Saint Paul Miki et ses compagnons martyrs au Japon (✝ 1597). Fête le 06 Février.

Mardi 06 Février 2018 : Fête de Saint Paul Miki et ses compagnons martyrs au Japon (✝ 1597).
(Mémoire obligatoire le 06 Février pour l’Église universelle et mémoire obligatoire le 07 Février propre à la Belgique et propre à la Nouvelle-Zélande (à cause de Waitangi Day)).

16040 holy martyrs of japan church painting of martyrs 11

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/580/Saint-Paul-Miki.html

Saint Paul Miki

et ses compagnons(*) martyrs au Japon (✝ 1597)

Sur les traces de saint François Xavier, les Pères Jésuites et les Frères Franciscains avaient profondément enraciné le Christianisme dans le sol japonais.
Ecoles, paroisses, hospices et léproseries témoignaient de la vigueur de cette jeune Église. Mais, à cette date, le Japon est en proie à des bouleversements politiques importants.
Le shogun Taïcosama cherche à unifier le pays en limitant l'influence des daïmios locaux. Il veut aussi limiter l'influence des étrangers au Japon.
Or le Christianisme est une importation étrangère : le shogun s'en prend donc aux Chrétiens.

En 1587, les Missionnaires sont expulsés, le Christianisme interdit. Celui-ci s'enfouit et devient clandestin.
Dix ans plus tard la persécution reprend de plus belle. En février 1597, vingt-six Chrétiens sont arrêtés : des Jésuites, des Franciscains, des laïcs tertiaires de saint François, des enfants de chœur...

Parmi eux, Paul Miki, premier Jésuite japonais et prédicateur passionné. On les promène de ville en ville, pour l'exemple, pour dissuader ceux qui seraient tentés d'embrasser la Religion interdite.
Torturés, les martyrs continuent à prêcher et à chanter pendant leurs supplices avant de finir crucifiés sur une colline proche de Nagasaki, face à l'Occident, comme pour narguer cet horizon d'où venait le Christianisme.

Voir aussi: Saints Paul Miki, Jean Soan (de Goto) et Jacques Kisai sur le site internet des jésuites et sur le calendrier des Franciscains Saints Pierre-Baptiste, Paul Miki et leurs compagnons.

(*) Jean Soan de Goto, Jacques Kisai, Religieux Jésuites; Pierre-Baptiste Blazquez, Martin de l’Ascension Aguirre, François Blanco, Prêtres Franciscains; Philippe de Jésus de Las Casas, Gonzalve Garcia, François de Saint-Michel de la Parilla, Religieux Franciscains; Léon Karasuma, Pierre Sukejiro, Côme Takeya, Paul Ibaraki, Thomas Dangi, interprête, Paul Suzuki, catéchistes; Louis Ibaraki (11ans), Antoine (13 ans), Michel Kozaki et son fils Thomas; Bonaventure, Gabriel, Jean Kinuya, Matthias, François de Méako, médecin, Joachim Sakakibara, médecin, François Danto, néophytes.

Au martyrologe romain au 5 Février: À Nagasaki au Japon, en 1597, la passion de Saint Paul Miki et vingt-cinq compagnons, dont la mémoire est célébrée le lendemain donc le 6 Février.
Martyrologe romain.

San paolo miki e compagni m 2

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20170206&id=13695&fd=0

Sts Paul Miki et ses Compagnons
Martyrs (mémoire)
(† 1597)

Une des plus dures persécutions qu'aient essuyées les Chrétiens du Japon est celle de Taicosama.
La mission du Japon avait débuté avec succès en 1549 avec saint François-Xavier, mais en 1582 l'empereur voulut faire partir les Jésuites, considérés par certains comme un danger national.
La méfiance s'accrut encore lorsqu'une quinzaine de Franciscains débarquèrent en 1593 et construisirent deux couvents, prêchèrent et Baptisèrent de nombreux Japonais.

L'empereur du Japon ordonna en 1596 d'arrêter tous les Missionnaires qu'on trouverait et de les mettre à mort.
Ainsi furent arrêtés six Franciscains ; trois Jésuites dont Paul Miki et dix-sept laïcs Tertiaires Franciscains.
Ils furent exposés de ville en ville pendant des semaines à la vindicte populaire afin de faire un exemple.

L'empereur les envoya alors à Nagasaki où il avait fait dresser 26 croix sur lesquelles ils furent crucifiés face à la mer (face à l'Occident, comme un défi lancé à la chrétienté).

Ces vingt-six martyrs étaient :

Trois Jésuites :
Paul Miki, Frère Jésuite, fils d'un général, premier Jésuite japonais et grand prédicateur, Jean Soan (de Goto), Frère Jésuite japonais, Jacques Kisoï, Frère Jésuite japonais.

Six Franciscains :
Pierre Baptiste de Saint-Esteban, Prêtre espagnol, chef de la mission Franciscaine au Japon, Martin d'Aguirré, Prêtre espagnol, professeur de théologie, François Blanco, Prêtre espagnol, Philippe de Las Casas, mexicain, Frère convers, Gonzalve García, des Indes Orientales, Frère convers, François de Saint-Michel, Frère convers.

Dix-sept laïcs Tertiaires Franciscains, tous japonais et membres de la Communauté de Méaco, (arrêtés le 31 décembre 1596) :
Côme Tachegia, Michel et Thomas Cozaki, Paul Ibarki, Léon Carasumo (catéchiste et interprète), Mathias, Bonaventure, Joachim Saccakibara (mèdecin), François de Méaco (médecin), Thomas Dauki (interprète), Jean Kinoia, Gabriel de Duisco, Paul Suzuki (catéchiste et interprète) ; François Danto et Pierre Sukejiro n’étaient pas sur la liste des arrestations mais, comme ils s’obstinaient à suivre les prisonniers et à les soigner, ils furent arrêtés à leur tour ; Louis (11 ans) et Antoine (13 ans).

Du haut de sa croix, Paul Miki continuait à prêcher pardonnant à ses bourreaux et invitant à la conversion :
« Arrivé au terme où vous me voyez, dit-il, je ne pense pas qu'aucun de vous me croie capable de trahir la vérité.
Eh bien ! Je vous le déclare, il n'y a pas d'autre moyen de Salut que la Religion Chrétienne. Je pardonne aux auteurs de ma mort ; je les conjure de recevoir le Baptême.
»

Un autre, suspendu à une croix, n'osait se servir que des paroles du bon larron : « Seigneur, souvenez-vous de moi ! »
Les enfants ne furent pas moins admirables. Louis, répondit à un païen qui l'engageait à renoncer à sa Foi : « C'est vous qui devriez vous faire Chrétien, puisqu'il n'y a pas d'autre moyen de Salut. »
Antoine, résista aux larmes de ses parents et aux promesses du magistrat : « Je méprise, dit-il, vos promesses et la vie elle-même : je désire d'être attaché à la croix pour l'Amour de Jésus crucifié. »
Du haut de sa croix, il chanta d'une voix angélique le psaume : Laudate, pueri, Dominum, Enfants, louez Le Seigneur, et il eut le cœur percé d'une lance au Gloria Patri, qu'il alla chanter dans le Ciel.
Ils furent tous achevés d'un coup de lance dans le cœur. Les fidèles recueillirent le sang et les vêtements des martyrs, dont l'attouchement opéra des miracles.

Paul Mikiet ses Compagnons ont été Béatifiés, par le Pape Urbain VIII (Maffeo Barberini, 1623-1644), le 14 Septembre 1627 et Canonisés, par le Bx Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878), le 8 Juin 1862, dans une solennité sans exemple, au milieu d'un grand concours d'Évêques de toutes les parties du monde.
Ce furent les premiers martyrs du Japon.

En Belgique, cette mémoire est reportée au 7 Février.

Bamberg st martin figur paul mikiSaint Paul Miki (église Saint-Martin de Bamberg). Téléversé par AndreasPraefcke

http://robert87300.centerblog.net/rub-priere-a-saint-paul-miki-.html

Prière à Saint Paul Miki ( Compagnon et Martyr )

Paul Miki, né en 1564 près d’Osaka (Japon) et mort (crucifié) le 5 Février 1597 à Nagasaki (Japon), était un séminariste Jésuite japonais.
Il mourut martyr, avec 25 autres Chrétiens, tous exécutés en répression de la Foi Chrétienne, lors de la vague de persécution de 1597.
Béatifié en 1627, il fut Canonisé par le Pape Pie IX en 1862.
Liturgiquement il est commémoré le 6 Février.

Originaire d’Awa (sur l’ile de Shikoku) et fils d’un valeureux capitaine et vassal de Oda Nobunaga, Paul Miki est Baptisé avec ses parents lorsqu’il a cinq ans.
En 1580 il est envoyé par son père étudier dans un petit séminaire Jésuite dirigé par le Missionnaire italien Organtino Gnecchi-Soldo.
À cause de la guerre de Kyushu le séminaire est transféré à Takatsuki.

En Août 1586, Miki entre au noviciat des Jésuites, à Arie. Il a 22 ans. Après avoir prononcé ses vœux de Religion en 1588 il poursuit le cours des études à Amakusa et Nagasaki.
Il trouve l’étude de la langue latine particulièrement difficile.
Par contre il est excellent Catéchiste et a des dons comme prédicateur.
Bien que pas encore ordonné Prêtre il est souvent envoyé à des débats auxquels participent des non-Chrétiens.

En 1592 il est nommé comme collaborateur du supérieur provincial, Pedro Gomez, qu’il accompagne à la résidence d'Osaka.
De nature généreuse et communicative sa prédication auprès des Samouraï a du succès.

Lève- toi, Seigneur : viens vers ta demeure !

Souviens- toi, Seigneur de David,
de sa promesse au puissant de Jacob :

REFRAIN :

" J'interdirai tout sommeil à mes yeux avant
d'avoir trouvé un lieu pour le Seigneur."

Entrons dans la demeure de Dieu,
prosternons-nous aux pieds de ton trône.
Monte, Seigneur, vers le lieu de ton repos,
toi, et l'arche de ta force !

REFRAIN

Que tes prêtres soient vêtus de justice,
que tes fidèles crient de joie !
Pour l'amour de David, ton serviteur,
ne repousse pas la face de ton messie.

REFRAIN

Par Jésus le Christ notre sauveur, qui règne avec vous
et pour les siècles des siècles, AMEN.

6 st paul miki and companions 1

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 06/02/2018