Sainte Marie-Crucifiée di Rosa, Vierge, Fondatrice des Servantes de la Charité (1813-1855). Fête le 15 Décembre.

Vendredi 15 Décembre 2017 : Fête de Sainte Marie-Crucifiée di Rosa, Vierge, Fondatrice des Servantes de la Charité (1813-1855).

Maria crocifissa 5png 1 (Pour voir en grand format : maria-crocifissa-5png.jpg maria-crocifissa-5png.jpg).

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/261/Sainte-Marie-Crucifiee-de-Rose.html.

Sainte Marie-Crucifiée de Rose

Vierge, Fondatrice des Servantes de la Charité (+ 1855)

Maria Crocifissa di Rosa, Fondatrice de la Congrégation des Ancelles de la Charité.
Née en 1813 dans une famille de commerçants aisés à Brescia, en Italie, elle fit preuve dès sa jeunesse d'une grande Piété et d'Amour des pauvres.

Lors de l'épidémie de choléra de 1836, elle se voua de tout cœur aux soins des victimes et put accueillir les premières compagnes pour sa future Congrégation des Servantes de la Charité. Fondée en 1839, celle-ci fut approuvée douze ans plus tard par Pie IX.

Par amour du Christ souffrant, elle ajouta à son nom le titre de Crucifiée. Canonisée par Pie XII en 1954.
(source site du Carmel)

À Brescia en Lombardie, l’an 1855, Sainte Marie-Crucifiée (Paule De Rosa), vierge, qui dépensa toutes ses richesses et se dépensa elle-même pour le Salut de l’âme et du corps de son prochain et fonda l’Institut des Servantes de la Charité.
Martyrologe romain.

Maria crucifissa di rosa 45 02 2

http://nouvl.evangelisation.free.fr/marie_crucifiee_di_rosa.htm.

MARIE CRUCIFIÉE DI ROSA
Religieuse, Fondatrice, Sainte
1813-1855

Paola nait le 6 Novembre 1813 dans le palais de ses parents, Clement di Rosa et Camilla Albani.
Elle grandit dans un environnement pieux, sa mère assiste à l'Eucharistie et fait sa visite au Saint-Sacrement tous les jours, elle lui apprend aussi la Charité envers les plus pauvres. Son jeu préféré est de faire décorer des autels, en particulier, celui de la Vierge.

En 1824, Paola perd sa mère qu'elle aime tendrement et s'en remet à la Vierge. Son père l'envoie chez les Sœurs de la Visitation parfaire son éducation, sa sœur ainée s'y trouve déjà, et deviendra Religieuse dans ce Couvent.
En plus de la prière établie par les pensionnaires, elle se lève deux heures avant les autres pour prier et lire des livres spirituelles et passe la récréation de l'après midi devant le Saint Sacrement.

Après 5 ans à la Visitation, elle rentre chez elle à 17 ans, elle écrit avec son directeur spirituelle un programme spirituel.
Son père qui tient une filature, lui propose de s'occuper du pensionnat des jeunes filles des campagnes qui viennent travailler la semaine.
Paola se met à leurs côté comme une sœur, les écoute, leur fait le Catéchisme, elle crée aussi un patronage.

En 1836, le choléra s'abat sur Brescia, Paola qui a 22 ans, écrit une lettre à son père pour le convaincre de lui laisser soigner les malades, Son père accepte.
Avec une compagne, Gabrielle Echenos, (qui ne la quittera plus) elle soigne et accompagne dans la mort les cholériques, le frère de Paola sera atteint et décédera. Après l'épidémie, Paola continuera à visiter, avec quelques amies, l'hôpital des femmes.

En 1840, cela fait 3 ans qu'elle connait le milieu hospitalier, le 18 Mai de la même année, elle se rend avec ses compagnes à l'hôpital et furent reçu officiellement comme infirmières, c'est le début de la Fondation des Ancelles de la Charité.
Le père de Paola achète une maison non loin de l'hôpital, la chapelle est terminée en 1845.

Le 7 Septembre 1850, elle part à Rome pour faire approuver son institut et passe par le Sanctuaire de Lorette pour que la Vierge intercède pour elle. A Rome, elle "découvre" l'Adoration du Saint-Sacrement exposé et décide de l'adopter pour sa Congrégation.
Le Pape Pie IX la reçoit et la Bénit.

Le 18 Juin 1852, la prise d'habit est officielle en présence de l'Évêque, elle prend le nom de Sœur Marie-Crucifiée, le Saint-Sacrement est exposé à la Vénération des fidèles et le restera. L'institut s'agrandira et Sœur Marie-Crucifiée donnera toujours un exemple édifiant de Charité et d'Amour de Jésus-Hostie.

Elle décède le 15 Décembre 1855.
Son corps repose à la maison-mère des Ancelles à Brescia, Via del Cavalletto, 9.
Béatifiée par Pie XII le 26 Mai 1940. Canonisée par le même Pape, le 12 Juin 1954.

Santa maria crocifissa paola di rosa a 2

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20171215&id=13656&fd=0

Sainte Marie-Crucifiée Di Rosa
Vierge et Fondatrice :
« Ancelles de la Charité »

Marie-Crucifiée (nom de Baptême : Paola Francesca) Di Rosa naquit, sixième de neuf enfants, le 6 Novembre 1813, à Brescia.
Son père était un entrepreneur très fortuné et sa mère, issue de la noblesse de Bergame, mourut lorsque la petite fille était dans sa onzième année. Elle fit ses études chez les Visitandines.

Lorsqu' elle eut dix-sept ans, son père songea à de bons partis pour sa fille ; mais celle-ci préféra demeurer fidèle à la promesse de virginité qu'elle avait faite au Couvent.
Pour l'éprouver, son père décida de lui faire diriger le pensionnat - on dirait foyer aujourd'hui - des ouvrières d'une filature de tissus de soie qui lui appartenait.

Les vertus familiales étaient fondées sur l'honnêteté, l'amour du travail et l'entreprenariat. Il était hors de question que sa fille se complaise dans l'oisiveté. Et c'est ainsi que, dans le petit bourg d'Acquafredda, à côté de Brescia, la jeune fille se retrouva à la tête de plus d'une soixantaine d'ouvrières.

Paola appartenait à une génération et à un milieu de jeunes Catholiques qui s'ouvrirent en Europe à la question du paupérisme, vue sous un angle chrétien.
Confrontée à la situation de ses ouvrières, elle ouvrit une infirmerie, assista les malades, fit donner une instruction aux enfants, etc... Elle fit tout cela de sa propre initiative sans soutien quelconque.

En 1836, une épidémie de choléra frappa la Lombardie et fit 32.000 morts ! Aidée de quelques jeunes femmes, et sur les conseils de Mgr Pinzoni, Paola s'occupa des malades et des orphelins; plus tard, elle ouvrit deux écoles pour sourds-muets.
Elle réunit ses compagnes en une Union pieuse dont la règle sera approuvée par Mgr Pinzoni. L'Adoration au Saint-Sacrement était au centre de leur journée, bien sûr après la Messe, et ensuite les exercices spirituels.
La visite aux malades était qualifiée de pèlerinage.

Elle s'engageait sous tous les fronts à la fois ; mais petit-à-petit son esprit d'entreprise, sa disponibilité et son expérience furent mis au service de desseins plus importants. Elle était alors déjà entourée d'une trentaine de volontaires.
Elle avait déjà plusieurs maisons, lorsque la seconde épidémie de 1848 éclata.

En 1849, au moment des troubles contre les autorités autrichiennes, et alors que l'Europe s'enflammait de nouvelles idées, pas toujours Chrétiennes, elle répondit toujours de la même façon avec ses compagnes : secours, assistance, charité...
En 1850, elle fut reçue en audience par le Bx Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878) et, en 1851, elle obtint l'approbation ecclésiastique pour sa Communauté qui prit le nom de « Servantes de la Charité ».
Plusieurs hôpitaux firent appel aux Servantes de la Charité.

En 1852, Paola prononça ses vœux et devint désormais Mère Marie-Crucifiée (qui était le nom de Religion - Crocifissa en italien - de sa sœur aînée, Religieuse Visitandine décédée en 1839).

Les Religieuses connurent une rapide expansion en Lombardie, appartenant désormais au roi de Sardaigne, et en Vénétie.
De retour de Mantoue, où elle avait ouvert une maison, elle mourut à Brescia, à l'âge de 42 ans, le 15 Décembre 1855.

Maria Crocifissa Di Rosa a été Béatifiée, le 26 Mai 1940, et Canonisée, le 12 Juin 1954, par le même Pape, le Vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958).

La Congrégation compte aujourd'hui près de 1200 Religieuses dans 102 maisons. Elles sont regroupées en quatre Provinces (trois en Italie, une en Croatie) et deux Délégations (à Rome et au Brésil).
Elles dirigent surtout des écoles (primaires, secondaires et techniques) et des œuvres hospitalières.

Pour un approfondissement biographique voir le site (en 5 langues) :
>>> Suore Ancelle della Carità di Santa Maria Crocifissa Di Rosa

 

Maria crocifissa di rosa1 2

http://www.ancelledellacarita.it/sito/biografia.asp?lang=2.

Maria Crocifissa Di Rosa (1813-1855), au siècle Paola, est l’une de ces créatures, rares à toute époque, auxquelles poussent les ailes en courant vers les autres.
Née à Brescia en 1813, d’une famille riche, elle comprend, à cause de la maladie mortelle de sa jeune mère, que la vie n’est pas un plaisir pour les seigneurs et un calvaire pour les pauvres, mais pour tous, une épreuve dont il faut rendre compte.
Est-ce de cette petite graine que le grand arbre de la Charité hospitalière va naître ? Des milliers de malades dans les salles, d’enfants dans les écoles, de jeunes filles arrachées au trottoir, de jeunes éduqués et de personnes âgées aimées gardent de la reconnaissance aux Servantes de la Charité qui ont suivi l’exemple affectueux de leur Fondatrice.
Paola est fille d’un industriel de Brescia qui réussit à faire de bonnes affaires, mais n’adore pas le « dieu argent ». Orpheline de mère dès l’âge d’11 ans, Paola est placée dans le collège des Visitandines.
À l’âge de 19 ans, Paola relève la direction de la filature d’Acquafredda et devient l’amie de ces jeunes filles qui du lundi au samedi vivent loin de leurs maisons. C’est à cette époque que son père commence à se rendre compte que la forte personnalité de sa fille n’acceptera jamais d’être enfermée entre les murs d’une famille.

Le choléra, qui éclate à Brescia en 1836, transforme Paola en infirmière qui assiste les femmes malades.
L’amour n’abandonne jamais son poste de garde. La fille de l’industriel de Brescia a compris qu’aucune entreprise n’a des cotations plus hautes que la bonté désintéressée. En même temps, elle assiste à domicile les femmes malades et se consacre aux jeunes filles à risque. Enfin, l’Union Pieuse se concrétise : elle débouchera dans la vaste Congrégation des Servantes de la Charité.
Mais, où trouve-t-elle le temps pour cette rafale d’initiatives, cette femme fragile qui mourra à l’âge de 42 ans seulement ?
Elle se lève deux heures avant l’aube et plonge dans la Prière mentale. Ensuite, elle se rend à la Messe à la Cathédrale avec sa domestique et passe encore deux heures en dialogue avec Dieu.
Par ce matin-là on distingue déjà la journée lumineuse.
Les premières Servantes de la Charité sont des infirmières qui suivent Paola en donnant un sourire et une assistance prolongée aux malades.

L’association bienfaisante, qui au début est une graine invisible, fait son épreuve générale pendant la Première Guerre d’Indépendance (1848) et au cours des dix journées, lorsque Brescia combattant les Autrichiens est proclamée la lionne de l’Italie.
L’amour est toujours la carte gagnante dans ce « parterre qui nous rend si féroces ».
L’Union Pieuse, qui devient Institut des Servantes avec les trois vœux, grâce à la ratification rapide de Pie IX, se répand avec le vol de la colombe et arrive dans plusieurs villes italiennes. L’arbre hospitalier élargit ses branches et étend ses racines en Italie et à l’étranger.
Par la profession religieuse, Paola prendra le nom de Maria Crocifissa. Son faible physique cède à la maladie en décembre 1855. Toutefois, on n’enterre pas la Congrégation, fruit de cet Amour qui est éternel comme Dieu.
Extraits de : F. Molinari, Maria Crocifissa Di Rosa una santa per gli altri

Pour un approfondissement biographique cliquez ici

Commentaires (1)

1. Marie-Hélène (site web) 15/12/2016

Un grand merci de nous présenter cette magnifique Sainte ! Puissé-je, un jour, obtenir une grâce par son intercession ...

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 15/12/2017