Sainte Lucie de Syracuse, Vierge et martyre en Sicile (+ 305). Fête le 13 Décembre.

Mercredi 13 Décembre 2017 : Fête de Sainte Lucie de Syracuse, Vierge et martyre en Sicile (+ 305).
La Sainte-Lucie est une Fête très populaire en Suède.
En Suède et en Norvège,
le 13 Décembre étincelle au milieu de la grande nuit imposée par l'hiver.
Dans toutes les maisons on célèbre la Sainte Lucie, qui marque la nuit la plus longue de l'année. On déguste des petits gâteaux en forme d'étoile au coin du feu.
A cette époque la nuit tombe vite et le jour ne dure que 4 heures.
La clarté des bougies renouvelle l'espoir de retrouver vite un soleil rayonnant.
La Sainte Lucie est aussi particulièrement fêtée au Danemark, en Finlande, en Islande, en Hongrie et en Italie…et dans bien des parties du monde.

Ste lucie de syracuse 11

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/253/Sainte-Lucie-de-Syracuse.html.

Sainte Lucie de Syracuse

Vierge et martyre en Sicile (+ v. 305)

Vierge et martyre à Syracuse, elle est victime de la persécution de Dioclétien en 304. Son nom même évoque la lumière, mais sa vie reste dans l'ombre.
Elle fut très populaire et son culte remonte aux premiers siècles. Il s'étendit jusqu'en Scandinavie, en particulier en Suède où la fête païenne de la lumière et des mauvais esprits qui luttent contre elle, a été remplacée par la Fête de Sainte Lucie.

A cette date, ce sont les longues nuits de l'hiver nordique. Nous connaissons aussi de longues nuits dans les doutes de notre Foi.

La rédaction de sa 'passion' date du Ve voire du VIe siècle et beaucoup de détails y sont légendaires: enfermée dans un lieu de prostitution, elle sut résister à toute avance; attelée à deux bœufs pour l'écarteler, ils ne purent bouger; mise sur un bûcher, les flammes s'éloignèrent d'elle.

Ses reliques vénérées à Syracuse ont été transportées d'abord à Constantinople et actuellement à Venise.
Saint Thomas d'Aquin parle d'elle à deux reprises dans sa 'Somme théologique'.

Elle se serait rendue en pèlerinage à Catane sur le tombeau de Sainte Agathe pour demander la guérison de sa mère.
Ce miracle accomplit elle distribua sa fortune aux pauvres. Dénoncée comme Chrétienne, condamnée à être livrée à des débauchés, elle fut comme une 'colonne inébranlable' d'après une hymne...

De cette 'fabuleuse' passion, nous retiendrons la réponse qu'elle fit à son juge: "Toi tu gardes les volontés de tes princes et moi j'observe nuit et jour les volontés de Mon Dieu... Toi tu désires leur plaire et moi je n'ai d'autre ambition que de plaire au Christ seul.
Fais donc ce qui te sembles utile et moi je ferai ce qui sera utile au Salut de mon âme".

De Syracuse où elle était l'objet d'une dévotion fort tendre dès le IVe siècle, son culte se répandit dans tout l'occident. La Corse du moyen-âge lui  a dédié quelques vingt-neuf Sanctuaires. (d'après 'Église de Corse en prière' - diocèse d'Ajaccio)

Mémoire de Sainte Lucie, vierge et martyre à Syracuse en Sicile, vers 300. Tant qu’elle vécut, elle garda sa lampe allumée pour aller au-devant de l’Époux et, conduite à la mort pour Le Christ, elle mérita d’entrer avec Lui dans la salle des noces et de posséder la lumière qui n’a pas de fin.
Martyrologe romain.

Santa lucia ac 2

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171213&id=335&fd=0

Sainte Lucie
Vierge et Martyre
(† 305)

Lucie, jeune fille de Syracuse, vint à Catane, au tombeau de Sainte Agathe, avec sa mère qui souffrait d'un flux de sang incurable.
Après avoir prié un instant, Lucie s'endormit et vit en songe Sainte Agathe qui lui dit :
« Lucie, ma sœur, pourquoi me demander ce que ta Foi a pu obtenir par elle-même ? Ta mère est guérie. Tu seras bientôt la gloire de Syracuse comme je suis la gloire de Catane. »

Lucie en échange de la guérison de sa mère, lui demanda et obtint la grâce de garder sa virginité.
De retour à Syracuse, elle se défit de ses bijoux, vendit tous ses biens, et ne tarda pas à être dénoncée comme Chrétienne par son propre fiancé.

Le gouverneur fait venir Lucie à son tribunal et lui ordonne de sacrifier aux dieux ; Lucie demeure invincible devant toutes les menaces.
Les bourreaux la saisissent pour l'entraîner en un mauvais lieu ; mais, malgré leurs efforts, elle reste inébranlable comme un rocher.

On la tire avec des cordes attachées à ses pieds et à ses mains sans plus de succès. On attelle plusieurs paires de bœufs pour l'ébranler ; mais toute la vigueur de ces robustes animaux ne produit aucun effet.
« Quels maléfices emploies-tu donc ? dit à Lucie le préfet exaspéré.
Je ne recours point aux maléfices, dit-elle, mais la puissance de Dieu est avec moi.
Comment peux-tu, femme de rien, triompher d'un millier d'hommes ?
Fais-en venir dix mille, et ils ne pourront lutter contre Dieu. »

Lucie est alors couverte d'huile, de poix et de résine, et on y met le feu ; mais la flamme respecte la vierge.
Enfin elle meurt d'un coup d'épée en prédisant la paix dans l'Église. 

25550ah 2

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/007.htm.
Lucie, vierge de Syracuse, noble d'origine; entendant parler, par toute la Sicile, de la célébrité de sainte Agathe, alla à son tombeau avec sa mère Euthicie qui, depuis quatre ans, souffrait, sans espoir de guérison, d'une perte de sang.
Or, à la Messe, on lisait l’évangile où l’on raconte que N.-S. guérit une femme affligée de la même maladie.
Lucie dit alors à sa mère : « Si vous croyez ce qu'on lit, croyez que Agathe jouit toujours de la présence de celui pour lequel elle a souffert. Si donc vous touchez son tombeau avec Foi, aussitôt vous serez radicalement guérie. »

Quand toute l’assistance se fut retirée, la mère et la fille restèrent en prières auprès du tombeau; le sommeil alors s'empara de Lucie, et elle vit Agathe entourée d'anges, ornée de pierres précieuses ; debout devant elle et lui disant :
« Ma sœur Lucie, vierge toute dévouée à Dieu, que demandez-vous de moi que vous né puissiez vous-même obtenir à l’instant pour votre mère ? Car elle vient d'être guérie par votre Foi. »

Et Lucie qui s'éveilla dit : «Mère, vous êtes guérie. Or, je vous conjure, au nom de celle qui vient d'obtenir votre guérison par ses prières, de ne pas me chercher d'époux; mais tout ce que vous deviez me donner en dot, distribuez-le aux pauvres. »
« Ferme-moi les yeux auparavant, répondit la mère, et alors tu disposeras de ton bien comme tu voudras. »
Lucie lui dit : « En mourant, si vous donnez quelque chose c'est parce que vous ne pouvez l’emporter avec vous : donnez-le-moi tandis que vous êtes en vie, et vous en serez récompensée. »

Après leur retour on faisait journellement des biens une part qu'on distribuait aux pauvres. Le bruit du partage de ce patrimoine vint aux oreilles du fiancé, et il en demanda le motif à la nourrice.
Elle eut la précaution de lui répondre que sa fiancée avait trouvé une propriété de plus grand rapport, qu'elle voulait acheter à son nom ; c'était le motif pour lequel on la voyait se défaire de son bien.
L'insensé, croyant qu'il s'agissait d'un commerce tout humain, se mit à faire hausser lui-même la vente.
Or, quand tout fut vendu et donné aux pauvres, le fiancé traduisit Lucie devant le consul Pascasius : il l’accusa d'être Chrétienne et de violer les édits des Césars.

Pascasius l’invita à sacrifier aux idoles, mais elle répondit : « Le sacrifice qui plaît à Dieu, c'est de visiter les pauvres, de subvenir à leurs besoins, et parce que je n'ai plus rien à offrir, je me donne moi-même pour lui être offerte. »
Pascasius dit: « Tu pourrais bien dire cela à quelque Chrétien insensé, comme toi, mais à moi qui fais exécuter les décrets des princes, c'est bien inutile de poursuivre. »
« Toi, reprit Lucie, tu exécutes les lois de tes princes, et moi j'exécute la loi de Mon Dieu. Tu crains les princes, et moi je crains Dieu. Tu ne voudrais pas les offenser et moi je me garde d'offenser Dieu. Tu désires leur plaire et moi je souhaite ardemment de plaire à J.-C.
Fais donc ce que tu juges te devoir être utile, et moi je ferai ce que je saurai m’être profitable. »

Pascasius lui dit : « Tu as dépensé ton patrimoine avec des débauchés, aussi tu parles comme une courtisane. »
« J'ai placé, reprit Lucie, mon patrimoine en lieu sûr, et je suis loin de connaître ceux qui débauchent l’esprit et le corps. »

Pascasius lui demanda: « Quels sont-ils ces corrupteurs? » Lucie reprit : « Ceux qui corrompent l’esprit, c'est vous qui conseillez aux âmes d'abandonner le créateur.
Ceux qui corrompent le corps, ce sont ceux qui préfèrent les jouissances corporelles aux délices éternelles. »

« Tu cesseras de parler, reprit Pascasius, lorsqu'on commencera à te fouetter. » «Les Paroles de Dieu, dit Lucie, n'auront jamais de fin. »
« Tu es donc Dieu », repartit Pascasius.
« Je suis, répondit Lucie, la servante du Dieu qui a. dit : « Alors que vous serez en présence des rois et des présidents, ne vous inquiétez pas de ce que vous aurez à dire, ce ne sera pas vous qui parlez, mais L’Esprit parlera en vous. »
Pascasius reprit: « Alors tu as l’esprit saint en toi ? » « Ceux qui vivent dans la chasteté, dit Lucie, ceux-là sont les temples du Saint-Esprit. »

Alors, dit Pascasius je vais te faire conduire dans un lieu de prostitution, pour que tu y subisses le viol, et que tu perdes l’esprit saint. »
« Le corps, dit Lucie, n'est corrompu qu'autant que le cœur y consent, car si tu me fais violer malgré moi, je gagnerai la couronne de la chasteté. Mais jamais tu ne sauras forcer ma volonté à y donner consentement.

Voici mon corps, il est disposé à toutes sortes de supplices. Pourquoi hésites-tu? Commence, fils du diable, assouvis sur moi ta rage de me tourmenter. »
Alors Pascasius fit venir des débauchés, en leur disant : « Invitez tout le peuple, et qu'elle subisse tant d'outrages qu'on vienne dire qu'elle en est morte.

Or, quand on voulut la traîner, Le Saint-Esprit la rendit immobile et si lourde qu'on ne put lui faire exécuter aucun mouvement.
Pascasius fit venir mille hommes et lui fit lier les pieds et les mains; mais ils ne surent la mouvoir en aucune façon.

Aux mille hommes, il ajouta mille paires de bœufs, et cependant la vierge du Seigneur demeura immobile.
Il appela des magiciens, afin que, par leurs enchantements, ils la fissent remuer, mais ce fut chose impossible.

Alors Pascasius dit « Quels sont ces maléfices ? Une jeune fille ne saurait être remuée par mille hommes? »
Lucie lui dit : « Ce ne sont pas maléfices; mais bénéfices de J.-C. Et quand vous en ajouteriez encore dix mille, vous ne m’enverriez pas moins immobile: »

Pascasius pensant, selon quelques rêveurs, qu'une lotion d'urine la délivrerait dit maléfice, il l’en fit inonder; mais, comme auparavant, on ne pouvait venir à bout de la mouvoir, il en fut outré ; alors il fit allumer autour d'elle un grand feu et jeter sur son corps de l’huile bouillante mêlée de poix et de résine.

Après ce supplice, Lucie s'écria : « J'ai obtenu quelque répit dans mes souffrances, afin d'enlever à ceux qui: croient la crainte des tourments, et à ceux qui ne croient pas, le temps de  m’insulter. »

Les amis de Pascasius, le voyant fort irrité, enfoncèrent une épée dans la gorge de Lucie, qui, néanmoins, ne perdit point la parole : « Je vous annonce, dit-elle, que la paix est rendue à l’Église, car Maximien vient de mourir aujourd'hui, et Dioclétien est chassé de son royaume : et de même que ma sœur Agathe a été établie la protectrice de la ville de Catane, de même j'ai été établie la gardienne de Syracuse. »

Comme la vierge parlait ainsi, voici venir les ministres romains qui saisissent Pascasius, le chargent de chaînes et le mènent à César. César avait en effet appris qu'il avait pillé toute la province.
Arrivé à Rome, il comparait devant le Sénat, est convaincu, et condamné à la peine capitale.

Quant à la vierge Lucie, elle ne fut pas enlevée du lieu où elle avait souffert, elle rendit l’esprit seulement quand les Prêtres furent venus lui apporter le Corps du Seigneur. Et tous les assistants répondirent : Amen.
Elle fut ensevelie dans cet endroit là même où on bâtit une église. Or, elle souffrit au- temps de Constantin et de Maxime, vers l’an de N.-S. 310.

55430949 2

https://www.lingq.com/fr/learn/fr/preview/item/29729/

Sainte Lucie le 13 Décembre : une Fête suédoise

La Sainte-Lucie est une Fête très populaire en Suède.
En Suède et en Norvège,
le 13 Décembre étincelle au milieu de la grande nuit imposée par l'hiver.
Dans toutes les maisons on célèbre la Sainte Lucie, qui marque la nuit la plus longue de l'année.
On déguste des petits gâteaux en forme d'étoile au coin du feu.
A cette époque la nuit tombe vite et le jour ne dure que 4 heures. La clarté des bougies renouvelle l'espoir de retrouver vite un soleil rayonnant.
La plupart du temps, les jeunes font la fête le 12 au soir qui dure jusqu'au petit matin.

Lucie signifie "lumière" en latin.
Lucie est originaire de Syracuse. Elle a vécu en Sicile au IVe siècle : c'est l'une des premières Chrétiennes.
A cette époque les croyants sont souvent maltraités et se cachent dans des grottes pour prier.

Lucie leur apporte de la nourriture pendant la nuit. Sur sa tête repose une couronne de bougies allumées, ce qui lui laissait les mains libres pour transporter mets et boissons et éclairer son chemin.
La légende raconte que la beauté de ses yeux séduisit un jeune païen qui tomba amoureux d'elle mais que Lucie repoussa. De rage, il l'a fit arrêter par les hommes de l'Empereur de Rome.

En fait Sainte Lucie est une martyre Chrétienne qui a été condamné à mort pour avoir apporté aux autres Chrétiens à manger.
On a essayé de la brûler, mais les flammes n'ont pas voulu la tuer et donc elle a été tuée avec une épée.
On dit que sous la torture elle continua a parler de sa Foi. Pour la punir, les bourreaux lui arrachèrent les yeux avant de la tuer.

Ste luceSainte Lucie fut fêtée dès le Moyen Age en Scandinavie. On connait mal le trajet parcouru par Sainte Lucie depuis la Sicile jusqu'en Suède. Par contre on comprend vite qu'un pays marqué par l'avancée de la nuit ait adopté cette Fête.

21254 4ed3424f9272eSainte Lucie en Suède.
Sainte Lucie est fêtée le matin du 13 Décembre dans toutes les familles suédoises, et chaque entreprise, école ou ville choisit sa propre Lucie, qui vêtue d'une longue robe blanche et coiffée d'une couronne garnie de bougies, apporte sur un plateau, le café et les brioches au safran.
Il arrive aussi qu'elle serve une boisson chaude, un vin épicé appelé GLÖGG.
10933084 2Garçons et filles se rassemblent autour du lit des parents. La plus jeune des filles, s'avance toute illuminée et portant un plateau sur lequel sont disposés des mets pour le petit déjeuner : un café fumant, des brioches au safran, des gâteaux au gingembre en forme d'étoile, de pantin ou de cœur (les lussebullar).
Les enfants chantent des chants traditionnels.

Hd san10Sainte Lucie est souvent accompagnée de ses demoiselles et de ses garçons d'honneur eux-aussi vêtus de blanc et qui chantent des chansons traditionnelles.
Les jeunes filles enfilent une longue robe blanche ceinturée de rouge ainsi que la plus jeune des filles qui coiffe une couronne de bougies blanches allumées sur la tête.
Les garçons portent des chapeaux terminés par des étoiles dorées.

Le jour de la Sainte Lucie, on peut voir dans les rues de Stockholm, des jeunes filles blondes qui défilent coiffées de bougies et revêtues de manteaux de fourrure blanche.
Dans tous les villages et dans les écoles on élit et on couronne une Sainte Lucie. Le soir, elles défilent toutes dans les rues en chantant le traditionnel "Sankta Lucia".

Shkzq2ce6izlkddqx1 7ucnsxq 2Elles sont accompagnées de garçons déguisés en Rois Mages qui portent des chapeaux pointus parsemés d'étoiles dorées.
Il y a des défilés et des fêtes toute la journée et même des concours de Lucie.

En Hongrie, la Sainte Lucie est le jour de la Bénédiction des moissons. Les enfants étendent de la paille sur le pas de la porte et s'agenouillent pour former des vœux de bonheur.

Dsc 0085 a1 2

http://www.paroisse-saintmatthieusurloire.fr/SITE-A-PUBLIER/UN-PEU-D-HISTOIRE/VISITE-DE-L-EGLISE/VISITE-DE-L-EGLISE-DE-STE-LUCE/STATUE-STE-LUCIE/HISTOIRE-DE-STE-LUCIE.html.

HISTOIRE DE SAINTE LUCIE

Etymologie : Lucie vient du mot latin lux qui signifie la lumière.

Fête de Sainte Lucie : le 13 Décembre

Sainte Lucie est la patronne des aveugles et des électriciens.

Lucie vivait à Syracuse, en Sicile au IVème siècle ; elle était issue d'une famille de nobles.
Sa mère souffrait d'un flux de sang incurable.
On disait qu'une nuit de prière sur la tombe de Sainte-Agathe permettait de grands prodiges. Lucie vint avec sa mère à Catane pour prier sur le tombeau de Sainte-Agathe.

En priant pour la guérison de sa mère, Lucie s'endormit et elle vit Sainte Agathe lui dire :
"Lucie, ma sœur, pourquoi me demander ce que ta Foi a pu obtenir par elle-même ? Ta mère est guérie. Tu seras bientôt la gloire de Syracuse comme je suis la gloire de Catane."
En remerciement, Lucie décida de faire don de tous ses biens et de sa dot aux nécessiteux. Elle décida de consacrer sa vie aux pauvres.

L'homme à qui elle était promise en mariage (contre la volonté de Lucie) n'apprécia pas du tout ce comportement.
Il continuait de la presser.
Lucie lui aurait demandé pourquoi il tenait tant à elle ; il lui aurait répondu : "Vos yeux !"
Lucie s'arracha les yeux avec un petit couteau et après les avoir mis sur un plat, elle les porta à tâtons à son fiancé (voir la statue de l'église de Ste-Luce).

La Vierge Marie aurait rendu la vue à Lucie, avec des yeux encore plus beaux !

Lucie apportait la nuit des provisions aux Chrétiens qui se cachaient dans les grottes. Comme il faisait nuit, elle avait besoin de bougies pour s'éclairer et comme elle portait de la nourriture et de l'eau, elle avait besoin de ses deux mains.
Elle fabriqua une couronne sur laquelle elle fixa des bougies.

Finalement son fiancé la dénonça aux autorités comme Chrétienne.
Lucie fut conduite devant le consul Pascasius. Lucie refusa de se conformer au culte des idoles et elle affirma sa Foi Chrétienne :
"Ceux qui vivent avec chasteté et piété sont le Temple de l'Esprit-Saint."

Pour la punir, le consul décida de l'emmener dans une maison de débauche pour lui faire perdre sa virginité.
Le corps de Lucie devint très lourd et il fut impossible de l'emmener. Le consul fit venir des bœufs pour la tirer, mais ce fut sans résultat !
Le consul décida alors de la faire brûler sur un bucher ; on enduisit son corps de poix, de résine et d'huile bouillante, mais les flammes se détournèrent de Lucie. Le consul ordonna de l'égorger : un coup d'épée lui trancha la gorge.
Son corps fut enseveli à Syracuse. Il fut ensuite transféré à Constantinople et enfin à Venise.

• Réalisation de la statue

Dsc 0084 a2 reduit 2Lecture
Quand son fiancé apprit que Lucie avait distribué tous ses biens aux pauvres, il traduisit la jeune fille devant le consul Paschase sous l’accusation qu’elle était Chrétienne et refusait de se soumettre aux lois de l’empire. Aussitôt Paschase lui intima l’ordre de sacrifier aux idoles. Lucie répondit : « Visiter les pauvres et soulager leurs misères est un sacrifice qui plaît à Dieu : je n’ai désormais plus de richesses à offrir, je n’ai plus que ma personne que j’offre en victime au Dieu vivant.
Jacques de Voragine, Légende dorée

Prière
Permets, nous t’en prions, Seigneur,
que l’intercession de sainte Lucie
ranime notre ferveur,
afin que nous puissions chanter
aujourd’hui son martyre
et contempler sa gloire
auprès de toi.

Commentaires (4)

1. lucie espir 09/12/2014

je m'appelle lucie et j'aime beaucoup cette sainte

2. dzolevo kossiwa akpene lucie (site web) 15/09/2015

salut,juste pour faire un spécial coucou à tous ceux se prénomme lucie et ceux qui sont nés un 13 décembre.ne baissons jamais les bras.

3. Abbé Mélance 13/12/2017

C'est maintenant que je Découvre la grandeur de Sainte Lucie
Je l'invoque toute cette journée en faveur des souffrants de la gorge et des yeux ,le sacrifice de la Messe d'aujourd'hui lui sera dédié.
Sainte Lucie de Syracuse prie pour nous

4. Manuella 26/05/2018

C'est aussi seulement aujourd'hui que je te découvre sainte Lucie ma sainte patronne moi née le 13 décembre. Je te supplie en ce soir de prier pour tous mes maux dont tu connais en secrets et moi je prie pour un jour réussir à vivre et aimer le Christ comme tu l'as aimé

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 13/12/2017