Bienheureux Réginald, Frère Prêcheur. Fête le 12 Février.

Lundi 12 Février 2018 : Fête du Bienheureux Réginald, Frère Prêcheur (✝ 1220).
Selon le martyrologe des Dominicains (qui ne concerne que les Moines et Moniales de cet Ordre), il est fêté le 12 Février. Il est fêté le 01 Février selon le martyrologe romain (Dies Natalis).

Prego01

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/944/Bienheureux-Reginald.html

Bienheureux Réginald

Frère Prêcheur ( 1220)

"Né à Saint-Gilles dans la seconde moitié du XII éme siécle, Réginald fait de brillantes études et enseigne le droit canon à Paris.
Il devient doyen de la collégiale Saint-Aignan d'Orléans.

Au cours d'un pèlerinage à Rome, il rencontre Saint Dominique et se fait Frère Prêcheur. Saint Dominique l'envoie à Bologne où, grâce à sa parole et ses vertus, il obtient de très grands succès.
On l'appelle un second Elie.

Il part enfin à Paris sur l'ordre de Saint Dominique et y meurt (Février 1220) en odeur de sainteté. Son tombeau à Sainte Marie aux Champs s'illustra de miracles et c'est là que commença son culte."
(Source: diocèse de Nîmes)

À Paris, en 1220, le Bienheureux Réginald d’Orléans, Prêtre, qui passant à Rome, fut saisi par la parole de Saint Dominique et entra dans l’Ordre des Prêcheurs, auquel il attira un grand nombre par l’exemple de ses vertus et le feu de sa parole.

Martyrologe romain.

Beato reginaldo di orleans 2

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180212&id=1680&fd=0

Bx Réginald de Saint Gilles
Prêtre Dominicain

Commémoration :
Martyrologium Romanum le 01 Février (dies natalis).
Ordo Fratrum Praedicatorum le 12 Février.

Réginald naît à St-Gilles du Gard entre 1180 et 1183.
À 18 ans il va à Paris où il fait de brillantes études et enseigne le droit canon de 1206 à 1211, puis il est nommé doyen de la collégiale Saint-Aignan d'Orléans.
Les intérêts considérables du Chapitre de Saint-Aignan réclamaient à cette époque un homme expert dans l’art de la procédure. Réginald fut élu prévôt du Chapitre, mais rêvait de devenir pauvre et libre.

En 1216, l’Évêque d’Orléans, ayant fait vœu d’aller en pèlerinage aux Lieux Saints, le prend comme compagnon de voyage.
À Rome, Réginald rencontra Saint Dominique (c’est l’époque où celui-ci est auprès du Pape Honorius III pour faire approuver son Ordre), et fut saisi par sa parole.
Le plan du pauvre de Dieu, son zèle, son affranchissement vis-à-vis de toutes choses humaines, sa liberté pour l’œuvre de Dieu, son intelligence des besoins du temps et spécialement des milieux qu’avait fréquentés l’ancien professeur, c’était le rêve secret de Réginald réalisé.
Du coup, il se met à l’entière disposition de St Dominique.

Mais voilà que Réginald tombe gravement malade. Dans la nuit la Vierge Marie lui apparaît, avec Ste Catherine et Ste Cécile.
« Demande-moi ce que tu veux et je te le donnerai », dit la Vierge. Réginald s’en remet à son bon plaisir.
La Vierge fit des onctions sur ses membres malades, puis, des mains de Catherine prenant le scapulaire, elle dit à Réginald : « Voici l’habit de ton Ordre. »

La Vierge disparut, Réginald se trouva guéri. Il fut aussitôt mis par St Dominique à la tête du Couvent de Bologne.
A peine arrivé, il prêche et Bologne accourt.

Diana degli Andalò (1201-1236 - Béatifiée en l’an 1888), future Fondatrice du Monastère Dominicain Sainte-Agnès de Bologne, est aussi retournée.
Elle deviendra sa fille spirituelle et aidera à la mise en place du Couvent des Frères. En huit jours, par sa parole, Réginald a conquis la ville.
L’université entame ses activités ; les maîtres et les étudiants s’empressent autour de sa chaire, plusieurs demandent l’habit de l’Ordre.

En 1219, après trois ans en Espagne, St Dominique retrouvait une communauté nombreuse et vivante, là même où quelques Frères languissaient auparavant.
Il envoie Réginald à Paris à l’automne de cette même année, mais Réginald dut renoncer à toute prédication.
Il eut juste le temps de décider Jourdain de Saxe à entrer dans l’Ordre avant de mourir.

Jourdain le raconte dans son Libellus : « Frère Réginald, de sainte mémoire, s'en vint donc à Paris et se mit à prêcher avec une ferveur spirituelle infatigable, par la parole et par l'exemple, le Christ Jésus et Jésus crucifié.
Mais Le Seigneur l'enleva bientôt de la terre. Parvenu vite à son achèvement, il traversa en peu de temps une longue carrière.

Enfin, il tomba bientôt malade et, arrivant aux portes de la mort charnelle, s'endormit dans Le Seigneur et s'en alla vers les richesses de Gloire de la maison de Dieu, lui qui, durant sa vie, s'était manifesté l'amant résolu de la pauvreté et de l'abaissement.

Il fut enseveli dans l'église de Notre-Dame-des-Champs, car les Frères n'avaient pas encore de lieu de sépulture.
La nuit même où l'esprit de ce saint homme s'envola vers Le Seigneur, j'eus une vision. Je n'étais pas encore un Frère selon l'habit, mais j'avais déjà émis ma profession entre ses mains.

Je voyais donc les Frères portés par un navire à travers les eaux. Puis le navire qui les portait coula ; mais les Frères sortirent indemnes des eaux.
J'estime que ce navire est Frère Réginald lui-même, que les Frères de ce temps, vraiment, considéraient comme le nourricier qui les portait. »

Jourdain se souvient de ces paroles de Réginald qui ont valeur de testament dans l’Ordre :
« Je crois n'avoir aucun mérite à vivre dans cet Ordre, car j'y ai toujours trouvé trop de Joie. »

Réginald meurt le 12 Février 1220 en odeur de sainteté. Son tombeau à Notre-Dame-des-Champs s'illustra de miracles et c'est là que commença son culte, qui fut confirmé, en 1875, par le Bx Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878).

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 12/02/2018