Bienheureux István Sándor, Religieux Salésien hongrois martyr. Fête le 08 Juin.

Vendredi 08 Juin 2018 : Fête du Bienheureux István Sándor, Religieux Salésien hongrois martyr (✝ 1953).

Sandor 8

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12788/Bienheureux-Istvan-Sandor.html

Bienheureux István Sándor

Religieux Salésien hongrois martyr (✝ 1953)

István Sándor (1914-1953), Religieux Salésien hongrois, a été déclaré Vénérable et martyr le 27 Mars 2013 par le Pape François; Stefan Sandor, laïc hongrois profès de la Société de Saint François de sales, tué en haine de la foi en 1953.

Sa Béatification a été célébrée le 19 Octobre 2013 à Budapest par le Cardinal Angelo Amato.
Il est entré dans la Société de Saint-François-de-Sales, dite la Congrégation des Salésiens de Don Bosco. Sándor est mort martyr le 8 Juin 1953 à Budapest. Il a été condamné à mort par pendaison.


Né le 13 mai 1914 à Szolnok, en Hongrie, en 1936, après ses études, il devient typographe pour les Salésiens et, à l'âge de 25 ans, il demande à entrer dans l'Ordre Salésien et entre au noviciat.
Il l'interrompt pour son service militaire et a une conduite courageuse pendant la guerre et reçoit la Croix de Fer.
En 1950 lorsque les Ordres sont démantelés et les Moines déplacés, il reste pour aider les jeunes et sacrifie sa vie.
Après un long, tortueux et difficile parcours, les tribunaux militaires de la République populaire de Hongrie le condamnent à la pendaison, pour complot contre la démocratie et trahison.
Remarque: dans les noms hongrois le nom de famille précède le prénom, István Sándor est donc souvent mentionné comme Sándor István.
A voir:
- Etienne Sandor, salésien coadjuteur, béatifié - Don Bosco aujourd'hui
- Stéfan Sándor, un don pour toute la Famille Salésienne - Agence info Salésienne
- Beatification of Bro Stefan Sandor SDB - site des Salésiens au Zimbabwé (en anglais)
- site de la conférence épiscopale hongroise (en hongrois)
. béatification de Sándor István
. Sándor István

“Un don de sainteté pour l’Église hongroise et universelle et pour nous tous: et pour nos jeunes un modèle à contempler à genoux”.
Mère Yvonne Reungoat, Supérieure Générale des Filles de Marie Auxiliatrice (FMA).

2 sandor stefano 2

István Sándor à 17 ans, en 1931.

https://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180608&id=17036&fd=0

Bx Étienne (István) Sandor
Coadjuteur s.d.b. et martyr

Étienne (István) Sandor, naît le 26 Novembre 1914, aîné de trois garçons, à Szolnok, en Hongrie, d’Étienne et Marie Fekete.
Son enfance est marquée par un fort engagement Catholique. Comme Dominique Savio, il s'occupe des autres jeunes. Il fréquente une paroisse Franciscaine où il trouve son accompagnateur spirituel.
Les Franciscains conseillent à sa famille de l'envoyer dans un institut Salésien à Ràkospalota, où il peine dans les études qu'il finit en 1928.
De retour chez lui, il approfondit la spiritualité Salésienne dans le « Bulletin Salésien ». Il y reconnait un appel à la Vie religieuse, mais sa demande d'entrée en noviciat est refusée en 1932 faute d'accord parental (il est encore mineur malgré ses 18 ans).

Les Franciscains continuent à accompagner Étienne et l'encourage dans sa vocation Salésienne.
A sa majorité, il écrit une nouvelle demande, insistant sur l'importance du travail. Est-ce pour cela qu'il choisit d'être Salésien coadjuteur ou pour son faible niveau scolaire ?
Durant son pré-noviciat, il travaille comme aide-typographe puis imprimeur dans la maison d'édition Don Bosco, qui était renommée en Hongrie et l'est encore.

Il entre au noviciat le 1er Avril 1938, mais l'interrompt pour faire son service militaire qu'il termine l'année suivante.
Il fait sa première profession comme coadjuteur Salésien le 8 Septembre 1940. Dans ses lettres, on trouve une joie immense et un grand enthousiasme pour cette vie.

A Ràkospalota, il s'occupe avec beaucoup d'attention de la typographie, de l'animation pastorale et de l'oratoire. Il prend en charge et fait grandir aussi le groupe de la "JOC" (Jeunesse Ouvrière Catholique).

La Hongrie entre en guerre en Juin 1941 : Étienne y est télégraphiste jusqu'en 1944. Il ne cache pas sa profession Religieuse à ses camarades qu'il encourage à prier.
Il se battra sur le front Russe et sera fait prisonnier de guerre en Allemagne par les américains.

Son comportement exemplaire lui vaudra "le mérite de la Croix de guerre". Dans les lettres qu'il écrit aux Salésiens à cette période, on trouve une grande préoccupation pour sa formation et pour son chemin de Foi.

A la fin de la guerre, la Hongrie est occupée par les soviétiques. Commence alors pour les Salésiens, une période de grandes souffrances.
Tout est réquisitionné jusqu'aux matelas... La presse Catholique est interdite et les imprimeries sont réquisitionnées. Les écoles sont fermées, les associations Catholiques dissoutes.

Étienne continue secrètement à suivre les groupes de jeunes. Ils changent de lieux régulièrement ou se rencontrent la nuit.
En 1950 le gouvernement déclare la suppression des Ordres Religieux. Commencent alors les déportations dans des camps de concentration.
Les Salésiens sont aussi dispersés et doivent chercher du travail hors des villes pour survivre.

Sandor 4

Ils ne peuvent pas correspondre entre eux.
Le provincial est condamné à 33 ans de prison.
Étienne est contraint de retourner en famille et travaille dans une imprimerie. Reconnaissant en lui des dons d'éducateur, l'administration l'appelle pour s'occuper d'orphelins.
Étienne continue à être un éducateur Chrétien malgré les très grands dangers. Certains de ces orphelins seront choisis pour former un corps spécial de la police communiste mais ils resteront fidèles malgré tout à Étienne.

En 1951, se sachant suspecté par la police, change de nom, de domicile et de travail. Mais il continue son apostolat auprès des jeunes.
Ses confrères préparent sa fuite du pays, mais il choisit de rester. Il partage un appartement avec Daniel Tibor, un jeune confrère. La concierge nourrit alors des soupçons lorsqu'elle voit arriver de nombreux courriers de jeunes. Elle ouvre les lettres et en transmet ensuite le contenu à la police.

En 1952, il s'oppose à l'ouverture d'un bar nommé « l'auberge de l'enfer » en recouvrant, une nuit, l'enseigne de bitume. Mais l'enquête et la torture feront avouer aux jeunes le nom du groupe.
Malgré une nouvelle offre des Salésiens de fuir, il choisi de rester objectant que les jeunes sont en danger.

Étienne est arrêté le 28 Juillet. Daniel également arrêté et torturé mourra quelques jours plus tard.
Le 28 octobre 1952 se déroule le procès truqué contre 9 jeunes de la police spéciale, 5 Salésiens, un étudiant et une étudiante.
Le verdict : István Sandor et trois jeunes sont condamnés à mort au motif de « complot contre la démocratie et trahison ».
Durant son emprisonnement, ses compagnons survivants diront qu'il cherchait à redonner courage à tous et partageait le peu de nourriture qu'il avait.

Le 8 juin 1953 il est pendu et son corps est jeté dans une fosse commune.
Étienne (István) Sandor a été Béatifié le 19 Octobre 2013 sur la place devant la Cathédrale de Saint Étienne à Budapest.
La cérémonie a été présidée par le Cardinal Péter Erdo, Archevêque de Esztergom-Budapest et Primat de Hongrie et par le représentant du Pape François, le Cardinal Angelo Amato s.d.b., Préfet de la Congrégation des causes des Saints.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 08/06/2018