Bienheureuse Imelda Lambertini, vierge, Dominicaine, Patronne des premiers Communiants (1322-1333). Fête le 12 Mai.

Samedi 12 Mai 2018 : Fête de la Bienheureuse Imelda Lambertini, vierge, Dominicaine, Patronne des premiers Communiants (1322-1333).
La Bienheureuse Imelda Lambertini est une jeune fille italienne, morte à 11 ans, lors d'une extase pendant sa Première Communion.

Bienheureuse imelda lambertini 22

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/6930/Bienheureuse-Imelda-Lambertini.html.

Bienheureuse Imelda Lambertini

Jeune Dominicaine (✝ 1333).

Fille du comte de Bologne, elle fut éduquée chez les Dominicaines de cette ville. A 11 ans, chose étonnante pour cette époque, elle Communia juste au moment de mourir.
Voir aussi sur le site du diocèse de La Rochelle:
"Cette petite Sainte italienne a été surnommée : la fleur de l’Eucharistie. Elle est la patronne des premiers Communiants."

À Bologne en Émilie, l’an 1333, la Bienheureuse Imelda Lambertini, vierge. Accueillie dès son plus jeune âge comme Moniale dans l’Ordre des Prêcheurs, elle rendit l’âme soudain, à l’âge de onze ans, dès qu’elle eût reçu l’Eucharistie d’une façon merveilleuse.
Martyrologe romain.

Tableau du miracle de l hostie imelda lambertini bologne

https://fr.wikipedia.org/wiki/Imelda_Lambertini

Imelda Lambertini

La Bienheureuse Imelda Lambertini (1322-1333) est une jeune fille italienne, morte à 11 ans, lors d'une extase pendant sa Première Communion.

Sa vie

Madeleine Lambertini (qui deviendra Imelda en religion) était la fille du comte Egano Lambertini et de Castora Galuzzi, son épouse. Elle est née en 1322 à Bologne.
Toute petite déjà, elle était d'une grande piété, et se fabriquait de petits autels devant lesquels elle priait longuement.
Elle avait une très grande admiration pour Agnès de Rome. Son plus cher désir était de recevoir la Communion. Mais à cette époque, les enfants n'étaient autorisés à communier qu'à partir de l'âge de 14 ans.
Par ailleurs, elle demandait instamment à ses parents de lui permettre d'intégrer le Couvent des Dominicaines de Bologne qui accueillait des enfants, lesquels n'étaient assujettis qu'à une petite partie de la Règle.

Ils acceptèrent, et Madeleine entra chez les novices du Couvent de Valdipretra à l'âge de 10 ans, elle y prit le nom d'Imelda.
Là, bien que n'y étant pas obligée, elle suivit la Règle avec dévotion et application, suppliant les Religieuses et son Confesseur de la laisser Communier, ce qu'ils refusèrent, puisqu'elle était loin d'avoir l'âge requis.
Remplie de tristesse, un jour l'enfant se rendit à la chapelle avec les Sœurs. Au moment de la Communion, une hostie s'éleva hors du ciboire et vint s'arrêter au-dessus de la tête d'Imelda. Le Prêtre s'approcha avec la Patène et la recueillit avant de la donner à l'enfant, stupéfié par le prodige dont il était témoin.
Imelda se prosterna, et quand ses Sœurs vinrent la relever pour l'entraîner hors de l'église, elles la trouvèrent morte, le visage extatique.

Vénération

Les restes, incorrompus, de la Bienheureuse Imelda Lambertini, se trouvent dans l'église Saint Sigismond à Bologne.
Elle a été Béatifiée en 1826 par le Pape Léon XII, et a été déclarée Patronne des premiers Communiants en 1910 par le Pape Saint Pie X qui, cette année-là, décréta que les enfants pouvaient faire leur Première Communion à un âge plus précoce.

Bibliographie

Le Bienheureux Père Jean-Joseph Lataste, Fondateur des Sœurs dominicaines de Béthanie a écrit le récit de la vie de la Bienheureuse Imelda. Ouvrage paru le 6 Janvier 1866.

Pour un approfondissement biographique
> > > Bienheureuse Imelda Lambertini et sa 1ère Communion.

Beata imelda lambertini d 1

https://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20180512&id=4025&fd=0

Bienheureuse Imelda Lambertini
Vierge
(1322-1333)

Commémoration :
Martyrologium Romanum le 12 Mai (dies natalis).
Ordo Fratrum Praedicatorum le 13 Mai.

Imelda descendait de la noble famille des Lambertini. Née à Bologne en 1322, elle avait reçu au Baptême le nom de Maria Maddalena.
Dès le berceau elle manifesta une intelligence précoce qui s'ouvrait naturellement aux lumières de la Foi.

On ne constata jamais en elle de difficulté à obéir, ni de ces caprices qui rendent pénible l'éducation des enfants.
Au premier signe, Madeleine quittait le jeu le plus animé pour se mettre au travail. Elle s'était aménagé un petit Oratoire qu'elle ornait de ses mains. Tout son bonheur consistait à s'y retirer pour prier.

La splendeur de la maison paternelle pesait à cette âme qui comprenait déjà le néant des choses créées.
Suivant un usage très ancien dans l'Église, on recevait parfois les enfants dans les Monastères. Ils étaient revêtus de l'habit religieux, mais cela n'engageait en rien leur avenir et ces enfants n'étaient assujettis qu'à une partie de la Règle.

À l'âge de dix ans, la petite Madeleine pria ses parents avec tant d'instance de lui octroyer cette grâce, qu'ils finirent par se rendre à ses désirs et l'emmenèrent chez les Dominicaines de Valdiprétra, près de Bologne.
La jeune enfant prit l'habit avec joie et échangea son nom pour celui d'Imelda, qui signifie : donnée au monde comme du miel, sans doute à cause de sa douceur et de son extrême amabilité.

Novice, elle voulut observer la Règle tout entière bien qu'elle n'y fût pas obligée. Sa constance au service de Dieu ne se démentit pas un instant, aucune austérité ne l'effrayait, et elle s'appliquait en tout à ressembler à Jésus Crucifié.
La sainte enfant passait des heures en Adoration devant Jésus-Hostie, sans ressentir plus de lassitude que les anges devant Dieu.
Durant le Saint Sacrifice de la Messe, elle versait d'abondantes larmes, surtout lorsque les Religieuses quittaient leurs stalles pour aller Communier. Dans l'ingénuité de son Amour, elle disait parfois :
« Je vous en prie, expliquez-moi comment on peut recevoir Jésus dans son cœur sans mourir de Joie. »

Les Religieuses étaient grandement édifiées de sa particulière dévotion envers le Saint Sacrement.
C'était l'usage du pays de ne donner la première Communion aux enfants qu'à l'âge de quatorze ans.
Imelda, consumée par l'ardeur de ses désirs, suppliait d'être enfin admise à la sainte Table mais on ne croyait pas devoir faire exception pour la petite novice.

Le jour de l'Ascension 1333, Imelda atteignit ses onze ans.
De nouveau, elle conjura son confesseur de lui permettre de recevoir la Sainte Communion, mais ce dernier resta inflexible.
L'enfant s'en alla à la chapelle en pleurant, afin d'y entendre la Messe. Le Seigneur Jésus, si faible contre l'Amour, ne put résister davantage aux vœux de cette âme angélique.

Au moment de la Communion, une Hostie s'échappa du Ciboire, s'éleva dans les airs, franchit la grille du chœur et vint s'arrêter au-dessus de la tête de Sainte Imelda.
Aussitôt que les Religieuses aperçurent l'Hostie, elles avertirent le Prêtre du prodige.
Lorsque le Ministre de Dieu s'approcha avec la Patène, l'Hostie immobile vint s'y poser. Ne doutant plus de la volonté du Seigneur, le Prêtre tremblant Communia Imelda qui semblait un ange plutôt qu'une créature mortelle.

Les Religieuses, saisies d'un étonnement inexprimable, restèrent longtemps à regarder cette enfant toute irradiée d'une Joie surnaturelle, prosternée en Adoration.
Ressentant finalement une vague inquiétude, elles appelèrent Imelda, la prièrent de se relever, puis lui en donnèrent l'ordre.

L'enfant toujours si prompte à obéir paraissait ne pas même les entendre. En allant la relever, les Sœurs s'aperçurent avec stupéfaction qu'Imelda était morte : morte de Joie et d'Amour à l'heure de sa première Communion.
Cette petite Sainte italienne a été surnommée : « La fleur de l'Eucharistie ».

Imelda Lambertini a été Béatifiée en 1826 par le Pape Léon XII (Annibale Sermattei Della Genga, 1823-1829) et a été déclarée Patronne des premiers Communiants en 1910 par le Pape Saint Pie X (Giuseppe Melchiorre Sarto, 1903-1914) qui, cette année-là, décréta que les enfants pouvaient faire leur Première Communion à un âge plus précoce.

Imelda lambertini 45 2


LA PREMIÈRE COMMUNION D’IMELDA

C'était en l'année 1331.
"Entrez!", répondit la Mère Supérieure du couvent des Sœurs Dominicaines à la personne qui avait discrètement cogné à la porte.
La grande porte médiévale s'ouvrit solennellement en grinçant doucement et la Sœur portière eut alors un air à la fois ennuyé et amusé.
"Eh! Elle est encore de retour, ma Révérende Mère."
"La petite Imelda Lambertini ?"
"Oui. Elle supplie de nouveau qu'on l'admette au couvent. Je dois reconnaître que cela devient difficile de résister à ces grands yeux innocents, si émouvants, qui implorent avec tant de sérieux."
"Mais ma Sœur, elle n'a que neuf ans! En cette ville de Bologne, ou n'importe où en Italie, d'ailleurs, a-t-on jamais vu une chose pareille? Une religieuse de neuf ans ? Si nous devions la recevoir...mais comment le pourrions-nous ? De toute façon, elle s'ennuierait de chez elle dans trois jours... Bon! laissez-moi la voir."
La Révérende Mère se leva et marcha dans le long corridor voûté avec la sœur portière pour se rendre à la salle de réception.
En y entrant, une fillette se leva respectueusement.
Elle était une belle petite fille, et admirablement bien vêtue.
Imelda Lambertini appartenait à une famille de la haute noblesse de Bologne, en Italie. Son père était le comte Egano Lambertini.
Ses parents étaient très pieux et aimaient leur fille plus que n'importe quoi en ce monde. Cependant, ils avaient toujours remarqué que Imelda, même si elle le leur rendait bien en les aimant de tout son cœur, ne semblait pas faite pour ce monde.

Souvent, quand sa mère s'inquiétait de son absence, elle finissait par la trouver dans un coin reculé de leur splendide propriété, à genoux et profondément plongée dans la Prière. Sa mère devait l'appeler par son nom à plusieurs reprises pour qu'elle réponde enfin, comme si elle paraissait sortir d'un profond sommeil.
Chaque fois que quelqu'un parlait de Dieu, ses yeux s'illuminaient et elle écoutait alors avec grande attention.
Et comme ses parents l'avaient bien souvent remarqué, quand on parlait de Jésus dans le Saint Sacrement, son visage se transfigurait presque.
"Oh! Maman, implorait-elle, quand vais-je pouvoir faire ma première Communion ? Quand vais-je pouvoir recevoir Jésus dans mon cœur ?"
Madame Lambertini lui répondit: "Imelda, tu devras attendre d'avoir douze ans, car l'Église ne permet pas aux enfants de Communier avant cela."

Et il en était bien ainsi à l'époque.
Pour Imelda, l'attente semblait interminable! Puisque toutes les autorités terrestres l'empêchaient de faire sa première Communion, la fillette se mit à supplier son Jésus bien-aimé de venir à elle le plus tôt possible. Son âme ressentait profondément qu'elle pouvait faire quelque chose en ce sens !
Dans l'intervalle, elle aurait bien voulu faire comme les Sœurs Dominicaines du Monastère de Santa Maria Magdalena que ses parents visitaient fréquemment.
"Ah ! Si je pouvais demeurer dans la même maison que Jésus !", pensait-elle. "Quel Bonheur ce serait !"

Or il advint un jour qu'elle pensa avoir trouvé une solution à son problème. "Pourquoi n'irais-je pas frapper au couvent et demander à être reçue comme novice ?
Si je ne peux pas encore Le recevoir, du moins je pourrai rester dans la même maison que Lui et Le servir jour et nuit."
Pour la jeune enfant embrasée d'Amour pour Son Seigneur, ce dessein était la simplicité même.
Elle marcha tout simplement jusqu'au couvent des Dominicaines et frappa.
"Ma Sœur, voudriez-vous demander à la Révérende Mère si je pourrais demeurer ici et être une Religieuse ?"

"Imelda, ici, nous sommes toutes des Religieuses qui ont prononcé leurs vœux. Un jour, tu te joindras probablement à nous, et nous serions heureuses alors de t'avoir avec nous, mais tu dois attendre encore quelques années.
Tu as de si bons parents et une si belle maison, mon enfant. N'y es-tu donc pas heureuse ?"

"Oh oui, ma Sœur, très heureuse, mais ici vous avez Notre Seigneur !"
"Mais notre vie est très dure. Nous travaillons et prions beaucoup, et même, nous nous levons au milieu de la nuit pour réciter l'Office."

"Oh. Ma Sœur, cela ne me ferait rien du tout. Je serai obéissante et heureuse de faire tout ce qu'on me dira. Je vous en prie, ma Sœur !"
Il va sans dire que la réaction de la Mère Supérieure était bien prévisible. Même si, comme toujours, elle voulait être bien bonne envers Imelda, elle devait néanmoins se résoudre à la renvoyer chez elle. Mais Imelda insistait.
Ce jour-là, pourtant, comme la Révérende Mère Supérieure regardait l'enfant qui se tenait debout dans le parloir et qui la regardait d'un air suppliant, sa bonne âme en fut touchée. "Tant d'insistance chez quelqu'un de si jeune, pensa-t-elle en elle-même, je pressens le doigt de Dieu ici.
Peut-être bien que je devrais lui permettre d'essayer."

A la grande joie d'Imelda, la Mère Supérieure ne la renvoya pas cette fois-ci et conversa longuement avec elle.
Puis elle lui dit que si ses parents en donnaient la permission, elle pourrait être reçue au couvent pour une période d'essai.
Ses bons parents s'en attristèrent mais ne s'en étonnèrent pas. Du fond du cœur, ils ressentaient bien que quelque chose d'extraordinaire arriverait à leur enfant.
Cela venait de se produire. Dieu la leur demandait bien tôt, et ils la lui donnèrent comme Saint Joachim et Sainte Arme qui, un jour, avaient donné au Temple leur fillette de trois ans, si jeune encore, la Sainte Marie.

Au Couvent, la petite Imelda était comme un poisson dans l'eau. Elle aimait le silence, les longs corridors de marbres avec leurs belles voûtes, les habits blancs et noirs des Religieuses, les cantiques, la Prière, le travail.
Mais par-dessus tout, elle aimait le Tabernacle Elle était enfin sous le même toit que son cher Jésus.
Chaque fois que la règle Monacale le permettait, elle était agenouillée dans le chœur de la chapelle du Couvent, ses grands yeux fixés sur le Tabernacle.

Dans la vie de la Communauté, elle était comme un rayon de soleil parmi les nombreuses Sœurs adultes.
Elles se réjouissaient de l'avoir en leur compagnie, mais la Mère Supérieure les avait prévenues sévèrement de ne pas la gâter.
Aussi, en raison de son jeune âge, la Révérende Mère ne voulut pas qu'Imelda participe à tous les actes de la Communauté, et encore moins de se lever au milieu de la nuit pour l'Office.

Mais Imelda suppliait qu'on lui permette de tout faire. Alors on ne l'empêcha plus. Ainsi, au milieu de la nuit, les anges qui habitaient ces saints corridors ont certainement dû regarder fixement, émerveillés, la longue file de Religieuses en robes blanches, suivie d'une toute petite figure blanche, marchant en silence pour aller réciter les matines.

Deux années s'écoulèrent ainsi. Imelda avait maintenant onze ans.
Dans sa vie de couventine, une seule chose l'attristait. Elle ne pouvait pas encore recevoir Notre Seigneur dans la Sainte Communion.
En regardant Communier les Sœurs, son âme brûlait du désir de faire comme elles. De temps à autre, elle ne pouvait retenir ses larmes.
Alors elle se mit à implorer ardemment le Ciel d'avoir pitié d'elle et de lui permettre de Communier, d'une façon ou d'une autre...

Un jour que les Religieuses sortaient en file du chœur, après la Sainte Messe, la dernière de la file se retourna pour regarder la petite figure blanche, encore agenouillée en Prière.
Imelda restait habituellement plus longtemps, immobile et toute absorbée dans la Prière.
La Communauté s'y était habituée, la laissant faire.
Ce fut quasi machinalement que la dernière Sœur se retourna alors pour la regarder un moment et s'émerveiller de cette si étonnante Piété Eucharistique.
3-12-blessed-imelda-lambertini.jpgMais cette fois, la Sœur respectueuse se raidit soudainement, figée au plancher. La fillette était agenouillée, la tête penchée comme à l'accoutumée, mais il y avait, suspendue en l'air au-dessus d'elle, une hostie blanche luisant dans une douce lumière !

"Vite, Révérende Mère, revenez! Venez voir!"
La Communauté tout entière revint précipitamment dans le chœur et, à la vue de cet incroyable spectacle, se mit à genoux.
La Mère Supérieure avait compris. Il ne faisait aucun doute que le Créateur et Seigneur de toutes choses désirait s'unir à cet enfant de onze ans.

Elle appela l'aumônier, qui s'approcha respectueusement avec une patène dorée. Dès qu'il fut près de la fillette agenouillée, l'Hostie descendit vers la Patène et s'y posa !
Imelda, qui était demeurée entre-temps la tête penchée et les yeux fermés, comme étrangère à tout, releva lentement son visage radieux et ouvrit la bouche.

Prenant l'hostie, le Père aumônier lui donna sa première Communion. Elle courba de nouveau la tête et resta immobile.
Après un certain temps, la Mère Supérieure s'approcha d'elle. Imelda, mon enfant, c'est le moment de s'en aller maintenant."

Imelda ne répondit pas.
La Mère Supérieure lui parla de nouveau, mais là encore, il n'y eut pas de réponse. Prenant doucement Imelda par les épaules, la bonne Religieuse essaya de l'inciter à se lever, mais Imelda tomba dans ses bras.
Son visage gardait l'expression d'une Béatitude indicible.

Imelda avait dit un jour: "Je ne sais pas comment on peut recevoir Notre Seigneur sans mourir."
Et voilà qu'elle L'avait reçu et que son petit cœur brûlant d'Amour n'avait pas pu supporter cette première rencontre avec Jésus Eucharistique.
Elle s'en était allée avec Lui.

La petite Imelda Lambertini a été Béatifiée en 1826 et a été déclarée Patronne des premiers Communiants en 1910 par le Pape Saint Pie X qui, cette année-là, décréta que les enfants pouvaient faire leur première Communion à un âge plus précoce.

n201223-026.jpgLe petit corps miraculeusement incorruptible de la Bienheureuse Imelda Lambertini repose dans un beau reliquaire, dans l'église de saint Sigismondo, à Bologne.
La lumineuse expression de Béatitude extatique de son beau visage semble dire: "Mon Jésus, c'est ma plus grande récompense."
Le Pape Saint Pie X permit aux enfants de recevoir la Sainte Communion dès l'âge de raison et proclama Imelda Lambertini Patronne des premiers Communiants.

380363imeldalambertini.jpg

Commentaires (3)

1. Michel Léveillé 09/05/2015

Le 08 Mai 2015
23h17
Bonsoir Chez-Vous...

Merci pour L'EUCHARISTIE de Notre Seigneur Jésus-Christ.
Bonne Fête, Imelda la Bienheureuse...

À+
Michel

2. Bernard BLAINEAU 08/06/2018

Bonjour,
Je ne connaissais pas cette petite sainte et je trouve son histoire merveilleuse, surtout ce véritable miracle eucharistique.
Malheureusement, je ne trouve aucune trace sur internet de l'église St Sigismond à Bologne. Étant donné que les religieuses étaient des dominiicaines, ne s'agirait-il pas plutôt de l'église st Dominique ?

3. Juliette -Anne 10/11/2018

Cette histoire est vraiment belle et m'a transportée dans un autre monde , celui des cieux !
Dommage qu'elle ne soit pas racontée aux jeunes enfants qui seront émerveillés par elle .En même temps pour les familles pieuses, cette belle histoire poussera nos jeunes à avoir la foi !!!

Loué soit Jésus-Christ !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 12/05/2018