Bienheureux Bronisław Markiewicz, Prêtre polonais, Fondateur. Fête le 29 Janvier.

Lundi 29 Janvier 2018 : Fête du Bienheureux Bronisław Markiewicz, Prêtre polonais, Fondateur de la Congrégation de Saint Michel Archange (✝ 1912).

Bienheureux bronis aw markiewicz 11(Pour voir en grand format : 54ed195b03.jpeg 54ed195b03.jpeg)

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12512/Bienheureux-Bronis%26%23322%3Baw-Markiewicz.html

Bienheureux Bronisław Markiewicz

Prêtre polonais, Fondateur de la Congrégation de Saint Michel Archange (✝ 1912)

Bronisław Markiewicz (1842-1912)
Prêtre, Fondateur de la Congrégation de Saint Michel Archange, dont les membres sont plus connus sous le nom de “Micaëlites” et qui, depuis l’an 2000, fait partie de la Famille Salésienne.
La Congrégation de Saint Michel Archange a été fondée en Galicie en 1897 par le Père Markiewicz, ancien Salésien de Don Bosco polonais, et approuvée en 1921.

Né en 1842 en Pologne, après une période de questionnement, il entre au séminaire et est ordonné Prêtre en 1867.
En 1885, il part en Italie pour rejoindre les Salésiens et y rencontre Saint Jean Bosco.

En plus de son travail pastoral, il se consacre à l'éducation des démunis et des orphelins. Il fonde alors les Congrégations de Saint Michel Archange pour l'éducation des plus pauvres.

"29 Janvier 1912: 'Entrée dans la vie' du Bienheureux Bronislaw Markiewicz, Prêtre, Fondateur des Congrégations de Saint Michel Archange, dont la Communauté des Sœurs du 5, rue de Paris, à Joinville.
Il disait, dans l’un de ses enseignements: 'Vous devez engager sans cesse votre corps, tous vos sens et vos inclinations, dans le service de Dieu, en combattant pour sa Gloire, jour et nuit, toute votre vie jusqu’à la mort'." (paroisse de Joinville)


Béatifié le 19 Juin 2005
Les rites de béatification du 19 juin 2005 ont été présidés, à Varsovie, par le Cardinal Jòzef Glemp, Archevêque diocésain et Primat de Pologne.
Micaëlites - site officiel - en polonais.

20050424 markiewicz 2

Biographie sur le site du Vatican.

Bronisław Markiewicz (1842-1912)

480362bronislawkostowski2 2

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/fiches/f0706.htm

Bienheureux Bronislaw MARKIEWICZ

Nom: MARKIEWICZ
Prénom: Bronislaw
Nom de religion: Bronislaw
Pays: Pologne
Naissance: 13.07.1842  à Pruchnik (Pologne)
Mort: 29.01.1912  à Miejsce Piastowe
Etat: Prêtre – Salésien – Fondateur
Note: Prêtre le 15.09.1867. Ministère auprès des pauvres, spécialement des enfants, dans l’esprit de Don Bosco. Fonde les Pères de saint Michel archange, puis les Sœurs de saint Michel archange.
Béatification: 19.06.2005  par Benoît XVI
Cérémonie à Varsovie présidée par le Cardinal Jozef Glemp, Primat de Pologne
Homélie de Mgr Jozef Michalik, Archevêque de Przemysl des Latins, président de la Conférence épiscopale polonaise
Canonisation
Fête: 29 janvier
Réf. dans l’Osservatore Romano: 2005 n.26 p.1.6-8
Réf. dans la Documentation Catholique:

Notice.
Bronislaw Markiewicz naît en 1842 à Pruchnik près de Jaroslaw en Galicie (Pologne). C’est une famille de la petite bourgeoisie Son père est maire de la localité.
Bronislaw est le 6ème de 11 enfants. Son éducation est très chrétienne. Il passe une enfance heureuse, mais la Galicie connaît à l’époque une grande pauvreté. Il y a des mendiants dans la rue et des gens meurent de faim.
A l’école, le climat est hostile à l’Église et Bronislaw est un moment ébranlé dans sa Foi, mais il se ressaisit vite.
A la fin de ses études secondaires, il entre au Grand Séminaire de Przemysl, siège de l’archidiocèse des latins.
Le 15 Septembre 1867, il est ordonné Prêtre, en même temps que Jean Sébastien Pelczar (Canonisé par Jean Paul II en 2003) qui deviendra plus tard son Évêque.
Il commence son Ministère paroissial comme vicaire, puis curé. En même temps, il s’occupe des pauvres et fait des distributions de nourriture gratuite à tous les nécessiteux.
Il s’intéresse particulièrement aux garçons pauvres.
Pour mieux servir les enfants, il fait des études de pédagogie, de psychologie et d’histoire à l’université de Lviv (ou Léopoli) et de Cracovie.
Il continue son Ministère paroissial, puis il est nommé au séminaire comme professeur et ensuite préfet, sans cesser de s’occuper des pauvres ; il lutte aussi contre le fléau de l’alcoolisme qui sévit en Pologne.
Il écrit un jour ces paroles prophétiques au sujet de sa patrie : « Notre terre est abondamment baignée du sang des martyrs et des héros tombés pour la Foi. Ce sang pesa sur la balance de la Justice Divine.
En considération de celui-ci et des Prières de nos saints, malgré l’indignité et la misère d’un grand nombre d’entre nous, Le Seigneur a accordé à beaucoup de nos compatriotes, et il leur accordera encore, des grâces extraordinaires.

Et ces derniers, à travers leurs œuvres et leurs actions, rendront célèbre le nom de la Pologne parmi les nations, plus que ne l’ont fait les victoires de Grunwald, de Choczim et de Vienne (contre les chevaliers Teutoniques en1410 et les Turcs en 1673 et 1683).
Ce seront des victoires de l’esprit (...) non plus grâce à l’épée de nos héros, mais avec la puissance de la parole, de la littérature et l’exemple édifiant de la vie Chrétienne. »

Il faut se rappeler qu’à cette époque (1875), la Pologne était soumise au joug de plusieurs nations étrangères et luttait pour ne pas perdre son identité, notamment culturelle.
Le Père Bronislaw écrit encore en vrai prophète : « Polonais, le Très-Haut nous aimés plus que d’autres nations, il a permis que règne cette oppression sur vous, afin que, purifiés de vos péchés, vous deveniez un modèle pour les autres nations…
Et votre élévation de la part de Dieu sera plus haute lorsque vous donnerez au monde un Grand Pape » (‘La lutte non sanglante’).

Son Amour pour les enfants pauvres le pousse vers la vie Religieuse. Il se rend en Italie, près de Turin, avec le vif désir d’entrer dans un Institut Religieux voué à l’éducation et à la formation de la jeunesse.
Il entre chez les Salésiens où vit encore le Saint Fondateur, Don Bosco et peu de temps avant sa mort il a la joie de faire ses vœux entre ses mains, le 25 Mars 1887.
A cette grâce s’ajoute celle de faire connaissance de deux autres Salésiens qui seront Béatifiés: Don Rua, le successeur de don Bosco (Béatifié par Paul VI en 1972), et un compatriote, Auguste Czartoryski (Béatifié par Jean Paul II en 2004).

Mais, épuisé par le travail et aussi par le changement de climat, il tombe tuberculeux et risque de mourir.
S’ensuit une longue période de soins et de convalescence. Après six ans de séjour en Italie, il revient dans sa patrie.
Il est nommé Curé à Miejsce Piastowe et s’engage dans le service des jeunes. Il crée un orphelinat et des ateliers assurant un toit et une formation pour plusieurs centaines d’entre eux.
Bref, il a le souci de s’occuper d’eux non seulement au point de vue spirituel mais humain. Il dit : « Je voudrais recueillir des millions de garçons délaissés, de tous les peuples, les nourrir gratuitement et habiller leur corps et leur esprit. »

Il projette de créer une Congrégation pour s’occuper des jeunes à la manière de Don Bosco ; il pense à lui donner le nom de : « Société de tempérance et de travail » (1898). ‘Tempérance’, parce qu’il songe à l’alcoolisme ; il crée un magazine qui porte aussi ce nom.

Il veut placer son œuvre sous la protection de Saint Michel. Ainsi naissent deux instituts : Les Pères de Saint Michel Archange, puis les Sœurs de Saint Michel Archange.

Son Évêque Mgr Pelczar accueille favorablement son œuvre en 1902, mais il rencontre beaucoup de difficultés.
Cependant il prédit que sa Congrégation sera reconnue après sa mort. Il fonde un deuxième orphelinat à Pawlikowice en 1903, qui héberge bientôt 400 enfants.
Épuisé par ses austérités et par son dévouement sans bornes, il meurt en 1912 à Miejsce Piastowe âgé de 69 ans.
Sa Congrégation est reconnue comme il l’avait prédit : pour les hommes en 1921, et pour les femmes en 1928.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 29/01/2018