Saint Pierre Damien, Évêque d'Ostie, Docteur de l'Église. Fête le 21 Février.

Mercredi 21 Février 2018 : Fête de Saint Pierre Damien, Cardinal-Évêque d'Ostie, Légat du Pape, Docteur de l'Église (1007-✝ 1072).

Saint pierre damienhttp://nominis.cef.fr/contenus/saint/681/Saint-Pierre-Damien.html

Saint Pierre Damien

Évêque d'Ostie, Docteur de l'Église (✝ 1072)

Confesseur et Docteur de l'Église.
Il est originaire de Ravenne. Dernier enfant d'une famille pauvre, orphelin très jeune, souvent maltraité, il connut la faim dans son enfance.
Tout en gardant les porcs, il étudie et cet écrivain-né est aidé par son frère Damien qui lui donne la possibilité de faire de brillantes études, ce pourquoi il prendra son nom.
Très doué, il est d'abord enseignant, rhéteur riche et prestigieux.

La rencontre de deux ermites l'amène dans un petit ermitage fondé selon l'idéal de saint Romuald.
Il s'y voue à la Prière, à l'ascèse, à l'étude des Saintes Écritures, à la Contemplation, à la prédication aussi.

Son Monastère lui demande d'être un maître en exégèse en même temps qu'il est un maître de la vie spirituelle.
Nommé Prieur à Font-Avellane, il est en relation avec les grands Monastères de son époque, comme Cluny ou le Mont-Cassin.

L'Église connaît une période difficile où bien des clercs, Prêtres et Moines, mènent une vie débauchée, en tous cas relâchée.
En 1057, il est nommé Cardinal-Évêque d'Ostie et chargé de mission à Milan, Cluny, Francfort, etc ...
Il soutient les Papes dans leur action réformatrice, mais Léon IX est obligé de le tenir à l'écart à cause de bien des Évêques.
Plus tard, les Papes suivants lui donneront d'importantes missions officielles de conciliation et de réforme. Ses écrits spirituels, ouvrages, lettres et sermons ont fait de lui un Docteur de l'Église.

Héritiers de Pierre Damien
Le Saint-Père a reçu le 1 Décembre 2008 le recteur, les professeurs, les étudiants et le personnel de l'Université de Parme (Italie).
Dans son discours, il a parlé de la leçon que nous a laissée saint Pierre Damien (1007-1072) qui a fait une partie de ses études à Parme et qui fut un réformateur de son temps.
Il a dit aussi que ceux qui font des études universitaires "doivent être sensibles au patrimoine spirituel de saint Pierre Damien..., de son heureuse synthèse entre la vie d'ermite et l'activité ecclésiale, du rapport harmonieux entre les deux aspects fondamentaux de l'existence humaine que sont la solitude et la communion...

Les nouvelles générations -a-t-il ajouté- sont aujourd'hui fortement exposées à un double risque dû principalement à la diffusion des nouvelles technologies informatiques: d'une part, le danger de voir de plus en plus se réduire sa capacité de concentration et d'application mentale sur le plan personnel, d'autre part, celui de s'isoler individuellement dans une réalité toujours plus virtuelle.
C'est ainsi que la dimension sociale éclate en mille morceaux, pendant que la dimension personnelle se replie sur elle-même et tend à se fermer à toute relation constructive avec les autres".

Après avoir rappelé que le Cardinal Pierre Damien "fut un des grands réformateurs de l'Église d'après l'an 1000", le Pape a souligné que "toute véritable réforme doit surtout être spirituelle et morale, et doit venir de notre conscience...
Si nous voulons d'un meilleur environnement humain en qualité et efficacité, il faut, avant tout, que chacun commence par se réformer lui-même, en corrigeant ce qui peut nuire au bien commun ou, en quelque sorte, lui faire barrage...

L'objectif de l'œuvre réformatrice de Saint Pierre Damien et de ses contemporains était de faire en sorte que l'Église devienne plus libre, avant tout sur le plan spirituel, mais aussi sur le plan historique.
De la même façon, une réforme universitaire n'est valable que si elle se confronte à la liberté : la liberté d'enseignement, la liberté de recherche, la liberté de l'institution académique au regard des pouvoirs économiques et politiques.
Cela ne signifie pas l'isolement de l'université par rapport à la société, ni qu'elle doive être sa propre référence, ni, non plus, la poursuite d'intérêts privés en profitant des ressources publiques...
Selon l'Évangile et la tradition de l'Église, est vraiment libre toute personne, communauté ou institution qui répond pleinement à sa nature et à sa vocation". (source: VIS 081201)

A lire aussi André Cantin, Saint Pierre Damien (1007-1072) Autrefois - aujourd’hui, Éditions du Cerf, 2006.

Benoît XVI a évoqué le 9 Septembre 2009 Saint Pierre Damien (Ravenne 1007- Faenza 1072), un Moine qui soutint ardemment la réforme de l'Eglise engagée au XIe siècle par la papauté.
Saint Pierre Damien fut en tout un "Moine", vivant selon des principes d'austérité que l'on pourrait considérer de nos jours comme excessifs.
"Il œuvra afin que la vie religieuse propose une témoignage vivant du primat de Dieu et un appel à la sanctification de tous, loin de tout compromis mondain.
Il s'investit totalement, avec grande cohérence et grande sévérité, dans la réforme grégorienne, plaçant toutes ses forces, physiques comme spirituelles, au service du Christ et de l'Église".

Mémoire de Saint Pierre Damien, Évêque d’Ostie et Docteur de l’Église. Entré dans le 'désert' de Font-Avellane, il se fit le promoteur ardent de la vie religieuse et, à une époque difficile de réforme de l’Église, il rappela avec force les Moines à la sainteté de la Contemplation, les clercs à une vie sans reproche, le peuple à la communion avec le Siège apostolique.
Il mourut à Faenza, en Romagne, le 22 Février 1072.

Martyrologe romain.

San pedro damian 1

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180221&id=13344&fd=0

Saint Pierre Damien
Évêque et Docteur de l'Église
(1007-1072).

Pierre Damien (en italien Pier Damiani) est né à Ravenne (Italie) en 1007 dans une famille noble, mais pauvre.
Devenu orphelin de ses deux parents, il vécut une enfance marquée par les privations et les souffrances, même si sa sœur Roselinda s'engagea à lui servir de mère et son grand frère Damien l'adopta comme son enfant. C'est précisément pour cela qu'il sera appelé par la suite Pierre de Damien, Pierre Damien.

Grâce à son frère, Damien, il put faire des études. Il choisit ensuite d'être Moine et fut admis au Monastère de Fonte Avellana (Marches, Italie) dont il devint Abbé.

Sa réputation s'amplifiant, il fut sollicité par plusieurs Papes pour réformer l'Église et voyagea pendant six ans comme légat du Pape.
Il fut promu, malgré lui, Cardinal-Évêque d'Ostie mais abandonna ses titres dès qu'il put pour retourner à Fonte Avellana.

C'est sur le trajet du retour qu'il mourut, à Faenza, la nuit entre le 22 et le 23 Février 1072.

Grace à ses nombreux écrits à caractère théologique, Pierre Damien fut proclamé Docteur de l’Église le premier Octobre 1828 par le Pape Léon XII (Annibale Sermattei della Genga, 1823-1829).

Son œuvre consiste surtout en une imposante correspondance (158 lettres) et des sermons (75). Il est également l’auteur d’hagiographies et de traités, parmi lesquels :

  • De divina omnipotentia, sur la puissance de Dieu (Lettre sur la toute-puissance divine, Paris: Cerf, 1972 (texte avec traduction))
  • Une disputatio avec un Juif sur le problème de la Trinité et du Messie ;
  • Liber gratissimus, dédié à l’Archevêque Henri de Ravenne, contre la simonie ;
  • De brevitate vitæ pontificum romanorum, sur la courte vie accordée aux Papes.

On le fête le 21 Février. On l'invoque pour les migraines et tous les maux de tête, en rapport avec ses nombreuses études.

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape Benoît XVI :
>>>Saint Pierre Damien
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

 

Fb20100a 1

http://missel.free.fr/Sanctoral/02/21.php

Saint Pierre Damien
Biographie

Pierre est le dernier-né (1007) d'une famille nombreuse Ravenne si pauvre qu’il est abandonné aux soins d’une servante pendant sa prime enfance.
Repris par sa famille peu avant la mort de sa mère, il est employé par un ses frères à des travaux grossiers dont la garde des pourceaux jusqu'à ce qu'un autre de ses frères, Damien, pris de pitié, le prenne avec lui ; c’est par reconnaissance pour ce frère qu’il se fera nommer Pierre Damien.
Damien fait étudier Pierre à Ravenne où il se montre si brillant qu’il lui fait poursuivre des études à Faenza, puis à Parme.

Prodigieusement intelligent, il gagne ses grades et devient un professeur très renommé.
Cependant, Pierre Damien, assailli de violentes tentations d’orgueil et de sensualité, ne voit pas d’autres moyens d’échapper aux dangers du monde que d’entrer chez les Moines Camaldules de l’Abbaye Sainte-Croix de Fonte Avellana, aux confins de la Marche et de l’Ombrie, où il s'adonne à une vie extrêmement austère (1035).
Appelé par ses supérieurs à restaurer et à renforcer la discipline, il prêche dans son couvent et dans d'autres.
Il est élu prieur de Fonte Avellana (1043) d'où il fonde d'autres monastères. Le savant Pierre Damien ne manque pas d’avertir ses moines : «  prenons garde à la science qui ne vire point en amour. Souvent, le désir de trop embrasser intellectuellement peut devenir dangereux pour la vie spirituelle. »

Soucieux des intérêts de l'Église, il dénonce à Grégoire VI (1045-1046) les clercs et les Évêques incontinents et simoniaques dont la race avait augmenté démesurément sous le lamentable pontificat de Benoît IX (1032-1045).
Conseiller de Clément II (1046-1047), il lui écrit : «  Travaillez à relever la justice qu'on foule aux pieds avec mépris ; usez des rigueurs de la discipline ecclésiastiques pour que les méchants soient humiliés et que les humbles se reprennent à l'espérance. »

Près d'être condamné par Léon IX (1048-1054) circonvenu par ses ennemis, Pierre Damien écrit au Pape : « Je ne cherche la faveur d'aucun mortel ; je ne crains la colère de personne ; je n'invoque que le témoignage de ma propre conscience. »
Après avoir déserté la cour pontificale pendant la fin du pontificat de Léon IX et celui de Victor II (1055-1057), il est rappelé d'Ostie par Etienne IX (1057-1058) qui le fait Cardinal-Évêque ; il dénonce l'élection de Benoît X (1058-1059) entachée de simonie et, avec Hildebrand (futur saint Grégoire VII), après avoir contribué à l'élection de Nicolas II (1059-1061), il obtient le décret de 1059 qui réserve l'élection du Pape aux seuls Cardinaux.

A peine a-t-il fait l'élection d'Alexandre II (1061-1073) qu'il se retire dans son Monastère dont il doit bien vite partir pour veiller sur l'Église déchirée par le schisme de l'antipape Honorius II (condamné en 1062).
« Nous n'en connaissons pas dont l'autorité soit plus grande, après la nôtre, dans l'Église Romaine, dit Alexandre II, il est notre œil et le ferme appui du siège apostolique. »
Il est envoyé comme légat à Milan (1059), en France (1063), à Florence (1063), puis en Germanie (1069).
Après avoir remis de l’ordre dans le diocèse de Ravenne dont le défunt Archevêque Henri a soutenu l’antipape, Pierre Damien, terrassé par la fièvre, au Monastère Sainte-Marie-des-Anges, à Faenza, le 22 Février 1072.

Spd 1
Lecture
Qui donnera à mes yeux une source pour pleurer ? Couvrez-vous d’un voile de larmes, ô mes pupilles : malheur à moi, je suis tombé !
Les gouttes de la mer, le sable du lido, n’ont d’égal que la multitude de mes péchés : plus nombreux que les étoiles et que les gouttes de pluie, ils pèsent plus que les montagnes.
Je suis indigne de voir de mes yeux le ciel, je ne mérite pas de prononcer de mes lèvres le nom de Dieu.
Je m’efforce à pleurer mais mon cœur reste de pierre. Je persiste dans la prière, mais mon esprit se perd n’importe où. Je cherche la lumière et voici que les ténèbres de mon esprit pervers me rejoignent.
Je pleure ma pauvre âme blessée à mort : toi, qui par ta mort as réduit à néant l’empire de la mort, ressuscite-la !
Par tes entrailles de miséricorde je te supplie : libère-moi des rêts du péché. Je mérite le mépris : prodigue-moi ton pardon, ô source de piété.
Rends-moi toujours obéissant à tes commandements, et conduis-moi vers la vie du Ciel, toi qui, avec Le Père et L’Esprit-Saint dispose toute chose dans nos vies.
(Pierre Damien, Poèmes)

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 21/02/2018