Bienheureux Noël Pinot, Prêtre et martyr à Angers (✝ 1794). Fête le 21 Février.

Mercredi 21 Février 2018 : Fête du Bienheureux Noël Pinot, Prêtre et martyr à Angers (1747-✝ 1794).

P1280064 1Vitrail de l’église de Saint-Cyr-en-Talmondais (département 85 en France). Bienheureux Noël Pinot, Curé du Louroux-Béconnais, guillotiné le 3 ventôse an II (21-2-1794), pour refus de prêter le serment de la Constitution civile du Clergé - (1934). (Pour voir en grand format : p1280064.jpg p1280064.jpg).

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/676/Bienheureux-No%EBl-Pinot.html

Bienheureux Noël Pinot

Prêtre et martyr à Angers (✝ 1794)

Il est né à Angers et fut Curé de Louroux-Béconnais. Pendant la Révolution française, il refusa de prêter le serment de la Constitution civile du clergé et poursuivit son Ministère malgré les interdictions.
Traqué, il fut arrêté durant la célébration de la Messe clandestine qu'il célébrait peu avant minuit dans une grange de ferme. Ses bourreaux le feront monter sur l'échafaud et guillotiner avec les vêtements liturgiques qu'il portait lors de son arrestation. Ce fut sa dernière Messe sur Terre..
Béatifié en 1926.

Voir aussi
- la paroisse Noël Pinot en Beconnais, l'histoire de l'église Saint-Joseph d'Angers où une toile représente la Messe clandestine du Bienheureux Noël PINOT pendant la révolution, son supplice et sa montée au Ciel en ornements Sacerdotaux.
- Qui est Noël Pinot - film d'archives mis en ligne par le SAVDA-ASFFA (real player).

"La Révolution française - surtout la période de la 'Terreur' - a fait chez vous, dans l’ouest, beaucoup d’autres victimes, des milliers, guillotinés, fusillés, noyés, morts dans les prisons d’Angers.
Dieu seul connaît leurs mérites, leur sacrifice, leur Foi. Le diocèse et le Saint-Siège n’ont pu examiner qu’un nombre restreint de cas, où le témoignage du martyre était mieux connu et plus transparent pour ce qui est des motivations religieuses.

Le premier des 100 noms retenus, Noël Pinot, avait déjà été Béatifié en 1926, et il est immortalisé dans la mémoire des gens sous l’image du Prêtre montant à l’échafaud vêtu comme pour le Sacrifice de la Messe."
(Jean-Paul II, le 20  février 1984, discours aux pélerins d'Angers venus pour la Béatification de Guillaume Repin et ses compagnons)

À Angers, en 1794, le Bienheureux Noël Pinot, Prêtre et martyr. Il était curé au moment de la Révolution française et refusa de prêter serment à la Constitution civile du clergé.
Arrêté alors qu’il se préparait à célébrer la Messe, il fut revêtu, par dérision, des vêtements sacrés quand on le conduisit à l’échafaud, comme à l’autel du Sacrifice.

Martyrologe romain.

P1260120 1

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180221&id=13705&fd=0

Bienheureux Noël Pinot
Prêtre et martyr
(1747-1794)

Né à Angers, seizième enfant d'une famille très croyante, Noël devint Prêtre en 1771. Il en est l'archétype dans la campagne du Louroux où il officia.

Comme de nombreux saints Prêtres, il refusa de prêter serment à la Constitution de 1789, rappelant que ses pouvoirs spirituels ne lui viennent que de Dieu et non d'une loi civile.
Il fut arrêté dans la nuit du 8 Février alors qu'il s'apprêtait à célébrer clandestinement la Messe.

Condamné à mort, il fut guillotiné le 21 Février 1794, encore vêtu de ses ornements de Messe.

Il a été Béatifié par Pie XI le 31 Octobre 1926.

3771 4007 thickbox 1

http://nouvl.evangelisation.free.fr/noel_pinot.htm

NOËL PINOT
Prêtre, martyr et Bienheureux
1747-1794

C'est dans une famille très Chrétienne que naquit notre Bienheureux : il était le seizième enfant de ces pieux parents d'Angers ; le papa, René, était tisserand et son épouse était Claude La Groix.
Une si belle famille n'est pas sans connaître des épreuves : le jour-même de sa naissance, le 19 Décembre 1847, mourait à un peu plus d'un an celui qui l'avait précédé ; un autre était déjà mort huit ans plus tôt âgé de quelques jours ; deux mois après sa naissance, en Février 1848, mourra une de ses sœurs à l'âge de douze ans, et bientôt aussi une autre sœur, à cinq ans et demi.
La plus grande épreuve fut pourtant une autre mort : celle du papa de cette kyrielle de bambins, qui s'éteignit en 1756, à tout juste cinquante ans, suivi la même année par une autre de ses filles, qui n'avait que vingt-trois ans ; il ne restait à la maison pour travailler que leur adolescent de quatorze ans, Pierre.

Cette famille connut cependant une grande joie : le fils aîné, René, sera ordonné Prêtre quand Noël a à peine six ans, et finira ses jours comme chapelain à la Cathédrale d'Angers en 1782.
C'est lui qui enseigna les premiers rudiments du latin à son jeune frère, dès qu'il lui exprima son désir de devenir Prêtre.
Le collège où Noël fit ensuite toutes ses études est l'actuel Hôtel de Ville d'Angers. Il fera sa Philosophie dans le séminaire qui est maintenant l'Ecole des Beaux-Arts ; tandis que la chapelle de cette maison deviendra le temple protestant.

Bon élève, Noël ne put toutefois conquérir la maîtrise ès arts, ayant manqué un mois dans ses études philosophiques, ce que la rigueur du règlement ne supportait pas.
Plus tard, déjà Prêtre, il dut aller se rasseoir sur les bancs de l'Université pour suivre des "cours de rattrapage", dont il n'avait pas vraiment besoin, et qui ne lui valurent pas davantage cette maîtrise, mais seulement une attestation.
Humblement, Noël s'en passa, pour le moment.

Il fréquentera tout de même le Grand Séminaire, qui abrite aujourd'hui le Musée et la Bibliothèque municipale.
C'est en 1767, à l'âge de trente ans, qu'il reçut la tonsure et ce qu'on appelait les quatre "ordres mineurs" (portier, acolyte, lecteur, exorciste), dont on n'a gardé aujourd'hui que ceux d'acolyte et de lecteur.
Il reçut le sous-diaconat sans doute en 1769, puis le diaconat et la prêtrise en 1770 — il avait trente-trois ans.
A sa première Messe l'assistait son aîné déjà Prêtre, en présence de leur chère maman, déjà chargée d'épreuves, mais si heureuse en ce jour béni.

On ne manquait pas de Prêtres, à cette époque, au point que "Révérend Noël Pinot" attendit un an que se libérât un poste : le 21 janvier 1772, il est vicaire dans l'archiprêtré de La Flèche, une date qui restera malheureusement funeste pour la France, onze ans plus tard, quand son roi tombera sous la haine des révolutionnaires, en 1793.

Cette humble paroisse de Bousse passera plus tard au diocèse du Mans. Comme son curé mourra bientôt, Révérend Pinot signera humblement "pro-curé" ou "desservant".
Puis il sera nommé dans la petite paroisse de Coutures près de Saumur, où à la charge de vicaire il devrait aussi ajouter celle de Prêtre instituteur à l'école de garçons.
Après deux années, il passera - toujours vicaire - à Saint-Germain de Corzé, proche d'Angers, pour cinq années environ, où il gagna l'entière bienveillance de son curé. Puis ce fut l'aumônerie des Incurables à Angers-même, sa ville natale.

Il était à peine de retour à Angers, près de son frère aîné qui venait d'être nommé chapelain à la Cathédrale, que moururent presque coup sur coup sa sœur et marraine, ainsi que sa chère et vénérable maman.
De son apostolat auprès de ces pauvres malheureux des Incurables, un de ses condisciples de séminaire dit : "Ce saint ecclésiastique était connu pour tel de toute la ville qui l'avait vu naître."
Noël Pinot restera plus de sept ans à ce poste. Au début il s'y adonna corps et âme puis, quand il eut acquis une certaine habitude, il put prendre un peu de temps pour se préparer à son fameux diplôme de Maître ès arts, qu'il reçut en effet en 1788 — il avait quarante ans !

Très peu après il est nommé à la cure du Louroux-Béconnais, dédiée au saint Évêque Aubin : ce Saint fut Évêque d'Angers au Ve siècle, après avoir été abbé à Tintillant ; il lutta énergiquement contre les mariages incestueux ; on le fête le 1. Mars.
C'est donc sous ce patronage que Noël Pinot s'installa dans sa cure le jour de la Sainte Croix, le 14 septembre 1788, justement un dimanche cette année-là.

A l'époque, cette paroisse était la plus vaste de l'Anjou, avec ses sept mille hectares, où les pauvres paysans ne cultivaient qu'un peu de seigle ; il y a là beaucoup de mendiants, que Noël s'ingénie à soulager de toutes ses forces et avec tous ses moyens.
Fils de tisserand, il fait confectionner des vêtements, il les distribue, il se prive lui-même de l'essentiel, au point que sa fidèle servante lui soustrait quelques pièces de tissus pour pouvoir lui donner au moins le nécessaire.

Maitre Pinot s'employa à pacifier ses ouailles contre les incursions très fréquentes des gabelous dans cette région : ces derniers étaient impitoyables dans leur travail, et les paysans les avaient en haine ; nombreuses étaient les colères et les rancunes !
Mais le curé s'employa tout spécialement à développer la dévotion au Sacré-Cœur et celle du Rosaire.

Puis les événements se précipitent ; les États Généraux sont convoqués, les élections des représentants échauffent les esprits.
En août 1789, le clergé est spolié de ses biens ; on redessine la carte administrative de la France ; on modifie tous les noms de lieux trop marqués par des héritages féodaux ou Chrétiens.
On remarquera que la paroisse du Louroux ne change pas son nom, car les législateurs ignorent bien évidemment que ce nom de localité vient du latin oratorium !

Peu à peu, les choses se précisent, et pas dans le sens de la pacification : Noël Pinot remarque de plus en plus que la division gagne ses Confrères, les uns étant pour accepter la Constitution civile du Clergé, les autres pour s'y opposer fermement.
Le dimanche 23 Janvier 1791, sommé par le maire de prêter serment, après la Messe, il s'y refuse énergiquement, tandis que son vicaire se laisse fléchir.

Le dimanche 27 Février, au terme de la Messe, il monte en chaire tout habillé, avec son aube et son étole, et explique doucement mais fermement à tous ses paroissiens les raisons bien arrêtées de son refus de tout compromis avec la Constitution civile du Clergé ; il est désormais un "réfractaire" de premier plan.
Il s'est déjà mérité les qualificatifs insolents de scélérat, fanatique, perturbateur du repos public, homme à craindre, incendiaire, égorgeur.

Prévoyant la suite logique de son attitude, il propose à ses petits servants de Messe de se Confesser, car "voici de mauvais jours qui viennent sur (eux)", et il prépare en particulier le plus mûr d'entre eux à faire sa première Communion dès le lendemain, bien qu'il n'eût que neuf ans, âge précoce à cette époque pour recevoir ce Sacrement.

Dès le samedi 5 Mars, on vient l'arrêter. Il propose d'abord l'hospitalité, le vivre et le couvert, à cette troupe, qui accepte sans vergogne.
Au petit matin, tous partent pour Angers, où Noël Pinot a l'honneur d'être le premier Prêtre arrêté de cette sinistre période.
Un premier jugement le condamne à être éloigné de sa paroisse pendant deux ans. Mais en attendant un second jugement, il est enfermé dans le château, réquisitionné pour l'occasion, de la Maréchale d'Aubeterre à Beaupréau, dans lequel il est en fait traité avec les meilleurs égards par les propriétaires et les habitants ; bien que privé de l'Eucharistie et de la Messe, il goûtera là quelques moments de repos, de détente, bien nécessaires après tant de labeurs, et avant son épreuve finale.

Nous arrivons au printemps 1791 ; le pape Pie VI condamne la Constitution civile du clergé, ce qui donne grande satisfaction à Noël Pinot, car il se voit conforté dans sa position, tandis que certains Confrères comprennent leur tort et viennent à résipiscence.

Sur place, un deuxième jugement confirme le premier et libère Noël tout en lui interdisant tout contact avec sa paroisse : une "liberté conditionnelle", en quelque sorte.

Profitant de cette semi-liberté, Noël Pinot va se réfugier ici et là, espérant pouvoir reprendre quelque activité pastorale au service des populations privées de Prêtres.
Mais il est vite repéré, et poursuivi.
Bientôt il devra abandonner sa soutane pour vêtir des habits de simple paysan — mais il conservera toujours autour des reins un cilice.
Pendant vingt mois, il passera d'une maison à l'autre, célébrant ici, enseignant là, confessant, assistant du mieux qu'il pouvait tous ces gens qui voulaient rester fidèles à l'Église et à Dieu.
Il ira jusque dans des localités du diocèse de La Rochelle !

En 1792, près de trois cents Prêtres du diocèse, trompés par de fausses promesses, seront en fait incarcérés, puis transportés à Nantes pour être exilés en Espagne.
La "guerre de Vendée" commence dans la région de Beaupréau, où se cache en ce moment Noël Pinot.
Répétant l'odyssée des Macchabées, l'armée Chrétienne de Vendée conquiert maintes localités, réclame ses pasteurs légitimes : Noël Pinot regagne sa paroisse du Louroux et y Célèbre même une Messe solennelle — la dernière cependant, car l'armée vendéenne est défaite devant Nantes, et la Terreur va exercer sa terrible revanche : des Prêtres sont arrêtés et exécutés, quelques-uns guillotinés à Angers, plusieurs dizaines d'autres noyés dans les eaux glaciales de la Loire.
Noël Pinot attend son tour, calmement, bravant tous les dangers quand il sort de sa cachette, échappant d'extrême justesse à mille perquisitions… jusqu'au jour de cette suprême dénonciation de Février 1794, œuvre d'un ancien paroissien qu'il avait autrefois généreusement aidé.

3884503 5840169Noël Pinot ne fut pas moins mal traité que Notre Seigneur à partir de son arrestation : ligoté, jusqu'au sang, insulté, marchant dans des endroits bourbeux, conduit à pied jusqu'à Angers, battu, frappé, privé de lumière et de nourriture, il sera interrogé et condamné par un ancien confrère ; c'est même ce dernier qui lui proposera, par cynisme ou par fausse compassion, de mourir revêtu des ornements Sacerdotaux, confisqués lors de son arrestation, à quoi Noël répondit :
"Oui, ce sera pour moi une grande satisfaction".

Le cortège qui l'emmena au lieu d'exécution fit un détour pour que Noël subît davantage d'insultes.
Lui était recueilli et calme, comme son divin Maître, en ce vendredi, à quinze heures. La guillotine était installée à l'endroit même du maître autel de l'église Saint-Pierre, complètement démolie depuis quelque temps.

Immolé en ce vendredi 21 Février 1794, Noël Pinot fut jeté dans la fosse commune, ayant reçu encore d'autres insultes par les hommes chargés de la besogne.
Puis les autorités recherchèrent et conduisirent à la mort tous les "suspects" qui auraient aidé Noël Pinot durant sa "cabale".
A leur tour ils furent jetés dans cette fosse commune, dont on transporta ailleurs tous les restes, en les mélangeant sans trop de ménagement, de sorte qu'il fut impossible de retrouver le saint corps du Prêtre martyr.

L'enquête pour recueillir tous les témoignages possibles avança plutôt lentement, à cause des événements difficiles.
Enfin la cause fut ouverte officiellement en 1905, confirmée en 1919 par Benoît XV ; en 1926, lors de la première Célébration de la Fête du Christ-Roi, Pie XI proclamait Bienheureux notre Martyr.

I grande 6906 la vie du bienheureux noel pinot martyr 1747 1794 net 2

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 21/02/2018