Bienheureuse María Dolores Rodríguez Sopeña, Fondatrice. Fête le 10 Janvier.

Mercredi 10 Janvier 2018 : Fête de la Bienheureuse María Dolores Rodríguez Sopeña, Fondatrice de l'Institut Catéchétique "Dolores Sopeña" (1848-1918).

Image25 1

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/10639/Bienheureuse-Maria-Dolores-Rodriguez-Sope%F1a.html

Bienheureuse María Dolores Rodríguez Sopeña

Fondatrice de l'Institut Catéchétique "Dolores Sopeña" (✝ 1918)

"Je suis Yahvé, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude" (Ex 20, 1). La grande révélation du Sinaï nous montre Dieu qui rachète et libère de tout esclavage, portant ensuite ce dessein à sa plénitude dans le mystère Rédempteur de Son Fils unique, Jésus-Christ.
Comment ne pas faire parvenir ce message sublime en particulier à ceux qui ne l'entendent pas dans leur cœur parce qu'ils ignorent l'Évangile?

Dolores Rodríguez Sopeña ressentit cette nécessité et désira répondre au défi d'apporter la Rédemption du Christ dans le monde du travail.
C'est pourquoi elle se proposa comme objectif "de faire de tous les hommes une seule famille en Jésus-Christ" (Constitutions de 1907).

Cet esprit se concrétisa dans les trois œuvres fondées par la nouvelle Bienheureuse: le Mouvement de Laïcs "Sopeña", l'Institut des Dames Catéchistes, appelées aujourd'hui "Catéchistes Sopeña", et l'Œuvre sociale et culturelle "Sopeña".

A travers elles, en Espagne et en Amérique latine, se poursuit une spiritualité qui promeut l'édification d'un monde plus juste, en annonçant le message de Salut de Jésus-Christ.
(Source: homélie du pape Jean-Paul II le 23 mars 2003 pour la Béatification de 5 serviteurs de Dieu)
María Dolores Rodríguez Sopeña (1848-1918) biographie site du Vatican
Voir aussi: Obra Social y Cultural Sopeña (en espagnol)

À Madrid, en 1918, la Bienheureuse Maria-Dolorès (Maria Rodriguez Sapena), vierge, qui donna un témoignage admirable de Charité en allant au plus près des personnes de la plus basse condition dans la société de son temps, surtout dans les faubourgs des grandes villes, et qui suscita l’Institut des Dames Catéchistes pour l’annonce de l’Évangile aux pauvres et aux ouvriers, en même temps qu’à leur promotion sociale.
Martyrologe romain.

Pintura de r lazzarini 1

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180110&id=13897&fd=0

Bienheureuse María Dolores Rodríguez Sopeña
Vierge et Fondatrice de l’Institut Catéchétique
« Dolores Sopeña »

María Dolores Rodríguez Sopeña naquit à Velez Rubio, Almería (Andalousie, Espagne), le 30 Décembre 1848.

En 1866, son père fut nommé magistrat au tribunal d'Almería. Là, préférant aux fastes de la haute société le service au prochain, elle fit ses premières expériences d'apostolat, en apportant son aide matérielle et spirituelle à deux sœurs atteintes de typhoïde et à un lépreux, à l'insu de ses parents.

En 1869, installée à Madrid avec une partie de sa famille, elle choisit un directeur spirituel et prêta son service en enseignant la doctrine dans la prison de femmes, dans l'hôpital de la Princesse et dans les écoles Dominicaines.

En 1872, à l'âge de 23 ans, la famille se réunit à Porto Rico, en Amérique du Sud, où elle resta pendant 5 ans.
Là, eut lieu le contact avec les jésuites.
Le P. Goicoechea, son premier directeur spirituel, fonda l'Association des Filles de Marie et des écoles pour les personnes de couleur.

En 1873, son père fut transféré à Santiago de Cuba, où le schisme religieux sur l'île limita l'activité de Dolores aux visites aux malades à l'hôpital militaire.
Après la recomposition, elle travailla dans les quartiers périphériques et fonda des Centres d'Instruction pour l'enseignement, la catéchèse, la culture et l'assistance médicale.

En 1876, à la mort de sa mère, elle retourna à Madrid, où elle organisa sa vie autour de trois axes : le soin de sa maison et de son père, son apostolat habituel et la vie spirituelle.

En 1883, à la mort de son père, elle décida d'entrer dans les Ordres, mais abandonna bientôt la vie Contemplative pour se consacrer à l'apostolat.
Elle fonda une Maison sociale et accomplit son apostolat dans les faubourgs, prémice de l'Œuvre des Doctrines.
En 1892, elle fonda l'association de l'apostolat séculier (aujourd'hui Mouvement laïc Sopeña).
En 1896, elle commença son activité hors de Madrid et s'établit à Séville, où elle fonda l'Œuvre des Doctrines.

En 1901, elle fonda l'Institut des Dames catéchistes à Tolède, ainsi qu'une association civile (aujourd'hui « Œuvre sociale et culturelle Sopeña » - OSCUS).
Ses Œuvres des Doctrines se transformèrent en Centres ouvriers d'Instruction. En quelques années, elle fonda des Communautés et des Centres dans les villes les plus industrialisées, ainsi qu'une maison à Rome et au Chili.
Elle mourut le 10 Janvier 1918.

María Dolores Rodríguez Sopeña a été Béatifiée le 23 Mars 2003, par le Pape Saint Jean Paul II (>>> Homélie du Pape).

17762967 2

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/fiches/f0606.htm

Bienheureuse Marie Dolorès RODRIGUEZ SOPEÑA

Nom: RODRIGUEZ SOPEÑA
Prénom: Dolorès
Nom de religion: Marie Dolorès (Maria Dolores)
Pays: Espagne
Naissance: 30.12.1848  à Velez Rubio (Almeria)
Mort: 10.01.1918  à Madrid
Etat: Religieuse - Fondatrice.
Note: Fonde, d’abord en Amérique Centrale puis en Espagne, plusieurs associations et un Institut religieux (31.10.1901 à Tolède) pour l’instruction, la Catéchèse et l’action sociale dans les milieux défavorisés et déchristianisés.
Béatification: 23.03.2003  à Rome  par Jean Paul II
Canonisation:
Fête: 10 Janvier
Réf. dans l’Osservatore Romano: 2003 n.12 p.1-3  -  n.13 p.5
Réf. dans la Documentation Catholique:

Notice
Dolores Rodriguez Sopeña naît au sud de l’Espagne, à Velez Rubio (Province d’Almeria – Andalousie).
A 8 ans elle est opérée des yeux et gardera toujours une faiblesse de la vue. Son père a une formation de Magistrat et recevra différentes affectations, entraînant des déménagements pour sa famille.
Néanmoins Dolores définit cette période de sa vie comme un « lac de tranquillité ». Son père est nommé au Tribunal d’Almeria alors qu’elle a 17 ans.
Pour la famille c’est le commencement d’une vie de mondanités, mais Dolores ne s’y attache pas. Elle préfère s’occuper du prochain.

C’est ainsi qu’à l’insu de sa famille, elle prend soin de deux sœurs malades du typhus et d’un lépreux.
Trois ans plus tard elle déménage avec les siens à Madrid tandis que son père est nommé à Porto Rico.
Elle fait le Catéchisme, notamment dans la prison pour les femmes ; puis la famille se retrouve tout entière à Porto Rico en 1872. Dolores a 23 ans.

C’est alors qu’elle a un premier contact avec les Jésuites. Avec son directeur spirituel, elle fonde l’association des Filles de Marie pour alphabétiser et catéchiser les gens de couleur.
En 1873, la famille part à Cuba, son père étant nommé au Tribunal de Santiago de Cuba.

Elle demande à être admise chez les Sœurs de la Charité, mais elle n’est pas acceptée à cause de sa mauvaise vue.
Elle œuvre dans les quartiers périphériques de la ville, fondant des ‘Centres d’instruction’ pour l’enseignement, la Catéchèse et l’assistance médicale.

En 1876, lorsque sa mère meurt, elle revient avec sa famille à Madrid. Là elle poursuit son apostolat habituel.
Elle se familiarise avec les ‘Exercices spirituels’ de Saint Ignace de Loyola et elle s’occupe de son vieux père.

Après la mort de celui-ci, en 1883, elle voudrait entrer dans un ordre Contemplatif, mais son directeur l’oriente vers les Salésiennes.
Après un essai de dix jours, elle quitte le couvent comprenant que ce n’est pas sa vocation.

Dolores « désire répondre au défi d’apporter la Rédemption du Christ dans le monde du travail. » (Jean Paul II)
Elle se demande comment « faire parvenir le message sublime (du Christ et de sa libération) en particulier à ceux qui ne l’entendent pas dans leur cœur parce qu’ils ignorent l’Évangile. »

En 1892 elle fonde l’Association de l’apostolat séculier’ puis l’ ‘Œuvre des Doctrines’ (Catéchismes) qui prendra le titre plus neutre de ‘Centres ouvriers d’instruction’.
Elle constate en effet que dans les milieux déchristianisés, voir anticléricaux, on ne peut pas parler directement du Christ et qu’un habit religieux créerait des obstacles.

C’est pourquoi elle commence par l’action sociale et se présente sans signe religieux distinctif. De même pour ses collaboratrices.
C’est également une audace pour cette époque que des femmes se lancent dans ces milieux difficiles.

A la suite de malentendus survenus à Madrid, Dolores œuvre à Séville puis à Tolède. Elle fait des centaines de voyages pour visiter ses Centres.
En priant sur la tombe de Saint Pierre à Rome lors de l’année sainte 1900, elle a l’intuition qu’elle doit fonder un institut religieux qui prolongera l’Œuvre des Doctrines et qui soutiendra spirituellement cette association laïque.

En 1901, après une retraite à Loyola (là où est né Saint Ignace) elle rédige avec huit sœurs un règlement.
L’ ‘Institut des Dames Catéchistes’ est reconnu officiellement le 31 Octobre de cette même année à Tolède.

En même temps elle fonde une association civile, reconnue en 1902 par le gouvernement, et appelée aujourd’hui ‘Œuvre sociale et culturelle Sopeña – OSCUS’.
La spiritualité de l’Institut est christocentrique et mariale, spécialement tournée vers le culte de l’Eucharistie et du Saint Sacrement.
C’est pourquoi le Jeudi Saint est le jour de l’Institut. Il faut noter aussi l’influence Ignatienne.

Dolores meurt à Madrid en 1918. Les œuvres qu’elle a fondées se concrétisent actuellement dans trois Mouvements réunis dans la ‘Famille Sopeña’ et qui s’appellent :
- le Mouvement laïc ‘Sopeña’
- les catéchistes ‘Sopeña’
- l’œuvre sociale et culturelle ‘Sopeña’.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 10/01/2018