers pour le Nom de Jésus et la défense de l'Église. »
Thomas Becket triompha dans sa mort. Ce qu'il n'avait pu obtenir par l'effort de sa vie, il le réalisa par son martyre.

Le peuple le vénéra aussitôt comme un Saint, et le Pape Alexandre III frappa Henri II, compromis dans ce meurtre, d’interdit personnel; pour obtenir son Pardon, le Roi dut faire un pèlerinage humiliant au tombeau de Thomas Becket et se soumettre à la Pénitence publique de la flagellation (21 Mai 1172).

Des miracles ayant attesté la glorification de Thomas Becket, Alexandre III le Canonisa le 21 Février 1173.
Toujours est-il que la châsse du martyr devint le but d'un des pèlerinages les plus célèbres de la chrétienté.
En 1538, Henri VIII se donna le ridicule de procéder à la « décanonisation » de Saint Thomas Becket.

St thomas becket 2

http://jubilatedeo.centerblog.net/6573900-Les-saints-du-jour-mardi-29-Decembre

Saint Thomas Beckett, Archevêque de Canterbury, martyr (+ 1170)

Autre biographie:
Fils de Gilbert et Matilda, un couple issu de la noblesse de Normandie et installé à Londres, où son père occupe un emploi dans le commerce.
Thomas est d’abord confié aux Moines de l’abbaye Merton, puis il étudie à Londres et à Paris, avant de rentrer en Angleterre à l’âge de 21 ans.

Lorsque son père décède, il se retrouve dans une situation financière difficile et commence à travailler comme clerc pour l’Archevêque Thibaud de Canterbury, lui aussi originaire de Normandie.
Ce dernier s’attache rapidement à Thomas et décide de le prendre à son service régulier. Dès lors, il lui demande de l’accompagner dans ses déplacements à la cour, où le jeune Henry II Plantagenêt ne tarde pas lui aussi à le prendre en sympathie.

Thomas décide de partir étudier le droit canon et le droit civil successivement à Bologne et Auxerre.
De retour dans son pays, il est consacré archidiacre de Canterbury et est bientôt chargé de plusieurs missions diplomatiques auprès du roi de France.

En 1155, il est nommé chancelier d’Angleterre et il s’acquitte de sa charge avec beaucoup de sagesse et d’intelligence.
Sept ans plus tard, et après avoir été ordonné Prêtre, il abandonne sa charge à la chancellerie pour succéder à Thibaud (décédé en 1161) comme Archevêque de Canterbury.

Dès lors, il modifie son style de vie, délaissant les habits luxueux pour se vêtir à la manière des Moines.
Il prend bientôt des mesures pour régler les nombreux problèmes qui perdurent au sein du clergé, ce qui provoque des frictions avec le monarque.

Les divergences de points de vue débouchent bientôt sur un véritable conflit, qui oppose les deux hommes sur deux points principaux : la juridiction de l’Église et de l’état sur les membres du clergé soupçonnés d’avoir commis des délits et sur la liberté d’en appeler à Rome.

Toute tentative d’en arriver à un accord s’avérant impossible, Thomas choisit de s’exiler en France, où il demeure pendant 6 ans, installé au Monastère Cistercien de Pontigny.
Henry ayant menacé de chasser de son royaume tous les Moines Cisterciens s’ils continuent à offrir l’hospitalité à Thomas, celui-ci déménage chez les Bénédictines de l’Abbaye Sainte-Colombe de Sens, qui bénéficient de la protection du roi de France, Louis VII.

Plusieurs tentatives de médiation avec le Pape Alexandre III échouent et c’est finalement après avoir fait couronner son fils par l’Archevêque d’York qu’Henry propose la paix.
Thomas rentre alors en Angleterre, où il est accueilli avec réticence par le clergé, mais la situation se dégrade à nouveau très rapidement après que le Pape ait décidé d’excommunier tous les Évêques d’Angleterre déclarés coupables d’avoir usurper les droits de l’Archevêque de Canterbury.

Henry se trouve alors en Normandie lorsqu’il apprend la nouvelle. Dans un terrible accès de colère, il fait alors une déclaration qui sera lourde de conséquences : « mais personne ne réussira donc jamais à me débarrasser de ce Prêtre turbulent! ».
Quatre chevaliers qui assistent à la scène décident alors de traverser la Manche pour se rendre directement à Canterbury.
Le 29 Décembre 1170, accompagnés d’un bataillon de soldats, ils se présentent à la Cathédrale et demandent à parler à l’Archevêque, bien décidés à l’assassiner, croyant ainsi obéir à la volonté du souverain et convaincus d’avoir son appui.

Ils pénètrent dans la Cathédrale et se saisissent de Thomas, qu’ils traînent jusque sur les marches de son autel avant d’abattre à plusieurs reprises une lourde épée sur sa tête.
Durant les quelques minutes que dure son agonie, il est en Prière.
La mort de Thomas provoque un choc très grand dans toute la chrétienté et Henry est alors contraint de faire acte public de pénitence.
Thomas est Canonisé seulement deux ans après sa mort par le Pape Alexandre III.
Saint-Thomas Becket est le patron du clergé séculier.

Lecture
Quelle est donc la raison de la mort de Thomas Becket ?
A y bien regarder, il est mort pour ce qui est la cause de l’antagonisme entre le monde et l’Église.
L’Église est établie dans tous les pays pour s’adresser à tous, aux grands et aux petits, aux personnes de tout rang et de toute condition.
Pour diriger et, en un certain sens intervenir en conscience, et dans le cas de misère morale des princes que le monde adule dès leur petite enfance, pour promulguer aussi la loi et enseigner, ce faisant, la Foi.
Là est le conflit : le monde n’aime pas recevoir de leçons. Les rois d’Israël n’aimaient pas les prophètes. L’Église peut, elle aussi, en venir à s’opposer au monde et à s’élever comme témoin contre lui.
Tel fut le conflit entre le monde et Thomas Becket
John Henry Newman, Sermon

Icon of saint thomas of canterbury chapel venerable english college large 11

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 29/12/2017