Saint Wandrille de Fontenelle, Abbé († 668). Fête le 22 Juillet.

Dimanche 22 Juillet 2018 : Fête de Saint Wandrille, Abbé à Fontenelle (✝ 668).

Saint wandrille vitrail dans l eglise saint michel a saint wandrille rancon 1

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1550/Saint-Wandrille.html

Saint Wandrille

Abbé à Fontenelle (✝ 668)

Il avait été page à la cour du roi Clotaire et s'était marié. Mais un jour, d'accord avec sa femme, il se fit Moine, pèlerinant à la recherche de ses voies spirituelles.
Nous le trouvons en effet à Montfaucon en France, à Sainte Ursanne en Suisse, à Bobbio en Italie, en Suisse et même en Irlande.
Ce fut Saint Ouen qui l'arrêta en Normandie.

Saint Wandrille fonde alors une Abbaye à Fontenelle, dans la forêt de Jumièges, abbaye qui par la suite prendra son nom.
Né près de Verdun vers 600. Wandrille fut page à la cour de Clotaire II. Marié, il quittera son épouse pour devenir Moine.
Il a beaucoup voyagé en France, Italie Suisse. Comme il traversait la Normandie, il fut retenu par Saint Ouen.
Wandrille fonda à Fontenelle, dans la forêt de Jumiège, une Abbaye dont il fut le premier Abbé, et qui portera par la suite son nom.
Il meurt le 22 Juillet 668. (source: Saints du Pas de Calais - diocèse d'Arras)

Au Monastère de Fontenelle, vers 668, Saint Wandrille, Abbé. Après avoir quitté la cour du roi Dagobert, il mena la vie Monastique en divers endroits et, promu au Sacerdoce par Saint Ouen, Évêque de Rouen, il fonda et gouverna un Monastère dans la forêt de Jumièges.

Martyrologe romain.

768px baie transept sud 212 saint ouen rouen wandrilleDétail de la baie du transept sud 212 de Saint-Ouen de Rouen représentant Saint-Wandrille, premier Abbé de Fontenelle.
Photo de Giogo.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Wandrille

Saint Wandrille

Saint Wandrille de Fontenelle, surnommé aussi Wandon (en latin Wandregisilius, du germanique Wandergisel c'est-à-dire « compagnon de route »), est un moine né vers l'an 600 près de Verdun et mort le 22 juillet 668 à Saint-Wandrille-Rançon dans l'abbaye qu'il avait fondée.

Biographie

Saint Wandrille est issu d'une famille noble d'Austrasie, il est petit-fils de Waldrade, sœur de Pépin l'ancien.

Il travaille dans la haute administration sous le roi Dagobert Ier et se marie suite à la volonté de ses parents vers l'an 630, mais sa femme et lui décident de se consacrer à une vie monacale.

Il vécut au début de sa vie monastique au monastère de Montfaucon (le monastère de Montfaucon eut une existence éphémère et disparut dès le début du IX siècle). Il distribua ses biens aux pauvres et après quelque temps fit un songe, suite auquel il décida d'aller à Bobbio vers 635 (le monastère de Bobbio se situe en Italie du Nord, dans la région de Pavie et fut fondé par Saint Colomban en 614). L'abbaye fut supprimée en 1803).

Sa vie cénobitique était reconnue pour son abnégation et il lui arrivait de réciter son psautier en plein hiver dans une rivière pour « lutter contre la tentation ». Vers 635 il décida de fuir Bobbio où sa renommée commençait à être grande, il voulut se diriger vers l'Irlande, mais s'arrêta en chemin et s'installa dans le Jura à Romainmôtier, où il vécut en obéissance à un abbé pendant près de 10 ans. Ses amis du palais, Ouen et Eloi (eux aussi bientôt canonisés) ne purent quitter la cour qu'après la mort du roi Dagobert en 639. En 641, Ouen fût nommé évêque de Rouen.

Wandrille se retira auprès de cet ami. Il devint alors diacre, puis prêtre, sacré par Audomar (plus connu sous le nom de saint Omer), évêque de Thérouanne. Wandrille évangélisa alors les campagnes Rouennaises qui étaient encore païennes à l'époque, mais, désirant continuer à mener une vie monastique.

Abbaye de fontenelle a saint wandrille rancon seine maritime 77Il s'installa alors à Fontenelle, dans la forêt de Jumièges, (lieu qui portera plus tard son nom Saint-Wandrille-Rançon) où il fonda un monastère le 1er mars 649, abbaye qui deviendra l'Abbaye de Saint-Wandrille. Son ordre monastique était fondé sur « l'union, la charité et l'humilité », saint Wandrille demanda sur son lit de mort « faites en sorte de n'avoir jamais de dissension entre vous ».

La règle de saint Wandrille, disparue, fut remplacée par la règle bénédictine.

Les reliques de saint Wandrille

Au cours des ravages perpétrés par les Normands, les reliques de saint Wandrille furent plusieurs fois transférées de Fontenelle au prieuré de Rivecourt. La première de ces translations est assignée à l’année 862 et la dernière à l’an 944.

Les moines porteurs des reliques de saint Ansbert et saint Wandrille auraient trouvé l’hospitalité au monastère de femmes de Blangy-sur-Ternoise (Pas-de-Calais) vers 875 et y seraient demeurés 20 ans. De là, les moines emmenèrent les reliques à Boulogne-sur-Mer où elles ne bougèrent plus pendant un demi siècle.

C’est là que le comte de Flandre, Arnoul Ier le Grand, d'une grande dévotion envers les reliques, vint en 944 chercher les corps de ces saints personnages, Wandrille et Ansbert, lorsqu’à l’instigation de Gérard de Brogne, il se résolut à en gratifier l'abbaye Saint-Pierre-au-Mont-Blandin à Gand.

Saint wandrille de fontenelle abbe 669

http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjuillet/juillet22bis.html

Le 22 juillet, mémoire de notre vénérable Père WANDRILLE, Abbé de FONTENELLE.

Né dans la région de Verdun, à la fin du Vle siècle, au sein d'une famille apparentée au maire du palais, Pépin d'Héristal, père de Charles Martel, Saint Wandrille entra jeune à la cour du roi Dagobert 1er, qui lui accorda le titre de comte et lui confia l'administration des domaines royaux.
Il remplissait son office avec loyauté, mais sa préférence le portait à mener une vie consacrée à Dieu. Il s'était d'ailleurs lié d'amitié spirituelle avec d'autres dignitaires, comme Didier le trésorier et Dadon le chancelier, qui menaient une vie de mortification à la cour.
Marié par obéissance à ses parents, Wandrille se mit d'accord avec son épouse pour garder la virginité et se retirer l'un et l'autre dans un Monastère.

Il se retira donc dans une de ses propriétés de Lorraine, appelée Montfaucon, auprès du Saint ermite Baldric. Informé de sa défection, le roi Dagobert convoqua Wandrille, qui apparut au palais dans son vêtement d'ascète, mais rayonnant d'un éclat céleste, et obtint du roi son autorisation de quitter le monde. Il se rendit alors dans le Jura, pour y restaurer l'ermitage fondé par Saint Ursanne.

Suivant la tradition des Moines irlandais et de Saint Colomban (cf 21 nov.), il menait une vie extrêmement mortifiée, passait presque toutes ses nuits sans sommeil, pieds nus, en récitant des Psaumes; et quand les tentations l'oppressaient, il allait se jeter dans un étang glacé. Désireux d'assimiler plus complètement l'héritage de Saint Colomban, il se rendit au Monastère de Bobbio, fondé par ce dernier en Italie, et s'y perfectionna dans l'expérience de la vie communautaire.
De retour en Gaule, il s'arrêta au Monastère de Romainmoutier (cf. 28 fév.), qui avait été restauré par des disciples de Saint Colomban, et y vécut une dizaine d'années.

Averti par un Ange de la mission qu'il devait entreprendre pour le salut de beaucoup d'âmes, il quitta le Jura pour la Neustrie. À Rouen, il retrouva son ami Dadon, devenu Evêque sous le nom de Ouen (cf. 24 août), et fut ordonné par lui Diacre.
Après avoir reçu la Prêtrise des mains de Saint Omer, Évêque de Thérouanne(1), il seconda Saint Ouen dans l'évangélisation de son diocèse. Après quelques années (649), le coeur toujours altéré de l'entretien avec Dieu dans la solitude, il obtint l'autorisation de son Évêque pour s'installer dans le vallon marécageux de Fontenelle, dans la forêt de Jumièges, acquis par son neveu Gond qui avait décidé de renoncer au monde.

S'appliquant avec un zèle infatigable à défricher l'endroit, Wandrille et les disciples de plus en plus nombreux qui s'étaient rassemblés autour de lui, y édifièrent quatre églises et des cellules. Montrant l'exemple dans les travaux manuels, le Saint était le premier pour la Prière, et il enseignait ses moines à se tendre toujours en avant vers la perfection, disant: « Nous ne devons pas compter les années que nous avons passées au Monastère, mais plutôt celles que nous avons passées dans la pratique irréprochable des commandements divins.

Que la charité fraternelle soit votre lien et mettez-vous au service les uns des autres. Votre adversaire, le diable, en vous voyant unis de la sorte, s'enfuira bien loin, car il ne peut approcher de celui qu'il voit uni d'esprit et de coeur avec ceux qui l'entourent. » Wandrille ne quittait le Monastère que pour prêcher aux païens de la région, ou pour aller fonder d'autres Monastères, au nombre de cinq, organisés comme Fontenelle en harmonisant la tradition irlandaise de Saint Colomban et la règle de Saint Benoît qui commençait à se répandre en France.

Ayant gouverné son Monastère pendant dix-neuf ans, Saint Wandrille, qui se lamentait de rester en exil sur la terre, tomba malade et entra dans une extase de trois jours, pendant laquelle il vit la porte des cieux ouverte et le trône de gloire qui lui était préparé.
Revenu de ce ravissement, il exhorta ses disciples à la charité mutuelle, désigna son successeur et souriant aux Anges et aux Saints qui étaient venus l'accueillir, il s'endormit en paix, le 22 juillet 668, en présence de Saint Ouen et de ses trois cents disciples.

1). Cf 9 sept. dans I'Appendice 2.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 22/07/2018