Saint Gabriel de l'Addolorata, Passioniste italien (1838-1862). Fête le 27 Février.

Mardi 27 Février 2018 : Fête de Saint Gabriel de l'Addolorata, Passioniste italien (1838-1862).

Saint gabriel de l addolorata

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/710/Saint-Gabriel-de-l-Addolorata.html

Saint Gabriel de l'Addolorata

Passioniste italien (✝ 1862)

Saint Gabriel de Notre-Dame des Sept-Douleurs était originaire d'Assise. A 17 ans, il entra chez les Religieux Passionnistes.
A 24 ans, il offre sa vie à Dieu, tuberculeux et atteint d'une grande souffrance qu'il supporte joyeusement.
Il a été proposé par l'Église comme patron des novices et des séminaristes.

À Isola del Gran Sasso dans les Abruzzes, en 1862, Saint Gabriel de la Vierge des Douleurs (François Possenti), acolyte, qui, à l’âge de dix-huit ans, renonça aux attraits du monde et entra dans la Congrégation de la Passion, où, après cinq ans, atteint de tuberculose il vécut sa dernière année dans une union à Dieu très profonde et une charité fraternelle des plus délicates.
Martyrologe romain.

Gabriel addolorata

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180227&id=13710&fd=0

Saint Gabriel (Gabriele) de l'Addolorata
Acolyte Passioniste

Gabriel de l'Addolorata (dans le siècle Francesco Possenti), onzième de treize enfants, naît le 1er Mars 1838 à Assise, en Ombrie, alors États pontificaux.

Son père, Sante, était gouverneur des États pontificaux. Lorsque ce dernier fut nommé assesseur à Spolète, le jeune Francesco y fit ses études chez les Frères des écoles Chrétiennes puis au collège des Jésuites.

Il entre à dix-huit ans au noviciat des Passionistes où il reçoit le nom de Frère Gabriel de l'Addolorata (en français « Notre-Dame-des-Sept-Douleurs ») pour laquelle il avait une dévotion particulière.
De constitution fragile il développa une attention fidèle à la Règle et un amour joyeux envers Jésus crucifié.
Il eut comme compagnon de noviciat Bernardo Maria di Gesù (Cesare) Silvestrelli (Béatifié le 16 Octobre 1988).

Il fit ses études de philosophie en 1858 à Pieve Torina (Macerata) auprès du Vénérable Norberto Cassinelli qui le suivit toute sa vie.
En 1859 il poursuivit ses études de théologie à Isola del Gran Sasso.
En 1861 il reçut les ordres Mineurs à la Cathédrale de Penne (Pescara).

Il mourut de tuberculose le 27 Février 1862 demandant à la Vierge de la rejoindre vite.

Gabriele dell’Addolorata a été Béatifié le 30 Mai 1908 par Saint Pie X (Giuseppe Melchiorre Sarto, 1903-1914) et Canonisé par le Pape Benoît XV (Giacomo della Chiesa, 1914-1922) le 13 Mai 1920. Il est le Co-patron de l'Action Catholique et des Abruzzes.

Son Sanctuaire à Isola del Gran Sasso est visité chaque année par un million de pèlerins.

Gabriel 11 2

http://notredamedesneiges.over-blog.com/article-10063847.html

27 février : Saint Gabriel de l'Addolorata, patron des Abruzzes, des séminaristes et novices, et un des Saints de la jeunesse !

Frère Gabriel de L'Addolorata (1838-1862) - (c'est-à-dire Notre-Dame des Sept-Douleurs) - est le nom de religion que reçut François Possenti lorsqu'il fut entré chez les Passionnistes…
Saint Gabriel de l'Addolorata est né le 1er Mars 1838 à Assise dans une famille de 13 enfants.
Dès son enfance, le jeune Saint professait une dévotion ardente envers la Sainte Vierge, dévotion qui lui avait été inspirée par les soins attentifs de sa mère qui est morte lorsqu'il avait 4 ans.
Pendant le temps de sa scolarité, cette dévotion s'intensifia sous l'influence de ses maîtres religieux, les Frères des Écoles Chrétiennes et les Pères Jésuites.
Aussi la divine Mère avait-Elle pour lui des attentions toutes particulières. Et on ne s'étonnera pas qu'Elle soit intervenue Elle-même dans l'appel du jeune homme à la vie Religieuse.

En 1856, François Possenti se trouvait au milieu d’une procession à la Vierge Marie et, dès qu'il eut porté les yeux sur l'image de la Vierge, il se sentit profondément ému.
Il avait aperçu la Sainte Vierge le regarder avec une maternelle tendresse. Il L'avait entendue lui dire: « François, le monde n'est plus pour toi; il te faut entrer en religion. »

Il entra donc à 18 ans chez les Passionnistes, Congrégation fondée par Saint Paul de la Croix.

57493353 2

Par amour pour la Sainte Vierge, il voulut s'appeler Frère Gabriel de Notre-Dame des Sept-Douleurs.
Il y vécut saintement, puis y mourut en prédestiné le 27 Février 1862 à Isola del Gran Sasso, âgé de 24 ans, après six ans seulement de vie religieuse. 

La tendresse que Saint Gabriel avait pour la Sainte Vierge atteignait à une véhémence qu'on ne saurait exprimer.
Son cœur était comme un brasier brûlant d'amour pour sa tendre Mère. Et si vive que fût sa dévotion mariale pendant qu'il vivait encore dans le monde, elle n'était, pourtant, que l'ombre, pour ainsi dire, de celle qu'il manifesta une fois devenu Religieux.

Dès son noviciat, il s'appliqua constamment à une union intime avec sa Mère du Ciel dans ses pensées, ses affections, ses paroles, ses actions.
Il en était venu à ne plus perdre le souvenir de Marie, souvenir qui ne le quittait pas même pendant le sommeil, car ses rêves les plus fréquents avaient la Mère de Dieu pour objet.

La Sainte Vierge était le sujet le plus ordinaire de ses conversations. En esprit de pénitence et comme moyen d'écarter de lui tout ce qui aurait pu le détourner du souvenir constant de la Divine Vierge, Frère Gabriel pratiquait strictement la modestie des yeux.

Après cinq ans de cette pratique, il en était arrivé à ne plus avoir de distractions pendant ses Prières.
Le jeune Saint s'était imposé un grand nombre de pratiques pieuses en l'honneur de Marie.
L'une de ses plus chères dévotions était sa coutume d'offrir chaque jour à la bonne Mère un bouquet de petites mortifications, qu'il multipliait de façon étonnante.

Il était également plein d'ardeur pour faire partager à tous sa dévotion envers Marie. Il voulait s'engager par vœu particulier à étendre le règne de Marie.
À la grande joie de son cœur, ses Supérieurs lui permirent de faire ce vœu apostolique. Son agonie ne fut qu'une douce extase.

Quelques instants avant de rendre le dernier soupir, il demanda l'image de Notre-Dame des Sept-Douleurs.
L'ayant reçue, il la couvrit d'abord de baisers, puis la plaça sur son cœur, où il la pressa fortement de ses deux mains jointes. Soudain, un céleste sourire épanouit son visage, et c'est dans cette attitude qu'il rendit son âme.

Le Pape Benoît XV le Canonisa en 1920. Son sanctuaire à Isola del Gran Sasso est visité chaque année par deux millions de pèlerins.
Pie XI étendit sa Fête en 1932 à toute l'Église universelle.

St gabriel of the sorrowful mother with st gemma 2

http://galganigemma.wordpress.com/une-enfant/

Sainte Gemma Galgani (Fête le 11 Avril) et Saint Gabriel de l’Addolorata.

Une enfant

Jusqu’à sa mort (à 25 ans !), Gemma est demeurée une enfant ; une enfant avide d’affection, franche et spontanée.
De l’enfant, elle avait tous les petits défauts : un peu capricieuse, un peu coléreuse, un peu bavarde …
Coquette aussi, et enjôleuse (avec son père, il lui suffisait de pleurer pour obtenir ce qu’elle désirait ; car toute petite déjà elle avait compris qu’il ne résistait pas à l’appel de ses grands yeux clairs pleins de larmes …).

Tout au long de sa vie, elle a eu le langage d’une enfant. " Je suis sans papa, sans maman, et sans aucun soutien … ", écrivait-elle à son confesseur, ajoutant : " Jésus m’a laissée seule ".

Elle appelait son directeur spirituel " papa " ; et la Vierge Marie était " sa maman ".
Gemma eut une relation tout à fait privilégiée, et hors du commun, avec son ange gardien (v. chap. 3 du livre " L’ange, gardien d’un ange ").
Il lui apparaissait " vraiment ", sous une forme corporelle ; mais elle ne le percevait pas comme un homme.
Il arrivait toujours au bon moment pour la protéger, la consoler, parfois aussi pour la réprimander.

Elle le craignait : " il me grondait et me criait dessus " écrivait-elle. Phénomène sans doute unique, empruntant la forme d’un oiseau, l’ange prenait le courrier de Gemma (dans une boîte fermée à clé) et déposait les lettres sur le rebord de la fenêtre du lieu où résidait le P. Germano.
Lors des extases de Gemma durant la Messe du matin, l’ange agissait sur les gens autour de la jeune fille, afin de détourner d’elle leur attention et d’éviter ainsi les commentaires des curieux.
Ainsi Gemma eut-elle tout loisir, avec son ange gardien, de rester une petite fille …

Un autre " jeune homme " est venu durant plusieurs années, et jusqu’à sa mort, habiter la vie de Gemma : Saint Gabriel de l’Addolorata (Saint Passioniste, patron de la jeunesse Catholique italienne, mort très jeune, à 24 ans, en 1862).

Mais là, avec Saint Gabriel, tout comme avec Jésus, l’enfant Gemma devient femme !
Devant Gabriel, Gemma était " béate " ; elle l’admirait et elle l’aimait.

Il y avait entre eux une relation très forte : Gabriel était en quelque sorte " le jeune homme de ses rêves ".
Et lorsqu’il ne pouvait pas venir lui rendre visite (parce qu’elle n’avait pas été sage !), il lui en coûtait beaucoup.
Mais comme toujours, elle offrait à Jésus ce sacrifice de son cœur.

Avec Jésus, le grand amour de toute sa vie, elle avait les gestes d’une femme et d’une amoureuse.
Elle aimait par-dessus tout être embrassée et caressée par le Christ ; elle voulait " lui ressembler ".
C’était comme une séduction réciproque.
Jésus, Lui, apprenait à Gemma à Le consoler. Il se montrait aussi tendre que parfois sévère, l’Époux Divin formant l’épouse !

Peu à peu, Jésus dompte le cœur de Gemma, et le façonne jusqu’à en faire une création nouvelle.
Et Gemma devient une femme offerte et abandonnée à Jésus son Époux Céleste.

Au fil des ans, l’enfant et la femme entrent dans la pauvreté :
Pauvreté matérielle : la famille perd toute sa fortune ; Gemma devient une " sans logis "
Pauvreté affective : sa mère meurt lorsqu’elle est une enfant ; puis Gino, son frère chéri, et enfin son père, lorsqu’elle a 18 ans
Pauvreté " choisie " : Gemma renonce à tout ce qui fait sa féminité ; elle revêt un habit de pauvreté extrême (v. chapitre suivant), qu’elle exhibe avec ostentation.


> > > Symbole de Marie par Saint Gabriel de l'Addolorata

Commentaires (3)

1. gervasoni 27/02/2015

pour vous

2. VEYRON 28/02/2017

Pourquoi ne publiez-vous pas le Symbole de Saint Gabriel de l'Addolorata ?

3. reflexionchretienne (site web) 28/02/2017

Je viens de le faire en bas de page. Merci.
Symbole de Marie par Saint Gabriel de l'Addolorata

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 27/02/2018