Sainte Marie-Madeleine Postel, Fondatrice des Soeurs des Ecoles Chrétiennes (+ 1846). Fête le 16 Juillet.

Lundi 16 Juillet 2018 : Fête de Sainte Marie-Madeleine Postel, Fondatrice des Sœurs des Écoles Chrétiennes (+ 1846).

Gratot17 1

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1519/Sainte-Marie-Madeleine-Postel.html.

Sainte Marie-Madeleine Postel

Fondatrice des Sœurs des Écoles Chrétiennes (✝ 1846)

Elle naquit en 1756 à Barfleur en Normandie. Après ses études chez les Bénédictines de Valognes, elle ouvre une école en 1774.
Les élèves affluent dans son pensionnat. Pendant la Révolution, elle aide les Prêtres et organise des messes clandestinement. Elle-même se voit autorisée à distribuer la Communion aux malades.
Fondatrice en 1807, de la Congrégation des Sœurs des Écoles Chrétiennes, elle ouvrit un pensionnat à Cherbourg pour l'éducation des jeunes filles. Celui-ci devint le premier de nombreux autres qui furent à l'origine de générations de jeunes filles Chrétiennes convaincues et militantes.

Fille de cordier du village de la Bretonne, à Barfleur, Julie Postel naquit en 1756. Elle résolut très jeune de se Consacrer à Dieu.
Après des années de pension chez les Bénédictines de Valognes, elle fonda une école de filles à Barfleur, et quand survint la Révolution, soutint les Prêtres réfractaires, fit le catéchisme, distribua clandestinement la Communion.

Elle devint institutrice à Cherbourg. Mais son désir de devenir Religieuse restait intact. Avec trois jeunes filles, elle obtint l'autorisation de fonder une petite Congrégation de Religieuses, ayant vocation à enseigner: le 8 Septembre 1807, jour de la Fête de Notre Dame de la Miséricorde, qui donna son nom à la nouvelle Congrégation, Mère Marie-Madeleine et ses trois premières filles prononcèrent leurs vœux perpétuels dans la chapelle de l'hospice de Cherbourg.

De là, les Sœurs allèrent d'étape en étape par Octeville l'Avenel, Tamerville, Valognes, Tamerville de nouveau.
Le périple se termina dans les ruines de l'ancienne Abbaye Bénédictine de Saint-Sauveur-le-Vicomte, qu'elle acheta en 1832.

L'Institut des Sœurs de la Miséricorde prit vite son essor et se développa dans l'Ouest de la France tout d'abord, puis en Allemagne et aux Pays-Bas.
La Mère Marie-Madeleine veillait à la formation de ses Sœurs et à l'extension de sa Congrégation, insistant sur "l'Obéissance jusqu'à la mort", la Charité et la vie de Prière.

Bien avant sa mort, en 1846, elle était considérée comme une Sainte. Elle fut Canonisée en 1925.
Source: Liturgie des heures du diocèse de Coutances et Avranches 1993 où elle est fêtée le 17 Juillet.

À Saint-Sauveur-le-Vicomte en Normandie, l’an 1846, Sainte Marie-Madeleine Postel, vierge.
Sous la Révolution Française, alors que les Prêtres étaient exilés ou pourchassés, elle apporta toute son aide aux malades et aux fidèles et, quand la paix fut rendue à l’Église, elle fonda et dirigea, dans une pauvreté extrême, le Congrégation des Filles de la Miséricorde, pour l’éducation Chrétienne des jeunes filles pauvres.

Martyrologe romain

"Quand Dieu est en nous, pouvons-nous rester sans le donner à tous? Quand nous nous sentons tellement aimés de Lui, comment pouvons-nous les laisser ainsi dans l'ignorance de cet amour?" (Lectionnaire Emmaüs)

Brainvillevitr15 1

http://nouvl.evangelisation.free.fr/marie_madeleine_postel.htm.

Marie-Madeleine Postel
Religieuse, Fondatrice, Sainte
1756-1846

Le 28 Novembre 1756, au foyer de Jean Postel, cordier à Barfleur, naît une petite fille Julie. Dès son jeune âge, elle fait preuve d'une grande dévotion. A 12 ans, grâce à la générosité d'une paroissienne, elle part chez les Bénédictines de Valognes.

Jusqu'à 18 ans, elle y reçoit une solide culture générale et religieuse et le sens de la beauté pour Dieu.

Elle n'oublie pas ses origines modestes et revient à Barfleur et ouvre la Bretonne, une école pour les fillettes pauvres.

Elle a 33 ans quand éclate la Révolution. Elle découvre les exigences de sa vocation Chrétienne. Elle veille sur les Prêtres traqués et les aide à gagner l'Angleterre. Elle porte la Communion aux malades, elle console, elle secourt.

" Vous formerez une Communauté à travers de grandes tribulations", lui avait prédit en 1804, une petite fillette sur son lit de mort.

En 1805, Julie part à Cherbourg, elle souhaite fonder une Communauté au service de la jeunesse abandonnée et des pauvres.
Elle la place sous le patronage de la "Mère de Miséricorde". Les premières compagnes arrivent et le 8 Juillet 1807, Julie prononce avec trois de ses compagnes ses vœux perpétuels. Désormais elle sera Mère Marie-Madeleine.

Marie madeleine postelStatue de Sainte Marie-Madeleine-Postel, Basilique de la Trinité, Cherbourg.
Photo de HaguardDuNord.

En 1811, elle est pendant six mois à Octeville-l'Avenel. Elle écrit à l'abbé Cabart de Cherbourg: " Je laisse et abandonne toutes mes affaires temporelles et spirituelles entre les mains de Dieu et dans les vôtres. Je me plonge dans la volonté de Dieu comme le poisson dans l'eau".

De septembre 1811 à 1832, "les pauvres filles de la Miséricorde" s'installent à Tamerville excepté un passage à Valognes en 1813/1814.

C'est au cours de cette période qu'elle pense à la formation de "ses filles". Elle rédige les premières constitutions. Pendant 16 ans les Sœurs font la classe, le catéchisme, vont secourir les pauvres. La Congrégation s'épanouit.

De nouvelles recrues se présentent. Il faut chercher un autre asile. A 76 ans, elle le trouve: les ruines d'une Abbaye Bénédictine à Saint-Sauveur-le-Vicomte. " Dieu ne nous a pas appelées pour pleurer sur les ruines de son temple, mais pour le réédifier dans sa première splendeur. Si nous sommes fidèles, tout sera réparé".

"J'irai jusqu'au bout du monde pour gagner une âme à Dieu" . La bâtisseuse d'église, en ses Chrétiens surtout, Marie-Madeleine Postel a légué à ses filles le goût de travailler à l'édification de l'Église d'aujourd'hui.

Elle remet son âme à Dieu à Saint-Sauveur-le-Vicomte, le 16 Juillet 1846, elle avait 90 ans, après avoir témoigné toute sa vie de l'Amour sans limite d'un Dieu trop fort souvent dépeint sous les traits d'un juge impitoyable.

Elle est Béatifiée en 1908 et Canonisée le 24 Mai 1925, on la Fête le 16 Juillet.

P2730133

Pour un approfondissement
> > > Congrégation Sainte Marie-Madeleine POSTEL

P2730194

http://www.mmpostel.com/notre-histoire/notre-fondatrice/

Notre Fondatrice : Sainte Marie-Madeleine POSTEL

Julie Postel est née à Barfleur le 28 novembre 1756. Très tôt, elle est fascinée par la Piéta de l’église paroissiale, un Dieu fait homme, le corps reposant dans les bras de sa mère…
Tout au long de sa vie, elle prie la Vierge Marie et l’invoque sous le beau titre de Notre – Dame de la Miséricorde.

Envoyée à l’Abbaye royale des Bénédictines de Valognes, elle y reçoit une solide culture générale et religieuse… Quand elle retourne à Barfleur, c’est pour ouvrir une école pour les petites filles pauvres.

Durant la Révolution Française, elle aide les Prêtres traqués à partir en Angleterre. Elle protège le Saint Sacrement dans une cache, sous un escalier, elle porte la Communion aux malades, elle console, elle secourt, elle apprend son métier de « bâtisseuse d’Église ».

Le 8 Septembre 1807, à Cherbourg, jour de la Fête de Notre – Dame de la Miséricorde, Julie Postel devient Mère Marie-Madeleine et fonde sa Congrégation dans le but d’ « instruire la jeunesse, lui inspirer l’Amour de Dieu et l’amour du travail ; se sacrifier pour secourir les pauvres et alléger autant que possible toute infortune » sans avoir d’autres ressources que « la Providence et la pauvreté personnelle ».

Plus tard, elle dira à ses Sœurs : « j’aimerais des Religieuses qui n’auraient d’autres rentes que leurs doigts et qu’une pauvreté réelle contraignît au travail ».

Mère Marie-Madeleine et ses premières Sœurs resteront six années à Cherbourg. Très vite, la place manque, il faut trouver un autre asile ; c’est le début d’une longue itinérance de village en village.
Enfin, le 15 Octobre 1832, à l’âge de soixante seize ans, elle achète, pour s’y installer, les ruines de l’Abbaye de Saint Sauveur-le-Vicomte qu’elle entreprend de restaurer.

Le 16 Juillet 1846, Sainte Marie-Madeleine Postel remet son âme au Dieu de Miséricorde qu’elle avait déjà appris à aimer, en contemplant la Piéta de Barfleur.

Tombeau postelLe tombeau de Sainte Marie-Madeleine Postel dans l'église abbatiale de St Sauveur le Vicomte.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 16/07/2018