Ste Françoise de Sales Aviat, Fondatrice (1844-1914). Fête le 10 Janvier.

Mercredi 10 Janvier 2018 : Fête de Sainte Léonie Françoise de Sales Aviat, Fondatrice des Sœurs « Oblates de Saint-François de Sales » (1844-1914).

Sainte leonie francoise de sales aviat« Nec plus, nec minus » ou « ni plus ni moins »

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/9897/Sainte-Leonie-Francoise-de-Sales-Aviat.html

Sainte Léonie Françoise de Sales Aviat

Religieuse Fondatrice des Oblates de Saint François de Sales (✝ 1914)

Léonie Aviat naît à Sézanne, en Champagne, le 16 Septembre 1844. Elle fait ses études à la Visitation de Troyes, où la Supérieure du Monastère, Mère Marie de Sales Chappuis, et l'aumônier, l'Abbé Louis Brisson, exercent sur elle une influence décisive.
Formée à l'école de Saint François de Sales, elle se prépare, à son insu, à sa mission future: la Fondation d'une Congrégation de spiritualité Salésienne, dédiée à l'évangélisation de la jeunesse ouvrière.
site du Vatican

À Pérouse en Ombrie, l’an 1914, la Bienheureuse Françoise de Sales (Léonie Aviat), vierge, qui se dévoua avec amour maternel et efficacité pour fournir du travail aux jeunes et fonda les Oblates de Saint François de Sales.
Martyrologe romain.

Santa leonie aviat 2

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180110&id=13982&fd=0

Sainte Françoise De Sales (Léonie Aviat)
Fondatrice des Sœurs
« Oblates de Saint-François de Sales » 

Léonie Aviat naît à Sézanne, en Champagne (F), le 16 Septembre 1844.
Elle est Baptisée dès le lendemain. Toute jeune, elle entre comme pensionnaire à la Visitation de Troyes, gouvernée alors par la Vénérable Mère Marie de Sales Chappuis.
L'aumônier du Monastère, l’Abbé Louis Brisson, la prépare à sa Première Communion qu'elle fait avec ferveur, le 2 Juillet 1856.

Léonie devient une élève qui se distingue non seulement par ses qualités naturelles, mais aussi par une Foi ardente et une solide piété.
Elle connaît de bonne heure le secret de l'abandon à la Volonté divine, secret que le Sauveur lui révèle plus intimement encore par l'entremise de la Vénérable Mère Marie de Sales Chappuis qui lui dit à sa sortie du pensionnat :
« Dieu sait arranger toutes choses ; laissez-Le agir ; mettez-Le dans vos intérêts et faites toujours sa Divine Volonté. »
Profondément touchée par ces paroles, elle y conformera sa vie tout entière avec une inébranlable fidélité.

Léonie désire vivement être Religieuse. Pour mieux étudier sa vocation, elle revient au Monastère de Troyes faire une retraite sous la direction de la Vénérable Mère Chappuis.
Pendant ces jours de grâces, elle comprend que Dieu l'a choisie pour être le premier plant de vigne que le Père Brisson est appelé à enraciner dans le champ du Père de famille, pour répandre l’esprit de Saint François de Sales dans le monde, par l'éducation et la protection de la jeunesse.
Léonie répond aussitôt à l'appel Divin, sans considérer les incertitudes et les difficultés de ce chemin inconnu. Dès lors, elle se donne généreusement à la mission d’apostolat qui va lui être confiée.

Le 30 Octobre 1868, elle reçoit l'habit de la nouvelle Congrégation des « Oblates de Saint-François de Sales », des mains de Monseigneur Mermillod, Évêque de Genève, et le 11 Octobre 1871, elle fait sa Profession Religieuse en présence de Monseigneur de Ségur, qui préside la Cérémonie.

Nommée Supérieure Générale de l'Institut naissant, elle exerce cette charge pendant six ans ; puis elle est nommée supérieure du Pensionnat, à Paris, et est réélue Supérieure Générale, en 1893.
Elle gouverne alors la Congrégation sans interruption jusqu'à sa mort avec une sagesse et une prudence remarquables.
Elle donne en même temps les plus beaux exemples d'humilité, de charité et d'oubli total d’elle-même.

Toujours docile à suivre les indications de la Providence, par sa fidélité au mouvement de la grâce, elle coopère au rapide développement de l’Institut qui étend ses rameaux d'abord dans plusieurs villes de France par l'établissement d'œuvres ouvrières et de maisons d'éducation, puis en Suisse, en Italie, en Autriche, en Angleterre, en Amérique, et jusque dans l'Afrique australe, dans les Missions du Fleuve Orange.

La persécution religieuse qui frappe les Communautés en France est une douloureuse épreuve qu'elle accepte avec la force d'âme et la générosité qui la caractérisent.
D’Italie où elle a dû s’exiler, Mère Françoise de Sales continue à répandre par sa douceur, sa mansuétude, la Paix dans tous les cœurs, et à les gagner à la confiance en Dieu.

Attentive à se perfectionner chaque jour selon l'esprit de son Institut, elle adhère de plus en plus aux Vouloirs divins.
Une courte maladie, dont elle supporte les vives souffrances avec une admirable patience, la conduit bientôt aux portes du tombeau.

Elle reçoit les derniers Sacrements avec une piété et une Foi ardente, et retourne paisiblement à Dieu, le 10 Janvier 1914, à Pérouse (Italie), dans la sérénité et l'abandon à Dieu, fidèle jusqu'à son dernier souffle à sa résolution de profession :
« M'oublier entièrement ».
Elle laisse à ses filles cette consigne très Salésienne : « Travaillons à faire le bonheur des autres ».

Françoise De Sales (Léonie Aviat) a été Béatifiée le 27 Septembre 1992 et Canonisée le 25 Novembre 2001, à Rome, par le Pape Saint Jean Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

Mother francoise de sales aviat 2

http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20011125_de-sales-aviat_fr.html

Léonie Françoise De Sales Aviat 
(1844-1914)

Léonie Aviat naît à Sézanne, en Champagne, le 16 Septembre 1844. Elle fait ses études à la Visitation de Troyes, où la Supérieure du Monastère, Mère Marie de Sales Chappuis, et l'aumônier, l'Abbé Louis Brisson, exercent sur elle une influence décisive.
Formée à l'école de Saint François de Sales, elle se prépare, à son insu, à sa mission future: la Fondation d'une Congrégation de spiritualité Salésienne, dédiée à l'évangélisation de la jeunesse ouvrière.

Tout commence en 1866. Nous sommes à l'époque où se développe la grande industrie, attirant vers la ville une main-d'œuvre à bon marché: c'est le cas de Troyes, où les usines textiles embauchent de très jeunes filles, venues de la campagne.

L'Abbé Brisson, apôtre au cœur ardent et déjà au nombre des précurseurs du grand mouvement social de la fin du XIXème siècle, avait ouvert en 1858, pour les jeunes ouvrières en bonneterie, une maison d'accueil destinée à leur assurer une éducation humaine et Chrétienne complète.
Devant l'impossibilité de trouver pour ce foyer, dénommé "Œuvre Saint-François de Sales", une directrice et un encadrement stables, il décide, sous l'inspiration de Dieu, de fonder une Congrégation Religieuse.

Il trouve en Léonie Aviat une collaboratrice de choix, en qui il reconnaît par ailleurs une vocation Religieuse.
En effet la jeune fille, ses études achevées, avait quitté le Monastère de la Visitation, avec la ferme intention d'y revenir comme Sœur converse.
Mais l'Abbé Brisson et la Mère Chappuis lui conseillent d'attendre.

Obéissant à ce qu'elle considère comme la voix de Dieu, elle reçoit de lui peu après un signe particulier qui ne peut être une illusion: entrée par nécessité dans l'usine d'optique de Sézanne, sa ville natale, un trait de lumière traverse son esprit et oriente sa décision.
La vue de l'atelier peuplé de jeunes ouvrières appliquées à leur travail, sous l'œil attentif et maternel d'une surveillante, fait naître en son cœur le désir de prendre place parmi elles pour les conseiller et les guider.
Cet attrait se fera plus pressant le jour où l'Abbé Brisson l'invitera à visiter l'œuvre ouvrière qu'il a fondée à Troyes.

Le 18 Avril 1866, Léonie entre à l'Œuvre Saint-François de Sales, avec une de ses anciennes compagnes de la Visitation, Lucie Canuet.
Le 30 Octobre 1868, la jeune Fondatrice revêt l'habit religieux et reçoit le nom de Sœur Françoise de Sales.

Ce nom est un programme, ainsi qu'elle l'exprime, en forme de prière, dans ses notes intimes: "Saint François de Sales, vous m'avez choisie pour être à la tête de cette petite troupe, donnez-moi votre esprit, votre cœur...
Faites-moi part de votre union à Dieu et de cet esprit intérieur qui sait tout faire avec Lui et rien sans Lui
" (Août 1871).

La "petite troupe" dont elle est le guide se met sous la protection du saint Évêque de Genève et en adopte entièrement la spiritualité et la pédagogie, d'où le nom qu'elle s'est choisi: "Oblates de Saint-François de Sales", c'est à dire offertes par toute leur vie à Dieu et au prochain.

Le 11 Octobre 1871, Sœur Françoise de Sales fait Profession et, l'année suivante, est élue Supérieure de la nouvelle Congrégation qui est ainsi établie canoniquement et peut prendre son essor.
Sous son gouvernement, la communauté grandit, les œuvres ouvrières se développent. En même temps, s'ouvrent dans les paroisses des écoles élémentaires et, à Paris, le premier collège de jeunes filles, que Mère Aviat dirigera pendant huit ans.
L'apostolat des Oblates s'étend ainsi aux différentes classes sociales, à toutes les formes d'éducation et, dès les années de Fondation, aux missions Ad Gentes.

Après une période d'effacement qui met en lumière sa grande humilité, Mère Françoise de Sales est, en 1893, à nouveau élue Supérieure générale, charge qu'elle occupera jusqu'à sa mort.
Elle s'emploie alors à développer les œuvres de la Congrégation en Europe, Afrique du Sud et Equateur, entourant chaque Communauté et chacune de ses Sœurs de son inlassable sollicitude.
En 1903, elle doit faire face à la persécution religieuse en France, y maintenir les maisons qui peuvent l'être et transférer la Maison-Mère à Pérouse, en Italie. En 1911, elle fait approuver les Constitutions de l'Institut par le Pape Saint Pie X.

Le 10 Janvier 1914, elle meurt à Pérouse, dans la sérénité et l'abandon à Dieu, fidèle jusqu'à son dernier souffle à sa résolution de Profession: "M'oublier entièrement".
Elle laisse à ses filles cette consigne très Salésienne; "Travaillons à faire le bonheur des autres".

Homélie du Pape Jean Paul II

 Leonie aviat 1

http://sosfs.com/~oblatess/es/leonie-aviat.html

Sa vocation

Léonie désire vivement être religieuse. Pour mieux étudier sa vocation, elle revient au Monastère de Troyes faire une retraite sous la direction de la Vénérable Mère Chappuis.
Pendant ces jours de grâces, elle comprend que Dieu l'a choisie pour être le premier plant de vigne que le Père Brisson est appelé à enraciner dans le champ du Père de famille, pour répandre l’esprit de saint François de Sales dans le monde, par l'éducation et la protection de la jeunesse.

Léonie répond aussitôt à l'appel Divin, sans considérer les incertitudes et les difficultés de ce chemin inconnu. Dès lors, elle se donne généreusement à la mission d’apostolat qui va lui être confiée.

Le 30 Octobre 1868, elle reçoit l'habit de la nouvelle Congrégation des Sœurs Oblates de Saint-François de Sales, des mains de Monseigneur Mermillod, Évêque de Genève, et le 11 Octobre 1871, elle fait sa Profession religieuse en présence de Monseigneur de Ségur, qui préside la Cérémonie.

Mère Françoise de Sales

Nommée Supérieure Générale de l’Institut naissant, elle exerce cette charge pendant six ans ; puis elle est nommée supérieure du Pensionnat, à Paris, et est réélue Supérieure Générale, en 1893.
Elle gouverne alors la Congrégation sans interruption jusqu'à sa mort avec une sagesse et une prudence remarquables.
Elle donne en même temps les plus beaux exemples d'humilité, de charité et d'oubli total d’elle-même.

Toujours docile à suivre les indications de la Providence, par sa fidélité au mouvement de la grâce, elle coopère au rapide développement de l’Institut qui étend ses rameaux d'abord dans plusieurs villes de France par l'établissement d'œuvres ouvrières et de maisons d'éducation, puis en Suisse, en Italie, en Autriche, en Angleterre, en Amérique, et jusque dans l'Afrique australe, dans les Missions du Fleuve Orange.

L’exil

La persécution religieuse qui frappe les Communautés en France est une douloureuse épreuve qu'elle accepte avec la force d'âme et la générosité qui la caractérisent.
D’Italie où elle a dû s’exiler, Mère Françoise de Sales continue à répandre par sa douceur, sa mansuétude, la Paix dans tous les cœurs, et à les gagner à la confiance en Dieu.

Attentive à se perfectionner chaque jour selon l'esprit de son Institut, elle adhère de plus en plus aux Vouloirs Divins.
Une courte maladie, dont elle supporte les vives souffrances avec une admirable patience, la conduit bientôt aux portes du tombeau.

Elle reçoit les derniers Sacrements avec une piété et une Foi ardente, et retourne paisiblement à Dieu, le 10 Janvier 1914, à Pérouse (Italie) après avoir édifié tous ceux qui la connurent par sa grande vertu et une vie entièrement dépensée dans l'exercice de la Charité envers Dieu et envers le prochain.
Elle sera Canonisée à Rome, par le Pape Saint Jean-Paul II, le 25 Novembre 2001.

Sainte leonie aviat parousie over blog fr 2Sainte Léonie Aviat
Mère Léonie Françoise de Sales Aviat. Première Supérieure Générale de la Congrégation O.S.F.S. qu'elle a cofondée avec le Père Louis Brisson.
Née le 16 Septembre 1844 à Sézanne (Marne) et morte le 10 Janvier 1914 à Pérouse (Perugia - Italie)

Pour un complément biographique et spirituel
> > > Sainte Léonie Françoise de Sales Aviat

Pour publier la lettre de l'Abbaye Saint-Joseph de Clairval dans une revue, journal, etc. ou pour la mettre sur un site internet ou une home page, une autorisation est nécessaire.
Elle doit nous être demandée par email ou à travers http://www.clairval.com.

 

22992 1Pour prier

Dieu très bon,
Toi qui as mis au cœur de
Sainte Léonie Françoise de Sales,
un ardent désir de vivre,
à l’imitation de Ton fils Jésus,
dans l’humilité, l’abandon à ta volonté
et une constante Charité envers tous,
accorde-nous de savoir, à son exemple,
nous oublier entièrement
pour mieux te servir et
travailler à faire le bonheur des autres.
(Par son intercession nous te demandons …)
Par Jésus-Christ Ton Fils Notre Seigneur.
Amen

Sainte Léonie Françoise de Sales, priez pour nous !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 10/01/2018