Bienheureuse Marguerite Ebner, Mystique Dominicaine. Fête le 20 Juin.

Mercredi 20 Juin 2018 : Fête de la Bienheureuse Marguerite Ebner, Mystique Dominicaine allemande (✝ 1351).

Beata margherita ebner

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12644/Bienheureuse-Marguerite-Ebner.html

Bienheureuse Marguerite Ebner

Mystique Dominicaine allemande ( 1351)

Margaretha Ebner, née en 1291 en Bavière, entre au Couvent Dominicain de Medigen en 1306.
En 1311, elle tombe malade et dit que c'est de ce moment que date sa vraie conversion au Christ.
Sa vie de souffrance continue et de Prière l'amène à la Contemplation et à l'Union avec Dieu.

Grande Mystique, connue et admirée par ses Frères Dominicains Jean Tauler et Henri Suso, sa spiritualité centrée sur Le Christ était influencée par les temps liturgique; une de ses invocations était 'Jésus, pure Vérité, enseigne-moi la Vérité'.
Elle mourut le 20 Juin 1351.
Béatifiée le 24 février 1979 par Jean-Paul II

Kloster Maria Medingen - 89426 Mödingen - site en allemand - Monastère et centre spirituel où aujourd'hui encore des personnes inquiètes et préoccupées viennent prier.
Elle est la première Bienheureuse déclarée par Jean-Paul II.

Au Monastère de Medingen en Bavière, l’an 1351, la Bienheureuse Marguerite Ebner, vierge de l’Ordre des Prêcheurs.
En supportant pour Le Christ de nombreuses afflictions, elle mena une vie qui lui fut salutaire, remarquable pour tous et agréable à Dieu. Elle a laissé de nombreux écrits sur la mystique.

Martyrologe romain.

Marguerite ebner 45 01

http://nouvl.evangelisation.free.fr/marguerite_ebner.htm

MARGUERITE EBNER
Dominicaine, Mystique, Bienheureuse
1291-1351

Marguerite Ebner, nommée aussi Ebnerin dans les vieux livres, naquit en 1291, à Donauworth, de famille noble.
Elle entra toute jeune au Monastère Dominicain de Maria-Medingen, situé à deux heures de Dìllingen.
Là, sa vie fut accidentée d'épreuves diverses, de maladies longues ; mais elle était consolée et fortifiée par les extases, les visions et les communications Divines.

A partir de 1322 et jusqu'à la fin de sa vie, il y eut entre elle et le Dominicain Henri de Nordling, une de ces amitiés spirituelles comme Saint Dominique en avait eu avec la Bienheureuse Diane, comme le Bienheureux Suso en avait à la même époque avec Élisabeth Stagel, comme Saint François de Sales en eut plus tard avec Sainte Chantal.

Henri de Nordling fit écrire à Marguerite ses révélations ; après être restées longtemps enfouies dans les manuscrits, elles ont été publiées récemment, en même temps que la correspondance d’Henri avec la Religieuse Dominicaine.
C’est un monument d'érudition allemande qui intéresse l'histoire, les mœurs du temps et aussi la mystique.
Le grand Tauler vénérait Marguerite et l'avait visitée à Medingen ; il fut le Père spirituel et l'ami d'Henri de Nordling.

Après avoir eu pendant longtemps les douleurs stigmatiques, Marguerite reçut les stigmates visibles en 1339.
Grande dévote à la Passion, elle ne pouvait pas regarder un Crucifix sans verser un torrent de larmes.
Elle composa des lieder ou cantiques et fait bonne figure dans cette pléiade de poètes qui s'était formée à l'ombre des Monastères Dominicains et dont Mgr Greith nous a esquissé l'histoire.

Elle fut admise à boire à la Plaie Sacrée du Côté. Un vieux manuscrit dit qu'elle fut Communiée de la main du Seigneur.
On la voyait souvent dans ses ravissements s'élever au-dessus de terre.

Grande fut sa dévotion pour l'Enfant Jésus : ce qui lui valut une vision ravissante qu'elle raconte dans ses Offenbarungen.
Elle avait reçu en cadeau un bel enfant Jésus de Vienne, entouré de quatre anges dorés. Or, une nuit l'Enfant fit du bruit, réveilla Marguerite : il s'amusait dans son berceau :
« Pourquoi ne restes-tu pas tranquille, lui dit-elle ; j'avais pourtant bien fait ton lit. — Je veux que tu me prennes », lui répondit l'Enfant.
Et Marguerite le prit dans ses bras en lui disant : « Eh bien, embrasse-moi, puisque tu m'as ravi mon sommeil. »

C'est le 20 Juin 1351 que mourut Marguerite Ebner, dans une grande réputation de sainteté.
Elle a laissé un tombeau vénéré jusqu'à ce jour ; au siècle dernier, on recueillait dans un livre les nombreux miracles qui s'y étaient opérés depuis plus de trois cents ans.
En 1687, l'Évêque d'Augsbourg approuva tacitement son culte, en attendant l'approbation formelle de Rome qui n'a pas encore été donnée.
Chaque année, au 20 Juin, les populations Catholiques de la Bavière continuent à se rendre en nombreux pèlerinages à Medingen, pour prier la Bienheureuse sur la pierre qui recouvre ses ossements et sur laquelle on lit :
Beata Margarita Ebner obiit anno Domini MCCCLI, die proximo post festnm sanctorum Gervasii et Protasii.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/06/2018