Saint Gohard de Nantes, Évêque et martyr († 843). Fête le 24 Juin.

Dimanche 24 Juin 2018 : Fête de Saint Gohard de Nantes, Évêque et Martyr († 843).

Gohard

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/7397/Saint-Gohard.html

Saint Gohard

Évêque de Nantes (✝ 843)

Évêque de Nantes, il fut massacré avec beaucoup d'habitants de la ville, lors de l'invasion des Normands qui avaient remonté la Loire.

À Nantes, en 843, Saint Gohard, Évêque et martyr. Alors qu’il Célébrait les saints mystères avec son peuple dans la Cathédrale et qu’il chantait “Élevons notre cœur”, il fut transpercé de flèches par les Normands impies et succomba avec un grand nombre de ses fidèles.
Martyrologe romain.

Cath st gohard01Tableau d'Édouard Jolin représentant l'assassinat de Saint Gohard par les Vikings dans la Cathédrale de Nantes en 843. Tableau présent dans l'actuelle Cathédrale, dans la chapelle de St Gohard.
Frederic.chotard — Travail personnel. CC BY-SA 3.0

https://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180624&id=15526&fd=0

Saint Gohard de Nantes
Évêque et martyr († 843)

Gohard, né à Angers, était « Évêque de Nantes et seigneur de Blain » au temps où les Normands, causaient tant de maux pendant le neuvième siècle, emportant d'assaut les places les plus fortes et ne respectant rien ni personne.
Tandis que le roi Charles était occupé à pacifier l'Aquitaine, Nomenoy, qui avait obtenu le duché de Bretagne de Louis le Débonnaire, se révolta et se rendit maître de Nantes, à la sollicitation du duc Lambert : ensuite s'étant brouillé avec Nomenoy…

Gohard n'eut pas seulement à subir les conséquences de ces luttes entre Francs et Bretons ; il connut des ennemis plus terribles venus des pays scandinaves et qui déjà avaient ravagé le nord de la France : les Normands.
Ces barbares, « invités » par Nomenoy qui leur promit le pillage de Nantes, ne se firent pas attendre longtemps (un mois après la défaite de Blain ils étaient là !) et escaladèrent la ville le 24 Juin 843.
La crainte qu'ils inspiraient à tous les peuples et la Fête de Saint Jean-Baptiste avaient attiré dans cette cité une immense multitude de fidèles sur lesquels les Normands assouvirent leur rage.

L'Évêque Gohard s'était enfermé dans la Cathédrale Saint-Pierre avec son clergé et une foule de Chrétiens et y célébrait la Fête de Saint Jean Baptiste.
Les barbares enfoncèrent les portes, firent une horrible boucherie dans le lieu saint, massacrèrent sans pitié Évêque, Prêtres, Moines, et les poursuivirent jusque sur les autels sur lesquels ils se réfugiaient (faits évoqués par les Annales de Saint-Serge d'Angers et reprises dans la Chronique de Nantes).

La légende raconte que, décapité, l'Évêque reprit sa tête et marcha jusque vers la Loire où un bateau l'emmena à Angers.
Sa dépouille fut effectivement inhumée à la Collégiale Saint-Pierre de la ville dont il était originaire.

Après avoir saccagé Nantes, les Normands allèrent piller le Monastère d'Aindre, fondé dans le septième siècle par S. Hernieland. Cette maison fut tellement réduite, qu'on ne l'a plus rétablie depuis cette époque.

Dix ans après, les Normands remontèrent de nouveau la Loire, et cette fois incendièrent la ville.
Pendant plus de cent ans, retranchés dans quelques îles du fleuve, ils ne cessèrent de dévaster le pays.
Ils étaient un fléau si redoutable que l'Église de Nantes avait ajouté dans les litanies : « de la fureur des Normands, délivrez-nous, Seigneur ».

Ce ne fut qu'en 939 qu'Alain Barbe-Torte les chassa définitivement du pays et ramena la paix dans les villes et les campagnes.
Selon certaines sources, Gohard de Nantes fut Canonisé (culte autorisé) en 1096. La crypte romane de la Cathédrale de Nantes lui est dédiée : elle a été réaménagée peu après sa Canonisation pour accueillir ses reliques ramenées d'Angers.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 27/06/2018