Saint Apollinaire de Ravenne, Évêque et Martyr, premier Évêque de Ravenne († c. 87). Fête le 20 Juillet.

Vendredi 20 Juillet 2018 : Fête de Saint Apollinaire de Ravenne, Évêque et Martyr, premier Évêque de Ravenne († c. 87).

Saint apollinaire de ravenne 11

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1551/Saint-Apollinaire-de-Ravenne.html

Saint Apollinaire de Ravenne

Premier Évêque de Ravenne (2ème s.)

"Saint Apollinaire fut disciple de Saint Pierre qui l’envoya de Rome à Ravenne où, après avoir guéri la femme du tribun, il la Baptisa avec son mari et sa famille." (source: site de l'abbaye de Saint Benoît - Suisse)

Un internaute nous écrit:
"Ravenne vénère en Saint Apollinaire son premier Évêque, mort martyr pour son Église. On admet généralement qu'il évangélisa la contrée vers l'an 200. La Basilique Saint-Apollinaire, à Ravenne, est un des joyaux de l'art byzantin au VIe siècle."

Mémoire de Saint Apollinaire, Évêque. Le premier, il annonça à Ravenne la richesse insondable du Christ. En bon pasteur, il se tint au milieu de son troupeau et illustra son Église par le témoignage éclatant de sa Foi et de sa Piété, au point que ses travaux lui méritèrent le titre de martyr. Il serait mort un 23 Juillet et enterré à Classe, le port de Ravenne.

Martyrologe romain

1280px ravenna bw 3

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20160720&id=13987&fd=0

Saint Apollinaire
Évêque et martyr
(† c. 87)

Saint Apollinaire vint d'Antioche à Rome avec Saint Pierre, fut ordonné Évêque par le Prince des Apôtres et envoyé par lui à Ravenne pour y prêcher la Foi.

Sa première œuvre, en arrivant dans cette ville, fut de rendre la vue au fils d'un soldat auquel il avait demandé l'hospitalité ; quelques jours après, il guérit la femme d'un tribun, atteinte d'une maladie incurable.
C'en fut assez pour provoquer la conversion d'un grand nombre de personnes, et bientôt il se forma dans la ville une chrétienté florissante.

Traduit devant le gouverneur païen, il prêche Jésus-Christ, méprise l'idole de Jupiter et se voit chassé de la ville par la fureur du peuple, qui le laisse à demi mort.

Après quelques prédications dans les pays voisins, Apollinaire revient à Ravenne et se rend à la maison d'un noble patricien qui l'avait fait demander pour guérir sa fille près de mourir. Mais l'apôtre ne parut qu'au moment où la malade rendait le dernier soupir.

Arrivé près du lit funèbre, le Saint adresse à Dieu une fervente Prière : « Au Nom du Christ, jeune fille, lève-toi, dit-il, et confesse qu'il n'y a pas d'autre Dieu que Lui ! »
La jeune fille se lève aussitôt, pleine de vie, et s'écrie : « Oui, le Dieu d'Apollinaire est le vrai Dieu ! »

À la suite de ce nouveau prodige, trois cents païens se convertirent et reçurent le Baptême, à l'exemple de la jeune fille et de son heureux père.

Mais les succès croissants du christianisme à Ravenne soulevèrent bientôt de nouvelles persécutions contre l'apôtre de Jésus-Christ.
Il dut subir un nouvel interrogatoire, qui ne servit qu'à faire briller son courage et à lui donner occasion d'expliquer les mystères de notre Foi.

Apollinaire eut à subir les plus affreux supplices, la flagellation, le chevalet, l'huile bouillante, puis les horreurs de la faim, dans une infecte prison ; mais Dieu se chargea de le nourrir par ses Anges.

Ses bourreaux l'exilèrent en Illyrie. Cet exil lui donna le moyen de prêcher la Foi à des peuples nouveaux et de répandre ainsi la Lumière de l'Évangile. La persécution le ramena à Ravenne après trois ans d'absence.

Ce fut la dernière période de sa vie. Saisi presque aussitôt après son débarquement, il étonne ses persécuteurs en faisant crouler, d'un mot de prière, le temple d'Apollon.
Il rend la vue au fils de son juge, en lui disant : « Au nom de Jésus-Christ, ouvre tes yeux et vois ! »

Une multitude de païens se convertit à la Foi ; mais la rage des endurcis ne fait que s'accroître, et bientôt Apollinaire couronne sa vie par un glorieux martyre.
Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 

Apollinaire de Ravenne fut le premier Évêque de la ville de Ravenne au Ier siècle et devint, à la suite de son martyre, son saint patron.
Apollinaire, né à Antioche, en province de la Syrie romaine, est le disciple de Pierre envoyé par celui-ci de Rome à Ravenne, où il subit le martyre.

À ce titre, son hagiographie est détaillée par Jacques de Voragine dans la Légende dorée.


http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome02/098.htm.

Saint Apollinaire fut donc disciple de Saint Pierre qui l’envoya de Rome à Ravenne où, après avoir guéri la femme du tribun, il la baptisa avec son mari et sa famille.

Le juge en fut informé et Apollinaire fut mandé le premier pour comparaître devant lui. On le conduisit au temple de Jupiter pour qu'il sacrifiât.

Comme il disait aux prêtres que l’or des idoles et l’argent qu'on y suspendait seraient mieux employés en les donnant aux pauvres qu'à les exposer ainsi devant les démons, il fut saisi aussitôt et battu avec des fouets jusqu'à rester à demi mort : mais il fut recueilli par ses disciples et soigné pendant sept mois dans la maison d'une veuve.

De là il vint à Classe (Bourg à 3/4 de lieue de Ravenne dont il est le port) pour y guérir un noble qui était muet (Bréviaire romain).

Comme il entrait dans 1a maison, une jeune fille possédée d'un esprit immonde s'écria : « Retire-toi d'ici, serviteur de Dieu; sinon je te ferai jeter hors de la ville les mains et les pieds liés. »

Saint Apollinaire la reprit aussitôt et força le démon à s'en aller. Après avoir invoqué le Nom du Seigneur sur le muet et l’avoir guéri, plus de cinq cents hommes reçurent le don de la Foi.

Cependant les païens l’accablèrent à coups de fouet pour l’empêcher de nommer J.-C. : mais le saint étendu par terre criait que c'était le vrai Dieu.

Alors ils le firent tenir debout et nu-pieds sur des charbons ardents, mais comme il prêchait encore J.-C. avec la plus grande constance, ils le chassèrent hors de la ville (Bréviaire romain).

Dans le même temps, Rufus, patricien de Ravenne, dont la fille était malade, avait appelé saint Apollinaire pour la guérir : mais celui-ci était à peine entré dans la maison qu'elle mourut.

Rufus lui dit : « Il eut été à souhaiter que tu ne fusses pas entré chez moi, car les grands dieux irrités n'ont pas voulu guérir ma fille : mais toi, que lui pourras-tu faire ? »

« Ne crains rien, lui répondit Apollinaire; seulement jure-moi; que si ta fille ressuscite, tu ne l’empêcheras pas de s'attacher à son créateur. »

Il le promit et saint Apollinaire ayant fait une Prière, la fille ressuscita.

Elle confessa le nom de J.-C., reçut le baptême avec sa mère et une grande multitude de personnes et elle vécut dans la virginité.

Quand César apprit cela, il écrivit au préfet du prétoire de faire sacrifier Apollinaire, ou de l’envoyer en exil.

Apollinaire ayant refusé de sacrifier, le préfet le fit fouetter et ordonna qu’on l’étendît au chevalet pour le torturer.

Le saint persistant à confesser J.-C., il fit jeter de l’eau bouillante sur ses plaies et voulut l’envoyer en exil après l’avoir garrotté d'une massé énorme de fer.

Les chrétiens, à la vue d'une si grande impiété, s'enflammèrent contre les païens, se jetèrent sur eux et en tuèrent plus de 200.

Alors le préfet se cacha, jeta Apollinaire au fond d'une prison très profonde, ensuite il le fit mettre sur un vaisseau après l’avoir enchaîné, et le fit partir en exil: avec trois clercs qui suivaient le saint.

Il s'éleva une tempête, et il n'y eut de sauvé que lui, les deux clercs et deux soldats qu'il baptisa.

Revenu ensuite à Ravenne, où les païens le prirent et le conduisirent au temple d'Apollon, aussitôt qu'il eut aperçu: la statue de l’idole; il la maudit et tout aussitôt, elle tomba.

A cette vue, les prêtres le menèrent au juge Taurus. Ce juge, après que le saint eut rendu l’usage de ses yeux à son fils qui était aveugle, se convertit à la Foi, et garda Apollinaire pendant quatre ans dans son domaine.

Les prêtres des faux dieux l’ayant accusé à Vespasien, celui-ci répondit que quiconque insultait les dieux devait sacrifier ou bien être chassé de la ville : « Il n'est pas juste, ajoutait-il, que nous engions les dieux; mais, s'ils s'irritent, ils pourront se venger eux-mêmes de leurs ennemis. »

Alors le patrice Démosthène, sur le refus que lui fit saint Apollinaire de sacrifier, le confia à un centurion déjà chrétien.

Celui-ci demanda au saint de venir au quartier des lépreux pour y échapper à la fureur des gentils; mais le peuple l’y poursuivit et le frappa si longtemps qu'il en mourut, après sept jours employés par lui pour donner des avis à ses disciples.

Il fut enseveli ensuite avec les plus grands honneurs au même endroit par les chrétiens, sous l’empire de Vespasien.  

 

Saint Ambroise s'exprime ainsi sur ce martyr dans la préface : « Le très digne prélat Apollinaire est envoyé par le prince des apôtres Pierre à Ravenne, annoncer aux incrédules le nom de Jésus. Après y avoir opéré un grand nombre de miracles en faveur de ceux qui croyaient en J.-C., il fut souvent accablé sous les coups de fouet; et son corps déjà vieux fut soumis à des traitements horribles de la part des impies.

Mais afin que les fidèles ne fussent pas ébranlés dans la Foi en présence de pareils tourments, il opérait des miracles comme les apôtres. par la puissance de Notre Seigneur J.-C.

Après ses supplices, il ressuscite une jeune personne, il rend la vue aux aveugles, la parole aux muets, il délivre une possédée du démon, il guérit un lépreux, il rend la santé à un pestiféré dont les membres tombaient en dissolution; il renverse une idole et le temple qui l’abritait.

O Pontife le plus digne de toute admiration et de tout éloge, qui mérita de recevoir le pouvoir dès apôtres avec la dignité épiscopale !

O courageux athlète de J.-C., sur le déclin et le froid des ans, il prêche au milieu des tortures avec constance J.-C., le Rédempteur du monde ! »

 

http://artbiblique.hautetfort.com/archive/2011/02/11/la-transfiguration.html.

La Transfiguration est un passage que l'on trouve dans les 3 évangiles synoptiques, Matthieu, Marc et Luc.

cette-celebre-mosaique-de-st-apollinaire-in-classe-a-ravenne-date-aussi-de-la-moitie-du-6eme-siecle-1.jpgMosaïque absidiale de la Basilique Saint-Apollinaire in Classe à Ravenne. La Basilique Saint-Apollinaire, à Ravenne, est un des joyaux de l'art byzantin au VIe siècle."

Cette célèbre mosaïque de St Apollinaire in Classe à Ravenne, date aussi de la moitié du 6ème siècle.

grande-croix-centrale-constellee-de-pierres-precieuses-avec-en-medaillon-central-la-tete-du-christ.jpgC'est bien la Croix qui est signe de victoire et de Résurrection dans le cercle parfait du Ciel étoilé, mais où voit-on une Transfiguration ?

Au milieu d'un Ciel d'or parcouru par des nuages, s'inscrit un grand disque bleu semé d'étoiles qui entourent une grande Croix centrale constellée de pierres précieuses avec en médaillon central, la tête du Christ. L'image de la Croix matérialise la présence directe du Christ car dans cet art le signe s'identifie à celui qu'il représente. Des nuages sort la main du Père qui désigne Le Fils.

Le sommet de la Croix est surmonté d'une inscription grecque IXΘUS qui signifie "Poisson", initiales des cinq mots grecs : " Jésus Fils de Dieu Sauveur". Alpha et Omega, début et fin de l'aphabet grec, sont de chaque côté de la Croix.

Dans les nuages, de chaque côté de la croix, les figures d'Élie et de Moïse. Leur présence témoigne de la signification de la scène, quant aux apôtres Pierre, Jean et Jacques, ils sont symbolisés par les trois agneaux, qui en-dessous, regardent la Croix.

Au-dessus de la Croix figure la main de Dieu et les prophètes Élie et Moïse, sur fond d'or. Sous la Croix, saint Apollinaire, lève les bras dans une prière vers le Ciel, au milieu d'un pré fleuri et entouré d'agneaux venus le voir. L'évêque, vêtu de l'habit sacerdotal et du Pallium épiscopal, est entouré de douze agneaux, figurant les fidèles qui suivent leur berger.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/07/2018