Sainte Dévote, Vierge et martyre, Patronne de la Principauté de Monaco, Patronne principale de la Corse. Fête le 27 Janvier.

Samedi 27 Janvier 2018 : Fête de Sainte Dévote, Vierge et martyre, Patronne de la Principauté de Monaco, Patronne principale de la Corse (✝ 304).

VisiteverrieredevoteAccueil à Monaco du corps de Sainte Dévote

L'Église (propre à Monaco) Célèbre la Solennité de la Fête le 27 Janvier : À Monaco : fête de sainte Dévote, vierge et martyre, patronne principale - lectures propres

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/514/Sainte-Devote.html

Sainte Dévote

Vierge et martyre (✝ 304)

A Mariana en Corse, l'on Fête cette jeune martyre qui est aussi la patronne de la principauté de Monaco.
Vierge et martyre, patronne principale de la Corse, martyrisée au IIIe siècle à Mariana, près de Quercio, le lieu attribué à sa naissance par la Tradition. (saints du diocèse d'Ajaccio)

Lire aussi
Sainte Dévote ou le courage de la Foi sur le site internet du diocèse de Monaco et découvrez la paroisse Sainte Dévote:
"Sainte Dévote, est une jeune Chrétienne native de Corse, martyrisée sous les empereurs Dioclétien et Maximien, en l'an 304.
Son corps fut dérobé de nuit, par des fidèles soucieux qu'il soit enterré dignement. Ils le déposèrent dans une barque pour être dirigé vers l'Afrique où se trouvait une importante Communauté Chrétienne.

Cependant les vents contraires conduisirent l'esquif vers Monaco. Les restes de la sainte furent ensevelis, près du port, dans une grotte du vallon des Gaumates, où, plus tard, fut édifiée une chapelle dont les Religieux de l'abbaye de Saint-Pons demeurèrent propriétaires jusqu'au XVIe siècle."
Martyrologe romain

C'est le Prince Louis II qui, en 1924, a donné un éclat particulier à la Fête de la Sainte Patronne de la Principauté, en instaurant, notamment, le rite de l'embrasement d'une barque.

Stedevote20092

Sainte Dévote

Sainte Dévote, est une jeune Chrétienne native de Corse, martyrisée sous les empereurs Dioclétien et Maximien, en l’an 304.
Son corps fut dérobé de nuit, par des fidèles soucieux qu’il soit enterré dignement. Ils le déposèrent dans une barque pour être dirigé vers l’Afrique où se trouvait une importante communauté Chrétienne.
Cependant les vents contraires conduisirent l’esquif vers Monaco. Les restes de la Sainte furent ensevelis, près du port, dans une grotte du vallon des Gaumates, où, plus tard, fut édifiée une chapelle dont les Religieux de l’Abbaye de Saint-Pons demeurèrent propriétaires jusqu’au XVIème siècle.
(Cf. Eglise de Monaco, janvier et mai 1982).

C’est le Prince Louis II qui, en 1924, a donné un éclat particulier à la Fête de la Sainte Patronne de la Principauté, en instaurant, notamment, le rite de l’embrasement d’une barque.

Ce geste symbolique est une tradition moderne qui ne remonterait qu’en 1861. Il s’agirait d’un feu de joie à l’occasion de l’arrivée du Prince Floristan, donc sans aucun lien religieux, contrairement au souvenir évoquant le brigandage des reliques au 11ème siècle.

La fête patronale débute le matin du 26 Janvier par la Messe des Traditions célébrée en monégasque.
Le soir, une barque illuminée se dirige vers l’embarcadère. Partie du quai Albert-Ier et de l’Avenue Président-Kennedy, une modeste procession, à laquelle participent notamment les membres de l’amicale des Corses de Monaco, escortent les reliques jusque dans l’église paroissiale, pour un temps d’Adoration Eucharistique en présence de la Famille Souveraine et des Autorités.
Cette veillée se termine par l’embrasement symbolique de la barque sur la route du stade nautique et par un feu d’artifice de qualité.

Le matin de la Fête est célébrée, dans la Cathédrale, une Messe Solennelle suivie, sur le Rocher, d’une procession dont l’origine ne saurait remonter au-delà de 1536.
La châsse, contenant les reliques portées par des Pénitents de la vénérable Archiconfrérie de la Miséricorde, est escortée par des Carabiniers du Prince.

Les reliques des Saints furent toujours considérées comme le signe de leur présence et comme le moyen de leur action spirituelle.
La vénération de ces simples restes est une aide pour évoquer plus facilement la condition humaine de ces frères aînés dans la Foi : c’est dans leur corps, appelé comme le nôtre à ressusciter, qu’ils ont agi, pensé, prié et souffert. Ce culte est une expression de ce que le Credo appelle la communion des Saints.

Trois étapes ponctuent la procession qui s’arrête d’abord devant le Palais Princier pour une intercession en faveur de la famille Souveraine, ensuite vers les remparts à la Cannonière pour la Bénédiction de la ville, enfin sur le parvis de la Cathédrale pour implorer la présence et l’aide du Seigneur auprès des gens de la mer, navigateurs et scientifiques (cf. Eglise de Monaco, janvier 1996 ; Annales monégasques n° 13 : La Fête de Sainte Dévote, protectrice de Monaco, d’après le manuscrit de Louis-Vincent Bosio, 1843).

Il faut signaler deux événements au cours desquels au 17ème siècle, la population monégasque eut recours à l’intervention miraculeuse de Sainte Dévote : la cessation de la peste en 1631 et l’expulsion des espagnols en 1641.
Au cours de l’année 2003-2004 le diocèse de Monaco a célébré le 1700ème anniversaire du martyre de Sainte Dévote, avec pour thème : Témoins pour un nouveau millénaire.

SantadevotaaSainte Dévote. Vierge et martyre. Patronne de la Principauté de Monaco

Un monument de bronze et de marbre a été commandé au sculpteur Cyril de La Patellière par le prince Rainier III de Monaco en 1996.
Placé devant l'Église Sainte-Dévote ce monument a été inauguré en présence de toute la famille princière et du sculpteur le 26 janvier 1997.
Sept réductions se trouvent dans chaque église de la Principauté.
Deux autres réductions moyennes se trouvent en Corse, offertes par le prince le 9 juin 2003.
Après son avènement, le 6 Avril 2005, le prince Albert II de Monaco a offert un huitième exemplaire de la réduction de ce monument à Sa Sainteté le Pape Benoît XVI.


http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180127&id=1528&fd=0

Sainte Dévote
Vierge et martyre
Patronne de la Principauté de Monaco
Patronne principale de la Corse

Au tout début du IVe siècle, en Corse (en ce temps-là province romaine), le gouverneur romain Dioclétien ordonne la grande persécution des Chrétiens.

Une jeune Chrétienne, Dévote, fut arrêtée, emprisonnée et torturée. Elle mourut sans renier sa Foi.
Après sa mort, le gouverneur de la province ordonna de brûler son corps mais des Chrétiens l’enlevèrent et le placèrent sur une barque en partance pour l’Afrique où, pensaient-ils, on lui donnerait une sépulture Chrétienne.

Dès les premières heures de la traversée, une tempête se leva. C’est alors que de la bouche de Dévote sortit une colombe qui guida la barque sans encombre jusqu'à Monaco où elle vint s’échouer dans le vallon des Gaumates (emplacement de l’actuelle église Sainte-Dévote).
C’était le sixième jour avant les calendes de février, ce qui correspond approximativement à la date du 27 janvier.

Un oratoire marqua l’emplacement de la tombe. Les fidèles, habitants de Monaco ou navigateurs de passage, vinrent s’y recueillir nombreux et les premiers miracles s’accomplirent.
Cependant, une nuit, un homme déroba les reliques de la sainte dans l’intention d’en négocier les bienfaits.
Le sacrilège tourna court car un groupe de pêcheurs poursuivit le malfaiteur et le rattrapa en quelques coups de rame. La barque du voleur fut ensuite brûlée sur la plage en sacrifice expiatoire.

On raconte aussi qu’au XVIe siècle, au cours d’une guerre contre les Génois et les Pisans, la sainte protégea Monaco : les ennemis assiégeaient la forteresse.
Pendant plus de six mois, leurs attaques furent repoussées par les Monégasques à qui Sainte Dévote était apparue, les assurant de la protection divine et de la victoire.
Le 15 mars 1507, les Génois abandonnèrent le siège.

Le culte de Sainte Dévote demeure toujours fervent en Principauté de Monaco. Son culte, lié à Monaco et à ses Princes, se retrouve officiellement dans chaque église de la Principauté et sur des monnaies.
C'est l'âme protectrice de l'identité monégasque, dont les reliques ont été implorées dans les joies et les peines.
A noter que le premier livre écrit en monégasque par le poète monégasque Louis Notari s'appelle “A legenda de Santa Devota” (La légende de Sainte Dévote).

StatuesaintedevoteverlindenStatue de Sainte Dévote signée par Cyril de la Patellière. © Patrick Verlinden

Pour un approfondissement :
>>> Biographie de Sainte Dévote

 39411734 1

http://www.saintedevotemonaco.com/

En Principauté de Monaco, où la Religion Catholique, apostolique et romaine est Religion d'Etat, Sainte Dévote a toujours été intimement liée à l'histoire du pays et aux traditions.

Cet attachement et cette ferveur pour la Sainte sont profondément ressentis et perdurent depuis longtemps, non seulement à Monaco mais aussi en Corse.

Pourtant, certains aspects de sa vie, ainsi que les manifestations qui lui sont consacrées et bien d'autres aspects sont peu connus, confondus, voire totalement méconnus.

Telle est donc la modeste ambition de ce site : être un support moderne qui permette de découvrir ou mieux connaître le vrai visage de Sainte Dévote, dont la tradition est ancrée depuis des siècles.

Et la barque échoua dans le vallon des Gaumates
Dès les premières heures de la traversée, une tempête se leva.
C’est alors que de la bouche de Dévote sortit une colombe qui guida la barque sans encombre jusqu'à Monaco où elle vint s’échouer dans le vallon des Gaumates (emplacement de l’actuelle église Sainte-Dévote).
C’était le sixième jour avant les calendes de février, ce qui correspond approximativement à la date du 27 janvier.

Les reliques dérobées
Un oratoire marqua l’emplacement de la tombe. Les fidèles, habitants de Monaco ou navigateurs de passage, vinrent s’y recueillir nombreux et les premiers miracles s’accomplirent.
Cependant, une nuit, un homme déroba les reliques de la sainte dans l’intention d’en négocier les bienfaits.
Le sacrilège tourna court car un groupe de pêcheurs poursuivit le malfaiteur et le rattrapa en quelques coups de rame.
La barque du voleur fut ensuite brûlée sur la plage en sacrifice expiatoire.

La protection divine de la Sainte
On raconte aussi qu’au XVIème siècle, au cours d’une guerre contre les Génois et les Pisans, la Sainte protégea Monaco : les ennemis assiégeaient la forteresse.
Pendant plus de six mois, leurs attaques furent repoussées par les Monégasques à qui Sainte Dévote était apparue, les assurant de la protection divine et de la victoire. Le 15 mars 1507, les Génois abandonnèrent le siège.
C’est depuis 1924, sous le règne du Prince Louis II que le 26 janvier au soir est brûlée une barque.

Une grande ferveur

L'âme protectrice de l'identité monégasque
Le culte de Sainte Dévote demeure toujours fervent en Principauté de Monaco. Son culte, lié à Monaco et à ses Princes, se retrouve officiellement dans chaque église de la Principauté et sur des monnaies.
C'est l'âme protectrice de l'identité monégasque, dont les reliques ont été implorées dans les joies et les peines.
A noter que le premier livre écrit en monégasque par le poète monégasque Louis Notari s'appelle “A legenda de Santa Devota” (La légende de Sainte Dévote).

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 27/01/2018