Sainte Véronique, femme ayant essuyé le visage du Christ montant au Golgotha. Fête le 04 Février.

Dimanche 04 Février 2018 : Fête de Sainte Véronique, femme ayant essuyé le visage du Christ montant au Golgotha (1er s.).

Francesco mochi santa veronica 1629 32 vaticano 2Sainte Véronique. Statue en marbre de Carrare de 5 m de haut faite par Francesco Mochi réalisée entre 1629 et 1639 pour la basilique Saint-Pierre de Rome en Italie.

Sainte Véronique.

Selon la tradition Chrétienne, sainte femme Juive qui aurait essuyé le visage du Christ lors de sa montée au Calvaire.
Le morceau d'étoffe blanche dont elle se servit aurait gardé l'empreinte de la face de Jésus. Ce voile de Véronique est conservé à Saint-Pierre de Rome.
Fête le 4 Février.

CHEMIN DE CROIX

Sainte Véronique essuie le visage de Jésus.
Jésus, tu étais plein de sueur et de sang quand cette sainte femme t'a apporté un peu de fraîcheur et de réconfort.
Oh Jésus ! Apprends-moi à donner un peu fraîcheur et de réconfort à ceux que je vois dans le besoin.

Chemin de la Croix
médité par
Père Jean-Grégoire de la Trinité, O.D.M.
à l'occasion d'un Vendredi-Saint

Sixième station
Véronique essuie le visage de Jésus

* Nous t'adorons, Ô Christ et nous Te bénissons !
* Par ta sainte Croix, Tu as racheté le monde

La foule se moque de Jésus, le frappe et le bouscule. Mais Véronique, femme au cœur droit, sait qu'Il est innocent.
Bravant la meute déchaînée, elle se précipite et essuie le visage de Jésus. Forte de sa Foi, elle ne craint personne.

- Seigneur Jésus, que Ta grâce assure ma Foi, pour que jamais de Toi je ne rougisse, et que toujours et partout, sans hésitation, je Te rendre témoignage.

Notre Père...
Je vous salue...
Gloire au Père...

* Par tes Saintes blessures, nous t'en prions,
* Seigneur Jésus, prends pitié de nous.

Le Voile de Véronique.
Aucun récit évangélique ne fait allusion à Véronique, que certaines traditions anciennes citent pour avoir essuyé le Visage du Christ au cours de Sa montée au Golgotha, l'image du Saint Visage restant "imprimée" sur le tissu.

Ce prénom de Véronique pourrait venir d'un mélange de latin-grec, "vera icon", ce qui signifie "véritable image".
Pour certains, cette tradition ne serait d'ailleurs qu'une légende, à rapprocher de l'histoire du Mandylion.
L'apocryphe "La mort de Pilate" raconte à l'appui de cette thèse que Le Christ imprima son visage sur une toile qu'il donna à Véronique.

Les preuves historiques de l'histoire du voile remontent au VIII° siècle, au cours duquel le Pape Jean VII le plaça dans un oratoire qu'il fit construire au Vatican.
Exposé au XII° siècle au Latran, le voile fut transféré au début du XVII° à la Basilique Saint Pierre de Rome, où il fut l'objet d'une dernière ostension en 1854.
Il n'a fait l'objet d'aucune étude scientifique, mais les copies conservées à Rome et à Gênes rappellent l'image du Saint Suaire.

Sainte veronique 11Baie 21 - église Saint Pierre Apôtre - Montréal - QC - CA

La dévotion du "Chemin de la Croix" évoque le souvenir de cette femme qui aurait bravé la foule hostile pour essuyer le visage du Christ pendant sa Passion, recueillant ainsi sur son linge la Sainte Face.

Selon la tradition latine, Ste Véronique était la femme qui essuya le visage ensanglanté du Seigneur portant sa Croix vers le Golgotha.
Les traits du Sauveur restèrent imprimés sur le linge, qui fut ainsi considéré comme une des images "non faites de main d'homme".
Mais selon un très ancien écrit apocryphe, les Actes de Pilate, Véronique (Bérénice) était bien l'Hémorroïsse qui, étant en possession d'un portrait du Christ, alla le présenter à l'Empereur Tibère à Rome.
A sa mort, la précieuse image aurait été transmise à St Clément.

Selon la tradition orientale, elle serait l'hémorroïsse guérie par le Christ (Matthieu 9. 20). Selon Saint Eusèbe de Césarée, en témoignage d'action de grâces, elle aurait fait couler une statue de bronze qui représentait Le Christ prenant la main d'une femme agenouillée.

C'est l'unique exemple de la vénération d'une statue dans la tradition Orthodoxe.
Cette effigie du Christ fut abattue sur ordre de Julien l'Apostat, lors de sa tentative de restauration du paganisme.

Sainte Véronique (l’hémorroïsse) était originaire de Césarée de Philippe (Panéas). Elle fut guérie par Notre Seigneur Jésus-Christ d'un flux de sang qui l'affligeait depuis de longues années (cf. Mat. 9:20).

En témoignage d'action de grâces, elle fit couler une statue de bronze qui représentait le Christ tendant la main à une femme agenouillée devant lui.
À ses pieds, sur la stèle — où l'on pouvait lire l'inscription: À Dieu, Sauveur du monde — poussait une plante qui avait la vertu de guérir toutes les maladies.

Véronique plaça cette statue devant sa maison, afin que tous les passants la vénèrent et gardent présente à l'esprit la mémoire de son modèle, le Dieu-Homme.

Ayant mené le reste de sa vie de manière sainte et agréable à Dieu, elle s'endormit en paix, pour jouir de la Face du Seigneur.

Sainte veronique 1er siecle 3

Selon les Révélations de Jésus à Maria Valtorta :

http://www.maria-valtorta.org/Personnages/Nike.htm

Niké ou Niqué (Sainte Véronique)

Disciple dédiée aux œuvres de charité.

Sainte Véronique est évoquée dans la sixième station du chemin de croix, bien que l’Évangile ne mentionne pas l’épisode.
Sur la Via Dolorosa, (Véro)Nique tend à Jésus un linge pour qu’il s’essuie le visage : il y demeure miraculeusement marqué.
Ici, la force de la Tradition a authentifié le fait.

Présentation générale.
Femme hébraïque de la Diaspora. Revenue récemment à Jéricho où elle a acquis des terres pour être près de la Cité Sainte. Ces terres sont situées en dehors de la ville et entre Jéricho et Jérusalem (8.39)

"C'est bien. Mais que veux-tu, au juste ? - T'aider dans les pauvres et, comme je puis, te faire aimer et connaître. Je connais beaucoup de colonies de la Diaspora, car j'ai suivi mon mari dans ses affaires commerciales. J'ai des moyens et je me contente de peu." Ce sera désormais sa vocation (5.63).

Il la charge de prendre régulièrement soin d'Élie l’essénien retiré comme Ermite au Carit, un massif désertique près de Jéricho. "À chaque lune y aller comme si c'était un rite. Il l'est. C'est un rite d'amour fraternel" (5.72).

De même, elle hérite de la garde d'Egla, une esclave israélite rachetée par Claudia Procula : Jésus la fait conduire chez Nike. "Elle m'en a tant prié, et c'est une juste prière. La veuve sans enfants aura elle aussi un saint amour, et la fillette sans parents une mère vraiment Israélite" (6.78)

C'est tout naturellement qu'elle porte appui à son voisin Zachée le publicain dans son œuvre de charité destinée à la reconversion des pécheurs et des marginaux. (7.219 et 7.221)

Riche propriétaire, elle souhaite mettre à disposition de la troupe apostolique les fruits de sa terre (7.229). Elle fera plus, sa maison sera un refuge pour les disciples persécutés (10.34).

Caractère et aspect.
Veuve de 40 ans sans enfants.
Nike met à la disposition des apôtres et disciples les fruits de sa riche propriété située sur la route de Jéricho à Jérusalem (8.39).
Tous, à qui mieux mieux, louent son accueil : "De bons fruits ! dit l'un.
- Et une bonne disciple, dit l'autre.
- Une belle maison, sans luxe, mais sans misère, reprend un troisième.
- Et dirigée par une femme qui exerce une douce autorité. Ordre, propreté, respect et aussi tendresse.
- Quels beaux champs elle a autour ! Une richesse !" (7.229).

Fetti thumb1Domenico Fetti (Roman, 1589 - 1623)
Le voile de Véronique
Samuel H. Kress Collection, U.S.A.
Copyright 1999 : National Gallery of Art, Washington D.C.

L'étonnante découverte.
Par François-Michel Debroise

Parcours apostolique.
Témoin de la Passion et de l'Ascension.
Disciple passionnée de Jésus, elle acquiert une maison à Jérusalem, en plus de sa propriété de Jéricho, pour pouvoir être près de son Maître, de plus en plus présent à Jérusalem jusqu'à sa Passion (7.202).

C’est elle qui essuiera le visage de Jésus montant au Calvaire (9.28) et recevra ainsi le suaire miraculeux sur lequel est inscrit le portrait de Jésus (Sainte Face).
"Sur le Calvaire... J'ai vu le Sauveur en cet état... J'avais préparé le voile des reins pour qu'il ne se serve pas des chiffons des bourreaux...
Mais il était tout en sueur, avec du sang dans les yeux, et j'ai pensé le Lui donner pour qu'il s'essuie.

Et Lui l'a fait... Et il m'a rendu le voile. Je ne m'en suis plus servie... Je voulais le garder comme relique avec sa sueur et son sang.
Et, voyant l'acharnement des juifs, après un moment, avec Plautina et les autres romaines Lidia et Valeria ensemble, nous avons décidé de revenir, craignant qu'ils nous enlèvent ce voile.
Les romaines sont des femmes viriles. Elles nous ont mises au milieu, la servante et moi, et elles nous ont protégées.
Il est vrai qu'elles sont une contamination pour Israël... et qu'il est dangereux de toucher Plautina. Escortée des romaines sympathisantes, présentes elles aussi, elle se réfugie dans sa maison de Jérusalem. Elle s'effondre en pleurs.
Mais cela, on y pense par temps calme. Aujourd'hui, ils étaient tous ivres... À la maison, j'ai pleuré... pendant des heures...

Puis est venu le tremblement de terre et je me suis évanouie... Revenue à moi, j'ai voulu baiser ce voile et j'ai vu... Oh !... Il y a dessus le visage du Rédempteur !..."
En hâte, elle court chez la Vierge Marie à peine revenue de la sépulture. La vue de la relique la réconforte (9.33).
Nike est présente à l'Ascension (10.23).
Lors des premières persécutions, sa propriété devient l'un des refuges pour les disciples (10.34).


Son nom.

Niké (Nique) veut dire "Victoire" en grec. C’est la même racine qui a donné son nom à la ville de Nice en France.
Le surnom de Véronique par lequel elle est plus connue, provient d'une déformation du nom grec Béréniké (Bérénice), "porteuse de victoire", ce qui est plus conforme à ce qu'en dit Maria Valtorta.
(Un écrit apocryphe : les Actes de Pilate, chapitre VII, le mentionne mais c'est le nom de l'hémorroïsse guérie et non de la femme qui essuie le visage de Jésus.)

34369925 1

En savoir plus sur ce personnage.
Légende et tradition la donnent mariée à Zachée, émigrant avec lui en Gaule à Soulac-sur-mer en Gironde où elle meurt, en l'an 70 dit-on, et où ses reliques sont vénérées depuis le Moyen-âge (Basilique Notre-Dame de la fin des Terres).
Veuf, Zachée aurait alors émigré dans le Quercy, à Roc Amadour.

En rapprochant ces informations des données de Maria Valtorta, on peut dire que son union, même platonique, avec Zachée est plausible : tout les deux sont de Jéricho et se consacrent à l'apostolat envers les éprouvés, fondant tous les deux un "foyer de charité.

Leur émigration en Gaule est possible. Lors des premières persécutions il y a eu une vague d'émigration (la famille de Béthanie par exemple), toutefois un débarquement en Gironde interroge : ce n'est pas la route maritime la plus directe en venant de Palestine.

(Dans la légende, Véronique est parfois identifiée à l'hémorroïsse guérie par Jésus. On lui attribue alors le nom de Bérénice d'où dériverait le nom de Véronique).
Ces derniers éléments sont infirmés par les écrits de Maria Valtorta.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 04/02/2018